En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 31Bannière 37Bannière 39Bannière 43

 TCD8 Telefèric de Montjuïc

Barcelone

Leitner

T2 ES
Description rapide :
La télécabine de Barcelone et sa gare intermédiaire à 86°

Mise en service en : 2007

Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : lolo42
Section écrite le 20/08/2008 et mise à jour le 04/02/2012
(Mise en cache le 23/08/2013)

    Image
La citadelle de Montjuïc : splendide belvédère de Barcelone

Barcelone, grande métropole espagnole, est la principale agglomération de la Catalogne. Située en bord de méditerranée, c’est une ville animée mêlant habilement traditions et histoire avec une certaine modernité baroque faisant la part belle à la créativité.

Au sud-ouest de la ville, immédiatement sur le rivage, la colline de Montjuïc domine, du haut de sa citadelle militaire du 17ième siècle, le port de la ville de 184 mètres. En dehors de la multitude d’activités culturelles qui s’offre au visiteur, l’endroit est également réputé pour la tranquillité de ses jardins ou des environs immédiats de la citadelle, et la splendide vue qu’il propose depuis cette dernière. Le panorama offert aux visiteurs balaye ici toute la ville du mont Tibidabo jusqu’à la méditerranée. Si l’on aperçoit bien entendu la Sagrada Familia, on remarquera également côté sud-est, immédiatement en contrebas, le port et ses nombreux containers empilés, qui nous apparaissent tel un jeu de briques pour enfant.

Lieux remarquable, la colline est de fait équipée de remontées mécaniques depuis 1928, date de l’inauguration du funiculaire reliant Paral-lel à l’avenue Miramar (station « Parc Montjuic »). Cet appareil sera complété l’année suivante par un second conduisant, dans son prolongement, jusqu’à la citadelle, sommet de la colline.
Le premier funiculaire à survécu à quelques déboires financiers et existe toujours aujourd’hui. Il a même été complètement repensé par Waagner-Birò dans les années 90 pour devenir la remontée en exploitation publique possédant le plus gros débit au monde (reportage) . Au contraire, la deuxième section du funiculaire, aujourd’hui abandonnée, a fini par laisser définitivement sa place à la télécabine « Telefèric de Montjuïc » totalement reconstruite en 2007 qui nous intéresse ici et conduit ses passagers, en deux sections, de « Parc Montjuïc » à la gare sommitale nommée « Castell ».

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

Le premier « telefèric de Montjuïc »

Le « telefèric de Montjuic », existe depuis 1970. Sa construction initiale s’est inscrite dans le cadre d’un vaste programme lancé par Barcelone et destiné à la revalorisation de ce belvédère naturel, comprenant la mise en valeur des édifices existants et également la création d’un parc d’attractions (avantageusement remplacé aujourd’hui par de vastes espaces de verdures).
C’est la firme Von Roll qui fut choisi pour réaliser les travaux. Ceux-ci, exécutés entre 1969 et 1970, se sont avérés particulièrement délicats du fait du sol instable de la colline. Finalement, la télécabine débrayable « type 101 » est inaugurée par Francisco Franco le 22 Juin 1970.
Elle dispose de 54 cabines rouges qui accueillent chacune 4 passagers.
La télécabine est mue par un moteur électrique de 90 kW ; elle dispose de 3 stations dont une intermédiaire, « Mirador », assumant une déviation d’un angle de 90°.
La circulation dans les gares se résume à la plus simple expression puisque les lanceurs et ralentisseurs sont gravitaires, et les cabines suspendues à un rail sont poussées « à la demande » par le personnel.

Exploitée pendant 34 années, la télécabine Von Roll était désormais loin des standards que l’on est en droit d’attendre d’un appareil de transport urbain moderne : aucun accessibilité aux personnes à mobilité réduite, un confort rudimentaire, une sensibilité au vent importante, et une exploitation impossible une large partie de l’année (octobre à mars). Le vieillissement des organes aura finalement achevé de décider son arrêt. L’installation ferme définitivement ses portes le 4 octobre 2004.

Voici quelques caractéristiques de cette précédente installation :

  • Nom de l'installation : Telefèric de Montjuïc
  • type : télécabine débrayable «type 101 »
  • Constructeur : Von Roll
  • Année : 1970
  • Exploitant : TMB
  • Exploitation : printemps/été


  • Sens d'exploitation : montée et descente
  • Débit à la montée : 1200 personnes/heure
  • Débit à la descente : 1200 personnes/heure
  • Vitesse d'exploitation : 2,5 m/s
  • Temps de Trajet : 5min30


  • Capacité : 4 personnes par cabine
  • Nb véhicules : 54
  • Attache : VR101


  • Altitude Aval : 85 m
  • Altitude Amont : 186 m
  • Dénivelée : 99 m
  • Longueur développée : 815 m
  • Pente Moyenne : 12 %

    Image
    Photo Ben Wess (remerciements à Jose Mora)

    Image
    Photo Ben Wess (remerciements à Jose Mora)

    Image
    Photo Ben Wess (remerciements à Jose Mora)

    Image
    Photo Ben Wess (remerciements à Jose Mora)

    Image
    Photo Ben Wess (remerciements à Jose Mora)

La nouvelle télécabine Leitner

Montjuïc est un quartier barcelonais unique, et la TMB (Transports Metropolitans de Barcelona) souhaite bien évidement y conserver la desserte de la citadelle. Une étude conclura que le transport par câble, des plus écologiques, reste la solution la plus en phase avec le caractère naturel et paisible de ce poumon vert de la ville. Aussi, la TMB lancera finalement un appel d’offre pour la construction d’une nouvelle télécabine que va remporter le constructeur italien Leitner. Pour l’anecdote, durant les travaux, et pour conserver l’intérêt touristique du funiculaire qui constitue en somme le premier tronçon de cette chaine de remontées, il est mis en place un service de bus alternatif destiné à remplacer la télécabine et appelé « telefèric ».

Le nouvel appareil est finalement officiellement ouvert au public le 16 mai 2007. Sa construction aura couté 14,5 millions d’euros.
Le parcours, bien que raccourci d’une cinquantaine de mètres, conserve globalement sa morphologie initiale avec son arrêt intermédiaire. La télécabine est désormais exploitable toute l’année et ses aménagements la rendent totalement compatible avec l’accueil de personnes à mobilité réduite.


Caractéristiques de l’appareil actuel :

  • Nom de l'installation : Telefèric de Montjuïc
  • type : Télécabine débrayable GD8
  • Constructeur : Leitner
  • Année : 2007
  • Exploitant : TMB
  • Exploitation : toute l’année


  • Véhicule : Sigma Diamond8
  • Capacité : 8 personnes par cabine
  • Nb véhicules : 54
  • Sens d'exploitation : montée et descente
  • Débit à la montée : 2990 personnes/heure
  • Débit à la descente : 2990 personnes/heure
  • Vitesse : 5 m/s (exploitée à 3,5 m/s)
  • Temps de Trajet : 4 min 30


  • Altitude Aval : 88 m
  • Altitude Intermédiaire : 129 m
  • Altitude Amont : 173 m
  • Dénivelée : 85 m
  • Longueur développée : 752 m
  • Pente Moyenne : 11,30 %


  • Câble tracteur : 50 mm
  • Emplacement motrice : aval (enterrée)
  • Puissance moteur : 410 kW
  • Emplacement tension : amont (hydraulique)
  • Nb pylônes : 12

La gare aval Parc Montjuïc:

La station « Parc Montjuïc » gare aval du « Telefèric » est située sur les flancs de la colline, avenue Miramar. Le bâtiment est accolé à celui de la gare amont du funiculaire dont la G1 se trouve en centre-ville de Barcelone, avenue Paral-lel, et en connexion directe avec le métro.
La station du téléporté se présente sont la forme d’un cube largement ouvert sur l’extérieur laissant la part belle à l’emploi de matériaux tels le verre, le bois, et le métal. Les lignes épurées et la transparence de ce bâtiment très marqué architecturalement se veulent sonner comme un appel à la nature et de fait, s’intègrent intelligemment dans les verdoyants jardins environnants. De plus, l’adoption d’un design résolument contemporain et, bien qu'expressif, relativement minimaliste, ne viens pas contrarier le style Noucentista affiché de la gare du funiculaire, un bâtiment de plus de 80 ans.

A l’intérieur de cet ouvrage, nous trouvons, implanté en diagonale et empiétant pour moitié sur l’extérieur, la véritable gare de l’installation au sens technique du terme. C’est une station Leitner reprenant les éléments classiques de la marque italienne. Celle-ci, toujours dans un soucis de sobriété et d'intégration, a ici été livrée en version couverture basse finition grise. On y remarquera les luminaires encastrés en périphérie, assurant un éclairage du plus bel effet, et, côté ralentisseur, un petit rail permettant le stockage de véhicules.

    La gare aval de l'extérieur :

    Image

    Image

    La gare amont du funiculaire, accolée à la gare amont de la télécabine :
    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    L'entrée est normalisée pour les PMR :
    Image

    Image

    L'affiche de commémoration du premier anniversaire :
    Image

    L'intérieur de la gare aval :

    La station couverture basse Leitner :
    Image

    Les éclairages encastrés :
    Image

    Poste de commande et caisse :
    Image

    Panneau du constructeur et caractéristiques :
    Image

    Bien qu’exploitée par la compagnie des transports barcelonais TMB, l’usager doit s’acquitter d’un ticket spécifique pour emprunter la télécabine.
    Image

    Image

    Image

    Les tickets sont validés alors je vous propose d'embarquer :
    Image

    Image

Ligne Parc Montjuïc – Mirador

La première partie du trajet nous amène à survoler les jardins Joan Brossa et Mosèn Cinto Verdager. Cette première section est la plus « longue » avec 430 mètres et conduit 41 mètres plus en hauteur, à la station intermédiaire de Mirador. La géométrie de la ligne ne possède aucune difficulté particulière. Elle comporte 6 pylônes : deux de compressions situés immédiatement en sortie de G1 (des 8C), puis quatre pylônes supports (dans l’ordre : 12S, 8S, 8S et 4S).
On remarquera simplement l’emploi de fût d’origine française produits par la Sacmi identiques à ceux proposés par Poma dans sa gamme. Les balanciers et potences, restent eux propres à Leitner.

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

La gare intermédiaire Mirador

La station « Mirador » est située à 129 mètres d’altitude et permet à la télécabine d’amorcer quasiment un angle droit. Elle s’articule autours de deux gares Leitner à couvertures basses reliées par convoyeurs, et, côté brin descendant, d’un bâtiment au design identique à celui de la G1.
Deux grandes poulies jaunes bien visibles sont chargées de la déviation du câble. L’ensemble n’autorise pas un fonctionnement séparé des deux tronçons (qui n’aurait qu’un faible intérêt), et d’ailleurs côté brin montant, les portes ne s’ouvrent pas ; on ne trouve même aucun quai : la cabine est uniquement débrayée pour assumer le changement d’angle.
A l’image de la station aval, cette gare intermédiaire est également construite sur un sous-sol semi-enterré. Celui-ci héberge le garage permettant de ranger l’ensemble des véhicules de la ligne. Les cabines sont montées ou descendues par convoyeur incliné intégré au sein du bâtiment.
Il est à noter que l’ensemble de la station a été pensé pour accueillir la G2 d’une ligne de télécabine partant de la station « Miramar » du téléphérique du Port, et dont le tracé se situerait à quelque chose près, dans le prolongement bas de l’axe de la seconde section du « Telefèric de Montjuic ». Le garage souterrain a également été dimensionné pour accueillir les cabines de cette hypothétique installation.

    Vues extérieures de la gare intermédiaire :

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Côté brin montant :

    Image

    Image

    Image

    On notera l'absence de quai :
    Image

    Côté brin descendant :

    Image

    Image

    Image

    Le poste de commande :
    Image

    Le garage :

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

Ligne Mirador - Castell

La seconde partie du tracé permet de rejoindre la station « Castell », 44 mètres plus haut. Avec ses 320 mètres de longueur, elle demeure légèrement plus courte que le premier tronçon de l’installation. Là encore, le profil, peut démonstratif, ne révèle aucune difficulté. La ligne comporte 6 pylônes : les P7 et P8, deux 10C de compressions situés immédiatement en sortie de la gare, trois pylônes supports (dans l’ordre : un 6S, et 2 12S) et enfin, un support-compression (4S/4C).

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

La gare amont Castell

La gare amont de la télécabine reprend le même style et la même structure schématique que la station aval, à savoir un bâtiment cubique aux dessins contemporains et une gare Leitner à couverture basse implanté en diagonale. On notera simplement que le premier pylône de soutien est incliné du fait de la voie routière présente en contrebas

A la différence de celle de l’ancien appareil qui arrivait dans l’enceinte même de la citadelle, la station actuelle est située légèrement plus en contrebas et accolée contre le premier mur d’enceinte de l’édifice. Ainsi la gare, située à 173 mètres de haut, perd 13 mètres d’altitude, mais l’ensemble est nettement plus discret dans le paysage barcelonais et ne dénote plus au cœur de ce monument historique. Une large voie piétonnière permet en douceur de franchir les quelques mètres restant jusqu’au point culminant.

    La gare amont vue depuis l'extérieur :

    Image

    Image

    Image

    Image

    La voie piétonne, depuis la gare jusqu'à la citadelle :
    Image

    La gare amont vue depuis l'intérieur :

    Image

    Image

    Image

    Image

Les véhicules :

Le « Telefèric de Montjuïc » dispose de 54 cabines 8 places assises construites par l’équipementier français Sigma et dotées de pinces LPA. Elles appartiennent à la gamme classique Diamond, mais ont la particularité de mélanger 2 versions : vitrage panoramique sur le côté, et vitrages mi-hauteur derrière les banquettes.
L’emploi de ces derniers a permis de placer dans la partie pleine basse des entrées d’air esthétiquement intégrées, puisque qu’elle prennent l’apparence de stries faisant partie intégrante du dessin de la cabine. Combinées avec les ouvertures hautes protégées par des casquettes, ces entrées basses permettent une circulation d’air naturelle dans l’habitacle et évitent toute montée en température importante, climat méditerranéen oblige.
Cette ventilation est d’ailleurs renforcée durant la saison estivale par la présence de deux petits châssis à ouverture basculante sur un axe horizontal situés la partie haute des vitrages latéraux.
On notera également la présence de protections plexiglas sur les classiques vitrages d’aération des portes destinées à éviter tout jeté de détritus.
Enfin on remarquera que les assises des véhicules ne sont pas rembourrées mais plutôt largement ajourés, ce, également dans le but d’optimiser le passage de l’air.


    Cabine depuis l'extérieur :

    Image

    Image

    Entrées d'air basses :
    Image

    Ventilations hautes et protection sur la trappe d'aération de la porte :
    Image

    Cabine depuis l'intérieur :

    Sièges ajourés et vitrage panoramique :
    Image

    Les deux châssis à ouverture basculante :
    Image

    La pince LPA et la suspente :

    Image

    Image


    Image

    Image

Un peu de technique :

La motorisation de la télécabine de Montjuïc est située en aval, tendis que sa tension s’effectue en amont.

Le téléporté est mue par un moteur de 410 kW. L’ensemble, bien que parfaitement dimensionné pour un fonctionnement à 5 m/s, n’est exploité qu’à 3,5 m/s du fait de la destination touristique de l’appareil et de sa faible longueur de ligne, laissant ainsi le temps à l’usager de profiter du panorama qui s’offre à lui durant la montée. La TMB optimise ainsi d’autant les couts d’exploitation.
Pour minimiser l’impact sonore et visuel, la motorisation principale a été placée dans un espace technique hébergé dans le sous-sol semi-enterré de la gare aval. Unique partie du treuil visible : l’arbre lent placé sur un plan vertical transmettant la puissance du réducteur à la poulie motrice. Le silence de fonctionnement de l’appareil se remarque ici d’autant plus que nous sommes dans un environnement paysagé des plus reposants. Seul le petit moteur hydraulique destiné à la marche de secours est situé à proximité de la poulie. On aperçoit d’ailleurs sur cette dernière la couronne crantée sur lequel il s’engrène.

En gare amont, c’est un vérin hydraulique central qui se charge de la tension de l’ensemble de l’installation. Celui-ci est fixé sur la structure de la station au niveau premier pylône soutenant le lanceur et ralentisseur. Il maintient un lorry supportant l’ensemble poulie retour et galets de déviation. Le tout coulisse sur des voies dissimulées dans les couvertures basses.

C’est cependant, de l’aveu même de Leitner, la gare intermédiaire Mirador qui a constitué la partie technique la plus difficile de l’installation, en particulier au niveau des calculs de structure béton et métal. En effet, la déviation des 2 brins à pas moins de 86° supporté par les 2 poulies et leurs supports béton induit des efforts horizontaux importants. Ceci conjugué au sol particulièrement instable de la colline, la construction a donc nécessité des dimensionnements de fondations et de piliers conséquents ainsi qu’ une attention toute particulière portée à la qualité du béton et sa mise en oeuvre. L’effort est réparti en triangle sur 3 piliers, chacun étant estampillé d’une plaquette Leitner validant en kilo-Newton la force supportée.

    Image

    La motorisation en gare aval :

    Poulie motrice et arbre lent :
    Image

    Locaux semi-enterrés hébergeant la motorisation :
    Image

    Poulie et déviation du câble :
    Image

    La poulie, sa couronne crantée pour la marche de secours :
    Image

    La tension en gare amont :

    Poulie et galet de déviation constituant le lorry, vérin hydraulique (rouge) sur l'avant :
    Image

    La déviation de la gare intermédiaire :

    Les 2 poulies de déviations :
    Image

    Vue d'ensemble des 3 piliers béton de support de la déviation :
    Image

    Indication de résistance en kN sur un des piliers béton :
    Image

En conclusion :

Outil de valorisation du quartier de Montjuïc, la télécabine se situe à mi chemin entre transport urbain et remontée touristique. Elle est empruntée par les vacanciers mais également par les habitants de Barcelone qui viennent trouver là, à proximité du centre-ville, un peu de calme et de nature.
Depuis sa reconstruction, le « Telefèric de Montjuïc » est d’ailleurs incontestablement devenue LA remontée emblématique de la ville, preuve en est la multitude d’affiches que l’on rencontre en se promenant dans les rues célébrant son premier anniversaire.

    Image

Site internet TMB : www.tmb.net
Remerciements à Jose Mora pour les informations et les images historiques (site de Jose)



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.12503 secondes. 32 requete(s).
112 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés