En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 7Bannière 43Bannière 24Bannière 41

 TSD6 de Peyrol

Vars (Forêt Blanche)

Leitner

T2 ES
Description rapide :
À travers ce reportage, découvrez le dernier télésiège construit sur le secteur historique de la Mayt.

Mise en service en : 2004

Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : Le Risoulien
Section écrite le 10/07/2015 et mise à jour le 19/07/2015
(Mise en cache le 19/07/2015)

Je vous propose un reportage un peu spécial sur le télésiège de Peyrol à Vars retraçant l'équipement en remontées mécaniques d'un sommet phare de la station : La Mayt. Du téléski du même nom construit en 1952 au tout récent télésiège de Peyrol datant de 2004, découvrez les installations ayant participés au développement de la station !

Image



Vars

ars est une commune alpestre, du département des Hautes-Alpes, située sur lʼaxe qui relie les communes de Guillestre et de Barcelonnette, par le col de Vars à 2108 mètres. Du haut du col, en regardant vers le sud, il est possible de distinguer les gorges de lʼUbaye.

La commune est composée de quatre hameaux : Saint-Marcellin (1500 mètres d'altitude), Sainte-Marie (1650 mètres d'altitude), Sainte-Catherine (1750 mètres d'altitude) et Les Claux. Ce dernier hameau, qui constitue le cœur de la station de ski actuelle, sʼétage entre 1 800 mètres et 1 950 mètres. Vars se situe en outre aux portes du Parc naturel régional du Queyras. Une partie de la commune, la réserve du Val dʼEscreins, une des premières réserves municipales de France créée en 1664, est intégrée au parc depuis 1977. A 3 385 mètres dʼaltitude, la Font Sancte est à la fois le point culminant de la commune et du parc régional du Queyras.

Les premières remontées mécaniques datent de 1937 avec un téléautoski à proximité du refuge Napoléon (entre la sortie de Vars les Claux et le col de Vars) et le téléski de Peynier démonté en 1977 (prédécesseur de lʼactuel téléski de Peynier 1). Le téléski qui permettra de rejoindre le sommet de Peynier a été construit en 1952 (remplacé en 1977 par le téléski de Peynier 2). Par la suite une multitude de remontées mécaniques seront construite entre Vars Sainte-Marie et Vars les Claux dont la 1ère télécabine 12 places des Alpes du Sud, la télécabine de Chabrières.

Vars constitue, avec Risoul, le domaine de la Forêt Blanche entre 1650 et 2780 mètres dʼaltitude. Ce domaine compte 180 kilomètres de pistes, 109 pistes et 50 remontées mécaniques.

Malgré un abandon progressif ces derniers années, Vars reste un site majeur pour le ski de vitesse ou kilomètre lancé (KL).
Sur une pente raide (maximum de 98%, soit un angle proche de 45°), des skieurs sʼélancent dans le but dʼatteindre la vitesse la plus élevée possible. La piste de Vars détient ainsi le record du monde de lʼépreuve (Simone Origone : 252,632 km/h, 2015).

Cliquez sur l'image pour accéder à la page de la station.
Image



Histoire d'un sommet : La Mayt

Les débuts de Vars et le développement de la Mayt

Les premières remontées mécaniques de Vars apparaissent en 1937 au col du même nom, non loin du refuge Napoléon. Il s'agit de deux télé-luges nommés "les Prises" se situant en continuité et qui permettent de desservir de vastes champs de neige. Ils sont complétés en 1950 par la construction du téléski de l’Écuelle sur le versant opposé. Ce petit secteur sera définitivement abandonné en 1969 à cause de la trop grande distance avec le nouveau domaine skiable.

L'un des deux télé-luges. (© vars.over-blog.com)
Image

Le tracé des deux télé-luges avec le refuge Napoléon en bas à gauche. (© vars.over-blog.com)
Image

Le téléski de l’Écuelle face au refuge Napoléon. (© vars.over-blog.com)
Image


En effet, après la construction de ces appareils, c'est les pentes de Peynier qui ont été équipé par Poma d'un téléski dès 1938. Celui ci sera prolongé par le téléski de Peynier 2 en 1952.

Une vue du téléski de Peynier 1. (© vars.over-blog.com)
Image


Ce nouveau domaine skiable prend réellement de l'élan à partir de cette fameuse année 1952 avec la construction de l'installation Peynier 2 mais également d'un mythique appareil de la station : le téléski de la Mayt. En effet, cet appareil ouvre un tout nouveau secteur et est la première remontée mécanique à avoir équipée les pentes de la Mayt. Ce téléski est à cette époque un record en Europe : il est le plus long et le plus rapide appareil de ce type que l'on puisse trouver sur le continent ! Avec une longueur de 2700 mètres et un dénivelé de 560 mètres, celui ci prend son départ à Vars les Claux, pour l'occasion créé, et arrive en contrebas de la Mayt à 2340 mètres d'altitude. Il fut livré par Poma qui construisit également le téléski de Peynier 2 cette même année.

La gare aval vue depuis la route. (D.R.)
Image

Vue d'un peu plus près. (D.R.)
Image

Sur le côté, dans ses premières années d'exploitation. (© vars.over-blog.com)
Image

La ligne. (© vars.over-blog.com)
Image


10 ans plus tard, le secteur de la Mayt est équipé de deux nouveaux appareils performants permettant de doubler le téléski de la Mayt sur toute sa longueur en allant même plus haut encore. Il s'agit du télésiège deux places à pince fixe de Sainte Marie, le premier appareil de ce type à Vars, et du téléski de Peyrol. Le télésiège partait de Vars Sainte Marie dans le but de rapprocher le plus possible les deux secteurs de la Mayt et de Peynier. Cet installation était prolongée par le téléski de Peyrol dont l'arrivée se situait à 2533 m d'altitude. Les particularités du télésiège étaient de posséder quelques véhicules équipés de coque de protection mais également de disposer d'un arrêt intermédiaire à mi-parcours. A noter que le constructeur est inconnu mais qu'il pourrait bien s'agir là aussi de Poma. En ce qui concerne le téléski de Peyrol, son constructeur était Montaz Mautino.
C'est également dans ses années là qu'est construit le petit téléski de l'Alpet dont l'exploitation cessera très rapidement en 1966. Il fut installé non loin du téléski de Peyrol 1 et desservait une petite piste verte qui est aujourd'hui la fin de la piste Vallon.

Le téléski des Heureux, qui donnait accès à la piste actuelle du même nom, est un appareil très mystérieux avec peu d'information. On peut supposer que celui ci a été construit durant ces années dans le but d'agrandir le domaine mais également d'atteindre le col de Saluce à 2436 mètres d'altitude. Ce col, situé en contrebas de la Mayt, est aujourd'hui un point de passage important puisqu'il permet d'accéder à Vars depuis Risoul et inversement.

Une vue Google Earth de l'aménagement de la Mayt dans les années 1960. (©Google earth)
Image

La gare aval avec la ligne du télésiège de Sainte Marie. (© vars.over-blog.com)
Image

Le début de la ligne. (© vars.over-blog.com)
Image

Idem. (© vars.over-blog.com)
Image

L'arrivée sur le plateau de Peyrol. (© vars.over-blog.com)
Image

La fin de la ligne depuis la gare amont. (D.R.)
Image

Une carte postale où apparait le télésiège. (D.R.)
Image

La gare aval du téléski de Peyrol avec celle de l'Alpet. (© vars.over-blog.com)
Image

La montée de Peyrol avant le premier virage. (D.R.)

Image

Idem. (© vars.over-blog.com)
Image

Le téléski de Peyrol avec la crête de l'Eyssina. (D.R.)
Image


Une photo du téléski des Heureux prise depuis le col de Saluce, dont on aperçoit un pylône au centre de l'image. (D.R.)

Image


Le téléski des Plans est la nouveauté de l'année 1969. Construit non loin de celui de la Mayt, il ouvre de nouvelles pistes et permet aux skieurs garés non loin de lui d'accéder directement et plus rapidement au front de neige de Vars les Claux. En effet, il fallait avant son arrivée emprunter le long téléski de la Mayt et descendre de longues pistes avant de pouvoir arriver sur ce front de neige. Plans a également permis de décharger ce dernier.
Seulement un an après lui, le téléski Adroit est construit. Prenant son départ sur le tout jeune front de neige des Claux, il arrive au même endroit que le téléski des Plans permettant ainsi de relier plus facilement Vars les Claux au secteur de la Mayt.

Voici une photo du téléski des Plans... (© vars.over-blog.com)

Image

...et une autre du téléski de l'Adroit. (© vars.over-blog.com)

Image


En 1971, la Mayt se voit équipé de deux téléskis : Patégous et Lièvre. Celui du Lièvre, actuellement toujours en service, prenait son départ en contrebas de l'arrivée des téléskis Plans et Adroit et arrivait sous la Mayt, à 2400 mètres d'altitude, sur une petite arrête. La mise en service de ce téléski a ainsi permis de proposer un accès plus rapide au secteur de la Mayt depuis les Claux via le téléski de l'Adroit. Il a également aider le téléski de la Mayt a hisser les skieurs vers ce secteur.
Quant à Patégous, il ouvre de nouvelles pistes et arrive à la même hauteur que le téléski de Peyrol.
Ces deux appareils ont été construit pour doubler le téléski de la Mayt, premier appareil du secteur, et qui arrive à ce moment là dans ses dernières années d'exploitation.

La gare aval du téléski du Lièvre. (© Juli_1)
Image

La poulie retour de celui ci. (© Juli_1)
Image

La gare d'arrivée du téléski de Patégous, mise en place dans ses dernière années d'exploitation. (© vars.over-blog.com)
Image

Voici un plan de l'aménagement du secteur en 1971. (© Google earth)
Image


L'année 1976 marque un tournant pour Vars. Avec la mise en service du télésiège de Valbelle-Razis à Risoul, la Mayt devient le point de passage pour la liaison entre les deux stations. La fréquentation des remontées mécaniques augmentent et l'exploitant va chercher dans les années suivantes à améliorer cette liaison avec la mise en service de trois nouveaux appareils dont nous parlerons plus tard.

Alors que l'exploitant développe d'autres secteurs de son domaine skiable, le téléski de la Mayt, premier appareil du secteur éponyme, montre des signes de faiblesse. Les problèmes qu'il rencontre ne sont pas liés à son âge, ni à son débit, mais au fort mouvement de terrain que sa ligne rencontre. Sa construction a encore plus accentuer un phénomène existant sur le secteur à tel point que le pylône P9 a bougé de 7 mètres en 26 ans ! Pour continuer son exploitation, il fallait redresser les pylônes et les amarrer au sol par l'intermédiaire de câble en acier avant chaque mise en service. Cette situation, de plus en plus difficile, a poussée la station à arrêter l'exploitation du téléski en 1978. Il n'est cependant pas démonté en vue d'une éventuelle remise en service.

Voici un document expliquant ces phénomènes de mouvement. (© vars.over-blog.com)
Image


La courbe du haut représente la ligne en profil et la courbe du bas représente la ligne vue de dessus. On remarque ainsi que le pylône P8 permettait de faire un virage vers la droite.

C'est également en 1978 que le télésiège fixe deux places des Claux est construit. Équipé d'une gare intermédiaire lui permettant de desservir deux versants, il double le téléski de l'Adroit sur un tracé différent. Sa construction a ainsi fait augmenter la fréquentation du téléski du Lièvre, seul appareil permettant d'accéder au secteur de la Mayt depuis les Claux. Cette année est aussi marquée par la construction du téléski des Sagnettes : une installation située sur les pentes desservies par le télésiège de Sainte Marie. Celui ci a permis de desservir la piste Gibertins et ainsi développer le ski propre sur le secteur.

Un plan de l'année 1978. On voit bien l'importance du téléski du Lièvre maintenant que celui de la Mayt n'est plus en service. (© Google earth)
Image


Le secteur historique de Peynier et celui de la Mayt sont reliés ski au pied en 1981 avec la construction du télésiège fixe deux places de Peynier. Celui ci est, comme les Claux, équipé d'une gare intermédiaire permettant de desservir deux versants dont celui de Peynier. Le tronçon permettant de remonter vers la Mayt double en partie le téléski des Plans. Le gare intermédiaire de Peynier, là où les skieurs embarquent pour se rendre sur l'un des deux versants, se situe plus haut que la gare de départ de Plans. Cette nouvelle position a permis d'agrandir les parkings de la station et ainsi faciliter le ski à la journée.

En 1984, le téléski de la Mayt, toujours inexploité depuis 1978, est définitivement démonté. Celui ci ne peux pas être remis en service du fait que le terrain où il évolue n'est toujours pas stable. Les pistes présentes sur celui ci sont également abandonnées afin d'éviter d’aggraver les mouvements.

En 1985, le téléski de Peyrol est doublé par un appareil du même type construit également par Montaz Mautino. La mise en place de la liaison et l'augmentation de la capacité d’accueil de la station sont les principales raison de ce doublage. A noter que lors de la construction de ce second appareil, le premier a été rénové afin de faciliter la maintenance et l'exploitation des deux installations.

La gare aval des deux téléskis. (© vars.over-blog.com)
Image


Ces années '80 voient également la construction de deux téléskis sur le secteur de la Mayt. Le premier se nomme Col du Vallon et est construit entre le col du Vallon et l'arrivée de l'actuel téléski de la Bergerie. Son seul but était de transporter les skieurs de Risoul vers le Col de Saluce. Celui ci a permis de désengorger les téléskis de Peynier dont la fréquentation était de plus en plus élevée. Le second appareil construit est un téléski à perche fixe qui permet de remonter sur le plateau de Peyrol après avoir emprunté le chemin de la Résinière.

Un plan des années 80. (© Google earth)
Image

Détail sur le téléski du Col du Vallon. (© Google earth)
Image


La restructuration du secteur de la Mayt

En 1992, le téléski des Sagnettes construit 14 ans auparavant est démonté car il s'avère peu fréquenté. En effet, les skieurs préfèrent emprunter le télésiège de Sainte Marie du fait de son meilleur confort. Compte tenu de son jeune âge, il est cédé à la station de Risoul qui le réimplantera par l'intermédiaire de Poma sur son domaine afin de devenir le téléski de la Bergerie en 1993.

C'est également en 1993, lors d'une grosse vague d'investissements, que les téléskis du Col du Vallon et du Col de la Résinière sont démontés. Ces deux appareils sont refondus en un seul qui est issu de la récupération du téléski du Col de Crévoux, remplacé cette même année par un télésiège fixe quatre places. Ce nouvel appareil de Montagner emprunte un tracé totalement différent des anciens appareils puisqu'il rejoint directement l'arrivée des téléskis de Peyrol depuis la piste Vallon. Mais il ne s'agit pas du seul investissement sur cette partie du domaine. En effet, le vieux téléski des Heureux est remplacé par un télésiège à pinces fixe quatre place qui emprunte un tracé différent : la gare aval se situe au même endroit mais la gare amont est placée directement sur la Mayt à 2550 mètres d'altitude. C'est ainsi le premier appareil à atteindre ce mythique sommet ! Ce nouvel emplacement a permis une meilleure connexion avec le secteur de Peyrol ainsi qu’avec la station de Risoul.

La disposition des appareils en 1993. (© Google earth)

Image

La gare aval du téléski Vallon. (© Juli_1)
Image

Sa gare amont. (© Juli_1)
Image

La gare aval du télésiège de la Mayt. (© Juli_1)
Image

Sa gare amont. (© Juli_1)
Image


Entre 1999 et 2004, l'axe "Vars Sainte Marie - Plateau de Peyrol - Mayt" est totalement rénové. C'est en effet un télésiège débrayable quatre places qui vient remplacer dès 1999 celui de de Sainte Marie sur un tracé similaire. La vitesse, le confort ainsi que le débit sont grandement améliorés. Il s'agit du second télésiège débrayable de la station.
En 2004, c'est au tour des téléskis de Peyrol et de Patégous d'être remplacés par un télésiège débrayable six places Leitner.

Le nouveau télésiège débrayable de Sainte Marie.
Image


Dans les années suivantes, les téléskis Plans et Adroit sont respectivement démontés en 2007 et en 2008. Le téléski des Plans est totalement délaissé au profit du télésiège de Peyniers et les pistes qu'il dessert sont très peu fréquentées. Dans un même temps, le téléski de l'Adroit ayant un rôle doublon, il est beaucoup moins fréquenté que son voisin le télésiège des Claux. Ces deux appareils sont donc retirés du paysage afin de réduire les coûts d'entretien et d'exploitations.
L'année où Adroit est démonté, le télésièges des Claux est raccourci. En effet, le tronçon menant au télésiège des Escondus est supprimé car les pylônes implantés au milieu des pistes sont jugés trop dangereux. Ainsi, sa gare intermédiaire a été transformée en gare aval.

La nouvelle gare aval du télésiège des Claux. (© Juli_1)
Image


En 2010, le téléski du Vallon est déplacé sur le domaine de Crévoux. Ce déplacement est dû au rôle secondaire qu'il assure puisque les skieurs préfèrent emprunter le télésiège de Peyrol. C'est ainsi le dernier chantier réalisé sur ce secteur de la station.

La cabane de l'opérateur, seul reste du téléski du Vallon sur le domaine de Vars.

Image



Un télésiège débrayable six places pour trois téléskis

Suite au remplacement du télésiège de Sainte Marie par un appareil débrayable, l'exploitant se concentre sur l'amélioration de son secteur d'altitude. Les téléskis de Peyrol 1&2, âgés respectivement de 42 et 19 ans en 2004, commencent à être un vrai problème au début des années 2000. Leur faible débit théorique de 1800 personnes par heure et leur confort spartiate ne sont pas très bien vus par les skieurs. Après avoir obtenu les accords, la SEDEV et Leitner lancent en 2004 la construction du premier télésiège débrayable six places de Vars : Peyrol. Sa mise en service a également entrainé le démontage du téléski de Patégous afin de rendre le secteur plus lisible aux skieurs en supprimant le plus de pylônes possible. Ce démontage permet également de limiter les coûts d'exploitation : le nouveau télésiège doit être utilisé le plus possible.
Peyrol a reprit le même tracé que ces prédécesseurs avec des gares positionnées aux mêmes endroits. Sa ligne survole maintenant une crête et offre une superbe vue sur celle de l'Eissyna. L'appareil a été exploité à 1800 personne par heure de 2004 à 2010. C'est à partir de cette dernière que le débit a été augmenté suite au démontage du téléski du Vallon.

Le tracé du nouveau télésiège. (© Google earth)
Image



Peyrol : Liaison et ski propre

En hiver

Le télésiège de Peyrol est un appareil structurant au sein du domaine. Aidé du télésiège de la Mayt, il permet d'accéder à Risoul via un petit chemin de liaison direct. Il est également très utilisé le matin lorsque les clients de Vars Sainte Marie veulent accéder au domaine d'altitude.
Mis à part ces rôles de liaison, il est très apprécié du fait qu'il dessert un nombre élevé d’itinéraire. Parmi eux se trouvent une piste très appréciée des skieurs de la Forêt Blanche : l'Olympique Supérieure. Ce télésiège dessert également le stade de Patégous.

Voici une description détaillée de chaque itinéraire qu'il dessert :



  • Olympique Supérieure : Cette longue et belle piste, divisé en deux parties nommé "Olympique supérieure" et "Olympique inférieure", est desservie par la chaîne des deux télésiège. Partant de 2530 mètres d'altitude, elle franchit un dénivelé de 900 mètres en parcourant 3178 mètres de longueur avant d'arriver à Vars Sainte Marie, situé à 1630 mètres d'altitude.
  • Stade de Slalom Patégous : Peu utilisé pour la pratique du slalom, il l'est beaucoup pour celle du ski parapente. Il permet également d'éviter une partie difficile de la piste de l'Olympique Supérieur.
  • Crêtes Patégous : Cette piste a pour rôle de donner accès aux tracés menant à Vars les Claux directement depuis l'arrivée du télésiège de Peyrol.
  • Crêtes : Peu fréquenté de part sa difficulté et son accès difficile, cette piste donne accès à la piste noire des Casses lui amenant ainsi quelques clients recherchant de la technicité.
  • Vallon : La piste Vallon est très utilisée par les skieurs. En effet, c'est elle qui permet l'accès à Risoul depuis l'arrivée du télésiège. Son tracé rentre ensuite dans le vallon situé entre Razis et la Mayt.
  • Mur : Située sur le tracé de l'ancien téléski des Vallons, cette piste permet de rejoindre celle du Vallon depuis l'arrivée du télésiège de Peyrol.


Situation sur le plan des pistes :

Image

Image


En été

Durant cette période de l'année, ce télésiège est ouvert sept jour sur sept avec le télésiège de Sainte Marie et dessert de longue piste de VTT. Il a également la charge de donner accès à Vars les Claux pour que les clients puissent emprunter la télécabine des Chabrières.
Grâce à lui, la liaison entre les deux stations peut même être effectuée l'été via le même chemin d'accès utilisé en hiver.

Le plan des pistes estival.
Image



Caractéristiques

Caractéristiques administratives

[b]TSD-Télésiège à pinces débrayables[/b] : PEYROL
Exploitant : SEDEV
Constructeur : Leitner
Année de construction : 2004
Maître d'oeuvre : CNA

Caractéristiques d’exploitation

Saisons d'exploitation : Été et hiver
Capacité : 6 personnes
Débit à la montée : 2600 personnes/heure (1800 *)
Débit à la descente : 433 personnes/heure (306 *)
Vitesse d'exploitation maximale : 5 m/s
Temps de trajet : 4 minutes 42 secondes
Sens de montée : Par la gauche

Caractéristiques géométriques

Altitude aval : 2143 m
Altitude amont : 2533 m
Dénivelée : 390 m
Longueur développée : 1 410 m
Pente maximale : 71 %
Pente moyenne : 29 %
Nombre de pylônes : 14 (9 support / 1 compressions / 4 support compression)
Porté maximale : 198 m
Survol maximal : 20 m

Caractéristiques techniques

Emplacement motrice : Amont
Puissance développée : 550 kW
Type de moteur principal : Continu
Moments de puissance : 702 kW
Diamètre de la poulie motrice : 4 800 mm

Emplacement tension : Aval
Type de tension : Hydraulique
Nombre de vérins : 1
Tension nominale : 35000 daN
Pression nominale: 111 bar
Diamètre de la poulie retour : 4 800 mm

Nombre de véhicules : 50 (env 36*)
Type de véhicules : Arceau coudé
Dispositif d'accouplement : LA612
Masse à vide d'un véhicule : 474 Kg

Caractéristiques du câble

Constructeur : Teufelberger
Diamètre du câble : 46 mm
Résistance à la rupture : environ 154 000 DaN

* : Valeurs entre 2004 et 2010


Infrastructures et ligne

La gare aval

Située à 2143 mètres d'altitude, proche de l'arrivée du télésiège de Sainte Marie, la gare aval est en charge de la tension. Elle se situe sur le plateau de Peyrol, nom donné en référence au lac qui s'y trouve et est accessible par les piste du Vallon et de l'Olympique Supérieure.

Vue depuis Vallon.
Image

Depuis l'arrivée du télésiège de Sainte Marie.

Image

Depuis la piste Olympique Supérieur.
Image

Image

Image

De derrière.
Image

Image

L'embarquement.
Image


La ligne

Longue de 1410 mètres, elle franchit un dénivelé de 390 mètres. Elle se compose de 14 pylônes dont neuf supports, un compression et quatre support/compression. A noter que les pylônes 9, 10, 11, 12, 13 et 14 sont équipés d'une protection thermique.
Le tracé traverse une forêt avant de survoler une crête, située au dessus de Olympique Supérieur, depuis laquelle on peut admirer la crête de l'Eyssina.

P1.
Image

Le P2 depuis le sol.
Image

P2.
Image

Portée entre P2 et P3.
Image

P3.
Image

P4.
Image

P5.
Image

Portée P5 - P6.
Image

P6.
Image

P7.
Image

P8.
Image

P9.
Image

P10.
Image

P11.
Image

P12.
Image

Portée P12-P13.
Image

P13.
Image

P13 et P14.
Image


La gare amont

La gare amont est située en contrebas de la Mayt, à 2533 mètres d'altitude, non loin de l'arrivée du téléski du Lièvre. C'est elle qui est en charge de la mise en mouvement du câble. A noter la présence d'un poste de secours.

Vue depuis Vallon.
Image

De plus près.
Image

Idem.
Image

Vue d'en dessous.
Image

Idem.
Image



Véhicules et pinces

L'installation se compose de 50 véhicules de type "Arceau coudé" réliés au câble par une pince LA612. Ils assurent un débit de 2600 p/h.

Image

Un siège en gare avec le véhicule de service.
Image

La pince.
Image



Conclusion

En remplaçant trois téléskis par un seul télésiège débryable six places, l'exploitant a su redynamiser le secteur d'altitude de la Mayt. La mise en place de ce nouvel appareil a permis d'accéder plus rapidement à Risoul mais également à Vars les Claux depuis Vars Sainte Marie.
Il est également un excellent atout pour le ski propre puisqu'il propose un confort et un débit élevé lui permettant d'attirer des skieurs sur ses pistes. C'est en partie pour ces raisons que la piste de l'Olympique est très appréciée mais également du fait qu'elle est desservie par deux performants télésièges débrayables.

La crête de l'Eyssina.
Image


Je tiens à remercier Julien de Vars blog pour ses infos et ses photos très intéressantes ! Un merci également pour Valcelouis qui m’a aidé dans la relecture de l’historique.

Textes : Juli_1 & Le Risoulien
Mise en page : Le Risoulien
Photos : Delcampe.net, Juli_1, Vars blog et Le Risoulien



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.10134 secondes. 39 requete(s).
130 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés