En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 2Bannière 3Bannière 15Bannière 28

 TPH 2S Ngong Ping 360

Hong Kong

Leitner

T2 ES
Description rapide :
2S de tous les superlatifs, le Ngong Ping 360 incarne les possibilités immenses qu'offre le transport par câble dans les situations les plus extrêmes.

Mise en service en : 2006

Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : guigui67
Section écrite le 19/10/2008 et mise à jour le 07/11/2008
(Mise en cache le 23/08/2013)

Bonjour, Lolo 42 et moi même vous présentons aujourd'hui, grâce à Rodo Af, un reportage sur le...

Image


Image I/ Introduction


Hong Kong est située sur la côte sud de la Chine et est baignée par la mer de Chine méridionale, partie de l’océan Pacifique. Elle est voisine de la province Chinoise du Guangdong.
C’est la ville la plus riche du pays mais également un pôle financier et commercial d'envergure mondiale. Son économie compte parmi les plus libérales au monde.

Colonie Britannique de 1842 à 1997, Hong Kong est aujourd’hui rétrocédée à la Chine Populaire, et constitue l’une des deux « Régions Administratives Spéciales » (RAS) du pays. Elle obéit au principe « un pays, deux systèmes », qui lui permet de conserver son système légal, sa monnaie (Le Hong Kong Dollar : 1 € = 10 HGK$), son système politique, et ses équipes sportives, tout en étant intégrée à la Chine Populaire.

La RAS de Hong Kong, en 2008, a une population de plus de 7 millions de personnes vivant sur une superficie de plus de 1100 Km². On y parle le chinois (Cantonais) et l'anglais.
Le développement touristique de la région connaît une croissance sans précédant. Parmi les attractions touristiques de premier plan : le téléphérique débrayable bicâble (ou "2S") Ngong Ping 360 desservant le village de Ngong Ping et sa statue géante de Bouddha.

Sommaire du reportage :

II/ Le village de Ngong Ping

III/ Ngong Ping 360 : Un projet écologique

IV/ Ngong Ping 360 : Le 2S de tous les défis

V/ Caractéristiques de l'appareil

VI/ Le trajet : gares et ligne

VII/ Les véhicules

VIII/ Fonctionnement du Ngong Ping 360

IX/ Conclusion


Image II/ Le village de Ngong Ping

Le village de Ngong Ping est situé sur l'île de Lantau, la plus grande île de l'archipel de Hong Kong, située à l'embouchure de la rivière des Perles. Cette île connait depuis une dizaine d'années un développement impressionnant avec notamment la construction de l'aéroport international de Hong Kong et le complexe de loisirs Hong Kong Disneyland. L'île est reliée au reste de Hong Kong par une ligne de métro qui assure l'accès à l'aéroport, et permet la desserte du Ngong Ping 360. Bien qu'accueillant d’importantes infrastructures, l'île de Lantau reste pour l'essentiel vierge de toute construction, et la majeure partie du territoire est classée parc national, vaste espace de verdure à la richesse écologique de premier plan ! Les amateurs de randonnées trouverons d’ailleurs ici leur bonheur avec pas moins de 70 kilomètres de sentiers aménagés.

Le village de Ngong Ping est implanté en contrebas de la statue du "Tian Tan Buddha" érigée de 1990 à 1993, un Bouddha géant de 34 mètres s'élevant au dessus des crêtes de l'île à proximité du monastère de Po Lin. Cet ouvrage majestueux constitue la plus grande statue en bronze du monde.
Avec ses valeurs religieuses et architecturales, la statue est rapidement devenue un haut lieu du tourisme à Hong Kong. S’articulant autour de ces thématiques de spiritualité et de retour à la nature, les concepteurs ont donc imaginé Ngong Ping, recréant de toutes pièces un village typique dans le plus pur style chinois traditionnel.
Ce vaste complexe propose à ses visiteurs des attractions culturelles telles la « Marche avec Bouddha », ou bien encore le « Théâtre des Singes ». On y trouve également un salon de thé des plus typique, et bien entendu des restaurants et boutiques souvenirs…
Non loin du village le visiteur peut partir à la découverte du « Chemin de la Sagesse », une copie de bois de l’ancienne Sutra du Cœur, composée de 38 poutres formant le symbole de l’infinité.
A quelques kilomètres, le charmant village de pêcheurs de Tai O, surnommé la Venise de Hong-Kong, constitue également, avec ses maisons traditionnelles sur pilotis, un rendez-vous incontournable de ce que les chinois appellent désormais « l’expérience Ngong Ping ».

Voici quelques photos du Ngong Ping et du Tian Tan Buddha :

Tian Tan Buddha :
Image
(Photo de Chong Fat)

Plan du Village :
Image

Vue du village de Ngong Ping :
Image
(Photo de Cara Chow)


Image III/ Un projet écologique


Parallèlement à la construction du village de Ngong Ping, les décideurs politiques locaux réfléchissent à l'amélioration de la desserte du site, dont la fréquentation touristique ne cesse d’augmenter d’année en année. L'endroit est en effet très isolé, la route d’accès peu pratique et fréquemment embouteillée par les véhicules touristiques et autobus. Une circulation au cœur du parc national du North Lantau des plus bruyantes et polluantes, en totale contradiction avec les valeurs écologiques et spirituelles portées par l’endroit.
Les études vont très vite mettre en évidence le fait que le câble, moyen de transport écologique par excellence de par sa faible consommation, est le plus à même de répondre à ces critères.

Dès lors un projet d’implantation d’une remontée mécanique va être élaborée, avec comme idées maîtresses la préservation de l’environnement, de l’écosystème du parc, mais également de sa beauté naturelle.

Les concepteurs vont donc réfléchir à l'adoption d'une technologie limitant au maximum les points d’appuis du futur appareil.
Une seule solution pour cela : assurer de grandes portées. L’avant-projet va finalement retenir 3 technologies compatibles avec cet état de fait :


  • Le Funitel (2 câbles parallèles espacés jouant à la fois le rôle de porteur et tracteur)
  • Le 2S (monoporteur – monotracteur)
  • Le 3S (biporteur – monotracteur)

Bien qu’offrant une excellente tenue au vent, le funitel ne sera pas retenu car jugé trop consommateur en énergie vu la longueur de la ligne, et le 3S sera également évincé du fait d’infrastructures trop lourdes à mettre en place et d’un coût financier jugé excessif au regard des avantages déjà offerts par un 2S.
En effet, le 2S demeure parfaitement en phase avec les valeurs écologiques portées par le projet :

  • C’est la technologie de téléporté qui possède parmi les meilleurs rendements (rapport puissance/débit) du fait de la réduction des masses en mouvement et optimise donc au mieux la consommation d’énergie,
  • Elle utilise de cabines de capacité moyenne largement vitrées permettant de mettre en valeur le patrimoine écologique durant le trajet,
  • Et surtout, elle offre comme le 3S, les possibilités de survol les plus importantes largement au delà du kilomètre.

Par ailleurs, de par l'effet de stabilisation des 2 câbles, le 2S admet sans difficultés des vents de 25 m/s avec des pointes à 37,5 m/s. C’est certes moins que les deux autres technologies concurrentes, mais largement plus qu’une télécabine classique.
Au final, c’est donc cette technologie qui se trouvera être le meilleur compromis aux yeux des décideurs locaux.

A partir de là, un travail plus poussé encore va être mené pour définir un cahier des charges mettant à l'honneur les notions de développement durable :

  • La construction de gares « basse consommation » répondant aux normes les plus strictes locales (Hong-Kong Beam) avec notamment des systèmes de ventilation en lieu et place de climatiseurs dans les gros volumes publics, et une consommation maîtrisée par l’emploi de cellules photovoltaïques, y compris au niveau des cabines,
  • L'éclairage public extérieur étudié pour une pollution lumineuse limitée et produit là encore de façon propre grâce à l'énergie solaire,
  • L'implantation des motrices de l’appareil enterrées et hors du territoire du parc national pour éviter toute pollution sonore,
  • L'installation de systèmes de récupération et de recyclage des eaux sur toutes les stations situées sur le parc national.

Après d’âpres négociations entre les différents acteurs locaux et les associations écologiques un accord est trouvé et le tracé de Tung Chung à Ngong Ping via 2 stations de déviations intermédiaires minimisant au maximum les impacts sur le parc et son écosystème est adopté. L’appel d’offre est donc lancé par la MTR, la société gérant les transports de Hong Kong. Le Ngong Ping 360 est en passe de devenir une réalité.

Le tracé adopté :
Image


ImageIV/ Le 2S de tous les défis

Avec ses 4 stations et une longueur de ligne de près de 6 kilomètres, le 2S de Ngong Ping 360 est le plus grand appareil de ce type jamais conçu ; et surtout avec un coût de construction de 100.000.000 € (1 Milliard $HK) il va s'agir de construire le téléporté le plus cher de toute l’histoire du transport par câble ! Un défit que va relever la société Italienne Leitner finalement retenue en 2003 pour mener à bien le chantier.

C’est en février 2004 que la firme de Sterzing entame la construction de l’appareil. Le déroulement des travaux n’est pas sans rappeler, par bien des aspects, celui de l’époque héroïque des pionniers du transport par câble…
En effet, bien que le chantier se déroule en bord de mer, ce sont des conditions dignes de la haute montagne que les équipes vont devoir supporter pendant plus de deux ans ! Un chantier où les jours de pluie se succèdent durant des semaines entières. Un chantier où quand la mousson cesse enfin, il faut compter avec un taux d’humidité permanent de 97 % rendant le travail des plus éprouvants, et où le brouillard empêche également fréquemment toute visibilité.
Pour achever le tout, Hong Kong va connaître durant cette période de rares et violentes perturbations climatiques : l’équipe va devoir essuyer bon nombre de tempêtes et parfois même des typhons ! Dans ces conditions l’hélicoptère spécialement importé de suisse pour le transport des matériaux les plus lourds se relève souvent inutilisable. Le pilote du beau Kamov Ka-32A12 Helix de la société Heliswiss se contente malheureusement fréquemment de regarder partir les ouvriers avec leurs 6 mulets pour des longues marches au travers les sentiers de la montagne : car la construction de l’ouvrage se doit de continuer malgré tout et, bien entendu, les contraintes écologiques interdisent la construction de toute voie d’accès routière : seul l’hélitreuillage de mini-pelles est autorisé au coeur le parc national où 6 pylônes et 1 station de déviation sont à construire ! ! Ce sont ainsi jusqu’à 4 heures de perdues par jour !

Le ciel n’est donc pas de la partie… La terre ne sera pas sans poser problème également. Les ingénieurs du bureau d’étude structure se rendent compte, alors même que l’on commence le montage des pylônes, que le terrain s’avère par endroit plus instable que prévu. Par sécurité, les calculs de béton sont donc revus en cours de chantier, et Maeda Corporation, chargée du génie civil, se doit de refaire, au cœur de montagne, bon nombre de fondations !

Nous sommes en été 2005 et le chantier déjà pris beaucoup de retard. Pour ne rien arranger, le Kamov doit retourner en Europe d’ici septembre. Le temps presse, mais les conditions semblent cependant s’améliorer quelques peu. Leitner exploite donc au mieux l’utilisation de l’hélicoptère et la société italienne va louer pour l’occasion une gigantesque barge sur l’océan pour disposer de façon logique les différentes pièces des pylônes de façon à optimiser au mieux les faibles fenêtres météorologique permettant leur héliportage.
L’équipe réussi finalement à terminer le critique pylône n°3, un ouvrage de ligne de 208 tonnes démonstratif du gigantisme de l’opération. Un pylône dont la largeur de voie est élargie pour accueillir en son centre les nacelles de secours et qui est situé dans le prolongement de la traversée maritime. Ses longs sabots supportent la déviation et la charge la plus importante de la ligne : l'ensemble est dimensionné pour une résistance de 400 tonnes.
Le chantier avance donc, mais cette fois sans son hélicoptère principal… Le planning est donc revu avec une livraison repoussée de plusieurs mois.

C’est cette fois en Suisse qu’est sur le point de se jouer un autre défit du 2S : l’entreprise Fatzer est sur le point d’achever la fabrication des câbles. Le 2S va bénéficier d’un porteur de 71 mm et d’un tracteur 42 mm . Avec des longueurs atteignant jusqu’à 11 km, ces câbles sont les plus lourds et plus long que l’entreprise ait eu à produire à ce jour. D’ailleurs, le poids de l’ensemble empêche tout transport aérien. C’est donc un long périple par la route, les fleuves et l'océan, depuis la petite ville de Romanshorn jusqu’à Tung Shung, qui est entamé via convois exceptionnels. Après avoir parcouru la moitié de la planète, l’ensemble est finalement livré dans les temps.

La construction du 2S s'achève enfin, et le Ngong Ping 360 est finalement officiellement inauguré le 18 Septembre 2006. Après une période d’exploitation perturbée par des négligences de la précédente société opératrice, une nouvelle entité, Ngong Ping 360 Limited, filiale de MTR est finalement formée. Elle assure désormais avec le plus grand sérieux l’exploitation de cet engin hors norme depuis le 31 décembre 2007.

Héliportage sur la Mer de Chine :
Image

Image
(remerciements à www.funivie.org pour leur permission)


Image V/ Caractéristiques de l'appareil


  • Nom de l'installation : Téléphérique Ngong Ping 360
  • Type : Téléphérique débrayable 2S
  • Constructeur : Leitner
  • Année : 2006
  • Coût : 100.000.000 €
  • Exploitant : MTR Corp – Ngong Ping 360 Ltd
  • Saison d' Exploitation : toute l’année

  • Constructeur véhicules : Sigma
  • Type véhicule : Diamond 17
  • Capacité : 17 personnes (dont 10 places assises)
  • Nb véhicules : 111
  • Sens de montée : droit
  • Temps de Trajet : 24 min
  • Débit maximum montée : 4000 personnes/heure
  • Débit maximum descente : 4000 personnes/heure
  • Vitesse d'exploitation : 7,5 m/s
    Tronçon I : Tung Chung - Aéroport
  • Altitude Aval : 21 m
  • Altitude Amont : 32 m
  • Dénivelée : 11 m
  • Longueur développée : 610 m
  • Nombre de pylônes : 2
  • Puissance moteur : 2x 420 kW
  • Emplacement Motrice : amont (aéroport)
  • Emplacement Tension : aval (Tung Chung)
  • Type tension : hydraulique
    Tronçon II : Aéroport – Ngong Ping
  • Altitude Aval : 32 m
  • Altitude Intermédiaire : 560 m
  • Altitude Amont : 438 m
  • Dénivelée totale : 406 m
  • Dénivelée maximum : 528 m
  • Longueur développée : 5175 m
  • Nombre de pylônes : 6
  • Puissance moteur : 4x 420 kW
  • Emplacement Motrice : aval (aéroport)
  • Emplacement Tension : amont (Ngong Ping)
  • Type tension : hydraulique
    Caractéristiques des câbles :
  • Fabricant des câbles : Fatzer
  • Dimension câble porteur : 71 mm
  • Dimension câble tracteur : 42 mm




Image VI/ Ngong Ping 360 : Le trajet

Le 2S de Ngong Ping 360 propose à ses passagers un trajet aérien de 25 minutes à 7,5 m/s survolant la mer de Chine et le parc national du North Lantau. Il permet de gagner depuis Tung Chung le village de Ngong Ping situé 406 mètres plus haut à proximité immédiate du Bouddha.
Son tracé s’étend sur 5785 mètres et dispose de deux stations intermédiaires assurant les deux déviations de la ligne : une première est implantée au niveau de l’île de l’aéroport, et la seconde, point culminant de l’installation à Nei Lak Shan au cœur du parc national.
La dénivelée maximum de l’installation est de 528 mètres mais le 2S impressionne surtout par ses survols et ses portées entre pylônes dépassant allègrement le kilomètre.
Durant le voyage, la vue à 360° se développe d’abord sur l’immensité de la mer, pour ensuite laisser place aux vastes étendues verdoyantes du parc. Un panorama qui vaut d’ailleurs au 2S de Ngong Ping son épigraphe « 360 ».

Profil de la ligne :
Image


Station de Tung Chung (G1)

La station aval du 2S est située au cœur de la ville nouvelle de Tung Chung, à 21 mètres au dessus du niveau de la mer. Cette gare de départ est directement accessible depuis le terminus de la ligne MTR orange (Tung Chung Line) du métro de Hong Kong ouverte en 1998.
Les dessins aériens et élancés du bâtiment, avec ses nombreux pans de toitures évoquant des ailes d’oiseaux, invite le visiteur au voyage aérien. Bien que d’une emprise au sol importante, les proportions de la structure se fondent parfaitement dans l'immensité des immeubles de Tung Chung.
La structure se présente en deux parties. Un premier ensemble intégrant les guichets, le hall d'attente, mais également WC et boutique, accueille les visiteurs. Dans son prolongement direct, se trouve le quai de l'installation. La station est construite sur un vaste sous-sol qui héberge le garage destiné au stockage des cabines.


Vues d'ensemble de la station

Le quai au premier plan et les infrastructures d'accueil en retrait :
Image

Côté infrastructures d'accueil :
Image


La connexion métro - téléphérique

Métro direction Tung Chung :
Image

Plan d'ensemble du complexe, station de métro et gare de départ du téléphérique :
Image

Impossible de se tromper !
Image

La station de Tung Chung en détails :

Depuis l'entrée, des escalators conduisent les passagers à l'étage :
Image

De là, une passerelle mène aux guichets :
Image

Différentes formules sont en ventes :

  • Un ticket "tout compris" donnant accès à un aller/retour et aux deux animations du village, au prix de 145$ de Hong Kong (155$ pendant les périodes d'affluences) (environ 15/16€)
  • Un ticket aller/retour à 88$ ou 98$ (environ 9/10€)
  • un aller simple à 58$ ou 68$ (environ 6/7€)
Image

L'espace d'attente pour l'embarquement :
Image

Arrivée au quai :
Image

Vous avez vos tickets ?
Image

La cabine arrive....
Image

...alors nous vous proposons d'embarquer !
Image

Bon voyage a bord du Ngong Ping 360 !
Image


La ligne, première section : Tung Chung - Aéroport

La première partie du trajet est relativement courte et nous conduit depuis Tung Chung à la station située sur l’île de l’aéroport, 610 mètres plus loin. Cette section constitue un prélude au voyage jusqu'à cette première station de déviation à l'implantation déportée stratégique.
Ce tronçon pratiquement plat (11 mètres de dénivelée) franchit "simplement" un canal maritime de 500 mètres de large ; une première portée au dessus de la mer de Chine assurée par deux pylônes implantés de part et d’autre des rives qui longe l'ouvrage d'art de la voie routière rapide conduisant à l'aéroport.

Image


Le Pylône 1

Image

Image

Vue opposée :
Image


Le survol du canal maritime

Image

Vue opposée vers Tung Chung :
Image


Le Pylône 2A

Image

Image

Image

Vue opposée juste avant la gare intermédiaire :
Image



Station de l'aéroport (G2-G3)

La première station de déviation est située sur l'île hébergeant le récent aéroport international de Hong Kong. L'ensemble domine de 32 mètres la baie de Tung Chung.
Bien qu'aucune descente ne soit en temps normal autorisée (les portes ne s'ouvrent d'ailleurs pas et aucun quai à destination des voyageurs n'est présent au sol), cette gare constitue le cœur stratégique du Ngong Ping 360. Techniquement tout d'abord, puisque c'est en son sous-sol que sont installées les motorisations du téléporté. Géographiquement également, puisque sa position déportée au regard de la station de départ permet à la ligne d'amorcer un virage à 60° pour rembrayer les cabines sur un tracé de 5175 mètres de longueur optimisant la franchissement de la mer de Chine et du parc national.


Vues d'ensemble de la station de l'aéroport

Image

Image


L'intérieur de la station côté allé :

Image

Image

Image

Image

Image

Image


L'intérieur de la station côté retour :

Image

Image

Image



La ligne, seconde section : Aéroport - Nei Lak Shan

En sortie de la station de l'aéroport, le trajet change de direction, et le voyage d'envergure! Le 2S entame une longue portée de plus de 1,5 kilomètre au dessus de la baie de Tung Chung. Le radeau aérien glisse silencieusement au dessus de la mer de Chine tandis qu'au fond se dessinent les collines verdoyantes du parc naturel de North Lantau vers lesquelles nous nous dirigeons. Un spectacle féerique suspendu à un câble, sans aucun pylône, sans aucun bruit. Le profil de ligne s'accentue doucement et la cabine s'élève jusqu'à 310 mètres au dessus du niveau des eaux, offrant une splendide vue sur l'île de l'aéroport et les gratte-ciel de Tung Chung.
Au passage du pylône n°3, changement de pente, et transition de paysage. La cabine survole désormais une ligne de crête ; un passage des plus impressionnants ou le voyageur jouit d'un large panorama sur l'immensité de l'océan Pacifique mis en relief, au premier plan, par les montagnes de l'île.
Franchissement du pylône n°4, et lente ascension jusqu'à Nei Lak Shan, point culminant du trajet. L'on traverse alors forêts, vallons et ruisseaux qui composent le parc national.


Image


Le Pylône 2B

Sortie de la station de l'aéroport :
Image

Passage du P2B :
Image

Image

Vues opposées :
Image

Image


La portée sur la Mer de Chine :

Une traversée de 1500 mètres sur les eaux de la baie de Tung Chung :
Image

Les montagnes du parc national du North Lantau :
Image

Image
(photo Sonson)

La superbe vue sur les constructions de Tung Chung (remarquez la taille des embarcations) :
Image

et sur l'ile de l'aéroport...
Image

Image

Image


Le pylône 3 :

Image

Image

Vues opposées :
Image

Image


La portée P3-P4 : transition du paysage :

Image

Terre et mer :
Image

Image


Le pylône 4 :

Image

Image

Vues opposées :
Image

Image


La portée entre pylônes 4 et 5 : au cœur du North Lantau :

Image

Image

Image

Image


Le pylône 5 :

Image

Arrivée en station de déviation :
Image




La station de déviation Nei Lak Shan (G4-G5)

La gare intermédiaire située au niveau de Nei Lak Shan constitue, du haut de ses 560 mètres d'altitude, la station la plus haute du téléphérique. Ici encore, aucune descente des passagers n'est possible en exploitation normale. Le débrayage des cabines est uniquement effectué pour assurer la dernière déviation de la ligne à 20° en direction de Ngong Ping.

Vues d'ensemble de la station de déviation :

Image

Vue de l'autre face avec en fond le tronçon précédant :
Image


Vues détaillées côté aller :

Image

Image

Image


Vues détaillées côté retour :

Image

Image




La ligne, troisième section : Nei Lak Shan - Ngong Ping

En sortie de la station de déviation, 1,6 kilomètre nous sépare encore du village de Ngong Ping. Depuis Nei Lak Shan, la ligne entame une descente en douceur de 120 mètres de dénivelée. Le survol des bois et vallées du Norh Lantau est assuré au travers de 2 principales portées. Le tableau déjà magnifique, est rehaussé par la présence imperturbable du majestueux Bouddha qui se laisse désormais entrevoir et semble veiller sur la forêt. Les bâtiments monastiques et le village situés plateau de Ngong Ping sont désormais en vue. Nous arrivons à destination.


Image


Le pylône 6:

Image

Image

Vue opposée :
Image


A l'approche du Tian Tan Buddha :

Image

Image

Vue opposée :
Image

Image


Du pylône 7 à la station de Ngong Ping :

Image

Image

Vue opposée :
Image

Image

Image



Station de Ngong Ping (G6)

Annonçant la fin du voyage, la station de Ngong Ping est implantée sur un plateau à 438 mètres au dessus de l'océan, au pied du village du Ngong Ping et du bouddha géant.
La gare adopte une architecture traditionnelle volontairement moins démonstrative que celle de la station de Tung Chung. L'objectif a été de rendre cette structure la plus discrète possible afin de respecter au mieux la beauté du lieu. Comme en gare aval, l’ensemble comprend un hall d'accueil et d'attente, des toilettes, et la boutique, qui vous propose bien évidement l'incontournable photo souvenir à bord de votre cabine.

Vues d'ensemble de la station :

Image

Image


Vues détaillées :

Image

Image

Image

Image



ImageVII/ Les véhicules


Le 2S du Ngong Ping 360 dispose de 111 cabines 17 places construites par l’équipementier français Sigma et appartenant à la gamme Diamond.
Elles accueillent 10 passagers assis mais sont également prévues pour recevoir en leur centre 7 personnes debout. Pour l’anecdote cette configuration pose parfois quelques soucis puisque pour un trajet de 25 minutes les usagers restent parfois réticents à compléter les cabines. Durant la haute saison, des panneaux nous informent donc en gare que le trajet est susceptible de s’effectuer debout et du personnel présent à quai assure le bon remplissage.

Les cabines disposent, dans la partie pleine basse située derrière les assises ainsi que sur la paroi latérale, d’entrées d’air. Celles-ci sont esthétiquement intégrées puisque qu’elle prennent l’apparence de stries faisant partie intégrante du dessin de la cabine. Combinées avec les ouvertures hautes protégées par des casquettes, ces entrées basses permettent une ventilation naturelle dans l’habitacle et évitent toute montée en température importante.
On remarquera que les assises des véhicules ne sont pas rembourrées mais plutôt largement ajourées, ce, toujours dans le but d’optimiser le passage de l’air.

Chacun des véhicules dispose également d’un système de communication permettant à l’opérateur de délivrer des informations aux passagers. Il est alimenté en toiture par le biais d’un capteur solaire.

Un 2S sépare les fonctions de support et de traction au travers de 2 câbles. De fait le chariot équipant les véhicules est à mi chemin entre celui d’un téléphérique et d’une télécabine : 2 jeux de 2 galets viennent rouler sur le câble porteur, tandis qu’une pince, débrayée en gare pour y assurer une circulation des cabines ralentie, vient s’agripper au câble tracteur. L'ensemble assure un confort de roulement exemplaire (y compris au passage des pylônes) caractéristique des téléphérique débrayables 2S ou 3S.

Vues d'ensemble de cabines :

En ligne :
Image

En gare :
Image


La caisse :

Image

10 places assises, 7 debout :
Image

Image

Les entrées d'air intégrées en partie basse :
Image

Vues des entrées en cabine :
Image

Image

On remarquera en toiture de la cabine, le panneau photovoltaïque :
Image


Le chariot :

Image

Embrayage d'un chariot : passage au niveau de la came (en rouge) et accueil des galets sur le rail qui rejoint le câble porteur :
Image



ImageVIII/ Fonctionnement du Ngong Ping 360

Le téléphérique débrayable Ngong Ping 360 est le 2S de tous les superlatifs ! Sa longueur et ses points d’impacts sur l’environnement étudiés de façon poussée ont conduit Leitner à recourir à des solutions plutôt inventives.
De fait, si la dernière station intermédiaire sert uniquement à la déviation de la ligne et au changement du porteur, la première, située sur l’île de l’aéroport, constitue le vrai centre névralgique du téléporté, puisque qu’elle héberge les treuils. LES treuils, oui, car, techniquement, même si la descente des cabines n’est possible qu’aux stations terminales, nous avons à faire à 2 installations distinctes disposant chacune de leur propre motorisation et de leur propre tension.

Ce sont au total 2520 kW au travers de 6 moteurs de 420 kW qui sont nécessaires au fonctionnement du téléphérique. Une puissance qui peut paraître démesurée, mais qui en fait, rapportée au débit offert et à la longueur de ligne, fait du 2S un des moyens de transport comptant parmi les plus économes en énergie, y compris même, en comparaison à d’autres types de remontées mécaniques à gros débit.

Image

Image



Le tronçon Tung Chung - Aéroport


La ligne Tung Chung – Aéroport forme le premier des 2S. Nettement plus court, ce tronçon dispose d’un treuil enterré qui reste sommes toutes classique. La chaîne cinématique se compose de deux moteurs électriques de 420 kW pris sur un réducteur. La seule partie visible est l’arbre lent placé sur un plan vertical et sa poulie motrice. La tension du tracteur de cette section est elle assurée dans la station de Tung Chung.

La marche secours de l’appareil reste ici classique. Elle est assurée par un moteur thermique qui vient alimenter un motoréducteur hydraulique s’engrenant sur une couronne crantée disposée sur la poulie motrice. Cette configuration permet un rapatriement des cabines même en cas de casse des réducteurs principaux.


Le treuil, station aéroport (G2) :

Vue de l'ensemble arbre lent, poulie motrice et motoréducteur de secours (en rouge) :
Image

La poulie motrice :
Image


La tension, station Tung Chung (G1) :

La tension s'effectue en arrière de la poulie de renvoi :
Image


Le tronçon Aéroport - Ngong Ping

Situé dans le local technique en sous-sol de la station de l’aéroport à proximité de son homologue, le treuil de la section Aéroport – Ngong Ping est lui nettement moins conventionnel. Le dimensionnement hors norme de ce « second 2S » a appelé à la mise en place d’une puissance de pas moins 1680 kW ! Ce sont ainsi pas moins de 4 moteurs 420 kW qui sont pris sur le réducteur. En sortie, la puissance est transmise via un arbre lent similaire à celui du « 1er tronçon » à la poulie motrice.
Cette dernière adopte cependant ici une configuration de type double gorge. En effet compte tenu des dimensions de l’appareil à mouvoir, Leitner à mis en place une solution permettant l’adhérence maximum : le double renvoi. Le câble tracteur provenant de la ligne entame d’abord une demie rotation autour de la poulie motrice dans la gorge haute, puis est renvoyé à une poulie simple légèrement inclinée sur un plan horizontal qui permet au câble de revenir une nouvelle fois vers de la poulie motrice au niveau de la gorge basse où il effectue une dernière demie rotation avant de repartir en direction de la ligne.

La marche secours de l’appareil s’adapte également aux dimensions de la seconde section. Ce sont ainsi pas moins de 4 motoréducteurs qui ont été placés sous la poulie motrice du second treuil ! Une solution éprouvée mais une mise en place innovante !

La tension du tracteur de cette section s’effectue quant à elle en station de Ngong Ping (G6) et reprend également le principe du double renvoi. La station intermédiaire (G4-G5) que l'on trouve sur cette section à comme unique utilité la déviation des câbles à 20°. Celle-ci s'opère grâce à deux poulies.


Le treuil, station aéroport (G3) :

Station Aéroport - Treuil section Aéroport – Ngong Ping : l'arbre lent, la poulie motrice et ses 4 motoréducteurs assurant la marche de secours
Image

Station Aéroport - Treuil section Aéroport – Ngong Ping : au premier plan, la poulie motrice, au second plan la poulie de renvoie inclinée.
Image

La déviation du câble tracteur, station Nei Lak Shan (G4-G5) :

Image


La tension, station Ngong Ping (G6) :

Station Ngong Ping - Tension de la section Aéroport – Ngong Ping :
Image

Zoom sur la tension :
Image



Le stockage des véhicules

Hors exploitation, les jours de maintenance ou par conditions météorologiques violentes, les véhicules sont décyclés et stockés dans le garage situé en sous-sol de la station aval de Tung Chung. Son accès s'opère via un convoyeur incliné motorisé. La station terminale de Ngong Ping dispose également d'un espace technique recevant des cabines.

Le convoyeur d'accès au garage souterrain de Tung Chung :
Image

L'imposant sous-sol bleu de la station de Tung-Chung est dédié au stockage :
Image

L'accès à l'espace technique de la station de Ngong Ping :
Image


L'évacuation

Les portées entre pylônes et les hauteurs de survol du 2S ont appelé à la mise en place d'une procédure d'évacuation draconienne. 20 agents d'exploitation ainsi que 179 pompiers sont spécialement formés pour assurer le bon déroulement de l'opération, et une plateforme d'hélicoptère à même été créée à cet effet.
Au niveau des pylônes n° 3 et 7, la largeur de voie plus importante permet à ces ouvrages de soutiens d’accueillir en leur centre chacun deux nacelles de secours.
Ces 4 véhicules peuvent, le cas échéant, être placés sur la ligne et utilisés pour évacuer les passagers des cabines au niveau des portées entre pylônes n° 2B et 3 (survol de la mer de Chine) et n° 6 et 7 (hauteur importante et relief contrarié).

Ces véhicules de secours ont la particularité d’être automoteur, à savoir qu’il assurent par eux-mêmes leur déplacement sur le câble grâce à l'emploi d'un chariot motorisé. L'ensemble se commande depuis une armoire présente directement sur leur châssis regroupant les fonctions de pilotage et d'alimentation.
Un treuil électrique installé sur les pylônes permet de les placer correctement sur la ligne, à savoir : chariot roulant sur le câble tracteur, et suspente côté intérieur de ligne.
La morphologie relativement allongée de cette suspente permet à la nacelle de se trouver à un niveau inférieur à celui des cabines de passagers. Avec cet ensemble de configuration, les véhicules de secours peuvent ainsi rouler sur le câble tracteur sur toute la portée qu’ils sont appelés à secourir, sans être gênés ni par la présence des cabines ni par celle de leur chariot.
Le placement inversé de la suspente permet également, côté extérieur, de laisser le champ libre pour l'évacuation au niveau des portes des véhicules de passagers, et, côté intérieur, d'assurer le bon passage au croisement de ces cabines grâce à la présence de glissières de guidage.
Enfin, sur les deux pylônes supportant ces nacelles, des passerelles et un escalier ont été aménagés, accessibles directement depuis la nacelle. Ils permettent aux voyageurs évacués de regagner la terre facilement et en toute sécurité.

Principe du sauvetage :
Image

Les 2 véhicules de sauvetage du pylône 3, stockés sur un plan perpendiculaire à la ligne:
Image

Image

Zoom sur le câble du treuil permettant la mise en place de la nacelle sur la ligne :
Image

Les véhicules de sauvetage du pylône 7, stockés sur un plan parallèle :
Image



ImageIX/ Conclusion

Un environnement difficile vaincu mais un espace naturel respecté ; une longueur hors norme de 5,7 kilomètres minimisant les points d’impacts; 8000 passagers transportés par heure avec une consommation énergétique maîtrisée : le téléphérique débrayable 2S Leitner Ngong Ping 360 représente une gageure technique mais également écologique démonstrative des possibilités extraordinaires offertes par le transport par câble.

Un voyage grandiose par dessus terre et mer, prolongé par la découverte d’un site exceptionnel : une attraction majeure de la région dont le succès ne se dément pas.
L’"expérience Ngong Ping" est aujourd'hui un passage obligé pour quiconque se rend à Hong Kong !


Image

Ainsi s'achève ce reportage :) merci de l'avoir suivi jusqu'au bout.

Remerciements :
-Aux auteurs du reportage : Laurent Berne (allias Lolo42) et Guillaume Wagner (allias Guigui67).
-Au photographe, le reporter de r-m.net, Rodo_Af sans qui ce reportage n'existerait pas.
-Merci à la MTR Corp – Ngong Ping 360 Ltd (exploitant du Ngong Ping) pour ses renseignements précieux.

N'hésitez pas à poster vos remarques et commentaires ;)



Suivre la discussion sur le forum


Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.16168 secondes. 25 requete(s).
156 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés