En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 6Bannière 14Bannière 35Bannière 16

 TCD10 du Complexo do Alemão

Rio de Janeiro

Poma

T3 ES
Mise en service en : 2010

Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Partie 1
Auteur de ce reportage : rodo_af
Section écrite le 22/06/2013 et mise à jour le 03/08/2013
(Mise en cache le 17/08/2014)

Image


Rio de Janeiro et ses favelas

Avec ses 6,1 millions de Cariocas (nom donné aux habitants de Rio), et une agglomération atteignant près de 11 millions de personnes, Rio de Janeiro est la deuxième plus grande ville du Brésil derrière São Paulo, la capitale économique.

Rio, c’est une température annuelle moyenne de 24° et un nom évocateur de vacances, de soleil et de fêtes… C’est, à juste titre, la capitale touristique et culturelle du pays… Qui ne connaît pas la plage mythique de Copacabana qui étend son banc de sable fin sur plus de 4 kilomètres, son carnaval de réputation mondiale, son Cristo Redentor (Christ Rédempteur), majestueuse statue de 38 mètres qui veille sur la ville au sommet du pic du Corcovado ou bien encore le Pão de Açucar (le Pain de Sucre), un pic rocheux de 395 mètres de haut à la forme si singulière qui domine directement l’océan Atlantique, avec son célèbre téléphérique qui conduit à son sommet (voir le reportage : TPH65 du Pain de Sucre).

Rio est également connu pour ses favelas, des quartiers pauvres qui regroupent plus de 20 % de la population de la ville, aménagés avec des habitations souvent précaires densifiées sur des espaces contraints. Les favelas ont grandi sans présence de l’état sur les flancs des collines adjacentes du centre-ville et sont souvent le théâtre de violences, du fait du trafic de drogue et de guerres des gangs. Cependant, même si les situations entre favelas demeurent inégales, la municipalité tente d'effectuer depuis quelques années un travail important de viabilisation, en construisant « en dur », en apportant les différents réseaux de fluides jusqu'au cœur des quartiers, mais également des services publics.

Mais un problème de fond est que les favelas sont concentrées sur les pentes escarpées des collines, et ne sont reliées à aucun grand axe de transport. Sans connexion directe au reste de la ville, aucun développement n'était possible sur le long terme. Eu égard au relief et à la densité d'occupation au sol, pour répondre à cette problématique, la municipalité a choisi la solution du transport par câble, inspirée par l'exemple des Métrocâble construits par Poma à Medellín (Colombie) dans un environnement similaire (voir les reportages ici). Les premières favelas de Rio a avoir bénéficié de ce type d'équipement sont celles du Complexo do Alemão, desservies depuis 2011 par une télécabine !

Vue sur les favelas du Complexo do Alemão et la gare Palmeiras de la ligne de télécabine,
Image




Le "teleférico" : outil de développement social du Complexo do Alemão

Le Complexo do Alemão est un ensemble de treize favelas réparti sur 300 hectares et comptant environ 150 000 habitants. Le Complexo était jusque là réputé pour être la partie la plus dangereuse de Rio. Les narcotrafiquants y faisaient régner leur loi. Sous l’impulsion du Président Lula, avec en ligne de mire la préparation de la Coupe du Monde de 2014, l’Etat fédéral du Brésil et l’Etat de Rio ont décidé de conduire une politique d’intégration de ces quartiers au reste de la ville. Un vaste plan de développement de 250 millions d'euros a ainsi permis la création d’un hôpital, d’un collège, d’une crèche mais également de commissariats de police. Pour tisser un lien entre les favelas, ses nouveaux services et le reste de la ville, une impressionnante télécabine 10 places disposant de six gares a vu le jour : le « Teleférico do Complexo do Alemão », également appelée ligne « Teleférico A », véritable outil de développement social.

Vue aérienne de la ligne (© Google Earth)
Image

Le Président Lula, en visite au Complexo do Alemão en décembre 2011 (CC by-sa-nc SEASDH),
Image

Le tronçon 2, entre les gares de Baiana et Adeus,
Image



La télécabine assure une desserte optimisée du Complexo do Alemão et, avec sa gare multimodale terminale de Bonsucesso, le met en liaison directe avec la ligne de trains urbains de Rio. Alors qu'il n’existait jusque là aucun transport en commun entre la ville et les favelas du Complexo, la télécabine offre désormais une desserte rapide, en toute sécurité et pour un coût modique (1 trajet aller simple est à 1 R$ soit 0,34 €). L’appareil dispose d'un débit de 2800 p/h par sens d’exploitation et est ouvert tous les jours de 6 à 21 heures (horaires adaptés le dimanche et les jours fériés de 8 à 20 heures). La télécabine constitue ainsi une amélioration radicale de la vie quotidienne pour les habitants du Complexo.

Le téléporté a par ailleurs permis la création de 200 emplois directs (le personnel de la maintenance, d’exploitation, de sécurité, d’entretien, de billetterie, etc...), avec un recrutement principalement effectué au sein même des favelas.

Localisation de l’appareil sur le plan de transports en commun du train inter-urbain de Rio :
Image




La plus vaste ligne de transport par câble en milieu urbain

Le chantier, d'un coût de 20 millions d'euros (coût de l'appareil seul) a été réalisé en 24 mois par le constructeur français Poma en collaboration avec le consortium brésilien Rio Melhor regroupant les entreprises Odebrecht, OAS et Deltac. Pour construire les gares et implanter les pylônes, on a du reloger près de 1.800 familles. Les bâtiments ont été dessinés par l'architecte Paulo Santos et s’affirment comme une signature visuelle forte du projet. Leurs volumes importants répondent à la topographie du terrain : les gares marquent l’espace tels des jalons et assoient l’appareil dans le paysage, témoignant ainsi de la présence de l'état et des services publics au cœur de ces quartiers. La décoration de ces bâtiments a été réalisée par des artistes brésiliens comme Romero Britto, Eduardo Kobra, Edmar Moreira… Elle fait appel a des couleurs vives destinées à symboliser l’esprit de fête de la capitale mondiale de la samba. Chaque station est liée en parallèle à une activité sociale particulière : service juridique, formation-orientation pour la jeunesse, conseils dans les domaines de l'assurance et de la banque...

Le tractopelle prépare le terrain de la future station Adeus (CC by-sa-nc Memórias do PAC),
Image

Construction des stations de la télécabine (CC by-sa-nc Memórias do PAC/Dhani Bborges),
Image


Durant les travaux, d'importants moyens ont été mis en oeuvre pour assurer la sécurité des travailleurs et assainir le Complexo, jusqu'alors tenu par le gang du Comando Vermelho. Des associations ont servi d'intermédiaires entre les autorités et les habitants. L'armée est aussi venue prêter main-forte : l'une des images fortes reste d'ailleurs l’assaut final du dimanche 28 novembre 2010, mené avec chars et hélicoptères par les troupes de l’armée contre les narcotrafiquants. Symbole de la victoire des forces publiques, l’image du drapeau brésilien flottant sur le toit d’une station du téléphérique au sommet du Complexo a fait le tour du monde ! L'armée a ensuite pu laisser la place aux Unités de Police Pacificatrice (UPP). Pour autant, « Nous avons commencé la construction alors que la favela n’était pas encore pacifiée. Mais comme nous employions les habitants du quartier, nous n’avons jamais été inquiétés par les barons de la drogue » précise Benjamin Dunesme, le chef du projet, chez Poma.

Avec une longueur de 3.460 mètres et 6 gares, c'est à ce jour la plus vaste ligne de transport par câble en milieu urbain. Il s’agit techniquement d'une double ligne Multix avec deux boucles de câble distinctes. Chacune dispose de sa gare de tension mais l'ensemble est jumelé par le biais d'une unique gare intermédiaire motrice via une poulie d'entraînement à double-gorge.

Image


La télécabine dispose d’une première boucle de câble qui relie la gare terminale de Bonsucesso (G1 - tension) (commune au réseau de trains urbains), à la gare de Baiana (G3 - motrice), via une gare intermédiaire (G2). Puis, une seconde boucle de câble relie la station motrice Baiana à la gare terminale de Palmeiras (G6 - tension), via deux gares intermédiaires (G4, G5).

L'appareil possède des gares ouvertes dans les deux sens assurant une desserte optimale du Complexo. La plupart des gares font assumer à la ligne un changement de direction important (jusqu'à 79,4°), ce qui donne un étonnant maillage zigzaguant à travers les favelas ! Ce nombre conséquent de stations et ces angles de ligne ont imposé une gestion du cadencement des cabines au niveau des stations terminales G1 et G6, mais également de la station motrice G3 et de la station intermédiaire G5 (Itararé).

Changement de direction au dessus des favelas,
Image


Cet équipement, ouvert au public au début de l’année 2011, a été inauguré officiellement le 11 juillet 2011 par Dilma Rousseff, présidente de la république du Brésil.

Il est à noter, que la télécabine du Complexo do Alemão est une première au Brésil pour ce type d’équipement urbain. Il donc fallu former les équipes à ces nouveaux métiers, sachant que les gens découvraient le transport par câble et le fonctionnement de ce type d’appareil.

Inauguration de la télécabine du Complexo do Alemão par le Président Dilma Rousseff (CC by-sa-nc Blog do Planalto 01),
Image


Vue des gares de Itararé, Alemão, Baiana et au fond, Adeus,
Image

Les gares d’Itararé et de Palmeiras,
Image


Pour l'anecdote, l’équipe technique a rencontré un problème assez récurent qui n’avait pas été anticipé : il s’agit de la nuisance des cerfs-volants. En effet, ici au Brésil, ces jouets pour enfants et adultes sont très populaires. L’un des jeux phares est celui du duel, ou deux cerfs-volants s’affrontent dans les airs, l’objectif étant de couper le fil de l’adversaire. Dans ce but, les cerfs-volants sont équipés de filins résistants et très coupants. Ceux-ci abîment sur leur passage la ligne de sécurité et endommagent même les cabines. Au vu de ce problème, l’exploitant a dû lancer une campagne d’information et agir auprès de la population du quartier pour éviter que les jeux de cerfs-volants ne se déroulent à proximité de la télécabine ; de plus des renforts ont été ajoutés sur la ligne de sécurité afin de réduire les arrêts de l’appareil.


Les caractéristiques de la télécabine du Complexo do Alemão:

* Caractéristiques générales:
Type : télécabine à pinces débrayables
Exploitant : Supervia
Constructeur : Poma
Modèle : Multix 10
Année de construction : 2010 - 2011
Inauguration : 07 juillet 2011

* Caractéristiques d’exploitation :
Période d’exploitation : annuelle
Horaire d’exploitation en 2013 : 06 h à 21 h (sauf dimanche et jours fériés : 08 h-2 0h)
Tarif en 2013 d’un trajet aller simple : 1 R$ (soit 0,34 €)
Vitesse d'exploitation : 5 m/s
Vitesse en marche de secours : 1 m/s
Débit : 2800 p/h
Temps de trajet : 17 minutes entre stations terminales

* Caractéristiques géométriques :
Altitude G1 - Bonsucesso : 20 m
Altitude G2 - Adeus : 137 m
Altitude G3 - Baiana : 82 m
Altitude G4 - Alemão : 120 m
Altitude G5 - Itararé : 105 m
Altitude G6 - Palmeiras : 142 m
Dénivelé : 122 m
Longueur : 3.460 m
Nombre de pylônes : 25
Sens de rotation : antihoraire

* Caractéristiques techniques :

Gare motrice : gare Baiana (G3)
Motorisation principale 1 : 2 moteurs à courant continu de 630 kW T-T Electric
Motorisation principale 2 : 2 moteurs à courant continu de 630 kW T-T Electric
Motorisation de secours : 2 moteurs à courant continu Bonfiglioli
Réducteur : Kissling PK22-XXL
Freins : 2 x 2 freins hydrauliques LP FE 100 sur poulie motrice

Gares de tension : gare Bonsucesso (G1) ; gare Palmeiras (G6)
Type de tension : hydraulique à fonctionnement intermittent, par vérin
Effort nominal vérin G1 : 79.000 daN
Pression nominale vérin G1 : 151 bars
Effort nominal vérin G6 : 81.800 daN
Pression nominale vérin G6 : 177 bars

* Caractéristiques du câble :
Diamètre : 52 mm
Composition : 6 x 31 ws
Type d’ame : structure pleine, rigide et plastique
Option : galvanisé

* Caractéristiques des véhicules :
Constructeur : Sigma
Type de véhicules : Diamond C10S210
Capacité : 10 passagers (8 assis + 2 debout)
Nombre de véhicules : 152
Type de pinces : LPA
Garage : gare Bonsucesso (G1)




La gare de Bonsucesso (G1 - Tension)

Image

La gare de Bonsucesso est la station aval et le point de départ de la ligne de la télécabine du Complexo do Alemão. Il s’agit d’une gare de transport intermodale avec, en rez-de-rue, une station de trains interurbains et au niveau supérieur, le départ de la télécabine qui traverse l’ensemble des favelas du Complexo do Alemão. A cela s’ajoute des arrêts de différentes lignes de bus urbains de la ville de Rio.

Au sein de ce vaste bâtiment nous trouvons différents petits commerces et une billetterie commune au réseau de trains et à la télécabine, tous deux exploités par la même société : Supervia.

Différentes vues, depuis la rue, du bâtiment de la gare de Bonsucesso,
Image

Image

Image

Au rez-de-chaussée la station du train régionale,
Image

Dans l’entrée du bâtiment de la gare, on trouve plusieurs petits commerces,
Image

La billetterie. En 2013, tarif d’un billet aller simple de la télécabine ; 1 R$ (soit 0,34 €),
Image

Un kiosque touristique propose une visite de la favela Alemão : la télécabine devient un outil de développement touristique du quartier et de la ville,
Image

Les bornes de contrôle des titres de transport,
Image

L’accès au quai de départ, via l’escalier,
Image

La plaque commémorative de l’inauguration de l’appareil effectué le 7 juillet 2011 par Dilma Rousseff, Président de la république du Brésil
et la plaque commémorant le 1er million de passagers, lors du passage du Premier Ministre français François Fillon,
Image

De nombreuses personnes viennent juste « visiter » le quartier et se faire prendre en photo devant la télécabine,
Image

Vue d'ensemble de la station Multix
Image

Image

Image

Le quai de départ,
Image

Image

Image

Dans le poste de conduite, l’armoire électrique, ainsi qu’un brancard permettant d’apporter les premier secours si nécessaire,
Image


Détails de la station retour-tension


La gare Bonsucesso est l’une des deux stations de tension. Le vérin hydraulique effectue la tension de la première boucle de câble qui mène jusqu’à la gare Baiana (G3), station motrice de l’installation.

Dans la gare : la poulie retour tension,
Image

Le vérin hydraulique qui effectue la tension du câble,
Image

L’armoire de la centrale hydraulique,
Image

La centrale hydraulique,

Image


Le garage

La gare Bonsucesso dispose d'un vaste garage prévu pour accueillir les 152 cabines de l’appareil. En pratique les cabines ne sont pas décyclées entre deux journées d’exploitation, sauf rares exceptions. D'ailleurs le garage est d'utilisation manuel.

On y trouve un atelier d’entretien des pinces et les locaux techniques permettant l’entretien quotidien de ce vaste parc de cabines.

Sur la gauche l’accès au quai, sur la droite…
Image

… la porte d’entrée du garage,
Image

Avant de sortir du garage, les cabines sont systématiquement lavées,
Image

Vue d’ensemble du garage,
Image

Image

Image

Sur la droite une nacelle de service,
Image

Le poste d’entretien des pinces,
Image

La cabine blanche est utilisée pour les tournages d'une série TV dont de nombreux épisodes se déroulent dans le quartier d’Alemão,
Image

Image




La ligne : 1er tronçon (G1 - G2)

Image

* Caractéristiques de la ligne :
P1 :
4S/C - 4S/C
P2 : 4S-2C / 4S2C
P3 : 8S / 8S
P4 : 10S / 10S
P5 : 12S / 12S

Le départ, avec le pylône P1, Balancier 4S/C - 4S/C,
Image

Image

Vue arrière sur l’ensemble de la gare Bonsucesso,
Image

Image

P2,
Image

Balancier 4S-2C / 4S-2C,
Image

Image

P3,
Image

P4,
Image

P5,
Image





La gare Adeus (G2)

Image

Perchée sur la colline d'Adeus à 137 mètres d'altitude, la gare éponyme est la seconde plus haute de la télécabine du Complexo d'Alemão. Techniquement, il s'agit d'une simple station intermédiaire. La ligne y assume une déviation de 27,8° via trois poulies de déviation.

Approche de la gare Adeus,
Image

Image

Arrivée d’une cabine en gare,
Image

Vue d’ensemble du quai,
Image

Les 3 poulies de déviations,
Image

Image

Image

Image

Après le départ, vue de face de la gare Adeus,

Image




La ligne : 2e tronçon (G2 - G3)

Image

* Caractéristiques de la ligne :
P7 : 12S / 12S
P8 : 8S / 8S
P9 : 8-4C / 8S-4C
P10 : 8-4C / 8S-4C
P11 : 10S / 10S

P8, vue plongeante sur la favela d’Alemão,
Image

Image

P9,
Image

P10,
Image

Balancier 8S-4C / 8S-4C,
Image

Image

P11,
Image

Balancier 10S/10S,
Image

La base du pylône avec un accès protégé pour éviter une intrusion sur l’échelle,
Image

Image





La gare Baiana (G3 - motrice)

Image

La gare de Baiana est située à respectivement 1.592 mètres et 1.868 mètres des gares terminales de Bonsucesso (G1) et de Palmeiras (G6). Du fait de cette position relativement centrale, elle assume techniquement le rôle de station motrice des deux boucles de ligne G1-G3 et G3-G6. La voie y est par ailleurs déviée de 50,5°.


Arrivée en gare Baiana,
Image

Vues extérieures du bâtiment,
Image

Image

Arrivée d’une cabine à quai,
Image

Vues du quai de la gare Baiana,
Image

A noter que chaque quai est surveillé par la vidéo et généralement par un agent de sécurité,
Image

Image

Vue d’ensemble de la gare,
Image

Image

Une cabine au départ,

Image


L'entraînement

L’entraînement de la télécabine prend place dans un vaste local technique situé sous les quais. Cela permet de diminuer les nuisances acoustiques et de faciliter les opérations de maintenance, mais également, d'avoir un local isolé thermiquement, assurant le maintien d'une température inférieure à 30°. Pour garantir le bon fonctionnement des moteurs, un système d'extraction d'air a également été installé.

Le treuil dispose d'une configuration à deux tandems de deux moteurs électriques T-T Electric à courant continu montés en série développant chacun 630 kW. Pour autant, pour une exploitation classique de la télécabine à 5 mètres par seconde, seul un tandem est nécessaire. Cette configuration à deux tandems a été réalisée par Poma pour assurer une disponibilité maximale de l'appareil eu égard à son rôle de transport urbain. Si une panne vient à se produire sur un tandem, la télécabine peut tout de même continuer de fonctionner parfaitement normalement en utilisant le second tandem. Pour répartir le temps de fonctionnement, un basculement de tandem est réalisé toutes les deux semaines.

Mais la caractéristique la plus spécifique du treuil est la configuration d'entrainement du câble originale : les deux boucles de chaque section (G1-G3 et G3-G6) sont entraînées par une unique poulie à double-gorge. Une solution qui permet de n'avoir qu'un seul treuil, là où une configuration classique aurait nécessité de mettre en place deux télécabines jumelées avec, pour chacune, une motorisation spécifique. On diminue ainsi les coûts d'investissement, de maintenance mais aussi le niveau sonore.

Les freins de la télécabine sont situés au niveau de la poulie motrice (aucun frein n'est présent au niveau de l'arbre rapide). Ils se répartissent en deux groupes de deux freins hydrauliques modulés LP FE 100 pilotés chacun par une centrale Aix Hydro.

En cas de défaillance des motorisations principales, une motorisation de secours composée de deux moteurs Bonfiglioli de 45 kVA permet de rapatrier les cabines à la vitesse de 1 m/s. Ceux-ci s'engrènent, via un pignon, sur une couronne dentée fixées sur le dessus de la poulie motrice.


Image

Vue d'ensemble du local en sous-sol avec deux tandems de motorisation installés de part et d'autre du réducteur,
Image


Chaque tandem dispose de deux moteurs T-T Electric à courant continu montés en série développant chacun 630 kW,
Image


Chaque moteur est raccordé à au système d’extraction d'air pour éviter une élévation de la température,
Image


Gros plan sur un des quatre moteurs T-T Electric,
Image


L'accouplement moteur-moteur et moteur-réducteur est assuré par cardans. Un volant d'inertie est présent entre les deux moteurs de chaque tandem,
Image


Le réducteur Kissling PK22-XXL reçoit les arbres rapides de chaque tandem,
Image


Autre vue du réducteur Kissling PK22-XXL,
Image


Le réducteur met en mouvement un arbre de transmission vertical qui traverse le plancher,
Image

L'arbre anime directement la poulie motrice à double gorge qui entraîne les deux boucles de câble à 5m/s
Image

Image

La poulie motrice reçoit deux groupes de deux freins hydrauliques modulés LP FE 100, pilotés chacun par une centrale Aix Hydro,
Image

Sur la poulie, deux moteurs Bonfiglioli électriques assurent le rapatriement des cabines en cas de défaillance des motorisations principales,
Image

Vue d'ensemble du niveau technique supérieur avec :
- les deux moteurs de secours, qui s'engrènent, via un pignon, sur la couronne dentée fixées sur le dessus de la poulie motrice,
- les freins 2 et leur centrale hydraulique,

Image


Le poste de commande et la logique

La télécabine reprend le matériel électrique habituellement installé par Poma avec des armoires réalisées par la Semer et une logique Siemens 319F avec afficheurs MP377. L'appareil est équipé d'une double ligne de sécurité pylône à Pylône (Safeline
1.1), la ligne 3.1 servant a surveiller l'accès des pylônes.

Le local de conduite de la télécabine,
Image


Les armoires assemblées par la Semer,
Image


La logique Siemens 319F avec afficheurs MP377 et les affichages de la ligne de sécurité et de fonctionnement de l'appareil,
Image


Le PC de supervision des caméras de surveillance.
Image

Partie 2
Auteur de ce reportage : rodo_af
Section écrite le 23/06/2013 et mise à jour le 02/08/2013
(Mise en cache le 17/08/2014)

La ligne : 3e tronçon (G3 - G4)

Image

* Caractéristiques de la ligne :
P12 :
4S/C - 4S/C
P13 : 8S/4C - 8S/C
P14 : 8S / 8S
P15 : 8S / 8S

P12, en sortie de gare, et vue sur les trois prochaines gares,
Image

P12 : balancier 4S/C - 4S/C,
Image

Vue arrière sur la gare Baina,
Image

Image

P13,
Image

Image

P14,
Image

Balancier 8S/8S,
Image

P15,
Image




La gare Alemão (G4)

Image

A 120 mètres d'altitude, au sommet d'une colline, la gare d'Alemão est une station intermédiaire implantée au cœur du Complexo. Elle se démarque par la déviation la plus importante de la ligne de la télécabine : 79,4°. Celle-ci est assurée pour chaque voie par une poulie.


La gare Alemão vue de face,
Image

Arrivée en gare,
Image

Image

Les poulies de déviations,
Image

Image

Vue d’ensemble du quai,
Image

L'accélération d’une cabine dans le lanceur,
Image

Image

Image



La ligne : 4e tronçon (G4 - G5)

Image

* Caractéristiques de la ligne :
P16 :
10S / 10S
P17 : 8S/C - 8S/C

Vue d’ensemble du 4e tronçon : le plus court de l’ouvrage,
Image

Vue arrière sur la gare Alemão,
Image

Image

Image

P17,
Image

Vue arrière sur P17 et l’ensemble du 4e tronçon,
Image



La gare Itararé (G5)


Image

A 105 mètres d'altitude, la gare d'Itararé est la dernière station intermédiaire avant le terminus de la télécabine. La ligne y assume une déviation conséquente de 66°.

Vue de face de la gare Itararé,
Image

Arrivée d’une cabine en gare. Au second plan, le bâtiment bleu UPP est un commissariat de police tout neuf, symbole de l’arrivée des services de l’état dans le quartier,
Image

Image

Sur le massif : deux impacts de balles, souvenirs d’une époque assez violente,
Image

Image

A l’opposé, l'accélération d’une cabine dans le lanceur,
Image

Image

Image



La ligne : 5e tronçon (G5 -G6)

Image

* Caractéristiques de la ligne :
P18 :
4S/C - 4S/C
P19 : 6S / 6S
P20 : 6S / 6S
P21 : 8S / 8S
P22 : 4S-2C / 4S-2C
P23 : 8S / 8S
P24 : 6S / 6S
P25 : 8S / 8S

P18 en sortie de gare,
Image

P19,
Image

P20,
Image

Image

P21,
Image

Image

P22,
Image

P23. Vous remarquez le cerf-volant coincé sur la ligne de communication,
Image

Balancier 8S/8S,
Image

Image

P24,
Image

P25,
Image



La gare Palmeiras (G6 - tension)


Image


Perchée à 142 mètres d'altitude, la gare de Palmeiras est la plus haute de la télécabine du Complexo d'Alemão. Il s'agit de la station-terminus de la ligne. Techniquement, elle assure la tension de la seconde boucle de câble de l’installation. On y trouve une voie de garage qui permet le rangement de 4 véhicules.

La gare Palmeiras vue de face,
Image

Différentes vues extérieures du bâtiment,
Image

Image

L’arrivée d’une cabine en gare,
Image

Image

La poulie de retour-tension,
Image

Le quai d’arrivée en gare Palmeiras,
Image

Différentes vues de l’ensemble de la gare,
Image

Image

Une cabine au départ,
Image

Un rail permet d’isoler quatre véhicules,
Image

L’armoire de contrôle au poste de conduite en gare Palmeiras,
Image

L’accueil du bâtiment,
Image

La billetterie de la gare,
Image

Une fresque de carrelage en décoration,
Image

En extérieur, différentes fresques murales…
Image

…présentant notamment la télécabine,
Image

Vue lointaine de la gare Palmeiras,
Image



Les véhicules :


La télécabine du Complexo do Alemão est équipée de 152 cabines Diamond C10S210 fournies par le carrossier isérois Sigma. Elles permettent théoriquement d’embarquer 10 personnes (8 places assises + 2 places debout). Dans la pratique, seules les 8 places sur banquettes sont généralement occupées, l'espace central étant utilisé pour le transport de bagages ou de poucettes.

Compte tenu du fait que la télécabine survole une zone urbaine, les fenêtres sont grillagées pour éviter des jets d’objets qui deviendraient des projectiles. Chaque cabine reçoit en toiture un panneau photovoltaïque. Celui-ci assure l'alimentation électrique de l’éclairage interne et de l'équipement de communication embarqué. Un détecteur de présence est présent dans l'habitacle pour mettre les fonctions électriques en sommeil et économiser la batterie quand aucun passager n'est présent.

Les différentes cabines Sigma en ligne : cabine avec un habillage publicitaire rouge, couleur du sponsor,
Image

La cabine blanche,
Image

Les portes et les pictogrammes de consignes,
Image

Une banquette 4 places,
Image

La grille empêchant tout lancer d'objet,
Image

Les deux banquettes 4 places se faisant face,
Image

Un bouton d’alarme permettant de contacter le poste de conduite en cas de problème,
Image

Le haut-parleur, et le détecteur de présence qui permet d'économiser la batterie quand personne n'est présent,
Image

Le panneau photovoltaïque permettant d’alimenter la cabine en électricité,
Image

Image


Du fait du climat de Rio, le principal problème des véhicules est la chaleur de l'habitacle. Pour cela plusieurs aérations ont été prévues, sur les portes et sur les flancs de la cabine, assurant une ventilation naturelle. La technique de la climatisation des cabines n’a pas été retenue. Tout d’abord ce système coûte cher et nécessite une forte capacité électrique. De plus il suppose des cabines étanches à l'air ; hors, en cas de panne du système de climatisation, ces cabines sans aération deviendraient automatiquement dangereuses.

Les ventilations installées contiennent la montée en températures, mais les cabines restent cependant chaudes. Tout arrêt de l’appareil devient donc un problème et doit être résolu le plus rapidement possible afin de ne pas laisser de personnes dans un habitacle en surchauffe. Les équipes de Supervia sont en outre en train de tester des cabines disposant de filtres anti UV. Si le test de chaleur est concluant, alors, le système sera déployé sur l’ensemble du parc de cabines. Toutefois, pour des raisons de sécurité, il est important de ne pas avoir de vitres filmées opaques qui empêcherait d’avoir une vue dans la cabine lors des passages en gare.

Des grilles de ventilations en haut des portes,
Image

Les aérations sur la cabine,
Image

La cabine disposant d’un film anti UV en test,
Image

Image

L'attache débrayable LPA L au passage d'un balancier support-compression.
Image



La pierre angulaire de la politique de développement urbain et social


La télécabine du Complexo do Alemão représente un des aspects forts de la modernisation du Brésil. Grâce à cet appareil, les favelas du Complexo do Alemão sont désenclavées : la population dispose d'un accès rapide à la ville et, à l'inverse, des touristes commencent même à visiter ces quartiers ! Au-delà, la valorisation de ces lieux, initialement enclavés et marginalisés, a également eu pour conséquence une augmentation de la cote immobilière à proximité des gares avec l'émergence de véritables habitations « en dur ». Une vrai révolution pour cette zone qui était qualifiée de « non-droit » il y a quelques mois.

Appareil pionnier au Brésil, la télécabine a transporté plus de 7 millions de passagers en 2 ans d'exploitation et s'impose comme la pierre angulaire de la politique de développement urbain et social de ces quartiers pauvres et isolés, au point que la ville de Rio s’est déjà équipée d’une seconde installation du même type en début d’année 2013. Le Teleférico do Complexo do Alemão démontre toute l’efficacité du transport par câble en milieu urbain, dés lors que le terrain est accidenté ou densément occupé.


Les gares d’Itararé et de Palmeiras,
Image

La gare d’Adeus,
Image

Vue générale,

Image



Site internet de l'exploitant : Supervia

Les photos ont été prises le 18 février 2013.

Lien vers le sujet de discussion sur notre forum : http://www.remontees-mecaniques.net/forums/index.php?showtopic=18288

Remerciements :
- A l’entreprise Supervia qui nous a ouvert ses portes.
- A Poma pour son aimable autorisation de visite.
- A Fabien Faivre, staf technique Poma sur le site, pour les explications et sa disponibilité constante.


Texte : Lolo42 & Rodo_Af
Schémas : Lolo42
Photos : Rodo_Af
Bannière : Jacky Carlingue



Suivre la discussion sur le forum


Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.24913 secondes. 27 requete(s).
62 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés