En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 22Bannière 25Bannière 37Bannière 14

 FUNI du Tibidabo

Barcelone

Agudio

T3 ES
Description rapide :
La première ligne de remontée-mécanique pour voyageurs d'Espagne.

Mise en service en : 1958



Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : lolo42
Section écrite le 12/10/2008 et mise à jour le 22/07/2011
(Mise en cache le 23/08/2013)


    Image

Barcelone, grande métropole Espagnole, est la principale agglomération de la Catalogne. C’est une ville aux multiples visages : une cité animée, festive et créative, mais qui affiche également fièrement son histoire catalane et ses traditions religieuses Catholiques. Nombre de lieux sont illustratifs de cet éclectisme culturel. A ce titre, l’église de la Sagrada Familia, imaginée par l’architecte Gaudi, constitue certainement l’exemple le plus représentatif. Dominant l’agglomération barcelonaise, le pic du Tibidabo reflète également à sa façon cette double facette : son Eglise du Sagrat Cor (Sacré Cœur) y côtoie le parc d’attractions de la ville. L’ensemble est desservi par un sympathique appareil : le funiculaire du Tibidabo, la ligne de remontée-mécanique historique d’Espagne, que nous vous invitons à découvrir au travers de ce reportage.

Au sommaire :

  • La montagne magique
  • Le destin lié du « Tramvia Blau » et du Funiculaire
  • L’actuel funiculaire du Tibidabo
  • Le voyage en funiculaire
  • Les véhicules
  • Un treuil neuf signé Agudio



La montagne magique

Du haut de ses 512 mètres d’altitude, le Tibidabo constitue le point culminant de la Serra de Collserola, une petite chaine de montagne qui vient marquer la limite nord-ouest de l’agglomération barcelonaise. L’endroit revêt de multiples intérêts dont en premier lieu bien entendu, son panorama splendide sur tout Barcelone, avec, en toile de fond la Méditerranée qui s’étend à perte de vue. C’est donc tout logiquement que, dès la fin du XIXè siècle, un programme d’urbanisation est lancé sur l’initiative de Salvador Andreu.

Nombreux architectes ont, ainsi, exercé leur talent sur la montagne, et bon nombre de constructions sont démonstratives d’un style moderniste très affiché. Moins connues que les habitations bourgeoises du quartier Eixiample, ces villas dissimulées par la végétation méritent cependant le détour.
D’autres constructions d’architectes marquent la silhouette de la montagne depuis la ville : l'Observatoire Fabra, conçu par Josep Domenech i Estapé, mais également, la récente Tour Collserola de Norman Coster.
En parallèle, est commencée en 1902 la construction de l’église du Sacré Cœur, une œuvre, encore une fois, moderniste, signée par Enric Sagnier i Villavecchia. Un ensemble achevé en 1964, visuellement très riche, et dont l’architecture met en exergue différents symboles religieux.

Le parc d’attractions ouvre quant à lui ses portes dès 1899. A ce titre, il constitue de plus ancien parc d’amusement d’Espagne et un des premiers d’Europe. L’ensemble se développe à flanc de montagne de façon étagée sur 6 paliers différents. La partie haute, niveau 0, est en libre accès et constitue la portion historique, fièrement conservée par l’exploitant. Elle rassemble diverses attractions au charme quelque peu désuet, dont le célèbre « avion », symbole du parc. En 120 ans, le parc a cependant su évoluer et dispose désormais, dans un cadre verdoyant, de nombreux « rides » de toute sortes (train de la mine, grand huit, cinéma 4D, rivière canadienne, Top Spin…), avec, également, des espaces spécialement dédiés aux plus petits. Tibidabo Amusement Park a récemment investi dans un nouveau coaster et s’est vu attribué la norme qualité ISO9001-2000. Il constitue une des sorties du dimanche des familles barcelonaises.

De part les différents centres d’intérêt qu’il revêt, et surtout, la présence du parc, le Tibidabo va rapidement trouver le surnom de « montagne magique ».
Son développement va donc, tout logiquement, appeler à réfléchir à sa desserte par des moyens de transport en commun. C’est donc dès 1901 qu’est mis en place une ligne de tramway, et, dans son prolongement, un funiculaire conduisant au sommet.


    La splendide vue sur Barcelone :
    Image

    L'église du Sacré Cœur et la grande roue du parc :
    Image


Le destin lié du « Tramvia Blau » et du Funiculaire

L’idée du funiculaire nait il y a plus de 120 ans dans la tête de Salvador Andreu, qui crée en 1898 la Sociedad Anonima d’el Tibidabo dans le but d’implanter le parc d’amusement et par la même un moyen de transport ferré pour accéder facilement, depuis le centre de Barcelone au pic du Tibidabo. Les travaux sont confiés à l’ingénieur Bonaventura Queralt Roig.
Si, dans la partie basse, le relief permet la mise en place d’une ligne de tramway depuis Barcelone, la morphologie de la montagne oblige plus haut à faire appel à une solution jusqu’alors inédite en Espagne : le funiculaire. Après plusieurs mois de travaux, les deux appareils sont finalement inaugurés conjointement le 29 octobre 1901.

Le tramway est alors équipé de 4 véhicules automoteurs de 45 places mus par l’énergie électrique. Fort de son succès, lié à celui du funiculaire, la ligne sera prolongée dès 1904, et 6 automotrices similaires viennent compléter celles existantes.
Les véhicules sont repeints en 1942 dans une livrée bleue qu’ils conservent encore aujourd’hui et qui offrira finalement à la ligne son nom d’exploitation actuel : Tramvia Blau (Tramway bleu).
Après quelques vicissitudes financières, le tram est repris par la TMB (Transports Metropolitans de Barcelona). Il relie la place Kenedy au départ du funiculaire place Dr Andreu via quelques arrêts intermédiaires. Il constitue un des plus anciens transports publics encore en activité en Europe avec son matériel d’origine.

Notre funiculaire du Tibidabo se développe donc dans le prolongement direct du tram. Depuis le terminus de ce dernier, il conduit les visiteurs directement aux portes du parc et de l’église du Sacré Cœur.
Les deux véhicules qui l’équipent en 1901 évoluent en va et vient sur une voie d’un peu plus de 1100 mètres de long avec un évitement central Abt, et sont mus par un câble actionné par un moteur électrique situé en gare amont. Une configuration, certes, classique, mais très moderne pour la première remontée mécanique du pays !
Le débit initial du tram ayant été augmenté, dans la perspective de l’exposition universelle, on double également, en 1922, la capacité du funiculaire en adoptant des nouvelles rames chacune composées de deux wagons. Cette première version du funiculaire va fonctionner jusqu’en janvier 1958.

    Vue aérienne des deux lignes tram et funiculaire :
    Image

    Le tramvia Blau devant la gare de départ du funiculaire :
    Image
    Archives FGC - Remerciements à Jose Mora

    Petit voyage dans le temps avec le funiculaire à ses débuts :
    Image
    (cliché DR)

    Image
    (cliché DR)

    Le haut de la ligne après 1922 : deuxième génération de véhicules :
    Image
    (cliché DR)

    Et enfin une photo en parfait état, en couleur, de Dewi Williams datée d'août 1956 montrant l'appareil avec un véhicule de 1922 !
    Image
    (Photo Dewi Williams, remerciement José Mora)

    La plaque commémorative célébrant les 100 ans du tram et du funiculaire :
    Image


L’actuel funiculaire du Tibidabo

Devant le caractère vétuste de l’installation plus que cinquantenaire, la Sociedad Anonima d’El Tibidabo décide de procéder à la reconstruction de l’appareil. C’est la société barcelonaise Macosa (Material y Construcciones S.A.) qui est chargée de mener à bien l’opération.
Si la gare aval, au cachet certain, est conservée, l’ensemble de la voie est lui reconstruit et la machinerie changée. L’appareil va également bénéficier pour l’occasion de nouveaux véhicules aux allures d’autorails.
Le funiculaire du Tibidabo devient un appareil sûr, confortable et performant : il se dote également de systèmes de sécurité renforcés, d’une alimentation électrique via caténaires pour les différents automatismes et l’éclairage des rames. A la sortie, le débit est porté à 720 personnes/heures.

Après plusieurs décennies de fonctionnement, l’état de l’appareil s’était cependant peu à peu dégradé… A ce titre, la déco taguée des véhicules était relativement révélatrice. Cependant, avec un nombre de visiteurs du parc d’attractions en constante augmentation, la BSM, qui assure désormais la gestion de ce dernier et de la remontée, mais également celle de nombreuses autres infrastructures barcelonaises telles le stade olympique ou bien encore le zoo, lance donc en 2006 un programme d’investissement de 1,85 millions d’Euros pour la rénovation et mise en valeur du funiculaire. Celle-ci s’opère en plusieurs phases.
La première intervention est réalisée par Agudio, société du groupe HTI de Michael Seeber, et a consisté en un remplacement complet du câble et du treuil (poulies, moteur, réducteur et système de freinage), ainsi qu’en une mise aux normes des installations électriques.
S’en est suivi tout récemment, la réhabilitation complète de la salle de contrôle, puis enfin de la station inférieure, place du Dr Andreu, et enfin, l’adoption d’une nouvelle livrée au look plus festif, nettement plus accueillante pour la clientèle essentiellement familiale qui emprunte l’appareil.
Avec sa nouvelle motorisation, Agudio a dimensionné le funiculaire pour un fonctionnement à 10m/s pour permettre un doublement de la fréquence des trajets, et par la même du débit.
Le funiculaire fonctionne désormais tous les jours de l’année. L'ensemble tram-funiculaire est relié au réseau de transport de la ville (correspondance Métro ligne 7, station Kennedy), mais il convient cependant de s’acquitter d’un ticket d’accès pour chacun des deux appareils.
Une remarque particulière à destination des vététistes : n’hésitez pas non plus à emprunter l’appareil : il accepte les vélos sans surcoût et la Serra de Collserola offre bon nombre de beaux parcours intéressants.


    Situation des appareils sur le plan des transports de Barcelone :
    Image


Caractéristiques du Funiculaire du Tibidabo :
    Nom de l'installation: Funiculaire du Tibidabo
    Type : funiculaire pendulaire
    Configuration : monovoie à évitement central Abt
    Année : Premier funiculaire : 1901, Ligne actuelle : 1958
    Constructeur : Macosa (1958) - Agudio (2007)
    Exploitant: BSM (Barcelona de Serveis Municipals)
    Saison: toute l'année
    Prix du transport : 2 € (Aller simple), 3 € (Aller/retour)(tarifs 2008)

    Véhicules : 2 rames de 2 wagons
    Capacité : 113 places
    Débit : 1600 p/h
    Vitesse d'exploitation : 10 m/s (max)

    Altitude aval : 223 m
    Altitude amont : 501 m
    Dénivelée : 278 m
    Longueur développée : 1152 m
    Pente maxi : 25,7%

    Ecartement voie : 1000 mm
    Câble tracteur : 38 mm
    Gare motrice : Amont
    Moteur : 800 Kw

Le voyage en funiculaire

La gare aval :

La gare aval du funiculaire est située au terminus du Tramvia Blau, sur la petite place du Docteur Salvador Andreu, baptisée ainsi en hommage au promoteur des deux appareils.
Restauré avec discrétion, le bâtiment n’a, extérieurement, pas fondamentalement évolué depuis sa construction en 1901. Il conserve tout le charme de ces petites gares du début du siècle précédant avec de nombreux détails typiques. On remarquera particulièrement les imposantes planches de rives joliment travaillées qui surplombent la façade principale. A côté de l’entrée, une petite plaque de l’institut géographique national nous informe sur l’altitude précise de la gare : 223,5 mètres.

    Image

    Image

    Image

    La plaque indiquant l’altitude de la gare :
    Image

    La caisse :
    Image

    Une rame est présente à quai :
    Image

    Les portes sont ouvertes, il ne reste qu'à embarquer...
    Image

La ligne :

Avec ses 1152 mètres, la ligne du Tibidabo possède le tracé le plus long des funiculaires de Catalogne. L’appareil dispose d’une voie métrique parfaitement rectiligne avec évitement central Abt. Sa pente suit à quelques choses près le profil relativement régulier de la montagne et progresse durant tout le trajet pour atteindre 25,7 % en entrée de gare amont, quelques 278 mètres plus haut. Seuls quelques passages ont nécessité de légers décaissements de terrain.
Le tracé traverse par 3 fois des petites voies routières, 2 fois par dessous, et 1 dernière fois par dessus. Enfin, on ne manquera pas de remarquer la présence de caténaires sur l’ensemble de la ligne destinées à alimenter les fonctions électriques des rames.

    Image

    Nous quittons la gare aval...
    Image

    Image

    Image

    Passage sous le premier pont :
    Image

    Image

    L'évitement central Abt :
    Image

    Image

    Passage sous le second pont :
    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Ancien arrêt au pied du parc :
    Image

    Image

    Passage sur une voie routière :
    Image

    Image

    Arrivée d’un véhicule en gare amont :
    Image

    Image

    Le haut de la ligne depuis la gare amont :
    Image


La gare amont

La gare amont de l’appareil est située à 501 mètre d’altitude. La station est totalement intégrée dans la construction qui héberge différents « étages » qui composent le parc d’attractions. C’est ici que sont situés le poste conduite principal et le récent moteur de l’installation.
On franchit quelques marches et l’on aboutit à l’extérieur, sur l’esplanade centrale du Tibidabo, à l’entrée du parc et au pied de l’église du Sacré Cœur.

    L'étage inférieur :
    Image

    Image

    Image

    Au niveau supérieur : la salle d’attente de la gare amont :
    Image

    Sortie de la gare :
    Image

    Le bâtiment depuis l'esplanade du Tibidabo et le Sacré Coeur en arrière-plan :
    Image


Les véhicules

Les véhicules qui équipent le funiculaire sont issus de la reconstruction effectuée par Macosa en 1958. Même si leur aspect « vielle automotrice » de ligne ferroviaire secondaire dénote aujourd’hui au regard du treuil, poste de commande et système électrique entièrement neufs, il faut bien leur reconnaître un confort de roulement exemplaire et une conception relativement évoluée pour l’époque : éclairage intérieur, feux de signalisation, alarmes, portes à commandes électriques… L’ensemble prend son énergie via les caténaires. De fait, chaque wagon dispose à cet effet d’un pantographe losange, qui, pour l’anecdote, fait croire à pas mal de visiteurs néophytes en la matière que les rames avancent grâce à un moteur électrique qui les équiperait…
Dans l’attente d’un remplacement futur, on notera tout de même l’effort réalisé en 2007 par la BSM pour relooker ces véhicules vintages : fini l’époque des tags, et place à une décoration festive et envolée : bandeaux bleus sur fond blanc pour la rame n°1, et bandeaux jaunes sur fond bleu pour la rame n°2.

    Les précédentes livrées des véhicules :
    Image
    (remerciements à Jose Mora)

    La nouvelle livrée de la rame 1 :

    Image

    Image

    Image

    La nouvelle livrée de la rame 2 :

    Image

    Image

    Image

    Image

    L'intérieur des véhicules :

    Image

    Image

    Image

    Image

    Le poste de conduite :

    Image

    Image


Un treuil neuf signé Agudio

Le funiculaire du Tibidabo est un appareil de fonctionnement très classique. Les rames sont tractées par un unique câble de 38 mm réalisant une demie-boucle haute et renvoyé en gare amont grâce à un système de poulie folle – poulie double gorge d’un diamètre de 3,2 mètres. C’est cette dernière qui assure la motricité de l’installation, grâce au récent moteur électrique Sicmemotori développant une puissance de 800 kW.
Agudio a choisi, pour la marche de secours du funiculaire, une solution adoptée depuis déjà longtemps par sa grande sœur Leitner du même groupe : un petit moteur thermique totalement indépendant du treuil principal alimente une pompe qui transmet la pression à un motoréducteur hydraulique situé à proximité de la poulie motrice. Ce dernier vient donc, le cas échéant, s’engrener sur une couronne crantée solidaire de la poulie. Il permet un rapatriement des véhicules même en cas de casse du réducteur du treuil principal.
Deux freinages sont présents : un agissant directement en couronne sur de la poulie motrice, et un second avec un volant d'inertie, situé entre le moteur et le réducteur.

Petite visite illustrée du local technique....

    Principe d'organisation du renvoi :
    Image

    La poulie motrice :
    Image
    Photo Agudio Spa

    La poulie folle :
    Image
    Photo Agudio Spa

    Principe de fonctionnement du treuil :
    Image

    Parcourons en détail les différents éléments du treuil...
    Image
    Photo Agudio Spa

    La poulie motrice et l'arbre de transmission :
    Image
    Photo Agudio Spa

    L'arbre de transmission en sortie de réducteur.
    Il est composé de deux parties, une solidaire du réducteur, l'autre de la poulie, reliées par la pièce de liaison centrale :
    Image
    Photo Agudio Spa

    Le frein entre le morteur et réducteur :
    Image
    Photo Agudio Spa

    Le moteur Sicmemotori et le frein avec son carter de protection :
    Image
    Photo Agudio Spa

    La marche de secours : le motoreducteur hydraulique qui s'engrène sur la couronne crantée de la poulie motrice :
    Image
    Photo Agudio Spa

    Et enfin pour finir deux photographies de la poulie motrice en sortie de fabrication chez Agudio :
    Image
    Photo Agudio Spa

    Image
    Photo Agudio Spa


En conclusion

Si le funiculaire du Tibidabo apparaît aux premiers abords quelques peu désuet, la toute récente remise à neuf par Agudio de son treuil et de sa partie électrique, et, bien entendu, le succès croissant du parc, font que cette installation touristique barcelonaise de premier plan peut aborder l’avenir avec grande sérénité.
La montée au Tibidabo via ce petit tram bleu, un vétéran des transports en commun d’Europe, et ce funiculaire, première remontée mécanique d’Espagne destinée au transport de voyageurs, constitue d’ailleurs, sans conteste, une des promenades les plus atypiques de Barcelone.




-Texte : Laurent BERNE
-Photos : Rodo Af
-Remerciements à Agudio (www.agudio.com)et Jose Mora pour ses informations et ses documents (site de jose)
-Site internet Tibidado : www.tibidabo.es





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.09362 secondes. 23 requete(s).
123 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés