En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 25Bannière 33Bannière 10Bannière 27

 TSD4 de Combelouvière

Valmorel (Le Grand Domaine)

Montaz Mautino

T3 ES
Description rapide :
Télésiège à Transit Rapide Gimar converti en débrayable en 1987 à la suite d'un problème de béton en gare amont.

Mise en service en : 1987

Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Partie 1
Auteur de ce reportage : Geofrider
Section écrite le 26/04/2011 et mise à jour le 12/05/2011
(Mise en cache le 04/11/2013)

Image


Doucy-Combelouvière est une petite station de ski située à 1250 mètres d'altitude. Cette dernière est reliée au domaine skiable de Valmorel. Elle fait donc partie intégrante du domaine relié Le Grand Domaine. Cet espace de ski à cheval sur la Tarentaise et La Maurienne offre au total 153 kilomètres de pistes desservies par une quarantaine de remontées mécaniques. Le télésiège de Combelouvière est le tout premier télésiège débrayable qui a été mis en service sur le domaine de Valmorel.


Combelouvière – Valmorel : le destin croisé

Doucy est une commune rattachée à la commune de La Léchère. Elle comporte plusieurs hameaux dont celui de Combelouvière. Malgré sa petite taille, ce dernier se trouve propice à l'aménagement des pentes avoisinantes. Combelouvière va devenir la station de ski de la commune de Doucy au début des années 1970. Quatre téléskis sont construits permettant d'obtenir un petit domaine skiable avec une dénivellation maximale d'environ 320 mètres. Trois d'entre eux sont chainés et permettent d'atteindre l'altitude de 1520 mètres. A cause de la faible altitude de la station, ces téléskis sont victimes par moments d'un enneigement aléatoire perturbant plus ou moins leur exploitation. Une situation qui aurait pu donner un avenir bien sombre à la station de Doucy-Combelouvière. Heureusement pour cette commune, une nouvelle station fraichement crée donne de nouvelles perspectives d'avenir.

Vue sur les deux téléskis du front de neige de la station. C'est le téléski de gauche qui était le premier maillon de la chaine de trois téléskis
Image

Vue sur la gare Montaz Mautino de ce téléski
Image

Vue sur la piste de montée
Image

La commune des Avanchers se situe non loin de celle de Doucy. Cette dernière crée son tout premier remonte pente en 1947. Ce dernier lui aussi victime de quelques hivers sans neige fermera ses portes en 1952. Toutefois la bonne volonté de nombreuses personnes fera renaitre le ski aux Avanchers. Fin 1962, s'ouvre un nouveau téléski : le téléski des Rochers. Un deuxième téléski est crée en 1968 et un troisième est ouvert en 1973. Toutefois une grande page aux Avanchers va se tourner. La commune lance un projet bien plus ambitieux que les trois remontées mécaniques présentes. Répondant au nom de Valmorel, la commune lance sa station qui va ouvrir ses portes à la fin de l'année 1976. Doucy va être associée au projet puisque durant l'été 1976 deux téléskis seront réalisés sur les pentes situées au dessus de Combelouvière. Au plus proche du sommet atteint par la chaine de trois téléskis est réalisé le premier téléski des Charmettes. Ce dernier est chainé avec deux autres appareils : le téléski à enrouleurs du Montolivet et le téléski de la Montagne de Tête (ou Guillots) qui permettent de relier Doucy-Combelouvière au domaine de Valmorel.


Valmorel, Gimar et le TTR

Valmorel connaît un démarrage réussi et la station lance rapidement l'expansion de son domaine skiable. Au début des années 1980 le domaine commence à bien être équipé et la station a encore des projets d'extension. Entre autre, il lui est facile de se relier avec la station voisine située de l'autre coté du Col de la Madeleine : Saint François Longchamp. Afin de se relier avec cette dernière, Valmorel va faire appel aux services de la société Gimar. Cette société, va signer ici sa deuxième réalisation sur le domaine skiable en créant le télésiège de la Madeleine trois ans après le télésiège du Bois de la Croix. Tout comme le Bois de la Croix, le télésiège de la Madeleine va bénéficier d'un produit spécifiquement développé par Gimar, le Varcompact.

Le produit Varcompact repose sur une transmission hydrostatique censée assurée une grande fiabilité pendant de nombreuses heures d'exploitation. Une solution développée par Gimar aussi bien pour son produit "télébande", que pour les téléphériques industriels et les remontées mécaniques destinées au tourisme. Sur les remontées mécaniques, ce système se traduit par une gare motrice qui assure l'entrainement du câble et la tension du câble. La gare retour est réduite à sa plus simple expression puisqu'il s'agit d'un retour fixe. De par la technique employée, la gare motrice est compacte et repose sur un unique massif en béton. Par rapport aux solutions classiques reposant sur le moteur électrique, cette solution permet d'avoir des remontées discrètes en réduisant au maximum la taille de la gare ainsi que la pollution sonore engendrée. Mais si Bois de la Croix est un télésiège classique avec une motorisation particulière, pour l'installation de la Madeleine, Gimar va innover à partir de sons système Varcompact pour proposer un tout nouveau concept : le Télésiège à Transit Rapide ou TTR.

Publicité pour le TTR de la Madeleine
Image

Le TTR est un télésiège spécial composé de trains de sièges fonctionnant comme un télépulsé. Ceci veut dire que quand un train est aux extrémités de l'installation la vitesse est réduite afin de faciliter l'embarquement et le débarquement. Dès que les trains quittent les gares, l'installation accélère pour atteindre une vitesse comprise entre quatre et cinq mètres par seconde. Le TTR présente également un aménagement spécifique. Deux files d'attente en gare aval sont délimitées permettant d'embarquer six personnes en même temps sur les sièges triplace équipant l'appareil quand un train est présent au niveau de cette gare. Le but avec ces deux files est de tendre au maximum le débit réel vers le débit théorique de l'appareil. Ce débit selon Gimar, peut atteindre 1500 personnes par heure à 5 mètres par seconde en vitesse de pointe le tout conjugué avec un embarquement à la vitesse de 1.90 mètres par seconde. Sans avoir recours à l'onéreuse technologie du télésiège débrayable, le TTR présentait donc l'avantage de transporter rapidement les clients sur de longues distances avec une solution s'approchant au plus d'un télésiège conventionnel. L'avantage présenté était également de transporter sur de longues distances moins de personnes qu'un télésiège débrayable classique permettant par la même occasion de satisfaire aux contraintes de durée d'évacuations imposées par les services de l'Etat.

Gare aval du TTR de la Madeleine
Image


Combelouviere : du TTR au télésiège débrayable

Afin de remédier aux problèmes d'enneigement sur les tracés des téléskis permettant de rejoindre les Charmettes depuis Combelouvière, la société des remontées mécaniques de Valmorel envisage rapidement de réaliser un téléporté au départ de cette station. Cependant, même avec un téléporté la distance à parcourir pour gagner le sommet de la chaine de trois téléskis reste importante. Après un lancement réussi du télésiège de la Madeleine, c'est donc tout naturellement que la société en charge de l'aménagement du domaine de Valmorel choisit de nouveau la solution TTR de Gimar. En plus de cela, la gare compacte de Gimar est la bienvenue car le font de neige de Combelouvière n'offre que peu de place. A la fin de l'année 1985 est mis en service le second TTR du domaine de Valmorel. Long de plus de deux kilomètres ce télésiège remplace avantageusement les anciens téléskis en permettant un accès aisé et plus rapide au téléski des Charmettes même si la neige est peu abondante.

Vue sur la gare aval du TTR au cœur de la station de Combelouvière
Image

Le TTR de Combelouvière est équipé d'une gare intermédiaire peu avant la montée finale de l'appareil. Cette dernière permet entre autre de ne pas avoir à monter jusqu'au sommet pour emprunter la piste de Chantemerle qui redescend à Combelouvière. Si la neige vient à faire défaut sur la partie basse de cette dernière, elle permet de descendre en téléporté sur la station sans avoir a regagner le point culminant de l'installation via le premier téléski des Echappeaux.

Publicité avec la gare intermédiaire
Image

Ce TTR est également conçu de façon évolutive tout comme la plupart des téléportés installés sur le domaine de Valmorel. Sa ligne est dimensionnée de façon à être exploitée en télésiège débrayable à la vitesse de six mètres par secondes lors d'une éventuelle phase 2. Malheureusement cette phase 2 va survenir plus vite que prévue par Gimar et l'exploitant de Valmorel. Au cours de la deuxième saison d'exploitation du TTR de Combelouvière, à cause des écarts de température entre la nuit et le jour, le béton de la gare amont cède rendant le télésiège hors d'usage. Gimar n'ayant pas encore développé de solution alternative à son TTR se trouve donc dans l'incapacité de répondre rapidement au besoin de l'exploitant. De plus le TTR de la Madeleine va vite connaître des soucis techniques qui empêcheront entre autre l'exploitation à la vitesse maximale prévue. A l'heure où la technologie des téléportés débrayable connait un fort développement, ce sera finalement vers Montaz Mautino que va se tourner Valmorel afin de passer à la phase 2 en transformant ce télésiège pulsé en télésiège débrayable quadriplace.


Combelouviere en télésiège débrayable

L'installation du premier télésiège débrayable du domaine va se faire rapidement. En effet l'exploitant va conserver la ligne de l'ancien TTR qui est neuve et qui par chance s'adapte parfaitement à la largeur de voie du matériel Montaz Mautino. Toutefois une petite modification est effectuée puisque le passage en débrayable empêche d'exploiter la gare intermédiaire de l'ancien TTR. Cette dernière est donc démantelée lors des travaux de construction des gares. En décembre 1987, les clients partant de Combelouvière ont donc droit à un nouvel appareil leur permettant d'accéder au domaine d'altitude. Fondamentalement le rôle de cet appareil ne change rien par rapport à l'ancien TTR. Le but de ce téléporté est d'assurer l'accès au domaine skiable pour les clients partant de Combelouvière et de permettre le retour depuis cette station pour ceux arrivant de Valmorel. Malgré tout le télésiège offre un plus fort débit que l'ancien TTR et un temps de montée plus rapide car la montée se fait tout au long du parcours à cinq mètres par secondes.

De son sommet, le télésiège de Combelouvière permet de rejoindre les téléskis des Charmettes, appareils permettant d'entamer la remontée vers le domaine de Valmorel. Ce télésiège débrayable est vital pour Combelouvière puisque sans cette remontée, la liaison à ski ne peut se faire. En effet aucune autre installation ne permet de s'extirper à skis de la station. On comprend donc facilement que l'exploitant se devait de vite trouver une solution pour reprendre l'exploitation le plus tôt possible suite au grave problème du TTR. Outre son rôle d'ascenseur pour rejoindre le domaine de Valmorel, le télésiège sert également pour les débutants. En effet le départ des pistes au niveau de la station n'offre que très peu de place. La gare du télésiège tient d'ailleurs tout juste à l'endroit où elle est positionnée. La zone débutante ainsi que le départ des cours ESF a donc été transférée au sommet du télésiège. La piste Ecole qui mène au téléski des Charmettes sert donc également de piste d'apprentissage pour la clientèle débutante.

Cette clientèle débutante peut rejoindre la station soit en empruntant la piste verte de Chantemerle soit en redescendant en télésiège. En effet le long de la piste Ecole se situe le téléski de l'Echappeaux qui trouve son sommet juste à coté de celui du télésiège. Cette exploitation à la descente permet également de maintenir ouverte la station de Doucy même si la neige vient à faire défaut sur le bas du village. Avec une altitude basse de 1250 mètres, cette dernière est la bienvenue pour la station notamment en fin de saison. Cette exploitation dans les deux sens permet également de faire monter des piétons en altitude. Les parents pourront notamment voir évoluer leurs bambins sur la piste Ecole. Les promeneurs trouveront quand à eux ici, un bon moyen de gagner rapidement de l'altitude. A noter que durant la saison d'été ce télésiège est également ouvert aux piétons et aux vététistes.

Situation sur le plan des pistes
Image

Les Caractéristiques techniques de l’installation

Caractéristiques Administratives

TSD-Télésiège à attache débrayable : COMBELOUVIERE
Constructeur : MONTAZ MAUTINO
Exploitant : DSV
Maître d’Œuvre : DCSA
Maître d’Ouvrage : BASSIN AIGUEBLANCHE
Année de construction : 1987

Caractéristiques d’Exploitation

Saison d'exploitation : Hiver
Capacité : 4 personne(s)
Débit à la montée : 2200 personnes/heure (100%)
Débit à la descente : 2200 personnes/heure (100%)
Temps de Trajet : 7min01
Vitesse d'exploitation : 5 m/s
Tapis de Positionnement : Non

Caractéristiques Géométriques

Altitude Aval : 1256 m
Altitude Amont : 1518 m
Dénivelée : 262 m
Longueur développée : 2108 m
Pente Maxi : 43 %
Pente Moyenne : 13 %


Caractéristiques Techniques

Tension : Amont
Type de tension : Hydraulique
Motrice : Aval
Type de motorisation : Courant Continu
Puissance Développée : 388 kW
Sens de montée : Droite
Embarquement : Axe de la ligne
Nb Pylônes : 25
Espacement : 30 m
Nb Sièges : 130
Dispositif d’accouplement : Pince débrayable Montaz Mautino

Caractéristiques du Câble

Diamètre du câble : 40 mm
Type de Câble : Lang à droite
Fabricant du Câble : Redaelli


Ligne et Infrastructures du télésiège de Combelouvière

C'est donc Montaz Mautino qui a fourni toute la mécanique de l'appareil débrayable. On y trouve ici une configuration relativement peu employée sur les télésièges débrayable. La tension est en amont et la motrice en aval. Cette configuration est due à la configuration d'origine du TTR. La salle des machines de ce dernier se trouvait en sous-sol sous la gare aval. Montaz Mautino a donc réutilisé cet espace pour y mettre en place la mécanique du télésiège débrayable. Avec ses 130 véhicules, il offre un débit dans chaque sens de 2200 personnes par heure à la vitesse de cinq mètres par seconde.


  • La gare aval

La gare aval se trouve en plein cœur de la station de Combelouvière. Non loin de cette gare se trouve quelques uns des principaux services de la station avec l'ESF, les caisses pour les forfaits et l'office de tourisme. Il n y'a vraiment peu de place pour la gare aval qui est littéralement encastrée entre un chemin d'accès et le bas de la piste de Chantemerle. C'est donc ici que nous allons trouver le poste de conduite principal de l'appareil vu que c'est la gare motrice. Les différents éléments assurant la mise en mouvement de l'appareil se trouvent dans la salle des machines semi-enterrée.

Vues sur la gare aval
Image

Image

Image

Image

Image

L’embarquement
Image


  • La Ligne

La ligne ne présente pas de difficultés particulières. Cette dernière prend rapidement de l'inclinaison pour gravir les premières pentes au plus proche de la gare amont. Rapidement l'inclinaison du tracé diminue et laisse place à une longue partie faiblement montante. L'inclinaison diminue encore d'un cran après le passage sur P17. La ligne va survoler l'ancienne zone de la gare intermédiaire avant d'atteindre le P20. Ce dernier, donne l'impulsion pour gravir la partie finale et atteindre le sommet de l'installation.

Sur le trajet se trouvent 25 pylônes répartis comme suivant : 3 compressions et 22 supports
Dans l’ordre de la montée cela donne :

P1 : 8C/8C
P2 : 8C/8C
P3 : 8S/8S
P4 : 8S/8S
P5 : 8S/6S
P6 : 8S/8S
P7 : 8S/6S
P8 : 8S/6S
P9 : 8S/6S
P10 : 8S/6S
P11 : 8S/6S
P12 : 8S/8S
P13 : 8S/6S
P14 : 8S/6S
P15 : 8S/8S
P16 : 8S/8S
P17 : 8S/8S
P18 : 8S/8S
P19 : 8S/6S
P20 : 8C/8C
P21 : 8S/6S
P22 : 8S/8S
P23 : 8S/8S
P24 : 8S/8S
P25 : 8S/8S

La ligne depuis le bas
Image

En avant sur la ligne
Image

Passage au dessus des premières pentes
Image

On entre dans un petit layon
Image

Les premiers logements du lieu-dit de Chantemerle
Image

On longe ce lieu-dit quelques instants
Image

Les derniers logements de ce dernier
Image

On poursuit notre parcours
Image

Image

Le Cheval Noir sur la gauche
Image

Au niveau de P12
Image

On passe de nouveau à travers la végétation
Image

Image

On arrive au niveau de P15
Image

Image

P17 à la sortie de ce passage boisé
Image

La piste Chantemerle sur la droite
Image

Au pied de P19, se trouvent les vestiges de l'ancienne gare intermédiaire
Image

On arrive au P20 qui imprime la montée finale
Image

P22
Image

Une longue portée
Image

Les derniers mètres avant l'arrivée. La gare amont du TKE de l'Echappeaux visible sur la gauche
Image

Zoom sur la tête du P25
Image

Arrivée en gare amont
Image


  • La gare amont

La gare amont est située à 1518 mètres d'altitude non loin du sommet du téléski de l'Echappeaux. C'est ici qu'est effectuée la tension du câble grâce à un autovérin hydraulique. Une voie de stockage équipée au bout d'une zone de maintenance couverte a été aménagée il y'a quelques années au niveau de cette gare.

Vues sur la gare amont
Image

Image

Image

Image

Image

La zone de maintenance couverte à l'arrière de la gare
Image


Fonctionnement du Télésiège

Le trainage des sièges se fait dans les contours par une chaine. Dans les rampes d'accélération et de décélération, les véhicules sont mis en mouvement par des pneus. Le cadencement est effectué en aval par un cadenceur Tout ou Rien.

Chaine de trainage des sièges en gare aval
Image

L'entrainement est tout à fait classique. Un moteur électrique met en mouvement un arbre rapide qui entre dans un réducteur. Sur cet arbre est monté un volant d'inertie qui fait office de piste de freinage pour le frein de sécurité 1. Du réducteur par un arbre dit lent qui met en mouvement la poulie motrice.

Moteur Courant Continu BBC développant 388 kW
Image

Volant d'inertie faisant office de piste de freinage pour le frein de sécurité 1
Image

Réducteur
Image

La poulie motrice
Image

Frein de sécurité 2
Image

La marche de secours est effectuée par un moteur thermique qui met en puissance une pompe hydraulique. Cette dernière va mettre sous pression un circuit hydraulique afin de mettre en mouvement un moteur hydraulique préalablement accouplé au réducteur via une seconde entrée sur ce dernier.

Moteur thermique de secours
Image

Pompe hydraulique
Image

Moteur hydraulique venant s'accoupler au réducteur
Image


Véhicules et pinces

Pince débrayable Montaz
Image

Passage de la pince sur un balancier support
Image

Siège 4 Places Montaz Mautino de seconde génération. Ils sont équipés de portes-skis, la descente n'étant pas autorisée skis aux pieds
Image


Diverses photos

La ligne depuis le haut de l'installation
Image

Vers l'amont depuis la piste Chantemerle
Image

Ligne vers l'aval depuis cette même piste
Image

Ligne avec l'ancienne zone de la gare intermédiaire au niveau du premier pylône visible en partant de la gauche
Image

Ligne au niveau de P18
Image


Au tournant d'une époque

Le télésiège à transit rapide à la base se voulait être un concept innovant en apportant une grande fiabilité avec sa transmission hydrostatique tout en étant économique pour les exploitants. Malheureusement les problèmes à répétitions du premier exemplaire et le souci de béton sur le second auront eu raison de ce concept novateur. Au final seulement 2 TTR auront été construits et exploités. Le développement de la technologie débrayable et les avantages procurés par cette dernière finiront par apporter le coup de grâce au concept inventé par les fondateurs de Gimar. Le TTR de Combelouvière a eu tout de même le mérite de remplacer avantageusement les anciens téléskis rapprochant la station de Doucy du domaine de Valmorel en apportant vitesse et débit tout en assurant une ouverture élargie de la station. La transformation en télésiège débrayable ne viendra d'ailleurs qu'améliorer l'existant en apportant plus de débit et plus de rapidité. Une solution technique qui finalement fait preuve elle aussi de fiabilité puisqu'aujourd'hui le premier télésiège débrayable du domaine de Valmorel remplit encore parfaitement son rôle. Même s'il commence à se faire vieux, aucun projet sérieux de remplacement n'est à l'ordre du jour. On devrait donc le voir encore longtemps, monter et descendre les clients de la petite station de Combelouvière.

Image


Ainsi se termine ce reportage.
A Bientôt

Remerciements à chin@ill pour les anciennes publicités affichées dans ce reportage

Partie 2
Auteur de ce reportage : flake
Section écrite le 11/09/2005 et mise à jour le 10/05/2011
(Mise en cache le 04/11/2013)

Je vous propose un autre reportage, cette fois-ci sur le TSD 4 Combelouvière à Doucy- Combelouvière. Ce TSD :Doppelmayr: ,construit en 1985, constitue le premier maillon d'une chaîne de remontées qui donne accès au domaine skiable de valmorel

Situation:

Image

Les caractéristiques:

Constructeur: Montaz Mautino
Altitude en gare aval: 1256 m
Altitude en gare amont: 1516 m
Dénivelée: 260 m
Longueur suivant la pente: 2108 m
Débit: 2200 p/h
Vitesse maxi d'exploitation: 5 m/s
Année de mise en service: 1985
Capacité des véhicules: 4 personnes

Les photos:

La gare aval:

Image

Image

Image

Image

Image
Le moteur se trouve dans un garage sous la gare aval.

Image

La ligne:

Image

Image

La gare amont:

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image


Et un siège :)

Image



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.09733 secondes. 35 requete(s).
120 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés