En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 20Bannière 21Bannière 17Bannière 2

 TKD de l'Observatoire

Le Revard (Savoie Grand Revard)

Poma

T1 ES
Mise en service en : 1984

Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : alspace
Section écrite le 21/07/2014 et mise à jour le 27/07/2014
(Mise en cache le 27/07/2014)

Image


Au sommaire de ce reportage :
I- Le Revard
II- Les débuts du ski au Mont Revard
III- Le téléphérique et le premier remonte pente
IV- L’Observatoire au cours du temps
V- Observatoire : un tracé historique
VI- Ligne et infrastructures du téléski de l’Observatoire
VII- Un appareil rare sur un tracé historique


Le Revard

Image

^^Découvrez l'introduction à la station en cliquant sur le logo ^^


Les débuts du ski au Mont Revard

Le Revard est accessible pour la première fois depuis Aix les Bains en 1878 grâce à la CAF qui ouvre un chemin qui en permet l'accès. Le Mont Revard était accessible après 4 heures de marche pour un marcheur doté d'un bon niveau.
14 ans plus tard, un train à crémaillère fut construit pour en permettre l'accès sans se fatiguer. Au lieu de quatre longues heures auparavant, le sommet du mont est désormais accessible en une heure quinze de trajet. Jusqu'en 1908, ce service n'était effectué que durant la saison estivale, c'est-à-dire de Mai à Octobre.
Cependant, le Revard est un terrain propice aux activités hivernales, ce qui donna l'idée à un groupe de skieurs d'étendre la saison d'exploitation de la Crémaillère, à ses risques et périls car celui-ci n'était pas équipé pour affronter la neige et le froid.

Durant l'hiver 1908-1909, ce fut chose faite, ce qui permit au Revard de faire partie de l'une des premières stations de ski Françaises.
Pour permettre une ouverture optimale du train, il sera rajouté pour la prochaine saison hivernale une étrave qui a pour rôle de dégager la neige de la voie. Le Revard possède des pistes de faible dénivelé, ce qui encouragea les premières descentes avec les planches. Grâce à cette exploitation hivernale, le Mont-Revard deviendra la première station de ski créée de toute pièce (de deuxième génération).

Image
Une voiture en ascension. (DR, collection alspace)

Image
Le plateau du Revard et le terminus du Crémaillère. (DR, collection alspace)


En 1922, le PLM investit dans des Citroën 10hp avec système Kégresse à chenillettes, qui permettent de gravir des pentes enneigées jusqu'à 30 %. Elles seront utilisées pour remonter les skieurs.

Image
Skieurs tractés par une Citroën 10hp avec système Kégresse à chenillettes. (DR, collection Laurent Berne)


Quelques hivers plus tard, le village voisin de la Féclaz ouvre un remonte pente, permettant de remonter quinze personnes à la fois.
Le train à Crémaillère sera remplacé en 1935 par un téléphérique flambant neuf avec des caractéristiques impressionnantes. Malgré tout, le Crémaillère sera exploité jusqu'en 1937 pour permettre de transporter des marchandises.
Depuis la gare de Mentens, située à 682 mètres, jusqu'au sommet du Revard, qui lui culmine à 1526 mètres d'altitude, le téléphérique permet de gravir les 844 mètres de dénivelé en 6 min 40 secondes.

Image
La gare aval du téléphérique du Revard, sur la commune de Mentens. (DR, collection alspace)

Image
La gare amont, située sur le belvédère du Mont Revard. (DR, collection Alspace)

Image
Une cabine et le lac du Bourget. (DR, collection Alspace)



Le téléphérique et le premier remonte pente


L'année suivant la construction du téléphérique, le PLM réinvestit pour permettre aux skieurs arrivant de la vallée de chausser les skis en sortant de la cabine. Avec cette nouvelle installation, les va-et-vient incessants des chenillettes ne sont plus qu'un mauvais souvenir.
Le monte pente de l'Observatoire est un appareil assez particulier. C'est grâce à cet appareil que le nom "téléski" s'est démocratisé. Cette installation est imaginée par l'ingénieur Charles Lenoble, avec un système à deux câbles possédant des véhicules tracteurs à brassières. Pour se faire tracter, le skieur plaçait ses coudes dans un cintre à courroies souples.

Image
Le système de brassière du téléski. (DR, collection Laurent Berne)


Les deux câbles tournent à une vitesse légèrement différente par le biais d'un étage de réduction en gare motrice. Lorsqu'un véhicule est utilisé par un skieur, le poids exercé sur ce dernier vient libérer le chariot qui était jusque-là pincé sur le câble inférieur par un ressort de compression. Le câble de traction se déroule alors en douceur jusqu'à arriver en butée. Il est ensuite entraîné par le câble supérieur, d'un diamètre plus conséquent. Au niveau du lâcher, le chariot, libéré de la force exercée par le skieur, vient de nouveau se pincer au câble supérieur et, sous l'action du différentiel de vitesse des deux câbles, la brassière est automatiquement remontée. (source reportage du TPH de lolo42)

Image
Configuration du téléski PLM à deux câbles. (DR, collection Laurent Berne)

Image
Principe de blocage/déblocage du chariot sur le câble inférieur. (DR, collection Laurent Berne)



L'imposante gare d'arrivée est accolée à celle du téléphérique, et est présente aujourd'hui encore mais désaffectée.
Pour en améliorer le confort, l'exploitant fera évoluer son appareil en y installant des perches à sellettes monoplaces. Durant un temps, l'éclairage nocturne de la piste était réalisé pour exploiter le monte pente en soirée. Cependant, comme les touristes et les Aixois rentraient chez eux une fois la journée de ski finie, cette activité n'eut pas le succès estompé. Ce système marchait bien et permettait une vitesse d'exploitation rapide, mais les jours de grand vent, les véhicules se coinçaient dans le tambour en gare sommitale.
En 1952, le débit est augmenté de 25 %. Dix années plus tard ce téléski sera déposé, après 26 années de bons et loyaux services.

Image
Le monte pente et sa piste. (DR, collection Laurent Berne)

Image
Gros plan sur un skieur utilisant le téléski à brassières du PLM. (DR, collection Laurent Berne)



L'Observatoire au cours du temps

Ce sera donc en 1962 que le mythique monte pente de l'Observatoire sera démonté pour laisser place à un nouveau téléski débrayable, de manufacture Poma. Par la suite, pour améliorer le débit manquant à cet appareil, un deuxième fut construit sur la gauche du premier.

Image
Sur cette multivue, les gares aval et amont sont représentées. (DR, collection alpace)

Image
Les lignes dans leur intégralité. (DR, collection alspace)

Image
Les poulies flottantes et le Mont Blanc en arrière plan. (DR, collection alspace)


En 1981, le secteur des Ebats est relié skis aux pieds grâce à la construction de deux TKD nommés Tessons (de manufacture Montagner) et Col des Ebats (Pomagalski). Avec ce nouveau secteur accessible depuis la station, celui de l'Observatoire se retrouva excentré car séparé du reste du domaine par la route menant au centre de la station.
Malgré cette mise au second plan du secteur de l'Observatoire, la station y investira dans un nouveau remonte pente en 1984, pour ne pas avoir à entretenir les deux premières versions de l'Observatoire qui étaient vieillissantes.
Toujours de manufacture Poma, cet appareil fut construit pour ne pas avoir à entretenir des appareils vieillissants.
Cependant, ce téléski fait partie de la gamme de TKD « J », c'est-à-dire que les poulies sur les pylônes sont remplacées par des galets utilisés sur les télésièges. Malheureusement, cette gamme ne connaîtra pas le succès et se cantonna à seulement une dizaine d'appareils en France.


Observatoire : un tracé historique

L'Observatoire est le secteur le plus à gauche du domaine. Cette position périphérique lui donne une fréquentation moindre que le téléski du Tesson car il est plus éloigné du centre. De plus seule une piste est accessible depuis son sommet : la piste de la Gaillarde, dont le tracé est inchangé depuis les débuts de la station. Mais il est possible, au sommet du téléski de la Grenouillère, d'emprunter la deuxième piste du secteur et la seule piste verte qui le compose.

Au sommet de cet appareil, les clients n'ont qu'un seul choix :
- La piste bleue de la Gaillarde, seule piste bleue du secteur, qui rejoint le départ de cette installation. Elle possède aussi une variante, qui elle donne accès au départ du téléski de la Grenouillère.
Il donne accès indirectement à la piste verte du Choucas qui redescend au départ du téléski de la Grenouillère. C'est la seule piste verte du secteur.

Image
Situation du téléski de l'Observatoire sur le plan des pistes de Savoie Grand Revard.



Le téléski de l'Observatoire est un téléski classique de la gamme rarissime « J » provenant du manufacturier isérois Pomagalski. Cette gamme est caractérisée par des galets remplaçant les poulies sur les pylônes et des perches avec la suspente déportée pour en permettre le passage.
En gare aval, c'est une station motrice de type « J » qui est présente, et en gare amont, nous retrouvons un LSP de forme assez rare.

Caractéristiques

    Caractéristiques Administratives

    TKD -Téléski à perches découplables : OBSERVATOIRE
    Exploitant : REGIE DES DOMAINES SKIABLES DE SAVOIE GRAND REVARD
    Constructeur : POMAGALSKI
    Année de construction : 1984

    Caractéristiques d'Exploitation

    Saison d'exploitation : Hiver
    Capacité : 1 personne
    Débit à la montée : 900 personnes/heure
    Vitesse d'exploitation : 2,9 m/s
    Heure d'ouverture/fermeture : 9h00 - 16h50

    Caractéristiques Géométriques

    Altitude aval : 1482 m
    Altitude amont : 1560 m
    Dénivelée : 78 m
    Longueur développée : 450 m
    Pente maximale : 32%
    Pente moyenne : 17,6%
    Temps de trajet : 2 min 35 sec

    Caractéristiques Techniques

    Type de gare : H tubulaire
    Emplacement motrice : Aval
    Puissance développée : 37 kW
    Type de moteur : Asynchrone
    Moment de puissance : 78
    Emplacement tension : Amont
    Type de gare : LSP
    Type de tension : Hydraulique
    Sens de montée : Droite
    Type de départ : A plat
    Nombre de pylônes : 6
    Dispositif d'accouplement : Douille auto-coincante



Ligne et infrastructures du téléski de l’Observatoire

La gare aval

La gare aval du téléski de l'Observatoire est située à 1482 mètres d'altitude, à la fin de la piste bleue de la Gaillarde, première piste du Revard. Nous retrouvons ici une gare de type "H" tubulaire de conception Pomagalski. C'est ici que l'on retrouve toute la chaîne cinématique assurant la marche normale de cet appareil, ainsi que le stockage des perches en attente d'un client. L'embarquement s'effectue à plat, comme souvent sur ce type d'installation.

Image
Vue éloignée de la gare aval, depuis la piste bleue de la Gaillarde.

Image
Vue rapprochée.

Image
Vue de profil.

Image
Vue de trois-quarts.

Image
La glissière. Remarquez la forme originale des suspentes des véhicules.

Image
Le panneau d'informations des pistes desservies, adossé au pignon de la cabane du conducteur.



La ligne

Le téléski de l'Observatoire est long de 450 mètres et est composé de 6 pylônes. Nous pouvons observer 3 parties lors de la montée : la première portée est tout à fait plate, puis la ligne atteint sa pente maximale entre les P1 et P2, pour par la suite se radoucir et devenir relativement régulière jusqu'au lâché de la perche.

Dans l'ordre de la montée :
G1 : C/C
P1 : 2S1C
P2 : 2S/2S1C
P3 : 2S/2S
P4 : 2S/2S1C
P5 : 2S1C
P6 : 2S/2S
G2 : 4S/4S


Image
Retour sur la gare aval.


Image
P1.

Image
Portée vers le P2.

Image
P2.

Image
P3.

Image
En direction du pylône n°4.

Image
P4.

Image
Portée vers le P5.

Image
P5.

Image
P6.

Image
Arrivée en gare amont.



La gare amont

La gare amont est située à 1560 mètres d'altitude, à proximité de l'ancienne arrivée du téléphérique du Revard. C'est un LSP qui est en charge de la tension dynamique du câble, grâce à un vérin hydraulique. Il est possible que ce LSP ne soit pas d'origine et qu'il ait remplacé une poulie flottante datant de la construction de l'appareil.

Image
Vue de dessous.

Image
Vue de profil.

Image
Vue de trois-quarts



Autres vues

Image
L'aire de lâché de la perche, avec en arrière plan le Mont Margériaz, abritant le stade de neige du même nom.

Image
Du sommet de l'appareil, une petite partie du secteur de l'Observatoire est visible.

Image
Au niveau du P5.

Image
Idem, mais depuis la piste de la Gaillarde.


Observatoire : un téléski rare sur un tracé historique


Le téléski de l'Observatoire est situé sur un tracé pionnier pour la station du Revard, sur lequel un grand nombre d'Aixois ont appris à skier avec les différentes générations de montes pentes qui ont équipé cette piste. Le téléski actuel tout comme son ancêtre sont des appareils uniques très peu répandus dans nos montagnes.
Aucun projet de remplacement n'est évoqué car son rôle ne lui donne pas une fréquentation excessive.

Image
La piste de la Gaillarde et les deux téléskis du secteur, dominés par le majestueux Mont Margériaz.



Ce reportage est maintenant terminé, merci de l'avoir suivi et à bientôt.

Texte : Alspace et une partie de lolo42 du téléphérique du Revard
Photos : l'alexois, lolo42, Alspace
Graphisme bannière : Kenzo

Je remercie toutes les personnes ayant contribué photographiquement à ce reportage , ainsi que 91@g pour son aide à la correction.



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.09008 secondes. 32 requete(s).
154 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés