En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 35Bannière 30Bannière 42Bannière 8

 TSF2 du Chalet de Bellecôte

La Plagne (Paradiski)

Poma

T3 ES
Mise en service en : 1978

Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : remontees
Section écrite le 23/08/2015 et mise à jour le 16/09/2016
(Mise en cache le 17/09/2016)

Image


Au sommaire du reportage :

  1. La Plagne : toute la montagne en onze stations !
  2. L'aménagement du glacier de Bellecôte
  3. Chalet de Bellecôte, entre ski tranquille de qualité et retour des excellents skieurs vers le domaine
  4. Ligne et infrastructures du télésiège du Chalet de Bellecôte
  5. Chalet de Bellecôte, un appareil enclavé et vieillissant



La Plagne : toute la montagne en onze stations !

La Plagne est l'une des plus grandes stations de la Savoie, située à cheval sur les communes de Bellentre, Aime en vallée de la Tarentaise et Champagny-en-Vanoise en vallée de Bozel. Reliée aux Arcs/Peisey-Vallandry par le téléphérique Vanoise-Express, elle propose un immense domaine skiable composé de 130 pistes et 115 remontées mécaniques entre 1230 m et 3120 m en haut du télésiège du Glacier sous le sommet de Bellecôte.

Image
^^ Découvrez une présentation plus détaillée de la station en cliquant sur le logo ^^


L'aménagement du glacier de Bellecôte

La station de la Plagne a ouvert officiellement le 22 décembre 1961. On y trouvait alors deux téléskis autour de la zone qui est actuellement le front de neige de Plagne Centre. Le téléski de la Lovatière desservait le front de neige et la zone débutante, et celui du Biolley permettait de skier sur des pentes plus importantes, aujourd'hui desservies par le télésiège débrayable du Bécoin. C'est l'entreprise phare de l'époque, Montaz-Mautino, qui a construit ces premières remontées mécaniques plagnardes.
Montaz-Mautino construit deux nouveaux téléskis l'année suivante : le Télé-École et le Z, tandis que le téléski de la Lovatière est supprimé. Le téléski du Z monte alors au-dessus du départ de l'actuel télésiège des Verdons Nord afin de desservir une large aire ensoleillée de ski propre facile. C'est notamment en 1962 que la piste de la Marie-Chantal est créée.
Le téléski du Cabri est venu doubler en 1964 le téléski du Z afin de créer une zone débutante à Plagne Centre.

C'est alors que la station de la Plagne, encore assez petite, parie sur l'ouverture d'un grand axe reliant Plagne Centre au sommet de la Grande Rochette, perché au-dessus d'immenses falaises. Pour y accéder, la SAP décide donc d'investir 8 millions d'anciens Francs pour installer un 2S, téléphérique débrayable très innovant et moderne pour l'époque.

Avec l'ouverture du téléski des Aollets en 1963, il était déjà possible de basculer vers le vallon de l'Ours par une piste bleue. Ainsi, en 1971, la SAP décide de construire le téléski des Colosses pour permettre le retour depuis la future Plagne Bellecôte vers Plagne Centre : il n'est plus obligatoire de descendre jusqu'aux téléskis des Bouclets 1 & 2 lorsque l'on emprunte la piste bleue du vallon de l'Ours. En 1973, c'est au tour du télésiège fixe 2 places de l'Arpette d'être construit afin de desservir de magnifiques pentes douces propices à la création de pistes bleues, mais aussi afin de pouvoir basculer vers le domaine de Montchavin-les Coches.
Dans le même temps, les pentes de la crête des Bourtes et de la Roche de Mio restent immaculées, alors que la SAP commence à réfléchir à son aménagement. C'est ainsi que la télécabine a ouvert en 1975, laissant la porte ouverte à l'accès aux glaciers de la Chiaupe et de Bellecôte. En effet, la télécabine de la Roche de Mio ne devait être à l'origine qu'un premier pas vers l'accès à cet espace naturel assez préservé.

Ainsi, après dix années d'études de glaciologie réalisées par le CNRS, les travaux d'aménagement ont été lancés, sous l'égide d'André Martzolf, alors directeur du service des pistes de la Plagne. Ce plan d'aménagement comprend la réalisation des deuxième et troisième tronçon depuis la Roche de Mio jusqu'au pied du glacier de la Chiaupe, à 3030 mètres d'altitude, pour un temps total de montée de 40 minutes depuis Plagne Bellecôte.

Mais la réalisation d'un domaine skiable est quand même rendue bien difficile sur ce secteur. Très excentré du reste de la station, il se situe à près de trois kilomètres de la Roche de Mio, point le plus proche du domaine principal. De plus, l'accès au secteur du glacier est verrouillé à l'aller comme au retour par l'obligation d'emprunter la télécabine de Bellecôte entre le col de la Chiaupe et la Roche de Mio.

La réalisation de cette télécabine devait être complétée par la réalisation de trois téléskis à enrouleurs par Mécalift, ainsi que deux télésièges fixes Pomagalski, le tout pour desservir six pistes. Sans compter les nombreux itinéraires hors-pistes également accessibles, tant vers la vallée de Champagny-en-Vanoise par le glacier du Cul du Nant, que vers Montchavin-les Coches par le Friolin (avec 2000 mètres de dénivelé), ou vers Peisey par la face nord de Bellecôte.
C'est donc un programme de création d'un domaine de grand ski qui est mis en œuvre dans cette deuxième partie des années 1970. Grand ski, qui comme il est précisé par la SAP, ne doit pas être appréhendé comme le reste du domaine étant donné la raideur des pentes et l'impossibilité pour le service des pistes de damer correctement les espaces balisés.

Image
Le massif de Bellecôte en 1972 avec le secteur de Chalet de Bellecôte sur la gauche (cliché http://www.perso-laplagne.fr).

Le glacier de Bellecôte est lui aussi aménagé, avec la construction dès l'origine du télésiège fixe 2 places de la Traversée, qui arrive sur le flanc ouest de Bellecôte, dès 1978. En même temps, le téléski à enrouleurs du Glacier de Bellecôte est construit à la perpendiculaire du télésiège afin de desservir les pistes.
Pour permettre de remonter au col de la Chiaupe depuis les pistes noires du glacier de Bellecôte, le télésiège du Chalet de Bellecôte a été construit en 1978, et desservait également deux pistes dont une rouge et une bleue.
Au col de la Chiaupe, il était prévu d'installer une autre remontée mécanique entre l'arrivée du télésiège du Chalet de Bellecôte et un point à 2800 mètres d'altitude, servant de point de départ vers le téléski projeté vers la crête de Bellecôte, et desservant également de nombreuses pistes vers le Chalet de Bellecôte. En 1970/1980, même si la majorité des projets ont été abandonnés, on observe qu'un téléporté a été imaginé entre les écuries de la Chiaupe, sur le versant non aménagé sous le col de la Chiaupe.

Image
Plan des pistes de 1977 où l'on voit toutes les remontées mécaniques projetées sur le secteur du glacier ainsi que les pistes (source http://www.perso-laplagne.fr).

Les pistes noires du Rochu et de Bellecôte ont été enlevées du plan des pistes en 2009, rendant le secteur de Chalet de Bellecôte bien moins attractif et moins fréquenté, même si les meilleurs skieurs continuaient à emprunter ces itinéraires en hors-pistes. L'année suivante, le balisage de l'itinéraire du Dérochoir en piste noire a créé une échappatoire au télésiège du Chalet de Bellecôte en descendant jusqu'aux Bauches.
Depuis la réouverture des pistes noires Rochu et Dérochoir en 2013, le télésiège du Chalet de Bellecôte a regagné en fréquentation mais reste un appareil marginalisé du secteur Glacier.

Chalet de Bellecôte, entre ski tranquille de qualité et retour des excellents skieurs vers le domaine

Le télésiège du Chalet de Bellecôte est l'appareil le plus bas du secteur du Glacier sur le domaine skiable de la Plagne. Il a été construit en 1978 afin d'effectuer le retour depuis les pistes noires Rochu et Bellecôte en provenance du glacier éponyme afin de rejoindre la télécabine de Bellecôte. Mais la SAP en a profité pour ouvrir deux pistes desservies par rotation par le télésiège, lui offrant une vocation de ski propre. Néanmoins, il reste peu attractif : il faut en effet emprunter la télécabine de Bellecôte à l'aller et quasi-systématiquement (itinéraire du Dérochoir régulièrement impraticable) au retour pour pouvoir profiter de ses deux pistes à l'écart du reste du domaine. De plus, elles restent assez courtes tandis que le télésiège du Chalet de Bellecôte reste relativement long. Cela explique qu'il n'ait jamais réellement réussi à capter la clientèle de niveau moyen. On n'y fait d'ailleurs jamais la queue, même en pleines vacances.

Chalet de Bellecôte est tout de même essentiel pour le retour vers la télécabine de Bellecôte après avoir descendu les pistes noires non damées de Bellecôte ou du Rochu en provenance du télésiège de la Traversée. Depuis 2010, le verrou du Chalet de Bellecôte a été levé afin de permettre aux skieurs de pouvoir rejoindre les Bauches sans avoir à remonter à la Roche de Mio en empruntant successivement le télésiège du Chalet de Bellecôte puis le premier tronçon de la télécabine de Bellecôte. Néanmoins, cette piste reste particulièrement difficile et bosselée et doit être suffisamment enneigée pour être praticable.

Le télésiège du Chalet de Bellecôte dessert donc une piste bleue et une piste rouge :

  • La piste bleue de la Frête, corridor permettant de revenir à la gare intermédiaire de la télécabine de Bellecôte au col de la Chiaupe afin de rejoindre le secteur du Glacier ou la Roche de Mio. En continuant, cette piste se prolonge jusqu'en bas du télésiège du Chalet de Bellecôte dans un cadre sauvage et préservé de la fréquentation des stations d'altitude de la Plagne. Lorsque l'enneigement est suffisant, il est possible de continuer jusqu'au télésiège des Bauches par la piste noire non damée du Dérochoir.
  • La piste rouge de la Lanche Ronde, uniquement accessible après avoir emprunté une première fois le télésiège du Chalet de Bellecôte. Après avoir longé la partie haute de la ligne, elle s'engage dans un joli mur avant de rejoindre la piste bleue de la Frête, d'où l'on peut ensuite continuer par la piste noire du Dérochoir ou reprendre le télésiège du Chalet de Bellecôte.


Image
Situation du télésiège du Chalet de Bellecôte sur le plan des pistes de la Plagne.

Image
Vue d'ensemble du tracé du télésiège du Chalet de Bellecôte depuis le télésiège des Inversens (photo remontees - montage Bovinant).


Le télésiège du Chalet de Bellecôte est un appareil équipé d'une gare Delta en gare amont et d'un retour-fixe monofût réglable en hauteur assez peu commun en aval. On notera également que la ligne est asymétrique avant la présence d'un pylône mono-voie. Cela en fait un appareil assez atypique pour un secteur résolument à l'écart des aménagements du reste du domaine skiable !

Voici donc les caractéristiques de ce télésiège :


Caractéristiques administratives

TSF-Télésiège à pinces fixes : CHALET DE BELLECÔTE
Exploitant : SAP (Société d'Aménagement de la Plagne)
Maître d'œuvre : CETARM73
Installation électrique : SEMER
Constructeur : POMAGALSKI
Année de construction : 1978

Caractéristiques d’exploitation

Saison d'exploitation : Hiver
Capacité : 2 personnes
Débit à la montée : 1200 personnes/heure
Vitesse d'exploitation maximale : 2,5 m/s
Equipement d’aide à l’embarquement : Non

Caractéristiques géométriques

Altitude aval : 2300 m
Altitude amont : 2587 m
Dénivelée : 287 m
Longueur développée : 890 m
Portée la plus longue : 188 m
Hauteur de survol maximale : 22 m
Pente maximale : 75 %
Pente moyenne : environ 32 %
Temps de trajet : 5 minutes 56 secondes

Caractéristiques techniques

Type de gare : Delta
Emplacement motrice : Amont
Type de motorisation : Asynchrone
Puissance développée : 129 kW
Emplacement tension : Amont
Type de tension : Hydraulique
Pression nominale : 115 bars
Tension nominale : 20 950 daN
Nombre de pylônes : 10
Largeur de voie : 3,2 m
Nombre de véhicules : 118
Type de véhicules : Goutte d'eau 2 places
Type de pinces : Pince fixe AR2100
Cadencement : 6 s

Caractéristiques du câble (2011)

Fabricant du câble : FATZER
Diamètre du câble : 30 mm
Âme : Compacte
Composition : 6×19 fils
Section du câble : 361 mm²
Section du toron : 60 mm²



Ligne et infrastructures du télésiège du Chalet de Bellecôte


La gare aval

La gare aval du télésiège du Chalet de Bellecôte est située à 2300 mètres d'altitude dans la combe du Friolin sous la montagne de Lanche Ronde, au bout des pistes Rochu, Bellecôte et Frête, non loin du départ de la piste noire du Dérochoir en direction des Bauches (secteur Montchavin-Les Coches).
On retrouve une gare retour-fixe monofût réglable en hauteur, non équipée de portillons de cadencement. En sortie de gare, on trouve des balanciers 8C.

Image
Accès à la gare aval en arrivant depuis la piste bleue de la Frête.

Image
Vue zoomée de la gare aval.

Image
Vue rapprochée arrière. On aperçoit le système de réglage vertical, la plate-forme de maintenance sous la poulie retour et la zone d'embarquement.

Image
Demi-tour sur la gare aval depuis la ligne. On aperçoit le départ de la piste noire du Dérochoir derrière le chalet de vigie.


La ligne

La ligne du télésiège du Chalet de Bellecôte est très mouvementée et asymétrique. Dès la sortie de gare aval, la pente augmente légèrement avant de faiblir immédiatement dès le pylône 2, où la portion asymétrique commence. Tandis que les sièges du brin descendant terminent une longue portée tandis que les sièges du brin montée continuent quasiment à l'horizontale. Le pylône 3 amorce la montée principale au niveau de la montagne de Lanche Ronde, au-dessus d'un couloir hors-pistes. Le pylône 4 clôt cette première montée même si la pente est toujours très prononcée. La pente ne faiblit réellement qu'au niveau du pylône 7, où l'on survole la piste rouge de la Lanche Ronde. La montée est ensuite régulière, le long de cette même piste, jusqu'à la gare amont.

Pomagalski a ainsi équipé la ligne de dix pylônes dont deux supports-compressions, un compression et sept supports :

  • P1 : 4S/4S
  • P2 : 4S/2S+6C+2S
  • P3 : 16C/-
  • P4 : 6S/2C+4S+2C
  • P5 : 4S/2S
  • P6 : 8S/6S
  • P7 : 6S/4S
  • P8 : 4S/2S
  • P9 : 4S/2S
  • P10 : 6S/4S


Image
Vue de la ligne depuis la gare aval.

Image
P1.

Image
P2.

Image
Tête du pylône 2 asymétrique équipée de « Poma-Pass ».

Image
Portée vers le pylône 3.

Image
P3.

Image
Demi-tête du pylône 3.

Image
Longue portée vers le pylône 4.

Image
Demi-tour sur la portée entre les pylônes 3 et 4.

Image
P4.

Image
P5.

Image
Portée vers le pylône 6.

Image
P6.

Image
Le pylône 7 marque le début du survol de la piste rouge de la Lanche Ronde.

Image
Portée vers le pylône 8.

Image
P8.

Image
P9.

Image
P10.



La gare amont

Situation générale

La gare amont est située à 2587 mètres d'altitude, en surplomb de la gare intermédiaire de la télécabine de Bellecôte et du col de la Chiaupe, en contrebas de la crête du Rochu montant jusqu'au glacier de Bellecôte. Ce sommet est donc uniquement accessible par le télésiège du Chalet de Bellecôte et n'est pas accessible par la piste rouge de la Combe.
On retrouve une gare Delta assurant la mise en mouvement et la tension du câble.

Image
Vue depuis la ligne.

Image
Vue de côté depuis la piste rouge de la Lanche Ronde.

Image
Vue rapprochée.

Image
Vue dans l'axe de la ligne.

Image
Vue de trois-quarts depuis le début de la piste bleue de la Frête.



Véhicules et pinces

Le télésiège fixe du Chalet de Bellecôte est équipé de sièges goutte d'eau 2 places à assises rembourrées et dossiers métalliques inconfortables, reliés au câble par des pinces fixes AR2100.
Notons que quatre pinces (n°10, 25, 45 et 78) ont vu leurs mors remplacés lors de la grande inspection à 30 ans de 2008.

Image
Un siège goutte d'eau 2 places.

Image
Suspente avec la câblette de sécurité et la pince.

Image
Vue de dessous d'une pince fixe AR2100.


Au cœur du télésiège du Chalet de Bellecôte

Mise en mouvement du câble

La mise en mouvement du câble est assurée par un moteur électrique entraînant un arbre transmettant le mouvement à un réducteur par un jeu de courroies. En cas d'avarie, la marche de secours est assurée par un moteur thermique entraînant un arbre mettant en mouvement le jeu de courroies.
Le frein de service Pommier C190 a été remplacé par un Poma PP220 en 2003.

Image
Le moteur, la centrale des freins et le frein de service sur le volant d'inertie.

Image
Transmission par courroies vers le réducteur.

Image
Le moteur thermique pour la marche de secours.


Équipement électrique

L'armoire électrique de la gare amont a été changée à 30 ans en 2008 par SEMER en remplacement de celle livrée par Télémécanique en 1978. On trouve donc une armoire de conduite SEMER dans le chalet de vigie de la gare d'arrivée, permettant de superviser l'ensemble de l'exploitation.

Image
Armoire de conduite SEMER.

Image
Intérieur de l'armoire de conduite.

Image
Intérieur de l'armoire de puissance.



Chalet de Bellecôte, un appareil enclavé et vieillissant

Le télésiège du Chalet de Bellecôte est donc un appareil essentiel du secteur du Glacier. Il assure le retour vers le col de la Chiaupe en arrivant depuis les pistes noires Rochu et Bellecôte, ainsi que la piste rouge de la Lanche Ronde. De plus, il dessert du ski facile entre la Roche de Mio et la montagne de Bellecôte grâce à la piste bleue de Bellecôte, même si la plupart des skieurs moyens n'y évoluent pas en raison de l'enclavement de cette piste à cause du premier tronçon de la télécabine de Bellecôte et de l'effet de verrou du télésiège du Chalet de Bellecôte.
Néanmoins, depuis 2010, la piste noire du Dérochoir a permis aux très bons skieurs d'éviter le télésiège du Chalet de Bellecôte et le premier tronçon de la télécabine de Bellecôte en arrivant depuis les pistes du Rochu et de Bellecôte. Le seul problème est aujourd'hui l'exploitation aléatoire de cette piste puisque l'enneigement doit être suffisant.
C'est pourquoi la SAP voudrait le remplacer par les nouvelles télécabines du Chardon et de 3000, accélérant l'accès à la Roche de Mio et au front de neige du glacier de la Chiaupe. En parallèle, la piste noire du Dérochoir devrait être modifiée afin de permettre le passage d'une dameuse s'il y a besoin d'évacuer les clients. Mais avec les travaux de ces télécabines sans cesse repoussés, le télésiège du Chalet de Bellecôte sera peut-être modernisé à l'horizon 2017.

Je tiens à remercier la Plagne 78 et les équipes techniques de la SAP pour les photos techniques de l'intérieur de la gare amont.

Bannière : Bovinant
Photos : la Plagne 78 et remontees.
Texte et mise en page : remontees
Date des photos : 21 avril 2010, 3 mars 2013 et 19 juin 2013.



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.11094 secondes. 35 requete(s).
74 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés