En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 17Bannière 18Bannière 2Bannière 6

 TSD6BA Sonnenhang (Sunracer)

Ehrwald (Zugspitz Arena)

Doppelmayr

T2 ES
Description rapide :
Au pied de la Zugspitze, sur versant tyrolien, le petit domaine du Wetterstein à Ehrwald s'est lancé dans un plan ambitieux de modernisation et d'extension. L'enjeu est de gagner en notoriété, de fidéliser la clientèle familiale et de s'affirmer face à l'autre exploitant de la station, concessionnaire du téléphérique tyrolien de la Zugspitze et du domaine de l'Ehrwalder Alm. Découvrez comment ce petit domaine skiable a fait le pari du saut en qualité pour pérenniser son activité au travers de cette nouveauté 2012 de la station.

Mise en service en : 2012
Video Ce reportage possède 1 video

Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : monchu
Section écrite le 10/09/2013 et mise à jour le 16/09/2013
(Mise en cache le 16/09/2013)

Image



Les investissements lourds ne sont pas l’apanage des grands domaines skiables. Des stations de taille moyenne font aussi le pari qu’une amélioration radicale de leur parc de remontées fidélisera leur clientèle et pérennisera l’exploitation. Le financement étant nécessairement plus difficile que pour un grand domaine, ces stations doivent parfois compter sur des ressources externes, publiques ou privées. A Ehrwald, là où le Tyrol tutoie la Bavière, c’est grâce à l’engagement personnel d’un enfant du pays, issu de la noblesse autrichienne, que le domaine historique de la station a pu se moderniser en profondeur depuis 13 ans.

Le dernier investissement en date, en 2012, a permis le remplacement d’un long téléski pour débutants par un télésiège débrayable à bulles et à garde-corps automatiques, offrant une sécurité accrue pour le jeune public. Facilitant l’accès au domaine skiable depuis le cœur du village, le TSD6BA Sonnenhang est devenu la vitrine de la rénovation du domaine skiable du Wetterstein, bien décidé à se faire une place au soleil entre les célèbres domaines de l’Ehrwalder Alm et de la Zugspitze.

Du soleil, il en est justement question sur cette ligne, qui dessert « le coteau ensoleillé » ou Sonnenhang, bénéficiant d’une exposition parmi les plus favorables de la station, que je vous invite à découvrir.



Sommaire :
1. Le versant ensoleillé de la Zugspitze
2. Du premier téléski au télésiège
3. Caractéristiques techniques
4. G1
5. En ligne
6. G2
7. Véhicules
8. Points d’intérêt à proximité de la ligne




1. Le versant ensoleillé de la Zugspitze


Ehrwald

La haute vallée de la Loisach forme en amont de la frontière bavaroise une cuvette épanouie dans laquelle une demi-douzaine de villages traditionnels ont fédéré leurs domaines skiables sous la marque commune de la « région tyrolienne de la Zugspitze » ou Tiroler Zugspitzarena.

La station d’Ehrwald, qui compte parmi les plus développées de l’alliance, dispose d’une présentation à cette adresse :

Image
^ Cliquez sur l'image pour accéder à la présentation de la station. ^


Image
Ehrwald et la Zugspitze. Les pylônes du téléphérique tyrolien sont visibles sur l’arête, à gauche.


Image
Ehrwald, au cœur de la région transfrontalière de la Zugspitze.



Le domaine skiable du Wetterstein

Coincé entre le téléphérique tyrolien de la Zugspitze et le secteur de l’Ehrwalder Alm, le domaine skiable du Wetterstein est l’un des moins fréquentés de la station, malgré sa situation centrale et son front de neige placé au cœur du village, juste derrière l’église.

Image
Ehrwald dispose de 3 domaines skiables distincts : celui du Wetterstein, en jaune, est accessible depuis le centre du village, tandis que les deux autres sont accessibles par des ascenseurs : une télécabine conduit à l’alpage de l’Ehrwalder Alm, en vert, et le téléphérique tyrolien de la Zugspitze donne accès aux pistes du Zugspitzplatt, en rouge, en territoire allemand.


Le domaine du Wetterstein tire son nom de la chaîne de montagnes escarpées, culminant à la Zugspitze, dont les falaises sud viennent s’abattre sur les forêts dominant le village.

Malgré cet impressionnant décor, les pistes de ski présentent un caractère plutôt familial. C’est notamment sur ces pentes modérées que de nombreux skieurs de la région ont fait leurs premières traces. Deux télésièges, trois téléskis et deux tapis desservent 28 kilomètres de pistes principalement bleues, à l’exception d’une piste noire homologuée FIS.

Une quarantaine de canons à neige permettent d’assurer une saison de décembre à mars malgré la faible altitude du domaine et son fort ensoleillement.

Image
Ehrwald et le domaine skiable du Wetterstein (DR).


Image
Le domaine skiable du Wetterstein propose des pistes boisées tracées au pied des grandioses falaises ouest de la Zugspitze.



Le télésiège Sonnenhang dit Sunracer

A l’extrémité sud du domaine, les pistes les plus faciles sont accessibles directement depuis le cœur du village, en empruntant le nouveau télésiège débrayable du Sonnenhang – littéralement « le coteau ensoleillé ». Ce nouvel appareil destiné aux débutants, aux écoles de ski et aux familles, est venu remplacer et rallonger en 2012 un téléski à enrouleurs.
Image
Tracé du nouveau télésiège du Sonnenhang, en vert, et tracé de l’ancien téléski, en rouge.


Le télésiège du Sonnenhang dessert deux pistes bleues, la classique Sonnenhang tracée sous la ligne, et une variante serpentant en forêt, la piste « familiale », qui rejoint le Sonnenhang à mi-parcours. Du sommet de l’appareil, une piste de liaison en forêt permet aussi de rejoindre le secteur desservi par le TSD3 Wetterstein.

Les pistes desservies par le nouvel appareil comptant parmi les plus ensoleillées du domaine, l’exploitant a baptisé son télésiège Sunracer.




2. Du téléski au télésiège



Le domaine des chevaliers de Srbik

Domaine skiable historique d’Ehrwald, le secteur du Wetterstein est exploité par le Docteur Hans-Heinrich chevalier de Srbik. Président de la Fondation Messerschmitt, à Munich, la plus grande fondation d’Allemagne œuvrant pour le maintien du patrimoine historique, il mène des projets de sauvegarde de monuments, bâtiments ou constructions remarquables en Europe Centrale et dans les régions voisines du Tyrol du Nord et du Sud.

Sa famille s’est implantée depuis 1924 à Ehrwald. Depuis plusieurs années, Hans-Heinrich von Srbik gère les remontées du cœur de village sur le domaine du Wetterstein, et engage ses fonds personnels dans la réhabilitation et le développement des remontées et des équipements.

Image
Hans-Heinrich chevalier de Srbik, ici entouré des chefs des provinces du Tyrol et du Sud-Tyrol, à l’occasion de la remise d’une distinction célébrant son engagement pour la préservation du patrimoine.



Les anciens téléskis du Sonnenhang

Ehrwald est restée connue comme une station pionnière dans le transport par câble autrichien, d’abord en 1926 avec la construction du téléphérique tyrolien de la Zugspitze, le deuxième appareil construit dans l’Autriche actuelle, puis en 1947 avec la construction du téléski du Sonnenhang, le premier de la région de l’Outre-Fern.

Cet téléski à enrouleurs Constam aux portiques en bois fut rénové dans les années 50 par Doppelmayr. Il est resté dans le même état jusqu’en 2012.
Image
Premier téléski de la région de l’Ausserfern, en 1947 : le Sonnenhang à Ehrwald (DR).


Le téléski de Sonnenhang est devenu la porte d’entrée d’un domaine skiable qui s’est progressivement étendu vers le nord, au pied des falaises de la Zugspitze, avec la construction de 2 téléskis supplémentaires dans les années 70.


Le nouvel élan

Les investissements sur le petit domaine du Wetterstein ne reprirent vraiment qu’en 1999, lorsque le docteur von Srbik prit une participation dans la société des remontées, apportant les fonds nécessaires au financement d’un nouvel appareil : le TSD3 Wetterstein, récupération de l’ancien TSD3 Petersboden à Lech am Arlberg.

Les années 2000 ont été consacrées aux investissements sur les pistes. Une retenue collinaire a été créée en 2005 sur la Gamsalm, permettant de sécuriser l’alimentation de 40 canons à neige. La plupart des pistes de liaison, tracées en forêt sur le haut du secteur, furent élargies, tandis qu’une nouvelle piste sportive, la « Racing S », fut ouverte en 2007 pour les amateurs de carving.

Toujours attaché au développement du village d’Ehrwald, le docteur von Srbik prit le contrôle total des remontées du Wetterstein en 2008. Un ambitieux plan d’amélioration des remontées fut décidé l’année suivante. Souhaitant améliorer la qualité de ses infrastructures, l’exploitant a ainsi planifié le remplacement du téléski Sonnenhang par une remontée plus adaptée aux débutants : un télésiège à bulles et à garde-corps automatiques. Dans une seconde phase, la construction d’un appareil identique sur le secteur Gamskar doit permettre de créer un nouvel accès depuis la route menant au téléphérique de la Zugspitze et d’étendre le domaine en amont, en direction de la mythique combe du Gamskar, autrefois desservie par l’estacade intermédiaire du téléphérique.


Un nouveau télésiège depuis le cœur du village

L’accès aux pistes faciles du Sonnenhang s’effectuait depuis l’origine par une chaîne de téléskis : le premier tronçon, constitué de 2 appareils parallèles, donnait accès à l’auberge du Sonnenhang et de courtes pistes pour débutants. Un autre téléski, dont la gare de départ était placée contre l’auberge, prenait ensuite le relais et permettait de gagner le haut du secteur Sonnenhang au terme d’une montée de près d’un kilomètre.

Contrairement aux autres secteurs du massif, les pistes du Sonnenhang sont tracées dans des alpages dégagés, et non dans la forêt. Elles offrent aussi un meilleur ensoleillement grâce à leur exposition sud-ouest plus favorable. Pour ces deux raisons, elles sont particulièrement appréciées de la clientèle familiale et débutante.

Image
Le départ de l’ancien téléski était situé bien plus haut que la G1 du télésiège actuel. Il n’était accessible que par les téléskis pour débutants.


Image
Seul un des deux téléskis a été conservé.


Afin d’améliorer le débit et le confort sur cette ligne, le docteur Srbik a décidé de remplacer la chaîne de 2 téléskis par un télésiège unique. Tenant compte du jeune public qui fréquente ce secteur, l’exploitant a choisi de doter les sièges de garde-corps automatiques, ce qui est une première dans le domaine Tiroler Zugspitzarena. Grâce à un changement récent de la règlementation autrichienne, les enfants de moins d’1,20 m peuvent désormais voyager sans qu’un adulte les accompagne, grâce au garde-corps automatique et à ses repose-pieds qui empêchent toute chute. Les écoles de ski apprécient cet assouplissement.

Le départ du nouveau télésiège du Sonnenhang a été ramené au centre du village, au point de rassemblement des cours de ski, permettant de monter les clients d’une seule traite au sommet du secteur. La station supérieure a même été remontée à une centaine de mètres au-dessus de celle de l’ancien appareil. Un des deux téléskis pour débutants a été maintenu sur le front de neige, desservant un petit espace réservé aux premières traces.

Enfin, l’exploitant a fait créer de nouvelles places de stationnement à proximité de la gare aval, étendre les caisses et les toilettes, et construire de nouveaux locaux d’infirmerie.

L’ensemble de ces investissements doit permettre d’offrir de bonnes conditions de ski aux débutants, et de les fidéliser.

Image
Photomontage du projet.



Un chantier mené tambour battant

Après deux années d’âpres négociations avec les propriétaires fonciers, l’appareil construit en 2011 par Doppelmayr a été monté au cours de l’automne 2012.

Les travaux ont commencé le 20 septembre 2012. Le chantier de la G1 et de la ligne, implantées sur de la prairie, ne présentait aucune difficulté notable. La partie la plus spectaculaire de la construction concernait la G2 : placée à une centaine de mètres en amont de la station retour de l’ancien téléski, elle jouxte un torrent dont le lit devient en hiver un redoutable couloir d’avalanches. Le garage de la G2 a ainsi été semi-enterré, et l’ensemble de la station supérieure a été protégé par une digue. Le lit du torrent a été canalisé et doté de déflecteurs paravalanches, afin de protéger la piste bleue qui le traverse à proximité de la G2.

Après trois mois de travaux, la construction de ce nouvel appareil a été achevée pour la mi-décembre 2012.

Le chantier représente un investissement de 5,1 millions d’euros.

Image
Clichés de chantier (images Wettersteinbahnen).





3. Caractéristiques techniques


  • Constructeur : Doppelmayr
  • Année de construction : 2012
  • Saison d'exploitation : hiver
  • Capacité : 6 personnes
  • Altitude Aval : 1 006 m
  • Altitude Amont : 1 284 m
  • Dénivelée : 278 m
  • Longueur développée : 1 373 m
  • Débit maximum : 1 600 personnes/heure
  • Vitesse d'exploitation : 5,0 m/s
  • Emplacement motrice : amont
  • Emplacement tension : aval
  • Temps de trajet minimum : env. 4 min 30 s




4. Station inférieure (G1)

Situation

La gare aval est implantée à un peu plus de 1000 mètres d’altitude, au cœur d’Ehrwald, à l’arrière de l’église du village. Plusieurs espaces dévolus aux skieurs débutants sont disséminés sur le front de neige, de part et d’autre de la gare de départ du télésiège.

Image
Le secteur Sonnenhang est accessible depuis le cœur d’Ehrwald.


Image
De gauche à droite : jardin d’enfants avec tapis, télésiège Sonnenhang et téléski débutants.


Image
L’intégration de la gare UNI-G aux couleurs criardes dans le village d’Ehrwald est toute relative.


Image
Espace d’évolution des débutants à côté de la G1.


Image
Jardin d’enfants, village d’Ehrwald et sommets de l’Allgäu au fond.



Bâtiments

La station aval est une gare UNI-G classique, en livrée vert et jaune, à laquelle est adossée un local opérateur placé dans l’axe de la ligne.

Image
Front de neige.


Image
Gare UNI-G depuis les pistes.


Image
Terrain plat autour de la G1.


Image
Gare de départ, téléski débutants et domaine skiable de Lermoos à l’arrière-plan.


Image
Tympan amont et P1.


Image
Grenouillère d’arrivée.


Image
Massif du Wetterstein.


Image
Bornes Skidata.


L’embarquement est effectué dans le contour de la gare UNI-G. La station est retour tension, et ne dispose pas de sous-face.

Image
Portillons d’embarquement.


Image
L’embarquement étant situé dans le contour, le local opérateur est placé dans l’axe de la ligne.


Image
Siège dans le ralentisseur.


Image
Embarquement latéral.


Image
Vue d’ensemble du contour.


Image
Zone d’embarquement.


Image
Siège au début de la double came de fermeture du garde-corps et de la bulle.


Image
Fermeture légèrement décalée du garde-corps puis de la bulle.


Image
Lanceur et vérin de tension.


Image
Détail de la poulie et du lanceur.


Image
Détail de la came de fermeture de la pince DT-108.





5. En ligne



Tracé

La ligne est tracée sur de la prairie en faible pente et régulière, à l’exception d’une butte faisant office de paravalanche naturel que le télésiège franchit au début du parcours.

L’exploitant n’a pas choisi d’installer un système de détection de position de câble.


Détail de l’équipement des pylônes :
P1 : 14C/14C
P2 : 10S/10S
P3 : 10C/10C
P4 : 10S/10S
P5 : 8SC/4SC
P6 : 8S/6S
P7 : 8S/6S
P8 : 6S/4S
P9 : 6S/4S
P10 : 8S/8S


Image
Vue d’ensemble du tracé.


Image
Ligne vue depuis la G1.



Au fil de la ligne…

Le télésiège monte en pente modérée vers les alpages du village parsemés de greniers à foin, avant d’atteindre la forêt au pied des falaises du Wetterstein.

Image
Pylône compression en sortie de gare aval.


Image
Le P2 élève fortement la ligne pour lui permettre de franchir le téléski débutants.


Image
Le P3 compression est implanté au pied d’une butte faisant office de paravalanche naturel pour le village.


Image
Faible hauteur de survol au P4.


Image
Franchissement de la butte au P4.


Image
Vue dégagée sur le massif du Wetterstein.


Image
P5 support-compression.


Image
Montée en faible pente au milieu des mazots.


Image
P7 en limite des alpages.


Image
Entrée en forêt.


Image
P9.


Image
P10 et gare d’arrivée.



Depuis les pistes

Les pistes peu techniques sont surtout prisées pour les écoles de ski. Elles offrent un beau point de vue sur l’ensemble de la région Tiroler Zugspitzarena.

Image
Une mesure de hauteur d’enneigement est effectuée à côté du P10.


Image
Vue en enfilade de la piste jusqu’à Ehrwald.


Image
Embranchement des pistes vers Ehrwald, à gauche, et vers le TSD3 Wetterstein, à droite.


Image
Les pistes de Lermoos sont bien visibles sur le versant d’en-face, notamment le tracé du TSD4 Grubigalm, dans la forêt.


Image
Transition entre la forêt et les prés.


Image
Ligne au milieu des mazots.


Image
Au premier plan, Ehrwald, à l’arrière plan, Biberwier à gauche, Lermoos à droite.


Image
A gauche, la trouée du Col de Fern (Fernpass) fait communiquer la Zugspitzarena avec le reste du Tyrol.





6. Station supérieure (G2)



Situation

La gare amont est installée au pied des pentes marquées montant jusqu’à la Zugspitze.

Image
La G2 est implantée dans la pente, au bord d’un torrent dont on aperçoit le lit à gauche.


Image
G2 contre la chaîne du Wetterstein.


Image
Une digue a été construite pour protéger la G2 des avalanches.


Image
Le lit du torrent, traversé par une piste, a été canalisé et équipé de dispositifs paravalanches.



Equipements

La gare amont est constituée d’une station UNI-G classique retour fixe, sans bâtiment autre que le local opérateur. La clientèle n’a pas la possibilité d’y embarquer pour la descente

Image
Garage, local opérateur et gare UNI-G motrice fixe.


Image
G2 depuis la ligne.


Image
Au contraire de la G1 qui en est dépourvue, la G2 dispose d’une sous-face en livrée verte.


Image
Tympan aval.


Image
Côté ralentisseur.


L’ouverture des bulles et des garde-corps est réalisée au moyen de deux cames placées en fin de ralentisseur, et légèrement décalées, de manière à provoquer la remontée de la bulle un peu avant celle du garde-corps, comme le montre cette vidéo.

Image
Ralentisseur et cames d’ouverture.


Image
La came la plus avancée, qui manœuvre à l’extérieur de la suspente, relève la bulle en premier.


Image
La seconde came, placée du côté intérieur de la suspente, relève ensuite le garde-corps.


Image
Contour et aiguillage vers le garage.


Image
Détail des cames qui peuvent être relevées lors des operations de cyclage.


Le débarquement s’effectue dans le contour, ce qui permet de placer la clientèle directement sur la piste de descente.

Image
Local opérateur.


Image
Contour.



Image
Débarquement dans le contour.



Image
Détection de non-débarquement par filin.


Image
Détail de la sécurité de non-débarquement.


Image
Fermeture du garde-corps et de la bulle.



Garage

Un long bâtiment placé perpendiculairement à la pente abrite le garage à véhicules. Un coin vitré placé dans l’angle nord-est du bâtiment est destiné à faire entrer la lumière dans la longue structure en béton, semi-enterrée pour une meilleure protection contre les avalanches.

Le garage est raccordé au début du contour par un seul rail de transfert, permettant le décyclage en marche avant et le cyclage en marche arrière. A l’intérieur du bâtiment, les 2 rails de stockage forment une structure en peigne, tandis qu’un aiguillage placé à l’entrée du garage donne accès à la zone de maintenance.

Image
La longue structure en béton du garage semi-enterré s’intègre plutôt discrètement dans le paysage, malgré la présence d’un coin vitré.


Image
Aiguillage donnant accès au rail de transfert.


Image
Rail de transfert.


Image
Les cames fixes permettent d’ouvrir les bulles et les garde-corps à l’entrée du garage.


Image
Les deux aiguillages du garage orientent les sièges vers la zone de maintenance ou vers les 2 rails de stockage.


Image
De manière classique, le traînage dans le transfert est assuré par une chaîne, tandis que des poutres à pneus, munies d’un pneu assurant le cadencement, assurent le traînage dans le stockage.


Image
La majeure partie du rail est dépourvue de traînage : les véhicules progressent par gravité et sous la poussée du siège suivant.


Image
Le coin vitré assure la fonction de puits de lumière.





7. Véhicules



Généralités

La ligne est équipée de 85 sièges à 6 places, munis d’une bulle orange, et d’un garde-corps automatique. Comme souvent au Tyrol, l’appareil est décyclé tous les soirs.

Image
Les bulles orange constituent le signe distinctif de cet appareil.


Image
Bulle ouverte.


Image
Bulle fermée.



Pinces

Sur cet appareil, Doppelmayr a mis en œuvre la classique pince bistable DT-108 à barres de torsion.

Image
Pince DT-108.


Image
Suspente et leviers d’ouverture du garde-corps, à gauche, et de la bulle, à droite.



Sièges

Les sièges aux assises alternant le noir et l’orange sont munis de garde-corps qui s’abaissent automatiquement en début de lanceur et s’ouvrent de la même manière en fin de ralentisseur.

Image
Les sièges présentent des couleurs alternées pour faciliter le positionnement des clients.


Image
Le garde-corps automatique est rembourré pour éviter les chocs avec les têtes des clients.


Image
Le célèbre kangourou Skippy.


Image
Repose-pieds.


Image
Les enfants peuvent emprunter cet appareil sans être accompagnés d’un adulte.


Image
Détail d’un siège et des dispositifs de manœuvre de la bulle et du garde-corps.


Image
Sur le côté intérieur du siège, dispositif d’ouverture et de fermeture du garde-corps.


Image
Sur le côté extérieur du siège, dispositif d’ouverture et de fermeture de la bulle.





Bulles

Au delà de leur fonction protectrice contre le vent, les bulles de couleur orange créent une ambiance lumineuse même par jour blanc.

Image
Bulle orange.


Image
Ambiance sous la bulle orange.





8. A proximité de la ligne



Au sommet de l’appareil, les clients peuvent retourner en G1 en empruntant la piste bleue Sonnenhang et ses variantes. Ces pistes offrent un point de vue saisissant sur Ehrwarld et tout le bassin de la Loisach.

Image
Les pistes sont à vocation familiale.

Image
Les pistes serpentent au milieu des mazots.

Image
Regard sur la chaîne du Wetterstein.










Une première étape



L’ambitieux plan d’investissement décidé en 2009 vient de franchir une étape importante avec la mise en service du télésiège du Sonnenhang. Le télésiège à peine inauguré, les regards se tournent désormais vers le projet majeur des prochaines années : l’extension du domaine vers le secteur Gamskar, avec la construction d’un autre TSD6 identique à celui-ci. Il devrait non seulement étendre le domaine vers le haut en direction de la mythique combe du Gamskar sous la Zugspitze, mais aussi ouvrir un nouvel accès depuis la route menant au téléphérique tyrolien. Le domaine du Wetterstein disposera alors d’une porte d’entrée bien plus visible que la Sonnenhang, restée à l’écart des grands flux routiers. De quoi doper la fréquention de ce petit domaine et assurer définitivement sa pérennité…



Image





Informations pratiques


Exploitant :
Wettersteinbahnen Ehrwald
A-6632 Ehrwald
www.wetterstein-bahnen.at

Station :
www.ehrwald.com

Accès ferroviaire :
Ligne de l’[i]Ausserfern
Garmisch-Partenkirchen – Reutte – Füssen

Accès routier :
- depuis Munich (110 km) par Garmisch-Partenkirchen
- depuis Ulm (160 km) par Füssen
- depuis la Suisse et le Vorarlberg par Imst (35 km) et le col de Fern
- depuis Innsbruck (80 km) par le seuil de Holzleitner et le col de Fern

Ouverture :
Ouverture de décembre à mars selon enneigement.

Tarifs :
Forfait de ski journée hiver 2012/13 : 38,50 euros (valable sur toute la Zugspitzarena, hors Zugspitze)[/i]

Fil de discussion

Accès au fil de discussion consacré à l’appareil sur le forum.

Image



Suivre la discussion sur le forum


Appareil en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.09031 secondes. 28 requete(s).
149 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés