En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 11Bannière 3Bannière 42Bannière 26

 TCD8 Family Jet

Lermoos (Zugspitz Arena)

Doppelmayr

T3 ES
Description rapide :
Plus courte télécabine d'Autriche, et deuxième plus courte au monde. Nouveauté 2012 à destination d'une clientèle de skieurs débutants.

Mise en service en : 2012

Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : monchu
Section écrite le 04/10/2013 et mise à jour le 06/10/2013
(Mise en cache le 06/10/2013)

Image


La plupart des exploitants prennent désormais en compte la sécurité de leurs clients dans leurs nouveaux investissements. Les fabricants proposent différents systèmes de sécurisation de télésièges qui rencontrent la faveur des domaines skiables : repose-pieds passant entre les jambes, système de verrouillage du garde-corps, gilets magnétiques… Certaines stations vont même plus loin, en investissant dans des télécabines dont les véhicules fermés offrent une sécurité maximale pour le jeune public.

La palme de ces investissements revient à la station tyrolienne de Lermoos, qui s’est décidée à remplacer un téléski à enrouleurs destiné aux débutants par une télécabine 8 places, sur une ligne de 370 mètres de long à peine.

Ainsi, la télécabine Family Jet est devenue la plus courte télécabine d’Autriche, et la deuxième au monde après la télécabine de Cianross à San Vigilio, en Italie, qui détient le record avec 295 mètres de longueur seulement.

Voici l’histoire de la plus courte télécabine d’Autriche, dont la genèse aura duré près d’une dizaine d’années.



Sommaire :
1. La Zugspitze en toile de fond
2. Du téléski à la télécabine pour débutants
3. Caractéristiques techniques
4. G1 « Unterdorf »
5. En ligne
6. G2 « Oberdorf »
7. Véhicules





1. La Zugspitze en toile de fond


Lermoos

La haute vallée de la Loisach forme en amont de la frontière bavaroise une cuvette épanouie dans laquelle une demi-douzaine de villages traditionnels ont fédéré leurs domaines skiables sous la marque commune de la « région tyrolienne de la Zugspitze » ou Tiroler Zugspitzarena.

La station de Lermoos, qui bénéficie du tour d’horizon le plus étendu de la région, dispose d’une présentation à cette adresse :

Image
^ Cliquez sur l'image pour accéder à la présentation de la station. ^



Le domaine skiable du Grubigstein et la télécabine Family Jet

Le domaine skiable de Lermoos est tracé sur les pentes du Grubigstein entre 1000 et 2100 mètres d’altitude, où sont implantés trois télécabines, quatre télésièges dont trois débrayables et un téléski.

La télécabine Family Jet est une courte installation destinée aux débutants. Elle dessert un espace skiable situé au cœur du village, mais à l’écart des pistes principales descendant du Grubigstein. Le secteur offre ainsi de bonnes conditions de ski en toute sérénité pour les jeunes skieurs.

Image
Les pistes du Grubigstein offrent une vue panoramique sur le massif de la Zugspitze.


Image
Situation de la télécabine dans le domaine du Grubigstein.





2. Du téléski à la télécabine pour débutants


L’ancien téléski “Liftle”

Les premières pentes de Lermoos furent équipées dans les années 60 avec un télésiège monoplace en deux tronçons vers le Grubigstein et un téléski biplace à enrouleurs desservant des pistes faciles au-dessus du village : le Liftle ou “petit téléski“ est resté dans son état d‘origine jusqu‘à son démantèlement en 2012.

Image
Ancien téléski Liftle.



La longue genèse du projet de remplacement

L‘exploitant a songé dès 2003 à remplacer le téléski Liftle. Plusieurs hypothèses ont été étudiées, tenant compte des besoins des écoles de ski, dont le point de ralliement est situé au pied de l‘appareil. La proximité du village imposait aussi une bonne intégration paysagère de l‘appareil.

La solution la plus simple aurait été un remplacement à l‘identique par un téléski à enrouleurs biplaces, plus moderne. Un télésiège débrayable quadriplace était la seconde option étudiée : elle avait l’avantage d’accroître le confort et le débit. L‘installation d‘un système optionnel de verrouillage des sièges aurait offert un surcroît de sécurité appréciable pour un appareil fréquenté presque exclusivement par des débutants et des enfants.

Enfin, l‘exploitant a exploré la piste d‘une télécabine. Sur le papier, ce type de remontée ne présente que des avantages. Pour la clientèle d‘abord, les véhicules clos présentent une sécurité accrue. Le confort est aussi amélioré : l‘exploitant estime que les débutants y sont encore plus sensibles que les skieurs confirmés, car ils ont besoin de bonnes conditions pour récupérer des forces lors de la montée. Par ailleurs, la vitesse réduite de l‘appareil dans le contour réduit le stress à l‘embarquement.

Pour l‘exploitant ensuite, les conditions d‘embarquement sont meilleures que sur un télésiège. Les groupes de skieurs emmenés par un moniteur peuvent embarquer plus rapidement, tout en maximisant le remplissage des cabines. Les arrêts intempestifs de l‘installation sont presque inexistants, car les chutes à l‘embarquement sont réduites. Enfin, les enfants, qui représentent 70% des clients de l‘appareil, peuvent voyager sans adulte accompagnateur, ce qui évite d‘attendre un adulte accompagnateur comme sur un télésiège.

Mais ces avantages ont un prix : une télécabine standard coûte plus cher qu’un télésiège même équipé d’options de sécurité. C’est pourquoi l’exploitant, soucieux de limiter les coûts d‘acquisition, a longtemps envisagé de réimplanter un appareil d‘occasion.

Image
Le télécombi de Laveran, à Pettneu, dans le massif de l’Arlberg.


A une encablure de St. Anton am Arlberg, le village de Pettneu dispose d‘un petit domaine skiable, accessible depuis la vallée par un court télécombi construit en 2007 par Doppelmayr, et exploité uniquement en mode télécabine.

La société exploitant ce domaine fit faillite en septembre 2010, avec un déficit de 2,8 millions d‘euros. L‘arrivée d‘un investisseur norvégien permit d‘assurer l‘exploitation hivernale de janvier à mars 2011, mais le domaine resta confronté à de graves difficultés financières, incapable de payer les traites du télécombi de Laveran.

Doppelmayr, propriétaire de l‘installation et créancier à hauteur d‘un million d‘euros, se mit en recherche d‘un acquéreur à l‘été 2011. Le télécombi de 470 mètres de long équipé de 12 cabines pouvait être réimplanté en l‘état, transformé en un appareil plus puissant avec modification du moteur et adjonction de pylônes supplémentaires, voire transformé en télésiège débrayable.

Les caractéristiques de l‘appareil correspondaient à celui recherché par Lermoos : une télécabine à la ligne courte, exploitée avec une douzaine de cabines, sur une dénivelée d‘un peu plus de 100 mètres. La transaction en vue de la réimplantation s’engagea en 2011. Doppelmayr déposa une demande de démontage auprès de l‘administration tyrolienne en décembre 2011, tandis que l‘exploitant de Lermoos commença à communiquer sur le futur appareil, avec des photos des cabines Carvatech jaunes sur des dépliants publicitaires.

Mais le démontage du télécombi aurait signé la fin définitive de l‘exploitation du domaine de Pettneu, privé de son ascenseur principal. L‘exploitant historique et son partenaire norvégien réussirent ainsi in extremis à retarder la transaction et à réunir les fonds nécessaires au rachat du télécombi, grâce à l‘entrée de deux oligarques russes au capital en juin 2012.

La station de Lermoos fut contrainte d‘abandonner la piste de la télécabine d‘occasion. La famille Langes, issue de la dynastie d‘entrepreneurs Swarowski célèbre pour sa cristallerie, et exploitant du domaine de Lermoos, accorda un coup de pouce financier permettant l‘achat d‘une télécabine neuve presque identique au modèle d’occasion. Grâce à ce soutien, le projet conduit par le maître d’œuvre Melzer & Hopfner ne fut que légèrement modifié. Le débit prévu fut même rehaussé par l‘utilisation de 14 cabines au lieu des 12 qui auraient dû être récupérées à Pettneu.


Le projet et le chantier

Le nouvel appareil a été construit sur un tracé légèrement différent de celui de l‘ancien téléski. La gare supérieure a notamment été remontée à environ 100 mètres en amont de la précédente. L‘éclairage pour le ski nocturne a été prolongé en conséquence. Pour limiter les terrassements et réduire l‘impact paysager, c‘est une gare à lanceurs courts et à couverture basse qui a été retenue en aval, tandis qu‘une gare classique à couverture Vision a été implantée en amont, en lisière de la forêt.

L‘exploitant a investi ainsi 4,2 millions d‘euros dans ce court appareil, tandis qu‘un autre chantier de 3,2 millions d‘euros se déroulait simultanément sur le haut du domaine, avec les travaux sur le réseau de neige de culture du Grubigstein.

Une vidéo de l‘héliportage des pylônes est disponible à cette adresse.

L’appareil assure un débit provisoire de 1 400 personnes/heure qui pourra être porté ultérieurement à 1 800 personnes/heure par l’adjonction de 4 cabines supplémentaires.




3. Caractéristiques techniques


  • Constructeur : Doppelmayr
  • Année de construction : 2012
  • Saison d'exploitation : hiver
  • Capacité : 8 personnes
  • Altitude Aval : 1 003 m
  • Altitude Amont : 1 091 m
  • Dénivelée : 88 m
  • Longueur développée : 370,19 m
  • Pente moyenne : 25 %
  • Débit maximum : 1 400 personnes/heure
  • Vitesse d'exploitation : 4,0 m/s
  • Emplacement motrice : amont
  • Emplacement tension : amont
  • Temps de trajet minimum : 1 min 40 s




4. Station inférieure « Unterdorf » (G1)


Situation

La gare aval est implantée à un peu plus de 1000 mètres d’altitude, non loin du cœur du village et du point de rassemblement des cours de ski. En l’absence de places de stationnement à proximité, la gare ne constitue pas un point de départ pour les skieurs à la journée : l’appareil est ainsi fréquenté presque exclusivement par les clients des écoles de ski.

Un tapis a été construit à quelques dizaines de mètres de la G1, renforçant l’attractivité de ce secteur pour les grands débutants.

Image
Gare de départ et massif de la Zugspitze.


Image
Situé légèrement au-dessus du village, le secteur de la G1 ne constitue pas un front de neige à proprement parler.


Image
A proximité de la gare, le rassemblement des cours de ski et la zone desservie par un tapis constituent le centre d’attraction pour les grands débutants.


Image
La zone de départ est en faible pente, et l’embarquement se fait presque de plain-pied.


Image
Les caisses et toilettes clients revêtent la même couleur grise que les lanceurs, favorisant leur intégration dans le village malgré leur aspect moderne.


Image
Accès à l’appareil.



Bâtiments

La station aval est une gare UNI-G à couverture basse et à lanceurs courts, compte tenu de la vitesse réduite de l’appareil. Pour limiter les nuisances sonores, la gare est retour fixe.

Image
La G1 est à peine plus haute que les bâtiments d’accueil.


Image
Lanceurs courts et couverture basse.


Image
En été, les feuillus situés à l’arrière-plan masquent la gare depuis le village.


Image
L’environnement exceptionnel de la Zugspitze explique les mesures d’intégration paysagères qui ont été prises.


Image
G1 et cuvette de la vallée de la Loisach.


Image
L’utilisation de lanceurs courts a permis de limiter les terrassements en G1.


Image
Détail des lanceurs/ralentisseurs courts.



Embarquement

L’embarquement est effectué dans la moitié du contour de la gare UNI-G. Le personnel est constamment présent sur le quai : afin de faciliter l’embarquement des jeunes skieurs, les employés placent le matériel dans les porte-skis.

Les skis courts des très jeunes skieurs sont même rangés par le personnel dans un fut qui voyage à l’intérieur de la cabine, avant d’être déchargé en gare amont. Les enfants qui suivent les cours de ski peuvent ainsi embarquer et débarquer sans contrainte.

Image
Ralentisseur et came d’ouverture des portes.


Image
L’appareil n’étant pas exploité à la descente, le début de contour est dépourvu de quai.


Image
Le quai d’embarquement commence au milieu du contour, ce qui permet de limiter le coût de construction.


Image
Milieu du contour.


Image
Le personnel est présent en permanence sur le quai, et charge les skis des débutants dans les porte-skis latéraux. Sur la droite, un portillon permet d’accéder à l’embarquement depuis la partie droite de la piste, créant un accès secondaire à l’appareil.


Image
Zone d’embarquement.


Image
La zone d’embarquement est éclairée par des tubes fluorescents lorsque l’appareil est exploité pour le ski nocturne.


Image
Le marchepied de type Low Walk In épouse la forme du quai dans le contour.


Image
Came de fermeture des portes adaptée aux cabines Carvatech.


Image
Fin de zone d’embarquement et fermeture des portes.


Image
Lanceur et début de la ligne.


Image
Véhicule dans le lanceur.


Image
Lanceur depuis l’amont.





5. En ligne


Généralités

La ligne est tracée sur de la prairie en faible pente. A l’occasion de la construction de l’appareil, certaines pistes situées sous l’appareil ont été reprofilées pour faciliter la progression des débutants ou des skieurs intermédiaires.

La ligne de sécurité a été enterrée, tout comme l’alimentation des mâts d’éclairage destinés au ski nocturne. L’exploitant n’a pas choisi d’installer un système de détection de position de câble, de diamètre 45 mm, compte tenu de la faible longueur de ligne et de l’absence d’exposition au vent.

La ligne est asymétrique, sans possibilité d’exploitation à la descente. La largeur de voie est limitée à 5,2 mètres.

Détail de l’équipement des pylônes :
P1a : 8C/8C
P1b : 10C/10C
P2 : 8S/8S
P3 : 8S/6S
P4 : 12S/10S


Image
Vue d’ensemble du court tracé.


Image
Tracé et vue sur Lermoos.



Au fil de la ligne…

La télécabine monte en pente modérée sur les prairies qui surplombent les premiers chalets du village.

Image
Double pylône compression en sortie de gare aval.


Image
P2.


Image
P3.


Image
La ligne passe à proximité de l’aire d’arrivée de l’ancien téléski.


Image
P4 et G2.



Depuis les pistes

Les pistes peu techniques sont surtout prisées des les écoles de ski. Elles offrent un beau point de vue sur Lermoos et l’ensemble de la région Tiroler Zugspitzarena.

Image
Vue en enfilade de la ligne depuis la gare aval.


Image
Panorama sur le village et la Zugspitze.


Image
L’enneigement artificiel et l’éclairage nocturne permettent de rentabiliser au maximum l’installation.


Image
Le remplacement du téléski par un téléporté a permis d’élargir l’espace skiable.


Image
Chaîne du Wetterstein et sommet de la Zugspitze, derrière le P2.


Image
Le village de Lermoos s’est largement étendu vers le sud.


Image
Isolé des pistes rapides, le secteur est un paradis pour débutants.


Image
Vue depuis l’ancienne aire d’arrivée.


Image
La plate-forme d’arrivée offre de beaux points de vue sur le village de Lermoos.





6. Station supérieure « Oberdorf » (G2)


Situation

La gare amont est installée à une centaine de mètres en amont de l’arrivée de l’ancien téléski. Ce nouvel emplacement permet de rejoindre plus facilement les gares de départ du TSD6B Hochmoos ou de la TCD6 Grubig 1.

Image
Plate-forme d’arrivée déplacée d’une centaine de mètres en amont.


Image
Départ des cours de ski, au sud de la gare d’arrivée. Au fond, la Sonnenspitze (2 412 m).


Image
L’aire d’arrivée n’est pas accessible depuis les pistes du secteur [i]Hochmoos, séparées par des clôtures. Les débutants peuvent ainsi débarquer et s’élancer en toute sécurité.[/i]



Equipements

La gare amont est constituée d’une station UNI-G à couverture Vision motrice tension. Compte tenu de la vitesse limitée à 4 m/s, la gare est équipée de lanceurs et de ralentisseurs courts. Elle dispose toutefois d’une couverture de longueur classique, ce qui permet de loger un rail de maintenance à la sortie du contour.

L’appareil n’est pas prévu pour une exploitation à la descente. La gare amont est ainsi dépourvue de quais sur la moitié de sa longueur.

Image
Vue depuis l’aval.


Image
Local opérateur, G2 et zone de rassemblement des cours de ski.


Image
Livrée grise et rouge.


Image
Ralentisseur.


Image
A côté de la gare, le poste électrique alimente l’appareil et l’installation d’éclairage pour le ski nocturne.


Image
Les débutants disposent d’un large espace accessible de plain-pied depuis l’appareil.


Image
Tympan arrière de la gare Vision.


Image
L’absence de quai à partir du milieu du contour oblige l’exploitant à protéger la zone avec des filets.


Image
Côté lanceur.


Image
Vue d’ensemble de la gare amont devant la Sonnenspitze.


Les 14 cabines pouvant être stockées dans les voies de la gare amont, l’installation n’est munie d’aucun garage, mais un aiguillage a été installé juste avant le lanceur, pour permettre de raccorder ultérieurement un rail de stockage, si le début venait à augmenter.

Image
Véhicule dans le ralentisseur.


Image
Came d’ouverture des portes.


Image
Détail de la came, qui peut s’escamoter lorsque les cabines sont stockées dans les voies.


Image
Ouverture des portes.


Image
Zone de débarquement.


Image
En l’absence de quai côté descente, la fermeture des portes s’effectue au milieu du contour…


Image
…ce qui nécessite l’emploi d’une came au profil arrondi.


Image
Le quai prend fin en milieu de contour.


Image
Deux aiguillages sont installés côté lanceur.


Image
Un rail de stockage permet d’isoler un véhicule.


Image
Un aiguillage situé avant le début du lanceur permettra de raccorder un rail de stockage ou un garage dans le cadre d’une augmentation de débit ultérieure.


Image
A côté de la gare, le terrassement en vue de la construction éventuelle d’un garage a déjà été réalisé.



Treuil

La gare amont motrice tension est équipée d’un moteur asynchrone développant 130 kW en fonctionnement normal et 159 kW au démarrage. Il a été dimensionné pour permettre une augmentation de débit éventuelle.

Image
Vue d’ensemble du treuil.


Image
DT câble et l’un des freins de sécurité agissant sur la poulie.


Image
Moteur asynchrone, et échangeur de chaleur du réducteur.


Image
Arbre rapide, frein de service et réducteur.


Image
Réducteur Rexroth.


Image
Centrale hydraulique.





7. Véhicules


Généralités

La télécabine est munie de cabines blanches aux vitres bleues, en lieu et place du modèle jaune à vitres noires qui était prévu dans le projet de réimplantation de l’appareil de Pettneu.

L’appareil est décyclé tous les soirs : les 14 cabines sont stockées dans les voies de la gare amont.

Image
Vue d’ensemble des cabines.


Image
La face latérale des cabines 8 places présente une surface réduite, ce qui limite la prise au vent et l’espace nécessaire pour le rangement dans les voies de l’installation.



Pinces

Sur cet appareil, Doppelmayr a mis en œuvre la classique pince bistable DT-108 à barres de torsion.

Image
Pince DT-108.


Image
Détail de la pince au P1.


Cabines

Carvatech a fourni pour cette ligne 14 cabines à 8 places de type Ultra 8S, que l’exploitant soucieux de réduire les coûts de construction a préférées aux traditionnelles Omega de CWA.

La ligne devait être équipée initialement de 12 cabines assurant un débit de 1 200 personnes/heures, mais 2 cabines supplémentaires ont été rajoutées au projet initial. Leurs vitres bleues arborent un décor de montagne pailleté qui rappelle les productions en cristal de Swarowski.

Image
Les grandes vitres bleues permettent à la clientèle de profiter du panorama.


Image
La coque des cabines arbore une couleur blanche, bien connue en France dans les années 80 et 90, mais très peu répandue en Autriche.


Image
Les vitres des cabines 1 et 14 sont recouvertes d’un décor pailleté représentant une montagne, allusion à la fabrique de cristaux Swarowski dont la famille propriétaire exploite le domaine de Lermoos.


Image
Les tampons en caoutchouc sont revêtus du logo Carvatech.


Image
Les porte-skis permettent de ranger 2 snowboards et/ou 8 paires de skis.


Image
Le marchepied de type Low Walk In réduit l’espace entre la cabine et le quai.


Image
Sans être totalement vitrées comme le modèle C10, les cabines Ultra offrent une vue dégagée.


Image
Détail de la banquette.



Véhicule de service

Le panier de service est entreposé de manière inhabituelle en G1, à même le sol.

Image
En l’absence de garage et de rail de stockage, le véhicule de service est entreposé à même le sol en G1.










Image










Cap sur le Grubigstein…


Grâce à des économies ciblées, pensées dès la conception, l‘exploitant a réussi à faire construire cette courte télécabine pour 4,2 millions d‘euros, c‘est-à-dire un prix équivalent à celui d‘un télésiège débrayable à options sur un tracé similaire : le dimensionnement des équipements mécaniques a été réduit grâce à une vitesse d‘exploitation ou une largeur de voie limitées, tandis que le bureau de maîtrise d‘œuvre a fait supprimer des éléments superflus comme le garage, les quais côté descente ou des cabines plus coûteuses.

Cet appareil générera peu de recettes directes, car les enfants bénéficient de forfaits à tarifs réduits et même de la gratuité pour les moins de 6 ans. Pourtant l’exploitant a investit pour le confort et la fidélisation de ces « skieurs de demain ».

Un second chantier s’est ouvert l’été 2013 : la construction du second tronçon de la télécabine du Grubigstein permettra de relier le sommet du domaine skiable en remplacement d’un télésiège monoplace. Cet investissement de 12 millions d’euros, soit 4 fois plus que la télécabine Family Jet, achèvera un cycle de modernisation ambitieux du domaine, qui aura vu l’exploitant investir 20 millions d’euros en 2 ans, et construire l’une des plus courtes télécabines du monde…






Image


Image





Informations pratiques


Exploitant :

Berglifte Giselher Langes GmbH & Co KG
www.bergbahnen-langes.at

Station :
www.lermoos.at

Accès ferroviaire :
Ligne de l’Ausserfern Garmisch-Partenkirchen – Reutte – Füssen

Accès routier :
- depuis Munich (110 km) par Garmisch-Partenkirchen
- depuis Ulm (160 km) par Füssen
- depuis la Suisse et le Vorarlberg par Imst (35 km) et le col de Fern
- depuis Innsbruck (80 km) par le seuil de Holzleitner et le col de Fern

Ouverture :
Ouverture de décembre à mars selon enneigement.

Tarifs :
Forfait de ski journée hiver 2012/13 : 38,50 euros (valable sur toute la Zugspitzarena, hors Zugspitze)



Remerciements

Le personnel de l’installation fait partager avec chaleur sa passion pour l’appareil. Que tous en soient vivement remerciés.
Merci à Kilano pour le cliché de Pettneu.


Fil de discussion

Accès au fil de discussion consacré à l’appareil sur le forum.



Image



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.10175 secondes. 30 requete(s).
143 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés