En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 30Bannière 33Bannière 9Bannière 26

 TSF2 du Carroley

Montchavin - Les Coches (Paradiski)

Poma

T3 ES
Mise en service en : 1978

Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : remontees
Section écrite le 25/06/2014 et mise à jour le 26/02/2015
(Mise en cache le 27/02/2015)

Image


Au sommaire du reportage :

  1. La Plagne : toute la station en onze stations !
  2. L'aménagement du domaine d'altitude de Montchavin-Les Coches
  3. Carroley, retour vers Montchavin-Les Coches
  4. Ligne et infrastructures du télésiège du Carroley
  5. Carroley : un appareil à bout de souffle ?



La Plagne : toute la station en onze stations !

La Plagne est l'une des plus grandes stations de la Savoie, située à cheval sur les communes de Bellentre, Aime en vallée de la Tarentaise et Champagny-en-Vanoise en vallée de Bozel. Reliée aux Arcs/Peisey-Vallandry par le téléphérique Vanoise-Express, elle propose un immense domaine skiable composé de 130 pistes et 115 remontées mécaniques entre 1230 m et 3120 m en haut du télésiège du Glacier sous le sommet de Bellecôte.

Image
^^ Découvrez une introduction plus détaillée de la station en cliquant sur le logo ^^



L'aménagement du domaine d'altitude de Montchavin-Les Coches

Le développement de l'espace d'altitude de Montchavin-Les Coches commence en 1973 avec l'installation du téléski du Dos Rond, couplé au téléski de la Salla. La vocation première de cet aménagement est de relier le domaine de Montchavin-Les Coches aux stations d'altitude de la Plagne. Il faudra attendre 1978 pour voir les premiers télésièges fleurir sur les pentes du lac du Carroley, à savoir la chaîne des télésièges Bauches-Carroley, desservant un espace de ski propre très large. Ainsi, six cent mètres de dénivelé permettent de skier sur des pentes diverses entre la Tête des Arpettes et le hameau des Bauches. En 1986, la SAP décide d'ajouter à ce secteur déjà bien fourni le télésiège des Crozats, offrant une nouvelle liaison vers Plagne Bellecôte et la desserte d'une nouvelle piste bleue, parfaite pour les skieurs moyens. Avant 2004, le télésiège du Carroley avec les téléskis de la Salla desservaient une grande piste bleue de 400 mètres de dénivelé pour un ski de qualité sur le plateau du Carroley. Aujourd'hui avec le nouveau télésiège de la Salla, les pistes du secteur sont devenues plutôt des grands boulevards de liaison tantôt pour accéder au télésiège des Crozats, ou alors pour revenir vers Montchavin-Les Coches comme peut l'être la piste du Replat.

Image
Vue sur le secteur d'altitude de Montchavin-Les Coches (D.R., collection François05).



Carroley, retour vers Montchavin-Les Coches

Le télésiège du Carroley a pour rôle de permettre le retour sur les stations de Montchavin-Les Coches en évitant la longue piste des Bauches depuis le bas du plateau du Carroley. Ainsi, les skieurs arrivant depuis le télésiège des Bauches ou la piste bleue des Teppes peuvent revenir via le sommet du Dos Rond au sommet du télésiège du Bijolin. Il est ensuite possible de redescendre par les pistes Mont Blanc ou Dos Rond puis Pierres Blanches au niveau des Coches. Depuis la mise en service de la liaison Les Arcs / La Plagne avec le téléphérique Vanoise-Express, on observe une augmentation de la fréquentation du télésiège du Carroley pour revenir sur Peisey-Vallandry et les Arcs. Le télésiège du Carroley peut également permettre d'éviter le long télécorde du Replat souvent encombré en fin de journée tout en offrant plus de ski avec la descente du Dos Rond. Aujourd'hui, Carroley n'a plus vraiment intérêt à desservir du ski propre car la piste bleue du Carroley est davantage devenue un boulevard de liaison vers le télésiège des Crozats.

Image
Le sommet du Dos Rond avec l'arrivée du télésiège du Carroley, vu depuis la Tête des Arpettes.


Au sommet du télésiège du Carroley, deux pistes sont accessibles :

  • La piste bleue du Carroley, descendant jusqu'en bas du télésiège. Elle permet également d'emprunter le télésiège de la Salla ou le télécorde du Replat pour revenir sur Montchavin-Les Coches.
  • La piste bleue du Dos Rond, longue et belle piste bleue se terminant au niveau du télésiège éponyme. Elle permet de revenir par gravité vers Montchavin-Les Coches en la prolongeant par les pistes Mont Blanc ou Pierres Blanches.


Image
Situation du télésiège du Carroley sur le plan des pistes de la Plagne.



On a donc ici affaire à un télésiège fixe 2 places à gare Delta Pomagalski. Celle-ci est située en aval juste à côté de celle du télésiège des Crozats. Ce choix peut aussi se justifier par rapport à l'ancienne proximité avec la gare Delta des Bauches.
La gare amont est quant à elle retour-fixe.

Voici donc les caractéristiques de ce télésiège :


Caractéristiques administratives

TSF-Télésiège à pinces fixes : CARROLEY
Exploitant : SAP (Société d'Aménagement de la Plagne)
Constructeur : Pomagalski
Année de construction : 1978

Caractéristiques d’exploitation

Saison d'exploitation : Hiver
Capacité : 2 personnes
Débit à la montée : 1200 personnes/heure
Petite vitesse d'exploitation (PV) : 1,154 m/s
Grande vitesse d'exploitation (GV) : 2,3 m/s
Embarquement : Dans le sens de la ligne
Equipement d’aide à l’embarquement : Non

Caractéristiques géométriques

Altitude aval : 2073 m
Altitude amont : 2336 m
Dénivelée : 263 m
Longueur développée : 886 m
Pente maximale : 54 %
Pente moyenne : Environ 29 %
Temps de trajet : 6 minutes 26 secondes

Caractéristiques techniques

Type de gare amont : Delta
Emplacement motrice : Aval
Constructeur des moteurs : CEM
Puissance développée en petite vitesse (PV) : 59 kW
Puissance développée en grande vitesse (GV) : 118 kW
Emplacement tension : Aval
Type de tension : Hydraulique
Nombre de pylônes : 10
Dispositif d'accouplement : Pince fixe Mono2100
Type de véhicules : Goutte d'eau 2 places



Ligne et infrastructures du télésiège du Carroley


La gare aval

La gare aval du télésiège du Carroley est située à 2073 mètres d'altitude, sur un talus au-dessus du départ du télésiège des Crozats, dans la continuité du télésiège des Bauches. Carroley démarre une centaine de mètres en aval pour plus de confort.
On retrouve ici une gare Delta semblable à celle de l'ancien télésiège 2 places des Bauches, signée Pomagalski. Elle assure la mise en mouvement du câble ainsi que sa tension dynamique. par deux vérins latéraux.

Image
Emplacement de la gare du télésiège du Carroley par rapport à celui des Crozats.

Image
Vue en plongée sur la gare aval depuis la piste bleue du Carroley.

Image
En avançant vers le télésiège des Crozats.

Image
Vue en contre-plongée depuis la file d'attente du télésiège des Crozats.

Image
Vue en plongée de la gare aval depuis le télésiège des Crozats.

Image
Vue depuis le sol.

Image
Vue rapprochée avec l'embarquement.

Comme toute gare Delta conçue par Pomagalski, celle-ci joue le rôle de motrice-tension. Pour cela, la mise en mouvement est effectuée dans un bloc placé à l'intérieur de la structure triangulaire et roulant sur les traverses horizontales de chaque côté. La tension est ainsi gérée par deux vérins de chaque côté permettant de réguler l'emplacement du bloc moteur (avant-arrière). La plus grande particularité de la gare réside dans la présence d'un seul frein de poulie, contrairement aux deux habituellement présents.
Le treuil est équipé de deux moteurs de manufacture CEM permettant d'assurer la marche de l'installation suivant deux vitesses PV et GV. Ils fonctionnent respectivement à 730 tr⋅min⁻¹ et 1455 tr⋅min⁻¹ en couplage étoile. Leurs caractéristiques électriques sont pour le premier I = 123 A / U = 380 V et pour le deuxième I = 221 A / U = 380 V.

Image
Schéma du treuil.

Image
Vue d'ensemble du bloc moteur. On peut voir les vérins de tension et les roulettes permettant au bloc moteur de coulisser.

Image
Vue sur la structure triangulaire de la gare. On peut voir le câble qui relie l'armoire de commande au réseau électrique 230/400 volts triphasé.

Image
La poulie motrice avec son encagement. On repère sur les côtés deux vérins hydrauliques de tension, les galets supports d'entrée et de sortie de gare. Sur le galet de sortie, une dynamo reliée par chaîne contrôle la vitesse du câble. Enfin, on peut voir le frein de poulie fixé sur le H de l'encagement.

Image
La centrale hydraulique des freins, signée Ethywag.

Image
La transmission par courroies vers le moteur et le réducteur. On voit surtout le vérin du frein de poulie (Enerpac).



La ligne

La ligne du télésiège du Carroley est relativement courte avec 886 mètres développés. La première section de la ligne est relativement régulière avec une pente peu marquée. On longe en même temps la piste bleue du Carroley, suivant la même topographie. Il faut attendre le survol du tronçon de la piste bleue du Carroley, reliant le télésiège du Bijolin à celui de la Salla, pour voir commencer la véritable montée principale de l'installation. Le pylône 7 permet ainsi d'imprimer une importante pente à près de 50 % jusqu'en gare amont sous le Dos Rond. Au cours de cette section, on notera le survol du télécorde du Replat, appareil essentiel pour l'accès à Montchavin-Les Coches.

Pomagalski a ainsi équipé la ligne de dix pylônes dont deux support-compression et huit supports :

  • P1 : 4S/4S
  • P2 : 6S/4S
  • P3 : 4S/2S
  • P4 : 2C+4S+2C/2C+4S+2C
  • P5 : 4S/2S
  • P6 : 8S/6S
  • P7 : 2S+8C+2S/12C
  • P8 : 4S/2S
  • P9 : 6S/6S
  • P10 : 8S/8S



Image
Ligne depuis la gare aval.

Image
P1.

Image
P2.

Image
Portée vers le pylône 3.

Image
P3.

Image
Portée vers le pylône 4.

Image
P4.

Image
P5.

Image
P6.

Image
Portée vers le pylône 7 au-dessus de la piste bleue du Carroley.

Image
P7.

Image
Détail du support compression. On distingue bien les Poma-Pass situés de part et d'autre du fut ainsi que les systèmes en compression du câble à l'avant et à l'arrière du balancier compression.

Image
Vue arrière pour mieux distinguer le montage de ce balancier mixte.

Image
Portée vers le pylône 8.

Image
P8.

Image
P9.

Image
P10.



La gare amont

La gare amont est située à 2336 mètres d'altitude sur la crête située à proximité du sommet du Dos Rond. Cette situation confère un débarquement aisé pour les passagers et la possibilité de se diriger vers les pistes tranquillement tout en admirant un agréable panorama sur la vallée de la Tarentaise.
Au niveau technique, on retrouve une gare retour-fixe tout à fait standard.

Image
Arrivée en gare amont.

Image
Vue opposée.

Image
Vue de trois-quarts.

Image
Vue sur la gare amont en arrivant depuis le Dos Rond. En arrière plan, la Tête des Arpettes avec l'arrivée des télésièges Salla et Arpette.



Véhicules et pinces

Le télésiège fixe du Carroley est équipé de sièges de type « goutte d'eau » pouvant accueillir deux personnes à la fois. Ils sont reliés au câble par des pinces fixes standard Mono2100.


Image
Un siège Goutte d'eau 2 places en ligne.

Image
Suspente avec la câblette de sécurité et la pince fixe.


Depuis les pistes…

Image
Les deux derniers pylônes vus depuis la piste du Dos Rond. Le regard se porte ensuite vers les télésièges de la Salla et des Crozats pour rejoindre à l'extrême gauche le sommet de la Roche de Mio.

Image
Vue en contre-plongée sur la fin de la ligne et la gare amont depuis le télécorde du Replat.

Image
Vue en plongée sur les trois premiers quarts de la ligne depuis la piste bleue du Replat.

Image
La montée finale vue depuis la piste du Replat.

Image
Survol de la piste bleue du Carroley face au Dos Rond.

Image
Vue en plongée sur les deux-tiers de la ligne depuis la piste du Carroley.

Image
Vue de la ligne depuis la piste du Carroley.



Carroley : un appareil à bout de souffle ?

Le télésiège du Carroley est un appareil indispensable sur le domaine skiable de Montchavin-Les Coches. Il dessert en effet la partie centrale du secteur d'altitude tout en permettant un retour vers les stations villages via le Dos Rond depuis les Bauches ou la piste des Teppes, elle-même desservie par le télésiège des Crozats.
La construction du télécorde du Replat en 2003 a permis de désengorger le télésiège du Carroley en permettant le retour vers l'arrivée du télésiège du Bijolin sans pousser sur les bâtons. Néanmoins, cet axe reste très fréquenté voire saturé en fin de journée, ce qui encourage certains skieurs à continuer à emprunter plutôt le télésiège qui offre de sucroît plus de ski !
Avec le remplacement bientôt obligatoire des sièges de type « Goutte d'eau » et la fréquentation en hausse du télésiège depuis l'ouverture de la liaison Les Arcs-La Plagne, il ne serait pas étonnant que la SAP décide de le remplacer par un nouvel appareil plus court et plus efficace vers Montchavin-Les Coches.
Un grand merci à la Plagne 78 pour la mise à disposition de ses photos techniques du télésiège et lolo42 pour son schéma de la configuration du treuil.

Image
Le télésiège du Carroley, ascenseur indispensable au sein du domaine d'altitude de Montchavin-Les Coches.


Photos : remontees et la Plagne 78
Texte, bannière et mise en page : remontees
Date des photos : 23 avril 2012, 2 août 2012, 3 mars 2013, 7 mars 2013, 21 février 2014, 16 février 2015, 17 février 2015.



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.10073 secondes. 37 requete(s).
107 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés