En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 43Bannière 42Bannière 4Bannière 34

 TCD6 de Belle Plagne / Roche de Mio

La Plagne (Paradiski)

Poma

T1 ES
Description rapide :
Une télécabine Poma à pinces S de 1975, avec gare intermédiaire ajoutée en 1982 et rénovation profonde en 2003.

Mise en service en : 1975

Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Partie 1
Auteur de ce reportage : remontees
Section écrite le 02/07/2015 et mise à jour le 23/02/2016
(Mise en cache le 26/02/2016)

Image


Au sommaire du reportage :

  1. La Plagne : toute la montagne en onze stations !
  2. Historique : genèse de la télécabine de la Roche de Mio
  3. Belle Plagne - Roche de Mio, un axe essentiel du domaine d'altitude de la Plagne
  4. Ligne et infrastructures des télécabines de Belle Plagne et de la Roche de Mio
  5. Belle Plagne - Roche de Mio, des télécabines hors-d'âge



La Plagne : toute la montagne en onze stations !

La Plagne est l'une des plus grandes stations de la Savoie, située à cheval sur les communes de Bellentre, Aime en vallée de la Tarentaise et Champagny-en-Vanoise en vallée de Bozel. Reliée aux Arcs/Peisey-Vallandry par le téléphérique Vanoise-Express, elle propose un immense domaine skiable composé de 130 pistes et 115 remontées mécaniques entre 1230 et 3120 mètres d'altitude en haut du télésiège du Glacier sous le sommet de Bellecôte.

Image
^^ Découvrez une introduction plus détaillée de la station en cliquant sur le logo ^^



Historique : genèse de la télécabine de la Roche de Mio

La station de la Plagne a ouvert officiellement le 22 décembre 1961. On y trouvait alors deux téléskis autour de la zone qui est actuellement le front de neige de Plagne Centre. Le téléski de la Lovatière desservait le front de neige et la zone débutante, et celui du Biolley permettait de skier sur des pentes plus importantes, aujourd'hui desservies par le télésiège débrayable du Bécoin. C'est l'entreprise phare de l'époque, Montaz-Mautino, qui a construit ces premières remontées mécaniques plagnardes.
Montaz-Mautino construit deux nouveaux téléskis l'année suivante : le Télé-École et le Z, tandis que le téléski de la Lovatière est supprimé. Le téléski du Z monte alors au-dessus du départ de l'actuel télésiège des Verdons Nord afin de desservir une large aire ensoleillée de ski propre facile. C'est notamment en 1962 que la piste de la Marie-Chantal est créée.
Le téléski du Cabri est venu doubler en 1964 le téléski du Z afin de créer une zone débutante à Plagne Centre.

C'est alors que la station de la Plagne, encore assez petite, parie sur l'ouverture d'un grand axe reliant Plagne Centre au sommet de la Grande Rochette, perché au-dessus d'immenses falaises. Pour y accéder, la SAP décide donc d'investir 8 millions d'anciens Francs pour installer un 2S, téléphérique débrayable très innovant et moderne pour l'époque.

Avec l'ouverture du téléski des Aollets en 1963, il était déjà possible de basculer vers le vallon de l'Ours par une piste bleue. Ainsi, en 1971, la SAP décide de construire le téléski des Colosses pour permettre le retour depuis la future Plagne Bellecôte vers Plagne Centre : il n'est plus obligatoire de descendre jusqu'aux téléskis des Bouclets 1 & 2 lorsque l'on emprunte la piste bleue du vallon de l'Ours. En 1973, c'est au tour du télésiège fixe 2 places de l'Arpette d'être construit afin de desservir de magnifiques pentes douces propices à la création de pistes bleues, mais aussi afin de pouvoir basculer vers le domaine de Montchavin-les Coches.
Dans le même temps, les pentes de la crête des Bourtes et de la Roche de Mio restent immaculées, alors que la SAP commence à réfléchir à son aménagement.

Voici deux photos d'époque avant aménagement du massif :

Image
Vue aérienne de la Roche de Mio avec la crête des Bourtes au premier plan en 1965 (cliché http://www.perso-laplagne.fr).

Image
Le site de Belle Plagne et de la crête des Bourtes vu en 1968 depuis le secteur des Colosses (cliché http://www.perso-laplagne.fr).


Dans la foulée, Plagne Bellecôte est construite dès 1974 avec la réalisation d'un immense bâtiment de dix étages, très moderne. En effet, le site est conçu de manière à devenir la deuxième plaque tournante du domaine skiable de la Grande Plagne. La même année, le téléski du Col de Forcle 1 est donc installé afin de permettre l'accès au domaine skiable de Champagny-en-Vanoise. De même, la construction de la télécabine de la Roche de Mio est entamée mais arrêtée dès septembre 1974 par de fortes chutes de neige.
De plus, le télésiège fixe des Colosses est construit en 1975 afin de doubler le téléski éponyme dans l'accès à Plagne Centre. La même année, la télécabine de la Roche de Mio est terminée et ouvre aux clients le 15 décembre, et doit permettre d'ouvrir l'accès à de nouvelles très belles et longues pistes, ainsi que plus tard à Bellecôte.

Plagne Bellecôte est donc un nom évocateur pour une plate-forme qui devient au fil des ans le répartiteur vers tous les secteurs du domaine skiable de la Grande Plagne.

En parallèle de la construction de la télécabine de la Roche de Mio, la SAP s'est également attelée à proposer une offre de ski cohérente et de grande qualité. Elles ont ainsi été tracées par deux bulldozers TD 25 et un bulldozer Fiat AD 14 de l'entreprise BOTTO, pour 850 heures de travail, et 5000 mètres linéaires de pistes réalisées. Le tunnel des Inversens, par lequel passe aujourd'hui la piste bleue du tunnel, a été construit par l'entreprise Truchtet Tanzini au cours des étés 1974 et 1976. Il mesure 110 mètres de long, et fait entre 3,6 et 5,5 m de large, permettant ainsi le passage de dameuses. Au-delà de l'offre ski que permet ce tunnel, c'est aussi le moyen pour la SAP de permettre le retour vers Plagne Bellecôte quelles que soient les conditions météorologiques.

Image
Le plan d'aménagement du secteur de la Roche de Mio.

Légende des remontées mécaniques :

  • A : Télécabine de la Roche de Mio
  • B : Téléskis des Quillis
  • C : Téléski des Bourtes
  • D : Tunnel des Inversens
  • E : Téléski des Verdons
  • F : Télésiège des Colosses
  • G : Téléski du Leitchoum
  • H : 2S de la Grande Rochette
  • I : Télésiège de l'Arpette
  • J : Téléski de la Salla
  • K : Téléski du Dos Rond
  • L : Téléski des Pierres Blanches
  • M : Téléski des Aollets
  • N : Téléski des Borseliers
  • O : Téléski de la Rossa


Légende des pistes :

  • 1 : Piste de la Carella
  • 2 : Piste des Inversens
  • 3 : Piste des Bourtes
  • 4 : Piste des Ours
  • 5 : Piste du Leitchoum
  • 6 : Piste de la Belotte
  • 7 : Piste de Mercédès
  • 8 : Itinéraire de Montchavin


La télécabine de la Roche de Mio, telle que construite en 1975, relie d'un seul trait le front de neige de Plagne Bellecôte au sommet de la Roche de Mio, en franchissant la ligne de crête des Bourtes. On y retrouvait la première génération de cabines, les fameux œufs SP6 où les clients s'asseyaient trois par trois dos à dos.
Pour cela, Poma a fourni une télécabine à pinces S pour une ligne exceptionnellement longue de 37 pylônes, pour plus de quinze minutes de montée.
Ce nouveau téléporté ouvre alors la voie au développement d'un nouveau secteur, favorable pour tracer de nombreuses longues et belles pistes, ce qui sera rapidement fait en direction de la combe au pied de la crête des Inversens, tout comme sur le plateau de Carella.

Voici les caractéristiques techniques de l'appareil d'origine :

TCD-Télécabine à pinces débrayables : ROCHE DE MIO
Longueur développée : 3760 m
Longueur horizontale : 3610 m
Vitesse d'exploitation : 4 m/s
Temps de montée : 15 minutes 40 secondes
Dénivelée : 791 m
Pente moyenne : 21,91 %
Puissance du moteur principal : 2×360 ch
Type de motorisation : Asynchrone
Fabricant des moteurs électriques : C.E.M.
Puissance du moteur thermique de secours : 250 ch
Nombre de pylônes : 37
Nombre total de cabines : 141
Cadencement : 60 m (15 s)

Quelques photos de l'appareil lors de la première année d'exploitation :

Image
La ligne après le passage de la crête des Bourtes est à la une du magazine Aménagement&Montagne.

Image
L'arrivée de la télécabine, alors que le sommet de la Roche de Mio est encore vierge de toute autre installation.

Image
L'entrée en gare amont (il n'y avait pas encore les portes permettant de protéger l'intérieur du bâtiment du givre et de la neige.

Image
Le garage de la gare amont avec les cabines SP6 d'origine.

Image
La gare amont, avant construction de la G4 de Bellecôte (D.R.).

La télécabine de la Roche de Mio est ainsi prolongée jusqu'au glacier de Bellecôte en 1978, pour près de 6 kilomètres de ligne au total. Néanmoins, le transfert entre Roche de Mio et Bellecôte ne sera jamais utilisé en exploitation.

Image
La ligne de la télécabine de la Roche de Mio dans les années 1978/1980. On aperçoit le téléski du Col de Forcle 1, qui n'était alors pas encore doublé (cliché http://www.perso-laplagne.fr).

Image
La ligne de la télécabine de la Roche de Mio en 1981, alors que l'on voit déjà une grue sur le chantier de Belle Plagne. Notons sur la droite la présence de la gare aval du téléski des Colosses (cliché http://www.perso-laplagne.fr).

Image
La télécabine au niveau de Belle Plagne en 1981, juste avant que la gare intermédiaire ne soit réalisée (cliché http://www.perso-laplagne.fr).

Image
Traversée de Belle Plagne en 1981/1982 (cliché http://www.perso-laplagne.fr).

Image
Vue de dos vers Belle Plagne en 1980 (cliché http://www.perso-laplagne.fr).

En 1976, l'offre ski du massif de la Roche de Mio est complétée avec la construction du téléski des Bourtes. Ce tout petit appareil, très pentu, partait depuis le bord de la piste du Tunnel et montait jusqu'au niveau de la crête des Bourtes, d'où était desservie une piste rouge qui évoluait directement sous les câbles de la télécabine.
Néanmoins, le fort risque d'avalanche le faisait très souvent fermer. Même ouverte, la piste restait très difficile, avec un tracé audacieux, proche d'un itinéraire hors-pistes. De plus, il fallait déjà affronter la très forte pente de la piste de montée du téléski des Bourtes !

Il a ainsi été démonté en 2001, à force de n'être ouvert que très rarement. Aujourd'hui, l'itinéraire hors-pistes des Bourtes a été rendu à la nature, mais reste toujours très fréquenté.

Image
Situation du téléski des Bourtes (n°49) sur le plan des pistes de 1977 (source http://www.perso-laplagne.fr).

Image
Le téléski des Bourtes (cliché http://www.perso-laplagne.fr).

Le temps passe, et en 1981, la station de Belle Plagne sort de terre. Afin de faire oublier les dérives architecturales reprochées aux sites d'Aime-La Plagne, Plagne Centre et Plagne Bellecôte, des matériaux traditionnels sont ici mis en avant : pierre, bois et lauze. La station est conçue pour être piétonne et accessible directement skis aux pieds, afin d'être accessible et intégrée au paysage à la fois.
Pour desservir ce nouveau site, la télécabine de la Roche de Mio est largement modifiée en 1982. Une gare intermédiaire est construite entre les différents chalets de Belle Plagne sur le même modèle architectural. Pour ce faire, un second pylône 10 a été réalisé en amont de la station intermédiaire.
Cette gare intermédiaire comprenait l'ajout d'une gare motrice pour le tronçon Belle Plagne ainsi que la réalisation d'un retour-tension par contrepoids pour le tronçon de la Roche de Mio. Un garage a également été installé afin de pouvoir stocker le rajout de cabines. De même, un pylône 8 « bis » a été construit afin de faciliter le survol de la route d'accès à Belle Plagne, et le pylône 14 a été remplacé par un autre ouvrage tubulaire.

En effet, la télécabine de Belle Plagne a aussi été prévue pour être exploitée comme un appareil urbain, et a une plage d'ouverture assez large (jusqu'à 0H45 aujourd'hui).

Suite à l'élargissement du parking de Belle Plagne, le pylône 10 a été déplacé en aval et remplacé par un pylône tubulaire équipé de la dernière technologie de têtes de pylônes et de passerelles : c'est le seul ouvrage qui n'est pas équipé de « Poma-Pass ».

Quelques photos de la télécabine de Belle Plagne-Roche de Mio entre la réalisation de la gare intermédiaire et la rénovation de 2003 :

Image
La gare intermédiaire de Belle Plagne est déjà bien intégrée au complexe immobilier en 1984 (cliché http://www.perso-laplagne.fr).

Image
Vue en direction du pylône 12.

Image
Demi-tour vers Belle Plagne en 1999, avec les cabines SP6 en ligne (cliché http://www.perso-laplagne.fr).

Image
Montée principale vers la crête des Bourtes dans les anciennes cabines SP6 en 2002.

Image
La longue portée après la crête des Bourtes dans les anciennes cabines SP6 en 2002.

Image
L'arrivée vue en 2000/2001. On aperçoit également la gare amont du télésiège fixe de la Roche de Mio (cliché http://www.perso-laplagne.fr).

Néanmoins, les télécabines de Belle Plagne et de la Roche de Mio se faisaient de plus en plus vieilles et vétustes. Le confort en cabine était devenu particulièrement spartiate. Étant donné sa fréquentation très importante, la SAP a décidé de la moderniser de fond en comble en 2003, initialement pour la faire durer dix années supplémentaires, avant un remplacement définitif. On peut aujourd'hui constater que la télécabine est toujours en service, et ne risque pas d'être remplacée à court terme.


Belle Plagne - Roche de Mio, un axe essentiel du domaine d'altitude de la Plagne

La télécabine de la Roche de Mio est un appareil majeur du front de neige de Plagne Bellecôte, même si c'est le téléporté offrant le débit le plus faible. Contrairement au télésiège des Blanchets qui permet d'accéder à Champagny-en-Vanoise, au télésiège des Colosses qui permet d'accéder au reste des stations d'altitude, et au télésiège de l'Arpette qui permet de basculer vers Montchavin-les Coches et les Arcs, la télécabine de Belle Plagne - Roche de Mio n'a pas un rôle de desserte directe de liaison. Elle est avant tout utilisée pour descendre de longues pistes de ski propre, accéder au secteur du Glacier, ou monter à Belle Plagne.

Image
Vue en plongée du front de neige de Plagne Bellecôte depuis la piste bleue des Laines.

Les télécabines de Belle Plagne et de la Roche de Mio sont à l'origine le premier tronçon d'un appareil devant mener au secteur du glacier, à 3000 mètres d'altitude. Néanmoins, les deux premiers tronçons, vers la Roche de Mio, offrent déjà de grandes possibilités de ski. On peut en effet soit descendre à Belle Plagne et à Plagne Bellecôte, soit évoluer vers la combe des Inversens et Montchavin-les Coches, soit aller vers le plateau de Carella et Champagny-en-Vanoise.

En été, la télécabine de la Roche de Mio permet également l'accès au panorama du sommet éponyme, ainsi que l'accès au glacier.

En toutes saisons, le tronçon de Belle Plagne est également très utile d'un point de vue urbain, et assure la navette pour les piétons avec Plagne Bellecôte jusque tard dans la soirée.

Image
Situation des télécabines de Belle Plagne et de la Roche de Mio sur le plan des pistes de la Plagne.

Les télécabines de Belle Plagne et de la Roche de Mio sont issues de la gamme de télécabines débrayables Pomagalski à pinces S. Le débrayage et l'embrayage se fait donc par la pression de leviers situés sous la pince, grâce à des cames situées au bout des rampes en pente afin de profiter de l'effet de la gravité. Pour les deux tronçons, la tension est effectuée par un contrepoids en aval et par une motrice fixe en amont. Cela est d'autant plus vrai pour le tronçon de la Roche de Mio où cette configuration est rendue quasi-indispensable par le profil de ligne (plus de 2600 mètres de long et 650 mètres de dénivelé sans compter les descentes et remontées).
Toute la ligne est équipée de « Poma-Pass », sauf le pylône 10, datant de 1981 et équipé de passerelles de repos plus récentes. L'entretien de la ligne se fait donc par l'intermédiaire d'un véhicule de service.

Notons que les télécabines ont subi une grande modernisation pendant l'été 2003. Toutes les cabines SP6 ont été changées pour des modèles Diamond6 plus confortables, et facilitant l'embarquement grâce à une seule entrée plus large dans le véhicule. Au niveau technique, les moteurs asynchrones d'origine ont été remplacés par des moteurs à courant continu, les contours à taquets ont été remplacés par des contours à pneus, de même pour les lanceurs. Enfin, les systèmes de tension par contrepoids ont été totalement revus pour être sécurisés (modification du circuit du câble de tension).
Cette modification a fait des télécabines de Belle Plagne-Roche de Mio le premier appareil équipé de cabines Sigma Diamond avec la télécabine de Bormio 2000 en Italie.

→ Pour plus d'informations sur la rénovation de 2003, je vous renvoie à cette vidéo documentaire : Rénovation TCD6 Belle Plagne.

Lors de sa construction, la télécabine de la Roche de Mio était la plus longue télécabine monocâble construite par Pomagalski, équipée du plus gros câble porteur-tracteur du monde. Cela révèle encore une fois les caractéristiques hors-normes de cet appareil construit au milieu des années 1970.

Ces contraintes sont également présentes pour l'exploitation. En effet, la télécabine présente de nombreuses sections en pente, au-dessus de zones avalancheuses (sous la crête des Bourtes), en hauteur (portée à la suite de la crête des Bourtes), ou escarpés (arête rocheuse de la crête des Bourtes). Il a donc fallu concevoir un plan de sauvetage adapté en cas de problème technique.
Poma a donc équipé l'appareil d'un système « Cyclo-Poma » permettant l'accès aux cabines par le câble dans les portions à faible pente (< 10 %). Ce dispositif ressemble à un siège motorisé grâce à la force des bras du sauveteur qui pédale. Sur les portions plus pentues, on trouvait aussi un dispositif « Héli Poma » avançant sur le câble par gravité et offrant une simple sellette pour le sauveteur. Le freinage était effectué par un système de pales qui régulait la vitesse avec la résistance de l'air brassé.
De plus, un treuil et une nacelle spéciale avaient été implantés entre les pylônes 18 et 19 pour secourir les passagers. Les passagers étaient ensuite déposés au pylône 19, d'où ils pouvaient rejoindre Plagne Bellecôte soit par chenillette, soit à skis.
Mais ce système a été abandonné, et le pylône 19 a été équipé d'une plate-forme pour faciliter la maintenance et le sauvetage des véhicules dans le secteur. L'évacuation se fait maintenant à la verticale en rappel, ou par moteur thermique lorsque l'avarie ne provient pas de la chaîne cinématique à proprement dit. On peut penser que le treuil de la nacelle de service et la grue de déplacement ont été démontés. Aujourd'hui, la SAP recourt à l'héliportage pour secourir les passagers dans ces sections.

Voici donc les caractéristiques de ces télécabines :


Caractéristiques administratives

TCD-Télécabine à pinces débrayables : BELLE PLAGNE | ROCHE DE MIO
Exploitant : SAP (Société d'Aménagement de la Plagne)
Maître d'ouvrage : SIGP (Syndicat Intercommunal de la Grande Plagne)
Maître d'œuvre : CETARM73
Constructeur : POMAGALSKI
Génie civil et montage : SOTRALP
Installation électrique : SEMER
Année de construction : 1982 | 1975
Montant de la rénovation de 2003 : 4 500 000 €

Caractéristiques d'exploitation communes

Saisons d'exploitation : Hiver et été
Vitesse d'exploitation : 4 m/s
Vitesse en marche de secours : 1 m/s
Débit à la montée : 1440 personnes/heure (100 %)
Débit à la descente : 1440 personnes/heure (100 %)
Sens de montée : Par la gauche

Caractéristiques techniques communes

Emplacement tension : Aval
Type de tension : Contrepoids
Emplacement motrice : Amont
Type de motorisation : Continu
Nombre total de pylônes : 39
Dispositif d'accouplement : Double pince débrayable S
Type de véhicules : Cabines Diamond 6 places


Ligne et infrastructures des télécabines de Belle Plagne et de la Roche de Mio


La gare aval (Plagne Bellecôte - 1940 m)

Aspect extérieur

Le bâtiment de la gare aval de la télécabine de Belle Plagne se situe à 1940 mètres, en aval du front de neige principal de Plagne Bellecôte, où l'on trouve les télésièges de l'Arpette, des Blanchets et des Colosses. C'est un immense bâtiment en béton arborant une couverture en bois mélangée à une surface vitrée donnant de la luminosité au bâtiment. Enfin, le nom de la télécabine est largement mis en valeur sur la façade est de la gare en complément d'un énorme logo de la Plagne.

Image
Vue d'ensemble de la gare aval depuis la file d'attente du télésiège de l'Arpette.

Image
Vue d'ensemble de la gare aval avec le pylône 1 en longeant la file d'attente du télésiège de l'Arpette.

Image
L'avant de la gare aval vu depuis la file d'attente du télésiège des Colosses.

Image
Autre vue de trois-quarts depuis la file d'attente du télésiège des Colosses.

Image
Vue de trois-quarts de la gare aval depuis la file d'accès.

Image
Accès à l'embarquement.


Intérieur de la gare

Au cours de la rénovation de 2003, le contour et les lanceurs/ralentisseurs ont été modernisés par la mise en place de pneus. De nouvelles trompettes ont aussi été installées. Par ailleurs, le système de pesage a été remplacé ainsi que le contrepoids. Néanmoins, la tension est toujours effectuée par un contrepoids qui déplace le lorry sur lequel est monté la poulie retour.
Un garage est présent à l'arrière du contour pour décycler une partie des véhicules du premier tronçon et du deuxième tronçon.

Image
Le contour avec l'aiguillage vers le garage. On aperçoit une partie du poussard en bleu.

Image
Vue dans l'axe de la ligne de l'aiguillage vers le garage. On aperçoit une portion du contour à pneus.

Image
Chaîne de traînage du garage.

Image
L'embarquement.

Image
Sortie de gare aval.

Image
La sortie de gare aval avec les trompettes.



La ligne du premier tronçon (Belle Plagne)

La télécabine de Belle Plagne permet essentiellement d'accéder à Belle Plagne et ses remontées mécaniques, ainsi que d'accéder au tronçon de la Roche de Mio en venant du front de neige de Plagne Bellecôte. Elle dessert donc uniquement la piste bleue de Belle Plagne, qui offre accès aux tapis débutants de Belle Plagne. Notons qu'il est également possible d'emprunter à la sortie de la télécabine le téléski du Tyrolien, qui dessert le bas de la piste rouge de la Lognan ainsi qu'un stade de slalom.

La télécabine de Belle Plagne est également très empruntée à la montée comme à la descente par les piétons comme appareil urbain de liaison entre Plagne Bellecôte et Belle Plagne.

Image
Situation de la télécabine de Belle Plagne sur le plan des pistes de la Plagne.


Voici les caractéristiques détaillées du premier tronçon :

Caractéristiques d'exploitation

Altitude aval : 1940 m
Altitude amont : 2086 m
Dénivelée : 146 m
Longueur développée : 944 m
Temps de montée : 3 minutes 56 secondes
Plus longue portée : 130 m
Hauteur de survol maximale : 20 m
Pente maximale : 45 %
Pente moyenne : environ 16 %

Caractéristiques techniques

Tension nominale : 138 000 daN
Masse du contrepoids : 25 650 kg
Puissance développée : 215 kW
Nombre de pylônes : 11
Nombre de véhicules : 53
Espacement : 15 s

Caractéristiques du câble (1993)

Constructeur du câble : TRÉFILEUROPE
Diamètre du câble : 39,8 mm
Âme : Compacte
Type de câblage : Lang à droite
Composition : 6×17 fils
Résistance à la rupture : 104 710 daN
Section du câble : 614 mm²
Section du toron : 102 mm²
Pas de câblage : 277,5 mm
Pas de toronage : 115,5 mm

La ligne prend rapidement de l'inclinaison afin de sortir de l'emplacement de la gare aval avant de faiblir aussitôt. On survole alors le vaste front de neige de Plagne Bellecôte, où la pente est quasiment nulle. Le pylône 2 marque ensuite le début d'une portion légèrement plus pentue, où l'on survole le point de convergence des pistes Trieuse, Arolles et Belle Plagne. Après les survols successifs de l'Arc et de la piste bleue de Belle Plagne, le pylône 7 imprime la montée principale de l'appareil, tout en longeant les premières résidences de Belle Plagne. Mais cette montée reste toute relative car la pente faiblit progressivement avec les pylônes 8 « bis » au survol de la route de Belle Plagne, puis avec les pylônes 9 et 10. Au terme du survol du parking de Belle Plagne, on atteint la gare intermédiaire.

Pomagalski a équipé la ligne de 11 pylônes, dont 10 supports et 1 compression, comme ceci :

  • P1 : 8S/8S
  • P2 : 6S/6S
  • P3 : 6S/6S
  • P4 : 6S/6S
  • P5 : 6S/6S
  • P6 : 6S/6S
  • P7 : 8C/8C
  • P8 : 8S/8S
  • P8 « bis » : 4S/4S
  • P9 : 12S/12S
  • P10 : 10S/10S


Image
P1 (on aperçoit la gare aval du téléski des Colosses, démonté depuis l'été 2014).

Image
Le pylône 1 vu depuis la file d'attente du télésiège des Colosses.

Image
P2.

Image
P3.

Image
P4.

Image
Courte portée vers le pylône 5.

Image
P5.

Image
Courte portée vers le pylône 6 au-dessus de la piste bleue de Belle Plagne.

Image
P6.

Image
P7.

Image
P8.

Image
P8 « bis ».

Image
P9.

Image
P10.

Image
Portée au-dessus des parkings de Belle Plagne vers la gare intermédiaire.



La gare intermédiaire (Belle Plagne - 2086 m)

Aspect extérieur

La gare intermédiaire est située à 2086 mètres d'altitude en plein cœur de Belle Plagne, et est directement intégrée dans les bâtiments de la station. Néanmoins, l'accès aux pistes reste très rapide par l'intermédiaire d'un escalier et d'un couloir. Elle est accessible depuis les pistes des Laines en venant du secteur de l'Arpette et de la Lognan en arrivant de l'Arpette ou du téléski du Tyrolien.
Elle s'intègre donc très bien dans le paysage avec son architecture type chalet, totalement répandue dans la station de Belle Plagne. Elle arbore même un beffroi fictif afin de rendre plus crédible ce bâtiment central de Belle Plagne !

Image
La gare intermédiaire vue depuis la ligne.

Image
Zoom sur la gare intermédiaire depuis le télésiège des Blanchets. Au-dessus, on aperçoit l'arrivée du téléski du Tyrolien.

Image
Vue de côté de la gare intermédiaire depuis le télésiège des Blanchets.

Image
Vue en plongée de la gare intermédiaire depuis la fin de la piste rouge de la Lognan.

Image
Vue de trois-quarts depuis la fin de la piste bleue des Laines.

Image
Vue de trois-quarts de la gare intermédiaire avec le chemin d'accès pour l'embarquement vers la Roche de Mio.

Image
Vue de face de la gare intermédiaire côté Roche de Mio.

Image
Vue de trois-quarts de la gare intermédiaire.

Image
Chemin d'accès l'embarquement pour le second tronçon.

Image
Vue zoomée de la sortie de gare intermédiaire.

Image
Zoom sur la trompette et le balancier compression de sortie de gare aval.


Intérieur de la gare

Toute la mécanique de la gare intermédiaire date de 1982, même si la motorisation a été totalement refaite à neuf en 2003, en même temps que lors de la rénovation des voies et des armoires électriques. C'est d'ailleurs pendant cette campagne de rénovation qu'a été mis en place le coffrage de réduction de bruit de la motorisation du premier tronçon et que le contrepoids du second tronçon a été sécurisé. Dans le même temps, le lorry de la poulie tension a été totalement rénové avec la mise en place de nouveaux rails de maintien.

Les deux tronçons sont donc mécaniquement indépendants mais peuvent être exploités aussi bien séparément (c'est le cas lorsque la télécabine de la Roche de Mio est fermée) qu'accouplés grâce à un système de transfert à pneus (c'est le cas en exploitation normale en hiver ou en été). Néanmoins, les contours de chacune des gares sont encore à taquets. En marche de maintenance, la télécabine marche systématiquement en désaccouplé.
Enfin, on retrouve aussi un garage le long de la structure amont de la gare amont de la télécabine de Belle Plagne, du côté du brin montant.

Image
Entrée en gare intermédiaire.

Image
On longe la poulie motrice. La motrice est invisible car insonorisée. Sur notre gauche, on aperçoit les quais d'embarquement/débarquement ainsi que le poste de conduite de la gare intermédiaire.

Image
Début des voies de garage avec le virage menant au transfert.

Image
Les voies de garage en gare intermédiaire.

Image
Poutre à pneus motorisée dans le garage.

Image
Le transfert avec le contour de Belle Plagne sur notre droite. En face, on aperçoit le contour de Roche de Mio ainsi que la zone d'embarquement pour le deuxième tronçon.

Image
Le moteur du contour de Belle Plagne.

Image
Vue d'ensemble du transfert entre les télécabines Belle Plagne et Roche de Mio.

Image
Vue rapprochée du poussard du tronçon Roche de Mio.

Image
La fin du transfert avec le début de la poutre à pneu menant au lanceur. On aperçoit également une partie du poussard.

Image
L'embarquement et la poulie retour-tension sur son lorry.

Image
La poulie retour-tension du second tronçon.

Image
La fin de la zone d'embarquement avec le lanceur.



La ligne du second tronçon (Roche de Mio)

La télécabine de la Roche de Mio a avant tout pour but de permettre l'accès à la télécabine de Bellecôte pour monter au glacier, mais aussi la desserte de pistes de grand ski propre. Ainsi, elle dessert de nombreuses pistes :

  • La piste bleue du Levasset, descendant en bas du télésiège débrayable de la Carella, d'où il est possible d'accéder à Champagny-en-Vanoise en continuant par la piste bleue du Levasset, ou même basculer vers Plagne Centre en remontant ensuite par le télésiège des Verdons Sud. Sinon, en s'arrêtant au télésiège fixe des Quillis, il est possible de continuer la descente par la piste bleue des Ours vers Belle Plagne ou la Roche de Mio… avant de recommencer une nouvelle descente !
  • La piste bleue du Tunnel, avant tout destinée aux familles car très facile d'accès. Avec la scénarisation du tunnel des Inversens en collaboration avec les équipes du parc du Puy du Fou (Vendée), c'est donc une descente scénarisée très appréciée. À la sortie du tunnel, il est possible de se diriger directement à Belle Plagne par la pentue piste rouge de la Lognan. Lorsqu'elle est fermée, la fin de la piste bleue des Laines permet d'arriver au même point.
  • La piste rouge des Sources, longue descente de plus de trois kilomètres à l'écart de toute remontée mécanique. Elle offre un mur très pentu au moment de basculer sur le versant de Belle Plagne, et se termine au-dessus de son espace ludique.
  • La piste rouge des Inversens, magnifique descente le long du télésiège éponyme, qui peut se continuer par la piste noire des Crozats jusqu'au hameau des Bauches, d'où l'on peut revenir sur le domaine de Montchavin-les Coches par le télésiège éponyme ou la piste bleue de la route des Bauches.
  • La piste noire de la Mio, accessible après avoir contourné le bâtiment de la gare amont et monté légèrement sur la gauche de la gare amont du télésiège de Carella. C'est un mur assez raide et bosselé le long de la montée finale du télésiège et permet de rejoindre la piste bleue du Levasset en évitant sa partie sur-fréquentée le long du télésiège des Inversens.

La télécabine de la Roche de Mio dessert aussi de nombreux hors-pistes, tant en direction de Belle Plagne avec l'itinéraire des Bourtes, que vers Champagny-en-Vanoise avec les itinéraires de la Vélière ou du roc des Blanchets.

Enfin, pour les piétons, la Roche de Mio est une excellente halte avant de monter au glacier de Bellecôte. Elle offre un splendide panorama à 360°, et il est possible de s'y restaurer sur les tables de pique-nique ou au restaurant d'altitude.

Image
Situation de la télécabine de la Roche de Mio sur le plan des pistes de la Plagne.


Au niveau technique, notons que les armoires électriques du second tronçon ont été rénovées en 1991 avec le doublage des fonctions de sécurité, puis en 2003.

Voici les caractéristiques détaillées du second tronçon :

Caractéristiques d'exploitation

Altitude aval : 2086 m
Altitude amont : 2732 m
Dénivelée : 646 m
Longueur développée : 2620 m
Temps de montée : 10 minutes 55 secondes
Plus longue portée : 305 m (Portée P22-P23)
Hauteur de survol maximale : 36 m
Pente maximale : 50 %
Pente moyenne : environ 26 %

Caractéristiques techniques

Tension nominale : 6950 daN
Masse du contrepoids : 28 700 kg
Puissance développée : 600 kW
Nombre de pylônes : 28
Nombre de véhicules : 117
Espacement : 15 s

Caractéristiques du câble (1993)

Constructeur du câble : TRÉFILEUROPE
Diamètre du câble : 39,5 mm
Âme : Compacte
Type de câblage : Lang à droite
Composition : 6×17 fils
Résistance à la rupture : 109 960 daN
Section du câble : 614 mm²
Section du toron : 102 mm²
Pas de câblage : 277,5 mm
Pas de toronage : 115,5 mm

La ligne du tronçon de la Roche de Mio a un profil très tourmenté, entre barres rocheuses, passage de crête et contre-pentes. Elle peut se traduire en deux portions principales : d'abord entre la gare intermédiaire et la crête des Bourtes (de P10 « bis » à P20), puis de la crête des Bourtes à la Roche de Mio (de P21 à P37).
Après le survol de la fin du front de neige de Belle Plagne, la ligne prend directement de l'inclinaison grâce au pylône 13 pour s'engager dans une montée très pentue et en fort dévers, ponctuée de très longues portées. À tel point que la ligne de sécurité est reléguée sous le niveau des cabines entre les pylônes 17 et 23. La montée de la crête des Bourtes se termine au niveau des pylônes 19, 20, 21 et 22 qui assurent le franchissement de cet obstacle avant de lancer une longue portée en descente, au-dessus d'un terrain en dévers.
On arrive alors dans la seconde partie de la ligne. Cette très longue portée se termine au niveau du pylône 23 qui termine la descente dans un terrain en très fort dévers. S'ensuit une nouvelle remontée imprimée par les pylônes 24 et 25 pour sortir de cette cuvette. Mais la pente faiblit peu longtemps après avec les pylônes 28 et 29 qui permettent de survoler la piste des Sources. Mais arrivés au sommet d'une petite butte, nous sommes obligés de recommencer à descendre un peu, où nous survolons en même temps la piste bleue du Levasset. Arrivés au creux d'une nouvelle cuvette, les pylônes 31 et 32 lancent la montée finale vers la Roche de Mio, qui se termine au niveau du pylône 35, imprimant une nouvelle redescente jusqu'à la gare amont.

Notons que de nombreux pylônes sont protégés par des paravalanches : râteliers métalliques, tournes, étraves, banquettes, …

Pomagalski a équipé la ligne de 28 pylônes, dont 21 supports, 1 support-compression et 6 compressions, comme ceci :

  • P10 « bis » : 4S/4S
  • P11 : 8S/8S
  • P12 : 8S/8S
  • P13 : 12C/12C
  • P14 : 6S/6S
  • P15 : 8S/8S
  • P16 : 8S/8S
  • P17 : 8S/8S
  • P18 : 4C+8S+4C/4C+8S+4C
  • P19 : 12S/12S
  • P20 : 12S/12S
  • P21 : 8S/8S
  • P22 : 8S/8S
  • P23 : 12S/12S
  • P24 : 8C/8C
  • P25 : 8C/8C
  • P26 : 6S/6S
  • P27 : 12S/12S
  • P28 : 12S/12S
  • P29 : 12S/12S
  • P30 : 6S/6S
  • P31 : 12C/12C
  • P32 : 12C/12C
  • P33 : 6S/6S
  • P34 : 12S/12S
  • P35 : 12S/12S
  • P36 : 12S/12S
  • P37 : 8C/8C


Image
P10 « bis ».

Image
Portée vers le pylône 11. On aperçoit bien le début de la ligne du téléski du Tyrolien.

Image
P11.

Image
P12.

Image
P13.

Image
P14.

Image
Longue portée vers le pylône 15.

Image
P15.

Image
Portée vers le pylône 16.

Image
P16.

Image
P17.

Image
P18.

Image
Début de la portée vers le pylône 19.

Image
Fin de la portée vers le pylône 19. On approche de la ligne de crête.

Image
P19.

Image
P20.

Image
P21.

Image
P22.

Image
Très longue portée en dévers face à la Roche de Mio. À notre gauche, on aperçoit la ligne du télésiège des Inversens, et à notre droite l'arrivée du télésiège de Carella.

Image
Fin de la portée.

Image
P23.

Image
P24.

Image
P25.

Image
P26.

Image
Portée vers le pylône 27.

Image
P27.

Image
P28.

Image
P29.

Image
Portée vers le pylône 30 au-dessus du début de la piste rouge des Sources.

Image
P30.

Image
Enchaînement des pylônes 31 et 32.

Image
P33.

Image
Portée vers le pylône 34 avec, sur notre droite, la gare amont du télésiège de Carella.

Image
P34.

Image
Le pylône 35, avec sur sa gauche le télésiège des Inversens, et sur sa droite celui de Carella.

Image
P36.

Image
Portée vers le pylône 37.

Image
Le pylône 37, juste avant la gare amont.



La gare amont (Roche de Mio - 2732 m)

Aspect extérieur

Le bâtiment de la gare amont de la télécabine de la Roche de Mio se trouve au sommet éponyme, à 2732 mètres d'altitude, accolée à la gare aval de la télécabine de Bellecôte. On peut donc facilement y accéder en sortant de la gare et en se dirigeant vers la file d'attente de l'embarquement de la télécabine de Bellecôte, quelques mètres plus loin. Sinon, l'accès aux pistes se fait en marchant ou en poussant sur les bâtons : en effet, le sommet est très plat voire légèrement montant pour accéder au départ de la piste bleue du Levasset. Même chose pour la piste noire de la Mio, où il faut remonter vers l'arrivée du télésiège de Carella.
Au niveau esthétique, la gare amont de la télécabine de la Roche de Mio s'intègre plutôt mal dans l'environnement. En effet, elle ressemble à un énorme hangar recouvert de tôle ondulée passée d'âge. La plaque annonçant le sommet de la Roche de Mio trahit également l'ancienneté de l'appareil. L'ensemble couvre tout de même 3000 m² au sol.

Image
Gare amont vue depuis la ligne.

Image
Vue de trois-quarts de l'avant de la gare amont.

Image
Vue d'ensemble de la gare amont face au sommet de Bellecôte en arrivant depuis le télésiège de Carella.

Image
Gare amont vue de face.

Image
Vue de côté depuis le début de la piste noire de la Mio.


Intérieur de la gare

La mécanique de la gare amont est d'origine mais a été modernisée en 2003, en particulier la motorisation, les lanceurs, et le contour qui ont été remplacés par des poutres à pneus. Toutefois, même s'il n'est pas exploité puisque les appareils n'ont plus les mêmes caractéristiques techniques, le transfert entre les télécabines de la Roche de Mio et de Bellecôte existe toujours, uniquement dans le sens de la montée.

La gare amont permet également le stockage des cabines du second tronçon sur quatre voies entières. Le garage est semi-automatique avec une chaîne de traînage ainsi que des rampes à pneus quand les voies sont en pente.
Afin de protéger la machinerie et d'éviter la formation de givre ou l'entrée de neige dans le bâtiment, des portes ont été montées en 2007 à l'avant de la gare.

Image
Le ralentisseur et le quai de débarquement.

Image
Zoom sur le ralentisseur.

Image
La poulie motrice.

Image
Cheminement vers les pistes à la sortie des cabines.

Image
Le transfert vers la télécabine de Bellecôte, inexploité.

Image
Le contour vu depuis la sortie de la télécabine de Bellecôte.

Image
Liaison entre la gare amont et le garage.

Image
Vue d'ensemble du garage.

Image
Vue rapprochée des voies en été, où de nombreuses cabines sont stockées.

Partie 2
Auteur de ce reportage : remontees
Section écrite le 02/07/2015 et mise à jour le 26/02/2016
(Mise en cache le 26/02/2016)

Véhicules et pinces

Depuis 2003, les cabines SP6 d'origine ont été remplacées par des véhicules Diamond 6 places de couleur blanche à vitres teintées, sur lesquelles ont été apposé des logos de la Plagne. Le stockage des skis se fait dans des racks à skis situés en bas des portes. Ces nouvelles cabines ont permis de rendre l'embarquement plus facile en gare aval et d'augmenter le confort à la montée avec des assises de meilleure qualité, et sans la séparation au milieu de la cabine comme sur les modèles SP6.

Chaque cabine est équipée d'une double pince S, modernisées en 2003 afin d'être prises en compte par les nouvelles poutres à pneus utilisées pour le traînage des véhicules en gare.


Image
Vue de côté d'une cabine Diamond6 sortant de gare aval.

Image
Vue en contre-plongée d'une cabine.

Image
Vue opposée.

Image
Le véhicule de service et le véhicule « brancardier » dans le garage en gare amont.

Image
Une suspente avec sa double pince S.



Autres photos…


Image
Fin de la ligne avec les pylônes 36 et 37 vue depuis la piste bleue du Levasset.

Image
Portée entre les pylônes 36 et 37. On voit aussi la gare amont du télésiège des Inversens.

Image
Arrivée à la Roche de Mio au niveau du pylône 35 avec, sur la droite, la fin de la ligne du télésiège des Inversens.

Image
Le pylône 34 vu depuis la piste bleue du Levasset.

Image
Vue de côté des pylônes 33 et 34 depuis le télésiège de Carella.

Image
La montée finale vue depuis le télésiège de Carella.

Image
Vue en plongée de la montée finale depuis la piste bleue du Levasset.

Image
Vue en plongée depuis la piste bleue du Levasset de la section entre les pylônes 28 et 32.

Image
Vue de cette même section depuis le télésiège de Carella.

Image
Vue de la ligne entre le pylône 30 et la Roche de Mio depuis le début de la piste rouge des Sources.

Image
Vue opposée. On distingue encore bien l'arrivée des télésièges Inversens et Carella.

Image
Le pylône 29.

Image
Vue depuis la piste rouge des Sources des pylônes 28 et 29.

Image
La longue portée entre les pylônes 27 et 28 vue depuis la piste rouge des Sources. En arrière-plan, on distingue la ligne du télésiège des Inversens.

Image
Le pylône 27 vu deuis la piste rouge des Sources.

Image
Vue en contre-plongée des pylônes 27 à 29 depuis la piste bleue du Tunnel.

Image
Vue d'ensemble de la section entre la crête des Bourtes et le pylône 27 depuis la piste rouge des Sources.

Image
Vue depuis la piste bleue du Tunnel de la portée entre la crête des Bourtes et le pylône 26.

Image
Vue d'ensemble de la montée vers la crête des Bourtes depuis la fin de la piste rouge des Sources.

Image
Vue d'ensemble de la première partie de la ligne du second tronçon depuis la fin de la piste rouge de la Lognan.

Image
Vue de la ligne au niveau du pylône 8 depuis la piste bleue de Belle Plagne.

Image
Les pylônes 3 et 4 vus depuis la fin de la piste bleue des Arolles.

Image
Vue de la ligne à proximité du front de neige de Plagne Bellecôte.

Image
Le pylône 2, situé juste à côté de la gare aval du télésiège des Blanchets.

Image
Vue opposée dans le sens de la ligne.


Belle Plagne - Roche de Mio, des télécabines hors-d'âge

Les télécabines de Belle Plagne et de la Roche de Mio sont donc un axe essentiel du domaine de la Plagne. Elles desservent un espace de ski propre offrant des grands dénivelés qui a fait la renommée du domaine skiable de la Plagne, et l'accès au secteur du glacier. Elles sont également un moyen de rallier Champagny-en-Vanoise ainsi que Montchavin-les Coches (moyennant la capacité d'emprunter une piste noire).

Malgré la rénovation de 2003, censée faire durer la télécabine pour seulement dix années supplémentaires, les télécabines de Belle Plagne et de la Roche de Mio n'arrivent plus à jouer leur rôle correctement. Avec un débit très faible de seulement 1440 personnes/heure, la queue en gare de Plagne Bellecôte dépasse souvent le quart-d'heure, et il est toujours assez difficile de trouver une place en cabine en gare intermédiaire. De plus, le temps de montée est un frein à la fréquentation de ce magnifique secteur, et par conséquent ensuite pour monter au glacier : beaucoup de skieurs arrivent découragés au sommet de la Roche de Mio, et choisissent même parfois d'emprunter plutôt l'itinéraire Blanchets/Carella, au moins aussi rapide, moins encombré et plus confortable.
Néanmoins, ce faible débit permet la limitation de la fréquentation des pistes au sommet de la Roche de Mio, souvent en mauvais état dès la mi-journée. Le tronçon de Belle Plagne joue également parfaitement son rôle de liaison urbaine.

Ces deux télécabines se font aujourd'hui assez vieilles et vétustes. Elles ne correspondent plus du tout aux standards des stations actuelles. Avec son temps de montée très important, le faible débit, et surtout l'emploi de technologies âgées, elle a du mal à soutenir son rôle prépondérant dans le domaine skiable de la Plagne. Ses limites sont d'autant plus visibles lors d'incidents, comme en 2010 lors d'une rupture d'une pièce de transmission, où de nombreux clients ont été évacués des cabines en rappel jusqu'au niveau de la crête des Bourtes.

À l'horizon 2020, il est donc prévu de remplacer (enfin !) les télécabines de Belle Plagne et de la Roche de Mio. Mais ce projet se heurte à la législation qui a évolué, par exemple pour l'implantation de gares au milieu de logements (à Belle Plagne). Le tracé reste également assez audacieux, notamment autour de la crête des Bourtes, qui devra sûrement être modifiée afin de faciliter les évacuations en cas d'avarie.
Ces deux télécabines seront donc encore présentes un bon moment sur le domaine de la Plagne.

Image
Belle Plagne-Roche de Mio, deux télécabines totalement dépassées par leur importance…


Je tiens à remercier tout particulièrement le webmestre du site http://www.perso-laplagne.fr pour la mise à disposition des photos historiques, ainsi que chin@ill pour les scans de la revue Aménagement&Montagne, et les équipes des télécabines de Belle Plagne et de la Roche de Mio pour les visites techniques.

Bannière : Bovinant
Photos : la Plagne 78 et remontees (sauf mention contraire)
Texte et mise en page : : remontees



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.14062 secondes. 42 requete(s).
74 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés