En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 39Bannière 20Bannière 10Bannière 21

 TCD8 du Prarion

Les Houches (Les Houches/Saint-Gervais)

Poma

T3 ES
Mise en service en : 2006

Remplace l'appareil suivant : Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : remontees
Section écrite le 17/05/2015 et mise à jour le 30/08/2015
(Mise en cache le 11/09/2015)

Image


Les Houches

En entrée de la vallée de Chamonix-Mont Blanc, la station des Houches offre un domaine skiable de taille moyenne compris entre 980 et 1885 mètres d'altitude. Celui ci se compose de 19 remontées mécanique et de 55 kilomètres de pistes. De plus, un forfait permet l'accès au domaine skiable de Fayet/Saint-Gervais via le Tramway du Mont-Blanc. La Compagnie du Mont Blanc étant devenue actionnaire majoritaire en 2011, elle gère maintenant la station des Houches - Saint Gervais.

Pour découvrir une description plus détaillée de la station, cliquez sur l'image :
Image



Le Prarion, une ligne historique des Houches

La naissance d'un projet...

Bien avant 1936, le Tramway du Mont-Blanc permettait d'accéder au plateau du col de Voza depuis le village de Saint-Gervais-les-Bains. Une deuxième vague d'aménagement fut menée par Charles Viard sur Bellevue et le col de Voza avec la construction du téléphérique de Bellevue en décembre 1936, le TKE2 Voza-Prarion en janvier 1937 et enfin le téléski de Bellevue (actuellement Grands Bois). Ces appareils étaient exploités par la STMMB (Société des Téléphériques du Massif du Mont-Blanc) jusqu'en 1987. Une troisième vague fut menée longtemps après guerre avec l'aménagement du secteur du Prarion par Max Hottegindre (SEPP et hôtel du Prarion) qui commença avec les Chamois en 1957, et le Goulet, aujourd'hui Table d'orientation, en 1968.

A la fin des années 60, le téléphérique de Bellevue était donc le seul accès au domaine skiable depuis les Houches, et il desservait mal le secteur Prarion. C'est ainsi que l'idée d'un second téléporté pour accéder au domaine vit le jour, pour créer un nouveau lien direct entre les Houches et un secteur du domaine skiable de plus en plus prisé.

Par ailleurs, à la fin des années 60, le TKE2/TSF1 Voza-Prarion cessa d'être exploité en mode télésiège l'été. L'hôtel du Prarion n'était désormais plus accessible en remontée l'été. Le projet proposait donc un nouveau tracé entre le hameau des Chavants avec une arrivée sur le plateau du Prarion. Le nouvel emplacement de la gare amont permettrait d'accéder au sommet du domaine skiable, et donc à un grand nombre de pistes, tout en assurant la liaison avec le secteur de Bellevue via le col de Voza. En plus de ces arguments là, le hameau des Chavants posséderait son propre accès au domaine.

Néanmoins, l'exploitant de l'hôtel et des téléskis du Prarion n'avait pas les moyens de financer le projet d'une onéreuse télécabine. Soutenus par Max Hottegindre, deux houchards, Roland Charlet et Gilbert Simond, élaborèrent alors le projet de liaison directe des Houches au Prarion. Leurs moyens étant insuffisants, ils s'associèrent à un décolleteur de Cluses, Jacques Balmat, qui devint le principal actionnaire et dirigeant de la Télécabine des Houches-Prarion, ou THP.

En 1970, après validation des travaux, le téléporté fut construit. L'opérateur THP commande une télécabine 4 places au constructeur Poma, équipée des célèbres cabines SP4 automatiques aussi appelées aussi "les œufs". Elle fut montée sur deux années (étés 1970-1971) par les équipes de la STM Pugnat, basée à Cordon à une trentaine de kilomètres des Houches, ainsi que par Mollier.

En voici quelques photos :

Image
La gare aval et son bâtiment (cliquez sur l'image pour accéder au reportage).

Image
Le début de la ligne (cliquez sur l'image pour accéder au reportage).

Image
La gare amont (cliquez sur l'image pour accéder au reportage).

Image
Une cabine SP4 (cliquez sur l'image pour accéder au reportage).


Une télécabine à bout de souffle

Malgré un énorme succès durant ses premières années d'exploitations, les années 2000 marquent un tournant pour la télécabine du Prarion. En effet, elle devient de plus en plus difficile à exploiter, et son accessibilté est un vrai handicap pour l'accès au domaine skiable.
Comme beaucoup d'autres vieilles installations, la télécabine avait un débit bien trop faible (à peine 1000 personnes/heure) lié à une vitesse en ligne assez réduite (4 m/s). Les queues étaient rapidement très conséquentes. On notera aussi que la faible vitesse de l'installation avait pour effet de rendre le trajet encore moins agréable à bord des anciennes cabines.
En effet, les véhicules exigus et peu confortables de la télécabine ne permettaient pas la montée des personnes à mobilité réduite et rendent le remplissage des cabines plus compliqué.

Elle est ainsi démontée au profit de l'actuelle télécabine huit places Poma durant l'été 2006.


Image
Longue file d'attente à la télécabine (cliquez sur l'image pour accéder au reportage).



Vers la nouvelle télécabine de 2006

Un investissement digne de la vallée de Chamonix

L'arrivée de la nouvelle télécabine fait prendre une nouveau tournant au domaine des Houches. En effet, c'est la première télécabine Multix installée par le constructeur Poma en France. D'une longueur de 2353 mètres et d'une vitesse de 6 m/s, elle assurera à terme un débit maximal de 2400 p/h grâce à ses 81 cabines.
L'aspect bois des gares montre qu'un effort a été fait pour que l'appareil s'intègre le mieux possible aux paysages chamoniards. Pour suivre cette idée, l'exploitant a en plus opté pour la mise en place d'un garage semi enterré en gare amont permettant le décyclage de toutes les cabines.
Les véhicules huit places de l'installation et son départ de plain-pied permettent à la télécabine de pouvoir accueillir tous types de clients. A noter que l'arrivée de cette télécabine a engendré une forte baisse de la fréquentation du téléphérique de Bellevue, qui ne sature quasiment plus.

Un chantier très mouvementé

Le démontage de l'ancienne télécabine 4 places

Les travaux de construction de la nouvelle télécabine commencent par le démontage de l'ancienne en mai 2006. Voici quelques photos présentant ces impressionnantes opérations :

Image
Évacuation des cabines par camion-grue.

Image
Certaines cabines sont laissées pour détruites...

Image
... alors que d'autres sont conservées.

Image
Le décâblage.

Image
Démontage des pylônes au sol.

Image
Démontage des pylônes au sol.

Image
Évacuation des pylônes par hélicoptère.

Image
Démantèlement de l'ossature de la gare amont.


Construction de la nouvelle télécabine

Les mois se sont suivis et les pylônes et les gares ont commencés à être montées.
Le mois de septembre est marqué par un arrêt brutal des travaux alors que le gares ne sont encore que des squelettes d'acier. En effet, les trois entreprises d'exploitation du domaine ne trouvent pas d'accords pour les revenus de la télécabine. Le chantier a donc été arrêté durant prêt de quatre semaines alors que la saison approchait à grands pas. Finalement, ils ont repris aux alentours du 8 octobre et la télécabine a pu être terminée pour l'ouverture de la station au mois de décembre.

Image
Les fûts de la nouvelle ligne sont montés dès la fin juin.

Image
La gare aval est quasiment démontée. On voit déjà que les fûts des pylônes sont montés au 9 juillet 2006.

Image
Mise en place des ferraillages de la gare aval fin juillet.

Image
Au 2 août 2006, certaines têtes de pylônes avec leurs balanciers sont déjà en place.

Image
La préparation des massifs de la gare aval a également bien avancé.

Image
Fin août, toute la mécanique de gare était montée en station aval.

Image
Pendant ce temps, en gare amont, une grue est présente pour assurer le montage de la gare amont, tandis que la surface est en train d'être bétonnée.

Image
Préparation de l'ossature de la couverture de la gare aval.

Image
Une semaine après avec le toit en tôle.

Image
Début décembre, la gare aval est terminée…

Image
… tout comme en amont.

→ Revivez l'intégralité du chantier de la télécabine du Prarion sur le forum : Construction du TCD8 Prarion (2006).


Prarion, une nouvelle télécabine innovante

Une installation conçue pour être accessible

Pour la nouvelle installation, les Houches et Poma ont opté pour plusieurs solutions afin de rendre la nouvelle télécabine plus accessible aux personnes à mobilité réduite (PMR), parmi lesquelles :

  • Quais de plain-pied avec les cabines pour pouvoir embarquer les handiskieurs.
  • Cabines spacieuses avec banquettes relevables pour embarquer les personnes à mobilité réduite.

Grâce à toutes ces innovations, la télécabine du Prarion est devenue la vitrine commerciale des télécabines Poma dans le monde. Son accès facile pour tous lui a valu un grand succès auprès des ses clients. Les solutions techniques apportées aux problématiques d'accessibilité ont été ensuite reprises sur d'autres installations de la vallée comme les télécabines de Planpraz (Domaine de Brévent-Flégère) et de Plan Joran (Domaine des Grands-Montets).

Image
L'accès de plain-pied (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).


Prarion, l'un des deux ascenseurs des Houches

En hiver

La télécabine du Prarion possède un rôle très important au sein du domaine skiable. En plus d'être un accès à celui ci, elle assure aux enfants une montée en sécurité vers les différents espaces débutants des Houches : celui du Prarion, composé d'un télésiège et d'un tapis roulant ; celui de Bellevue, composé d'un téléski et qui est accessible depuis le télésiège Schuss des Dames et enfin celui du Col de Voza, composé d'un télécorde. Elle a aussi pour mission de desservir le secteur de Bellevue grâce à la piste de la Table d'Orientation ou encore au haut de la piste Aillouds. Il est également permis depuis le haut de celle ci de rejoindre la stade homologué FIS via le télésiège Kandahar.
L'installation permet d'accéder directement au versant du côté de Saint-Gervais-les-Bains composé de quatre téléskis et du télésiège du Crozat, espace très prolifique en ski de qualité en forêt. On soulignera que la télécabine du Prarion permet de descendre directement au téléski des Plancerts qui dessert les pistes rouges parmi les plus belles du domaine skiable.
L'installation fonctionne en tandem avec le télésiège de la Coupe du Monde. Lorsque le téléphérique sature, les clients empruntent ce télésiège qui leur permet d'arriver au départ de la télécabine du Prarion via la piste des Aillouds - Retour Télécabine. Elle évite ainsi aux skieurs d'avoir à emprunter le long télésiège de Maison Neuve, puis le télésiège du Kandahar ou le difficile téléski de la Table d'Orientation.
A noter qu'elle dessert les pistes Col de Voza, Mur des Épines ainsi que la quasi totalité de Kandahar.
Kandahar, mythique piste des Houches, est l'emblème de la station. Partant du point culminant et arrivant au départ du téléphérique de Bellevue, cette piste a été le théâtre de descentes de manches de nombreuses coupes du monde. À la cassure, virage en angle droit, le skieur se retrouve dans l'alignement de la vallée. S'offre à lui le massif des Aiguilles Rouges, l'Aiguille Verte, l’Aiguille du Midi… vue d'une beauté unique. La piste décrit à partir d'ici d'harmonieux virages jusqu'à arriver à la Bosse à Perrot. C'est à partir d'ici que Kandahar est joignable depuis l'arrivée de la télécabine. On entre ainsi dans une section en forêt, à mesure que l'altitude diminue. On arrive alors bientôt au départ du téléphérique, juste après les bosses de la Rupe et du Covagnet. La descente se clôt par le majestueux schuss Battendier qui arrive jusqu'au centre des Houches. On arrive alors au téléphérique de Bellevue et au télésiège de la Coupe du Monde après avoir franchit 870 m de dénivelé pour 3430 mètres de long.

Sur le plan des pistes hivernal
Image


En été

En été, la télécabine est aussi très prisée des touristes recherchant des paysages à couper le souffle, des pistes de VTT ou encore des sentiers de randonnées. Elle dessert d'ailleurs l'une des seules pistes de la vallée avec le domaine de Balme.
Elle est là aussi un moyen d'accès à Saint-Gervais depuis le hameau des Chavants. Par une randonnée d'une cinquantaine de minutes, il est possible de descendre au col de Voza pour emprunter le Tramway du Mont-Blanc. Celui-ci permet aussi d'accéder à Bellevue où arrive le téléphérique éponyme, ou de monter jusqu'au Nid d'Aigle, départ de randonnées/alpinisme.
Durant cette période, comme la fréquentation est moindre qu'en hiver, la télécabine est exploitée en marche dégradée afin de minimiser les coûts. En effet, on retrouve en ligne deux trains de cabines à la montée et deux trains de cabines à la descente. Sur chaque train, les deux premières et les deux dernières cabines sont interdites d'accès pour des raisons de sécurité (vérification du bon embrayage et pesage des pinces). Lorsqu'un train arrive en gare amont, un second arrive en gare aval tandis que les deux autres sont en ligne (un en descente et l'autre en montée).

Image
Situation de la télécabine sur le plan des activités estivales des Houches.


Une télécabine aux caractéristiques impressionnantes

La télécabine du Prarion reprend les impressionnantes caractéristiques de son illustre prédécesseur : une ligne de plus de 2,5 km pour un dénivelé de plus de 800 m, mais aussi une vitesse maximale en ligne de 6 m/s ou encore un treuil semi-enterré développant près de 1400 kW grâce à deux moteurs. Prarion est véritablement une « bête de course » bourrée d'innovations techniques pour être la plus accessible, rapide, efficiente et confortable possible.

Caractéristiques administratives

TCD-Télécabine à pinces débrayable : PRARION
Maître d'œuvre : CNA
Maître d'ouvrage : LH-SG (Les Houches-Saint Gervais)
Structure/Génie Civil : Alpes Contrôle
Exploitant : LH-SG (Les Houches-Saint Gervais) filiale de la Compagnie du Mont Blanc (CMB)
Montage : Comag
Constructeur : Poma
Installation électrique : Semer
Année de construction : 2006
Montant de l'investissement : 8 500 000 €

Caractéristiques d’exploitation

Saisons d'exploitation : Été et hiver
Capacité : 8 personnes
Débit : 1800 (2400*) personnes/heure
Vitesse d'exploitation maximale : 6 m/s
Sens de montée : Par la droite

Caractéristiques géométriques

Altitude aval : 1013 m
Altitude amont : 1846 m
Dénivelée : 833 m
Longueur développée : 2532 m
Longueur horizontale : 2390 m
Pente maximale : 68 %
Pente moyenne : 34,85 %
Portée maximale : 246 m
Survol maximum : 23 m
Nombre de pylônes : 17
Temps de trajet : 7 minutes 2 secondes

Caractéristiques techniques

Emplacement motrice : Amont
Fabricant des moteurs : Thrige Electrics
Puissance développée : 2×692 kW (1384 kW au total)
Emplacement tension : Aval
Type de tension : Hydraulique
Pression nominale : 124 bars
Tension nominale : 47 000 daN
Nombre de véhicules : 61 (81*)
Type de véhicules : Diamond 8/10
Espacement entre les cabines: 94 (72*) m
Dispositif d'accouplement : Pince LPA-M

Caractéristiques du câble

Fabricant : TRÉFILEUROPE
Diamètre du câble : 56 mm
Type de câblage : Lang à droite
Type d'âme : Compacte
Résistance rupture : 240 000 daN
Composition : 6×31 fils
Section du câble : 1309 mm²
Pas de câblage : 415 mm
Section du toron : 218 mm²

* : Valeurs à terme.


Infrastructures et ligne

La gare aval - Les Chavants (1013 m)

La gare aval de la télécabine du Prarion se situe à 1013 mètres d'altitude au hameau des Chavants. C'est cette station qui est en charge de la tension de l'installation. L'exploitant a opté pour une gare de plain pied pour faciliter l'accès depuis le parking du hameau et depuis l'arrivée des pistes à une clientèle la plus large possible.

Image
La gare aval vue depuis la fin de la piste bleue des Aillouds - Retour Télécabine.

Image
L'avant de la gare.

Image
Vue de trois-quarts de la gare aval avec au premier plan la billetterie. En arrière-plan, on aperçoit le domaine des Houches avec le massif de Bellevue (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Vue de trois-quarts de la gare aval. La ligne se profile à l'horizon (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Vue arrière.

Image
Vue rapprochée.

Image
Vue de trois-quarts (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Accès à l'embarquement (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Cabine quittant le quai (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
La came de fermeture des portes (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).



La ligne

La ligne est composée de 17 pylônes. Dans un premier temps, elle survole des résidences avant d'entrer dans une portion assez plane en forêt. Le pylône 6 entraîne une seconde section bien plus inclinée avant que les pylônes 11 et 12 impriment la montée finale vers le plateau du Prarion.

Voici les caractéristiques de la ligne :

  • P1 : 12C/12C
  • P2 : 8S/8S
  • P3 : 8S/8S
  • P4 : 10S/10S
  • P5 : 6S/6S
  • P6 : 8SC/8SC
  • P7 : 8S/8S
  • P8 : 8S/8S
  • P9 : 8S/8S
  • P10 : 8S/8S
  • P11 : 4SC/4SC
  • P12 : 4SC/4SC
  • P13 : 6S/6S
  • P14 : 8S/8S
  • P15 : 10S/10S
  • P16 : 10S/10S
  • P17 : 10S/10S



Image
Le début de la ligne

Image
P1.

Image
Le pylône 2. On aperçoit le pylône 3 derrière.

Image
Portée vers le pylône 4 le long des chalets du hameau des Chavants.

Image
P4.

Image
Portée vers le pylône 5. On survole la route menant à Maison Neuve.

Image
P5.

Image
P6.

Image
P7.

Image
P8.

Image
Portée vers le pylône 9.

Image
P9.

Image
Portée vers le pylône 10.

Image
P10.

Image
Portée entre les pylônes 10 et 11.

Image
P11.

Image
P12. Un paravalanche a été installé pour le préserver d'éventuelles coulées de neige.

Image
P13.

Image
P14.

Image
P15. On aperçoit enfin l'arrivée.

Image
Portée vers le pylône 16.

Image
Les pylônes 16 et 17 précèdent la gare d'arrivée.

Image
Têtes des pylônes 16 et 17.


La gare amont - Le plateau du Prarion (1846 m)

La gare amont est implantée à 1846 mètres d'altitude sur le plateau du Prarion, à proximité directe de l'arrivée du téléski de la Table d'Orientation et en surplomb du départ du télésiège de l'École. C'est dans cette station qu'est effectué l’entraînement du câble. Un garage semi enterré est aussi présent à côté de celle ci. Le groupe moteur est enterré sous la gare afin de limiter les nuisances sonores.
On remarquera que la gare arbore une couverture partiellement en bois contrairement à la station aval.

Image
Vue d'ensemble du complexe de la gare amont depuis la table d'orientation (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Vue en plongée de la gare amont (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Vue arrière de la gare amont en été.

Image
Vue rapprochée en été.

Image
Vue de côté en contre-plongée (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Vue en contre-plongée (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Vue opposée avec le garage sur la gauche.

Image
Vue depuis le toit du garage.

Image
Vue de trois-quarts depuis le toit du garage.

Image
Vue d'ensemble du quai et du contour (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Le quai vu sous un angle opposé (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Embarquement dans le contour pour la descente (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Came de fermeture des portes.


Les véhicules et leurs pinces

L'installation est équipée de 61 cabines de type Diamond8 reliées au câble par des pinces LPA-M. Elles sont suffisamment spacieuses pour accueillir des personnes à mobilités réduites lorsque les banquettes sont relevées. Même si les banquettes sont relevables, les cabines ne sont pas prévues pour accueillir dix personnes debout.
Le transport des skis se fait à l'extérieur dans des racks à skis.

Image
Croisement de deux cabines (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Vue de face d'une cabine.

Image
Vue opposée d'une cabine.

Image
Les portes avec les racks à skis (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Le mécanisme d'ouverture/fermeture des portes.

Image
La plaque du constructeur.

Image
La pince LPA-M (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Une pince en maintenance dans le garage.

Image
Le véhicule de service.


Au cœur de la télécabine du Prarion

Mise en mouvement du câble

La télécabine du Prarion est équipée d'une motorisation enterrée afin de limiter les nuisances sonores tout en permettant une maintenance facilitée en sous-sol.
On retrouve deux moteurs montés en série sur la forme d'un tandem. Cela assure une redondance et rend la télécabine plus disponible en cas d'avarie. En période creuse ou en été, la télécabine peut tourner à mi-débit avec un seul des deux moteurs (en général le moteur n°2 car c'est le plus proche du réducteur).
Le freinage est effectué par quatre freins de poulie directement montés sur la gorge. Les freins d'urgence et de service gérés par l'électronique de commande tandis que d'autres sont actionnés lors de l'arrêt de la mise en mouvement du câble (frein de parking).

Image
Vue d'ensemble de la salle abritant le treuil (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Vue en plongée du treuil avec les deux moteurs et les cardans de liaison (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Vue opposée avec le réducteur et la redirection vers l'arbre moteur (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Le moteur électrique n°1, les volants d'inertie et le cardan de liaison au second moteur (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Liaison entre les moteurs 1 et 2. On peut voir les balais et collecteurs du moteur n°2. (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Le moteur n°2. (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Le moteur n°2 fonctionnant tout seul en été pour une exploitation à débit réduit.

Image
Cardan de liaison avec le réducteur effectuant aussi la redirection du mouvement en perpendiculaire vers l'arbre moteur. (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Vue opposée du réducteur. (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
L'arbre moteur permettant la transmission du mouvement rotatif entre le treuil et la poulie motrice.

Image
Vue d'ensemble de la poulie motrice avec les quatre freins de poulie (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Vue rapprochée de la poulie motrice avec l'arbre moteur (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Vue rapprochée de deux freins de poulie (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Centrales électriques des freins de service (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).


Marche de secours

La marche de secours est effectuée grâce à deux moteurs électriques alimentés via un groupe électrogène en sous-sol. Celui-ci est maintenu toujours à température afin que le gasoil soit toujours assez chaud et puisse être utilisé à tout moment. Bien entendu, si l'avarie ne se situe pas sur l'alimentation électrique, les deux moteurs de secours peuvent tourner sans le groupe électrogène.
L'ensemble a été livré par l'entreprise Cummins, comme par exemple sur la télécabine de Planpraz à Chamonix-Mont Blanc / Domaine de Brévent-Flégère.
Les deux moteurs électriques entraînent des arbres dans un réducteur qui fournit le mouvement à deux pignons au contact de la poulie motrice.

Image
Vue d'ensemble du groupe électrogène. On voit très bien le réservoir de gasoil, le ventilateur, l'alternateur et les circuits permettant d'évacuer les gaz d'échappement (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Le groupe électrogène Cummins.

Image
Vue d'ensemble de la gare motrice. On aperçoit au premier plan les moteurs de secours (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Vue opposée avec les moteurs de secours (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).


Tension du câble

La tension du câble porteur-tracteur de l'installation est effectuée en gare aval par un unique vérin hydraulique. La tension nominale appliquée à la poulie motrice est de 47 000 daN, et est régulée par une centrale hydraulique.
Notons que la poulie retour-tension a un diamètre de 4900 mm.

Image
Vue d'ensemble de l'intérieur de la gare aval avec la poulie, le lorry et le vérin de tension (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Vue opposée avec le vérin au premier plan (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Pièce de liaison entre le lorry et le moyeu de la poulie tension (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Roulette permettant le déplacement du lorry et curseur de lecture de la tension appliquée au câble (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
L'arrière du vérin et la centrale de contrôle (Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
La centrale électrique de contrôle hydraulique (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).


Traînage des véhicules en gare

Les cabines sont entraînées en gare par des poutres de pneus reliées par courroies. Justement, ce sont les courroies qui permettent aux lanceurs et ralentisseurs d'avoir des pneus aux vitesses qui augmentent ou diminuent progressivement.
En fin de voie, on retrouve systématiquement une trompette qui permet de stabiliser les véhicules en entrées ou sorties de gare.
Un cadenceur ± vite est présent en gare amont. Le pesage est réalisé deux fois en entrée de gare et une fois en sortie de gare.

Image
Vue d'ensemble des voies en gare amont (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Vue opposée avec la prise de mouvement sur la droite.

Image
Le cadenceur ± vite dans le contour (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
La prise de mouvement (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Pince en train d'accélérer. Sur la droite, on voit la poulie motrice.

Image
L'entrée en gare avec les balais de dégivrage et le début de la came de débrayage (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
La fin de la poutre à pneus du brin descente de la gare amont. On remarque le début de la trompette.


Commandes

Les commandes ont été livrées entièrement par SEMER.
Chaque poste de conduite est équipé d'écrans de contrôle et d'armoires permettant de gérer et superviser toutes sortes de paramètres comme la vitesse de la télécabine, le vent, le cadencement, … Les commandes sont gérées par des armoires de puissance situées dans le sous-sol de la gare amont.

Image
Pupitre de commande en gare amont

Image
Les armoires de puissance, situées face au treuil (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).


Équipements de ligne - balanciers

La ligne de la télécabine du Prarion est très exposée au givre et à la neige en raison de sa situation géographique dans la vallée encaissée de Chamonix. C'est pourquoi les galets des pylônes sont équipés chacun de deux flasques de protection anti-givre, afin de maximiser la disponibilité de l'appareil. Néanmoins, celles-ci ont été supprimées en grande partie depuis 2009 car elles engendraient des problèmes techniques.
Poma a équipé les balanciers de galets supports de diamètre 550 mm et de galets compressions de 420 mm de diamètre. Étant donné que le câble a un imposant diamètre de 56 mm, les galets utilisés sur la télécabine du Prarion acceptent jusqu'à une tonne de charge.
Afin de simplifier la ligne en évitant la mise en place de successions de pylônes supports et compressions, Poma a utilisé un pylône support-compression sur la télécabine du Prarion.
Pour contrôler les déraillages du câble, Poma a installé une ligne de sécurité SEMER Safeline 1.1.

Image
Galets et tête de pylône de type « support ».

Image
Galets supports équipés de flasques anti-givre. On distingue également bien les dispositifs de barrettes cassantes destinés à prévenir d'un éventuel déraillage (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Passage d'une cabine sur un pylône à huit galets « supports-compressions » (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Vue détaillée de la tête de pylône et du balancier 8SC (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).


Le garage

Le garage de l'installation est situé à gauche de l'arrivée de la télécabine dans un immense bâtiment accueillant aussi une salle hors sac. Il est semi-enterré afin de limiter au maximum l'impact visuel et environnemental sur un plateau à découvert. La partie visible est couverte par un bardage de bois pour mieux s'intégrer au paysage montagnard.
Ce garage se compose de trois voies de stockage ainsi que d'un espace d'entretien des véhicules. Il est à l'heure actuelle utilisé en mode semi-automatique.

Image
L'aspect extérieur du bâtiment.

Image
L'aiguillage donnant accès au garage.

Image
Les voies de garage.

Image
Aiguillage vers les voies de maintenance (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
L'espace de maintenance... (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI)

Image
...où les employés peuvent s'occuper aussi des pinces grâce à des plate-formes à hauteur (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI)

Image
Pince maintenue afin d'être examinée.


Autres vues…


Image
Vue en plongée de la fin de la ligne depuis le balcon au-dessus du garage.

Image
Vue de la ligne depuis la gare amont. Sur la droite, le massif des Aiguilles Rouges, la vallée de Chamonix, l'Aiguille Verte, les Droites, l'Aiguille du Chardonnet, les Drus et l'Aiguille du Tour (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Vue en plongée du pylône 4 (Photos Robert LACAS - POMAGALSKI).

Image
Vue d'ensemble de la ligne depuis la gare aval en été.



Conclusion

Avec cet investissement, la Compagnie du Mont Blanc a su redynamiser la station des Houches en donnant un accès facile à son domaine skiable pour tous les clients. C'est aujourd'hui l'ascenseur principal de la station, desservant toute l'aile du massif du Prarion en passant par le col de Voza et le versant de Saint-Gervais-les-Bains.
Le confort, la vitesse ainsi que le débit ont été grandement augmenté et la station a su ainsi donner une image moderne à ses clients. Devenue l'accès principal au domaine, cette nouvelle télécabine est donc un investissement réussi et durable pour la station.

Image
La télécabine du Prarion, un nouvel ascenseur majeur prisé été comme hiver.

Un immense merci à Jean-Pierre GARDET pour le partage des photos prises par Robert LACAS pour le compte de Pomagalski. Remerciements également à Radim Polcer et à toute l'équipe de la télécabine pour la visite technique.

Bannière : J'ib
Photos : Émilien Prud'Homme, Sébastien Girard, Robert Lacas (Pomagalski), Radim Polcer (http://lift-world.info) et remontees.
Texte et mise en page : Le Risoulien et remontees



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.10859 secondes. 41 requete(s).
135 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés