En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 13Bannière 12Bannière 16Bannière 1

 TKE des Cimes

Chalmazel

Nascivera

T2 HS
Description rapide :
Le téléski des Cimes, version 1967, a été construit par l'Italien Nascivera sur le secteur plus technique de Couzan de Chalmazel. Dernière remontée de ce constructeur de France, l'appareil a finalement été démonté en 2008 au profit d'un nouveau, légèrement plus long.

Mise en service en : 1967
Fin de service en : 2008

Remplacé par l'appareil suivant : Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : lolo42
Section écrite le 30/12/2007 et mise à jour le 10/03/2015
(Mise en cache le 10/03/2015)

    Image


Chalmazel est un petit bourg ligérien des Monts du Forez localement connu pour son château du XIIIème et la pratique des sports d'hiver. On y ski de 1100 à 1600 mètres sur les pentes de Pierre-sur-Haute, point culminant du département de la Loire. Le domaine compte 12 kilomètres de pistes et se développe au cœur de vastes entendues de sapins jusqu'aux landes sauvages des calottes sommitales des Hautes-Chaumes.

Le premier téléski qui équipa les pentes de la calotte sommitale du domaine jusqu'à son remplacement en 2008, fut l'un des rares appareils Nascivera de France. Retour quelques années en arrière au travers d'un reportage désormais nostalgie-vintage consacré à cette remontée qui a marqué le domaine de Chalmazel par ses 30 années de présence...

    Image


Situation sur le domaine

Le téléski des Cimes se situe sur la partie haute du secteur de Couzan. Voici son emplacement sur le plan des pistes de Chalmazel (remontée surlignée en rouge) :
    Image


La remontée est d'une longueur modeste (moins de 700 mètres), mais dessert les pistes les plus techniques du domaine, qui, de plus, se prolongent jusqu'au point bas du secteur. Les pistes rouges, le stade et la Chamboîte, chaînées avec celle de Couzan, offrent ainsi des passages et une dénivelée intéressants.

Ce téléski permet, en outre, l'accès aux deux noires de la station, le Banban, et la combe des Alettes, auparavant itinéraire hors-piste, qui a rejoint officiellement le domaine il y a quelques années.


40 années de services

Dès les années 1930, on pratiquait le ski sur la calotte sommitale de Pierre-sur-Haute, sur le Mur des Granges, précisément à l'emplacement du téléski des Cimes. L'endroit était apprécié pour sa pente (jusqu'à 45 %) et son altitude qui permettait le déroulement de compétitions jusqu'à tard dans la saison. Le téléski des Cimes a donc été imaginé dès lors que l'on a projeté d'équiper en remontées les pentes des Granges, à la fin des années 1950.

L'appareil a été commandé en 1966 au constructeur italien Nascivera après que le téléski des Granges ait été réalisé (en 1964). L'engin a été livré à Chalmazel en octobre, mais la neige précoce a empêché l'installation de la remontée mécanique, qui n'a pu être mis en service que pour la saison 1967/1968, en même temps que la télécabine. Sa gare amont a été, pendant près de 35 années, le point culminant du domaine, ce, jusqu'à la création du téléski de Pierre-sur-Haute en 2002.

    Plan du domaine en 1967 avec le téléski des cimes repéré en 3 :
    Image

Son départ au cœur d'une clairière, son passage à travers les sapins et ses pylônes portiques d'origine lui confèraient un certain charme qui mêle désuet et bucolique, à l'image d'une remontée dans les alpages d'une petite station tyrolienne... C'était jusqu'en 2008, après le téléski des Granges, la plus ancienne des remontées encore en service de Chalmazel et la dernière des remontées Nascivera de France.

Nascivera était un constructeur italien basé à Rovereto fondé par Francesco Nascivera dans les années 1960, spécialisé dans les téléskis à enrouleurs et les télésièges à attache fixe. Elle réalise sont premier appareil en 1966 à Folgaria et investit le marché français l'année suivante avec ce téléski des Cimes, à Chalmazel. Emprise à d'importantes difficultés financières, Nascivera a été absorbé par le consortium Gradio (Grafer - Agudio) dans les année 1980.

Du haut de sa quarantaine d'années, le téléski des Cimes nécessitait une remise à niveau. Fidèles aux origines italiennes de l'appareil, c'est Leitner qui s'est chargé de l'opération, avec notamment, en 2006, le changement des enrouleurs et d'importants travaux sur le treuil. Durant la saison 2007, le réducteur du moteur de l'appareil a malheureusement cassé, obligeant à procéder à une réparation de fortune, à l'image du remplacement du pylône 5 la même année, tordu suite à une collision avec un grumier.

Caractéristiques


  • Nom de l'installation : Téléski des Cimes
  • Type : Téléski à enrouleurs
  • Constructeur initial : Nascivera
  • Année de construction : 1967
  • Rénovation Poma (P3, années 80) puis Leitner (réfection G1, enrouleurs, P5, années 2000)
  • Exploitant : Conseil général de la Loire
  • Saison d'exploitation : Hiver
  • Année d'arrêt : 2008

  • Véhicule : enrouleur Nascivera puis Leitner à partir de 2006
  • Capacité : 1 personne /enrouleur
  • Nb véhicules : 46
  • Sens de montée : gauche
  • Temps de Trajet : 4 min
  • Débit : 600 personnes/heure
  • Vitesse d'exploitation :3 m/s

  • Altitude Aval : 1397 m
  • Altitude Amont : 1569 m
  • Dénivelée : 172 m
  • Longueur développée : 681 m
  • Pente Maxi : 46 %

  • Emplacement Motrice aval
  • Emplacement Tension amont
  • Type tension contrepoids

  • Nb Pylônes : 9
  • dont compression : 2

Gare aval :

On accède au téléski des Cimes principalement par la piste verte du replat qui chemine parmi les sapins et nous conduit à la clairière ou se trouve la gare de départ. Depuis 2002, en poussant sur les bâtons, le téléski de Pierre-sur-Haute offre également, par le haut du domaine, cette possibilité. Bien entendu, sur le secteur même, les téléskis de Couzan desservent également l'appareil, permettant ainsi d'enchaîner le bas et le haut du secteur.

    Arrivée sur le téléski depuis la piste du Replat
    Image


La gare aval est de type motrice. Elle repose sur son massif béton d'origine. Initialement non raccordée au réseau électrique, elle était à l'origine alimentée par un groupe électrogène situé dans la maisonnette adjacente. La poulie est fixe puisque la tension est réalisée en station amont, et équipée classiquement d'une couronne haute et basse de part et d'autre de la gorge, qui permet de stabiliser la suspente des enrouleurs durant leur rotation.

L'ensemble moteur-réducteur-poulie a été rénove dans le milieu des années 2000 par Leitner. Les galets de compressions ont également été changés.

    La maisonnette hébergeait, autrefois, le groupe thermique :
    Image

    Image

    Détail des organes de motorisation :
    Image

    Le départ est désormais placé quelques mètres plus en amont que le moteur :
    Image

La ligne :

D'une longueur de 681 mètres, la ligne du téléski commence de façon relativement douce, et coupe, entre le pylône n°1 et le pylône n°2, la piste de la Chamboîte que l'appareil dessert. Au milieu du petit bois, le profil devient nettement plus pentu : la pente atteint 46% après le passage du pylône n°5 de compression. Sur la cime, la pente de l'appareil s'adoucit ensuite de façon continue, jusqu'à atteindre la quasi horizontalité au niveau de la gare amont.

L'appareil dispose de 9 pylônes dont 2 de compression. A l'exception près du pylône n°3, ajouté par Poma dans les années 80, et du P5, remplacé en 2007 par Leitner, tous sont d'origine. La forme en portique étaient fréquemment utilisée par Nascivera sur ses installations (y compris sur ses télésièges, pour assurer les passages en compression).

    P1 : la ligne commence de façon relativement douce :
    Image

    La piste de la Chamboîte qui coupe la ligne du téléski après le P1 :
    Image

    P2 : à l'orée du petit bois :
    Image

    Image
    P3 : premier pylône de compression, ajouté par Poma dans les années 80 :
    Image
    Profil plus doux au niveau du P4 :
    Image
    Le P5 Leitner de compression accentue le côté atypique de l'appareil. Remarquez le passage de la dameuse en évitement :
    Image
    A l'approche du P6 : la pente la plus forte :
    Image
    Le P6 et dans son prolongement le P7 :
    Image
    En se retournant, on distingue au loin la chaine des Alpes :
    Image
    Le P8 et les barrières à neige :
    Image
    La pente devient plus douce :
    Image
    Le P9 :
    Image

Le lâcher et la station amont :

Au niveau du lâcher le skieur peut descendre la jolie piste rouge du Stade ou retourner à la station via les pistes situées vers Pierre-sur-Haute. Sur la droite, en poussant un peu sur les bâtons, on rejoint la piste rouge de la Chamboîte et les noires du Banban et de la Combe des Alettes qui se prolongent jusqu'au bas du secteur de Couzan.

    Image


Située à 1569 mètres d'altitude, la station amont assure la tension de l'appareil. Elle est abritée dans une construction en raison de son exposition particulière aux conditions météorologiques. Si la structure est restée inchangé depuis 1967, l'habillage, auparavant constitué d'un bardage en bois, a été remplacé il y a quelques années, au profit d'une finition métallique. Techniquement la poulie de retour est montée sur un chariot coulissant sur une voie elle-même fixée au massif béton, à l'arrière duquel est suspendu le contrepoids.

    Image

    Image

    Image

Pour conclure :

Le téléski des Cimes séduisait par son charme vétuste et les itinéraires techniques auquel il donnait accès... Même s'il n'y parait pas, l'appareil, très exposé au givre, n'était pourtant pas toujours facile exploiter. C'est d'ailleurs cette contrainte qui avait conditionné le choix d'un appareil à enrouleurs plutôt qu'à perches alors que tous les exploitants français ne juraient que par les téléskis à perches débrayables.

    Image
    Marcel Marchand au dégivrage du téléski dans les années 1980 (coll. Fabienne Chazelle)


Devant la grande visite qui se profilait en 2009 et l'absence de pièces de rechange à disposition, le Conseil général de la Loire, exploitant de la station, a finalement procédé en 2008 à son remplacement par un nouveau téléski, toujours à enrouleurs, avec une ligne est prolongée de 35 mètres. Ce nouvel appareil permet un accès plus aisé aux pistes du domaine d'altitude, en desservant la Chamboîte par gravité (et par la même les pistes noires) là où il était nécessaire de pousser sur les bâtons durant quelques dizaines de mètres, et garantit la pérennité de l'exploitation de ce secteur.

Laurent Berne

    La piste du Stade, qui longe l'appareil, offre, chainée avec celle de Couzan, une dénivelée et des passages intéressants :
    Image

    Passage plus plat qui nous conduit à la piste de la Chamboîte et aux pistes noires de la station :
    Image

    Le départ de la Chamboite nous offre une belle vue sur l'Auvergne.
    On apperçoit en contrebas le départ des pistes noires du Banban et de la Combe des Alettes :
    Image


Liens internet :



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.09839 secondes. 40 requete(s).
122 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés