En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 27Bannière 11Bannière 33Bannière 1

 TSD4 du Gran Jeu

Aussois

Poma

T3 HS
Mise en service en : 1989
Fin de service en : 2015

Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : alspace
Section écrite le 24/11/2015 et mise à jour le 04/12/2015
(Mise en cache le 04/12/2015)

Image



Au sommaire de ce reportage :

  1. Aussois
  2. Historique : le télésiège fixe du Gran Jeu
  3. Gran Jeu, l'axe central du domaine
  4. Ligne et infrastructures du télésiège du Gran Jeu
  5. Gran Jeu, un axe qui devait être modernisé pour une desserte plus efficace du domaine


Aussois

Aussois est une station village située à 1500 mètres d’altitude sur un plateau exposé au sud. Elle propose un domaine skiable de taille moyenne composé de 10 remontées mécaniques, dont deux télésièges débrayables, trois télésièges fixes ainsi que quatre téléskis desservant un total de 55 kilomètres de pistes entre 1500 et 2700 mètres d'altitude.

Image
^^ Découvrez une présentation plus détaillée de la station en cliquant sur le logo ^^


Historique : le télésiège fixe du Gran Jeu

Le ski en Haute Maurienne commença à se développer en 1950 au village de Lanslebourg avec la construction d'un très long téléski de 1650 mètres dans la forêt de l’Arc dominant ce village. Ce fut en 1953 que la première remontée mécanique naquit à Aussois. Il s’agissait d'un petit téléski pouvant remonter jusqu'à 4 skieurs à la fois, et qui était situé aux envers sous la face nord du fort Marie Christine.
En 1959, la première remontée mécanique moderne fut construite par Marcel Arnaud pour le compte de Louis Couvert : le téléski de la Dotta. Cette installation était située en plein cœur du village, en contrebas de l’église et desservait une courte piste dédiée aux débutants.
Au début des années 1960, Poma installa le téléski de la Pyramide sur le front de neige actuel de la station. Il desservait un champ de neige d'une centaine de mètres de dénivelé.

Image
Queue importante à la gare aval du téléski de la Pyramide (D.R).

Image
Vue sur une très grande partie de la ligne depuis la gare aval (D.R).

Image
Vue arrière du pylône 1 du téléski de la Pyramide (D.R).


En 1969, la régie des remontées mécaniques d’Aussois vit le jour. La même année, le télésiège fixe des Côtes fut construit par Weber sur un tracé totalement nouveau dans l'optique de créer un domaine skiable en altitude. Il proposait dès lors de véritables pistes en forêt, sur plus de 400 mètres de dénivelé.

Image
Le pylône 1 du télésiège des Côtes et la suite de la ligne derrière. En arrière-plan, on devine la ligne du téléski de la Pyramide (D.R).

Image
Le télésiège des Côtes au sortir du front de neige (D.R).

Image
Vue sur l'arrière du pylône 4 (D.R).


L’année suivante, le télésiège des Sétives fut construit en continuité du téléporté des Côtes et permit d'élever les skieurs en haut du plateau du Jeu. Il ouvrit alors un nouvel espace de ski sur de larges pentes herbeuses depuis l'altitude de 2250 mètres.

Image
Multi vue présentant le départ et l'arrivée du télésiège des Sétives (les deux images en haut), ainsi que le télésiège des Côtes (les deux images en bas).
Notons la présence sur la photo en bas à gauche du téléski de la Charrière construit dans les années 1970 (D.R).

Image
Vue sur le départ du télésiège des Sétives ainsi que sur le restaurant du même nom en arrière-plan (D.R).


En 1971, le téléski du Plan Sec fut construit afin d'étendre le domaine skiable jusqu'à 2664 mètres d'altitude depuis l'arrivée du télésiège des Sétives. Cet appareil étant rapidement saturé depuis la construction du télésiège de la Fournache en 1979, la régie des remontées mécaniques d'Aussois améliora l'accès au domaine d'altitude en 1981 en construisant le téléski débrayable de Bellecôte. Le départ de ce dernier était situé sur le plateau du Jeu (à proximité de la gare aval actuelle du télésiège de l'Armoise) et grimpait au terme d'un tracé de plus de 2 kilomètres au sommet de la station à proximité de l'arrivée du télésiège de la Fournache, située à 2710 mètres d'altitude.

En 1982, le télésiège fixe du Gran Jeu fut installé par Poma depuis le front de neige de la station jusqu'au plateau du Jeu dans le but de doubler à la fois les télésièges des Côtes et des Sétives. Ainsi, le temps de montée vers le cœur du domaine skiable fut beaucoup réduit en passant de plus de 20 minutes avec la chaîne Côtes-Sétives à moins de 15 minutes avec le seul télésiège du Gran Jeu. Il fut dès lors le principal axe de la station pour atteindre directement et rapidement le plateau du Jeu. De plus, le télésiège du Gran Jeu permettait de rejoindre en une seule montée le téléski de Bellecôte pour rallier le sommet du domaine skiable.
Ce télésiège fixe biplace était prévu pour évoluer en télécabine débrayable : tous les composants de l'installation, à l'exception de la gare aval, étaient ainsi conçus pour une exploitation en télécabine (largeur de la voie, le treuil...).
Le télésiège fixe du Gran Jeu proposait un débit horaire de 870 personnes à la vitesse de 2,3 mètres par seconde.

Image
Héliportage des bétons pour le chantier de la construction du télésiège fixe du Gran Jeu.

Image
Héliportage d'un pylône.

Image
Héliportage d'une tête d'un pylône.

Image
Vue aérienne d'une grande partie de la ligne du télésiège du Gran Jeu (à gauche) et du télésiège des Côtes à droite (D.R).

Image
La gare aval Delta qui assurait la tension de la ligne.

Image
La ligne du télésiège du Gran Jeu sortant du front de neige d'Aussois (D.R).

Image
Vue arrière de la gare amont.


En 1989, il fut décidé de faire évoluer le télésiège fixe du Gran Jeu en télésiège débrayable 4 places afin d'améliorer le débit, le confort et de réduire le temps de montée. Ce projet d'évolution était bien différent du premier étudié en 1982 lors de la construction du télésiège fixe. En effet, en raison de soucis sur des télécabines 6 places de la même époque, une transformation en ce type de téléporté aurait entrainé l'obligation de remplacer l'ensemble des pylônes. N'ayant pas les moyens d'investir dans une nouvelle ligne, la Régie des Équipements Touristiques d'Aussois décida de faire évoluer le Gran Jeu en télésiège débrayable 4 places en ne remplaçant que la gare aval et en ajoutant des lanceurs en gare amont. Deux pylônes compressions furent par ailleurs rajoutés et certains pylônes modifiés en utilisant le matériel existant.

Image
La fin de la ligne et la gare amont du télésiège débrayable du Gran Jeu et le départ du téléski de Bellecôte.



Gran Jeu, l'axe central du domaine

Le télésiège du Gran Jeu avait pour rôle d’emmener les skieurs au cœur du domaine skiable d’Aussois, mais aussi de garantir le retour sur la station, que ce soient pour les débutants ou lorsque les pistes des Côtes, de l’Ortet et de la Choullière étaient fermées.
Au sommet du télésiège du Gran Jeu, on pouvait accéder directement au départ du télésiège débrayable de l’Armoise, situé à quelques dizaines de mètres, et qui dessert toute la partie haute du domaine ainsi que le télésiège fixe de la Fournache.
Gran Jeu permettait également d’accéder au télésiège des Sétives, qui, accompagné du téléski du Plan Sec, dessert un grand nombre de pistes de niveaux différents, ainsi que le stade de slalom et le BoarderCross de la station.
Enfin, il jouait un rôle d'ascenseur au domaine débutant d'altitude d’Aussois desservi par le télésiège de l’Eterlou et par le téléski de la Combe.
Outre ce rôle d’ascenseur, le télésiège du Gran Jeu desservait, à la suite de la fin de la piste bleue du Paerot, la piste verte des Côtes et la bleue de l'Ortet, qui partaient du plateau des Sétives pour rejoindre le front de neige de la station. Ce télésiège donnait aussi accès à la piste bleue Toutoune, qui était une variante de la piste de l'Ortet et était seulement atteignable depuis cette dernière. Ces quatre pistes étaient très utilisées par les débutants car elles permettaient un retour assez facile sur la station.
Enfin, une autre piste, la Choullière, plus technique, permettait de revenir sur le front de neige de la station depuis le plateau des Sétives. Depuis 2013, cette piste a été prolongée par le bas, terrassée, reprofilée et équipée en neige de culture afin de mieux répartir le flux de skieurs sur sa partie basse.

Image
Situation du télésiège du Gran Jeu sur le plan des pistes d’Aussois.


En été, le télésiège du Gran Jeu était aussi exploité pour desservir des sentiers VTT ainsi que certains chemins de randonnées, dont certains permettaient de se rendre au site touristique des barrages de Plan d’Aval et de Plan d’Amont, évitant ainsi aux vacanciers de prendre leur voiture.

Rentrons à présent dans les aspects plus techniques de l'appareil. On retrouvait en aval une gare à lanceurs Performants, comme le télésiège Alpauris à l'exception de la couverture, de conception plus ancienne. La gare amont était une station Perfomant qui avait la particularité de reprendre les éléments structurels de couverture des gares Delta. Notons que l’installation était dimensionnée en tant que télécabine 6 places, c’est pourquoi les pylônes 2 et 18 possédaient des galets inclinés afin de rattraper une largeur de voie plus faible que sur les autres télésièges 4 places (4,30 m au lieu de 4,60 m). Tous les ouvrages de ligne entre les pylônes 2 et 17 possédaient en outre des guidages de suspentes pour écarter les sièges des fûts et éviter les collisions entre ces deux éléments. Enfin, à partir de 2005, la vitesse de 5 mètres par seconde ne fut utilisée que pour augmenter le débit lors des heures de pointe.


Voici donc les caractéristiques de ce télésiège :

Caractéristiques administratives

TSD-Télésiège à pinces débrayables : GRAN JEU
Exploitant : Régie des Équipements Touristiques d'Aussois
Constructeur : POMAGALSKI
Année de construction du télésiège fixe : 1982
Année de transformation en télésiège débrayable : 1989
Année de démontage : 2015

Caractéristiques d’exploitation

Saison d'exploitation : Hiver et été
Capacité : 4 personnes
Débit à la montée : 1560 personnes/heure
Débit à la descente : 1560 personnes/heure
Vitesse d'exploitation maximale : 5 m/s
Vitesse en marche de secours : 1 m/s
Sens de la montée : Par la droite

Caractéristiques géométriques

Altitude aval : 1540 m
Altitude amont : 2189 m
Dénivelée : 649 m
Longueur développée : 1970 m
Longueur horizontale : 1851 m
Portée la plus longue : 163,59 m (entre les pylônes 10 et 11)
Hauteur de survol maximale : 62 m
Pente moyenne : 35 %
Pente maximale : 51 %
Temps de trajet : 6 minutes 40 secondes

Caractéristiques techniques

Type de gare amont : Delta évolutive
Emplacement motrice : Amont
Type de motorisation : Courant continu
Puissance développée : 405 kW (340 kW jusqu'en 2008)
Type de gare aval : Alpha évolutive
Emplacement tension : Aval
Type de tension : Hydraulique
Pression nominale : 110 bars
Tension nominale : 12 000 daN
Nombre de pylônes : 18

Caractéristiques des véhicules

Nombre de véhicules : 89
Type de véhicules : Arceau 4 places - Arceau 4 places de rénovation
Espacement : 9,23 s
Distance entre chaque véhicule : 46,15 m
Dispositif d'accouplement : TB-41

Caractéristiques du câble

Diamètre des câbles : 40,50 mm
Type de câblage : Lang à droite
Type d'âme : Textile
Pas de câblage : 284 mm
Résistance à la rupture : 113 800 daN


Ligne et infrastructures du télésiège du Gran Jeu

La gare aval

La gare aval du télésiège du Gran Jeu était située à 1540 mètres d'altitude, à quelques mètres au-dessus du départ du télésiège fixe des Côtes. Elle était ainsi assez facile d'accès depuis la station et le domaine skiable, grâce aux pistes des Cotes, de l'Ortet et de la Choullière.
Au niveau technique, nous retrouvions ici une station issue de la gamme des télésièges Performant à lanceurs pentagonaux qui assurait le retour-tension du câble. Notons la présence d'un rail de maintenance des véhicules ajouté en 2006 afin de faciliter les interventions sur les pinces ainsi que le retrait des véhicules de la ligne.

Image
La gare aval vue depuis la piste bleue de l'Ortet.

Image
Vue rapprochée.

Image
Vue de trois-quarts avant depuis la piste verte des Côtes.

Image
Vue de trois-quarts arrière.

Image
Vue opposée.

Image
Vue arrière en été.

Image
Des skieurs débutants débarquant en gare aval.

Image
Dans le lanceur.



La ligne

A la sortie de la gare aval, la pente augmentait fortement afin de sortir du décaissement où se trouvait le départ. Ensuite, la ligne était peu pentue et en pente constante jusqu’au pylône 5 qui imprimait la montée principale de ce télésiège. On rentrait alors dans une forêt où la pente était importante. La ligne sortait de la forêt après le passage du pylône 12, puis elle survolait un terrain en dévers. Le pylône 15 affaiblissait quelque peu l'inclinaison du câble puis la fin de la ligne était plutôt constante jusqu'au pylône 18 qui remettait le câble sur le plan horizontal pour l'entrée en gare amont.

Poma avait équipé la ligne de 18 pylônes, dont 2 compressions et 16 supports :
  • P1 : 8C/8C
  • P2 : 6S/6S
  • P3 : 6S/6S
  • P4 : 4S/4S
  • P5 : 8C/8C
  • P6 : 4S/4S
  • P7 : 4S/4S
  • P8 : 6S/6S
  • P9 : 4S/4S
  • P10 : 6S/6S
  • P11 : 6S/6S
  • P12 : 4S/4S
  • P13 : 4S/4S
  • P14 : 8S/8S
  • P15 : 8S/8S
  • P16 : 6S/6S
  • P17 : 4S/4S
  • P18 : 12S/12S


Image
P1 de profil.

Image
Portée vers le pylône 2 et sortie du décaissement où se trouvait la gare aval.

Image
P2.

Image
Portée vers le pylône 3, survol de la piste bleue de l'Ortet.

Image
P3.

Image
Portée vers le pylône 4.

Image
P4.

Image
Portée vers le pylône 5.

Image
P5.

Image
P6.

Image
Portée vers le pylône 7.

Image
P7.

Image
P8.

Image
P9.

Image
P10.

Image
P11.

Image
Portée vers le pylône 12.

Image
P12, la sortie de la forêt était toute proche.

Image
P13.

Image
P14. Survol d'un important dévers.

Image
P15.

Image
Portée vers le pylône 16. On approchait du plateau du Grand Jeu, avec sur la gauche la ligne du télésiège de l'Eterlou, et sur la droite le télésiège fixe des Sétives et le télésiège débrayable de l'Armoise.

Image
P16.

Image
Portée vers le pylône 17

Image
P17 et survol de la piste rouge des Sétives.

Image
Portée vers le pylône 18.

Image
P18.

Image
Portée vers la gare amont.



La gare amont

La gare amont était située à 2189 mètres d'altitude, au cœur du plateau du Jeu et située toute proche de la ligne du télésiège fixe des Sétives. De ce point, on pouvait continuer notre ascension sur le domaine avec le télésiège débrayable de l'Armoise, rejoindre le secteur débutants desservi par le télésiège de l'Eterlou et le téléski de la Combe, ou encore skier sur la partie basse du domaine skiable.
Au niveau technique, c'était une station motrice-fixe, avec un treuil similaire aux télécabines des années 80. Au niveau couverture, on retrouvait une structure de gare Delta dont le but était de soutenir un toît en tôle blanche.

Vues hivernales :

Image
Gare amont depuis la ligne.

Image
Vue depuis l'aire de débarquement.

Image
Vue de trois-quarts en plongée. Au premier-plan, le télésiège des Sétives.

Image
La gare amont dans son environnement.

Image
Vue depuis le télésiège des Sétives.


Vues estivales :

Image
Vue en plongée sur la gare amont. A droite, le restaurant d'altitude Le Montana.

Image
Vue rapprochée.

Image
Vue de côté.

Image
Vue de trois-quarts arrière depuis la zone d'attente pour la descente en télésiège.



Véhicules et pinces

Le télésiège du Gran Jeu était équipé de 89 sièges Arceaux 4 places de Poma, reliés au câble par des pinces débrayable TB-41. Notons que cet appareil était équipé aussi de plusieurs sièges Arceau de rénovation, venus remplacer des anciens véhicules défectueux.
Le télésiège du Gran Jeu était aussi équipé d'un véhicule de service permettant de faciliter les entretiens des pylônes. Ce dernier était stationné sur le rail de maintenance en gare amont lorsqu'il n'était pas utilisé.

Image
Un siège Arceau 4 en ligne.

Image
Un siège Arceau de rénovation.

Image
Une pince TB-41 en ligne.

Image
Vue de dessous.

Image
Une pince dans le contour en gare aval.

Image
Le véhicule de service stationné en gare amont.

Image
Des sièges stockés sur le rail de maintenance en gare aval.



Au cœur du télésiège débrayable du Gran Jeu

La tension du câble

La tension du câble du télésiège du Gran Jeu était effectuée en gare aval grâce à deux vérins hydrauliques installés l'un au-dessus de l'autre. Ces vérins étaient contrôlés via une centrale hydraulique qui permettait de bouger le lorry sur les rails et donc déplacer la poulie retour suivant les besoins.

Image
Les vérins hydrauliques sortant du massif en béton qui soutenait l'arrière de la gare aval.

Image
Les vérins vus depuis la zone d'embarquement.

Image
La poulie retour.

Image
Vue en plongée sur la poulie retour-tension.

Image
La centrale hydraulique des vérins de tension.



Mise en mouvement du câble

La mise en mouvement du câble était réalisée en gare amont grâce à un moteur électrique à courant continu TT-Electric développant 405 kW, et un couple de 245 daN/m. Le télésiège du Gran Jeu avait la particularité, du fait de son treuil spécifique, de disposer d’un moteur à double sortie : une avec le volant d’inertie et le frein de service, l'autre permettant de transmettre la puissance au réducteur grâce à 8 courroies.
En cas d'avarie sur le moteur principal, un entraînement de secours était assuré grâce à un moteur thermique qui entraînait le réducteur via des cardans.
Enfin, le réducteur (remplacé en 2006) assurait ensuite l'augmentation du couple et la réduction de la vitesse vers la poulie motrice.
Notons aussi que le moteur électrique d'origine a lâché pendant les vacances de février 2008. Il était vieillissant, et sous-dimensionné pour tourner à 5 m/s. Cette panne avait arrêté l'appareil pendant 3 jours et demi. Le moteur fut remplacé par un autre moins puissant (temporaire) pour finir la saison d'hiver, bridant l'appareil à 3 places par véhicules à la vitesse 4m/s. Un nouveau moteur plus puissant a été installé durant l'été 2008.

Image
Vue d'ensemble du bloc moteur depuis l'aire de débarquement. Le bloc de couleur bleu claire en-dessous de la poulie motrice est le réducteur.

Image
Vue sur le moteur électrique à courant continu.

Image
Autre vue du moteur.

Image
Vue rapprochée.

Image
La deuxième sortie du moteur électrique avec le volant d'inertie sur lequel agissait le frein de service.

Image
Le frein de service.

Image
Vue d'ensemble de la machinerie de secours. De gauche à droite : le moteur V8 thermique, le coupleur (sous la grille rouge), la boite de vitesse disposant de 4 vitesses et le cardan permettant de transmettre la puissance au réducteur. Tout à droite, nous apercevons l'accouplement du moteur électrique avec le réducteur effectué par 8 courroies.

Image
Le moteur thermique de secours et le début de son arbre rapide rejoignant le réducteur.

Image
Le réducteur en bleu clair et la poulie motrice en bleu foncé.



Traînage des véhicules en gare

Les sièges étaient entraînés en entrée et sortie de gare par des poutres de 32 pneus reliés entre eux par des courroies et dans le contour par une chaîne de traînage. La vitesse de ces pneus et de cette chaîne était synchronisée avec celle du câble grâce à une prise de mouvement sur la poulie, animant tout un jeu de cardans dans l'ensemble de la gare. Notons que la chaîne de traînage en gare aval permettait d'assurer le cadencement des véhicules.
Des brosses étaient placées à proximité des cames d'embrayage et contribuaient au déneigement des pinces.

Image
La poulie motrice et les chaînes de prise de mouvement pour les poutres à pneus et la chaîne de traînage.

Image
Zoom sur les chaînes de prise de mouvement sur la poulie motrice.

Image
Le départ du cadran depuis la boite CATEP qui redirige le mouvement de la poulie motrice pris par les chaînes dans le cardan.

Image
Le cadran mettant en mouvement la chaîne de traînage en gare aval.

Image
La cinématique permettant d’entraîner la chaîne de traînage (roue dentée sous la grille orange) depuis la poulie motrice.

Image
Les cardans mettant en mouvement les poutres à pneus des lanceurs en gare aval. Au milieu, nous retrouvons une boite CATEP qui redirige le mouvement des arbres des lanceurs sur le même cadran rentrant dans la gare.

Image
Le début de la chaîne de traînage en gare aval. Sur la gauche, la rampe de débrayage.

Image
L'intérieur du lanceur coté montée en gare amont.

Image
Entrée de ce lanceur dans la gare amont. Nous apercevons bien le cadran mettant en mouvement les pneus du lanceur.

Image
Le lanceur côté montée en gare amont est incliné afin de profiter de la gravité pour aider les sièges à ralentir.

Image
Le gabarit de bon positionnement du câble, qui s'assure que le câble est bien aligné ou qu'il n'est pas endommagé.

Image
Déviation du câble vers le bas afin de libérer les pinces de celui-ci.

Image
La fin de ce lanceur.

Image
Les transmissions entre les poutres de pneus grâce à des courroies à la fin du lanceur côté montée
en gare amont.

Image
Début de la chaîne de traînage en gare aval.

Image
La fin de la chaîne de traînage en gare amont et début du lanceur.

Image
Le lanceur en gare amont avec la rampe d'embrayage en bleu et la brosse pour déneiger les pinces.

Image
Vue rapprochée de la brosse servant à déneiger les pinces.



Les commandes de l'installation

En gare aval, nous retrouvions des armoires de commande contrôlant le cadencement des véhicules en station. Cette station était équipée d'une télécommande permettant d'arrêter l'installation et de modifier la vitesse du câble.

Image
L’armoire de commande de la gare aval. Le tableau en haut de l'armoire permettait de signaler tout dysfonctionnement en gare détecté par les capteurs de positionnement des véhicules. Le petit afficheur digital sur le haut de l'armoire retransmettait le pesage des pinces (qui s'assurait que la force nécessaire pour débrayer la pince est bien dans la tolérance, de l'ordre de 380 kg).

Image
La télécommande en gare aval. Le gros bouton rouge est l'arrêt d'urgence, et juste au-dessus les crans pour les trois vitesses de l'installation.


En gare amont, nous retrouvions toutes les commandes nécessaires pour exploiter l'appareil. En effet, il était installé dans le chalet des commandes un pupitre depuis lequel on pouvait tout surveiller (vitesse du vent, allure de l'appareil, état du moteur thermique...). L'appareil était équipé d'un groupe de sécurité Vigi 300.

Image
La télécommande de quai en gare amont.

Image
Vue à l'intérieur du chalet des commandes de l'installation.

Image
Vue d'ensemble du pupitre des commandes.

Image
La partie commande en marche normale de l'appareil.

Image
Les cadrans de vitesse de l’appareil et de vitesse du vent.

Image
La partie droite du pupitre, avec les cadrans (vitesse de rotation du moteur, niveau de batterie, d’huile et d’essence) de l'entraînement thermique
de secours.



Équipements de ligne

Le télésiège du Gran Jeu était équipé de 18 pylônes, pouvant être compressions ou supports. Les galets supports avaient un diamètre de 420 mm tandis que ceux de compression avaient un diamètre de 450 mm.
A l'origine, le télésiège fixe du Grand Jeu devait évoluer en télécabine 6 places. Ainsi, on notera que les pylônes avaient une largeur de voie de 4,30 m, c'est pourquoi tous les ouvrages de ligne (sauf les pylônes 1 et 18) étaient équipés de guidages des sièges permettant de maintenir les véhicules assez loin des fûts car les sièges 4 places étaient plus larges que des cabines 6 places.
Les deux pylônes compressions de cet appareil (les pylônes 1 et 5) ont été installés en 1989 lors de la transformation de l'installation en débrayable.

Image
Zoom sur le balancier compression du pylône 1.

Image
Zoom sur le balancier support du pylône 2.

Image
Vue en plongée sur les balanciers supports d'un pylône.

Image
Le passage du câble sur les galets.


Tous les balanciers étaient équipés de capteurs anti-déraillement. Il y avait un capteur sur chaque balancier de 4 et 6 galets, et 2 sur les balanciers de plus de 6 galets. Remarquons sur la photo suivante qu’il y a un galet "lourd" à proximité immédiate de ces capteurs. Ces galets "lourds", permettaient de faire basculer le bogie 2, afin que le câble vienne casser les barrettes et ainsi arrêter automatiquement l’installation. Cette installation était équipée de deux capteurs anti-déraillement par balancier, ainsi que d’un rattrape-câble par ensemble de deux galets.

Image
A droite un galet "lourd", et à gauche un galet classique.

Image
Capteur de déraillement Poma de type barrette cassante. Juste derrière, on aperçoit un rattrape-câble.


Voici la hauteur de chaque pylône :

  • P1 : 4,8 m
  • P2 : 9,4 m
  • P3 : 12,7 m
  • P4 : 11,85 m
  • P5 : 9,5 m
  • P6 : 12 m
  • P7 : 10,9 m
  • P8 : 13,9 m
  • P9 : 16,8 m
  • P10 : 14,2 m
  • P11 : 13,6 m
  • P12 : 8,9 m
  • P13 : 13,2 m
  • P14 : 16,5 m
  • P15 : 13,1 m
  • P16 : 17,8 m
  • P17 : 16,7 m
  • P18 : 14,35 m


Autres vues...

La ligne à la descente

Image
Portée vers le pylône 18.

Image
Portée vers le pylône 14.

Image
Portée vers le pylône 10.

Image
Portée vers le pylône 6 et survol de la route vers le barrage de Plan d'Aval.

Image
Descente sur la gare aval.


Vues générales de l'appareil en été

Image
Ligne depuis la gare amont.

Image
La ligne au sortir de la forêt, au niveau du pylône 13.

Image
Vue sur la ligne en forêt au niveau du pylône 8.

Image
Vue vers l'aval.

Image
Vue sur la montée principale de l'appareil depuis la piste verte de la Charrière.

Image
La ligne, entre la gare aval et le pylône 3.



Gran Jeu, un axe qui devait être modernisé pour une desserte plus efficace du domaine

Le télésiège du Gran Jeu était un axe vital du domaine skiable d’Aussois. Il permettait l'accès direct à des appareils de liaison vers le haut du domaine skiable tels que les télésièges des Sétives et de l’Armoise, mais aussi à l'espace débutant d'altitude. C'est sans oublier l'offre de ski propre qu’il desservait avec 4 pistes de niveaux différents et très fréquentées pour le retour sur la station. Néanmoins, son débit faible et son accessibilité difficile depuis la station du fait d'escaliers métalliques rendaient cet appareil peu attractif malgré son rôle d'axe central du domaine.
Le remplacement du Gran Jeu durant l’été 2015 par un télésiège débrayable 6 places Doppelmayr doit permettre de rénover cet axe vital et d’accroître le débit qui était insuffisant avec l’appareil de 1989 lors des périodes de vacances scolaire. De plus, les gros terrassements effectués en gare aval doivent permettre de faciliter l’accès à la gare aval en la rabaissant pour qu’elle soit plus accessible de la station et des parkings situés à proximité. Enfin, ce remplacement s'explique aussi par le fait que l'ancien appareil devait subir la grande inspection à 25 ans.

Image
Gran Jeu, un axe qui se faisait vieux et peu débitant et qu'il était temps de moderniser.


Je tiens à remercier remontees et Rodo_Af pour leurs photos. Et enfin, merci beaucoup à Aussois pour le partage de ses différentes photos ainsi que pour les informations techniques et historiques apportées sur cet appareil.

Texte, bannière et mise en page : Alspace
Photos : Aussois, Rodo_Af et remontees
Date des photos : 7 et 16 juillet 2012 (remontees), 16 avril 2013 (Rodo_Af).



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.10221 secondes. 38 requete(s).
120 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés