En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 31Bannière 23Bannière 22Bannière 36

 TKE2 Bründling I

Bergen

Doppelmayr

T2 ES
Description rapide :
Téléski peu fréquenté desservant les pistes de l'alpage de Bründling, à l'intermédiaire du téléphérique Bergen-Hochfelln.

Mise en service en : 1969



Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : monchu
Section écrite le 24/08/2012 et mise à jour le 19/09/2012
(Mise en cache le 24/08/2013)

Image


Le premier tronçon du téléphérique du Hochfelln donne accès à un petit domaine skiable à caractère familial. L’alpage de Bründling sur lequel sont tracées ces pistes a donné son nom aux deux téléskis à enrouleurs qui le desservent. Voici le premier d’entre eux, le téléski Bründling I.



1. Au cœur d’un petit domaine skiable familial…

Bergen, Bründling et le Hochfelln

Une présentation complète de la station de Bergen et du téléphérique du Hochfelln est disponible dans ce reportage.


Situation de l’appareil

Le téléski Bründling I est tracé sur le plateau du même nom, peu pentu, mais au relief irrégulier. Afin d’offrir aux clients la plus grande dénivelée possible, l’appareil relie le point le plus bas du plateau au sommet de l’alpage. La G1 est ainsi implantée le plus en aval possible, en lisière de la forêt, au début des gorges de la Schwarze Ache. De même, la G2 est implantée au point le plus élevé équipable, là où s’achèvent les pentes modérées du plateau, limité au sud par la sévère face nord du Hochfelln, et à l’ouest par les lanches plongeant vers Kohlstatt.

Le tracé de l’appareil suit un tracé au relief tourmenté, sur lequel un long faux-plat précède une pente raide menant au sommet de Brundlingalm. En revanche, les pistes bleues, tracées à bonne distance de la ligne, empruntent des pentes régulières et serpentent au milieu des chalets de l’alpage.

Image
Situation de l’appareil, en vert.


La G2 du téléphérique du Hochfelln est située sur un promontoire au bord du plateau, à partir duquel les clients en provenance de Bergen peuvent rejoindre par gravité la G1 du téléski distante d’une centaine de mètres.

Image
Vue d’ensemble du plateau du Bründling depuis la gare intermédiaire. L’arrivée du téléski Bründling I est située en haut à droite, au sommet du plateau.


Historique succinct

L’appareil fut ouvert au public le 13 décembre 1969, peu avant la saison de Noël. Le chantier s’était déroulé sans anicroche : le téléski fut ainsi livré par Doppelmayr sans retard, ce qui ne fut pas le cas du premier tronçon du téléphérique, livré en août 1970 seulement, avec 9 mois de retard. La première saison d’exploitation du TKE2 fut donc marquée par une très faible fréquentation, en l’absence d’ascenseur principal. Les rares clients montaient en voiture jusqu’à Steinbergalm d’où ils gagnaient Bründling par un itinéraire dans la forêt.


2. Caractéristiques techniques



  • Constructeur : Doppelmayr
  • Année de construction : 1969
  • Saison d'exploitation : hiver
  • Capacité : 2 personnes
  • Altitude Aval : 1040 m
  • Altitude Amont : 1217 m
  • Dénivelée : 163 m
  • Longueur développée : env. 581 m
  • Débit maximum : env. 900 personnes/heure
  • Vitesse d'exploitation : env. 3,2 m/s
  • Emplacement motrice : amont
  • Emplacement tension : aval
  • Temps de trajet minimum : env. 3 min
  • Nombre de Véhicules : env. 50




3. Station inférieure (G1)


Situation

La G1 est située au point le plus bas du plateau de Bründling. Adossée aux contreforts nord du Hochfelln, la gare inférieure ne reçoit que rarement les rayons du soleil .

Image
Le départ du téléski est situé au point le plus bas du plateau, en bas à droite. Il est accessible par gravité depuis la gare intermédiaire du téléphérique du Hochfelln, en haut à gauche.


Image
En aval de la G2 se forme la vallée de la Schwarze Ache que franchit le premier tronçon de téléphérique.



Equipements

De manière classique, la tension de l’installation est assurée par un contrepoids en béton placé à l’arrière de la G1, relié à un lorry sur lequel est montée la poulie retour, à la largeur de la voie. En amont, la structure se termine par un portique, sur lequel étaient montés à l’origine deux balanciers compression. Sur le brin montant, l’appareil a été modifié : afin de faciliter le départ des clients, un pylône compression supplémentaire a été installé quelques mètres en amont, et un balancier support est venu remplacer la compression montée à l’origine sur le portique de sortie de gare.

Cette modification permet de positionner le bas de l’arbalète à une hauteur suffisamment basse pour éviter tout choc avec les têtes des clients, tout en facilitant grandement la prise en main de l’archet. Les clients embarquent désormais sans assistance, ce qui a permis de réduire fortement les coûts d’exploitation, dans un contexte de fortes économies après la faillite de l’exploitant en 1976.

Image
Vue d’ensemble de la G1 depuis l’amont.


Image
Pour faciliter l’embarquement, un pylône 0 a été rajouté bien après la construction de l’appareil. Il permet d’abaisser la hauteur de ligne, afin que la clientèle agrippe l’archet sans assistance.


Image
Sur le brin montant, le balancier compression installé à l’origine a été remplacé par un balancier support, qui abaisse la hauteur de la ligne au droit de l’embarquement.


Image
Le lorry de tension profite de la topographie de l’aire de départ.




4. En ligne


Détail de l’équipement des pylônes :
Gare aval : 2S/2C
P0 : 4C
P1 : 6S/4S
P2 : 4C2S/4C2S
P3 : 6S/4S
P4 : 8S/4S


Partie inférieure du tracé

En amont de la G1, la ligne sort de la cuvette de départ selon une pente modérée. Le P2 est rapidement atteint : il redresse la ligne, qui longe les derniers contreforts du massif de la Schlafende Jungfrau ou Vierge Endormie. En suivant un long faux-plat, la ligne gagne ensuite le P3, qui marque une forte rupture de pente.

Image
Le P0 rajouté ultérieurement. Il est relié en souterrain à la ligne de sécurité.


Image
Second pylône de la ligne, le P1 annonce un faux-plat descendant.


Image
La piste descend légèrement dans le lit du torrent de la Schwarze Ache.


Image
Le P2 annonce une montée soutenue vers la G2.


Image
Rupture de pente marquée au P2.



Montée vers Oderkaser

La montée plutôt sévère qui attend les clients entre le P2 et le P3 peut être de nature à rebuter les skieurs les moins aguerris. Ceux-ci empruntent donc le téléski le plus rarement possible, dans le seul but de gagner le téléski Bründling II qui leur offre des pentes plus douces et un ensoleillement plus important.

La ligne évolue dans le bas du couloir du Triefer : le haut de cette pente est aujourd’hui aménagé en piste rouge depuis le sommet du Hochfelln, mais le bas de l’itinéraire est encore emprunté en hors-piste, malgré la présence de quelques rochers et barres.

La ligne du téléski, tracée loin de la piste bleue qui emprunte une prairie moins pentue, présente à cet endroit un caractère sauvage et isolé, juste avant de retrouver au P3 l’alpage plus familier et ses nombreux chalets.

Image
Emergeant de la forêt, la ligne atteint les alpages de Bründling.


Image
La pente s’adoucit légèrement au P3.


Image
Evoluant dans un environnement plus dégagé, la ligne longe désormais une des pistes bleues du plateau jusqu’en G2.

Image
Le P4 annonce l’arrivée.


Image
Un changement de pente notable marque l’arrivée.


Image
La ligne, jusque là tracée en léger dévers, atteint le sommet du plateau.



5. Station supérieure (G2)


Situation

La G2 est implantée en limite supérieure du plateau sur un terrain en léger dévers. L’appareil donne ainsi accès par gravité aux pistes bleues de Bründling, ainsi qu’à la piste rouge de retour à Kohlstatt, qui permet de regagner la vallée sans redescendre en téléphérique. L’arrivée de cette piste est cependant distant de 4 kilomètres du village. En l’absence de navettes, peu de clients l’empruntent. C’est pourquoi cette piste garde un caractère particulièrement sauvage et isolé.

Image
La G2 est implantée au sommet du plateau,en léger dévers.


Image
Implantée sous le sommet du Hochfelln, elle bénéficie toutefois d’une relative protection contre les avalanches. A droite, arrivée du TKE1 Bründling II.


Image
De gauche à droite : le P4, le chalet vigie, la rampe permettant l’enroulage des arbalètes, et la station motrice fixe.



Zone de lâcher et motrice

Une rampe en bois facilite le bon enroulement de l’arbalète. Ce dispositif classique dans les années 70 a cédé la place, sur les appareils contemporains, à un obstacle en neige ou à une haie de piquets. L’ensemble de la zone d’arrivée est placée sous la surveillance d’une vigie. Profitant de la pente naturelle, une passerelle placée à la hauteur du local opérateur permet d’accéder aux enrouleurs sur le brin descendant, pour y effectuer des opérations de maintenance, comme le montage ou démontage, le changement de position, ou encore le remplacement d’un ressort défectueux.

Image
La courte zone de lâcher se termine par la rampe de rembobinage des agrès, sous l’œil de la vigie.


Image
La rampe se termine par un câble relié à la sécurité de non lâcher.


A l’arrière, l’entraînement est assuré par une motrice fixe classsique, en état d’origine, placée dans un terrain en fort dévers. La motrice du téléski de Bründling II est située à quelques mètres, partageant la même alimentation électrique.

Image
Vue amont sur la motrice fixe.


Image
Station et poulie motrices depuis l’aval.




6. Pistes

A l’arrière de la G2, une piste discrète ramène à Kohlstatt. Homologuée en slalom, géant et super G, elle faillit accueillir en 1991 une épreuve de slalom comptant pour la Coupe du Monde dames. Le ski-club de Bergen a consacré une page entière à cette piste, disponible à cette adresse.

La majorité des clients emprunte toutefois l’un des boulevards ensoleillés accessible depuis la G2 des téléskis Bründling I et II.

Image
Vue d’ensemble des pistes bleues accessibles par gravité depuis la G2.


Image
Les pistes faciles serpentent entre les chalets d’alpage et les refuges comme celui de l’Öderkaser (à gauche).






Un domaine à l’écart...

Le petit domaine skiable de Bründling permet aux clients de profiter en famille de petites pistes faciles, sans souffrir d’une trop forte fréquentation. A une heure à peine de la capitale bavaroise, Bergen dispose d’une clientèle locale fidèle qui apprécie de skier à l’écart des grands flux touristiques, au-dessus du lac de Chiem. Le domaine semble ainsi avoir trouvé son équilibre, se préservant d’un afflux trop important de clients qui compromettrait le caractère isolé et familial du secteur, tout en drainant un nombre suffisant de clients locaux pour permettre la viabilité de l’exploitation.




Informations pratiques

Site Internet :
Exploitant : http://www.hochfelln-seilbahnen.de
Station : http://www.bergen-chiemgau.de

Accès :
Par la route : sur l’autoroute A8 reliant Munich (à 105 km) et Salzburg (à 35 km)
Par le rail : gare de Bergen, desservie par les trains régionaux Munich – Salzburg, puis 20 minutes à pied, ou bus.
Par les airs : aéroports de Munich et Salzburg.

Ouverture :
Ouverture du week-end avant Nöel à la mi-mars, du vendredi au dimanche uniquement
Ouverture continue pendant les vacances de Noël et de Nouvel An, ainsi que pendant la semaine de Carnaval.

Remerciements

Remerciements chaleureux au personnel du téleski.





Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.09246 secondes. 31 requete(s).
148 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés