En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 4Bannière 12Bannière 18Bannière 40

 TCD6 de la Sache

Tignes (Espace Killy)

Skirail

T2 ES
Description rapide :
Télécabine reliant la station de Tignes-Les Brévières au plateau de Marais. Premier appareil du type construit par Skirail, sous licence Von Roll - Habegger et qui emploie la technologie des pinces Giovanola.

Mise en service en : 1983

Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : remontees
Section écrite le 18/05/2014 et mise à jour le 29/11/2014
(Mise en cache le 29/11/2014)

Image


Au sommaire du reportage :

  1. Tignes
  2. L'aménagement de Tignes-Les Brévières
  3. Sache : une télécabine prototype
  4. Accès direct au plateau de Marais depuis les Brévières
  5. Ligne et infrastructures de la télécabine de la Sache
  6. La Sache : comment relier efficacement les Brévières au plateau de Marais ?



Tignes

Tignes est une station de ski située en vallée de Haute-Tarentaise, entre 1550 m. aux Brévières et 3430 m au sommet du téléphérique de la Grande Motte. C'est donc un domaine très varié tant au niveau de l'altitude que des reliefs et des paysages (forêt, glacier, haute-montagne, lacs).

On y trouve 57 remontées mécaniques dont de nombreux appareils à particularités (le télésiège de Bollin-Fresse, les télécabines de la Sache et de Tovière pour ne citer que celles-ci). Elles desservent 64 pistes dont 10 noires, 18 rouges, 35 bleues et une verte. Grâce à l'Espace Killy, il est possible de rejoindre skis aux pieds le domaine voisin de Val d'Isère.

Image
^^ Découvrez une introduction plus détaillée de la station en cliquant sur le logo ^^



L'aménagement de Tignes-Les Brévières

Le ski en Haute-Tarentaise commence à se développer en 1942 dans la station naissante de Val d'Isère. En effet, il est décidé d'amménager le versant de Solaise avec un long téléphérique de 1715 mètres. Ce n'est qu'en 1955 que naît le domaine de Tignes grâce à la construction de la télécabine pulsée des Brévières. Celle-ci dessert une zone d'environ 250 m de dénivelé difficile à skier : en effet, la seule piste disponible n'est en fait que la route de substitution au barage de Tignes en été.

C'est réellement en 1961 que le domaine skiable s'agrandit avec la construction de la télécabine du Marais et le téléski de l'Aiguille Rouge. Il est en effet à présent possible de partir des Boisses et de basculer jusqu'à Tignes-Le Lac pour aller profiter des pistes du secteur de Tovière, accessible par une télécabine inaugurée quatre années plus tôt. En 1969, la télécabine pulsée des Brévières est remplacée par un télésiège fixe afin d'améliorer le retour vers les Boisses depuis les pistes évoluant dans le vallon de la Sache. C'est également le cas en 1976 pour la télécabine du Marais, remplacée par le télésiège fixe biplace des Boisses.

La station des Brévières devient vraiment attractive à partir de 1981 avec l'aménagement d'un espace pour les débutants desservi par le téléski des Pitots. De plus, la construction de la télécabine débrayable de la Sache permet de créer une liaison rapide, confortable et directe entre la station et le plateau de Marais. Il est ensuite possible de basculer par l'Aiguille Percée via le long télésiège de Marais ou sur Tignes-Le Lac via le téléski de l'Aiguille Rouge, construit en 1961.

Aujourd'hui encore, Tignes-Les Brévières est un départ ski indispensable sur le domaine de Tignes car permet d'accueillir la clientèle de vallée et les vacanciers en quête de tranquillité. C'est aussi l'arrivée de la piste mythique de la Sache, descente particulièrement courue par les bons skieurs.

Image
Le front de neige de Tignes-Les Brévières aujourd'hui, avec l'ascenseur incliné donnant accès aux nouvelles résidences.



Sache : une télécabine prototype

La télécabine de la Sache est la première télécabine construite par le français Skirail. À l'époque, l'entreprise n'a développée aucune technologie débrayable et ne possède aucun brevet. Elle a donc passé un accord pour exploiter la pince Giovanola sous licence, alors particulièrement utilisée à l'étranger par le constructeur Von Roll. Ces pinces Giovanola à gravité ont été développées à partir de 1953 puis se sont largement répandues par la diffusion de la licence, notamment chez les constructeurs Habegger, Von Roll, et PHB.

Cette pince très étonnante reprend le système de débrayage par gravité. Ainsi, pour le débrayage, la suspente coulisse dans le haut de la pince et provoque l'ouverture de la pince par déplacement du mors mobile. Dans le cas de l'embrayage, c'est le déplacement vers le bas de la suspente grâce au poids de la cabine qui provoque la fermeture du mors.
La force de serrage d'une telle pince dépend donc entre autres du poids de la cabine.

Ce système est donc à l'origine de ces pylônes assez étonnants. En effet, ce type de pinces Giovanola ne passe pas correctement les balanciers de type compression. Afin d'améliorer le confort, Skirail a dû intégrer aux pylônes compressions des rails profilés comme sur les autres appareils « Giovanola ». En effet, la structure même de la pince ne permet pas le passage de ce type de pylônes. Néanmoins, des galets de compression sont présents, mais ne sont jamais en contact direct avec la pince.

Image
Passage d'une pince sous la compression de sortie de gare.


Intéressons-nous maintenant plus en détail à la technologie des lanceurs employée sur la télécabine de la Sache. Une courroie, présente à l'entrée du lanceur, fonctionne à une vitesse équivalente à celle du contour. Lorsqu'un véhicule est détecté à l'entrée de la prise en charge, la vitesse de la courroie augmente progressivement jusqu'à atteindre la vitesse du câble (en théorie 4 m/s). Ce système est comparable à celui mis en place sur le funitel de Péclet en 2012 lors de l'augmentation du nombre des cabines.

Image
On aperçoit la fin d'une chaîne de traînage et le début du « tapis » de débrayage.

→ Pour visualiser en mouvement le débrayage d'une cabine, je vous renvoie à la vidéo de François05 sur YouTube : https://www.youtube.com/watch?v=0uTU-VcxWfk.

Récapitulons les caractéristiques techniques de cette télécabine :

Caractéristiques administratives

TCD-Télécabine à attache débrayable : SACHE
Maître d'œuvre : CETARM73
Maître d'ouvrage : Commune de Tignes
Exploitant : STGM (Société des Téléphériques de la Grande Motte)
Constructeur : Skirail
Installation électrique : SEIREL
Année de construction : 1983

Caractéristiques d’exploitation

Saison d'exploitation : Hiver
Capacité : 6 personnes
Débit à la montée : 1500 personnes/heure (en pratique 1260 p/h)
Débit à la descente : 1500 personnes/heure (100 %)
Vitesse d'exploitation maximale : 4 m/s
Embarquement : Dans le sens de la ligne

Caractéristiques géométriques

Altitude aval : 1560 m
Altitude amont : 2180 m
Dénivelée : 620 m
Longueur horizontale : 1860 m
Longueur développée : 1986 m
Pente maximale : 94 %
Pente moyenne : 33,33 %
Temps de trajet : 8 minutes 17 secondes

Caractéristiques techniques

Emplacement motrice : Amont
Puissance développée : 435 kW
Emplacement tension : Aval
Type de tension : Contrepoids
Masse du contrepoids : 20 200 kg
Tension nominale : 40 000 daN
Nombre de pylônes : 17
Sens de montée : Droite
Constructeur des véhicules : CWA
Nombre de véhicules : 69
Espacement : 14,4 s
Dispositif d'accouplement : Pince débrayable Giovanola/Habbeger/Von Roll de type 3

Caractéristiques du câble tracteur (1983)

Composition : 6×19 fils
Type de câblage : Lang à droite
Diamètre du câble : 41 mm
Type d'âme : Textile
Résistance à la rupture : 113 572 daN
Section du câble : 620 mm²

Caractéristiques du câble de tension relié au contrepoids (1997)

Type de câblage : Lang
Diamètre du câble : 35 mm
Type d'âme : Métallique
Résistance à la rupture : 79 144 daN
Section du câble : 618 mm²
Pas de câblage : 280 mm


Accès direct au plateau de Marais depuis les Brévières

La STGM a décidé de construire la télécabine de la Sache en 1983 afin d'éviter aux skieurs d'avoir à emprunter la longue chaîne des télésièges Brévières-Boisses, tout en offrant une alternative confortable et bien plus rapide. Cette nouvelle télécabine emprunte en effet un tracé totalement inédit, en forêt, et en ligne droite depuis le front de neige des Brévières jusqu'au sommet du plateau de Marais, où arrive également le télésiège fixe des Boisses. La télécabine de la Sache est donc stratégique, car elle permet donc ensuite un accès rapide aux fronts de neige d'altitude de Tignes, notamment via le télésiège de l'Aiguille Rouge.

Cette télécabine dessert donc de nombreuses pistes en forêt dans les bois de Fiau et de Boissières. Ces pistes ont l'avantage d'être face à la vallée de la Haute-Tarentaise, d'où la vue est dégagée vers de grands sommets comme le Mont Blanc. Ainsi, en plus des magnifiques pistes pentues en forêt, le secteur a acquis la réputation d'un ski panoramique, avec un paysage à couper le souffle.
De plus, il est possible d'accéder au sommet de l'Aiguille Percée depuis l'arrivée de la télécabine de la Sache via le long télésiège fixe de Marais. En haut de ce télésiège, les skieurs peuvent s'engager sur la mythique piste noire de la Sache, empruntant le vallon éponyme préservé de toute remontée mécanique, au cœur de la réserve naturelle de Tignes-Champagny.

La télécabine de la Sache est donc le premier tronçon d'une desserte majeure de ski propre offert par le secteur des Brévières-Boisses. Récapitulons l'offre de ski offerte au sommet de la télécabine :

  • La piste bleue Rhododendrons, permettant l'accès aux télésièges Aiguille Rouge et Marais. Du sommet du télésiège du Marais, il est possible de descendre dans les vallons de la Sache par une majestueuse piste noire. Afin d'éviter le dernier mur, il est possible de s'échapper de la piste par la variante nommée « Arcosses ».
  • La piste bleue des Mélèzes, chemin tranquille dans un magnifique paysage forestier. On se retrouve sur la fin de la piste face à la vallée de la Haute-Tarentaise et au Mont Blanc. La variante Colchiques permet de revenir vers les logements des Boisses « Supérieur ». Il est également possible de continuer vers les Brévières via le chemin des Myrtilles.
  • La piste rouge des Chardons, piste pentue et souvent étroite en balcon au-dessus des bois. Elle se termine au niveau de Tignes 1800, même s'il est possible de continuer directement vers les Brévières par une autre piste rouge : Pavot.


Image
Situation de la télécabine de la Sache sur le plan des pistes de Tignes.




Ligne et infrastructures de la télécabine de la Sache


La gare aval

La gare aval de la télécabine de la Sache est située à 1560 mètres au centre du front de neige de Tignes Les Brévières, à proximité directe du départ du téléski des Pitots et du télésiège des Brévières. C'est un grand bâtiment bardé de tôle grise, qui abrite également les caisses de forfaits.

On accède aux quais par un court escalier. L'embarquement se fait ensuite dans le sens de la ligne.
On peut également noter que la tension du câble de l'installation se fait via un contrepoids situé dans une fosse en retrait du contour. La STGM peut également décycler une partie des cabines dans le rail situé côté descente.


Image
Plan large sur la gare aval depuis la fin de la piste rouge Pavot.

Image
Vue de face.

Image
Vue opposée en se dirigeant vers le télésiège des Brévières.

Image
Vue arrière avec la sortie pour l'exploitation à la descente.

Image
Vue opposée.

Image
La file d'attente avant d'entrer dans la gare.

Image
L'intérieur de la gare côté descente, avec le rail de garage sur la gauche.

Image
Les quatre poulies de déviation vers le contrepoids.

Image
La chaîne de traînage et le lorry de tension.

Image
Vue rapprochée sur la poulie tension de l'installation.

Image
La déviation de la chaîne de traînage au milieu des voies.

Image
L'embarquement.

Image
La sortie de gare aval est proche. On peut distinguer des galets de redirection du câble porteur-tracteur afin d'atteindre la largeur de voie pour l'embrayage.



La ligne

La ligne de la télécabine de la Sache est très impressionnante. En sortie de gare, la ligne survole suivant une pente peu importante l'espace débutant des Pitots. Après l'arrivée du téléski éponyme, la première compression de ligne impose une pente très importante pour des portées suivantes relativement longues, le tout dans un magnifique paysage forestier. La pente ne faiblit que pour le survol de la piste rouge des Chardons en direction de Tignes 1800 avant de repartir de plus belle avec la deuxième impressionnante compression. La montée se déroule alors une falaise en léger dévers. Puis petit à petit, la pente faiblit jusqu'à nous emmener à une descente vers la gare amont.
Notons que les fûts des pylônes 1 et 2 ont été remplacés en 2008.

Skirail a ainsi équipé la ligne de dix-sept pylônes dont 3 compressions et 14 supports :

  • P1 : 2S/2S (Compression)
  • P2 : 4S/4S
  • P3 : 6S/8S
  • P4 : 6S/8S
  • P5 : 4S+S+4S/4S+S+4S (Compression)
  • P6 : 6S/8S
  • P7 : 6S/4S
  • P8 : 8S/8S
  • P9 : 2S+S+4S/2S+S+4S (Compression)
  • P10 : 4S/4S
  • P11 : 4S/4S
  • P12 : 6S/8S
  • P13 : 6S/8S
  • P14 : 6S/8S
  • P15 : 6S/8S
  • P16 : 6S/8S
  • P17 : 4S/4S



Image
Ligne depuis l'aval.

Image
Le premier pylône, légère compression en sortie de gare aval.

Image
Portée vers le pylône 2.

Image
Le pylône 2, implanté au beau milieu de la piste verte des Pitots.

Image
Portée vers le pylône 3 avec le téléski des Pitots sur notre gauche.

Image
P3.

Image
Survol du téléski des Pitots.

Image
P4.

Image
Survol de la piste bleue des Myrtilles.

Image
P5.

Image
Impressionnante portée vers le pylône 6.

Image
P6.

Image
Portée vers le pylône 7.

Image
P7.

Image
P8.

Image
Le neuvième pylône, troisième compression de ligne.

Image
Zoom sur l'ensemble de compression depuis la piste rouge des Chardons.

Image
Portée vers le pylône 10.

Image
P10.

Image
P11. On aperçoit à présent la ligne de la télécabine des Boisses.

Image
P12. Survol de la piste rouge des Chardons.

Image
P13.

Image
Portée vers le pylône 14.

Image
P14.

Image
P15. On aperçoit à présent l'arrivée au sommet du plateau de Marais.

Image
P16.

Image
Portée finale vers la gare amont.



La gare amont

La gare amont est située à 2180 mètres d'altitude au sommet du plateau de Marais, juste à côté de l'arrivée de la télécabine des Boisses, et en amont du départ des télésièges Marais et Aiguille Rouge. Cette gare se résume à un immense bâtiment en tôle gris foncé, comme en gare aval. Elle s'intègre donc très mal au paysage alpin dégagé du plateau.

Elle assure la mise en mouvement du câble porteur-tracteur de l'installation via un moteur situé directement au-dessous de la poulie motrice. Une motorisation de secours est également prévue grâce à un moteur thermique placé au milieu des voies. Afin de limiter les nuisances sonores, une insonorisation a été récemment effectuée par la société In Situ. On notera également la présence d'un très grand garage à gauche du quai de débarquement afin de pouvoir ranger au besoin tous les véhicules. Ce garage est bien évidemment doublé par la voie de stockage en aval. Le déplacement des véhicules se fait ensuite via une chaîne de traînage reliée au contour. Pour visualiser en images le décyclage de la ligne, je vous invite à visionner sur YouTube la vidéo de François05 : https://www.youtube.com/watch?v=s6yIQsbur1o.


Image
Le plateau de Marais avec l'arrivée des deux télécabines. On aperçoit également la piste bleue permettant le retour vers le secteur des Brévières-Boisses depuis les pistes de l'Aiguille Percée.

Image
Gare amont vue depuis la ligne.

Image
L'espace de débarquement.

Image
Le quai d'embarquement à la descente.

Image
Le moteur thermique de secours.

Image
Vue générale du contour.

Image
Le contour. On aperçoit également tout le coffrage permettant l'insonorisation de la motorisation.

Image
Les voies de garage.

Image
Vue d'ensemble de la gare amont en partant sur les pistes.

Image
Vue de trois-quarts à la sortie de la télécabine des Boisses.

Image
Vue de profil de la gare amont.

Image
Vue en léger contre-plongée.



Véhicules et pinces

La télécabine de la Sache est équipée de deux générations de cabines CWA/Von Roll pouvant accueillir 6 places. En effet, on trouve 46 cabines d'origine de forme carrée, avec des portes battantes et des fenêtres ouvrables côté intérieur de la ligne. Les autres cabines sont des véhicules CWA datant de 1990, ressemblant aux gammes que l'on peut trouver aujourd'hui. Ces nouvelles cabines sont la résultante d'une avalanche de 1990 qui a endommagé l'intérieur de la gare amont et les cabines qui y étaient. On peut ainsi dater les nouvelles cabines de cette période. Notons qu'elles offrent tout de même un confort très spartiate, quasiment équivalent aux cabines originelles !
Les véhicules sont reliés au câble par des pinces débrayable Giovanola de type 3 développées en collaboration avec Habbeger et Von Roll.

Image
Croisement de deux véhicules d'origine.

Image
Une cabine plus récente, toujours signée CWA.

Image
Le véhicule de service. Celui-ci est constamment présent en ligne, même lorsque la télécabine est exploitée pour les clients.

Image
Zoom sur une pince Giovanola.

Image
La pince dans le contour en gare amont.



Depuis les pistes…

Image
La fin de la ligne vue depuis le début de la piste bleue des Mélèzes.

Image
Vue en contre-plongée sur les deux derniers pylônes de ligne.

Image
La ligne au niveau du pylône 14.

Image
Passage sous la ligne en partant vers Tignes 1800 par la piste bleue des Mélèzes.

Image
Vue depuis le début de la piste rouge des Chardons de la vallée de la Tarentaise se profile à l'arrière de la télécabine.

Image
La ligne depuis la piste rouge des Chardons, avec le Mont Blanc derrière.

Image
Vue d'ensemble du pylône 9.

Image
Vue en contre-plongée du pylône 5 depuis la piste bleue des Myrtilles.

Image
Passage sous la télécabine, toujours depuis la piste bleue des Myrtilles.

Image
La télécabine de la Sache, perdue dans les conifères du bois de Boissières.

Image
Le début de la ligne depuis la fin de la piste rouge Pavot. On peut voir une bonne partie du village des Brévières.

Image
La ligne sous un soleil de plomb.

Image
Retour en gare aval via la piste rouge Pavot.


La Sache : comment relier efficacement les Brévières au plateau de Marais ?

Après plus de trente années d'exploitation, la télécabine de la Sache s'est imposée comme l'ascenseur principal de Tignes Les Brévières et de Tignes 1800. Avec le remplacement du télésiège des Boisses par une télécabine, les skieurs provenant des Boisses ne descendent plus jusqu'aux Brévières, ce qui a permis de mieux répartir les flux. Aujourd'hui, depuis les Brévières, la chaîne télésiège-télécabine reste plus longue que d'emprunter la seule télécabine de la Sache, d'autant plus si l'on veut faire des rotations sur les pistes.
Néanmoins, cette télécabine devrait être démontée en 2015. En effet, avec l'ouverture de Tignes 1800, il serait judicieux de prolonger par le bas la télécabine des Boisses, en remplaçant ainsi la Sache et le télésiège des Brévières par un seul appareil plus performant. L'accès au plateau de Marais serait ainsi facilité, tout en étant plus confortable.

Image
La télécabine de la Sache, dernière empreinte des pinces Giovanola en France. Mais pour combien de temps encore ?



Photos : remontees et françois05
Texte, bannière et mise en page : remontees
Date des photos : 16 avril 2011, 4 mars 2013, 18 février 2014 et 30 avril 2014.



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.09701 secondes. 38 requete(s).
120 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés