En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 36Bannière 1Bannière 8Bannière 3

 TSD6B Hasensprungbahn

Lech - Zürs (Ski Arlberg)

Doppelmayr

T2 ES
Description rapide :
Télésiège débrayable six places construit en 2003 en remplacement d'un télésiège fixe Girak. le Hasensprungbahn offre un alternative au Kriegerhornbahn pour rejoindre les sommets via le télésiège huit places Steinmähderbahn.

Mise en service en : 2003

Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : Geofrider
Section écrite le 15/07/2012 et mise à jour le 25/07/2012
(Mise en cache le 13/10/2013)

Image



Bienvenue à Lech - Zürs

Lech am Arlberg et Zürs sont deux stations de ski localisées dans le Vorarlberg. Situées entre Warth et Stuben, les deux stations acquirent depuis les années 1900 une certaine renommée grâce à la qualité de la neige présente et au panorama offert depuis les pentes bordant les villages. Ce n'est pas un hasard si c'est à Zürs que Doppelmayr réalise sa toute première installation en 1937. Malgré l’expansion de l’industrie du ski, les deux villages ont volontairement gardé un développement limité de façon à conserver une atmosphère conviviale et une architecture typique du Vorarlberg. L'été la fréquentation des villages est moindre qu'en hiver mais reste un lieu prisé pour les balades et le VTT.

    Vue sur le village de Lech
    Image


Bien qu'ayant conservé leur charme authentique, les deux stations n'ont pas oublié pour autant la modernité. Les deux stations exploitent en 2012 un parc de 31 remontées mécaniques majoritairement composé de téléportés débrayables récents. Ces remontées desservent un domaine skiable compris entre 1450 mètres d’altitude et 2350 mètres d’altitude. Le domaine propose aussi bien des pistes damées que des itinéraires de ski hors-pistes contribuant à entretenir la réputation des deux stations. Depuis leur intégration dans le forfait commun Ski Arlberg, les deux stations ont pris une dimension internationale. Bien que faisant partie de ce forfait commun, le domaine de Lech et Zürs n’est pas relié skis aux pieds aux autre stations composant cet espace de ski.


Des débuts de Lech au premier télésiège Hasensprungbahn

La première remontée mécanique de Lech fut construite en 1939 soit deux ans après la première remontée installée dans le village voisin de Zürs. Toutefois le développement du domaine skiable à une échelle plus importante ne va réellement commencer qu'à partir de la fin des années 1950. En 1955 la station ouvre le téléphérique Rüfikopfbahn qui atteint le point culminant du domaine à 2337 mètres d’altitude. Cependant, les pentes abruptes de cette montagne qui surplombe le village de Lech ne sont pas propices à l’aménagement d’un vaste domaine skiable. Le développement va se poursuivre principalement sur le versant opposé au Rüfikopfbahn qui offre un terrain plus facile pour aménager des pistes praticables par toutes les clientèles. Ce versant se trouve à l’Ouest du village de Lech au-dessus des hameaux d’Oberlech et de Zug. En 1959 est ouvert un téléphérique reliant Lech à Oberlech. La station de Lech continue son expansion et met en service en 1967 un téléphérique trouvant son sommet au pied du sommet du Mohnenfluh, sommet culminant à 2544 mètres d'altitude. La gare amont de cet appareil se trouve à 2365 mètres d’altitude et devient donc le nouveau point haut du domaine. Le hameau de Zug se développant, en 1968 un télésiège est créé pour permettre aux vacanciers résidant dans ce lieu excentré de rejoindre facilement le domaine de Lech. Ce télésiège permet également aux clients arrivant de la station voisine de Zürs d’accéder au domaine de Lech.

Le téléphérique Mohnenfluh est quelque peu victime de son succès et commence à saturer. La station de Lech va donc ouvrir une seconde ligne permettant de rejoindre les pistes qu'il dessert. Ce sera chose faite en 1977 avec l'ouverture du télésiège fixe Steinmähderbahn. La voie d'accès à cette remontée sera doublée en 1978 avec la mise en service du premier télésiège débrayable de la station, le Kriegerhornbahn. Toujours afin de délester le téléphérique et de proposer une autre alternative en cas de panne du télésiège débrayable, la station va mettre en place en 1980 un télésiège biplace nommé Hasensprungbahn. Chainé avec le télésiège fixe Petersbodenbahn partant d'Oberlech, le télésiège propose également un accès direct vers le télésiège Steinmähderbahn. Son rôle est cependant plus secondaire, le Kriegerhornbahn proposant un débit plus important et un temps de montée réduit. Là où le télésiège propose une véritable nouveauté, c'est dans sa capacité à multiplier les rotations sur le haut du domaine. En effet grâce à cet appareil Girak, il n'y a plus besoin de redescendre jusqu'au niveau d'Oberlech pour reprendre de l'altitude et profiter des larges pistes faciles se trouvant aux abords de sa ligne.

2003 : Le Hasensprungbahn fait peau neuve

En 1983, la station améliore l'accès au télésiège Kriegerhornbahn et au télésiège Hasensprungbahn avec la mise en service dans un premier temps du télésiège débrayable triplace Petersbodenbahn en remplacement du télésiège fixe éponyme. Ce nouvel appareil amène plus de monde aux portillons du Hasensprungbahn. Ce dernier arrive à s'en sortir, le Kriegerhornbahn arrivant à absorber la majeure partie du flux supplémentaire amené par le second télésiège débrayable de la station. En 1998 le télésiège Petersbodenbahn est de nouveau modernisé avec la mise en place cette fois-ci d'un télésiège débrayable six places. La mise en service de ce premier appareil six places du domaine va préparer la fin de l'exploitation du téléphérique Mohnenfluh qui se fera à la fin de l'hiver 2001. Après cette date, seul le télésiège Steinmähderbahn va assurer la desserte des plus hautes pistes de ce secteur. Ce sera aux télésièges Kriegerhornbahn et Hasensprungbahn d'assurer l'accès à cette installation. Dans un premier temps c'est le télésiège du Kriegerhorn qui va être modernisé. Cette modernisation va se produire en 2002 mais le télésiège fixe Hasensprungbahn est en sursis. En effet la station compte moderniser dès l'année suivant le télésiège Steinmähderbahn par un appareil beaucoup plus performant. Elle va profiter de cette occasion pour moderniser l'axe secondaire du Hasensprungbahn en remplaçant l'ancien appareil Girak par un télésiège débrayable six places.

En 2003, en même temps que le télésiège huit places du Steinmähderbahn sort donc de terre le nouveau téléporté Hasensprungbahn. Ce dernier va permettre un gain de temps indéniable par rapport à l'ancien appareil tout en permettant de proposer une alternative performante au Kriegerhornbahn et de délester par la même occasion cet appareil. Pour rejoindre le Steinmähderbahn, il se positionne même comme la remontée naturelle à enchainer après avoir emprunté le Petersbodenbahn. Le nouveau téléporté va même pouvoir supplanter presque totalement l'axe du Kriegerhorn en cas de panne ou en cas de vent fort. En effet la ligne du Kriegerhornbahn est assez exposée alors que celle du Hasensprungbahn l'est nettement moins. Depuis son sommet les clients bénéficient donc d'un accès direct au télésiège débrayable huit places Steinmähderbahn via une piste rouge. Outre son rôle d'accès à cet appareil pour les clients arrivant d'Oberlech, le télésiège Hasensprungbahn permet un retour rapide au Steinmähderbahn pour les clients arrivant du Weibermahdbahn et qui souhaitent enchainer les skiroutes ou les itinéraires de haute altitude. Bien qu'il soit principalement un appareil d'accès, ce télésiège fait également partie d'un vaste espace où se trouvent des pistes de faible difficulté. Grâce à lui, il est facile d'enchainer les pistes qui évoluent en contrebas du versant Nord du Kriegerhorn. Ces pistes permettent par la suite de redescendre facilement sur la station avec notamment la longue piste bleue 34 et sa variante 34a qui rejoignent tranquillement le centre du village de Lech.


A son sommet deux pistes sont accessibles :
- La piste bleue 51 "Hasensprung" piste qui débouche à quelques mètres de la gare aval du télésiège. Elle permet de rejoindre la piste 34 et sa variante 34a en se dirigeant à gauche au sommet du télésiège.
- La piste rouge 50 "Furkamähder" qui permet de rejoindre le télésiège Steinmähderbahn ou de poursuivre vers Zug via la skiroute 48.

Situation sur le plan des pistes
Image


Les Caractéristiques de l’installation

    Caractéristiques Administratives

    TSD-Télésiège à attache débrayable : HASENSPRUNGBAHN
    Exploitant : SKILIFTE LECH ING. BILDSTEIN GMBH
    Constructeur : DOPPELMAYR
    Année de construction : 2003


    Caractéristiques d’Exploitation

    Saison d'exploitation : Hiver
    Capacité : 6 personne(s)
    Débit : 2800 personnes/heure
    Vitesse d'exploitation : 4.5 m/s
    Temps de Trajet : 3min01
    Tapis : Oui / Positionnement


    Caractéristiques Géométriques

    Altitude Aval : 1865 m
    Altitude Amont : 2046 m
    Dénivelée : 181 m
    Longueur développée : 818 m


    Caractéristiques Techniques
    Type de Gare : UNI-G
    Sens de montée : Gauche
    Embarquement : Axe de la ligne
    Tension : Aval
    Type de Tension : Hydraulique
    Motrice : Amont
    Type de Motorisation : Asynchrone
    Dispositif d'accouplement : Pince DT108
    Nb Pylônes : 10
    Largeur de la voie : 6.10 m
    Nombre de véhicules : 53
    Type de véhicules : 6E98/B
    Espacement : 34.7 m

    Caractéristiques du Câble

    Fabricant du câble : TEUFELBERGER
    Câblage : Lang à droite



Ligne et Infrastructures du télésiège Hasensprungbahn

Pour ce troisième télésiège débrayable six places, la société exploitant les remontées mécaniques de Lech a renouvelé sa confiance à Doppelmayr qui a installé en 1998 le premier appareil de ce type sur le domaine. Ce télésiège de la série des Uni-G est équipé du système de sièges chauffant comme tous les autres appareils de ce type de la station. Contrairement aux télésièges Steinmähderbahn et Kriegerhornbahn, le Hasensprungbahn bénéficie d'une architecture plus légère. En effet les voies sont abritées sous la couverture classique des gares Uni-G et non par une structure imposante. Ce téléporté possède une configuration classique : motrice fixe amont et retour-tension aval. Avec ses 53 sièges 6E98/B, il offre un débit théorique de 2800 personnes par heure à la vitesse de 5 mètres par seconde. Les sièges à bulle ayant une forte prise au vent, l'installation est équipée d'un garage en aval pour pouvoir les stocker en cas d'avis de tempête ou tout simplement durant la saison estivale.


  • La gare aval

La gare aval est située non loin de la gare de départ du télésiège Rotschrofenbahn. La gare Uni-G a été placée juste devant l'ancienne gare du télésiège fixe. De cette façon la station a pu aménager à moindre frais le garage des véhicules sous l'ancienne structure. Les clients passant par là pour rejoindre la zone d'embarquement, ces derniers passent littéralement à l'intérieur du garage avant de prendre un siège. L’embarquement se fait dans l’axe de la ligne à l’aide d’un tapis de positionnement permettant de limiter au maximum les déplacements des clients. Une came présente au niveau du ralentisseur permet de relever automatiquement la bulle et le garde-corps des véhicules qui circulent avec ses éléments en position basse sur le brin descendant.

    Vue d'ensemble des deux constructions
    Image

    Idem avec la ligne du télésiège Rotschrofenbahn
    Image

    La gare vue depuis la piste 35
    Image

    D'autre vues de la gare
    Image

    Image

    Zoom sur l'Uni-G
    Image

    A l'intérieur du garage
    Image

    Le garage est en boucle fermée. Ici se trouvent les pneus qui permettent de faire avancer les sièges sur la voie menant au lanceur.
    Image

    Un aiguillage permet de transférer un siège vers une voie de service qui abrite un petit atelier. On y trouve en temps normal le véhicule de service.
    Image

    L'embarquement
    Image



  • La ligne

La ligne du télésiège prend rapidement de la hauteur afin de passer au-dessus de la piste qui borde le P2. Après un court passage plus calme la ligne va reprendre de l'inclinaison au passage du P3. Peu après, de nouveau l'inclinaison de cette dernière diminue. Après avoir croisé d'une longue portée la piste 51, la ligne reprend de l'inclinaison grâce au P6. Cet ouvrage de ligne, va permettre à cette dernière de gravir les dernières difficultés qu'elle va devoir franchir. Situés en bordure de crête, les P8 et P9 vont remettre le câble quasiment à l'horizontale. La gare n'étant pas située à proximité de cette crête, un dernier ouvrage de ligne permet de mettre le câble dans le bon plan avant l'arrivée en gare amont.

Le tracé de cet appareil comporte 10 ouvrages de ligne
Dans l’ordre de la montée cela donne :

P1 : 14C/14C
P2 : 10S/8S
P3 : 8SC/8SC
P4 : 8S/6S
P5 : 6S/4S*
P6 : 10C/10C
P7 : 6S/4S*
P8 : 8S/6S
P9 : 8S/8S
P10 : 8S/8S

  • Pylônes équipés de galets supplémentaires pour éviter le déraillement du câble. Galets présents sur la totalité des brins ou sur un seul

    • Vue globale du tracé
      Image

      En avant sur la ligne
      Image

      P2 au niveau de la jonction entre les pistes 51 et 35
      Image

      On longe le tracé de la piste 51
      Image

      P3, le seul pylône support-compression de la ligne
      Image

      En approche sur P4
      Image

      P5
      Image

      Croisement avec la piste 51
      Image

      Le P6 qui va nous permettre de gravir la montée finale
      Image

      Le P7 avec la piste 51 juste derrière
      Image

      Portée P7-P8
      Image

      Le P8 situé sur la dernière crête
      Image

      On est bientôt au terme du tracé
      Image

      Au fond d'autres sommets de l'Arlberg se dévoilent
      Image

      Arrivée en gare amont
      Image




    • La gare amont

    La gare amont se trouve à 2046 mètres d'altitude. Les clients sont protégés des intempéries dans le ralentisseur. Au bout de ce mur, on trouve le poste de conduite de l'installation qui se trouve face au débarquement qui s'effectue dans le contour. Mis à part cela la gare Uni-G aborde le même schéma de couleurs que la gare aval. C'est ici que se trouvent les différentes chaines cinématiques assurant les différentes marches de l'installation.

      Gare amont de profil
      Image

      Came fixe permettant la fermeture de la bulle
      Image

      D'autres vues de la gare amont
      Image

      Image

      Image



    Véhicules et pinces

    Les véhicules sont des 6E98/B. Chaque véhicule est équipé d'une pince à barres de torsion DT108, pince classiquement utilisée en Autriche sur les appareils du constructeur de Wolfurt. Chaque pince est équipée de deux frotteurs qui permettent par le biais de rails de contact, d’alimenter le système de chauffage.

      Siège en gare
      Image

      Siège en ligne
      Image

      Siège 6E98 de derrière
      Image

      Pince DT108
      Image

      Passage de la pince sur un balancier de type support
      Image

      Passage de la pince sous un balancier en compression
      Image



    Un télésiège plus important dans le futur ?

    Le télésiège débrayable Hasensprungbahn a certes remplacé avantageusement le télésiège fixe éponyme mais il reste légèrement surdimensionné par rapport à son usage actuel. Toutefois si le projet de liaison entre Lech et la station voisine de Warth aboutit, ce dernier se trouvera en première ligne pour assurer l'accès des clients en provenance de cette station vers le Steinmähderbahn. Si la première étape de cette liaison a été réalisée avec la mise en service en 2011 du Combi du Weibermahdbahn, la seconde tarde un peu à se concrétiser. En attendant que celle-ci se réalise, le Hasensprungbahn reste un bon moyen de profiter des pistes faciles du versant Oberlech ou de rejoindre rapidement le Steinmähderbahn.

      Image



    Ainsi se termine ce reportage de cette installation
    A Bientôt




    Suivre la discussion sur le forum


    Appareils en relation :





    Contact - Mentions Légales - Cookies
    Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
    Page générée en 0.09839 secondes. 32 requete(s).
    115 membres connectés sur les forums
    Valid XHTML 1.0 Transitional 
    ©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés