En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 19Bannière 12Bannière 20Bannière 17

Reportages : "Au Cœur des remontées mécaniques"



Liste des remontées mécaniques Transcâble


Retour à la liste des constructeurs

Transcâble

logo

Nationalité : Française
Informations :

Trancâble est un ancien constructeur de remontées mécaniques fondé par le comte annécien Pierre(-Joseph) de Pingon.

Cet ingénieur s'était d'abord spécialisé, au début des années 1950, dans la conception de grues à tour au travers de sa société Pingon. Son premier exemplaire fut réalisé en 1954 dans les ateliers Tichauer de Belley, dans l'Ain, avec qui il conserva son partenariat pour la production.

Ce fut Marcel Arnaud qui convaincu Pierre de Pingon de se lancer dans la construction de remontées mécaniques. Cet ingénieur, qui supervisait pour Pingon la fabrication de gros modèles de grues, travaillait en parallèle sur la conception de remonte-pentes débrayables. Il avait même déposé plusieurs brevets.

Il obtint en 1958 pour Pingon la construction de trois téléskis débrayables, dont un à Mont-Saxonnex (Les Combes) et au Grand-Bornand (Télé-Baby du Chinaillon).

Image
Télé-Baby Pingon - Arnaud, au Grand Bornand (DR - coll Laurent Berne)


Les gares et les pylônes étaient basés sur une structure en treillis n'étant pas sans évoquer les éléments des grues Pingon. Mais la mise en service de ces remontées s’accompagna de quelques problèmes de fiabilité, en particulier d'une usure rapide des poulies.

Image
Gare Pingon - Arnaud du téléski des Combes à Mont-Saxonnex (DR)


Image
Pylônes treillis du téléski des Combes à Mont-Saxonnex (DR)


Marcel Arnaud quitta la société pour se lancer dans la fabrication de ses propres téléskis, avec un certain succès. Sa réussite fut cependant interrompue par Poma qui l'attaqua en justice pour contrefaçon.

Pingon réinvestit quant à lui le marché du téléski à perches après quelques saisons en créant la société Transcâble, basée à Sevrier sur les rives du lac d'Annecy. Le constructeur a notamment livré plusieurs exemplaires sur le domaine des Arcs (21 téléskis installés dans cette station !), de Val d'Isère ainsi que du Lioran.

Image
Téléski Pingon du Plomb du Cantal au Lioran (DP - collection Laurent Berne)


Ses appareils se repéraient :
- à leurs pylônes formant un ouvrage en T avec leur potence de décablage au sommet n'étant pas sans rappeler les éléments de ligne Montagner,
- ainsi qu'à leurs poulies montées sur un tube fixé à la potence par des colliers de serrage.

Mais Transcâble s'est surtout distingué en introduisant dès les années 1960 des pylônes tubulaires sans fondation en béton. Ces ouvrages étaient boulonnés à une embase métallique directement enfouie dans le sol, technique offrant l'avantage de limiter les coulages de massifs bétons aux seules stations terminales et aujourd'hui utilisée massivement sur les téléskis à enrouleurs.

Image
Tête d'un pylône de téléski Transcâble

Image
Vue de détail de la base d'un pylône Transcâble sans fondation béton et sa jambe de force.


A compter des années 1970, la gares motrices étaient identifiables à leur poutre longitudinale de manœuvre, permettant soulever facilement les différents organes mécaniques.

Image
Gares Pingon-Transcâble des téléskis des Lac à Bonneval-sur-Arc (Thomas)


En 1973, les activités grues de Pingon furent rachetées par Manubat. La division téléskis Transcâble fut quant à elle reprise par Charbonnages de France, qui amorçait à cette époque une vaste politique de diversification de ses activités comme alternative à l'abandon progressif des activités extractives de la houille. Le siège de la société déménagea à Annecy même.

Transcâble tenta sa chance sur le marché du télésiège en passant un accord avec le constructeur américain Yan Lift Engineering.

La société installa notamment en 1975 à Val Thorens deux appareils biplaces sous licence Yan Lift : La Moraine et Le Col. Le premier était équipé de pylônes en triangle prévus pour supporter une ligne double, avec les brins montants à l'intérieur de la voie, et les lignes descendantes à l'extérieur (l'évolution ne se fera cependant pas). Les télésièges avaient la particularité d'avoir des balanciers réglables en hauteur au niveau des zones d'arrivée et de départ pour s'affranchir des variations de la hauteur de neige.

Transcâble fut donc la première société à avoir installé sur l’hexagone du matériel du constructeur américain Yan Lift Engineering.

Image
TSF2 Transcâble (licence Yan) de la Moraine à Val Thorens avec des pylônes prévus pour une ligne double (inferno74)


Mais, déficitaire, Transcâble fit finalement faillite. Les brevets et l'activité furent repris en 1976 par la société Mécagé de Vénissieux, sous le nom de Mécalift, qui livra plusieurs téléskis débrayables modèle Pingon mais également des téléskis à enrouleurs et télésièges fixes biplaces, jusqu'à ce que le constructeur Skirail, aujourd'hui partie prenante du groupe Poma, lui succède à son tour.

Pierre-Joseph de Pingon poursuivit quant à lui une carrière dans la conception d'engins de travaux publics. Il fonda en 1975 à Annecy-le-Vieux la société Mécalac (Mécanique du Lac) produisant des pelles mécaniques. Il décéda en 1988.

- Sujet consacré à Transcâble sur le forum


Légende
  • Reportage photographique
  • Reportage photographique avec bonne description l'accompagnant
  • Reportage technique, photos, descriptions avec aspects mécaniques mis en avant
  • Appareil démonté ou hors service définitivement
  • , , Fond d'écran, Vidéo, PDF...
  • Appareil pour les sports d'hiver
  • Appareil pour le transport Urbain
  • Appareil pour le tourisme / Attraction