En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 24Bannière 18Bannière 38Bannière 33

 TSF2 des Côtes

Aussois

Weber

T1 HS
Mise en service en : 1969
Fin de service en : 2015

Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : alspace
Section écrite le 17/10/2015 et mise à jour le 29/07/2016
(Mise en cache le 29/07/2016)

Image



Au sommaire de ce reportage :

  1. Aussois
  2. L’aménagement d’Aussois
  3. Côtes, un ascenseur secondaire vers le domaine skiable d'altitude
  4. Ligne et infrastructures du télésiège des Côtes
  5. Côtes, un télésiège trop vieux et délaissé


Aussois

Aussois est une station village située à 1500 mètres d’altitude sur un plateau exposé au sud. Elle propose un domaine skiable de taille moyenne composé de 10 remontées mécaniques, dont deux télésièges débrayables, trois télésièges fixes ainsi que quatre téléskis desservant un total de 55 km de pistes entre 1500 et 2700 mètres d'altitude.

Image
^^ Découvrez une présentation plus détaillée de la station en cliquant sur le logo ^^


L’aménagement d’Aussois

Le ski en Haute Maurienne commença à se développer en 1950 au village de Lanslebourg avec la construction d'un très long téléski de 1650 mètres dans la forêt de l’Arc dominant ce village. Ce fut en 1953 que la première remontée mécanique naquit à Aussois. Il s’agissait d'un petit téléski pouvant remonter jusqu'à 4 skieurs à la fois, et qui était situé aux envers sous la face nord du fort Marie Christine.
En 1959, la première remontée mécanique moderne fut construite par Marcel Arnaud pour le compte de Louis Couvert : le téléski de la Dotta. Cette installation était située en plein cœur du village, en contrebas de l’église et desservait une courte piste dédiée aux débutants.
Au début des années 1960, Poma installa le téléski de la Pyramide sur le front de neige actuel de la station. Il desservait un champ de neige d'une centaine de mètres de dénivelé.

Image
La gare aval et la ligne du téléski de la Pyramide (D.R).

Image
Vue vers l'aval depuis le pylône 5 (D.R).


En 1969, la régie des remontées mécaniques d’Aussois voyait le jour. La même année, le télésiège fixe des Côtes fut construit par Weber sur un tracé totalement nouveau dans l'optique de la création d'un domaine skiable en altitude. Il proposait dès lors de véritables pistes en forêt, sur plus de 400 mètres de dénivelé.

Image
Le pylône 1 du télésiège des Côtes et la suite de la ligne derrière. En arrière-plan, on devine la ligne du téléski de la Pyramide (D.R).

Image
Le début de la ligne jusqu'au au pylône 3 (D.R).

Image
Le télésiège des Côtes au sortir du front de neige (D.R).


L’année suivante, le télésiège des Sétives fut construit en continuité du téléporté des Côtes et permettait d'élever les skieurs en haut du plateau du Jeu. Il ouvrait alors un nouvel espace de ski sur des larges pentes herbeuses depuis l'altitude de 2250 mètres.

Image
Vue sur le départ du télésiège des Sétives ainsi que le restaurant du même nom en arrière-plan (D.R).


En 1971, le téléski du Plan Sec fut construit à l'arrivée du télésiège des Sétives. Avec ce nouveau téléski de 1560 mètres de longueur développée, le sommet du domaine skiable était désormais situé à 2664 mètres d’altitude.
En 1982, afin de doubler l’axe Côtes-Sétives par un unique appareil, l’exploitant décida d’installer un très long télésiège fixe donnant directement accès au plateau du Gran Jeu. La montée devint alors plus rapide et moins pénible que par la chaîne Côtes-Sétives.

Image
La gare aval et le début de la ligne du télésiège du Gran Jeu.


En 1989, le Gran Jeu fut transformé en télésiège débrayable quatre places afin de diminuer le temps de montée et améliorer le débit horaire de 870 personnes du télésiège fixe qui était alors trop faible.

Image
Vue sur le départ et le début de la ligne du télésiège du Gran Jeu (cliquez sur l'image pour accéder au reportage).



Côtes, un ascenseur secondaire vers le domaine skiable d'altitude

Le télésiège des Côtes démarrait sur le front de neige d’Aussois, en contrebas du départ du télésiège débrayable du Gran Jeu et évoluait en grande partie dans la forêt qui constitue la partie basse du domaine skiable. Cette position lui conférait un rôle d’ascenseur vers les pistes d'altitude, grâce à la situation de sa gare sommitale depuis laquelle il était possible de continuer l’ascension vers la partie intermédiaire du domaine skiable via le télésiège fixe des Sétives. Jusqu’en 1982, Côtes était le seul accès au domaine depuis la station, c’est pourquoi il était très fréquenté, voire même saturé pendant les vacances scolaires.
Depuis la construction du télésiège du Gran Jeu, Côtes était surtout utilisé par les débutants qui l’empruntaient pour faire des rotations sur la piste verte du même nom. Il ouvrait tous les jours, tant que la piste verte des Côtes était praticable. Il permettait aussi d'aider le télésiège du Gran Jeu à résorber les attentes sur le front de neige d'Aussois ainsi que d'agrandir le secteur débutants au pied de la station en complément des téléskis de la Charrière et de la Mulinière.

Le télésiège des Côtes desservait les pistes suivantes :

  • La piste verte des Côtes : reprenant la route goudronnée qui mène au barrage de Plan d'Aval, il s'agit d'une longue piste à la pente régulière, très appréciée des débutants et des piétons.
  • La piste verte Retour Côtes, qui permet de revenir sur la piste verte des Côtes depuis la bleue Ortet en évitant la partie finale assez difficile de cette dernière.
  • La piste bleue Ortet équipée en neige de culture, qui est la piste retour principale tout au long de la saison.
  • La piste bleue Toutoune, qui est une petite variante de la partie haute de l'Ortet
  • La piste rouge Choulière, équipée en neige de culture depuis 2013 qui offre un retour plus technique et rapide sur la station pour les bons skieurs.

Image
Situation du télésiège des Côtes sur le plan des pistes d'Aussois.


On avait ici affaire à un télésiège fixe 2 places Weber classique de la fin des années 1960 et du début des 1970’s.
En 1973, l'actuel pylône 6 fut déplacé vers l'amont et rehaussé, tandis qu'un pylône 5 fut installé juste derrière le pylône 4. En 2009, le moteur électrique fut changé par un nouveau provenant de chez PISTORELO à Albertville. L'année suivante, Seirel est venu moderniser les installations électriques de l'appareil.


Voici les caractéristiques de ce télésiège :

Caractéristiques administratives

TSF-Télésiège à attache fixe : CÔTES
Maître d'œuvre : CETARM73
Maitre d'ouvrage : COMMUNE D'AUSSOIS
Exploitant : COMMUNE D'AUSSOIS
Constructeur : WEBER
Année de construction : 1969
Année de démontage : 2015

Caractéristiques d’exploitation

Saison d'exploitation : Hiver et été
Capacité : 2 personnes
Débit à la montée : 720 personnes/heure
Débit à la descente : 720 personnes/heure
Vitesse d'exploitation maximale à la montée : 2,3 m/s (exploité entre 1,9 m/s et 2,1 m/s durant ses dernières années de service)
Vitesse d'exploitation à la descente : 1,5 m/s
Embarquement : Oblique
Equipement d'aide à l'embarquement : Non
Sens de montée : Par la droite

Caractéristiques géométriques

Altitude aval : 1530 m
Altitude amont : 1940 m
Dénivelée : 410 m
Longueur développée : 1250 m
Longueur horizontale : 1166 m
Portée la plus longue : 180 m
Survol maximal : 17 m
Pente moyenne : 38,59 %
Pente maximale : 60 %
Temps de trajet : 9 minutes 35 secondes

Caractéristiques techniques

Type de gare aval : Weber motrice tension
Emplacement motrice : Aval
Type de motorisation : Courant continu (à l'origine équipé de deux moteurs asynchrones)
Puissance développée : 110 kW
Emplacement tension : Aval
Type de tension : Contrepoids
Masse du contrepoids : 1217 kg
Tension nominale : 1033 daN
Type de gare amont : Retour-fixe
Nombre de pylônes : 12
Largeur de la voie : 3,20 m

Caractéristiques des véhicules

Type de véhicules : Véhicule à suspente centrale Gimar
Date de pose : 1981
Nombre de véhicules : 100
Masse à vide : 32 kg
Dispositif d'accouplement : Pince fixe Mueller (pose en 1989)
Espacement : 10,9 secondes

Caractéristiques du câble (1999)

Fabricant : TREFILEUROPE
Composition : 6x19 fils
Type de câblage : Lang à droite
Diamètre du câble : 29 mm
Section du câble : 340 mm²
Section du toron : 56 mm²
Type d'âme : Textile
Pas de câblage : 209 mm
Pas de toronage : 81 mm
Résistance à la rupture : 54 000 daN


Ligne et infrastructures du télésiège des Côtes

La gare aval

La gare aval du télésiège des Côtes était située à 1530 mètres d’altitude, au cœur du front de neige d’Aussois et en contrebas du départ du télésiège débrayable du Gran Jeu.
On retrouvait ici une gare motrice-tension imaginée par Weber. Nous reviendrons plus en détails sur les deux rôles de cette gare dans la partie "Au coeur du télésiège des Côtes".

→ Vues estivales :

Image
La gare aval vue depuis la route menant aux barrages d'Aussois.

Image
La gare aval vue depuis les parkings.

Image
Vue depuis la gare aval du télésiège du Gran Jeu.

Image
Vue de profil.


→ Vues hivernales

Image
Vue de trois-quarts avant.

Image
Vue de côté.

Image
Vue de trois-quarts arrière.



La ligne

La ligne du télésiège des Côtes était longue de 1250 mètres. A la sortie de la gare aval, la pente était assez faible jusqu’au pylône 5 qui imprimait la montée principale de l’appareil. Côtes survolait alors dans cette montée de nombreuses fois la route des barrages d’Aussois qui, en hiver est la piste verte des Côtes.
Le pylône 10 commençait à radoucir l’inclinaison du câble avant la gare amont, située après l’ensemble P11-P12.

Weber avait équipé la ligne de 12 pylônes, dont huit supports, trois supports-compressions et un compression :
  • P1 : 8C/8C
  • P2 : 4S/4S
  • P3 : 4S/4S
  • P4 : 4S/4S
  • P5 : 8C+2C/8C+2S
  • P6 : 6S/6S
  • P7 : 6S+2C/6S+2C
  • P8 : 6S/6S
  • P9 : 6S/6S
  • P10 : 6S/6S
  • P11 : 8S/8S
  • P12 : 8S/8S


Image
Ligne depuis la gare aval.

Image
P1.

Image
P2.

Image
Portée vers le pylône 3.

Image
Portée vers le pylône 4.

Image
La suite de la ligne à partir du pylône 5.

Image
Portée vers le pylône 6.

Image
P6.

Image
Rehausse du pylône 6.

Image
Portée vers le pylône 7.

Image
Portée vers le pylône 8.

Image
Milieu de la portée.

Image
Portée vers le pylône 10.

Image
P10.

Image
Portée vers le pylône 11.

Image
Les pylônes 11 et 12.



La gare amont

La gare amont était située à 1940 mètres d’altitude, à quelques dizaines de mètres du départ du télésiège des Sétives.
Au niveau technique, on retrouvait une classique station retour-fixe du câble. Notons que le débarquement se faisait depuis une estacade en bois au niveau du pylône 12. Cette estacade fut démontée au début des années 1990 et le débarquement déplacé au niveau de la poulie de retour-fixe.

Image
Vue de côté depuis la zone de débarquement.

Image
Vue en plongée.

Image
La gare amont dans son environnement. A gauche, le départ du télésiège des Sétives.



Véhicules et pinces

Le télésiège des Côtes était équipé à l'origine de sièges 2 places Weber, remplacés en 1981 par des véhicules Gimar. Les sièges Gimar étaient depuis 1987 reliés au câble par des pinces fixes Mueller.

Image
Les sièges Weber originaux (D.R).

Image
Deux sièges Mueller devant la gare aval.

Image
Une pince Mueller.



Au coeur du télésiège des Côtes

→ La tension du câble

La gare aval assurait la tension du câble grâce à un contrepoids en béton. La gare était installée sur des rails qui permettaient de la faire coulisser d'avant en arrière pour tendre le câble. Juste derrière la station motrice, nous retrouvions un poussard qui permettait de dévier les deux câbles de tension reliant à la fois la gare et le contrepoids.

Image
Le poussard. A gauche, nous remarquons les rails sur lesquels coulissait l'ensemble de la gare aval.

Image
Vue arrière du poussard.

Image
Le contrepoids.


→ La mise en mouvement du câble

Le télésiège des Côtes était initialement entraîné par deux moteurs asynchrones : l'un gérant la petite vitesse (à 1,5 m/s), l'autre la grande vitesse (à 2,3 m/s), la motorisation a été remplacée par un moteur à courant continu dans les dernières années d'exploitation. Ce télésiège avait alors une fâcheuse tendance à user prématurément les balais du moteur, et provoquait des pannes assez récurrentes. La motorisation a été changée à plusieurs reprises, sans résultats significatifs. La puissance du moteur était d'environ 110 kW, et était transmise par courroies au réducteur situé sous la poulie motrice.
La marche de secours était assurée par un moteur thermique Chrysler.

Image
Zoom sur la chaîne cinématique. En bleu, le moteur électrique, et en vert le moteur thermique de secours.

Image
La poulie motrice. En bleu, la piste de freinage d’urgence.



Vues de la ligne en été…

Image
La ligne en direction de l’amont depuis le pylône 7.

Image
La ligne avant le pylône 7 vue depuis la route des barrages d'Aussois.

Image
Le pylône 6.

Image
Vue vers l'amont avec les pylônes 6 et 7. Photo prise depuis le télésiège du Gran Jeu.

Image
Vue sur la quasi-totalité de la ligne depuis le front de neige d’Aussois.



Côtes, un télésiège trop vieux et délaissé

Le télésiège des Côtes était un appareil principalement destiné aux débutants grâce à la desserte de la piste verte des Côtes, qui permettait d'agrandir le secteur débutant du front de neige de la station. Il permettait aussi de rejoindre le domaine skiable et le télésiège des Sétives afin de doubler le télésiège débrayable du Gran Jeu dans son rôle d'ascenseur depuis la station lors des périodes de fortes fréquentations ou alors en cas d'indisponibilité de ce dernier.
Prévu d'être remplacé sur un tracé un peu plus long par l'ancien télésiège du Peyron situé à Orelle durant l'été 2015, ce projet n'a pour le moment pas encore vu le jour pour des questions de rentabilité (peu de passage/pour un montant initial budgété à 1,8 millions d'Euros qui aurait finalement atteint au global 2,5 millions d'Euros).
Malgré son importance sur le domaine skiable, le télésiège des Côtes était peu fréquenté et trop vieux. C'est ainsi que la Régie des Équipements Touristiques d'Aussois l'a démonté durant l’été 2015 en même temps que le télésiège du Gran Jeu afin de pouvoir effectuer les terrassements pour l'implantation du futur télésiège débrayable du Gran Jeu. Le télésiège des Côtes ne sera donc pas remplacé pour la saison 2015-2016 par un autre télésiège. Le sera-t-il un jour ? Seul l'avenir nous le dira...

Image
Côtes, un télésiège ancien mais pratique aujourd'hui démonté après 46 années de bons et loyaux services.


Je tiens à remercier remontees, valcelouis et rider aussois pour leurs photos. Et enfin, merci beaucoup à Aussois pour le partage de ses différentes photos ainsi que pour les informations techniques et historiques apportées sur cet appareil.

Texte, bannière et mise en page : Alspace
Photos : Aussois, rider aussois, valcelouis et remontees
Date des photos : 7 juillet 2012, 16 juillet 2012 (remontees).



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.09069 secondes. 37 requete(s).
151 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés