En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 18Bannière 27Bannière 29Bannière 5

 TKD du Tertre

Métabief

Montaz Mautino

T2 ES
Description rapide :
Téléski ancien, aux pylônes tripodes, mélange de trois constructeurs différents

Mise en service en : 1966



Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : Métabief
Section écrite le 12/03/2011 et mise à jour le 28/10/2014
(Mise en cache le 31/10/2014)

Image




La station

Métabief Mont d’Or est l’une des stations les plus importantes du massif Jurassien, aux côtés des Rousses et de Monts-Jura.
Située dans le département du Doubs (25), Métabief a pour villes voisines Besançon à 75km au nord-ouest, Pontarlier à 20km au nord, ou encore Vallorbe à 10km au sud-est.

Image
Illustration 1 : Département du Doubs.


Image
Illustration 2 : Villes voisines de Métabief.



Crée en 1953 sous l’initiative de Maurice Lagier, Roger Maire et Xavier Authier, il est d’abord question d’une petite station sur les hauteurs de Métabief, disposant d’une seule télébenne pour remontée-mécanique. Rapidement, d’autres remontées, d’autres pistes et d’autres infrastructures s’ajoutent, notamment à partir de 1965.
Par décret du 12 Mars 1979, les stations de Métabief, de Jougne, des Hôpitaux-Neufs, des Longevilles Mont d’Or et de Rochejean se réunissent pour former un seul domaine : Métabief Mont d’Or. Dès lors, la construction de nouveaux équipements s’intensifie pour relier les domaines skiables entre eux.
Au cours des années 1990, les hivers sans neiges conjugués à d’autres difficultés conduisent la station au bord de la faillite, chaque hiver.
A partir de 2005, le renouveau de la station est lancé. Pour Métabief Mont d’Or, la priorité est désormais à la modernisation et à la diversification de ses activités.

Au jour d'aujourd'hui, cette station propose 34 pistes (3 noires, 10 rouges, 10 bleues, 10 vertes, 1 Snow Park, totalisant un peu plus de 36 km) pour 19 remontées mécaniques dont 1 TSD6 et 6 TSF3, réparties sur 3 secteurs : Métabief, Piquemiette et Bellevue-SuperLongevilles. La clientèle est essentiellement familiale, en provenance du quart nord-est et de la région parisienne, Métabief faisant partie des stations les plus proches de la capitale.

Malgré la taille modeste de son domaine alpin, Métabief peut compter sur d’autres atouts. Parmi eux, le domaine de ski nordique, totalisant près de 350 km de pistes : un des terrains d’entraînement de l’élite de cette discipline. Peut-être y croiserez-vous Vincent Defrasne, biathlète médaillé d’or aux Jeux Olympiques de Turin (2006), originaire de Pontarlier. Les activités VTT sont également recherchées : Métabief a ainsi accueilli les Championnats du monde en 1993, les Championnats d’Europe en 1994, et les Championnats de France en 1996 et 2003.


La remontée

Histoire

Aux débuts de la station, seule la télébenne du Morond permettait l’accès au point culminant de la station : le Morond (1420m).
Assez rapidement, cette remontée ne débitant que quelques centaines de personnes par heure, se révéla insuffisante les journées de forte affluence. Pour répondre à ce problème, une chaîne de cinq téléskis fut progressivement installée.
Partant du lieu-dit Gais Loisirs situé à quelques centaines de mètres du front de neige, passant par l’emblématique mûr de la Renversée dont la pente maximum frôle les 60%, cette chaîne rejoignait alors le Morond dominant la station. Ainsi nous retrouvons les trois portions formant cette chaîne.
La première portion était composée du seul téléski Tertre (1967), l’objet de ce reportage. La seconde des téléskis Reversée I&II (1965 & fin des années 1960), la troisième des téléskis Morond (entre 1960 et 1962) et Citerne (1965). Le plan des pistes des années 1980 permet d’y voir plus clair (cf. illustration 3). Il était dit qu’emprunter cette chaîne était plus rapide que d’emprunter le télébenne lui-même : rien d’étonnant en considérant la vitesse des télébennes de l’époque, et la file d’attente qui s’y déroulait. Même une billetterie était installée en gare aval du téléski Tertre pour faciliter l’accès.
Alors que cette chaîne tourne à plein régime durant les années 1970 et 1980, les années 1990 et 2000 vont lui être fatale : les téléskis vieillissant, les hivers sans neige se multipliant et les difficultés financières se faisant jour, les téléskis Renversée II, Morond puis Renversée I sont démontés sans jamais être remplacés.
Au jour d’aujourd’hui, seuls les téléskis Tertre et Citerne subsistent, formant d’ailleurs les remontées-mécaniques les plus anciennes du domaine. En 2011, le téléski Tertre est rénové et malheureusement amputé de sa moitié supérieure. Leur fréquentation est probablement l’une des plus faibles de la station, moins pour le téléski Citerne que pour le téléski Tertre.

Image
Illustration 3 : Plan des pistes des années 1980, présentant les téléskis démontés (rouge) et les téléskis en activité (vert) ayant composés la chaîne de téléskis.



Généralités

Ce téléski dessert deux pistes vertes, dénommées Tertre et Bois du Roi. La première rejoint la gare aval du téléski. La seconde, très plate, permet de revenir au front de neige principal. Cette dernière a été tracée suite aux travaux de rénovation du téléski, en 2011.
Auparavant, le téléski desservait uniquement et intégralement la piste Tertre, classée verte. On rejoignait le front de neige principal en rattrapant la piste rouge Canons à neige. La section aujourd'hui non desservie de la piste Tertre est devenue bleu.
La piste Tertre étant parmi les plus basses et les moins fréquentées de la station, celle-ci et son téléski ne sont ouvert qu’aux vacances scolaires et les week-ends, si l’enneigement le permet.

Image
Illustration 4 : Plan des pistes, présentant l’ancien tracé (rouge) et le nouveau tracé (vert) du TKD1 Tertre.



Caractéristiques

Administratives :
RDP-Téléski à perches débrayables : Tertre
Maître d’ouvrage : Syndicat Mixte du Mont d’Or
Exploitant : Syndicat Mixte du Mont d’Or
Constructeur d’origine : Montaz-Mautino
Année de construction : 1966
Année de pose : 1967
Dernière rénovation : 2011

Géométriques :
Coordonnées avals : 46°46’02.16’’N - 6°21’05.06’’E
Coordonnées amonts : 46°45’54.18’’N - 6°21’12.52’’E
Altitude aval : 1010m
Altitude amont : 1028m
Dénivellation : 18m
Longueur développée : 214m
Pente moyenne : 10%
Pente maximum : 16%

Techniques :
Type de gare : D20
Emplacement motrice : aval
Emplacement tension : amont
Diamètre de câble : 12mm
Type de tension : contrepoids (1 tonne)
Nombre de pylônes : 4
Nombre de véhicules : 41
Attaches : douilles auto-coinçantes
Capacité des véhicules : 1
Sens de montée : gauche
Type d'embarquement : normal

Exploitation :
Saison d'exploitation : hiver
Vitesse d'exploitation : 3,5 m/s
Débit théorique à la montée : 840 personnes/heure
Débit théorique à la descente : 0 personnes/heure
Temps de trajet : 1min


Les photos

L’ensemble des photos ont été prises en Février 2011, avant rénovation, dernière saison d’exploitation du téléski avec ses pylônes tripodes d’origines.
Ce type de pylône était fortement représenté au cours des années 1960 : ils avaient la particularité d’être facilement mis en place, et parfois d’être démontable, facilitant ainsi la récolte des foins l’été venu. Cette force était aussi l’une de leurs principales faiblesses, les ancrages étant insuffisant pour certains pylônes de type compression, ayant tendance à se soulever avec les années. Alors préférés aux pylônes tubulaires, leur présence s’est marginalisée au fil des rénovations ou remplacements. Depuis peu hors-norme, d’où la rénovation précipitée de ce téléski, les pylônes tripodes sont donc appelés à définitivement disparaître du paysage français.

Le second intérêt de ce téléski porte sur la grande diversité des constructeurs rencontrés.
Ce téléski a été construit par la société A.P.O.D, avec du matériel Montaz-Mautino : les gares aval et amont ainsi que les pylônes tripodes sont issus de ce constructeur.
Au début des années 1980 au moins, le P8 a été remplacé par un pylône Montagner, pylône tubulaire et non tripode.
A la fin des années 1980 et au début des années 1990, ce sont respectivement les P1 et P2 qui ont été remplacés, eux aussi par des pylônes tubulaires Montagner.
En 2011 enfin, il s’agit certainement de la rénovation la plus importante. L’ensemble des pylônes tripodes sont retirés, ainsi que la G2. La G1, les pylônes P1 et P2 sont conservés. La ligne est alors amputée de sa moitié supérieure : le P8 est déplacé pour devenir le P4, un pylône Gimar Montaz Mautino neuf le précède pour devenir le P3. Une nouvelle G2 est enfin installée, elle aussi Gimar Montaz Mautino. Cette rénovation répond ainsi aux dernières normes, autorisant le fonctionnement de cette remontée pour les saisons futures. Quant au raccourcissement de la remontée, celui-ci s’explique évidemment pour des raisons économiques, le TKD1 Tertre étant peu fréquenté.
A noter également que les poulies des pylônes tubulaires, ainsi que les poulies de sortie de gare en G1, sont Poma : probablement apportées lors d’une rénovation antérieure, effectuée par Poma Services.
Arrêtons nous un instant sur la société A.P.O.D, précisément l'explication de cette grande diversité de constructeurs. Pour résumer, A.P.O.D était une société détenue par Maurice Lagier. Maurice Lagier était une figure locale : industriel reconnu de Pontarlier, c’est l’un des grands protagonistes de la création de la station, son directeur aussi jusqu’aux années 1970. A.P.O.D était donc l’organe de la station, permettant la mise en place de remontées-mécaniques. Son mode de fonctionnement était original, bien que courant pour l’époque : A.P.O.D achetait divers pièces de remontées-mécaniques, pour ensuite les monter elle-même. En fonction des prix proposés à la station, les constructeurs n’étaient pas toujours les mêmes. Ainsi Montaz-Mautino était très présent dans les années 1960, avant d’être remplacé par Montagner à partir de 1968 précisément. A partir des années 1980, c’est Poma qui remporte l’exclusivité. Tout ceci explique la présence de tous ces constructeurs et leur ordre d’apparition.

Maintenant que toutes les subtilités de ce téléski a priori anodin ont été détaillées, passons aux photos commentées.


Image
Illustration 5 : Gare aval du TKD1 Tertre.
Gare aval de type D20 Montaz-Mautino. Poulies de sortie de gare Poma.
Au fond, le hameau Gais Loisirs construit en 1965.


Image
Illustration 6 : Gare aval de TKD1 Tertre.
Au second plan, la billetterie du téléski.


Image
Illustration 7 : Gare aval du TKD1 Tertre.
Détails d'une gare Montaz-Mautino de type D20.


Image
Illustration 8 : Gare aval du TKD1 Tertre.
Détails de la poulie motrice.


Image
Illustration 9 : Gare aval du TKD1 Tertre.
Détails de la poulie motrice, surmontée du réducteur et du moteur électrique.


Image
Illustration 10 : Gare aval du TKD1 Tertre.
Détails du réducteur.


Image
Illustration 11 : Gare aval du TKD1 Tertre.
Détails de la poulie compression de sortie de gare, brin montant.


Image
Illustration 12 : P1 du TKD1 Tertre.
Pylône tubulaire Montagner, SC/SC.
Au second plan, la ligne du TKD1 Tertre jusqu'au P8.
A l'arrière plan, le mûr de la Renversée.


Image
Illustration 13 : P1 du TKD1 Tertre.
Détails des poulies support/compression Montagner, brin montant.


Image
Illustration 14 : P1 du TKD1 Tertre.
Détails d'une sécurité, brin montant.


Image
Illustration 15 : P2 du TKD1 Tertre.
Pylône tubulaire Montagner, SC/SC.
Au second plan, la piste Tertre.


Image
Illustration 16 : P2 du TKD1 Tertre.
Détails des poulies support/compression Montagner, avec rail de guidage, brin descendant.


Image
Illustration 17 : P3 du TKD1 Tertre.
Pylône tripode Montaz-Mautino, S.
A l'arrière plan, vue sur le P2 et le P1.
A droite, la piste Tertre.
Pylône remplacé en 2011 par un pylône tubulaire neuf Gimar Montaz Mautino, SC/SC.


Image
Illustration 18 : P4 du TKD1 Tertre.
Pylône tripode Montaz-Mautino, S.
A l'arrière plan, vue sur le P5.
Pylône remplacé en 2011 par le P8 tubulaire Montagner S/S d’avant 2011.


Image
Illustration 19 : P4 du TKD1 Tertre.
Détails de la poulie support Poma, brin montant.


Image
Illustration 20 : P5 du TKD1 Tertre.
Pylône tripode Montaz-Mautino, SC.
Pylône remplacé en 2011 par une gare amont neuve Gimar Montaz Mautino.


Image
Illustration 21 : P5 du TKD1 Tertre.
Détails du pylône vue de profil, poulies support/compression Poma, brin montant.


Image
Illustration 22 : P5 du TKD1 Tertre.
Détails de la numérotation des pylônes tripodes.


Image
Illustration 23 : P6 du TKD1 Tertre.
Pylône tripode Montaz-Mautino, C.
A l'arrière plan, vue sur le P7 et le P8, ainsi que le P5 du TSD6 Morond.
Pylône supprimé en 2011.


Image
Illustration 24 : P6 du TKD1 Tertre.
Détails de la poulie compression Poma, brin montant.


Image
Illustration 25 : P7 du TKD1 Tertre.
Pylône tripode Montaz-Mautino, S.
A l'arrière plan, vue sur le P8, ainsi que le P5 du TSD6 Morond.
A gauche, la piste Tertre.
Pylône supprimé en 2011.


Image
Illustration 26 : P8 du TKD1 Tertre.
Pylône tubulaire Montagner, S/S.
A l'arrière plan, une partie du village de Métabief, ainsi que les plateaux du Haut-Doubs.
A droite, la piste Tertre.
Pylône transféré en 2011, aujourd'hui P4 de la ligne du TKD1 Tertre.


Image
Illustration 27 : P8 du TKD1 Tertre.
Détails des poulies support Montagner, brin descendant.


Image
Illustration 28 : G2 du TKD1 Tertre.
Gare amont retour-tension, par contrepoids, Montaz-Mautino.
A l'arrière-plan, le mûr de la Renversée et la ligne du TSD6 Morond.
Proche de la zone herbeuse se tenaient les gares avales des TKD1 Renversée I&II, dont le tracé suivait la ligne du TSD6, constituant la seconde portion de la chaîne de téléskis Le second a été démonté au cours des années 1980, le premier en 2005. Le TSD6 Morond date justement de 2005.
Gare amont supprimée en 2011.


Image
Illustration 29 : G2 du TKD1 Tertre.
Détails de la poulie flottante Montaz-Mautino.


Image
Illustration 30 : Vue supplémentaire.
Au fond, une partie du village de Métabief, ainsi que les reliefs du Haut-Doubs.
A droite, moitié supérieure de la piste Tertre, aujourd'hui non exploitée.


Image
Illustration 31 : Vue supplémentaire.
A droite, moitié inférieure de la piste Tertre, toujours en service.


Image
Illustration 32 : Vue supplémentaire.
Tracé de la GTJ (Grande Traversée du Jura) et de la TJS (Traversée du Jura Suisse) passant sous la ligne du TKD1 Tertre.


Les photos prisent durant la rénovation de 2011, puis celles prisent après la rénovation de 2011, suivent dans le sujet dédié à ce reportage.


Conclusion

Bien qu’en apparence sans intérêt, ce téléski est un formidable témoin du passé riche de la station et de l’histoire des remontées-mécaniques.
Membre de RM.net ou simple visiteur, vous saurez désormais que les plus belles histoires se trouvent souvent là où on ne les attends pas.


Remerciements

Je tiens à remercier les membres lolo42, Kaoz, VieuxChat, Geofrider et Vivi80, qui par leurs contributions ont permis de préciser ce reportage.
Leurs interventions sont disponibles dans la sujet dédié à ce reportage, ce reportage étant une réédition.


Liens


  • Site de la station de Métabief : http://www.station-metabief.com
  • Site de l’Office de tourisme du Mont d’Or et des deux lacs : http://www.tourisme-metabief.com
  • Site des Montagnes du Jura : http://www.montagnes-du-jura.fr
  • Davantage de détails sur l’histoire de la station : http://www.remontees-mecaniques.net/forums/index.php?showtopic=10936



Photos en date du 23/02/2011, libres de droit, disponibles dans la galerie du TKD1 Tertre.
Version du 05/05/2012, copie non autorisée sans demande préalable.
Auteur : B.R.





Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.09968 secondes. 29 requete(s).
153 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés