En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 34Bannière 33Bannière 43Bannière 26

Reportages : "Au Cœur des remontées mécaniques"



Liste des remontées mécaniques Girak


Retour à la liste des constructeurs

Girak

logo

Nationalité : autrichienne
Informations :

Franz et Leopold Girak fondèrent en 1920 une entreprise de construction mécanique dans la banlieue de Vienne, à Korneuburg. Les deux frères participèrent à la construction de téléphériques industriels et de câbles de service, juste après la fin de la seconde guerre mondiale.

Image
Téléphérique desservant l'observatoire de Sonnblick, près de Rauris (Salzburg), probablement construit en 1949. (DR)


Au début des années 50, les frères Girak se lancèrent dans la construction de téléphériques débrayables, afin de répondre à l'engouement pour les sports d'hiver, qui appelait à plus de débit. Ils collaborèrent avec l'ingénieur autrichien Georg Wallmannsberger, qui cherchait à adapter au transport de passagers les téléphériques bicâbles à attaches débrayables utilisés en masse pour le transport de matériaux : connus sous le nom de "système allemand", ils utilisaient principalement le système de pinces à vis développé par Pohlig au début du siècle.

Georg Wallmannsberger développa deux systèmes de téléphérique débrayable de type 2S : un premier type d'appareils réutilisait les pinces Pohlig et fut mis au point avec Girak, tandis qu'un second type basé sur une nouvelle pince à ressort fut testé avec le constructeur Wiener Brückenbau, avant d'essaimer dans toutes les Alpes grâce à de nombreuses licences accordées à d'autres constructeurs.

Le premier système était basé sur un chariot en forme de U, muni de 2 balanciers à 2 galets chacun, et de 2 pinces Pohlig. En station, une came venait manœuvrer le levier de chaque pince, qui effectuait un quart de tour, provoquant la fermeture du mors mobile sur le principe de l'étau.

Girak fut, avec l'entreprise Kienast voisine de Korneuburg, le seul constructeur à développer des téléphériques débrayables sur la base de la pince à vis Pohlig, à tel point qu'on dénommait faussement "système Girak" un appareil basé sur un chariot Wallmannsberger et des pinces Pohlig.

A partir des années 70, Girak renonça aux pinces à vis qui ne fournissaient pas une force de serrage suffisante, pour équiper les 2S de Stubai, de St. Anton, en tant que sous-traitant de Waagner-Biró.

Image
Chariot de 2S construit par Girak avec double pince Pohlig (monchu)


Image
2S du Kitzbüheler Horn (Tyrol), construit en 1955. (DR collection monchu)


Image
Equipé de sièges biplaces lors de sa construction en 1953, le 2S de Mutterer Alm, à Mutters (Tyrol) fut transformé en appareil hydride en 1960 avec l'adjonction de cabines quadriplaces sur la même ligne. (DR collection monchu)


Image
Détail d'un siège du 2S de Mutterer Alm. (DR collection monchu)


Image
2S du Zwölferhorn, à St. Gilgen (Salzburg), dernier modèle en fonctionnement. (DR collection monchu)


A partir des années 50, Girak construisit aussi des dizaines de télésièges à pinces fixes. Les premiers modèles étaient caractérisés par des voies larges, des pylônes treillis et des galets de grand diamètre.

Image
Construit en 1953, le TSF2 Schindlerbahn, à St. Anton (Tyrol) est l'un des tous premiers télésièges biplaces produits par Girak. (DR collection monchu)


A la fin des années 50, les frères Girak industrialisèrent leur gamme de télésièges à pinces fixes, en recourant aux motrices fixes intégrées à l'étage d'un bâtiment, aux stations retour tension aériennes à contrepoids, et aux pylônes caissonnés reliés à la tête par une pièce de liaison caractéristique, de section trapézoïdale.

Image
TSF1 de Grubigstein, à Lermoos (Tyrol), à pylônes caissonnés (DR collection monchu)


Image
TSF2 de Hüttererboden, à Hinterstoder (Haute-Autriche) (DR collection monchu)


Image
TSF2 Hössbahn, à Hinterstoder (Haute-Autriche) (monchu)


Le constructeur se distingua aussi par la réalisation d'appareils à pinces fixes spéciaux : remontées temporaires pour des expositions, lignes triangulaires ou parallèles, télécabine pulsée...

Image
TSF1 à gare intermédiaire en virage, à Kitzbühel (Tyrol) (DR collection monchu)


Image
Double TSF2 à Krvavec, en Slovénie (Rodo_Af)


Image
Télécabine pulsée de Hochwurzen, à Schladming (Styrie) (Rodo_Af)


Ne disposant pas de pince débrayable compatible avec les appareils monocâbles, Girak acquit au début des années 70 une licence pour les pinces à serrage par crémaillère, développées en Suisse par Gerhard Müller. En 1972, la télécabine du Pardatschgrat, à Ischgl, fut ainsi le premier appareil monocâble débrayable livré par Girak, avant que l'entreprise n'équipe le Planai de Schadming la même année, puis fournisse 11 autres appareils de 1973 à 1980.

Image
Coupe d'une pince Müller employée par Girak. (monchu)


Image
Gare intermédiaire de la télécabine du Pardatschgrat, à Ischgl (Tyrol) (DR)


Image
Télécabine de l'Ehrwalder Alm (Tyrol), à pinces Müller (DR collection monchu)


Gerhard Müller ne proposant aucune perspective d'évolution pour sa pince à crémaillère, les frères Girak se lancèrent à la fin des années 70 dans le développement de leur propre pince, pour répondre à la croissance du marché des appareils débrayables, et à l'augmentation des vitesses et des débits. Ils aboutirent en 1981 avec leur première pince, à came, bistable. La force de serrage est obtenue par un empilement de rondelles Belleville, mis en charge ou en décharge par un levier actionnant une came dont la forme offre à la pince 2 positions stables : lorsque le levier est vers le bas, les rondelles élastiques sont comprimées et la pince est fermée, tandis qu'elle est ouverte quand le levier est en position haute.

Certaines télécabines équipées de pinces Müller furent modifiées pour fonctionner avec la nouvelle pince à came, avec un débit supérieur, comme à Ehrwald, Fügen, Hintertux, Bad Kleinkirchheim ou Gleiming.

Image
Second tronçon de la télécabine des glaciers de Hintertux (Tyrol), à l'origine équipée de pinces Müller (DR collection monchu)


Image
Télécabine après modernisation avec des pinces à came (monchu)


La pince à came fut développée à l'origine pour des télésièges et des télécabines quadriplaces. Ces pinces de "type A" sont reconnaissables au fourreau étroit qui renferme les rondelles élastiques.

Image
Pince à came de type A. (Geofrider)


Image
Télécabine 4 places des glaciers de Hintertux (Tyrol), avec des pinces de type A (monchu)


Image
Télésiège 4 places du Schlegelkopf, à Lech (Vorarlberg), avec des pinces de type A (Geofrider)


Une seconde version de la pince fut conçue pour les appareils à 6 places et plus, qui nécessitaient une force de serrage plus importante. Ces pinces de "type B" sont caractérisées par le fourreau plus large, qui abrite des rondelles élastiques d'un diamètre supérieur. Elles furent mises en œuvre par Girak sur des télécabines à 6 places, et plus tard par Girak-Garaventa et Waagner-Biro sur des appareils transportant jusqu'à 15 personnes.

Image
Pince à genou de type B. (monchu)


Image
Télécabine 6 places de la Kaiserburg, à Bad Kleinkirchheim (Carinthie), avec des pinces à genou type B (Rodo_Af)


En 1996, la famille qui détenait la majorité du capital de l'entreprise vendit ses parts à son associé minoritaire, et au constructeur suisse Garaventa. La nouvelle entité, renommée Girak-Garaventa, bénéficia d'un catalogue élargi aux téléphériques et aux téléskis, jusque là absents de la gamme de Girak.


Légende
  • Reportage photographique
  • Reportage photographique avec bonne description l'accompagnant
  • Reportage technique, photos, descriptions avec aspects mécaniques mis en avant
  • Appareil démonté ou hors service définitivement
  • , , Fond d'écran, Vidéo, PDF...
  • Appareil pour les sports d'hiver
  • Appareil pour le transport Urbain
  • Appareil pour le tourisme / Attraction