En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 19Bannière 42Bannière 27Bannière 14

 TKD de l'Ardoisière

Les Sept Laux

Montaz Mautino

T2 ES
Description rapide :
La plus ancienne remontée mécanique des Sept Laux.

Mise en service en : 1980



Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : lolo42
Section écrite le 11/03/2009 et mise à jour le 02/06/2011
(Mise en cache le 23/08/2013)

    Image

Le domaine skiable des Sept Laux est situé en Isère au cœur du massif de Belledonne. On y skie de 1350 à 2400 mètres d’altitude sur 2 versants de montagne. A l’est, le versant du Pleynet, côté vallée du Haut Brédat, et à l’ouest le versant Prapoutel et Pipay, surplombant la vallée du Grésivaudant. Les pistes alternent entre forêts de résineux et environnement de montagne sauvage. L’offre, variée, convient aussi bien aux familles, avec des pistes faciles permettant d’évoluer sur tous les versants, qu’aux skieurs confirmés, avec une mention toute particulière pour l’itinéraire des vallons du Pra.
C’est l’appareil encore en service le plus ancien du domaine que remontees-mecaniques.net vous présente aujourd’hui : le téléski de l’Ardoisière.

Au sommaire :

  • Un secteur varié en forêt
  • Caractéristiques principales
  • La station aval
  • La ligne
  • Une exploitation rationnalisée


Un secteur varié en forêt

Le téléski de l’Ardoisière est situé au niveau bas du secteur de Prapoutel. Il donne accès à de belles pistes de tous niveaux évoluant dans un cadre des plus agréables au cœur de la forêt. Elles se développent dans le prolongement de la montagne de Bédina et en exploitent tous les versants pour se rejoindre, finalement, au pied des pistes de Prapoutel.
Voici le détails des différentes pistes desservies par l'appareil :

  • Au nord-ouest, la piste bleue des Souchettes (4) qui rejoint l’arrivée du télésiège des Bouquetins. De là, l’offre ski est large pour rejoindre la station. Une piste idéale pour un ski familial.
  • A l’est, la piste rouge Clapierre (8) qui se prolonge ensuite avec celle du Jas du Lièvre (10). Deux pistes de niveau moyen et qui permettent de basculer sur le secteur de la Jasse.
  • Enfin, au sud-ouest, la piste noire de Bédina (7) qui contentera les amateurs de ski plus sportif. La pente y demeure contenue, mais l’itinéraire tracé au milieu des mélèzes se démarque par son caractère tranquille loin des grands flux de circulations de certaines pistes du domaine.
D’une façon générale, l’ensemble des pistes desservies par le téléski de l’Ardoisière demeure assez peu emprunté. Ainsi, les jours de grande fréquentation, le secteur constitue une alternative des plus intéressantes ; un intérêt renforcé par des tracés en forêt séduisant.
De même, par mauvais temps, Ardoisière représente, quand il est exploité, l'offre ski de repli parfaite : variée, et nettement moins exposée aux conditions plus extrêmes que l’on peut trouver plus en hauteur.

    Situation du téléski de l’Ardoisière sur un le plan des pistes
    Image

    L’arrivée sur le départ du téléski depuis la piste des Souchettes
    Image

    La piste noire de Bédina : splendide itinéraire en forêt
    Image


Caractéristiques principales

  • Nom de l'installation : Ardoisière
  • type : Téléski à perches débrayables
  • Constructeur : Montaz-Mautino
  • Année de construction : 1980
  • Exploitant : SEMT7L
  • Saison d'exploitation : Hiver


  • Type de véhicule : suspente à perche téléscopique
  • Nombre : 119
  • Attache : douille auto-coinçante


  • Sens de montée : droit
  • Temps de Trajet : 3min42
  • Débit à la montée : 900 personnes/heure
  • Vitesse d'exploitation : 3,53 m/s


  • Altitude Aval : 1470 m
  • Altitude Amont : 1671 m
  • Dénivelée : 201 m
  • Longueur développée : 785 m
  • Pente Maxi : 49 %
  • Pente Moyenne : 27 %


  • Emplacement motrice : aval
  • Puissance moteur : 73 kW


  • Emplacement tension : amont
  • Type tension : contrepoids
  • Tension nominale : 4000 daN


  • Nb Pylônes : 9


La station aval

La station aval du téléski de l’Ardoisière est implantée à 1470 mètres d’altitude, une centaine de mètres au dessus du pied des pistes de Prapoutel. Depuis le front de neige, on y accède en empruntant aupréalablement le télésiège des Bouquetins ou le téléski de la Piscine.

La station, classique, reprend les standards de la gamme T du constructeur Montaz-Mautino avec un treuil en hauteur installé dans le sens de la ligne disposant d’un moteur électrique d’une puissance de 73 kW alimentant, via une transmission par cardans, un réducteur situé au dessus de la poulie motrice, et en entrée duquel se trouve le disque de freins. L’ensemble permet un fonctionnement de l’appareil à 3,53 m/s.

Dans le chalet du conducteur attenant, l'équipement électrique d’origine a laissé place à une armoire Seirel récente regroupant les fonctions puissance (alimentation de l’appareil), commandes (démarrage, arrêt d’urgence…) et sécurité de la ligne (déraillement, mauvais lâcher…).

On notera enfin que cet appareil, avec son homologue le téléski du Lac, sont désormais les dernières remontées à perches débrayables présentes sur le domaine des Sept Laux.

    Quelques vues générales de la station aval

    Image

    Image

    Image

    Image

    Image

    Détails techniques

    Le treuil fixé en hauteur sur le châssis de la station :
    Image

    Gros plan sur le treuil : la poulie motrice et ele moteur électrice de 73 kW :
    Image

    L’amoire Seirel dans le chalet du conducteur :
    Image

    Le magasin permet de stocker 119 suspentes débrayables :
    Image


La ligne

La ligne du téléski de l’Ardoisière évolue en forêt sur une longueur de 785 mètres suivant un profil en long sans grande difficulté. Elle dispose de 9 pylônes. Il est a noter que la fin du tracé a été revu par Poma ; plus précisément, les poulies des trois derniers pylônes côté brin montant. Voici le détail des ouvrages de soutien présents :
-P1 : support montée et descente
-P2 : support-compression montée et descente
-P3 : support montée et support-compression descente
-P4 : support-compression montée
-P5 : support montée et support-compression descente
-P6 : support montée et support-compression descente
-P7 : support-compression montée (rénové par Poma)
-P8 : support montée et descente (rénové par Poma)
-P9 : support montée et descente (rénové par Poma)

L'appareil conduit le skieur 201 mètres plus haut à 1671 mètres d'altitude. Le lâcher de la perche se fait au sommet du talus juste après le pylône 9. Le retour, situé une vingtaine de mètres plus loin, est assuré par une poulie aérienne flottante tendue à un contrepoids suspendu à un pylône poussard. Cet ensemble assure la tension de la ligne.

    Image

    Le P1, support montée et descente :
    Image

    Vue arrière sur le P1 et la station motrice :
    Image

    Le P2 : support-compression montée et descente :
    Image

    Le P3 : support montée et support-compression descente :
    Image

    Le P4 : support-compression montée :
    Image

    Le P5 : support montée et support-compression descente :
    Image

    Le P6 : support montée et support-compression descente :
    Image

    Le P7 : support-compression montée (rénové par Poma) :
    Image

    Le P8 : support montée et descente (rénové par Poma) :
    Image

    Le P9 : support montée et descente (rénové par Poma) :
    Image

    Arrivée sur le talus du lâcher :
    Image

    Vue sur la zone du lâcher :
    Image

    La poulie de retour aérienne :
    Image

    La station amont et le câble de la sécurité de « non-lâcher » :
    Image

    Vue générale de la station de retour-tension :
    Image


Une exploitation rationalisée

Ardoisière avait été construit en 1980 dans le but d'exploiter au mieux les pentes situées en forêt à l’extrémité sud du domaine des Sept Laux. A ce titre, l’appareil demeure encore le moyen le plus efficace et le plus direct pour accéder aux jolis itinéraires de ce secteur.
Mais la piste de Clapierre, qui démarre du lac de la Jasse et qui est accessible via le télésiège des Chamois ou du Lac, offre elle aussi la même desserte (avec cependant un long replat, il est vrai, peu fonctionnel) sans coût de fonctionnement supplémentaire pour l'exploitant.
Par ailleurs, la situation du secteur, basse et à l’extrémité sud du domaine, n’appelle pas non plus à un développement ni à une modernisation de sa desserte.

Ce doyen du parc des remontées de la station est donc aujourd’hui essentiellement exploité durant les périodes de fréquentations importantes, à savoir les gros week-ends ou pendant les vacances scolaires, mais, il demeure, ces jours là, un atout efficace pour répartir au mieux le flux de skieurs, et contribuer à la fluidité générale du domaine des Sept Laux.

    Image


Pour www.remontees-mecaniques.net :
Texte, photographies et schéma : Laurent Berne

Site internet : www.les7laux.com





Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.09495 secondes. 36 requete(s).
139 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés