En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 28Bannière 39Bannière 5Bannière 25

 TSD6 de la Marquise

Sainte-Foy-Tarentaise

Doppelmayr

T3 ES
Description rapide :
Le premier télésiège débrayable installé sur le domaine skiable de Sainte Foy Tarentaise. Cet appareil représente une extension du domaine skiable car crée sur un site vierge d'installations.

Mise en service en : 2006
FE Ce reportage possède 6 fonds d'écrans
PDF Ce reportage possède 1 document PDF

Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : Geofrider
Section écrite le 20/05/2010 et mise à jour le 23/05/2010
(Mise en cache le 12/07/2014)

Image


Sainte Foy Tarentaise est une petite station de Haute –Tarentaise. Située à mi chemin entre Bourg Saint Maurice et Val d’Isère, la station est réputée pour le ski sauvage qu’il est possible de pratiquer grâce à de nombreux itinéraires hors pistes accessibles. La station savoyarde propose cependant un domaine skiable balisé et sécurisé comprenant 15 pistes desservies par 4 remontées mécaniques. Le télésiège débrayable de la Marquise est la dernière remontée installée en date sur le domaine de Sainte Foy.

La station de Sainte Foy : une difficile naissance

La commune de Sainte Foy Tarentaise s’étend sur un une superficie de 11000 hectares. Composée d’une centaine d’hameau le territoire s’étend également sur une dénivellation record. Le point le plus bas est situé à 890 mètres alors que le point culminant à la Grande Sassière se trouve à 3746 mètres. C’est dans un cadre remarquable que s’étend donc cette commune toisée par les hauts sommets de Haute Tarentaise. Glaciers et pentes engagées des plus grands sites de cette vallée des Alpes font que la commune attire de nombreux randonneurs venus découvrir les paysages authentiques offert. Les habitations sont pour la plupart typiquement savoyardes renforçant ce caractère authentique dégagée par la commune.

Toutefois bercée par les stations de ski environnantes (Val d’Isère, Tignes, Les Arcs), la commune voulut se lancer dans le projet de réaliser également sa station de ski. Le premier projet date de 1960 où la commune cherche à éviter un exode rural massif des jeunes suite à l’abandon successif des activités agricoles traditionnelles. Le projet est dans un premier temps plus ou moins lié à la réalisation du barrage EDF du Lac du Clou dont la commune pourrait en tirer des revenus pour financer son projet. Si le barrage se fera, les nombreux projets émis pour aménager une station sur la commune de Sainte Foy furent avortés faute de moyens financier, de contraintes d’accès ou de risque d’avalanche. Après des vues sur le site du Vallon de la Sassière puis du Foglietta, ce sera le site de Bonconseil à 4 kilomètres du chef-lieu qui sera choisi en 1982 pour implanter la station de Sainte Foy Tarentaise.

La première remontée mécanique de Sainte Foy fut installée en 1978 non loin du chef-lieu de la commune au hameau du Baptieu. Huit ans après cette première remontée mécanique, l’autorisation UTN pour l'implantation de la station sur Bonconseil est accordée. La commune peut donc lancer les travaux de réalisation des logements touristiques ainsi que les trois premières remontées sur les 10 prévues au total dans la procédure UTN.


Sainte Foy : des débuts chaotiques

La station ouvre donc ses portes en 1990 avec trois appareils, les télésièges fixes, Grand Plan, Arpettaz et Aiguille. Cependant les débuts seront très difficiles. Peu de lits touristiques et peu de clientèle venant à Sainte Foy pour y faire du ski font que la station sera déficitaire. Parallèlement les associations écologistes protestent toujours contre l’autorisation UTN délivrée en 1990 n’arrangeant pas les choses. Au terme d’une rude compétition entre la STVI (Val d’Isère) et la STAR ( Les Arcs) , ce fut la STAR qui fut désignée en premier lieu pour exploiter les remontées mécaniques de Sainte Foy. Cependant suite au rachat de l’exploitant des Arcs par la CDA en 1994, la STAR se désengagea à la fin de la saison 94/95 de l’exploitation des remontées mécaniques de la station. Pour sauver sa station, la commune du dès lors prendre les choses en main. Les premières années suivant cette reprise par la mairie furent toute aussi difficiles avec un déficit à chaque fois comblé par les revenus engendrés par la taxe professionnelle versée par EDF qui exploite le barrage du Clou.

Afin de sortir de ce déficit chronique, la mairie lança des grands travaux sur le site de Bonconseil dans les années 2000 afin de construire plus de lits. Avec ces nouveaux lits, la station à pu tirer d’avantage de revenus et ainsi petit à petit revenir à l’équilibre budgétaire. Cependant les années ont passées et le projet d’aménager le vallon du Clou avec les sept autres remontées mécaniques prévues dans la procédure UTN est bien loin. Les constructions entrepris sur la station de Bonconseil sont réalisées avec un cahier des charges architectural strict. Il n’était pas question de bétonner à tout va et rompre le charme de la station. Les bâtiments de taille raisonnable sont faits de pierre, bois et lauze permettant de garder le charme de cette petite station à taille humaine. Cette politique a permis à la station de se recentrer sur le segment de la clientèle familiale avec des prestations haut de gamme. La mise en œuvre de cette politique fut une réussite et la clientèle familiale fait désormais le bonheur de cette petite station. Par la même occasion la régie municipale est devenue bénéficiaire.

Vue sur la station de Sainte Foy
Image


La Marquise : le nouvel atout de Sainte Foy

Suite au succès de cette politique la station a su attirer des promoteurs immobiliers tels que MGM qui est venu lancer les travaux d'une résidence dans la station en 2005. Parallèlement la mairie remet au gout du jour un vieux projet qui consiste à aménager une remontée mécanique sur Camp Filluel flanc de montagne situé à l’ouest du domaine skiable. Eté 2005, les travaux de cette remontée mécanique sont lancés et l’ouverture prévue pour l’hiver 2006.

Le but de cette nouvelle remontée mécanique est de proposer du ski débutant en altitude. En effet les pistes bleues font cruellement défaut sur le haut du domaine puisque le télésiège de l’Aiguille ne dessert que des rouges ou des noires. Seule une piste bleue est accessible depuis le télésiège de l’Arpettaz. Le télésiège du Grand Plan dessert à l’époque deux rouges et une seule verte. S’étant recentrée sur la clientèle familiale, il fallait absolument pour Sainte Foy proposer plus de ski facile. Le choix de la commune s'est porté sur un télésiège débrayable assurant performance, confort à l’embarquement et au débarquement afin de satisfaire au mieux les différentes personnes amenées à l’emprunter.

Sur le secteur nouvellement équipé, puisque la Marquise est installé sur un espace encore vierge de remontées, va être tracé une large et belle piste bleue pour répondre aux attentes de la clientèle familiale. Le secteur où évolue cette remontée mécanique présente également l’intérêt d’être ensoleillé dès le matin alors que le reste du domaine skiable est encore à l’ombre. Le départ de cette installation se fait en contrebas de la chapelle Saint Guérin. Pour le rejoindre il faut donc monter depuis la station jusqu’au sommet du télésiège de l’Arpettaz. Sinon cet appareil est également joignable depuis la plupart des pistes desservies par le télésiège de l’Aiguille.

Au sommet de cet appareil les clients pourront donc descendre au bas de cet appareil en piste bleue et enchainer plusieurs rotations sur cette dernière grâce au temps de montée rapide offert par la Marquise. Une piste rouge pour les skieurs plus confirmés est également à disposition au sommet de l’appareil. En empruntant ces pistes on peut rejoindre le télésiège de l’Aiguille ou bien descendre jusqu’en bas de la station tout en repassant devant le départ du télésiège Arpettaz. En plus de tout cela le télésiège permet également de rejoindre la troisième zone freeride baptisée « Shaper’s paradise » pour s’entrainer aux sauts. La Marquise a permis également de faciliter l’accès à des hors-pistes, activité largement pratiquée à Sainte Foy vu les paysages offerts. Depuis cet appareil l’accès aux hors-pistes de la face nord de la Foglietta a été amélioré ainsi que ceux évoluant dans le vallon du Mercuel

Au sommet de cet appareil deux pistes sont accessibles
- La piste bleue du Grand Soliet qui retourne au bas de cet appareil
- La piste rouge Combe des Veaux qui rejoint le télésiège de l’Aiguille

Situation sur le plan des pistes
Image


Les Caractéristiques de l’installation

Caractéristiques Administratives

TSD-Télésiège à attache débrayable : MARQUISE
Maître d’Œuvre : CNA
Maître d’Ouvrage : COMMUNE DE SAINTE FOY
Exploitant : COMMUNE DE SAINTE FOY
Constructeur : DOPPELMAYR
Année de construction : 2006
Montant de l’investissement : 4.700.000 €


Caractéristiques d’Exploitation

Saison d'exploitation : Hiver
Capacité : 6 personne(s)
Débit à la montée : 1800 (2800*) personnes/heure (100%)
Vitesse d'exploitation : 5 m/s
Temps de Trajet : 5min46
Tapis d’Embarquement : Non


Caractéristiques Géométriques

Altitude Aval : 1850 m
Altitude Amont : 2425 m
Dénivelée : 575 m
Longueur développée : 1733 m
Pente Maxi : 74 %
Pente Moyenne : 36 %


Caractéristiques Techniques

Type de Gare aval : UNIG-M
Type de Gare amont : UNIG-S
Sens de montée : Gauche
Embarquement : Axe de la ligne
Tension : Aval
Type de Tension : Hydraulique
Motrice : Amont
Type de Motorisation : Courant Continu
Puissance Développée : 700 KW
Rapport de réduction : 76.32 : 1
Dispositif d'accouplement : A108-C
Nb Pylônes : 18
Largeur de la voie : 6m10
Nombre de véhicules : 62 (94*)
Type de véhicules : 6E98
Espacement : 60 (39*) m

Caractéristiques du Câble

Fabricant du câble : TEUFELBERGER
Diamètre du câble : 45 mm
Composition du Câble : 6*41 WS
Câblage : Lang à droite
Ame : Compacte
Galvanisation : Oui

* Chiffres à terme


Ligne et Infrastructures du télésiège de la Marquise

La réalisation de cet appareil a été confiée par la mairie au constructeur Autrichien Doppelmayr par le biais de sa filiale Française. Le télésiège débrayable livré possède des gares UniG, gares apparues en France en 2001. Ces gares possèdent une couverture France qui contrairement aux couvertures Autrichiennes sont faites en bois. La Marquise possède une configuration classique pour ce type d’appareil avec la gare motrice positionnée au sommet et la gare retour-tension située en aval. L’appareil avec ses 62 sièges possède un débit de 1800 personnes par heure à la vitesse nominale de 5 mètres par seconde. Cependant il est dimensionné pour un débit de 2800 personnes par heure. La commune pourra donc si nécessaire ajouter des sièges pour augmenter les capacités de l’installation.


  • La Gare Aval

La gare aval est située au lieu des Charmettes d’en haut à 1850 mètres d’altitude. Avec sa couverture bois, la gare aval de type UniG-M s’intègre très bien dans l’environnement environnant qui est bordé par de la végétation. Elle incorpore une zone de maintenance l’allongeant quelque peu vers l’arrière.

Vues sur la gare aval
Image

Image

Image

Image

Image

Image

La gare est équipée d’une zone de maintenance permettant de stocker entre autres le véhicule de service
Image

L’embarquement
Image


  • La Ligne

La ligne monte rapidement au début pour gravir les premières pentes situées aux abords de la gare aval. Le profil se radoucit légèrement et entre dans une partie bordée par de la végétation. Le P7 imprime une montée plus forte qui va être atténuée petit à petit par le passage successif sur les pylônes. La ligne sort de la partie boisée et va prendre de l’inclinaison au P12. Cette inclinaison sera maintenue un certain moment. Elle va commencer à décroitre à partir du P16. Le passage sur les deux derniers ouvrages de ligne remet le câble sur un plan horizontal afin de rejoindre la gare amont.

Pour parcourir les 1733 mètres du tracé, le câble de l’installation est soutenu par 18 pylônes. Dans l’ordre de la montée cela donne :

P1 : 16C/16C
P2 : 6S/4S
P3 : 6S/6S
P4 : 6S/4S
P5 : 8S/4S
P6 : 8S/6S
P7 : 4SC/4SC
P8 : 8S/6S
P9 : 8S/6S
P10 : 8S/6S
P11 : 8S/6S
P12 : 4SC/4SC
P13 : 8S/6S
P14 : 4SC/4SC
P15 : 12S/8S
P16 : 12S/8S
P17 : 10S/8S
P18 : 12S/10S

La ligne depuis le bas
Image

En avant sur la ligne
Image

Sortie de gare
Image

le P3
Image

Sur la droite on aperçoit le toit de la Chapelle Saint Guérin
Image

Croisement avec la piste Grand Soliet
Image

Entrée de la ligne dans la végétation
Image

On continue
Image

Le P8 au bord de la piste Grand Soliet
Image

On recroise cette piste
Image

On sort de la partie bordée par de la végétation
Image

Image

Le P12 qui imprime la dernière montée
Image

Le P13 en bordure de la piste Grand Soliet
Image

La pointe de la Foglietta sur la droite
Image

Sur la gauche brille le CATEX servant à sécuriser les alentours de la gare amont
Image

Une dernière longue portée
Image

La gare amont pointe le bout de son nez
Image

Le dernier pylône
Image

Arrivée en gare amont
Image


  • La Gare Amont

La gare amont est située à 2425 mètres d’altitude au pied de l’arête de la Marquise. De type short, elle est plus courte que la gare aval. Au niveau de cette gare est placé le poste de conduite de l’appareil ainsi que les différentes chaines cinématiques. Un rail de stockage y est également présent permettant de ranger le véhicule de service ou de décycler en cas de besoin des sièges

Vues sur la gare amont
Image

Image

Image

Image

Image

Image


Fonctionnement de l’installation


  • Tension du câble porteur-tracteur

La tension dynamique du câble est réalisée en gare aval grâce à un dispositif hydraulique. Il est composé d’une centrale hydraulique et de deux vérins hydraulique d’une course de cinq mètres. Ils sont reliés à la poulie de retour qui est montée sur un lorry. La poulie de retour est à la largeur de la voie soit 6m10.


  • Les différentes chaines cinématiques


Montons en gare amont. La gare amont est donc la gare qui assure l’entrainement de toute l’installation. Les deux chaines cinématiques (la principale et celle de secours) présentes dans cet appareil sont celles classiquement utilisées par Doppelmayr à l’époque.

Vue globale montrant la chaine cinématique principale de l’installation
Image

L’exploitation normale est assure par un moteur Thrige à courant continu développant la puissance de 700 kW
Image

Le moteur est refroidit par ce ventilateur
Image

Sur l’arbre rapide qui sort du moteur électrique sont montés deux volants d’inertie
Image

Chacun de ces volants sert de piste de freinage pour les deux freins de sécurité 1 qui sont installés sur l’appareil. Zoom sur l’un de ces freins
Image

L’arbre rapide entre ensuite dans un réducteur à train épicycloïdal Doppelmayr-Lohmann. Le rapport de réduction est de 76.32 :1
Image

Toute l’huile qui sert à lubrifier les différents engrenages présents à l’intérieur du réducteur est refroidie en passant par un aéroréfrigérant
Image


En cas de panne du moteur principal ou d’une coupure du réseau, on va utiliser la marche de secours pour évacuer l’appareil. Cette marche de secours est possible grâce à l’emploi d’un moteur thermique. Il s’agit ici d’un moteur Cummins
Image

Le moteur thermique va donner puissance à une pompe hydraulique. La pompe va mettre en pression un circuit hydraulique qui va faire tourner deux motoréducteurs hydrauliques
Image

Pour effectuer la marche de secours, les deux motoréducteur présentés ici seront accouplé à la poulie motrice via une couronne dentée présente sur cette dernière
Image

A coté du moteur thermique se trouve également la centrale qui gère tout le circuit hydraulique de freinage de l’installation. Que ce soient les freins de sécurité 1 ou ceux de sécurité 2, tous ces organes sont à commande hydraulique
Image

Les freins de sécurité 2 sont placés sur la poulie motrice sont au nombre de deux. A coté des ces freins, on va trouver la dynamo tachymétrique qui va donner une image de la vitesse du câble à l’électronique de commande ainsi qu’une génératrice d’impulsions qui va faire donner une base temporelle
Image


  • Voies et cheminement


Dans les voies ce sont des pneus qui servent à déplacer les véhicules. Afin d’avoir une synchronisation parfaite de la vitesse des pneus, ils sont entrainés par une prise de mouvement sur le câble comme celle-ci
Image

La déviation en gare pour que le câble soit correctement placé dans la gorge de la poulie
Image

Les voies sont relevables grâce à une petite centrale hydraulique qui est pilotée à partir du poste de conduite. Ceci permet de débourrer un véhicule en cas de collision dans la gare
Image

L’un des vérins permettant le relevage des voies
Image

Le cadencement des véhicules est effectué en gare aval grâce à un cadenceur de type +/- vite, cadenceur permettant de corriger une avance comme un retard véhicule. Quand cette méthode n’est pas employée, trois embrayage-freins assurent en gare amont un cadencement de type Tout Ou Rien (TOR).


  • Commande


L’installation électrique a été sur cet appareil a été faite par la société rhodanienne SEIREL. Dans le poste de conduite on va trouver les armoires de puissance ainsi que l’ armoire de commande. Sur un des panneaux de l’armoire de commande, on va trouver l’écran de supervision de l’appareil, le généphone et les fonctionnalités courantes de l’appareil (arrêts, réarmement, marche …) . Sur un second panneau se trouvent les commandes lors de la marche de secours

Les armoires de puissance
Image

Le panneau de commande principal
Image

Le panneau de commande pour la marche de secours
Image

Une commande manuelle de secours permet de faire tomber les freins de sécurité 2
Image


Véhicules et pinces

Les sièges installés sur Marquise sont ceux classiquement fournis en France. Ils sont munis d’une assise ajourée afin de limiter la résistance au vent
Image

Siège en gare
Image

La pince employée est une pince Doppelmayr à ressorts de compression A108-C
Image

Passage de la pince sur un balancier de type support
Image

Passage de la pince dans un balancier de type support-compression
Image



Photos diverses

La ligne depuis le balcon de la gare amont
Image

Haut de la ligne avec Villaroger en face et Bourg Saint Maurice au fond à droite
Image

Ligne depuis la piste Grand Solliet
Image

Ligne au niveau du P13
Image

Ligne avec la Pointe de la Foglietta au fond à droite
Image

Ligne avec l’arête de la marquise à droite
Image

Ligne avec l’Aiguille Rouge au fond
Image

Ligne avec Villaroger en face
Image

Idem
Image


La Marquise et après ?

Après bien des déboires, la station a su engager la politique adéquate pour faire revenir les clients en nombre et avoir une situation économique viable. L’appareil de la Marquise est l’aboutissement de cette politique engagée afin de rendre le domaine skiable encore plus attractif. Performant, confortable, bien intégré dans le paysage et desservant du ski facile, cet appareil répond bien à la demande exprimée par la clientèle familiale venant désormais nombreuse.. Bien que la mairie envisage toujours un aménagement dans le vallon du Clou tel qu’il était prévu dans la première procédure UTN, les associations de défense de la nature font tout pour protéger ce vallon exceptionnel. La Marquise sera-t elle la dernière remontée mécanique installée en site vierge sur la station de Sainte Foy ?

Image


Ainsi se termine le reportage de cette installation. Remerciements au conducteur de l'installation pour la visite et sa gentillesse.
A Bientôt



Suivre la discussion sur le forum


Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.09737 secondes. 23 requete(s).
144 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés