En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 37Bannière 22Bannière 24Bannière 4

 TSD6B Katzenmoos

Tux - Finkenberg (Penken/Tux)

Leitner

T2 ES
Description rapide :
Premier TSD6 Leitner dans la vallée de Tux.

Mise en service en : 2011
PDF Ce reportage possède 1 document PDF

Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : monchu
Section écrite le 03/05/2012 et mise à jour le 10/06/2012
(Mise en cache le 24/08/2013)

Image
.


C’est une petite révolution au fond du Zillertal : la station de Finkenberg vient d’acquérir un appareil Leitner. C’est le premier dans la vallée de Tux, et si l’expérience est concluante, l’exploitant pourrait commander d’autres exemplaires du constructeur sud-tyrolien, pour les domaines de la vallée.

Avec le nouveau TSD6BC Katzenmoos, les remontées de Finkenberg espèrent donner un coup de pouce à la fréquentation d'un secteur un peu excentré. La clientèle appréciera le temps de parcours fortement diminué, et le confort supplémentaire que procure ce nouvel appareil. Leitner a en effet fourni à Finkenberg une vitrine de son savoir-faire : un télésiège équipé de la plupart des options proposées par le constructeur, comme les bulles, les sièges chauffants, le tapis de positionnement ou encore le repérage individuel des véhicules.


Sommaire
1. Le versant oublié de Finkenberg
2. Historique
3. Caractéristiques techniques
4. Station inférieure "Gfahl" (G1)
5. En ligne
6. Station supérieure "Penkenjoch" (G2)
7. Véhicules
8. Autour de la ligne




1. Le versant oublié de Finkenberg…


Le Zillertal et Finkenberg

Véritable épine dorsale du Tyrol, la large vallée glaciaire de l’Inn est alimentée par nombre de vallées latérales qui l’irriguent comme les nervures d’une feuille. Les plus hautes de ces vallées ont donné leur nom à des domaines skiables célèbres : Ötztal, Pitztal, Stubaital… Mais c’est dans la Vallée de la Ziller ou Zillertal, la plus longue et la plus peuplée de toutes, que le visiteur trouvera le domaine skiable le plus étendu, mais aussi, en cherchant bien, l’âme du Tyrol.

Image
Situation de la Vallée de la Ziller (en clair) et de la station de Finkenberg.


Depuis son débouché à Jenbach jusqu’à la station de Mayrhofen, le Zillertal présente le visage d’une large vallée glaciaire, entourée de sommets de moyenne montagne. Les domaines skiables qui y sont implantés, à Fügen ou Kaltenbach, bénéficient d’un accès facile mais d’une dénivelée assez modeste, tandis que la faible altitude du fond de vallée, vers 700 à 800 mètres, limite souvent l’enneigement au pied des pistes.

Image
Situation de Finkenberg dans le Zillertal.


En amont de Mayrhofen, le Zillertal se ramifie en plusieurs hautes vallées, appelées Grund ou base, dont la plupart sont des réserves naturelles strictement protégées. Quelques unes ont néanmoins été aménagées pour le tourisme. Ainsi, la vallée de Gerlos est devenue grâce aux liaisons successives un domaine d’importance : la Zillertal Arena s’étendant de Zell am Ziller, au Tyrol, jusqu’à Krimml, dans le Pays de Salzburg, par-delà le Col de Gerlos. De même, la haute vallée de Tux, une des plus éloignées, s’est fortement équipée pour la pratique du ski, depuis les alpages de Finkenberg, à l’entrée de la vallée, jusqu’aux glaciers du Gefrorene Wand à Hintertux, couverts de Funitels.

Situé sur le verrou faisant communiquer l’étroite vallée de Tux avec le bassin de Mayrhofen, le village de Finkenberg occupe une position centrale dans le domaine skiable Zillertal 3000, entre le secteur Penken situé sur Mayrhofen et le Rastkogel situé sur Tux. Son domaine ne compte que 8 remontées, mais il est parfaitement intégré à celui des stations voisines, regroupant 45 remontées desservant 143 km de pistes.

Image
Domaine skiable de Finkenberg. A l’arrière-plan, le massif du Ahorn et la vallée du Stilluppgrund.



Katzenmoos, plein sud

Le télésiège de Katzenmoos dessert un secteur de pistes techniques, établi en cul-de-sac. A l'arrivée en G1, la remontée par le télésiège est obligatoire, sauf à regagner par un itinéraire Finkenberg et le premier tronçon de la télécabine du village, lorsque les conditions d'enneigement le permettent.

Le secteur de Katzenmoos proprement dit est un ensemble de mauvais terrains au relief accidenté, qui plongent depuis le plateau du Penkenjoch jusque dans la vallée de Tux. La ligne et les pistes sont établies tantôt dans le forêt, sur un terrain instable, tantôt à découvert sur une prairie rocailleuse.

Malgré ces conditions peu propices à la pratique du ski, l'exploitant a tracé deux pistes principales, une rouge et une noire, qui se faufilent parmi les pentes les plus favorables.

Image
Situation du TSD6 dans le massif du Penken.


Image
Détail des pistes autour de l'appareil.



2. Historique

L’ouverture au tourisme de la haute vallée de Tux débuta en 1911 par la construction de la route reliant Mayrhofen, Finkenberg et Tux. Au fond de la vallée, Hintertux se développa grâce au thermalisme. Profitant de sa situation aux portes de la vallée et du trafic généré par l’ouverture des premières remontées à Hintertux en 1949, Finkenberg ouvrit son office de tourisme la même année.

Il fallut toutefois attendre les années 1960 pour assister à un grande vague de mécanisation dans la vallée. Ainsi, Tux équipa les massifs de l’Eggalm en 1963, tandis que Hintertux poursuivit l’extension de son domaine en direction du glacier du Gefrorene Wand, aménagé dès 1968 pour la pratique du ski toute l’année. A l’entrée de la vallée, l’équipement des alpages de Finkenberg débuta en août 1969, avec la mise en service d’un premier tronçon de TSF2 reliant le village à la station intermédiaire actuelle, complété en décembre 1969 par un second tronçon ramenant au Penkenjoch, à proximité du domaine skiable de Mayrhofen, ainsi que 2 téléskis.

Image
Arrivée du second tronçon de TSF2 sur le Penkenjoch. Le débarquement se faisait 2 pylônes avant la poulie


Cette première étape de l’équipement fut financée exclusivement par la communauté de Finkenberg : commune, office de tourisme en tête, ainsi que des nombreux actionnaires locaux. En revanche, les faibles moyens de la commune ne permettaient pas d’envisager des investissements supplémentaires sans l’aide d’un partenaire extérieur. C’est ainsi que l’exploitant du domaine glaciaire voisin, à Hintertux, fut appelé à la rescousse pour participer au financement des deux télésièges destinés à desservir de nouvelles pistes depuis le sommet du Penkenjoch, sur le versant nord en 1976 avec le TSF2 Nordhang puis sur le versant sud avec le TSF2 Katzenmoos en 1981.

Image
Equipement du versant Nordhang (en bas) et Katzenmoos (à droite) avec deux TSF2.


En 1987 toutefois, la commune parvint à boucler le tour de table permettant de remplacer le premier tronçon du TSF2 du village par une TCD4. Une partie des sièges furent récupérés et réinstallés sur le second tronçon dont le débit fut notablement accru. Cette nouvelle télécabine donna un coup d’accélérateur à la fréquentation de Finkenberg, permettant un accès et un retour faciles vers le domaine d’altitude, dans des conditions de confort acceptables. Le surcroît de recettes qu’elle généra permit à la société de racheter en 1990 les parts que l’exploitant d’Hintertux détenait à son capital, tout en continuant les investissements. Certains d’entre eux furent heureux, comme la création d’un réseau de neige de culture en 1991, tandis que d’autres plus hasardeux dégradèrent la situation financière de l’exploitant : la construction d’un téléski et d’une piste sur le versant nord, tout comme le remplacement du télésiège Nordhang par un TSD4, par exemple. La commune fut contrainte d’augmenter sa participation et de faire entrer un nouveau partenaire dans le capital, qui rassemblait désormais la commune de Finkenberg et l'Office de Tourisme pour 49,5% et deux banques pour 50,5 % dès 1998.

Image
La construction du TSD4 Nordhang a mis en péril les finances de l’exploitant.


Ce sauvetage partiel ne permettait cependant pas de faire face aux investissements à venir. L’exploitant de Hintertux fut encore appelé à investir. En 2001, la famille Dengg, propriétaire des Hintertuxer Gletscherbahn, avait déjà équipé en 1984 le domaine skiable voisin du Rastkogel à Tux. La prise de contrôle des Finkenberger Almbahnen lui permit de construire pour la saison 2001/2002 le téléphérique 150 places de Wanglspitz ou 150er Tux, créant ainsi une liaison entre les stations de Tux d’une part et de Finkenberg et Mayrhofen d’autre part, constituant ainsi l’un des plus grands domaines skiables reliés du Zillertal.

Image
Le TPH150 Wanglspitz ou 150er Tux permet de créer un des plus grands domaines skiable du Zillertal.


Le nouvel exploitant entreprit aussi la rénovation des remontées existantes, avec le remplacement du second tronçon, le TSF2 Almbahn II, par une TCD8 en 2003, permettant un accès plus rapide et confortable au Penkenjoch tout en favorisant le ski propre, pour un montant de 60 millions de schillings (soit près de 6 millions d’euros actuels). La société poursuivit le développement du réseau d’enneigement artificiel tout en lançant d’importants travaux de pistes sur le Nordhang situé en terrain meuble. Les parkings et la billetterie furent rénovés. Enfin, les bétons des pylônes déplaçables de la partie inférieure du TSF2 de Katzenmoos, implantés dans un terrain instable, furent repris et décalés de près d’un mètre par rapport à l’emplacement d’origine.




3. Caractéristiques techniques


  • Constructeur : Leitner
  • Année de construction : 2011
  • Saison d'exploitation : hiver
  • Capacité : 6 personnes
  • Altitude Aval : 1 500 m
  • Altitude Amont : 2 095 m
  • Dénivelée : 595 m
  • Longueur développée : 1 488 m
  • Débit maximum : 2 800 personnes/heure
  • Vitesse d'exploitation : 5 m/s
  • Emplacement motrice : amont
  • Emplacement tension : aval
  • Temps de trajet minimum : 5 min
  • Nombre de Véhicules : 83



4. Station inférieure "Gfahl" (G1)


Situation

La gare est implantée à 1500 mètres, légèrement au-dessus du hameau de Gfahl, qui jouit d’une situation en balcon au-dessus de la vallée de Tux. Les chalets du hameau se dispersent sur un plateau naturel sur lequel se terminent les derniers contreforts du Penkenberg.

Image
A la lisière de la forêt de Neuraut, la G1 de l’appareil est le point le plus bas du domaine skiable de Finkenberg. A l’arrière-plan se révèle la haute vallée de Tux et le domaine skiable de l’Eggalm.



Bâtiment

La gare LP retour tension est isolée du reste du garage, placé plusieurs dizaines de mètres en arrière, en bordure de la forêt, afin de favoriser une implantation plus discrète et de tirer le meilleur parti du relief naturel.

Image
Vue d’ensemble de la G1 depuis la ligne.


Image
Vue d’ensemble de la G1 depuis les pistes.



Garage

Le garage, complètement automatisé, se présente sous la forme d’un bâtiment allongé, placé perpendiculairement à la ligne. Deux rails parallèles en cul-de-sac permettent de ranger chaque soir les 83 sièges de l’appareil. Un court troisième rail accueille le véhicule de service et permet d’isoler un siège pour la maintenance. Compte tenu de l’implantation du garage et du rail de transfert, le cyclage s’effectue en marche arrière et le décyclage en marche avant.

Image
Avant d’embarquer, les clients passent sous le rail de transfert entre garage et G1.


Image
Le garage a été place perpendiculairement à la ligne, pour maximiser l’espace dans la raquette d’arrivée.



Gare

La gare LP reprend l’identité visuelle bleue caractéristique des appareils exploités par les Zillertaler Gletscherbahn et leurs filiales, comme les funitels de Hintertux ou le téléphérique tyrolien de la Zugspitze.

La place ne manquant pas sur la plate-forme de départ, les clients embarquent face à la ligne. Leur positionnement est facilité par un tapis.

Image
Vue latérale de la gare.


Image
Embarquement vu de l’amont.


Image
Vue latérale de la zone d’embarquement.


Image
Portillons et tapis de positionnement.


Image
Détail de la zone d’embarquement.




5. En ligne…


Aperçu général du tracé

La ligne rachète près de 500 mètres de dénivelé au long d’un parcours de près d’un kilomètre et demi, tracé selon une pente marquée et plutôt régulière.

Détail de l’équipement des pylônes :

P1 : 10C/10C
P2 : 8C/8C
P3 : 8S/6S
P4 : 8SC/4SC
P5 : 10S/6S
P6 : 8S/6S
P7 : 8S/6S
P8 : 8S/6S
P9 : 4SC/4SC
P10 : 12S/12S
P11 : 12S/12S
P12 : 12S/12S


Image
Vue d'ensemble de la ligne depuis l'aval.


Image
Vue d'ensemble de la ligne depuis l'amont. A l'arrière plan, la vallée de Tux, avec la route reliant Mayrhofen à Hintertux.



Equipements

Comme la majeure partie des appareils autrichiens, cette télécabine dispose d’une ligne de sécurité enterrée, mais uniquement sur la partie supérieure du tracé. Les 13 pylônes supportent aussi des haut-parleurs destinés à informer la clientèle en cas de situation perturbée.

La masse totale du câble tracteur de 54 mm de diamètre dépasse 31 tonnes. Sa position sur les galets est surveillée par les capteurs de position inductifs de type CPS, alimentés sous 120 Vcc, qui viennent compléter la ligne de sécurité habituelle. L’exploitation de l’appareil n’est toutefois pas autorisée avec le CPS seul.

Image
Détail du capteur inductif CPS entre deux galets support (en bleu).


Image
Galets permettant de positionner les détecteurs inductifs CPS sur les pylônes compression.


Image
Grâce aux galets support, le câble reste à une distance constante du détecteur, même au passage d’une pince qui soulève les galets compression.



De la gare aval au P7, à travers la forêt de Neuraut

La ligne quitte rapidement les pentes douces du plateau de Gfahl pour s’enfoncer dans la forêt de Neuraut. Le tracé est certes resté le même que celui de l’ancien TSF2, mais les importants déboisements ont transformé l’étroite laie d’origine en une véritable clairière.

Dans cette forêt, la ligne survole un terrain que de nombreuses sources rendent instable. C’est pourquoi les pylônes 4 à 7 sont déplaçables latéralement, pour réaligner la ligne au fil des mouvements de terrain. Les massifs qui les supportent sont plus profonds que d’habitude, et sont équipés des rails permettant le réglage de la position exacte du pylône. Certains pylônes de l’ancien TSF2 avaient eux aussi été déplacés de près d’un mètre en 30 ans d’exploitation.

Pour la même raison, il n’a pas été possible d’enfouir la ligne de sécurité : celle-ci est soutenue par les potences de décâblage des pylônes 1 à 7, avant de repasser en souterrain sur le haut du parcours.

Image
La ligne passe dans la forêt juste après le P3.


Image
En aval du P4 .


Image
Détail de la tête asymétrique du P4 : 8S/C sur le brin montant et 4S/C sur le brin descendant. La potence supporte une caméra et une liaison télécom.


Image
Longue portée dans un terrain difficile.


Image
P5 réglable horizontalement.


Image
Détail du massif du P5 permettant un réglage horizontal en fonction des mouvements de terrain.


Image
Le P6 est lui aussi réglable horizontalement.


Image
La ligne émerge de la forêt au P7.


Image
Une jambe de force soutient le P7, qui fait office de pylône d'arrêt pour la ligne de sécurité aérienne.


Image
Détail de la transition aéro-souterraine de la ligne de sécurité .



Du P7 au sommet, sous le Penkenjoch

Emergeant de la forêt de Neuraut, la ligne retrouve un parcours dégagé, survolant les alpages de Talschön puis de Baumgarten. Le sommet arrondi du Penkenjoch est en vue. Sur le versant sud, il présente un flanc plus abrupt et rocailleux. La pente de la ligne augmente progressivement, atteignant son maximum juste avant les 3 pylônes de crête.

Image
Au P8, on commence à distinguer le sommet du Penkenjoch, avec la G2 de la télécabine sur la droite.


Image
L'arrivée est en vue : la ligne évolue dans un terrain exposé.


Image
C'est juste après le P9 que la pente atteint son maximum.


Image
Les P10 à 12 redressent la ligne juste avant l'arrivée.


Image
Vue de profil des 3 derniers pylônes de ligne.




6. Station supérieure "Penkenjoch" (G2)


Situation

Afin de maximiser l’espace sur le plateau sommital où aboutissent 6 remontées, la G2 a été reculée le plus possible vers l’aval. Elle est placée à une dizaine de mètres de l’arrivée de l’ancien appareil.

Image
L’extrémité amont de la gare est située à l’emplacement des derniers pylônes de l’ancienne ligne.



Gare d’arrivée

La motrice fixe développe une puissance de 690 kW, permettant d’entraîner l’appareil à la vitesse maximale de 5 m/s. Toutefois, la fréquentation de l’appareil restant modérée, une vitesse d’exploitation moyenne de 4,8 m/s est en général suffisante.

Les rafales de foehn venues d’Italie s’engouffrent parfois dans la vallée de Tux, butant alors violemment sur le massif du Penkenjoch placé dans l’axe de la haute vallée. Pour sécuriser l’exploitation, les bulles sont refermées dans le contour, juste après le débarquement des clients, et non pas en début de lanceur, lorsque le siège est déjà dans l’axe de la voie, dans la direction dominante du foehn.

Image
G2 depuis l'aval .


Image
Aire de débarquement.


Image
La gare comme le local opérateur reprennent l’identité visuelle bleue des Finkenberger Almbahnen.


Image
Le local opérateur est installé contre le sommet.


Image
Pour limiter l’effet du foehn, les bulles sont refermées dès le milieu du contour.




7. Véhicules



Image
Vue d'ensemble d’un siège juste avant l’arrivée.


Image
Vue de profil d’un siège.




Pinces et suspentes

La ligne est équipée de 83 sièges à bulles. Le haut de la suspente accueille la classique pince LPA, mais aussi les capteurs de prise de courant permettant l’alimentation des assises chauffantes, le levier de manœuvre de bulle ainsi qu’une puce permettant l’identification individuelle de chaque siège dans les stations.

Image
Vue d'ensemble de la pince LPA au passage d’un pylône.


Image
Détail de la pince avec la butée permettant un rangement correct en gare. Le long de la suspente, vue de profil, une platine en plastique blanc supporte la puce d’identification du siège.


Image
Le long de la suspente, une puce permet l’identification du numéro de siège.


Image
Détail de la puce d’identification du siège.


Image
Détail des capteurs assurant l'alimentation du circuit de chauffage des sièges .




Sièges et bulles

L’exploitant a choisi des sièges en cuir bleu aux couleurs sa société. Un système de chauffage des assises en G1 délivre le 110 Vcc capté par les patins du véhicule. Un boîtier placé sous le siège assure la répartition vers les 6 éléments de chauffage individuels. L’intensité est réglée automatiquement en fonction de la température extérieure. Le conducteur coupe l’alimentation en cas de fortes chutes de neige, afin d’éviter la formation d’une couche de glace sur les sièges dont les clients laisseraient la bulle ouverte pendant la montée.

Image
Siège bulle ouverte à l’arrivée.


Image
Siège bulle fermée dans le lanceur.









Image



Une première étape …




La clientèle se concentrant principalement sur les secteurs Penken, Horberg et la vallée séparant ces 2 massifs, les investissements récents des différents exploitants du domaine visent à mieux répartir les skieurs sur des massifs un peu plus excentrés, comme Katzenmoos à Finkenberg, voire à étendre le domaine sur le massif du Pangert à Mayrhofen.

Les Finkenberger Almbahnen, satisfaites de cette première saison d’exploitation pourraient faire appel au constructeur sud-tyrolien, pour leur domaine ou ceux du même groupe. Les projets ne manquent pas : sur le massif de Finkenberg, le remplacement du TSD4 Nordhang est projeté à court terme, tandis qu’un peu plus haut dans la vallée, le domaine glaciaire de Hintertux songe à rénover complètement le secteur Lärmstange. Autant de chantiers pour lesquels la concurrence s’annonce ouverte.




Informations pratiques


Sites Internet :

Site officiel de l’exploitant : www.gletscherwelt.at/finkenberg.htm

Office de Tourisme : www.finkenberg.at


Accès :

Par la route : à 50 km d’Innsbruck, 170 km de Munich, 150 km de Salzbourg, par l’autoroute de la vallée de l’Inn (A12), jusqu’à l’entrée de la vallée du Zillertal.

Par le train : Gare de grandes lignes à Jenbach, puis train à voie métrique du Zillertal jusque Mayrhofen. Correspondances en car postal ÖBB.


Autres liens utiles :

Office de tourisme du Zillertal : www.zillertal.at



Image



Le personnel des Finkenberger Almbahnen, tout comme dans les autres domaines de la vallée, est d’une gentillesse et d’une disponibilité exceptionnelles. Que tous soient vivement remerciés pour leur accueil chaleureux et leurs explications.



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.09505 secondes. 37 requete(s).
126 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés