En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 4Bannière 42Bannière 23Bannière 39

 TKE2 du Prarial

Montgenèvre (Via Lattea)

Bleichert

T2 HS
Description rapide :
Retour en arrière sur la naissance du ski en France. Des premiers tests par les militaires de Briançon, en passant par les téléskis et les différents développements du front de neige, plongez dans l'histoire de Montgenèvre, la doyenne des stations de ski françaises.

Mise en service en : 1935
Fin de service en : 1990

Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : Clément05
Section écrite le 31/07/2015 et mise à jour le 20/09/2015
(Mise en cache le 20/09/2015)

Bonjour, je vous présente un reportage sur la...

Image

Montgenèvre est la doyenne des stations françaises. Le ski y a commencé dès 1907 avec l'organisation du premier concours de ski alpin. Aujourd'hui, la station se compose de 78 kilomètres de pistes réparties sur deux versants : Le Chalvet et Le Chenaillet. Le domaine est relié avec la Voie Lactée, formant un ensemble de 400 kilomètres de pistes franco-italiennes, sur les sites des jeux Olympiques de Turin 2006.

Au sommaire :


  • Les débuts du ski à Montgenèvre (1895 - 1907)
  • L'idée de la station de ski (1907 - 1936)
  • Le Prarial, en continuel développement (1936 - 1990)
  • L'époque moderne du front de neige (1990 - 2015)
  • Conclusion


Les débuts du ski à Montgenèvre (1895 - 1907)

Le ski est apparu à Montgenèvre en 1895 avec un français qui a rapporté une paire de skis de Norvège afin de les tester. De retour en France, il chausse ses skis et effectue ses premiers virages à Montgenèvre. Il relève tout de suite les atouts de ce curieux matériel en bois : rapidité et simplicité de déplacement dans la neige. Les militaires de Briançon se servirent ensuite des skis qui leur permettait de se déplacer facilement afin de surveiller les mouvements de troupes italiens durant la guerre. Le premier régiment à s'en servir était le 159ème RIA (Régiment d'Infanterie Alpine) ou "Chasseurs alpins".

A la suite du développement effréné de cette nouvelle discipline, le premier concours international de ski alpin est organisé en février 1907 sur les pentes de Montgenèvre. De nombreuses délégations internationales étaient sur place pour assister aux différentes épreuves : saut à ski, descente, luge... Le ski est officiellement né !

L'idée de la station de ski (1907 - 1936)

Dès lors, Montgenèvre a voulu développer son propre domaine skiable, à l'instar de Chamonix ou Megève qui disposaient de téléphériques. Pour le petit village briançonnais, un téléphérique aurait été trop onéreux, c'est pourquoi un téléski à enrouleurs est choisi en 1935. Il s'agit d'un appareil Bleichert reprenant le brevet Constam.

Construit entièrement en bois et en métal, le téléski grimpe jusqu'à la lisière de la forêt qui couvre le Mont Prarial. Le téléski prend son départ dans les près non loin du clocher du village. La ligne est composée de cinq pylône en métal, ce qui est assez rare à l'époque, qui reposent sur deux embases. De forme triangulaire, ils prennent en charge le câble par l'intermédiaire de balanciers support-compressions. Les gares sont intégrées dans des bâtiments en bois pour se fondre dans le décor.

Le succès de cet appareil est immédiat, les montgenèvrois comme les briançonnais affluaient pour emprunter l'unique remonte-pente de la région. Il desservait une courte piste assez pentue et permettant d'effectuer une descente d'environ 270 mètres de long. Voici la situation approximative du téléski sur Google Earth :

Image

Voici maintenant quelques images montrant le téléski en action :

Image
La gare aval et les trois premiers pylônes. DR.

Image
De l'autre côté et avec seulement deux pylônes. DR.

Image
La ligne depuis le versant du Chalvet. DR.

Image
La ligne en entier. On observe la gare amont au fond. DR.

Image
Vue plus générale. DR.

Image
Un pylône en détail. DR.

Le Prarial, en continuel développement (1936 – 1990)

En 1958 est installé le téléski à perches débrayables du Col, qui ouvre le premier espace pour débutants du domaine skiable. 11 ans après, le téléski à enrouleurs du Chenaillet est transformé en deux téléskis à perches débrayables.

Le développement du front de neige ne connaîtra aucune évolution notable jusqu'entre 1956 et 1961, où le téléski du Prarial est allongé, la ligne étant prolongée jusqu'au sommet du Prarial, à 2048 mètres d'altitude. En 1970, les gares sont remplacées par des structures tubulaires provenant du constructeur allemand Müller et les pylônes, d'abord repeints en jaune, sont remplacés ensuite par des structures treillis du même constructeur. Le téléski dessert ainsi une longue piste pentue et technique.

Durant cette même année, Montgenèvre se rapproche de Clavière (IT) en implantant le téléski à perches débrayables du Tremplin, dans le Vallon de l'Aîgle. Il faut noter que dans les années 40, Clavière s'est dotée aussi d'un téléski à enrouleurs (Pian del Sole) dont les vestiges sont encore visibles aujourd'hui.
Déjà à cette époque, le téléski du Prarial s'affirme comme l'axe majeure permettant l'accès au domaine d'altitude, même si le téléski à enrouleurs du Chenaillet est déjà présent pour l'épauler.

Voici la situation de l'appareil allongé sur Google Earth ainsi que quelques vues de la version allongée :

Image

Image
La gare aval, avec son bâtiment refait. DR.

Image
La gare aval au fond de l'image. DR.

Image
La ligne en entier avec les anciens pylônes jaunes. DR.

Image
La même mais de l'autre côté. DR.

Image
Les deux premiers pylônes jaunes. DR.

Image
Le bas de la ligne. DR.

Image
La nouvelle gare aval Müller. DR.

Image
Un nouveau pylône Müller. DR.

Déjà en 1969 le téléski du Chenaillet a été remplacé par deux téléskis à perches débrayables. Le second avait une vocation de débutant et avait sa gare amont et restait sur le front de neige. Le Chenaillet a permis de délester le téléski du Prarial pour l'accès aux téléskis d'altitude (Barral, Anges). En 1976, Montaz Mautino et Agudio ont construit la télécabine six places des Chalmettes qui a révolutionné l'accès au domaine d'altitude. D'un débit de 1000 personnes par heure, cet appareil part de l'entrée de Montgenèvre pour arriver à 2180 mètres d'altitude et desservir le secteur des Gondrans et la liaison avec l'Italie avec le téléski du Rocher de l'Aîgle. Malgré cela, le téléski du Prarial est remplacé par deux téléskis à perches débrayables afin de réduire les queues omniprésentes sur le front de neige. Ainsi, deux téléskis Montaz Mautino ont pris la place du vénérable téléski à enrouleurs en réutilisant les pylônes treillis jaunes (comme le téléski du Chenaillet). Le tracé est inchangé par ailleurs.

Voici la situation sur Google Earth :

Image

Et deux photos de ces téléskis :

Image
Le début de ligne. DR.

Image
DR.

Le téléski du Petit Prarial est ensuite ajouté afin de desservir un stade de slalom sur le bas de la piste de compétition Patricia Chauvet :

Image
Le front de neige depuis le versant du Chalvet. De gauche à droite : téléskis du Col, du Petit Prarial, du Prarial et du Chenaillet 1&2. DR.

Image
La situation de la ligne du Prarial sur Google Earth : en mauve les téléskis du Prarial 1&2 et en bleu le téléski du Petit Prarial.

Cependant, le remplacement du téléski du Prarial par deux téléskis à perches débrayables ne suffira pas face au développement du domaine et à la construction de nombreux appareils dans les années '80 (téléskis de l'Alp, de la Crête et télésiège de l'Observatoire en plus du développement du secteur du Chalvet). Le front de neige était le point noir du domaine skiable. Il a donc été pris la décision de remplacer les téléskis du Prarial 1&2 par un télésiège fixe quadriplaces sur le même tracé que les antiques téléskis, le second du domaine après l'Observatoire. Premièrement le téléski du Petit Prarial est gardé puis supprimé vers 1993. Voici un cliché qui montre les deux appareils côte à côte :

Image

Image
La situation depuis les airs. DR.

Puis le télésiège du Prarial s'est finalement retrouvé seul après le démontage du téléski du Petit Prarial. Voici des images du télésiège actuellement :

Image
La gare aval.

Image
Le début de ligne, avec le stade de slalom Patricia Chauvet à gauche.

Image
Dans la forêt.

Image
La pente maximale de 67 %.

Image
La gare amont.

L'époque moderne du front de neige (1990 - nos jours)

Le secteur du front de neige a entamé sa transformation en 2003 avec le remplacement du téléski du Tremplin par un télésiège fixe quatre places avec tapis d'embarquement. Le tracé est optimisé afin de permettre un retour sur le versant des Gondrans depuis le Chalvet plus aisé. La gare aval est presque au bord de la RN94 (route qui relie Briançon à Clavière par Montgenèvre) et l'arrivée se situe au sommet du Prarial, à 2048 mètres d'altitude.

En 2008 et 2009 interviennent des transformations profondes sur le front de neige : dès 2008, la télécabine des Chalmettes, complètement dépassée sous tous les aspects, est remplacée par un télémix Poma qui reprend presque le même tracé (la gare aval est accessible de plein pied et la gare amont est descendue de quelques mètres). Ce nouvel appareil permet de booster l'accès au domaine d'altitude (secteurs des Gondrans et du Brousset) et permet de donner directement accès au télémix de Serre Thibaud, construit la même année, qui permet de monter directement sur le secteur du Chalvet. En 2009, les téléskis du Chenaillet et du Clot sont démontés afin de restructurer totalement l'espace débutants de la station. Ils sont remplacés par un téléski à enrouleurs Poma et un tapis roulant, le tout dans un espace protégé de 50 000m². Voici quelques images de ces nouveaux appareils et du front de neige actuellement :

Image
La gare aval du nouveau télémix des Chalmettes.

Image
L'espace débutants avec le téléski du Clot à gauche.

Image
Le bout de front de neige depuis la piste bleue du Col. On peut voir le télésiège du Prarial derrière.

Conclusion

La chaîne du Prarial est véritablement la naissance de Montgenèvre. Du téléski à enrouleurs au télésiège fixe quadriplaces, les appareils qui se sont succédés au fur et à mesures des temps ont permis l'essor de la grande station française qu'est aujourd'hui Montgenèvre, en lien avec la Voie Lactée. Le front de neige est aujourd'hui le véritable cœur de la station et du village, avec le regroupement de beaucoup de services qu'une station de sports d'hiver peut proposer (caisses, écoles de ski, patinoires, restaurants, terrains de sport, parking…) peut proposer. Le Prarial est régulièrement l'axe emprunté au début de la journée, avec le télémix des Chalmettes et en dernier pour une « petite dernière ». L'axe de la première et de la dernière descente.

Texte&bannière : Clément05
Photos : Clément05
Visuels (mention DR) : Delcampe.fr

A bientôt.

© – 2015 – Clément05 – www.remontées-mécaniques.net



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.11132 secondes. 41 requete(s).
134 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés