En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 35Bannière 8Bannière 39Bannière 41

 TSCD8-10 Grünwaldkopf

Obertauern

Doppelmayr

T2 ES
Description rapide :
Troisième Combi sièges/cabines à double contour réalisé par Doppelmayr.

Mise en service en : 2012
PDF Ce reportage possède 1 document PDF

Remplace l'appareil suivant : Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : monchu
Section écrite le 17/04/2013 et mise à jour le 17/04/2013
(Mise en cache le 24/08/2013)

Image


La station d’Obertauern a réalisé au pour l’hiver 2012/2013 deux investissements sur le massif du Seekar : un combi télésiège/télécabine et un télésiège débrayable 6 places à bulles. Œuvres de 2 exploitants différents, ces installations vont redynamiser le ski familial sur une station réputée jusqu’à présent pour son caractère sportif.

A l’entrée nord de la station, le combi du Grünwaldkopf est un ascenseur privilégié pour les skieurs à la journée. Quatrième appareil à être construit sur cette ligne de 1952, il a été mis en service à l’occasion des 60 ans de station. Une de ses cabines porte d’ailleurs une sérigraphie spéciale présentant des clichés du premier appareil du secteur.

Voilà une bonne occasion de découvrir cette nouveauté 2012 et de se remémorer les premiers appareils de cette station réputée.


Sommaire :
1. Au cœur des Tauern de Radstadt
2. Un nouvel appareil tous les 20 ans
3. Caractéristiques techniques
4. G1 « Obertauern »
5. En ligne
6. G2 « Grünwaldkopf »
7. Véhicules




1. Au cœur des Tauern de Radstadt


Un point de passage millénaire

Les Basses Tauern, une partie du massif cristallin de la chaîne centrale des Alpes, s’étendent sur une centaine de kilomètres dans l’est de l’Autriche. Elles séparent deux larges vallées : le sillon de l’Enns au nord, point de passage entre Salzbourg et la Styrie, dessert des centres touristiques réputés comme le massif du Dachstein ou la station de Schladming, tandis que le bassin de la Lungau au sud, irrigué par le cours supérieur de la Mur, est restée la province la plus isolée du pays de Salzbourg jusqu’à l’ouverture de voies autoroutières vers la Carinthie.

Image
La station d’Obertauern, en vert, est située entre les bassins de l’Enns au nord et de la Mur au sud .


La route franchissant le Col des Tauern de Radstadt, à 1 739 mètres d’altitude, fait communiquer depuis l’époque romaine ces deux bassins, assurant le débouché de la région de Salzbourg vers le sud du pays, l’Italie et la Slovénie. La large cuvette faiblement pentue et dépourvue d’arbres qui précède le col sur son versant nord constitue depuis le début du XXème siècle un endroit idéal pour la pratique des sports d’hiver. Ses champs de neige réputés, d’abord équipés d’une simple hôtellerie au col, ont été transformés à partir des années 1950 en une véritable station artificielle, ce qui constitue une exception dans un pays qui compte moins d’une dizaine de ces centres créés de toutes pièces, pour près de 300 villages traditionnels équipés pour le ski.

Image
Situation d’Obertauern dans la région skiable du pays de Salzburg.



Un domaine sur plusieurs versants

Aujourd’hui, Obertauern constitue avec Badgastein la station la plus renommée du Pays de Salzburg. Le domaine skiable s’étend sur tous les versants du col des Tauern, desservi par une trentaine de remontées mécaniques entre 1600 et 2350 mètres d’altitude. Sur le versant ouest, les flancs abrupts du Zehnerkar et du Gamsleiten desservent des secteurs engagés, tandis que les secteurs voisins du Seekareck et du Plattenkar proposent des pistes de tous niveaux, adaptés aux débutants et aux skieurs intermédiaires. Deux circuits clairement identifiés proposent d’effectuer dans des sens différents la Ronde des Tauern, un enchaînement de pistes et de remontées sur 15 km permettant de parcourir les principaux sommets et versants du domaine en une demi-journée environ.

Image
Le « G2 » ou TSF2 Gamsleiten II, présentant la plus forte pente moyenne d’Autriche à 48%, dessert le secteur le plus engagé de la station.


Dix des onze sociétés qui exploitent les 26 appareils du domaine se sont fédérées dans un bureau commun chargé de la promotion et de la commercialisation de l’offre ski. Les investissements et la maintenance restent toutefois à la charge de chaque exploitant, qui conserve son indépendance financière. Malgré ce morcellement qui affaiblit la capacité d’investissement de la station, le parc de remontées présente en 2012 une moyenne d’âge de 16 ans seulement.

Le domaine skiable n’a pas rejoint l’alliance commerciale Ski Amade scellée par une majorité de stations de moyenne montagne dans le nord du Pays de Salzbourg. Au contraire, Obertauern s’est tournée vers le bassin de la Lungau, au sud du col, en proposant des forfaits communs avec Grosseck-Speiereck et le col du Katschberg. Pourtant, c’est bien par la route du nord qu’arrive la majeure partie des skieurs à la journée, en provenance de Salzbourg, de Munich et du reste de l’Allemagne. Cette clientèle trouve dans les derniers lacets du col un point d’accès bien pratique : le télésiège/télécabine de Grünwaldkopf, doté d’un grand parking et d’infrastructures d’accueil, qui évite aux automobilistes de s’aventurer au cœur de la station et leur offre un accès rapide au cœur du domaine skiable.

Image
Le combi est situé sur le versant nord du col. C’est l’une des premières remontées qu’atteint l’automobiliste en provenance de Salzburg.


Image
Premier maillon de la chaîne menant au Seekareck, la Grünwaldkopfbahn dessert aussi d’intéressantes pistes de ski propre.





2. Un appareil tous les 20 ans


L’équipement mécanique de la station d’Obertauern débuta en 1952 par la construction du télésiège Grünwaldkopf et de plusieurs téléskis. Depuis cette date, l’appareil a fait l’objet de modernisations successives, espacées de 20 ans chacune. La dernière étape, en 2012, a vu la construction d’un télécombi 8/10 équipé d’un double contour, ce qui en fait le 3ème appareil du genre, après la Weibermahdbahn à Lech am Arlberg et la Penkenbahn à Mayrhofen. Retour sur 4 générations d’appareils…


Le télésiège monoplace de 1952

Le premier appareil de la ligne fut mis en service en 1952. Ce TSF1 était issu des ateliers de Hans Trojer à Algund, près de Meran dans le Südtirol italien. Grâce à la proximité d’un lac près de la G2, il était déjà exploité en été comme en hiver.

Image
Premier télésiège du Grünwaldkopf.


Image
Les larges poulies caractérisent les appareils de Trojer.


Image
Arrivée du télésiège au Grünwaldkopf.


Image
Le télésiège ouvre la voie au tourisme estival.



Le télésiège biplace de 1972

En 1972, le débit du TSF1 était devenu insuffisant pour absorber la clientèle, en particulier lors de la pointe du matin à l’arrivée des automobilistes pour le ski à la journée. L’appareil fut remplacé sur un tracé identique par un TSF2 Doppelmayr, dont un cliché est disponible sur Alpinforum, à cette adresse (8ème cliché).


Le télésiège débrayable quadriplace de 1992

Vingt ans plus tard, le télésiège à pinces fixes fut remplacé par un TSD4B offrant un débit accru et un temps de trajet moindre. Le tracé ne fut pas modifié. L’appareil fut livré par Girak qui mit en œuvre ses pinces à genouillère type A. Le reportage de cette installation est disponible à cette adresse.

Image
TSD4B en exploitation estivale.



Le nouvel appareil de 2012

L’exploitation de l’ancien appareil a pris fin le 1er mai 2012. Après un démontage soigneux, l’installation a été remontée dans une station suédoise. Le remplacement par un combi télésiège/télécabine doit permettre d’augmenter le débit et d’offrir plus de confort à la clientèle, notamment en été. Il était en effet difficile pour les VTTistes d’embarquer sur ce télésiège à bulles avec leur équipement. Les cabines 10 places qui sont mises en service l’été permettent de charger plus facilement les vélos ou le matériel des randonneurs.

En hiver, l’appareil se voit adjoindre des sièges à bulles, à raison de 3 sièges pour une cabine. Ainsi les skieurs peuvent profiter du nouvel équipement sans déchausser, ce qui favorise les rotations et le ski propre.




3. Caractéristiques techniques



  • Constructeur : Doppelmayr
  • Année de construction : 2012
  • Saison d'exploitation : été/hiver
  • Capacité : 8 + 10 personnes
  • Altitude Aval : 1 665 m
  • Altitude Amont : 1 970 m
  • Dénivelée : 305 m
  • Longueur développée : 992 m
  • Débit maximum : 3 502 personnes/heure
  • Vitesse d'exploitation : 5 m/s
  • Emplacement motrice : amont
  • Emplacement tension : amont
  • Temps de trajet minimum : 3 min 24 s
  • Nombre de véhicules : 17 + 39




4. Station inférieure "Obertauern" (G1)


Situation

La gare intermédiaire est implantée au bord de la route fédérale des Tauern qui fait communiquer les régions du Pongau d’une part et du Lungau d’autre part. Même si le trafic a nettement reculé depuis la mise en service du tunnel routier des Tauern, la route du col reste encore très empruntée. Grâce à son emplacement favorable à l’entrée de la station, et au grand parking aménagé à proximité, le combi du Grünwaldkopf est un ascenseur apprécié des clients à la journée.

Image
Avec le grand parking aménagé à côté de la G1, le combi est le principal point d’entrée pour les skieurs à la journée provenant de Salzbourg ou de Bavière.


Image
A l’arrière, la G1 s’intègre dans la pente naturelle.



Equipements

La station aval se présente sous la forme d’une gare UNI-G Vision rallongée, disposant d’un double contour d’embarquement destiné à séparer les flux et les zones d’embarquement des skieurs et des piétons. Les cabines, qui représentent un véhicule sur quatre, empruntent le contour extérieur, où elles progressent à vitesse fortement réduite pour permettre l’embarquement des piétons et des skieurs ayant déchaussé. Les sièges empruntent quant à eux le contour intérieur, dans lequel l’embarquement se fait skis aux pieds, à 90°.

Image
La gare UNI-G Vision est partiellement masquée par les marquises du bâtiment de départ. Le sous-sol abrite des ateliers.


Image
Schéma de principe de l’embarquement sur le Kombi Grünwaldkopf.



Contour intérieur (sièges)

Les skieurs avec leur équipement aux pieds embarquent sur les sièges de manière tangentielle, au milieu du contour intérieur. Tous les 3 sièges, les portillons restent fermés plus longtemps pour laisser passer une cabine destinée au contour extérieur.

Image
La séparation des flux commence dès les bornes de contrôles, qui sont distincts selon les files. Ici, les portiques Skidata avant l’embarquement skis aux pieds sur les sièges.


Image
Portiques avant l’embarquement dans le contour intérieur. La zone d’aiguillage, matérialisée par le liseré rouge, oriente les cabines vers le contour extérieur et les sièges vers le contour intérieur.


Image
Les portillons restent fermés au passage d’une cabine.


Image
Le tapis de positionnement guide les skieurs jusqu’à la zone d’embarquement située en milieu de contour intérieur.


Image
L’embarquement est facilité par les assises aux couleurs alternées et aux ergots en plastique qui dissuadent de s’installer entre deux places.


Image
Bien que les garde-corps soient équipés de repose-skis individuels, ils ne s’abaissent pas automatiquement. La came visible ici sert à fermer la bulle, mais elle s’escamote lorsque la présence de clients est détectée à l’embarquement : ici le skieur de gauche rabat la bulle manuellement.



Contour extérieur (cabines)

L’ensemble du contour extérieur sert de zone de débarquement des piétons à la descente, puis d’embarquement des clients à la montée.

Image
Seules trois bornes suffisent à assurer le contrôle des titres des piétons et des skieurs ayant déchaussé.


Image
L’ouverture des portes est effectuée juste avant le début du contour.


Image
Devant le local opérateur, une courte zone de débarquement précède la zone où skieurs et piétons embarquent dans les cabines.


Image
La courte zone de débarquement se termine dès la fin du contour.


Image
Cabine suivant un siège dans le lanceur.


Image
Vue latérale du lanceur.




5. En ligne


Généralités

La ligne monte de manière irrégulière vers le Grünwaldkopf, d’abord de manière soutenue, puis en pente modérée, avant de reprendre l’ascension finale selon une forte pente en dévers.

Conformément aux recommandations des autorités environnementales, les pylônes revêtent une livrée vert foncé destinée à favoriser leur intégration dans le paysage. A l’exception du pylône compression de sortie de gare aval, la ligne est équipée du système RPD qui apporte à l’exploitant des informations supplémentaires sur la position du câble dans les galets.

Image
Vue d’ensemble de la ligne.


Détail de l’équipement des pylônes :
P1A : 12C/12C
P1B : 12C/12C
P2 : 10S/10S
P3 : 8S/8S
P4 : 10S/10S
P5 : 8S/8S
P6 : 12C/12C
P7 : 12C/12C
P8 : 6S/6S
P9 : 6S/6S
P10 : 8S/8S
P11A : 12S/12S
P11B : 12S/12S



Sur la ligne

Image
Le pylône compression en sortie de gare aval permet à la ligne de gagner une hauteur suffisante pour franchir la route du col. Le filet de protection tendu au-dessus de la chaussée est destiné à prévenir toute chute d’objet depuis les sièges. A droite, le pont permet aux skieurs de franchir la route et de gagner la G1.


Image
P3.


Image
Survol de la piste de la Ronde des Tauern juste avant le P4.


Image
P4.


Image
La ligne est presque remise à l’horizontale au P5.


Image
Survol des premières pentes du col versant Radstadt, à gauche.


Image
P6 équipé de capteurs inductifs RPD maintenus à distance constante du câble par des galets support de faible diamètre.


Image
Rupture de pente marquée après le second pylône compression (P7).


Image
Parcours en fort dévers.


Image
P8.


Image
Survol de la piste rouge au P9.


Image
Fortes pentes au P10.


Image
L’arrivée est en vue aux P11A et P11B.


Image
Le pylône double P11 redresse la ligne juste avant l’arrivée.



Vues diverses

Par l’arrière des cabines, se révèle progressivement le massif du Zehnerkar sur le versant opposé, tandis que de nombreuses pistes serpentant sous l’appareil offrent de belles vues sur cette nouvelle installation.

Image
Aire de départ, parking, route du col, et filet de protection (en enfilade).


Image
La vue se dégage sur la piste rouge et le col.


Image
Vue depuis les pistes.





6. G2 "Grünwaldkopf"


Situation

La G2 est implantée sur la Tête de Grünwald, un petit éperon rocheux bordant le lac du même nom. Le plateau qui s’ouvre à l’arrière de la G2 contraste avec la sévérité de la pente le long de la montée. En été, le secteur est un point de départ très apprécié pour des randonnées dans le massif desTauern.

La gare amont est motrice tension, et dotée du système Doppelmayr Sector Drive combinant un moteur à aimants permanents à rotation lente, montée verticalement sur un petit réducteur, dans l’axe de la poulie motrice. Pour de plus amples informations, se reporter au reportage sur le TSD8BCA Schwarzeck de Lofer, visible à cette adresse.

Image
La G2 est implantée sur un petit plateau.


Image
La gare UNI G Vision est complétée à l’arrière par un garage et un local de service comprenant notamment des toilettes pour la clientèle.


Image
Un garage automatisé vient compléter la gare côté est.


Image
Schéma de principe du débarquement sur le Kombi Grünwaldkopf.



Contour intérieur (sièges)

Comme en G1, la station supérieure est équipée d’un double contour. Le débarquement des skieurs d’effectue dans l’axe de la ligne, juste avant que le siège ne fasse demi-tour dans le contour intérieur.

Image
Le débarquement des clients sur sièges se fait face à la ligne, devant le local opérateur, juste avant que le siège ne s’engage dans le contour intérieur. A l’arrière-plan, le rail unique donnant accès au garage.


Image
Zone de débarquement, siège s’engageant sur le contour intérieur, et contour extérieur au premier plan, réservé aux cabines.


Image
La fermeture des bulles peut être effectuée au milieu du contour ou en début de lanceur, selon la météo.



Contour extérieur (cabines)

Le contour extérieur est emprunté par les cabines, qui s’y déplacent à vitesse plus faible que les sièges dans l’autre contour. La zone de débarquement et d’embarquement des piétons est en effet restreinte à la moitié du contour. La vitesse des cabines permet ainsi aux clients de sortir ou d’entrer sereinement.

Image
Le contour extérieur est réservé au débarquement des cabines. Seule la moitié du contour côté descente est équipée de quais.


Image
La courte zone de débarquement, derrière la chaîne, précède la zone d’embarquement pour la descente.



Lanceur

Après le second aiguillage, cabines et sièges parcourent le lanceur commun.

Image
Siège dans le lanceur, à la hauteur de la seconde came de fermeture des bulles, la première étant située dans le contour.


Image
Siège et cabine dans le lanceur.


Image
Vue latérale de la gare UNI-G.





7. Sièges


La ligne est équipée de 39 sièges à 8 places, dont les assises non chauffantes alternent les couleurs vert et gris. Les bulles sont de couleur grise traditionnelle. En complément, 17 cabines CWA à 10 places assises, de livrée verte, sont mises en service à raison d’une cabine pour 3 sièges. L’ensemble assure à 5 m/s un débit maximal de près de 3 500 personnes/heure.

En été, seules les cabines sont mises en service, en raison de la demande moindre et de la nécessité d’embarquer des VTT.

Tous les véhicules sont équipés de pinces à ressort A108.

Image
Siège 8E98/B bulle baissée.


Image
Siège et pince A108.


Image
Cabine standard.


Image
Cabine revêtue d’une sérigraphie spéciale aux couleurs du tourisme d’été.


Image
Une cabine anniversaire de couleur noire présente les débuts du ski à Obertauern en 1952, soit 50 ans avant la construction de cet appareil.


Image
Les sièges sont revêtus de matière synthétique gris clair.





Un beau cadeau d’anniversaire…


Avec la régularité d’une horloge, l’exploitant de la ligne de Grünwaldkopf a remplacé ses installations tous les 20 ans exactement. La quatrième génération d’appareils qui vient d’entrer en service cet hiver marque dignement le soixantième anniversaire de la station. Une cabine mémorial arbore d’ailleurs une sérigraphie reprenant des photos du premier télésiège de 1952. Un bel hommage rendu à ses ancêtres et aux soixante années d’équipement sur cette ligne….



Image







Photos

Les photos de ce nouvel appareil ont été prises par Autriche.


Informations pratiques

Exploitant :
Tauernlift GmbH
5570 Mauterndorf
p. A. Römerstrasse 13
A-5562 Obertauern

Sites Internet :
Exploitant du Grünwaldkopf avec page consacrée à l’appareil :http://www.gamsleiten2.at/gruenwaldkopf.htm,
Société des Exploitants : http://www.ski-obertauern.at,
Station : http://www.obertauern.com

Accès :
Par la route : A 100 km de Salzburg et 220 km de Munich par l’Autoroute des Tauern (A10) puis la route fédérale des Basses Tauern (B99).
Par le rail : Gare de Radstadt à 10 km
Par les airs : Aéroports d’e Salzburg à 100 kilomètres, de Munich à 250 km.

Ouverture :
Saison d’hiver : de mi-novembre à début mai selon enneigement.

Tarification :
Forfait journée adulte hiver : 40 euros en haute saison, 31 euros en basse saison (2013)
Gratuité accordée aux enfants de moins de 10 ans accompagnés d’un parent.


Remerciements

Remerciements chaleureux au personnel.


Fil de discussion

Accès au fil de discussion consacré à l’appareil sur le forum.



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.09606 secondes. 39 requete(s).
117 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés