En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 17Bannière 34Bannière 24Bannière 37

 TSD4 Soumaye

Saint-Lary-Soulan

Doppelmayr

T2 ES
Description rapide :
Unique TSD4 de la station de Saint Lary Soulan.

Mise en service en : 2001



Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : arbisman
Section écrite le 04/03/2009 et mise à jour le 12/10/2012
(Mise en cache le 23/08/2013)

Image


Saint Lary Soulan, première station des Pyrénées françaises

Saint Lary Soulan est une commune des Hautes-Pyrénées dont le territoire s'étend sur plus de 90 km², notamment sur la vallée du Rieumajou et une partie de la vallée d'Aure qui abritent deux usines hydrauliques à l'origine de la prospérité du village, bien avant l'essor du tourisme. Le territoire communal s'étage de 830 mètres au village jusqu'à plus de 3000 mètres au Pic de Batoua (3034 m) et sous le Pic de Néouvielle (3091 m).

Les activités de la commune reposent essentiellement sur le tourisme. Le domaine skiable alpin s'étage entre 1600 et 2400 mètres sur 3 secteurs principaux. L'offre hivernale est complétée par un petit domaine de fond et une piste de luge. Depuis les années 1980, elle s'est développée en station d'été : elle attire les randonneurs grâce à la proximité du Parc National des Pyrénées et de la Réserve Naturelle de Néouvielle, ainsi que quelques milliers de curistes chaque année. Signe de la diversification de ses activités, Saint Lary Soulan a construit la Maison du Parc des Pyrénées, la Maison de l'Ours et un centre thermo-ludique.

Sa capacité d'hébergement et son chiffre d'affaires la classent au premier rang des stations de sport d'hiver des Pyrénées françaises, tandis que la fréquentation de ses bains en fait la quatrième station thermale.

La station d'un maire bâtisseur

La construction du barrage de Cap-de-Long et les débuts du tourisme (1945-1957)

Malgré quelques aménagements hydrauliques de faible puissance au début du XXème siècle, Saint Lary était resté un village de 200 habitants environ menacé par l'exode rural. Il fallut attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale pour voir la tendance s'inverser : le fond de la vallée d'Aure fut choisir pour recevoir un aménagement hydro-électrique d'importance, dans le cadre du plan Marshall. A partir de 1947, la construction du barrage de Cap-de-Long transforma radicalement la vie du paisible village de Saint Lary, dont la population passa de 200 à 2000 habitants pour quelques années. Une fois le barrage achevé, la vallée hérita d'un accès routier amélioré mais aussi de centaines d'hébergements devenus inutiles après le départ du personnel.

Le maire de la commune, dont l'entreprise de travaux publics avait participé au chantier du barrage, sentait la nécessité de pérenniser l'activité économique après l'effervescence de la construction. Vincent Mir, qui présida aux destinées de la commune de la fin de la Seconde Guerre jusqu'en 1991, lança ainsi son village dans l'aventure du tourisme et des sports d'hiver avec l'équipement des champs de neige du Pla d'Adet. Pièce maîtresse de cet aménagement, le téléphérique du Pic Lumière relia le village au plateau dès 1957. Applevage livra cette réalisation spectaculaire, avalant les 840 mètres de dénivelée à la vitesse de 9,3 m/s ce qui en faisait une des installations les plus rapides du monde à l'époque. Au sommet de l'installation, les skieurs profitaient d'un plateau pour débutants et d'une télécabine débrayable 2 places vers Soum de Matte, livrée par Breco (British Ropeways) et Stime, utilisant sous licence le système de pinces gravitaires développé par Giovanola.

L'extension du domaine aux communes voisines (1957-1988)

Le développement du domaine skiable se heurtait alors aux étroites limites communales. Déjà en 1957, l'équipement du Pla d'Adet n'avait pu se réaliser qu'au prix d'un accord avec la commune de Cadeilhan-Trachère sur laquelle le plateau est implanté. Six ans après, la commune de Soulan, qui disposait de champs de neige bien plus vastes encore et facilement équipables sur le secteur d'Espiaube, acceptait la proposition de fusion que lui fit Vincent Mir. La nouvelle commune de "Saint Lary Soulan" disposait ainsi en 1963 d'un immense domaine foncier, point de départ de la seconde grande vague d'équipements touristiques et immobiliers dans le massif. Une véritable route d'accès de 11 kilomètres vit ainsi le jour entre la vallée et le Pla d'Adet, permettant la construction d'hôtels et de résidences qui transformèrent ce plateau en une véritable une station d'altitude à part entière. Cette route d'accès desservit en outre un secteur nouveau depuis le hameau d'Espiaube, qui devient en 1964 le point de départ de la télécabine débrayable 2 places vers la Tourette, construite par Mancini, équipée des pinces à ressort Carlevaro & Savio.

Saint Lary Soulan devint rapidement la première station du massif. L'amélioration du débit permit alors de répondre à la hausse de la fréquentation : le TSD2 de Soum de Matte vient doubler puis remplacer la télécabine en 1972 sur un tracé plus court, ce fut l'un des tous premiers télésièges débrayables Poma à pinces S. De même, la TCD6 Portet vient seconder la télécabine Mancini en 1977. Par ailleurs, la liaison entre le Pla d'Adet et Espiaube fut améliorée dès 1974 avec la construction du TSF3 des Bouleaux par Montaz Mautino. Pendant ce temps, le village se mua en une petite station montagnarde : les infrastructures immobilières se développèrent, tandis que les performances de la skieuse Isabelle Mir, fille du maire de Saint Lary Soulan, apportèrent une publicité inespérée à la commune. Grâce à son titre de vice-championne de descente aux Jeux Olympiques de Grenoble, celle que l'on surnomme "Mirabelle" contribua fortement à hisser la notoriété et la reconnaissance de Saint Lary Soulan au même niveau que les grandes stations alpines.

Son père dota par ailleurs la vallée d'un éclairage médiatique exceptionnel avec l'accueil dès 1974 d'une arrivée d'étape du Tour de France au Pla d'Adet, tandis que l'inauguration du tunnel routier de Bielsa en 1976 ouvrit la vallée à la clientèle espagnole.

Nouvelles équipes et extensions (1988-2011)

Dans les années 1990, plusieurs pages se tournèrent. La station s'ouvrit au thermalisme en 1988, marquant la fin du "tout ski" et les prémices d'un tourisme 4 saisons. Le maire bâtisseur Vincent Mir céda les rênes de la commune en 1991 à son neveu Jean-Henri Mir. L'hiver 1990 sans neige força aussi la commune à rechercher un gestionnaire pour le domaine skiable qu'elle confia à Altiservice, avant de lui renouveler la délégation de service public fin 1999 pour 18 ans sur le territoire historique de Saint Lary Soulan mais aussi sur les secteurs nouveaux de Vignec et Aulon.

Le domaine skiable s'étoffa d'abord au niveau des ascenseurs et des liaisons avec la construction du TSD6 Mouscadès en 2001 qui permit d'améliorer le débit depuis le front de neige d'Espiaube, tout comme le TSF4 de Tourette et le TSD6 Sabourès permettant d'améliorer le retour des skieurs depuis l'autre versant du col du Portet. Le domaine skiable s'étendit ensuite sur près de 30 hectares supplémentaires, d'abord dans le secteur d'Aulon desservi par le TSF4 du même nom construit en 2002 dans un secteur vierge, puis dans le secteur de Pichaleye avec le TKE1 du Glacier qui dota en 2003 la station d'un nouveau point culminant. Enfin en décembre 2009, l'accès depuis la vallée fut amélioré avec la construction de la télécabine de Vignec qui permit d'éliminer les files d'attente au téléphérique.

Après Isabelle Mir, la station à trouvé de nouveaux ambassadeurs sportifs en la personne des frères De Le Rue : Xavier, champion du monde de snowboard en 2003 et 2007 et Paul-Henri, médaille de bronze aux Jeux Olympiques de Turin en 2006, sont désormais les nouveaux fers de lance de la communication de la station.

Le domaine skiable aujourd'hui

Le domaine se décompose en trois secteurs principaux, reliés skis aux pieds.

Le Pla d'Adet à 1700 mètres est le cœur historique de la station. Le sommet du téléphérique le reliant au village est devenu aujourd'hui une station à part entière avec un important front de neige dédié aux débutants, sur lequel se trouve le seul TSF6 des Pyrénées françaises. Des pistes plus techniques sont accessibles depuis Soum de Matte, le sommet du secteur à 2263 m, notamment par un intéressant TKD1 à pinces J et à virage.

Le domaine d'Espiaube, relié au Pla par d'Adet par les télésièges des Bouleaux et de Lita, offre une jusqu'à 700 mètres de dénivellation entre la Soumaye à 2370 mètres et le pied de la télécabine de Portet, reliés par une piste de plus de trois kilomètres baptisée Mirabelle en l'honneur de la vice-championne olympique Isabelle Mir.

Sur l'autre versant du col s'étend le vallon du Portet depuis le lac de l'Oule à 1820 mètres jusqu'au point culminant du domaine sous le sommet de Pichaleye, proposant à la clientèle des stades de bosses et de slalom ainsi que le snow-park.

Le domaine en chiffres
Remontées : 32 remontées mécaniques : 1 téléphérique, 2 télécabines, 11 télésièges, 13 téléskis débrayables, 1 téléski à enrouleur, 1 téléski à câble bas et 3 tapis roulants dont deux couverts.
Pistes : 56 pistes, 700 ha, 270 enneigeurs.
Fréquentation 2010 / 2011 : 13,2 M€ de chiffre d'affaires, 580 000 journées ski.
Résidents permanents : env. 1 050 habitants, env. 560 résidences principales.
Hébergements : 26 000 lits dont env. 3 750 résidences secondaires.

Le TSD4 Soumaye

Construit en 2001 tout comme le TSD6 Mouscadès, ce télésiège a remplacé un téléski à deux virages particulièrement raide. Seule remontée mécanique qui donne accès au secteur d'Aulon en desservant les pistes rouges "Combes d'Aulon" et "Les Tours", elle permet également de rejoindre le secteur du Glacier grâce à la piste rouge "Soumaye" et à la bleue "Palombes". C'est en empruntant cette dernière sur quelques dizaines de mètres que l'on trouve le point haut de la piste rouge "Mirabelle" ainsi skiable dans son intégralité.
Une autre piste bleue est desservie : "Peyramède". Elle ramène à la gare aval de l'installation.

La ligne du TSD4 Soumaye, unique télésiège débrayable construit par Doppelmayr sur le domaine skiable de Saint Lary Soulan, est longue de 1252 mètres et compte 12 pylônes permettant de gravir les 391 mètres de dénivellation. Trois pylônes support-compression ont été disposés afin de franchir les différents changements de pente.
Les sièges ont quant à eux été conçus "à trous", le vent pouvant être très présent sur cette zone dépourvue de végétation.

Sa situation sur le plan des pistes

Plan général du domaine skiable (le télésiège est en vert)
Image

Zoom sur le télésiège
Image

Les caractéristiques techniques de l'installation

Caractéristiques administratives :

TSD - Télésiège à attache débrayable : SOUMAYE
Constructeur : :Doppelmayr:
Année de construction : 2001

Caractéristiques d'exploitation :

Saison d'exploitation : hiver
Capacité : 4 personnes
Débit : 2165 personnes/heure
Vitesse d'exploitation : 5 m/s
Temps de trajet : 4'10''

Caractéristiques géométriques :

Altitude de la gare aval : 1946 m
Altitude de la gare amont : 2337 m
Longueur développée : 1252 m
Dénivelée : 391 m
Pente moyenne : 32,88 %
Pente maximale : 64 %

Caractéristiques techniques :

Sens de montée : gauche
Motrice : amont
Tension : aval
Puissance développée : 536 KW
Nombre de pylônes : 12
Nombre de sièges : 80

Les photos de l'installation

Elles ont été prises les 7 Janvier 2009 et 18 Février 2011.

La gare aval

Image

Image

Image

La ligne

Dans l'ordre de la montée, le nombre de galets de chaque pylône :
P1 : 8C / 8C
P2 : 6S / 4S
P3 : 4SC / 4SC
P4 : 8S / 6S
P5 : 8S / 6S
P6 : 4SC / 4SC
P7 : 8S / 6S
P8 : 8S / 6S
P9 : 4SC / 4SC
P10 : 10S / 10S
P11 : 10S / 10S
P12 : 6S / 4S

P1
Image

Image

P2
Image

Image

Image

P3
Image

Image

Image

P4
Image

Image

P5
Image

Image

P6
Image

Image

P7
Image

P8
Image

Image

P9
Image

Image

P10
Image

P11
Image

P12
Image

La gare amont

Image

Image

Image

Pour conclure ce reportage, voici quelques vues du télésiège prises depuis les pistes

Image

Image

Image

Image

Image

Lien vers le site Internet de la station

http://www.saintlary.com/





Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.09762 secondes. 38 requete(s).
115 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés