En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 34Bannière 6Bannière 1Bannière 33

 TCD8 Saulire Express 1 & 2

Méribel (Les Trois Vallées)

Poma

T3 ES
Mise en service en : 2012

Remplace l'appareil suivant : Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Partie 1
Auteur de ce reportage : remontees
Section écrite le 13/06/2016 et mise à jour le 30/07/2016
(Mise en cache le 30/07/2016)

Image


Au sommaire du reportage :

  • La station de Méribel
  • Historique : du télébenne de Burgin à la télécabine de la Saulire Express, 50 ans d'évolutions technologiques
  • Un chantier en deux ans
  • Ligne et infrastructures des télécabines de la Saulire Express 1 & 2
  • Saulire Express, une télécabine ultra-moderne à la hauteur de l'importance de l'axe structurant de Méribel


La station de Méribel

Méribel, une station placée dans la vallée des Allues, au cœur des 3 vallées, le plus grand domaine skiable au monde. Cette station est bien connue en France comme à l’étranger : celle-ci a accueillie les Jeux Olympiques d’hiver en 1992 mais également régulièrement des étapes de coupes du monde de ski alpin. La vallée de Méribel est composée de 66 pistes et 41 remontées mécaniques.

Découvrez la station avec plus de détails en cliquant sur le logo ci-dessous :
Image


Historique : du télébenne de Burgin à la télécabine de la Saulire Express, 50 ans d'évolutions technologiques

Depuis le début de l'exploitation hivernale des pentes de Méribel-Les Allues, il a été question de skier sur les pentes situées sous la Dent de Burgin et le sommet de la Saulire. Dans les années 1940, deux téléskis débrayables ont été construits par une poignée de pionniers. Le premier, surnommé « le petit », reliait la Chaudanne au niveau de la gare aval de la télécabine des Rhodos jusqu'au Belvédère, lieu-dit situé juste en-dessous de la gare intermédiaire de la télécabine pré-citée. Le deuxième téléski, surnommé « le grand », partait au niveau du départ de l'actuel télésiège de l'Adret et le suivait sur un tracé légèrement décalé sur la droite.
Les deux appareils avaient été construits avec les moyens de l'époque et étaient très rudimentaires avec leurs pylônes en bois. D'après le témoignage d'anciens habitants de la vallée, les sauts sur la piste de montée n'étaient pas rares !

Image
Le plateau de la Chaudanne avec le départ du téléski permettant l'accès au Belvédère sur la gauche (D.R., collection Adri73).

Image
La ligne du téléski de Burgin (D.R., collection monchu).

Image
Le téléski de Burgin, vers l'arrivée (Photo René Gacon - 1941).

La première liaison Méribel-La Chaudanne / Saulire remonte à 1950 avec la construction d'un télébenne à la suite du « grand » téléski par le groupement SOSATEL/Julliard, sur un modèle identique à celui des Verdons construit à Courchevel en 1953. On montait ensuite au sommet de la Saulire par la télécabine éponyme, évoluant dans le couloir Tournier et arrivant à proximité directe de l'ex-téléphérique de la Saulire signé Neyret-Bélier.
La liaison a ensuite été améliorée en 1956 (ou 1957 ?) avec la construction des télébennes de Burgin 1 & 2, construits par SACMI, et permettant d'accéder à l'actuelle plate-forme intermédiaire d'altitude, au sommet du « grand » téléski et au départ du télébenne de la Saulire. Jusqu'à l'ouverture du télésiège du Rocher de la Loze en 1988, l'axe de la Saulire était le seul moyen d'accéder à la vallée de Courchevel depuis Méribel-les Allues. Seul le le téléski de Burgin a été conservé et remplacé en 1963 par un téléski Poma plus moderne sur le même tracé.

Image
Le plan des pistes de Méribel en 1969 - les télébennes de Burgin 1 & 2 (n°1 et 2) - le « grand » téléski (n°4) (D.R.).

Image
Gare intermédiaire des télébennes et ligne du deuxième tronçon (D.R., collection Adri73).

Image
Vue générale du deuxième tronçon, traversant la station de Méribel pour atteindre les pentes sous le sommet de la Saulire (D.R.).

Image
La ligne de la deuxième télébenne (D.R.).

Image
La ligne de la deuxième télébenne en parallèle du téléski de Burgin (D.R., collection monchu).

Image
Ligne de la deuxième télébenne (D.R., collection Adri73).

Image
Arrivée de la deuxième télébenne (D.R.).

Image
La gare intermédiaire et le troisième tronçon (D.R.).

Image
Le troisième tronçon en 1954 (D.R., collection Adri73).

Image
Arrivée de la troisième télébenne au niveau du sommet de la Saulire (D.R.).

Image
Le sommet de la Saulire avec la gare amont du télébenne montant par le couloir Tournier (Collection B. Détard - Droits Réservés).

À une date entre 1956 et 1961, la troisième télébenne a été rénovée en télécabine débrayable 2 places SACMI/Sarrasola à pinces RYL54, comme les Tovets et Verdons sur le domaine voisin de Courchevel. Les gares ont alors été protégées sous d'imposants bâtiments, contrairement aux gares assez aériennes des deux premiers tronçons télébennes.

Image
Intermédiaire avec la gare aérienne du télébenne n°2 et le bâtiment abritant la gare aval de la télécabine montant à la Saulire via le couloir Tournier (D.R., collection monchu).

Image
Début de la ligne de la télécabine évoluant dans le couloir Tournier (D.R, collection Adri73).

Image
Une des cabines fermées ayant remplacées les bennes face au sommet de la Dent de Burgin (D.R.).

Image
Le sommet de la Saulire avec la gare amont de la télécabine montant par le couloir Tournier - on remarque que le bâtiment abritant l'arrivée de cette télécabine est bien plus imposant que l'ancienne télébenne (Collection B. Détard - Droits Réservés).

Justement, cet axe en trois tronçons a rapidement pris beaucoup d'importance, tant pour la liaison que pour son rôle de desserte centrale du domaine skiable et de pistes de grande qualité (comme la piste rouge de la Mauduit, présente quasiment depuis l'ouverture des télébennes de Burgin).
En 1971, pour pallier à la télécabine de la Saulire afin de desservir du ski d'altitude, Méribel Alpina avait construit le téléski de la Combe de la Saulire, permettant également de basculer facilement sur Méribel-Mottaret grâce aux pistes situées sous l'axe du Pas du Lac.

Image
Le secteur de Burgin/Altiport en 1972/1973 (D.R.).

En 1982, Méribel Alpina a décidé de remplacer les télébennes de Burgin et la télécabine de la Saulire par une télécabine 6 places débrayable Poma ultra-moderne pour l'époque. Avec seulement deux tronçons qui étaient en plus accouplés, les skieurs pouvaient parcourir les 3,5 kilomètres séparant la Chaudanne de la plate-forme de la Saulire en seulement 16 minutes, le tout dans des cabines fermées bien plus confortables qu'avant. Elle proposait aussi un débit de 1700 personnes/heure à 4 m/s, une petite révolution en comparaison des anciens télébennes lents et offrant un très faible débit.

Néanmoins, la télécabine de Burgin-Saulire 1 & 2 est victime de son succès et est régulièrement saturée. Pour l'aider dans son rôle de liaison, alors que le télésiège du Rocher de la Loze vient d'ouvrir en 1988, Méribel Alpina installe avec Von Roll la télécabine des Rhodos 1 & 2, permettant un accès gravitaire à Méribel-Centre, Méribel-Village ainsi qu'au hameau du Morel. Il permet également l'accès à l'espace débutant du Rond-Point, ainsi qu'au secteur de l'Altiport et au télésiège du Rocher de la Loze pour rejoindre la vallée de Courchevel. Cet itinéraire bis permet de délester l'axe majeur de Burgin-Saulire tout en relançant l'attractivité du versant Burgin de Méribel.

Image
Situation de la télécabine de Burgin-Saulire 1 & 2 (en marron) et du téléski de la Combe de la Saulire (en jaune) à l'aube de leur démontage.

Image
Publicité Poma pour la gamme de télécabines dont est issu l'appareil remplaçant la série des 3 télébennes/télécabines (Document Poma - proposé par Jacky Carlingue).

Après 29 années de service, Méribel Alpina a donc lancé à partir de 2008 le projet de remplacer l'intégralité de la télécabine de Burgin-Saulire par une télécabine 8 places à deux tronçons flambant neuve, plus moderne, esthétique, et offrant des performances bien supérieures. Le chantier s'est étalé sur deux ans en commençant par le second tronçon, en 2011, puis le premier, en 2012. Dans le même temps, le téléski de la Combe de la Saulire a été démonté. Le premier tronçon a suivi en 2012, et a été raccordé au niveau de la gare intermédiaire. Dans le même temps, le bâtiment de l'ancienne gare intermédiaire de la télécabine de Burgin-Saulire a été totalement démantelé. La nouvelle gare intermédiaire est située une cinquantaine de mètres en aval de l'ancienne, et le second tronçon emprunte à présent le couloir Tournier ceci comme la première télécabine de la Saulire, clin d'œil à l'histoire de la station.
La télécabine de Saulire Express permet un accès rapide et confortable au sommet de la Saulire en seulement 10 minutes au lieu de 16 auparavant. La liaison avec Courchevel depuis la Chaudanne est ainsi bien plus efficace.

Image
Panneau de communication sur le projet des télécabines de la Saulire Express 1 & 2.

→ Consultez le reportage réalisé par Geofrider sur l'ancien appareil : TCD6 de Burgin-Saulire.


Un chantier en deux ans

2011 : Le chantier de la télécabine de Saulire Express 2

La télécabine a été construite sur deux ans, a commencé par le second tronçon. Le terrassement de la G2-G3 a débuté le plus tôt possible (environ à la mi-mai), suite à une masse importante de terre et de roche à creuser pour préparer l’emplacement du futur garage sous-terrain. Les premiers massifs de la ligne ont commencés à être coulés durant le mois de juin pendant qu’une pelle araignée creusait le futur emplacement des cinq derniers pylônes ainsi que les bases de la gare G4. Ainsi le montage des gares et de la ligne a pu s'effectuer à partir du mois d'août. Le câble porteur-tracteur est ensuite mis en place début octobre afin que les essais puissent commencer à la fin du mois d'octobre.

Image
Le massif de la G2 coulé ainsi que l'ensemble des murs du garage.

Image
Le début de la ligne de la télécabine de la Saulire Express 2 face à la fin de la ligne de la télécabine Burgin-Saulire 1. Le câble du nouvel appareil est prêt à être déroulé.

Image
Coulage du béton pour la fin de la ligne.

Image
La G4 est en cours de montage.

Image
La G4 fin septembre presque terminée.

Image
Montage du bâtiment abritant la gare intermédiaire.

Image
La gare intermédiaire sans les transferts fin octobre.

Image
La gare intermédiaire en cours de montage. On peut remarquer l’angle des charpentes du garage qui forment un ensemble original en forme d'aile avec les gares.

→ Suivi du chantier du second tronçon : Construction TCD8 Saulire Express 2 (2011).


2011/2012 : La cohabitation de Burgin-Saulire 1 et Saulire Express 2

Les télécabines de la Saulire Express 1 & 2 ont été construites sur les été 2011 (second tronçon) et 2012 (premier tronçon). C'est pourquoi, durant la saison hivernale 2011/2012, les skieurs devaient emprunter le premier tronçon de la télécabine de Burgin-Saulire, tandis que le deuxième avait été démonté. Pour accéder au sommet de la Saulire, il fallait ensuite descendre à skis durant une centaine de mètres pour rejoindre le départ de la télécabine de la Saulire Express 2, tandis que la télécabine de la Saulire Express 1 n'avait toujours pas été réalisée.

→ Voici quelques photos de cette période de cohabitation entre les deux appareils :

Image
Vue d'ensemble des gares intermédiaire.

Image
Vue de la gare intermédiaire de Saulire Express depuis la ligne du premier tronçon de la télécabine de Burgin-Saulire.

Image
Vue depuis la piste bleue de la Biche.


2012 : Construction de la télécabine de Saulire Express 1

Reprise du chantier pour la télécabine, l’ancienne gare aval de la télécabine 6 places de Burgin-Saulire laisse rapidement place aux grands travaux de rénovation et de construction de la gare aval. Pendant ce temps, la ligne se monte petite à petit. Le câble est mis en place fin septembre, les nombreux essais débutent rapidement.

Image
L'ancien bâtiment de la gare aval.

Image
Démantèlement du bâtiment en tôle abritant l'ancienne gare intermédiaire de la télécabine Burgin-Saulire 1&2.

Image
Rénovation du bâtiment et montage de la gare aval.

Image
Montage de la ligne.

Image
La gare aval au moment des tests avant l'ouverture de décembre 2012.

→ Suivi du chantier du premier tronçon : Construction TCD8 Saulire Express 1 (2012).


Saulire Express 1 & 2 : l'axe structurant du versant Ouest de Méribel

La télécabine de la Saulire Express 1 & 2 est l’un des appareils les plus importants de la station. Elle relie le front de neige de la Chaudanne jusqu’au sommet de la Saulire en faisant escale à mi-versant du domaine skiable. Dans l'ensemble, elle assure ainsi une liaison directe entre la vallée de Méribel et la vallée de Courchevel par le point de bascule de la Saulire. Elle a aussi pour but de permettre la liaison avec le front de neige de Méribel-Mottaret, même si celle-ci est plus facile et naturelle par le versant de Tougnète. Enfin, elle dessert de nombreuses pistes totalisant plus de 1000 mètres de dénivelé à la fois.
Cette télécabine est donc un axe fort de la station de Méribel-Mottaret et dessert parfaitement le versant de Burgin. Un accès est aussi établi depuis la gare intermédiaire pour la Folie Douce, construite la même année que celle du premier tronçon en aval de la gare intermédiaire. Elle permet donc l'accès à l'un des restaurants les plus branchés du domaine skiable des Trois Vallées.

Image
Situation de la télécabine de la Saulire Express 1 & 2 sur le domaine skiable des Trois Vallées.

Image
Situation de la télécabine de la Saulire Express 1 & 2 sur le domaine skiable de la vallée de Méribel.


La télécabine de la Saulire Express 1 relie donc le front de neige de la Chaudanne à la station intermédiaire, située à environ 2075 mètres d'altitude, sous l'arrivée du télésiège de l'Adret. Cette situation lui permet de desservir idéalement tout le secteur de l'Altiport, en complément de la télécabine des Rhodos 1 & 2. On accède ainsi très facilement aux télésièges de la Loze Express, de la Dent de Burgin ou encore de l'Altiport. Saulire Express 1 permet donc d'accéder au télésiège de la Loze Express, itinéraire bis permettant de basculer facilement et aisément vers les domaines skiables de la Tania et de Courchevel. On peut même descendre sur 600 mètres de dénivelé jusqu'à Méribel-Village, en bas du télésiège débrayable du Golf.
Toujours dans son rôle de liaison, Saulire Express 1 permet d'effectuer les retours vers le Rond-Point et le hameau du Morel, en complément de la télécabine des Rhodos 1 & 2.
Mais la télécabine de la Saulire Express 1 dessert également une large offre de ski accessible aux skieurs de tous niveaux.

Résumons les différentes pistes desservies par le premier tronçon de la télécabine de la Saulire Express :

  • La piste verte du Blanchot, permettant d'accéder au secteur de l'Altiport et à toutes ses remontées mécaniques. En continuant par les pistes Lapin, Hulotte ou Forêt, on accède respectivement à Méribel-Village, au Morel ou au Rond-Point. Depuis le sommet de la télécabine des Rhodos 2, Blanchot permet d'accéder à la piste bleue du Geai, qui retourne directement au Rond-Point, d'où l'on peut emprunter le télésiège débrayable de l'Adret ou revenir à la Chaudanne par la piste bleue du Doron. Saulire Express 1 a donc un véritable rôle de desserte de ski débutant.
  • La piste bleue de la Marmotte, rejoignant la piste verte des Rhodos et donnant accès au Rond-Point, puis à la Chaudanne en continuant par la piste bleue du Doron.
  • La piste rouge du Chamois, arrivant un peu plus bas que la piste bleue du Blanchot, est une belle piste de descente où la neige tient souvent plus longtemps que sur la rouge de la Mauduit.
  • La partie basse de la piste rouge de la Mauduit, assez exposée à la fonte des neiges, mais offrant une magnifique descente entre alpages et forêt pour se terminer à la Chaudanne. Elle évite en outre la traversée du front de neige du Rond-Point. Un chemin variante permet de rejoindre la piste rouge du Chamois, ce qui est très pratique lorsque l'enneigement est trop faible sur le dernier mur au-dessus de la Chaudanne.


Image
Situation de la télécabine de la Saulire Express 1 sur le plan des pistes de Méribel.


La télécabine de la Saulire Express 2 relie la station intermédiaire, située à environ 2075 mètres d'altitude, sous l'arrivée du télésiège de l'Adret, à la plate-forme de la Saulire, point de passage entre les vallées de Méribel et de Courchevel. Par les pistes bleues Creux et Lac des Creux, il est possible de revenir respectivement à Moriond par les télésièges Chanrossa ou Roc Mugnier et à Courchevel 1850.
Elle permet aussi d'effectuer la liaison avec MéribelMottaret en empruntant les pistes rouges de la Niverolle et de l'Aigle.
Plus généralement, Saulire Express 2 dessert du grand ski d'altitude en vallées de Courchevel et Méribel, avec d'un côté les descentes sous le téléphérique de la Saulire, et de l'autre de nombreuses pistes bleues, rouges et noires pouvant totaliser plus de 1000 mètres de dénivelé.
Saulire Express 2 est exploitée à la descente même pour les skieurs. Cela permet ainsi aux passagers venant de Méribel, Méribel-Mottaret ou Courchevel de profiter du panorama du sommet de la Saulire, puis de pouvoir redescendre aux pistes débutantes du secteur de l'Altiport. Cela peut même constituer un circuit 3 Vallées si l'on revient ensuite par le télésiège de la Loze Express.

Résumons les différentes pistes desservies par le second tronçon de la télécabine de la Saulire Express :
- Versant Courchevel :

  • La piste bleue des Creux, desservant les télésièges de Chanrossa et Roc Mugnier pour la liaison avec Moriond, ainsi que le secteur de l'Aiguille du Fruit. Sa variante Lac des Creux permet de rejoindre les secteurs de l'Altiport et de Courchevel 1850.
  • La piste rouge de la Saulire et ses variantes noires du Téléphone et des Bosses, ramenant au téléphérique de la Saulire et à la télécabine de la Vizelle. On peut ensuite descendre jusqu'à Courchevel 1850, puis Courchevel-Village ou Courchevel-Le Praz.
  • La piste noire du Grand Couloir, accessible depuis la crête située en perpendiculaire de la gare amont de la télécabine de la Saulire Express 2. Elle est considérée comme l'une des pistes les plus difficiles des Trois Vallées et rejoint la piste rouge de la Saulire.

- Versant Méribel-Mottaret (après passage de la crête par la piste bleue de la Biche) :

  • La piste rouge de la Niverolle, belle descente se terminant au niveau de la gare intermédiaire de la télécabine du Pas du Lac.
  • La piste rouge du Marcassin, longeant au plus près la télécabine du Pas du Lac 2, et se terminant elle aussi au niveau de la gare intermédiaire de cette télécabine.
  • La piste noire du Sanglier, variante plus pentue que la piste rouge du Marcassin et rejoignant la piste rouge de la Niverolle.
  • La piste noire de la Grande Rosière, descente à l'écart des pistes principales du versant, et assez raide. Elle rejoint la piste rouge de l'Aigle, qui permet l'accès au front de neige de Méribel-Mottaret.

Notons que pour les trois premières pistes versant Méribel-Mottaret, il est possible de revenir à la gare intermédiaire de la télécabine de la Saulire Express par la piste bleue du Chardonneret au niveau de la gare intermédiaire de al télécabine du Pas du Lac. Saulire Express 2 dessert donc en parallèle la même offre de ski propre que le second tronçon de la télécabine montant à la Saulire depuis le front de neige de Méribel-Mottaret.
De même, ces trois pistes peuvent être prolongées jusqu'à Méribel-Mottaret par la piste rouge de l'Aigle. S'ensuit des possibilités de liaison vers la vallée des Belleville ou vers le Mont Vallon, ou même de retour à la Chaudanne, par exemple par la piste verte de la Truite.

- Versant Méribel (après passage de la crête par la piste bleue de la Biche et retour sur le secteur des pistes du versant Méribel-Saulire) :

  • La piste bleue de la Biche, itinéraire facile ayant démocratisé le ski pour tous sur le versant de la Saulire. Il rejoint la gare intermédiaire de la télécabine de la Saulire Express et permet aux skieurs moyens d'enchaîner des descentes à fort dénivelé.
  • La piste rouge de la Mauduit, piste historique et mythique de Méribel se terminant à la Chaudanne, en bas de la télécabine de la Saulire Express 1. Il est néanmoins possible d'effectuer des rotations sur sa partie haute en rejoignant la gare intermédiaire de la télécabine de la Saulire Express par la fin de la piste bleue du Chardonneret.
  • La piste rouge du Chamois, piste rouge évoluant la plupart du temps sous la ligne de la télécabine de la Saulire Express 2, elle se termine au niveau du front de neige du Rond-Point. Elle permet aussi d'accéder au secteur de l'Altiport par la piste bleue du Geai, évitant la piste verte du Blanchot assez fréquentée. Il est aussi possible d'effectuer des rotations sur la partie haute de la piste en rejoignant la gare intermédiaire de la télécabine de la Saulire Express par la fin de la piste bleue de la Biche.
  • La piste noire du couloir Tournier, accessible directement sur la gauche de l'arrivée de la télécabine de la Saulire Express 2, en empruntant un étroit chemin en crête menant aussi à la piste noire du Grand Couloir (Courchevel). Avec ses 75 % de pente maximale, elle est souvent très bosselée et gelée.


Image
Situation de la télécabine de la Saulire Express 2 sur le plan des pistes de Méribel.


Elle est également exploitée pour les piétons en hiver afin d'accéder au panorama du sommet de la Saulire. Mais elle joue aussi un rôle de liaison entre les vallées de Courchevel et des Belleville. En effet, les appareils Verdons-Saulire-Saulire Express 1 & 2-Tougnète 1 & 2 permettent de basculer sans efforts dans la vallée des Belleville, plus précisément sur Saint-Martin-de-Belleville. Pour les piétons en provenance de Brides-les-Bains par la télécabine de l'Olympe 1-2-3 ou de la Chaudanne, Saulire Express 1 & 2 permet de rejoindre, en continuant avec la télécabine du Pas du Lac 1 & 2, à Méribel-Mottaret, d'où l'on peut ensuite progresser facilement jusqu'aux Menuires, voire à Val Thorens ! Saulire Express 1 & 2 est donc la clé de voûte du domaine piétons de la vallée de Méribel, et un appareil essentiel pour les 3 Vallées.
Enfin, elle est également très prisée par les piétons pour aller au restaurant, haut de gamme, de la « Folie Douce », situé en aval de la gare intermédiaire.

Image
Situation de la télécabine de la Saulire Express 1 & 2 sur le plan des pistes piétons des Trois Vallées.


La télécabine de la Saulire Express 1 & 2 comporte une gare intermédiaire où se trouve le garage ainsi que la motorisation souterraine des deux tronçons. Cette installation, comme son prédécesseur, peut fonctionner les deux tronçons accouplés pour les jours de beau temps ou en indépendant l’un de l’autre en cas de vent fort, liaison fermée, déclenchement d’avalanches, panne sur l’un des deux tronçons, …
En 2014, la télécabine est passée de son débit provisoire en débit définitif, c'est à dire de 2400 personnes/heure à 2800 personnes/heure. Ainsi, l'appareil absorbe mieux les flux de skieurs : 8 cabines ont été ajoutées sur le premier tronçon et 10 sur le second.


Caractéristiques administratives

TCD-Télécabine à pinces débrayable : SAULIRE EXPRESS 1 | SAULIRE EXPRESS 2
Maître d'œuvre : ERIC
Maître d'ouvrage : MÉRIBEL ALPINA
Exploitant : MÉRIBEL ALPINA
Installation électrique : SEMER
Constructeur : POMAGALSKI
Année de construction : 2012 | 2011
Montant de l'investissement : 9 000 000 € | 10 200 000 €

Caractéristiques d’exploitation

Saisons d'exploitation : Hiver (et été en théorie)
Capacité : 8 personnes
Débit à la montée : 2800 personnes/heure (100 %)
Débit à la descente : 700 personnes/heure (25 %)
Vitesse d'exploitation maximale : 6 m/s
Sens de la montée : Par la gauche

Caractéristiques géométriques

Altitude aval : 1445 m | 2071 m
Altitude amont : 2077 m | 2701 m
Dénivelée : 632 m | 630 m
Longueur développée : 1748 m | 1948 m
Longueur horizontale : 1652 m | 1841 m
Pente maximale : 78 % | 93 %
Pente moyenne : 38,26 % | 34,22 %
Temps de trajet : 4 minutes 52 secondes | 5 minutes 25 secondes

Caractéristiques techniques

Type de gare aval : Multix
Emplacement motrice : Amont | Aval
Type de motorisation : Courant continu
Puissance développée : 2×500 kW
Emplacement tension : Aval | Amont
Type de tension : Hydraulique
Pression nominale : 161 bars | 163 bars
Tension nominale : 41 000 daN | 86 500 daN
Nombre de pylônes : 14 | 15
Nombre de véhicules : 68 | 74 + Véhicule de service
Espacement : 10,3 s | 10,29 s
Dispositif d'accouplement : Pince débrayable LPA-XL
Type de véhicules : Diamond8

Caractéristiques du câble

Fabricant du câble : ARCELOR MITTAL
Diamètre : 52 mm
Type de câblage : Lang à droite
Composition : 6×31 fils
Âme : Compacte
Résistance à la rupture : 210 000 daN
Section du câble : 1142 mm²
Section du toron : 191 mm²
Pas de câblage : 380 mm
Pas de toronage : 147 mm


La gare aval

Aspect extérieur

La gare aval, G1, située à 1445 mètres d’altitude, réutilise une partie du bâtiment de la précédente télécabine de Burgin-Saulire, se trouve sur le front de neige de la Chaudanne. Il s’agit d’une gare de type Multix couverture bois qui comporte un contour tronqué. C’est ici que s’effectue la tension du câble du premier tronçon.


Image
Le front de neige de la Chaudanne vu depuis la piste bleue du Doron.

Image
Vue opposée depuis la piste bleue de la Gelinotte.

Image
Vue arrière zoomée de la gare aval depuis la piste bleue de la Gelinotte. Derrière, on aperçoit le bâtiment qui abrite la station de départ de la télécabine de Tougnète 1.

Image
Vue d'ensemble de la station aval.

Image
Vue de côté depuis la file d'attente du télésiège du Plan de l'Homme. Au premier plan, on aperçoit la gare aval du télésiège du Roc de Fer.

Image
Vue de trois-quarts (© J.P. Gardet - Poma).

Image
Vue opposée (© J.P. Gardet - Poma).

Image
En partant vers la télécabine de l'Olympe.

Image
Vue de trois-quarts depuis la passerelle d'accès.

Image
Zoom sur la gare aval.

Image
La gare aval vue depuis l'intérieur du bâtiment [© J.P. Gardet - Poma).

Image
L'intérieur de la gare aval avec la zone d'embarquement.


Approfondissement technique

Tension du câble

La tension du câble de la télécabine de la Saulire Express 1 est réalisée en gare aval via un vérin hydraulique relié au lorry où est installé la poulie retour. Ce vérin est contrôlé via une centrale hydraulique qui permet de bouger le lorry sur les rails et donc déplacer la poulie retour suivant les besoins.

Image
La poulie retour-tension avec le lorry.


Voies de cheminement

Les cabines sont entraînées en gare par des poutres à pneus reliés entre eux par des courroies. La vitesse des pneus en sortie de gare est synchronisée avec la vitesse du câble grâce à une prise de mouvement. Un cadenceur de type « +/- vite » permet également de maintenir un écart temporel constant entre chaque véhicule.
En fin de rampes à pneus, des trompettes permettent de stabiliser les véhicules lors de leurs entrées et sorties de gare. Des balais sont placés au-dessus de ces trompettes et contribuent au déneigement des pinces. Notons aussi la présence d'un rail à l'arrière du contour permettant de décycler facilement un véhicule en cas d'avarie, ou pour réparation et maintenance.

Image
Le lanceur.

Image
L'ancienne structure porteuse du bâtiment a été réutilisée. Un rail permettant de décycler un véhicule en cas de besoin y est notamment soutenu.


Contour tronqué

Le contour tronqué de la télécabine de la Saulire Express 1 est un dispositif d'accostage à l'embarquement permettant d'accroître le débit théorique de l'installation. En effet, les skieurs se présentent de côté par rapport aux cabines tandis que les cabines arrivent plus proche et de face. Ainsi, l'embarquement est facilité et les flux peuvent être davantage rapprochés. On retrouve également cette technologie sur la télécabine des Plattières à Méribel-Mottaret, appareil construit la même année.
Sur la télécabine de la Saulire Express, on arrive de cette manière à atteindre un débit théorique en exploitation de 2800 personnes/heure sans effort.

Image
Le contour tronqué.

Image
Vue de face du contour tronqué. On se rend encore mieux compte de sa courbure.


Ligne du premier tronçon

Après le survol du front de neige de la Chaudanne et le survol de la fin de la piste bleue du Doron, la pente augmente rapidement avec le pylône 12 et se maintient jusqu'au pylône 9. Après le survol d'une petite barre rocheuse, la ligne revient quasiment à l'horizontale alors que l'on longe la piste rouge de la Mauduit. Mais la montée reprend rapidement avec le pylône 8 et reste assez constante jusqu'à la gare amont malgré un petit replat entre les pylônes 7 et 6.

Pomagalski a équipé le premier tronçon de quatorze pylônes numérotés dans l'ordre décroissant comme toujours à Méribel. On retrouve 1 pylône compression, 4 pylônes supports-compressions et 9 pylônes supports comme ceci :

  • P14 : 8C/8C
  • P13 : 4SC/4SC
  • P12 : 4SC/4SC
  • P11 : 8S/8S
  • P10 : 8S/8S
  • P9 : 8S/8S
  • P8 : 4SC/4SC
  • P7 : 8S/6S
  • P6 : 8S/8S
  • P5 : 4SC/4SC
  • P4 : 8S/6S
  • P3 : 6S/6S
  • P2 : 10S/10S
  • P1 : 8S/8S


Image
Vue de la ligne depuis la passerelle d'entrée en gare aval. Sur notre droite, le bâtiment de la télécabine de Tougnète 1.

Image
Portée vers le pylône 13.

Image
P13.

Image
Portée vers le pylône 12 au-dessus de la fin de la piste bleue du Doron.

Image
P12.

Image
Portée vers le pylône 11.

Image
P11.

Image
Portée vers le pylône 10.

Image
P10.

Image
P9.

Image
Tête du pylône 9.

Image
Portée vers le pylône 8. Sur notre droite, la piste rouge de la Mauduit.

Image
P8.

Image
Portée vers le pylône 7.

Image
P7.

Image
P6.

Image
Portée vers le pylône 5 avec la piste rouge des Chamois sur notre gauche.

Image
P5.

Image
Portée vers le pylône 4.

Image
P4.

Image
Portée vers le pylône 3 avec la Folie Douce sur la gauche.

Image
P3.

Image
Portée vers le pylône 2.

Image
Pylônes 2 et 1.



La gare intermédiaire

Aspect extérieur

La gare intermédiaire de la télécabine de la Saulire Express est située à 2075 mètres d'altitude, sous l'ancienne gare intermédiaire de la télécabine de Burgin-Saulire 1 & 2, en contrebas de l'arrivée du télésiège débrayable de l'Adret. Cette situation lui permet de desservir aisément tout le domaine inférieur du versant Saulire de Méribel, mais également de donner accès par gravité aux secteurs de l'Altiport et de la Loze, notamment pour rejoindre la Tania ou Courchevel.
C'est un grand complexe à l'architecture très moderne, arborant du bois, le tout sous des formes arrondies pour une meilleure intégration dans le paysage. On y retrouve deux gares Multix accouplées par un transfert et reliées à un garage à cabines souterrain dont nous reparlerons plus en détail plus tard.

Image
Lanceurs/ralentisseurs de la gare amont du premier tronçon (G2).

Image
Vue d'ensemble de la gare intermédiaire.

Image
Vue en plongée de la gare intermédiaire depuis la fin de la piste bleue de la Biche.

Image
Vue de trois-quarts depuis la piste bleue de la Biche.

Image
Vue de trois-quarts de la gare aval de la télécabine de la Saulire Express 2 (© J.P. Gardet - Poma).

Image
Vue rapprochée de côté (© J.P. Gardet - Poma).

Image
Vue en contre-plongée de la gare amont de la télécabine de la Saulire Express 1 depuis la piste rouge du Chamois (© J.P. Gardet - Poma).

Image
Vue d'ensemble depuis l'aval du complexe de la gare intermédiaire.

Image
Zoom sur la gare amont de la télécabine de la Saulire Express 1 depuis la terrasse du restaurant « La folie Douce » (© J.P. Gardet - Poma).

Image
Zones de débarquement pour le premier tronçon et d'embarquement pour le deuxième tronçon (© J.P. Gardet - Poma).

Image
Vue d'ensemble de la zone de débarquement du premier tronçon et d'embarquement du second tronçon.

Image
Accès à l'embarquement pour la descente.


Approfondissement technique

Voies de cheminement

La gare intermédiaire est équipée de deux cadenceurs qui sont situés à chaque entrée en gare. Une fois passé la zone de ralentissement, les pneus en contour ou transfert tournent grâce à des moteurs électriques tranchés en plusieurs petites zones pour permettre de placer les cabines différemment pendant la manœuvre des aiguillages de transferts.
Au-dessus de chaque poulie motrice est placé deux armoires de commande électrique pour les aiguillages mais aussi des poutres à pneus à entraînement par moteur électrique. Sur les portes se trouvent les pupitres de commande manuelle de l’ensemble de l’organe. La commande manuelle est utilisée en cas de panne de l’automate ou de coupure électrique, dans ce cas-là, les moteurs électriques seront alimentés grâce au groupe électrogène.

Image
Vue d’ensemble de la gare intermédiaire (© J.P. Gardet - Poma).

Image
Lanceur de la G2.

Image
Lanceur de la G3.

Image
Fin d'une poutre à pneus. On aperçoit une came d'embrayage/débrayage et des sécurités.


Mise en mouvement du câble

Les télécabines de la Saulire Express 1 & 2 sont équipées de motorisations enterrées en gare intermédiaire, permettant une maintenance facilitée en sous-sol.
On retrouve à chaque fois deux moteurs montés en série sur la forme d'un tandem. Cela assure une redondance et rend la télécabine plus disponible en cas d'avarie.
Le freinage est effectué par quatre freins directement montés sur la poulie : deux freins de service (FS1) qui tombent entre autres lorsque la vitesse est nulle (frein de parking) et deux freins d'urgence (FS2). Ces freins sont gérés par l'électronique de commande.

Image
L'intérieur de la gare amont avec la poulie motrice de G3 (© J.P. Gardet - Poma).

Image
Les deux moteurs à courant continu de G3 (© J.P. Gardet - Poma).

Image
Vue de face (© J.P. Gardet - Poma).

Image
Vue rapprochée avec le réducteur.

Image
L'arbre moteur de l'une des deux poulies motrices de la gare intermédiaire.


La marche de secours

La salle des machines ou l’on retrouve deux moteurs de 500 kW par tronçon, les armoires électriques de puissance et un groupe électrogène par tronçon utilisé pour alimenter les moteurs électriques en cas de coupure courant. Par ailleurs, si l’un des deux moteurs électriques vient à tomber en panne durant l’exploitation, l’évacuation est possible en petite vitesse avec un seul moteur.

Image
Les groupes électrogènes.

Image
Les moteurs de secours de la G3 (© J.P. Gardet - Poma).


Le transfert

Le transfert de la télécabine de la Saulire Express 1 & 2 permet d'accoupler les deux tronçons afin de pouvoir effectuer le trajet entre le front de neige de la Chaudanne et le sommet de la Saulire d'une seule traite, en s'arrêtant en gare intermédiaire afin de pouvoir accueillir les skieurs empruntant uniquement le deuxième tronçon ou pour permettre au reste de la clientèle de ne profiter que du bas du secteur en sortant.
Lorsque le transfert n'est pas mis en place, les deux tronçons deviennent deux télécabines indépendantes.

→ Cliquez ici pour voir une vidéo de la manœuvre de l'aiguillage de transfert.

Image
Vue de dessous d'un aiguillage du transfert.

Image
Vue d'ensemble du transfert dans le sens de la montée.

Image
Aiguillage de transfert en position contour.

Image
Vue de loin d'un transfert ainsi qu'un moto-réducteur entraînant les pneus en contour (© J.P. Gardet - Poma).

Image
Un des aiguillages vu de dessus.

Le transfert est équipé de nombreux verrous numérotés de B1 à B6, et permettant de sécuriser la mise en place des poutres à pneus reliant les deux gares. Le conducteur peut contrôler la bonne sécurisation du transfert à l'aide de l'interface de conduite.

Image
Schéma légendé des différents verrous.

Image
Interface de commande du transfert, explicitant au passage le rôle de certains verrous.

Quelques explications supplémentaires sur la manœuvre d'accouplement des tronçons…
En fonctionnement normal, le conducteur met en marche les deux tronçons puis sélectionne la position « accoupler » sur l’automate. Ainsi, l’automate arrête les tronçons dans une certaine position afin que les véhicules ne soient pas dans la zone de manœuvre des aiguillages qui se trouve face aux ralentisseurs de chaque gare. Pendant la manœuvre des aiguillages les quais de transfert s’abaissent. Le conducteur réarme l’installation pour que l’automate puisse démarrer les deux tronçons, puis les arrêtes une fois que les cabines situées dans le contour ont passé l’aiguillage. Une fois les câbles des tronçons arrêtés les cabines à proximité des aiguillages sont éloignées de ces derniers face aux rampes d’accélération. Pendant la manœuvre des aiguillages, les quais en contour montent à niveau du quai central, qui lui est fixe. L’accouplement est terminé le démarrage en mode « accouplé » des moteurs se fait sur le pupitre de commande du premier tronçon.

Image
Interface de l'automate pour les manœuvres d'accouplement/désaccouplement automatique.

La manœuvre est totalement automatique : l’automate possède une chaîne d’action (affichée en bas de l’interface) dont il doit réaliser chaque étape sauf au démarrage. Pour des raisons de sécurité il est demandé au conducteur de réarmer l'appareil.

Image
Les tronçons désaccouplés.

Image
Abaissement des quais de transfert.

Image
Durant la manœuvre.

Image
Les tronçons accouplés.

Image
Passage des cabines dans le transfert côté montée.

Image
Vue de la gare en tronçons accouplés.


Le garage

Le garage de la télécabine est rarement utilisé lors de l’exploitation. Les cabines ne sont rentrées qu’en cas de vent ou de fortes chutes de neige. Lors du cyclage des véhicules, ces derniers doivent être poussés à la main jusqu’aux deux pneus situés avant l’aiguillage. Une fois la pince en contact avec ces pneus, la cabine est envoyée automatiquement dans le convoyeur à chaîne. Par la suite, les cabines sont acheminées automatiquement jusqu’à l’ascenseur et, une fois arrivées au niveau de la G2 - G3, un autre convoyeur à chaîne les conduits à la gare et les injecte dans la poutre à pneus des voies principales de la gare. L’espacement des cabines se fait automatiquement dès l’injection des véhicules en gare grâce aux convoyeurs à l’ascenseur à cabines qui s’adaptent à la vitesse du câble.
Le cyclage se fait en marche arrière pour les deux tronçons et en tronçon désaccouplé. En cas de panne d’un des deux ascenseurs, deux aiguillages placés avant ces deux derniers permettent d’envoyer les cabines stockées dans le garage d’un des tronçons sur l’ascenseur de l’autre, le cyclage ou le décyclage se fait alors avec les tronçons accouplés.

Image
Vue extérieure des aiguillages et chaînes assurant la liaison entre le garage et la gare intermédiaire.

Image
Vue d'ensemble du système de chaînes permettant de tracter les cabines vers l'ascenseur du garage.

Image
Les escaliers permettant de descendre dans le garage.

Image
Les ascenseurs des cabines.

Image
L'ascenseur du second tronçon en cours de cyclage.

Image
En G3 durant le cyclage.

Image
Aiguillages des voies de garage.


Installation électrique et commandes

L'armoire de conduite en gare intermédiaire permet de contrôler entièrement la télécabine, tant en marche normale qu'en marche dégradée, et de changer entre l'exploitation accouplée et désaccouplée. Elle remonte aussi en temps réel de nombreuses informations de sécurité renvoyées par différents capteurs (vent, vitesse des pneus, …). Le pupitre de commande du transfert est une armoire qui sert aussi à manœuvrer l'aiguillage en mode manuel. Elle possède les boutons pour les moteurs de transferts mais l'autre en face permet de faire des contours. Enfin, il y a un ordinateur gérant les paramètres de l'aiguillage.
La télécabine peut également être contrôlé depuis les deux autres gares, en aval comme en amont.

Image
Le pupitre de commande du transfert.

Image
Les armoires de puissance face à la motorisation souterraine de la gare intermédiaire.

Image
Pupitre en gare intermédiaire.

Image
Autre pupitre en gare intermédiaire.


Entretien et maintenance

L’option Poma-Pass a permis de supprimer les passerelles sur les pylônes et de réaliser une petite économie lors de l’achat de l’installation. Par ailleurs, moins d’entretien est à effectuer au niveau des pylônes et le bruit émanant du pylône, lors du passage de cabines, a été réduis. Une nacelle de service a été conçue avec une passerelle quasiment à niveau du balancier et beaucoup plus long que celles des véhicules de service standards. Cette longue passerelle pivote d’un côté comme de l’autre pour s’adapter à l’inclinaison du balancier, et est disponible depuis la gare intermédiaire.

Image
Passerelle du véhicule d'entretien Poma-Pass.

Partie 2
Auteur de ce reportage : remontees
Section écrite le 13/06/2016 et mise à jour le 26/07/2016
(Mise en cache le 30/07/2016)

Ligne du second tronçon

La ligne de la télécabine de la Saulire Express 2 est asymétrique avec une première section assez pentue suivie d'une montée finale particulièrement impressionnante. En sortie de gare, la pente augmente rapidement pour sortir de la zone terrassée abritant la gare intermédiaire. On survole ensuite la piste rouge du Chamois jusqu'au pylône 6. S'ensuit une augmentation de pente progressive qui devient plus marquée après le pylône 5. La ligne progresse à présent dans le couloir Tournier qu'empruntait le premier télébenne de Burgin. Le pylône 4 amène la ligne à la pente maximale de 93 %, au-dessus d'un secteur très accidenté, à proximité directe de la piste noire du couloir Tournier. Il faut pas moins de trois pylônes pour remettre le câble dans le plan horizontal.

Pomagalski a équipé le deuxième tronçon de quinze pylônes numérotés dans l'ordre décroissant comme toujours à Méribel. On retrouve 3 pylônes compressions, 2 pylônes supports-compressions et 10 pylônes supports comme ceci :


  • P15 : 12C/12C
  • P14 : 12C/12C
  • P13 : 6S/4S
  • P12 : 10S/8S
  • P11 : 10S/8S
  • P10 : 8S/6S
  • P9 : 8S/6S
  • P8 : 8S/6S
  • P7 : 8S/6S
  • P6 : 8SC/8SC
  • P5 : 12C/12C
  • P4 : 8SC/8SC
  • P3 : 12S/12S
  • P2 : 12S/12S
  • P1 : 12S/12S


Image
La ligne avec le pylône 15 vue depuis le balcon de la gare aval du second tronçon (G3).

Image
Pylônes 15 et 14 en sortie de gare aval (© J.P. Gardet - Poma).

Image
Portée vers le pylône 13.

Image
P13.

Image
Portée vers le pylône 12.

Image
P12.

Image
Portée vers le pylône 11.

Image
P11.

Image
Portée vers le pylône 10.

Image
P10.

Image
Portée vers le pylône 9.

Image
P9.

Image
Portée vers le pylône 8. Sur la droite, on aperçoit une portion de la ligne de la télécabine du Pas du Lac 2 sur le domaine de Méribel-Mottaret.

Image
P8.

Image
Portée vers le pylône 7.

Image
P7.

Image
Portée vers le pylône 6.

Image
P6.

Image
Portée vers le pylône 5. On s'apprête à entrer dans le couloir Tournier.

Image
P5.

Image
Portée vers le pylône 4. La pente est à présent très importante alors que l'on survole la piste noire du couloir Tournier.

Image
P4.

Image
Montée finale très impressionnante.

Image
Enchaînement des trois derniers pylônes. On aperçoit la partie supérieure de la structure de la gare amont du téléphérique de la Saulire côté Courchevel.

Image
Tête du pylône 1. On aperçoit très bien sur cette photo la position relative des gares amont du téléphérique de la Saulire (Courchevel) et de la télécabine de la Saulire Express 2 (Méribel).


La gare amont

Situation générale

La gare amont de la télécabine de la Saulire Express est située sur la plate-forme assez exiguë de la Saulire, l'un des trois points de passage entre les vallées de Courchevel et Méribel (avec le col de la Loze et les Creux Noirs, mais uniquement dans le sens Courchevel → Vallée de Méribel). Il permet aussi d'effectuer la liaison entre Méribel et Méribel-Mottaret.
Cette plate-forme forme un boulevard circulaire parcourant sur environ 90° des parois rocheuses situées une trentaine de mètres sous le sommet géographique de la Saulire, où l'on trouve une antenne relais. On y trouve dans l'ordre l'arrivée de la télécabine de la Saulire Express 2 (Méribel), puis du téléphérique de la Saulire (Courchevel) et enfin de la télécabine du Pas du Lac 2 (Méribel-Mottaret).

Image
Vue aérienne permettant de situer la gare amont de la télécabine de la Saulire Express 2 par rapport au sommet géographique de la Saulire (© J.P. Gardet - Poma).

Image
La plate-forme de la Saulire au sommet du couloir Tournier, à son emplacement le plus étroit. On aperçoit alors bien les gares amont de la télécabine de la Saulire Express 2 et du téléphérique de la Saulire (© J.P. Gardet - Poma).

Image
En tournant encore un peu autour de la Saulire, on aperçoit à présent de droite à gauche la télécabine de la Saulire Express 2, le téléphérique de la Saulire et la télécabine du Pas du Lac 2, cachée sous un restaurant d'altitude. À droite de ce restaurant se trouvait la gare amont de l'ancienne télécabine de Burgin-Saulire 2, que la télécabine de la Saulire Express 2 a remplacée (© J.P. Gardet - Poma).


Aspect extérieur

La gare amont est située au sommet du couloir Tournier, sur une plate-forme exiguë entre les parois rocheuses de la Saulire et la gare amont du téléphérique éponyme. Cette situation justifie l'arrivée aérienne de la télécabine.

Juste derrière le débarquement, le skieur est invité à patienter sur une aire panoramique aménagée à proximité de la gare amont, ou à emprunter les pistes. Deux solutions sont alors offertes :

  • Pour les skieurs de niveau moyen à bon, contourner le sommet de la Saulire afin d'atteindre le croisement permettant de se diriger au choix sur les vallées de Méribel ou de Courchevel (pistes de la Biche, Niverolle ou des Creux).
  • Pour les très bons skieurs, emprunter un chemin en crête directement entre les lignes de la télécabine de la Saulire Express 2 et du téléphérique de la Saulire. Il est ensuite possible de se diriger sur les pistes noires du Grand Couloir (Courchevel) ou du couloir Tournier (Méribel).


Image
Arrivée d'une cabine en gare amont (© J.P. Gardet - Poma).

Image
Espace de débarquement (© J.P. Gardet - Poma).

Image
Le contour avec l'embarquement à la descente.

Image
Départ d'une cabine (© J.P. Gardet - Poma).

Image
Vue arrière de la gare amont.

Image
Vue de trois-quarts.

Image
Vue de côté en survolant le début de la piste noire du couloir Tournier (© J.P. Gardet - Poma).

Image
Vue aérienne de trois-quarts avec les trois derniers pylônes. On aperçoit le retour-tension des câbles tracteurs du téléphérique de la Saulire eux aussi accrochés fermement à la paroi du sommet de la Saulire (© J.P. Gardet - Poma).

Image
Vue aérienne de la gare amont, à proximité de l'arrivée du téléphérique de la Saulire (© J.P. Gardet - Poma).

Image
Vue d'un peu plus haut. On aperçoit également des remontées mécaniques du versant de Courchevel, comme le téléphérique de la Saulire ou les télécabines de la Vizelle et des Verdons (© J.P. Gardet - Poma).

Image
Vue d'ensemble de la plate-forme de la gare amont depuis l'arrivée du téléphérique de la Saulire.

Image
Zoom sur la gare amont et ses trois derniers pylônes depuis la piste bleue de la Biche.


Approfondissement technique

Les commandes ont été livrées entièrement par SEMER.
Le poste de conduite en gare amont est équipé d'écrans de contrôle et d'armoires permettant de gérer et superviser toutes sortes de paramètres comme la vitesse de la télécabine, le vent, le cadencement, …

Image
Armoire électrique du poste de commande de la gare amont.

La gare amont assure également la tension dynamique du câble à l'aide d'un unique vérin hydraulique de tension. Le déplacement de la tige permet de faire avancer ou reculer le lorry sur lequel est monté la poulie retour, et ainsi modifier la force de tension appliquée au câble.
La commande de déplacement du vérin est gérée par une centrale hydraulique.

Image
Vue d'ensemble de l'intérieur de la G4 ainsi que du chariot lorry (© J.P. Gardet - Poma).

Image
Vue opposée avec le lorry et le vérin de tension (© J.P. Gardet - Poma).

Image
Centrale hydraulique pour la tension de câble.


Véhicules et pinces

La télécabine de la Saulire Express est équipée de cabines Diamond8 places arborant un coloris gris foncé et une sérigraphie en faveur de la station de Méribel/3 Vallées. Elles permettent d'embarquer 8 skieurs à la fois.
Afin d'éviter aux skieurs de conserver en main leur matériel de glisse ou de compliquer les phases d'embarquement et de débarquement avec l'usage de racks à skis (souvent assez rapides, notamment en gare amont où il n'y a que peu de place), Méribel Alpina a décidé d'équiper les cabines de porte-skis intérieurs s'apparentant à de petits trous dans lesquels on peut glisser des skis. Ce système se traduit par une excroissance visible sous la cabine.
Les cabines sont reliées au câble par des pinces LPA-XL.

Image
Croisement de deux cabines face à la vallée de la Tarentaise (© J.P. Gardet - Poma).

Image
Intérieur d'une cabine avec les fentes pour insérer les skis dans le plancher (© J.P. Gardet - Poma).

Image
Le véhicule de service dans le garage.

Image
Une suspente avec sa pince LPA-XL.


Autres vues…

Image
Fin de la ligne vue depuis la gare amont.

Image
La fin de la ligne vue en contre-plongée depuis la piste bleue de la Biche (© J.P. Gardet - Poma).

Image
Ligne au niveau du pylône 4 face à la crête de Burgin (© J.P. Gardet - Poma).

Image
Vue plus large des portées autour des pylônes 4 et 5 depuis la piste bleue de la Biche (© J.P. Gardet - Poma).

Image
La montée finale vue depuis la fin de la piste noire du couloir Tournier.

Image
Vue vers l'aval depuis la fin de la piste noire du couloir Tournier avec en ligne de mire, le pylône 6 assurant l'amorce de la montée finale.

Image
Ligne au niveau du pylône 7 vue depuis la piste rouge du Chamois.

Image
Vue de la ligne entre le pylône 8 et la gare amont depuis la piste rouge du Chamois.

Image
Vue en amont du pylône 9 avant la jonction entre les pistes Chamois et Biche.

Image
Vue de la ligne de la télécabine de la Saulire Express 2 en amont du pylône 11 depuis la piste rouge du Chamois.

Image
Vue de la ligne de la télécabine de la Saulire Express 2 entre les pylônes 15 et 12 depuis la piste rouge du Chamois. En face, on admire tout le versant de Tougnète et de l'Olympic, ligne de crête entre la vallées de Méribel et des Belleville.

Image
Vue d'ensemble de la ligne du second tronçon depuis la fin de la piste bleue de la Biche. Sur la gauche, les gares amont des télésièges Adret et Dent de Burgin.

Image
Début de la ligne de la télécabine de la Saulire Express 2. On voit également la gare amont du télésiège de l'Adret.

Image
Entrée en gare amont de la télécabine de la Saulire Express 1 (© J.P. Gardet - Poma).

Image
La fin de la ligne de la télécabine de la Saulire Express 1 vue depuis la piste rouge du Chamois.

Image
Deuxième partie de la ligne de la télécabine de la Saulire Express 1 vue depuis la piste rouge du Chamois.

Image
La première montée vue depuis la piste bleue du Doron.

Image
Vue opposée depuis le croisement entre la fin de la piste rouge de la Mauduit et la piste bleue du Doron.

Image
Le début de la ligne de la télécabine de la Saulire Express 1. Sur la gauche, on aperçoit la discrète gare aval du télésiège du Roc de Fer.

Image
Le début de la ligne vu depuis le front de neige de la Chaudanne, entre les gares de la télécabine de Tougnète 1 et du télésiège du Plan de l'Homme.


Conclusion et remerciements

Poma a livré une belle télécabine, confortable, rapide et esthétique faisant oublier les longues files d'attente de son prédécesseur. De plus, son débit important a fluidifié l'accès aux cabines en gare intermédiaire quand la télécabine est accouplée. Elle permet aussi d'évacuer plus rapidement le front de neige de la Chaudanne, très fréquenté, en particulier pendant les vacances scolaires, tout en desservant de très belles pistes et des liaisons majeures au cœur des Trois Vallées.
Cet appareil est un axe central du domaine de Méribel et des Trois Vallées, reliant ainsi la Chaudanne à la Saulire. Le premier tronçon permet d'accéder au secteur de l'Altiport ainsi qu'à Courchevel/la Tania par le télésiège de la Loze Express et se destine aussi aux skieurs débutants. Au contraire, le second tronçon offre l'accès à du grand ski d'altitude et permet la liaison avec Méribel-Mottaret et Courchevel par l'axe historique du sommet de la Saulire.
Depuis 2014, le télésiège débrayable 4 places de la Loze Express a permis de créer un axe secondaire de liaison avec Courchevel sans passer par la Saulire, ce qui permet de délester un peu plus cet axe ô combien central du domaine des Trois Vallées.

Image
Saulire Express, une télécabine moderne hors du commun pour une desserte idéale.

Je tiens à remercier Jean-Pierre Gardet (Poma) et Adrien74 pour leurs photos. De même, un grand merci à Bouctou pour les plans des pistes et photos d'archives ainsi qu'à Adri73 pour ses photos historiques. Je termine par des remerciements tout particuliers à Alpina et Adrien74 pour leurs aides à la rédaction du reportage et leurs précisions toujours très pertinentes.
Merci aussi à monchu pour sa relecture attentive, son aide dans les recherches et son apport photographique dans la partie historique.

Bannière : Bovinant
Photos : Adrien74, Alpina, Jean-Pierre Gardet (Poma) et remontees (merci à Adri73, Bouctou et monchu pour leurs contributions en photos historiques)
Texte et mise en page : remontees et Alpina.



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.15196 secondes. 39 requete(s).
150 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés