En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 5Bannière 7Bannière 26Bannière 20

Reportages : "Au Cœur des remontées mécaniques"



Liste des remontées mécaniques Gimar


Retour à la liste des constructeurs

Gimar

logo

Nationalité : Française
Informations :

En 1980, faute de résultats suffisants, l'entreprise de construction métallique loirétaine Baudin-Chateauneuf se désengagea de son département remontées mécaniques isérois Weber, qu'elle avait acheté en 1972 à Henri Édouard Weber à son départ à la retraite. L'activité de Weber fut cependant reprise par deux de ses cadres, Dominique Mareau, entré chez Weber en 1974 comme responsable SAV-montage et service électricité, et Jean-Claude Giraud, qui rejoignit Weber comme ingénieur d'affaire après avoir débuté chez Poma. Les deux associés créèrent Gimar, contraction de leur deux noms.

Image
Jean-Claude Giraud et Dominique Mareau et le premier logo de la société, dérivé de celui de Weber
(A&M, DR, coll. G. Attard)


La société emménagea dans de nouveaux locaux à Grenoble et acheva des chantiers entamés par Weber, notamment la livraison d'un téléphérique pour EDF. Elle assurait également le SAV des installation Weber. Du fait de problèmes de sécurité et de limitation, l'utilisation sous licence de la pince débrayable à crémaillère Müller type C qui était employée par Weber ne fût pas reconduite.

L'accent fut mis sur le secteur industriel avec de nombreuses références pour EDF ou pour le compte de Bouygues, en particulier sur l’île de la Réunion. Gimar a également construit en Colombie le téléphérique mixte du barrage de Gavio, transportant des personnes et des matériaux. Cette activité industrielle représentait près de 70 % du chiffre d'affaire de la société.

Image
Téléphérique industriel Gimar sur l’île de la Réunion (A&M, DR, coll. G. Attard)


L'entreprise mit au point le Télébande, un convoyeur à tapis suspendu a intervalles réguliers à des pylônes, pouvant acheminer 200 tonnes par heure, utilisable aussi bien sur des courtes que des longues distances.

Image
Un convoyeur Télébande (A&M, DR, coll. G. Attard)


En matière de remontées mécaniques pour les sports d'hiver, Gimar avait tenté plusieurs innovations pour se démarquer de la concurrence . En 1981, le constructeur lançait la Varcompact, une station motrice de télésiège et télébenne, compacte et à entrainement hydrostatique. Il en installa notamment à Valmorel, La Foux, aux Deux Alpes et aux Menuires.

Image
Station Varcompact du TSF2 du Bois de la Croix à Valmorel (Valmo)


Gimar imagina également le TTR - Télésiège à Transit Rapide - un télésiège fixe pulsé, ou les sièges triplaces étaient regroupés de façon rapprochée en deux trains. L'embarquement s'opérait à la vitesse de 1,5 m/s tandis que la vitesse de ligne était portée à 4 m/s quand les sièges n'étaient plus en gare. Pour augmenter le débit, le TTR disposait de deux zones d'embarquement distinctes (chaque zone avait sa couleur de sièges dédiée) ; une sorte de double embarquement en simple contour. Seuls deux exemplaires ont cependant été réalisés : le TSF3 de Combelouvière et celui de la Madeleine, tous deux sur le domaine de Valmorel.

Image
TTR de la Madeleine à Valmorel ; on remarque le train de sièges rapprochés sur le
brin montant, et l'absence de véhicule sur le brin descendant (A&M, DR, coll. G. Attard)


Jean-Claude Giraud mourut en 1985 mais Gimar poursuivit son activité sous la direction de Dominique Mareau. En proie à des difficultés financières, Gimar fut cependant rachetée en 1988 par Bernard Drevet, ex-PDG de Montaz Mautino de 1986 à début 1988, dont il fit également l'acquisition en 1989 après le dépôt de bilan de l'entreprise (voir article détaillé A&M ici).

Une gamme de télésièges fixes quadriplaces fixes avec des motrices aériennes tripodes (motrice-tension) et bipodes (motrice seule) fut alors développée. Quatre exemplaires furent produits en deux saisons : pour Samoëns (Chariande 2), Peisey Vallandry (Plan de l'Ours), et Drouzin-le-Mont (Drouzin et Les Carres), avant que Bernard Drevet ne regroupe ensuite les deux constructeurs, d'abord sous le nom Montaz Mautino Gimar, puis rapidement sous l'appellation commerciale GMM.

Image
TSF4 des Carres à Drouzin, dernier appareil construit par Gimar (1989-1990) en son nom (Sebastien)


L'entreprise GMM produit aujourd'hui des téléskis et des télésièges fixes. Ces derniers reprennent d'ailleurs beaucoup d'éléments de la gamme quadriplace développée en 1988 par Gimar.

- le sujet consacré à Gimar sur notre forum
- fiche du constructeur GMM, issu de la fusion entre Gimar et Montaz-Mautino
- fiche du constructeur Weber


Légende
  • Reportage photographique
  • Reportage photographique avec bonne description l'accompagnant
  • Reportage technique, photos, descriptions avec aspects mécaniques mis en avant
  • Appareil démonté ou hors service définitivement
  • , , Fond d'écran, Vidéo, PDF...
  • Appareil pour les sports d'hiver
  • Appareil pour le transport Urbain
  • Appareil pour le tourisme / Attraction