En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 5Bannière 13Bannière 9Bannière 10

 TSD6 de la Pierre du Turc

La Toussuire (Les Sybelles)

Doppelmayr

T3 ES
Description rapide :
Télésiège débrayable réalisé en 2004 sur le domaine de la Toussuire. Positionné à la suite du télésiège de la médaille d'or

Mise en service en : 2004
FE Ce reportage possède 4 fonds d'écrans
Video Ce reportage possède 1 video

Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : Geofrider
Section écrite le 26/11/2009 et mise à jour le 19/12/2009
(Mise en cache le 07/07/2014)

Image


La Toussuire, station de Maurienne située au dessus de Saint Jean de Maurienne et reliée au domaine des Sybelles a fêté en 2007 ses soixante-dix ans d’existence. Depuis 2003 la station fait partie du domaine relié des Sybelles. Le domaine de la Toussuire – Les Bottières comporte 22 remontées mécaniques qui offrent accès à un total de 55 kilomètres de pistes. Le télésiège débrayable de la Pierre du Turc réalisé en 2004 est l’un des trois télésièges de ce type que comporte le domaine de la Toussuire

Les débuts de la Toussuire

La Toussuire station située sur un vaste plateau d’altitude se trouvant à 1700 mètres d’altitude commence à aménager ses pentes en 1937. Cette année là, les frères Augert installent le téléski artisanal de Comborcière qui trouve son départ au pied de leur hôtel. Stoppé par la seconde guère mondiale, le développement de la station reprendra son cours à la fin de cette dernière. Ce renouveau est impulsé par Louis Buisson qui construit de ses propres mains un petit téléski débutant baptisé Plans qui fut mis en service en 1947. Louis audacieux et volontaire s’engagea plus tard dans la réalisation d'un projet fou afin de conquérir l’un des hauts sommets qui culmine au dessus du plateau de La Toussuire, la Grande Verdette. Après trois ans de dur labeur et de travail acharné, il met en service le téléski de la Grande Verdette durant l'hiver 1953.

.
Premières liaisons inter-stations

Le développement de la station se poursuivra en réalisant des installations modernes faites par des entreprises spécialisées dans le construction de remontées mécaniques. Les stations voisines du Corbier et de la Toussuire ne sont pas encore reliées. Ces dernières comprirent qu’elles avaient tout à y gagner à se relier afin de proposer plus de ski à leurs clients. En 1984, la première liaison inter-stations voit donc le jour. Les domaines de la Toussuire et du Corbier séparés par un vallon dénommé la Vallée Perdue sont reliées mécaniquement par la mise en service de deux télésièges fixe. Un nouvel espace de ski est crée et prend le nom de domaine Grand Large. En 1991 le domaine Super Grand Large se crée grâce à la mise en place d’une navette entre Saint Jean d’Arves et Saint Sorlin d’Arves Désormais l’espace relié comporte cinq stations. Toutefois la liaison vers Saint Sorlin est peu pratique pour les clients arrivant de La Toussuire – Les Bottières ainsi que pour les clients de Saint Sorlin qui veulent aller skier sur le domaine de La Toussuire.

Huit ans plus tard, un terrain d’entente est trouvé afin de réaliser un projet vieux comme le monde qui est de relier les domaines des stations situées autour de la pointe de l’Ouillon qui culmine à 2431 mètres d’altitude. Ainsi cette année là, la procédure UTN pour l’aménagement des pentes de l’Ouillon est engagée et l’ouverture est prévue en 2003. Hiver 2003, la liaison Sybelles ouvre avec désormais six stations reliées : Le Corbier, Saint Jean d’Arves, Saint Sorlin d’Arves, Saint Colomban des Villards, les Bottières et La Toussuire. Le domaine skiable des Sybelles devient le quatrième plus grand domaine de France avec 310 kilomètres de pistes balisées. Coté Toussuire, pour accéder à cette liaison il faut prendre le téléski de la Tête de Bellard. Ayant un tracé raide et difficile, la station ne pouvait laisser en l’état la liaison ce qui aurait freiné le développement du domaine.

Entre construction et reconstruction

Eté 2004, la SORMET qui gère le domaine skiable de La Toussuire va engager de lourds travaux afin de moderniser son domaine skiable. Parallèlement au démontage du téléski du Petit Coin, cet été là, deux nouveaux télésièges débrayable six places vont sortir de terre. Le chantier se passe pour le mieux et l’appareil est opérationnel pour le début de la saison 2004.

Image
Chantier en gare aval à la mi-octobre

Image
Chantier en gare aval à la même période

Une nouvelle bien peu réjouissante arriva durant l’hiver de la saison 2006-2007. Il s’est avéré que lé béton livré présentait des défauts le rendant friable à l’humidité. Des lors Pierre du Turc qui fut concerné par cette affaire fut instrumenté pour suivre l’évolution du béton de ses massifs. L’exploitation durant la saison ne fut pas perturbée mais la station ne pouvait laisser trainer une telle situation qui pouvait à terme mener à la fermeture d’un appareil ô combien important dans l’organisation de son domaine skiable. Dès la fin de saison 2006-2007 fût entrepris un vaste chantier qui consista à refaire entièrement les massifs des gares et de chaque ouvrage de ligne. Les gares pesant chacune environ 100 Tonnes furent soulevées de leurs anciens massifs et déposées sur des massifs provisoires alors que quand il le fut possible pour les ouvrages de ligne, on a simplement décalé les pylônes de quelques mètres évitant des opérations d’héliportage et de manutention onéreuses et non sans risques. Au terme d’un chantier combinant difficultés et prouesses techniques, les gares sont redéposées sur leurs nouveaux massifs et l’appareil opérationnel pour le début de la saison 2007.

Voici une petite animation retraçant les grandes phases de ce chantier :
Image


Pierre du Turc : Destination Sybelles

La réalisation des deux télésièges débrayable a été l’occasion pour la station de la Toussuire de former une chaine d’accès performante pour rejoindre le téléski de l'Ouillon 1 qui permet d’accéder au point de liaison de l’Ouillon. Le premier maillon de cette chaine arrivant au sommet de la Grande Verdette, l’appareil de la Pierre du Turc à été positionné juste en face du sommet du premier télésiège débrayable. Une fois au sommet de cet appareil, on va donc accéder directement au téléski de l’Ouillon 1 et à la liaison Sybelles par l’Ouillon. La venue de ce télésiège à donc permis de considérablement faciliter l’accès à cet appareil qui se faisant auparavant par un téléski à enrouleurs que l’on prenait une fois au sommet de la Tête de Bellard.

Le débit à été nettement amélioré puisqu’il est passé de 900 personnes par heure à 1445 personnes par heure. Le temps de trajet est sensiblement le même mais le confort a lui aussi été nettement amélioré. L’avantage du télésiège est qu’il permet de transporter facilement toutes les clientèles à son sommet. De nos jours ce télésiège rejoint les deux téléskis des 2 Croix, téléskis installés en 2009 afin d’avoir plus de débit vers le point de liaison vers l’Ouillon.

Cet appareil est clairement orienté vers les Sybelles. Bien qu’il permette de donner accès à une petite zone débutante en altitude, Pierre du Turc n’a pas vraiment vocation à desservir du ski propre car les pistes desservies présentent peu d’intérêt.

A son sommet trois pistes bleues sont desservies :
- La piste Abbesse qui rejoint le bas de cet appareil et sert de piste de retour vers la Toussuire.
- La piste bleue Chamois qui donne accès aux téléskis 2 Croix 1&2 et Chamois
- La piste bleue Plan de la Combe qui retourne au bas du téléskidu même nom.

Situation sur le plan des pistes
Image

Vue Globale du tracé :
Image


Les Caractéristiques de l’installation

Caractéristiques Administratives

TSD-Télésiège à attache débrayable : PIERRE DU TURC
Maître d’Ouvrage : SOREMET
Maître d’Œuvre : CETARM 73
Génie Civil : SOMERM
Montage : SOMERM
Exploitant : SOREMET
Constructeur : DOPPELMAYR
Année de construction : 2004
Montant de l’investissement : 4.000.000€

Caractéristiques d’Exploitation

Saison d'exploitation : Hiver
Capacité des véhicules : 6 personne(s)
Débit à la montée : 1800 (2400*) personnes/heure (100%)
Débit à la descente : 594 (792*) personnes/heure (33%)
Temps de Trajet : 4min11
Vitesse d'exploitation : 5 m/s
Tapis d’Embarquement : Non

Caractéristiques Géométriques

Altitude Aval : 2115 m
Altitude Amont : 2296 m
Dénivelée : 181 m
Longueur Horizontale : 1338 m
Longueur développée : 1236 m
Pente Maxi : 52 %
Pente Moyenne : 14 %

Caractéristiques techniques

Type de Gare Aval : UniG-M
Type de Gare Amont : UniG-S
Sens de montée : Gauche
Embarquement : Axe de la ligne
Tension : Aval
Type de Tension : Hydraulique
Nombre de Vérins : 2
Motrice : Aval
Type de Motorisation : Courant Continu
Puissance Développée : 700 KW
Réducteur : Doppelmayr-Lohmann
Rapport de réduction : 78.24 : 1
Dispositif d'accouplement : Pince A108-97
Nombre de Pylônes : 14
Largeur de la voie : 6m10
Nombre de Sièges : 50 (60*)
Type de Sièges : 6E98
Espacement : 60 m (45 m*)

Caractéristiques du Câble

Fabricant du Câble : Trefileurope
Diamètre du câble : 45 mm
Composition : 6X31 WS
Câblage : Lang à Droite
Âme : Compacte
Galvanisation : Oui


* Chiffres à terme


Ligne et Infrastructures du télésiège de la Pierre du Turc

La réalisation de cet appareil a été confiée suite à un appel d’offres au constructeur autrichien Doppelmayr via sa filiale française basée à Modane. Le télésiège débrayable six places livré est équipé de gares UniG, gares apparues en France en 2001 . Les gares possèdent une couverture France qui est en bois. A sa mise en service en 2004, le télésiège offrait un débit de 1445 personnes par heure. Le débit était limité afin de ne pas trop surcharger le téléski de l’Ouillon qui était seul à assurer l’accès à l’Ouillon même si a quelques moments cela à créer quelques bouchons au départ de cet appareil. Depuis 2009 le débit de cet appareil a été poussé à 1800 personnes par heure par ajout de dix véhicules en provenance du télésiège de la Médaille d’Or. Ceci a été rendu possible avec la mise en service des deux téléskis des 2 Croix qui remplacent le téléski de l’Ouillon.


  • La Gare Aval

La gare aval est située au sommet de la Grande Verdette au bord de la piste Marmottes. Elle est donc à proximité de la gare amont du télésiège de la Médaille d'Or. Cette gare est la gare motrice. Dans cette gare est également placé le dispositif de tension du câble de l’installation. On va donc trouver à ce niveau le poste de conduite de l’installation. Elle intègre également un rail où est rangé en exploitation normale le véhicule de service. .

Vues sur la gare aval :
Image

Image

Image

Image

Image

Image

L’embarquement :
Image


  • La Ligne

La ligne ne gravit pas beaucoup de mètres puisque la dénivellation de l’appareil est seulement de 181 mètres. Après être sorti de la gare aval et avoir pris de la hauteur pour passer au dessus de la piste Marmottes, la ligne va suivre un terrain en dévers et descendre pour satisfaire les exigences de la réglementation en matière de hauteur de survol. Après avoir passé le P6, la ligne va suivre une portion plus plate avant de reprendre de l’inclinaison au niveau du P9. Après une nouvelle partie un peu moins pentue, le tracé va reprendre de l’inclinaison au niveau du P12 qui imprime la montée finale. Le tracé rejoint ensuite sans encombre la gare amont.

Au total le tracé de ce télésiège comporte 14 pylônes répartis comme suivant : 3 compressions, 2 supports-compression et 9 supports.
Dans l’ordre de la montée cela donne :

P1 : 12C/12C
P2 : 8S/8S
P3 : 8S/8S
P4 : 8S/6S
P5 : 8S/8S
P6 : 12C/12C
P7 : 4SC/4SC
P8 : 8S/8S
P9 : 12C/12C
P10 : 10S/10S
P11 : 12S/12S
P12 : 4SC/4SC
P13 : 8S/8S
P14 : 8S/8S

La ligne depuis le bas de l’installation :
Image

En avant sur la ligne :
Image

Le P2 et la piste Marmottes juste derrière :
Image

Juste après le P3 :
Image

En approche sur le P4 :
Image

En direction du P5 :
Image

Descente sur le P6 :
Image

Passage au dessus d’une dépression :
Image

Partie plus plate :
Image

On continue :
Image

En approche d’une nouvelle montée :
Image

Zoom sur le P9 :
Image

Le P10 avec à son pied l’ancien départ du téléski des chamois :
Image

Le P11 :
Image

On se rapproche du sommet :
Image

Croisement avec la piste Abbesse :
Image

Les derniers mètres :
Image

Le dernier pylône et arrivée en gare amont :
Image


  • La Gare Amont

La gare amont est située à 2296 mètres sur une butte qui arrive en face du sommet baptisé la Pierre du Turc qui donne nom à ce télésiège. La gare est proche de la station de retour du téléski des Chamois. La gare est une UniG-Short .elle est donc plus courte que la gare aval.

Vues sur la gare amont :
Image

Image

Image

Image

Image


Véhicules et pinces

La pince utilisée est une pince Agamatic (Doppelmayr Italia) à ressorts de compression. Il s’agit plus précisément d’une pince A108-97 :
Image

Passage de la pince sur un balancier de type support :
Image

Passage de la pince dans un balancier de type support-compression :
Image

Passage de la pince sous un balancier de type compression :
Image

Les sièges sont ceux classiquement utilisés par Doppelmayr en France. Il s’agit des sièges 6E98 qui ont une assise ajourée afin d’avoir moins de résistance au vent :
Image

Image

Le véhicule de service de l’installation :
Image


Fonctionnement du télésiège de la Pierre du Turc

Interessons nous au fonctionnement de l'appareil et des divers organes présents dans la gare aval.


  • Les différentes marches de l’appareil

Voici une vue partielle sur le treuil principal de l’installation
Image

Passons-le en détails. En premier lieu on trouve un moteur électrique. Ici il s’agit d’un moteur Thrige à courant continu développant une puissance de 700KW :
Image

Sur l’arbre rapide qui est entrainé par le moteur, on trouve deux volants d’inertie. Sur chacun des deux volants est monté un frein de sécurité 1.
Image

Zoom sur l’un des freins de sécurité 1 :
Image

L’arbre rapide entre ensuite dans un réducteur à train épicycloïdal Doppelmayr-Lohmann. Le rapport de réduction est de 78,24 : 1 ce qui veut dire que l’arbre rapide devra faire 78,24 tours pour que la poulie motrice fasse un tour :
Image

Les centaines de litres d’huile qui sont présentes dans le réducteur pour lubrifier les différents engrenages passent dans un radiateur pour être refroidie.
Image

En cas de panne du moteur principal ou d’une coupure du réseau, on va utiliser la marche de secours pour évacuer l’appareil. Cette marche de secours est possible grâce à l’emploi d’un moteur thermique. Il s’agit ici d’un moteur Cummins :
Image

Le moteur thermique va donner puissance à une pompe hydraulique. La pompe va mettre en pression un circuit hydraulique qui va faire tourner un motoréducteur hydraulique qui est positionné juste à coté du réducteur :
Image

La poulie motrice est à la largeur de la voie soit 6m10. Vous pouvez voir ici au premier la dynamo tachymétrique câble qui donne une image à l’automatisme de commande de la vitesse câble :
Image

Sur cette poulie motrice sont montés deux freins de sécurité 2. De part et d’autres on trouve les générateurs d’impulsion lanceur et ralentisseur qui servent entre autre de référence pour le cadencement des véhicules.
Image


  • Tension du câble porteur-tracteur

Sur Pierre du Turc, l’ensemble du treuil est monté sur un lorry. Ce lorry est relié à deux vérins hydraulique qui assurent la tension dynamique du câble. La tension nominale est de 38000 daN:
Image

La pression hydraulique dans les vérins est obtenue grâce à une centrale hydraulique qui se trouve dans la gare :
Image

Les vérins sont dotées de vannes parachutes en cas de rupture d’un flexible hydraulique ou d’un défaut sur la centrale, empêchant le câble de se détendre violemment: :
Image


  • Voies et Cheminement

Dans chacune des voies ce sont des pneus qui servent à déplacer les véhicules. Afin d’avoir une synchronisation parfaite de la vitesse des pneus, ils sont entrainés par une prise de mouvement sur le câble comme celle-ci
Image

Une pince dans le contour :
Image

Le lanceur :
Image

Fin du lanceur et came d’embrayage :
Image

En cas de casse d’une prise de mouvement, en extrémité de chacune des voies, on trouve un galet qui va être mis en contact avec le câble de l’appareil. Une fois relié aux éléments faisant tourner les pneus, il va faire office de prise de mouvement de secours. Vous pouvez voir également sur cette photo le tunnel de non dérive qui empêche tout véhicule mal embrayé de sortir de gare :
Image

Les voies sont relevables grâce à une petite centrale hydraulique qui est pilotée à partir du poste de conduite. Ceci permet de débourrer un véhicule en cas de collision :
Image

Zoom sur l’un des dispositifs permettant le relevage :
Image


  • Cadencement

Dans la programmation des automates de sécurité chaque véhicule occupe une place théorique sur la boucle de câble. L’espacement entre chaque véhicule est décompté en impulsions qui sont générées par une génératrice positionnée comme on l’a vu plus haut à coté des freins de sécurité 2.

En cas de différence par rapport au positionnement théorique, l’automate va corriger le placement du véhicule. Deux méthodes de cadencement son possible soit celle dite du plus-ou-moins vite soit celle du Tout ou Rien.

En gare aval, on va trouver un cadenceur de type plus-ou-moins vite. Ce type de cadenceur permet aussi bien de corriger une avance qu'un retard du véhicule par rapport à sa position théorique
Image

Si la méthode de cadencement de Type tout ou Rien est choisie, c’est en gare amont que cela va se passer. Trois éléments dit embrayage-freins vont permettre de corriger uniquement une avance véhicule en retardant l’avancement du ou des sièges concernés.
Image


  • Commande

L’appareillage électrique a été confié à la société Seirel. Dans le poste de conduite on va trouver les armoires de puissance ainsi que l’armoire de commande. Sur le premier panneau, on va trouver l’écran de supervision de l’appareil, le généphone et le panneau de commande en marche de secours.
Sur le deuxième panneau, on va trouver les fonctionnalités courantes de l’appareil (arrêts, réarmement, marche …). On trouve également un afficheur qui indique la valeur de la pesée des pinces :
Image


Diverses Photos

Ligne depuis la piste des Marmottes:
Image

Ligne depuis le haut de la piste Abbesse :
Image

Ligne avec la Cime Caron sur la droite :
Image

Ligne avec la vallée perdue et la station d’Albiez sur la droite :
Image

Bas de la ligne :
Image


Pour Conclure

Pour conclure la venue de Pierre du Turc associée à la réalisation de Médaille d’Or a grandement facilité l’accès vers la liaison Sybelles. L’installation mise en place répond parfaitement au cahier des charges demandé et associe performance et rapidité le tout avec un confort appréciable. Un investissement qui malgré les difficultés est totalement réussi et parfaitement cohérent au sein de l’organisation du domaine de la Toussuire et plus globalement du domaine des Sybelles.

Nos remerciements au personnel de la SOREMET pour la visite de l’installation

Image

Ainsi se termine le reportage sur cette installation
A Bientôt



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.09772 secondes. 38 requete(s).
135 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés