En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 37Bannière 24Bannière 36Bannière 22

 TSD6 de la Colomba

Val Cenis

Doppelmayr

T3 ES
Description rapide :
Ce télésiège vient restructurer totalement le front de neige de la Colombaz. Il est de plus équipé du système novateur Skippy permettant le transport d'enfants en toute sécurité. Une première en France.

Mise en service en : 2010
Video Ce reportage possède 1 video

Remplace les appareils suivants :


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : Thomas
Section écrite le 06/01/2011 et mise à jour le 01/03/2015
(Mise en cache le 01/03/2015)

Je vous présenterai dans ce reportage la principale nouveauté de l'hiver 2010/2011 sur le domaine skiable de Val Cenis Vanoise, le télésiège débrayable 6 places de la Colomba.

Image


Voici comment nous décomposerons ce reportage :

  1. Introduction – Le domaine skiable – Les investissements récents
  2. Réorganisation du front de neige de Val Cenis Lanslevillard – stratégie de l’appareil
  3. Skippy : un système innovant dans la sécurité du transport sur sièges
  4. Gare aval – ligne – gare amont
  5. Un peu de technique en gare amont
  6. Conclusion


1) Introduction – le domaine skiable – les investissements récents

Val Cenis Vanoise est une station de sport d’hiver et d’été située dans les alpes françaises dans le département de la Savoie. La station est localisée au fond de la vallée de la Maurienne, en Haute Maurienne, à la frontière avec l’Italie au niveau de l’historique col du Mont Cenis dont la route actuelle a été tracée par Napoléon au XIVe siècle ; route qui fut très longtemps un passage incontournable vers l’Italie, et ce depuis plus d’un millénaire.

La station est composé de deux villages typiquement mauriennais, Lanslebourg, chef lieu de canton, et Lanslevillard, à deux kilomètres en amont du premier. Un troisième village est venu s’ajouter en 2008 suite à la création d’une liaison skis aux pieds avec la station voisine de Termignon-la-Vanoise située quelques kilomètres en aval de Lanslebourg. Les trois villages comptent environ 15 000 lits touristiques. Les villages sont situés en bordure du parc national de la Vanoise et en général (surtout pour Termignon), une très grande partie de la superficie communale est située en zone centrale du parc. Cette proximité avec ces terres naturelles dépourvues d'aménagement touristique attire de nombreux vacanciers adeptes de la montagne en été.

Le domaine skiable est situé sur 4 communes de Haute Maurienne (Sollières-Sardières, Termignon, Lanslebourg et Lanslevillard), en versant essentiellement exposé au nord, garant d'une neige de qualité tout au long de la saison hivernale. Sur le secteur de Termignon on skie entre 1300 et 2465 mètres d’altitude, sur Lanslebourg entre 1400 et 2330m et sur le secteur Lanslevillard, le secteur principal du domaine skiable, entre 1450 et 2800m d’altitude. 26 remontées mécaniques desservent ces 125km de pistes de tous niveaux et de tous styles.

Le domaine skiable de Val Cenis Vanoise comporte un parc de remontées mécaniques relativement récent et performant dans la mesure où 14 des 26 appareils ont moins de 10 ans et ou l’age moyen du parc de remontées mécaniques n’est que de 15 années. Ceci est du à un large plan de restructuration du domaine skiable entamé en 2000 ayant permis de le rendre parmi les plus performants de la vallée. Ainsi, 5 télésièges débrayables (Solert, Ramasse, Arcelle, Turra et Colomba) et une télécabine (Val Cenis le Haut) ont été construit, cela s’ajoutant à la télécabine (Vieux Moulin) et au TSD (Girarde) existants. 4 télésièges fixes (Plan Cardinal, Met, Pré Novel et Sources) ainsi que 4 téléskis à enrouleurs (Buffa, Madeleine, Pont Noir et Saint Pierre) ont également été mis en service récemment. Tous confondus, ces investissements en remontées mécaniques représentent un montant d’environ 40 millions d’euros en 10 ans.


2) Réorganisation du front de neige de Val Cenis Lanslevillard – stratégie de l'appareil

Historiquement, le secteur de Val Cenis Lanslevillard (axe majeur du domaine) est le plus fréquenté, de par la densité historique des logements touristiques, et de par la diversité des pistes. Avant la réorganisation de 2010, diverses remontées sont présentes sur le front de neige : La télécabine du Vieux Moulin, qui donne l’accès au domaine d’altitude, le télésiège biplace du Clot (construit en 1977), a vocation essentiellement débutante, le télésiège triplace du Saint Génix (premier du genre, construit en 1973), qui avait pour but avant la création du Vieux Moulin (1983) et jusqu'à la suppression en 2007 du télésiège de la Berche, de donner lui aussi l’accès au domaine d’altitude. A cela s’ajoute un petit téléski débrayable construit en 1962, le Pont Noir. Légèrement au dessus de ce front de neige on trouvera également un autre téléski débrayable construit en 1983, le téléski du Saint Pierre qui dessert une large piste verte pour débutants.

En 2010, on démonte tout à l’exception de la télécabine du Vieux Moulin. Il s’agit donc d’une grosse métamorphose sur ce secteur qui en avait bien besoin.
Les téléskis du Pont Noir et du Saint Pierre sont remplacés sur des tracés légèrement différents par des téléskis à enrouleur, les télésièges Clot et Saint Génix sont remplacés eux par un télésiège débrayable 6 places sur un tracé différent. Comme nous le verrons juste en dessous, ce télésiège comporte divers aménagements pour le rendre encore plus accessibles aux débutants, très nombreux sur cette zone du domaine.
Ce télésiège débrayable 6 places, objet du reportage permet également de doubler la télécabine du Vieux Moulin, en effet, il donne directement accès au télésiège débrayable de l’Arcelle qui s’engouffre dans la forêt de Lanslevillard.
Enfin, il permet également de donner l’accès à Val Cenis le haut, tâche qui était auparavant effectuée à l’aide du téléski du Saint Pierre, qui saturait donc totalement et qui était l’appareil, malgré sa taille modeste, le plus fréquenté du domaine (en pourcentage par rapport à sa capacité).

Voici une vue globale du plan des pistes du domaine avec deux zooms sur le front de neige de la Colombaz (avec un "z") (Val Cenis Lanslevillard), avant et après la restructuration.
Image
Image


Le télésiège de la Colomba apparait en rouge sur les plans.
D’un point de vue du ski, comme on le voit sur les plans des pistes, ce télésiège de la Colomba ne dessert que des pistes vertes : Mollard, Terres Grasses et Pont Noir principalement.
Ce télésiège est accessible via de nombreux points du domaine skiable, à vrai dire, depuis l’intégralité des appareils au départ de Val Cenis lanslebourg (TSD6 Ramasse et TSF3 Pont des Chèvres), Val Cenis Les Champs (TSF4 Pré Novel), Val Cenis Lanslevillard (départ du télésiège Colomba) et Val Cenis le haut (TCD10 Val Cenis Le Haut). Cet appareil ne servira aux skieurs confirmés que pour donner l’accès au télésiège de l’Arcelle. Ceci permet donc de réaliser un réel doublage de la télécabine du Vieux Moulin via Colomba/Arcelle pour l’accès au domaine d’altitude ce qui ne sera pas du luxe dans la mesure où la télécabine du Vieux Moulin prend de l’âge.

Voici une vue Google Earth représentant les différents investissements 2010 sur le front de neige de la Colombaz
Image


La société qui exploite le domaine skiable, la SE2MC (SEM du Mont Cenis) a de nouveau fait confiance au constructeur autrichien Doppelmayr via sa filiale française basée à Modane, à a peine 20 km de la station pour la conception et la réalisation de ce télésiège (ainsi que des deux téléskis de 2010 d’ailleurs). C’est donc les 8e, 9e et 10e appareils que Doppelmayr réalise sur le domaine skiable.

Voici les principales caractéristiques techniques de l'appareil :

    Caractéristiques Administratives

    TSD-Télésiège à attache débrayable : COLOMBA
    Maître d’Ouvrage : SE2MC
    Maître d’Œuvre : DCSA
    Montage : MBTM
    Exploitant : SE2MC
    Constructeur : DOPPELMAYR
    Année de construction : 2010

    Caractéristiques d’Exploitation

    Saison d'exploitation : Hiver
    Capacité : 6 personnes
    Débit à la montée : 2000 personnes/heure
    Débit final à la montée : 2700 personnes/heure
    Vitesse d'exploitation : 5 m/s

    Caractéristiques Géométriques

    Altitude aval : 1470 m
    Altitude amont : 1620 m
    Dénivelée : 150 m
    Longueur développée : 1055 m
    Temps de trajet : 3 min 30 sec

    Caractéristiques Techniques

    Type de Gare : UNI-G
    Tension : Aval
    Type de tension : Hydraulique
    Motrice : Amont
    Type de motorisation : Asynchrone
    Puissance Développée : 290 kW
    Sens de montée : Droite
    Embarquement : Perpendiculairement à la ligne
    Débarquement : Perpendiculairement à la ligne
    Nombre de pylônes : 9
    Largeur de la voie : 6,10 m
    Dispositif d’accouplement : A108-C
    Nombre de sièges : 44
    Espacement (en débit provisoire) : 54 m

    Caractéristiques du Câble

    Fabricant du câble : ARCELOR MITAL
    Type de câblage : Lang à droite
    Diamètre du câble : 45 mm
    Ame : Compacte
    Galvanisation : Oui


3) Skippy : un système innovant dans la sécurité du transport sur sièges

Skippy® est l’appellation commerciale d’un ensemble d’éléments ajoutés sur un télésiège débrayable dans l’objectif de le rendre encore plus sûr pour le transport d’enfants ou de personnes débutantes.
Aujourd'hui, sur un télésiège (qu’il soit débrayable ou non d’ailleurs), le point le plus sensible reste la ligne. En effet, le risque de chute accidentelle y est important, l’expérience le montrant malheureusement souvent.

Skippy associe des gardes corps totalement automatiques (fermeture en gare aval, réouverture en gare amont), un verrouillage de ces gardes corps empêchant toute ouverture intempestive en ligne.
Les repose-pieds sont également disposés de manière différente vis-à-vis d’un télésiège traditionnel puisqu’à chacune des places la barre du repose-pieds passe entre les jambes, empêchant donc toute chute du siège. Des minis reposes-skis sont installés sur ces sièges.
L’aspect pédagogique est également mis en avant avec un siège de démonstration avec garde corps actionnable, ceci couplé avec des écrans vidéo montrant le processus d’embarquement et de débarquement avec Skippy.

Aujourd’hui, l’ensemble de ces dispositifs, regroupés sous le nom de Skippy permettent parfaitement de répondre à la demande de la clientèle en terme de sécurité de parcours en télésiège pour les enfants principalement, mais aussi pour les parents en soucis.
Même si actuellement la réglementation française n’autorise pas le transport d’enfants accompagnés d’un seul adulte par siège, le système le permettrait. En Autriche par exemple, sur un télésiège débrayable 8 places équipé de ce système, 7 enfants peuvent voyager en toute sécurité sur un siège avec un seul adulte accompagnateur.

Un tel regroupement de dispositifs de sécurité sur un télésiège est aujourd'hui unique en France, mais de telles initiatives sont amenées à se développer, les stations recherchant toujours plus de sécurité dans leurs appareils.

Voici une description photographique des différents aménagements liés à Skippy :

    Skippy, c'est d'abord la pédagogie :
    Image

    Image


Le siège possède plusieurs particularités : le garde corps est automatique, actionné par un système de levier et de came en gare. une fois que le garde corps est fermé, il est verrouillé et il n'est alors plus possible de l'ouvrir ou de le forcer (sauf en actionnant le levier (hors de portée)) en ligne. Les passagers n'ont alors plus à se préoccuper de fermer ou d'ouvrir le garde corps. Les repose-pieds sont disposés entre les deux jambes des skieurs ce qui ne permet par la chute en glissant sous le garde corps.
Les places sont matérialisées par des couleurs différentes (alternance rouge/noir) afin de ne pas être tenté de s'asseoir entre deux places. Des bossages plastiques sont placées entre chaque place pour éviter que cela se produise.
Enfin, le dossier est rehaussé par rapport aux sièges standards que Doppelmayr distribue en France, et ils ne sont pas ajourés (pas de trous permettant une meilleure tenue au vent).

    Siège Skippy :
    Image

    Détail sur l'assise :
    Image


La fermeture du garde corps est contrôlée, ainsi, si un objet vient contraindre la fermeture, si le siège passe la fin du système de fermeture alors qu'il n'est pas verrouillé, cela provoque un arrêt de l'appareil. La détection est faite via le galet du levier d'ouverture/fermeture. Il est possible de débrayer le système, i.e. de ne pas provoquer de fermeture automatique du garde corps, mais la sécurité n'est alors plus assurée. pour débrayer le système, un vérin électrique modifie la position de la came. Le système d'ouverture est quelque peu différent. Pas de surveillance électrique et la came est plus courte.

    Système de fermeture du garde corps en gare aval
    Image

    Système d'ouverture du garde corps en gare amont
    Image


4) Gare aval – ligne – gare amont

Gare aval


La gare aval est située sur le front de neige de la Colombaz à un endroit proche du départ de l’ancien télésiège biplace du Clot, mais permettant un passage plus aisé à l’arrière de celle-ci. Par contre, le passage devant la gare n’est plus possible à skis contrairement à la situation d’avant.

    Vue générale sur le front de neige de la Colombaz
    Image


La couleur de la gare aval a été choisie en fonction de l’environnement (en particulier les bâtiments du front de neige), ceci justifie donc cette couleur très foncée vis-à-vis des autres appareils Doppelmayr sur le domaine.
Cette gare aval dispose d’un embarquement à 90°, comme la grande majorité des télésièges débrayables du domaine. Ceci permet de rendre l’embarquement plus tranquille et cela s’adapte parfaitement avec le système Skippy dans la mesure ou un temps plus important s'écoule entre l'embarquement des passagers et la fermeture du garde corps et le départ en ligne.

Voici diverses vues de la gare aval :

    Gare aval
    Image

    Image

    Image

    Image

    Gare aval de nuit
    Image

    File d'attente et écran d'information pour Skippy
    Image


Techniquement, cette gare aval reste classique. Cadencement de type « +/- vite », retour tension, la tension étant effectuée comme de coutume chez Doppelmayr dans cette gamme, par deux vérins hydrauliques permettant une course du lorry de 5 mètres.

    Portillons de cadencement nouvelle génération
    Image

    Zone d'embarquement
    Image

On remarquera qu'un rail est présent proche de la suspente au au niveau de la sous-face. ce rail présent entre l'ouverture et la fermeture du garde corps est là pour empêcher les manœuvres manuelles du garde corps en gare.

    Embarquement et fermeture du garde corps
    Image



Ligne

La ligne de l’appareil est régulière, elle ne possède aucune difficulté vu l’inclinaison très peu prononcée de la pente sur le bas des pistes de Lanslevillard. Elle est également relativement courte puisque dépassant que très légèrement le kilomètre. Une vitesse de 5m/s est donc suffisante pour ce profil.

On trouvera 9 pylônes décomposés comme suit : 1 pylône équipé de balanciers compression, en sortie de gare aval, un pylône support-compression en milieu de ligne. Les autres pylônes étant équipés de balanciers supports.


Voici diverses vues de la ligne de l’appareil :
    Premier pylônes, 10C
    Image

    Première portée
    Image


    Portée croisant le téléski du Pont Noir
    Image

Le croisement avec le téléski du Pont Noir nécessite sur les pylônes 2 et 3 (placés de part et d’autre du téléski), un doublement de la ligne de sécurité. Ceci a pour fonction d’arrêter le téléski en cas d’ouverture au P2 ou au P3 du TSD. Ceci est effectué via un doublement des barrettes cassantes en entrée et en sortie des balanciers comme le montre la photo ci-dessous : barrette rouge pour le TSD, barrette jaune pour le téléski.

    Balancier du P3M avec double sécurité en entrée/sortie
    Image

La partie finale de la ligne survole la piste verte du mollard, piste essentiellement utilisée par les débutants, mais permettant également le retour du domaine d’altitude via les pistes rouges de l’Arcelle ou de l’Ecureuil.
    Au dessus de la piste verte du Molard
    Image


La particularité principale de cette ligne est qu’elle est équipée, via une ligne aérienne passant sur les pylônes, de projecteurs permettant le ski de nuit sur les pistes du front de neige. C’est la fonction de la ligne de droite qui parcourt les pylônes de la gare aval à la gare amont. Les pylônes sont ainsi équipés de coffrets électriques supplémentaires permettant d’alimenter les 4 projecteurs par pylône.

    De nuit
    Image



    Fin de la ligne
    Image



    Pince A108-C utilisée pour la première fois sur le domaine de Val Cenis
    Image

    Siège skippy sur le brin descendant
    Image

    Siège chargé, avec, toujours en toile de fond, la dent Parrachée culminant à 3700m d'altitude
    Image

    Vue en hauteur de l'intégralité de la ligne sur la gauche de la photo
    Image



Gare amont

La gare amont est située à la limite de la forêt de Lanslevillard, sur un petit plat sur lequel on trouvera les gares de deux autres appareils débrayables : la gare amont de la télécabine de Val Cenis Le Haut et la gare aval du télésiège débrayable de l’Arcelle.
On trouvera également non loin de là la station amont du téléski du Saint Pierre. Il est donc inutile de préciser que dans ce contexte, la densité de skieurs proches de la gare amont est très importante.

La gare amont possède un débarquement à 90° ce qui a permis de reculer le plus possible la gare, sans empiéter sur l’espace skiable en amont (principalement la fin de la piste de l’Arcelle et l’arrivée du téléski Saint Pierre). Par conséquent, le local opérateur a été placé dans le prolongement de la gare amont.
Cette gare reprend les standards de la gare aval concernant la couleur : bois marron foncé accompagné d’un toit en tôle verte, ceci est en adéquation avec le contexte forestier également.

Ci-dessous vous trouverez diverses vues de cette gare amont :

    Gare amont
    Image

    Débarquement à 90°
    Image

    Image

    Image

    Image

    By night
    Image



5) Un peu de technique en gare amont

La gare amont est motrice fixe pour l’appareil, solution communément employée. La mécanique de cet appareil répond aux standards de la gamme UNI-G du moment, peu de particularités à souligner donc sur cet appareil.

La marche normale est réalisée via un (petit) moteur asynchrone de 290 kW de marque TT Electrics. Celui-ci est couplé via un arbre à cardan équipé de deux volants d’inertie/disque de frein à un réducteur Doppelmayr-Bosh-Rexroth (de taille également modeste) lui-même accouplé directement à la poulie motrice à l’aide d’un accouplement à chaîne.
Cet accouplement à chaîne permet de dissocier la poulie motrice du réducteur en cas de blocage du réducteur ou du moteur, et permet donc de mettre en œuvre une évacuation par le biais du moteur thermique sans avoir à utiliser le réducteur ; solution utilisée de nos jours par tous les constructeurs de remontées mécaniques sur des appareils de ce type.

La marche de secours utilise un moteur thermique Cummins relié à une pompe hydraulique. Cette pompe hydraulique fournit la pression nécessaire à la mise en mouvement d’un moteur hydraulique qui via un pignon et une couronne dentée mettra en mouvement la poulie motrice et donc le câble, à une vitesse maximale de 1,5m/s.

Deux freins viennent compléter la machinerie : un de sécurité 1, placé sur un disque de frein sur l’arbre rapide, et l’autre, de sécurité 2, placé directement sur la poulie motrice. Les deux sont hydrauliques et commandés par une centrale couplée directement au moteur thermique, permettant donc toutes manipulations des freins en marche thermique sans avoir à pomper.


6) Conclusion

Ainsi se termine se reportage sur ce télésiège de la Colomba, dernière grosse nouveauté sur le domaine skiable de Val Cenis Vanoise, secteur Lanslevillard. Pour conclure, je dirais que c'est un appareil assez bien apprécié des skieurs débutants, mais des skieurs confirmés également, puisqu'il permet de rejoindre le secteur d'altitude via le TSD6 de l'Arcelle, sans avoir à déchausser.
C'est un appareil qui, en terme de passage, peut réaliser 8000 passages en une journée ce qui le classe dans la moyenne haute du domaine skiable. Il fera probablement encore plus de passages pendant les semaines chargées des vacances de Février.

Une vidéo ainsi que des fond d'écran iront compléter ce reportage sous peu.






Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.13731 secondes. 42 requete(s).
120 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés