En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 13Bannière 24Bannière 31Bannière 22

 TSF2 de Bons

Les Deux Alpes

Montaz Mautino

T1 HS
Mise en service en : 1971
Fin de service en : 2008

Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : alspace
Section écrite le 22/02/2015 et mise à jour le 27/04/2015
(Mise en cache le 27/04/2015)

Image



Au sommaire de ce reportage :
    1. Les Deux Alpes
    2. Le hameau de Bons et son télésiège
    3. Bons, une desserte de ski propre excentrée
    4. Ligne et infrastructures du télésiège de Bons
    5. Bons, un appareil vétuste et peu utilisé



Les Deux Alpes

Les Deux-Alpes, station située dans l'Oisans, est implantée sur les territoires de l'Alpe de Venosc et de l'Alpe du Mont de Lans. Elle se répartit sur deux versants : la Vallée Blanche qui culmine à 2081 mètres d'altitude en haut du télésiège de Super Venosc, et le secteur "principal" qui culmine à plus de 3500 mètres d'altitude au niveau du Dôme de la Lauze. Ces deux secteurs sont reliés entre eux via deux télésièges fixes quatre places côté Alpe du Mont de Lans. L'accès au domaine skiable se fait également depuis la vallée via le télésiège du Mont de Lans et la télécabine de Venosc.
La station des Deux-Alpes est également réputée pour son offre estivale très large, entre VTT et ski d'été.

Image
^^ Découvrez une introduction plus détaillée de la station en cliquant sur le logo ^^


Le hameau de Bons et son télésiège

Bons est un petit hameau dépendant de la commune de Mont de Lans, célèbre auprès des touristes pour sa curieuse porte romaine. Situé à 1300 mètres d'altitude en pleine forêt sur le versant nord de Vallée Blanche, Bons ne compte tout au plus qu'une quarantaine d'habitations. Malgré sa proximité avec la station de ski des 2 Alpes, Bons a échappé à la fièvre immobilière et a conservé son charme d’antan de village typique de l’Oisans. Ainsi le hameau a très peu évolué ces dernières décennies et aucun hôtel n'y a été construit.

Toutefois, les décideurs des années 1960 voulaient y créer une petite station satellite, plus familiale en gardant le charme du typique village d'origine. Aux 2 Alpes, cette période est marquée par une volonté de fortement développer le domaine skiable, la station ainsi que les villages alentours en réalisant diverses liaisons. En 1965, le télésiège biplace de Mont de Lans est construit pour relier le village éponyme au domaine des 2 Alpes. La commune de Venosc a dû attendre quelques années de plus pour voir arriver sa télécabine biplace fournie par Weber. La même année, Bons se voit équipé d'un télésiège fixe deux places partant à une centaine de mètres du hameau pour arriver directement en haut du secteur de Vallée Blanche, donnant donc un accès direct à ce versant du domaine.

Image
Le hameau de Bons et en arrière plan le début de la ligne du télésiège de Bons. (DR)


Cette construction devait être la première étape d'un vaste projet d'agrandissement du domaine skiable de Vallée Blanche sur ses versants nord (côté Bons) et ouest (hameau des Travers) où trois nouveaux téléportés étaient à l'étude, notamment un appareil de type télésiège ou télécabine reliant directement les Travers jusqu'au sommet du télésiège des Cimes, ancêtre du TSF4 Vallée Blanche.

Avec les différents projets immobiliers du hameau de Bons, le télésiège de Bons devait progressivement prendre une importance capitale sur le domaine. Preuve en est, ce télésiège a été équipé de structures particulières pour les gares afin de pouvoir supporter des canons d'embrayage et de débrayage. En effet, à l'origine, le télésiège des Bons devait être une installation équipée d'une technologie débrayable de type MMG qui est caractérisée par une structure légère où des canons d'embrayage et de débrayage sont installés seulement sur les brins exploités. C'est pourquoi le télésiège de Bons devait posséder trois canons, un en gare aval, un en gare intermédiaire et un dernier en gare amont, seulement sur le sens de la montée. Cependant, l'existence de cette technologie n'est pas totalement prouvée si ce n'est sur des plans retrouvés au Canada (dans l'entreprise Samson), ni combien de temps elle a équipée ce télésiège.

Néanmoins, il deviendra vite assez clair que le futur de l'immobilier se trouve directement sur la station des 2 Alpes et celui du domaine skiable sur le versant du Jandri. Les projets vers le hameau des Travers sont rapidement abandonnés et le Bons ne deviendra jamais un village-station comme son voisin d'en face, à savoir Auris en Oisans.

Le télésiège de Bons était exploité jusqu'en décembre 2007 lorsqu'un accident lors d'une période d'essais mettra fin à son exploitation. En effet, il semblerait qu'après un fort coup de vent, un siège sur le sens de la descente soit venu se positionner sur la ligne de sécurité. Lors de la remise en marche, il s'est retrouvé coincé sur la tête du pylône 23, déformant la potence et endommageant considérablement toute la tête du pylône. Le coût des réparations ainsi que les différentes mises aux normes obligatoires nécessaires à sa réouverture ont entraîné sa fermeture définitive par Deux Alpes Loisirs. Le télésiège de Bons sera démonté lors de l'été 2015 et aucun projet de remplacement n'est pour l'instant prévu. Il est fort probable que ce secteur soit purement et simplement abandonné, au grand regret des habitués de la station.


Bons, desserte d’une offre de ski propre excentrée

Le télésiège de Bons permettait de desservir une bonne partie des pistes de Vallée Blanche depuis le hameau éponyme, ainsi qu'une piste retour assez appréciable puisque la partie basse passait au milieu de la forêt. Ce secteur était très prisé des habitués de la station qui trouvaient là un bon moyen de se retrouver dans un cadre plus naturel que le reste du domaine et à l'écart de la foule pendant les périodes de vacances scolaire. La piste offrait également un très beau panorama sur le massif des Grandes Rousses au nord et ainsi que sur ceux de Prégentil puis du Taillefer à l'ouest.

En dépit d'une offre de ski propre sympathique, le télésiège de Bons n'a jamais connu un grand succès et sa fréquentation n'a fait que baisser au cours du temps (on parle d'une fréquentation journalière de 1000 passages lors de ses dernières années d'exploitation). La partie basse de la piste, située sous la gare intermédiaire, était particulièrement délaissée à cause de sa difficulté (piste rouge) et de son faible enneigement. Le temps de montée interminable (plus d'un quart d'heure !), tout comme le confort d'une autre époque était également de nature à faire fuir les skieurs. Au fur et à mesure du temps, cette installation est donc devenue de plus en plus secondaire aux yeux de l'exploitant qui n'hésitait pas à fermer la piste rouge dès que le manque de neige se faisait sentir.


A partir du télésiège de Bons, 4 pistes étaient desservies :

  • La piste bleue des Vallons de Bons donnait une très belle vue sur la vallée et le Bourg d'Oisans. Son tracé débouchait sur la gare intermédiaire du télésiège de Bons.
  • La piste bleue Variante des Vallons de Bons. C’était un long chemin partant quelques mètres en dessous de la gare amont du télésiège de Bons et qui permettait de rejoindre la piste bleue de la Vallée Blanche.
  • La piste rouge de Bons, terminant sa course au départ du télésiège du même nom. C’était l’une des rares pistes à avoir un tracé en forêt sur le domaine. A noter que son départ se trouvait près de la gare intermédiaire du télésiège.
  • La piste rouge Anémone permettait de rejoindre rapidement la station de l’Alpe du Mont de Lans et le départ du télésiège fixe de la Vallée Blanche.

Image
Situation du télésiège de Bons sur le plan des pistes des Deux Alpes. (2010)



Le télésiège de Bons était un télésiège provenant de la gamme de télésiège fixe de chez Montaz Mautino mais assez particulier. En effet, la position "dans le vide" de la gare aval soutenue par un très gros pilier en béton est unique en son genre. De plus, il est à noter la présence d’une gare intermédiaire sur le seul brin montant aux deux tiers de la ligne.


Voici donc les caractéristiques de ce télésiège :

    Caractéristiques Administratives

    TSF-Télésiège à attache fixe : BONS
    Exploitant : DAL (Deux Alpes Loisirs)
    Constructeur : MONTAZ MAUTINO
    Année de construction : 1971
    Année d'arrêt de l'exploitation : 2008

    Caractéristiques d’Exploitation

    Saison d'exploitation : Hiver
    Capacité : 2 personnes
    Débit à la montée : 655 personnes/heure (100 %)
    Vitesse d'exploitation : 2,50 m/s
    Equipement d’aide à l’embarquement : Non

    Caractéristiques Géométriques

    Altitude aval : 1300 m
    Altitude intermédiaire : 1870 m
    Altitude amont : 2060 m
    Dénivelée : 760 m
    Longueur développée : 2349 m
    Pente maximale : 75 %
    Pente moyenne : 35 %
    Temps de trajet : 15 min 40 sec

    Caractéristiques Techniques

    Type de gare : 25T
    Emplacement motrice : Aval
    Type de motorisation : Electrique
    Emplacement tension : Amont
    Type de tension : Contrepoids
    Sens de montée : Gauche
    Embarquement : Parallèle à la ligne
    Nombre de pylônes : 25
    Dispositif d’accouplement : Pince fixe (tenaille)



Ligne et infrastructures du télésiège de Bons

La gare aval

La gare aval du télésiège de Bons était située à 1300 mètres d’altitude, sur un promontoire au-dessus de la route départementale D220. Cette position est unique en son genre. En effet, la gare est implantée à une dizaine de mètres du sol, sur un très imposant massif en béton.
Au niveau technique, nous retrouvons une gare 25T classique assurant la mise en mouvement du câble. L’embarquement s’effectuait parallèle à la ligne, avant le premier pylône.

Image
Vue hivernale en contre-plongée sur la zone de la gare aval. A noter que les pylônes étaient encore peints en vert.

Image
Vue générale de la gare aval depuis la piste rouge de Bons.

Image
Vue rapprochée.

Image
La gare aval vue depuis la départementale D220.

Image
Vue en contre-plongée.

Image
Vue de face. Au premier plan nous trouvons le monte charge permettant de monter les plots en béton au niveau de la gare pour les essais en charge.

Image
La gare depuis la file d'attente.

Image
Vue avant.

Image
La zone d'embarquement, juste avant le premier pylône.



La ligne

La ligne du télésiège de Bons était longue de 2349 mètres, et était composée de deux tronçons. En effet, une gare intermédiaire, était positionnée au niveau des pylônes 17, 17 bis et P18, soit aux 2/3 de la montée.

Première partie

Après une première portée débutée après les deux premiers pylônes, les pylônes trois et quatre imprimaient une partie quasiment plate, avant une nouvelle montée imprimée par le pylône sept (portique). Plusieurs pylônes plus loin, la ligne devenait très pentue, pour atteindre les 75 % d'inclinaison maximale.
Cette montée folle est clôt après les pylônes 15 et 16, situés une cinquantaine de mètres avant la gare intermédiaire.

Montaz Mautino a équipé cette section de 17 pylônes, dont trois portiques :

Image
Les deux premiers pylônes, vus depuis la gare aval.

Image
Zoom sur le pylône 3.

Image
Zoom sur la tête du pylône 11.

Image
P12.

Image
La ligne avant l'entrée en gare intermédiaire.



La gare intermédiaire

La gare intermédiaire du télésiège de Bons était située à 1870 mètres d’altitude, à l’arrivée de la piste bleue de la Vallons de Bons.
Seul l’embarquement était autorisé, ce qui permettait d’ouvrir l’appareil afin de desservir la piste bleue de Vallons de Bons, même si la neige n’était pas présente sur la piste rouge de Bons.

Image
Vue générale en contre-plongée sur la gare intermédiaire.

Image
Vue de trois-quarts.

Image
Vue rapprochée.

Image
Vue de face.



La ligne, deuxième partie

Après la sortie de la gare intermédiaire, la ligne reprenait de l’inclinaison, dès le P19 et survolait des pentes en dévers. Le pylône 21 imprimait un replat avant la montée finale imprimée par le pylône 23. Celle-ci se terminait au niveau du pylône suivant, le P24, d’où démarrait la dernière portée, avec une pente faible.

Cette section était composée de 9 pylônes, dont cinq supports, deux compressions et un support/compression (seulement sur le brin descendant) numérotés de 18 à 25 :

  • P18 : 12C
  • P19 : 4S / 2S 4C 2S
  • P20 : 8S / 8S
  • P21 : 12S / 12S
  • P22 : 12S / 12S
  • P23 : 12C / 12C
  • P24 : 12S / 12S
  • P25 : 4S / 4S
  • G3 : 1S / 1S


Image
La seconde section de la ligne après le passage en gare intermédiaire.

Image
Vue en contreplongée sur le P19 et la gare intermédiaire au second plan.

Image
Portée vers le pylône 20.

Image
P20, avec la station d'Auris en Oisans sur l'extrême droite de l'image.

Image
La ligne, avec la gare amont en haut à droite.

Image
Les pylônes 21 et 22.

Image
Vue de profil du pylône 22, déraillé.

Image
Vue arrière. Notez la hauteur faible du câble par rapport au sol.

Image
Le pylône 23, qui a perdu sa tête.

Image
Vue en contre-plongée sur la zone de l'accident. Au total, un pylône déraillé (P22) et un autre sans potence (P23).

Image
La fin de la ligne.

Image
P25.



La gare amont

La gare amont du télésiège fixe de Bons était située à 2060 mètres d’altitude, à environ 500 mètres de l’arrivée du télésiège de la Vallée Blanche. Cette situation ne lui permettait pas de donner aux utilisateurs un accès sur l’ensemble des pistes du versant éponyme. Cependant, les gares aval de toutes les autres installations pouvaient être atteintes sans trop de difficultés.
Cette gare effectuait le retour tension du câble, grâce à un gros contrepoids en béton. Fait rare pour l’époque, la poulie de retour n’est pas flottante, mais roule sur un lorry en treillis. Ce système est similaire à celui utilisé sur le télésiège fixe biplace du Mottet à Valmorel.

Image
Vue d'ensemble de la gare amont en légère contre-plongée.

Image
Vue rapprochée.

Image
Zoom sur le système de tension, avec le contrepoids à droite.

Image
Vue arrière.

Image
Vue de trois-quarts.

Image
La gare amont depuis la piste bleue Variante Vallons de Bons.

Image
Vue d'ensemble de la station retour/tension.



Les véhicules

Le télésiège de Bons était équipé à l’origine de sièges Montaz Mautino "carrés" classique pour l’époque, ainsi que des véhicules de remplacement, de la gamme Goutte d’Eau de chez Pomagalski venus remplacer d’anciens véhicules défectueux.
Chaque véhicule peut accueillir jusqu’à deux personnes. Ils sont reliés au câble par une pince fixe "tenaille" de manufacture Poma.

Image
Un siège "carré".

Image
Un siège "Goutte d'Eau" venu remplacer un ancien carré défectueux.



Autres photos

Image
Vue hivernale de la gare amont.

Image
La ligne au niveau des pylônes 8 et 9, vue depuis la piste rouge de Bons.



Bons, un télésiège vétuste et peu utilisé

Depuis de nombreuses saisons, le télésiège de Bons était devenu très peu fréquenté, la faute à un enneigement insuffisant pour ouvrir la piste rouge de Bons et à sa position excentrée. De plus, le temps de montée interminable et son inconfort faisaient fuir les clients habitués de longue date à la rapidité et au confort des télésièges débrayables.

Mais tout s’est accéléré en 2008 à cause d'un accident survenu pendant des essais sur la partie haute du télésiège. Depuis cet incident, le télésiège de Bons n’a plus tourné et il est désormais impensable de le rénover car de nombreuses remises aux normes seraient à prévoir, à commencer par le changement du système de freinage à bandes, interdit en France depuis 2008.

L'avenir de ce secteur est partiellement soumis à la réalisation d'une éventuelle liaison entre la station des 2 Alpes et sa grande voisine de l'Alpe d'Huez. En effet à vol d'oiseau, Bons est le point de la station des 2 Alpes le plus proche de la station d'Auris en Oisans, qui servirait de lien depuis l'Alpe d'Huez. Toutefois, faire arriver cette liaison à Bons ne serait pas d'un grand intérêt pour les skieurs qui perdraient beaucoup de temps à l'aller comme au retour s'ils souhaitent rejoindre le secteur principal du domaine, à savoir le versant du Jandri. On s'oriente donc vers un abandon pur et simple de ce secteur.

Image
Le secteur de Bons sera t'il ré-ouvert ou définitivement abandonnée ? Nul ne le sait vraiment.



Je remercie toutes les personnes ayant participé à ce reportage, et tout particulièrement Axelus pour sa relecture attentive du texte.

Texte : Alspace, Axelus et remontees (présentation de la station)
Mise en page : Alspace
Graphisme bannière : Alspace
Photos : piedmoutet, remontees, Yann83 et le site http://ski.inmontanis.info/main.php
Date des photos : janvier 1998 et janvier 1999, 16 juillet 2014



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.12973 secondes. 29 requete(s).
135 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés