En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 25Bannière 2Bannière 42Bannière 10

 TSF3 de Conches

Châtel (Portes du Soleil)

Poma

T2 ES
Description rapide :
Partez à la découverte du télésiège qui permet la desserte de la Combe de Super-Châtel et qui est l'une des plus vieilles installations du secteur.

Mise en service en : 1981

Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : Le Châtelan
Section écrite le 06/03/2014 et mise à jour le 09/03/2014
(Mise en cache le 09/03/2014)

Je vous présente un reportage sur le télésiège fixe triplace de Conches, à Châtel sur le secteur de Super-Châtel.

Image



Châtel, station française des Portes du Soleil

La station de Châtel est située en Haute-Savoie, au fond de la Vallée d’Abondance à la limite de la frontière franco-suisse. On y retrouve tout le charme des villages savoyards avec de nombreux chalets en bois. Elle offre près de 90 km de pistes réparties sur deux secteurs : Super-Châtel/Barbossine et Linga/Pré la Joux.
La station de Châtel est au cœur du plus grand domaine skiable international relié au monde, les Portes du Soleil. Ce vaste espace s’étend de 900 à 2300 mètres et englobe 12 stations situées en France ou en Suisse (Avoriaz, Champéry, Morgins, Morzine, Les Gets…). Le domaine offre 650 kilomètres de pistes et un cadre naturel exceptionnel entre le lac Léman, le Mont Blanc et les Dents du Midi.
Châtel est ainsi une véritable plaque tournante au sein des Portes du Soleil puisqu’elle est reliée à trois autres stations du domaine : liaison avec Avoriaz par le secteur de Linga/Pré-la-Joux, avec Morgins par Chalet-Neuf et avec Torgon par Barbossine. Châtel est une station sportive notamment avec le secteur Linga/Pré-la-Joux qui jouit d’une bonne notoriété grâce à sa liaison avec la très populaire station d’Avoriaz. Le secteur de Super-Châtel, moins moderne (aucun télésiège débrayable alors que dans le secteur opposé, en en compte pas moins de sept !) préserve un cadre calme et naturel. Il est également plus tourné vers les débutants.


Introduction : Super-Châtel et les débuts de la station

Le petit village de Châtel se lance réellement dans le ski en 1947, date de la construction du téléski de Vonnes implanté un peu en amont du village. C’est ensuite autour de Super-Châtel d’être équipé de remontées mécaniques, sous l’impulsion de Jean Pierre Béteille : en 1953, on construit le télésiège de Super Châtel. Les massifs alentours sont rapidement colonisés : en 1954, on installe le télésiège du Morclan et en 1964 la première liaison franco-suisse (par le téléski Chalet Neuf) des Portes du Soleil avec la station voisine de Morgins est inaugurée. Super-Châtel et sa proximité deviennent le point de départ de constructions de commerces, de maisons d’enfants, d’hôtels, de magasins de sports. Une clientèle, essentiellement parisienne, se met alors à fréquenter la station. La modernisation du secteur devient très active notamment avec la construction de la télécabine de Super-Châtel en 1963 et le remplacement de plusieurs autres installations. Plus tard, en 1988, le secteur de Super Châtel s’agrandit encore avec l’ouverture du massif de Barbossine et une deuxième liaison franco-suisse est inaugurée, celle avec la station de Torgon.
Peu après l’aménagement de Super-Châtel, en 1967, c’est au tour du Linga d’être colonisé par les skieurs. Le secteur s’étend peu à peu avec l’ouverture des Combes, de Cornebois puis des Rochassons. Une nouvelle entrée sur le domaine de Châtel est aménagée avec la construction du télésiège fixe biplace de Pré-la-Joux. Avec l’ouverture de la liaison avec Avoriaz, Châtel devient une station de renommée internationale.
Depuis, les principaux travaux effectués ne concernaient que le secteur Linga/Pré-la-Joux avec la construction de nombreux appareils débrayables. Cette vague de modernisation importante du domaine n’a cessé qu’en 2011, date de la construction du télésiège débrayable 6 places des Rochassons. Maintenant, les regards se tournent enfin vers Super-Châtel qui marque une vraie différence avec le Linga au niveau de l’âge du parc des remontées mécaniques. Ainsi, Châtel a comme nouvel objectif de restructurer Super-Châtel et de valoriser cette partie de son domaine grâce à une liaison ski au pied Super-Châtel/Linga par le Lac de Vonnes.

Image
Le plan de Conches (qui deviendra la piste de la Combe de Super-Châtel) est encore vierge de toutes remontées mécaniques en 1940. Néanmoins, deux skieurs courageux s'adonnent aux joies de la glisse

Image
Affiche publicitaire de Châtel lors de la construction de Super-Châtel. Le télésiège représenté est le télésiège débrayable de Châtel/Conches qui sera plus tard remplacé.(Affiche Dagues)

Historique de l’appareil : l’ambitieux projet du télésiège d’angle monoplace avorté
Le succès croissant du nouveau domaine skiable de Super-Châtel montre les limites de la télécabine 4 places de Super-Châtel construite en 1963. Les files d’attente interminables s’allongent au pied de la télécabine jusqu’à atteindre des longueurs record (en période de forte affluence, elles pouvaient s’étaler sur quasiment une cinquantaine de mètres). La SEAM Sport et Tourisme, au début des années 70, cherche des solutions afin de désengorger le flux de skieur en augmentant le débit d’accès à Super-Châtel.
La construction d’une seconde remontée mécanique est alors confiée à la société italienne Atesina. Celle-ci élabore un projet audacieux : elle imagine la création du premier télésiège d’angle jamais imaginé. Le tracé est simple ; la gare aval se situerait près de celle de la télécabine de Super-Châtel, une gare intermédiaire au niveau du Crêt serait créer et le brin montant triangulaire gagnerait ensuite obliquement le sommet de Super-Châtel. Le brin descendant, quant à lui redescendrait au village, parallèle à la télécabine existante, sans passer par la gare intermédiaire du Crêt.
L’intérêt d’une telle remontée est grand : elle permettrait de réduire les files d’attente, et la gare intermédiaire remonterait les skieurs depuis le bas de la Combe, évitant ainsi la partie inférieure de la piste qui souffre souvent du manque de neige.
L’innovant télésiège monoplace est ainsi construit : c’est une première mondiale dans sa conception. Malheureusement, la joie est de courte durée : à cause de l’énorme force de traction générée par le virage à la gare intermédiaire du Crêt, il est impossible de faire fonctionner la remontée. Le constructeur a beau chercher maintes solutions notamment dans le renforcement des pylônes de la ligne, elle reste inexploitée. Ces recherches feront même une victime.
Le projet, pourtant si ambitieux est définitivement abandonné et le principe de tracé triangulaire ne sera repris que plus tard. Le télésiège d’angle n’aura jamais été exploité et est démonté quelques années plus tard.

Image
Tracé du télésiège monoplace : les flèches indiquent le brin montant et le brin descendant.

Image
On peut voir les câbles et un siège du télésiège monoplace sur la droite de la photo.

Image
Gare d'arrivée du télésiège monoplace.

Image
Vue de la gare d'arrivée et des pylônes monobrins du télésiège d'angle.

Image
Le brin descendant du télésiège d'angle qui longe la ligne de la TCD4 de Super-Châtel.

Image
La TCD4 de Super-Châtel et le TSF1, à droite, avec ses sièges jaunes.

Stratégie sur le domaine skiable : le télésiège de Conches ou la desserte de la Combe de Super-Châtel

Dix ans après le projet avorté et avec la progression technique dans l’industrie des remontées mécaniques, un nouveau projet voit le jour. Celui de la construction de deux appareils qui reprendraient le même tracé du brin montant de l’ancien télésiège monoplace. Ainsi, pour Noël 1979, le télésiège biplace du Crêt est créé. Dans la même foulée, deux ans après, en 1981, le télésiège triplace de Conches est enfin construit. Les deux remontées mécaniques avaient ainsi pour but, comme le télésiège monoplace, de seconder la télécabine vieillissante de Super-Châtel (qui sera quant à elle remplacée quelques années plus tard). Le télésiège de Conches a également pour but de permettre du ski propre dans le secteur de la Combe, secondant ainsi le téléski de La Combe installé l’année précédente. Son homologue biplace, permettait quant à lui de descendre les skieurs en provenance de Super-Châtel vers le village en cas de manque de neige dans la partie inférieure de la piste de La Combe. Il sera démonté durant l’été 2013 du fait de son ancienneté et de son manque d’utilisation.
Le télésiège triplace de Conches a désormais un rôle stratégique sur le domaine de Super Châtel :
- Il dessert la piste rouge de La Combe ;
- Il dessert le stade de slalom de la Combe, entièrement terrassé et reprofilé durant l’été 2013. Cette piste était desservie par le téléski de la Combe aujourd’hui démonté ;
- Il dessert enfin la piste bleue du Boude qui est une alternative à la piste rouge pour les débutants ;
- Il permet l’accès à de nombreuses autres remontées mécaniques : télésiège triplace du Morclan, téléskis débrayables des Coqs et de Chermillon.

Image
Le TSF2 du Crêt, construit quelques années avant le TSF3 de Conches.

Image
La télécabine de Super-Châtel (avec les anciennes cabines) et le survol de sa gare par le TSF3 de Conches, pourvu des sièges Poma gouttes d'eaux.

Situation de l'appareil sur le plan des pistes
Image

Caractéristiques techniques de l’appareil
Caractéristiques administratives :


  • Station: Châtel
  • Type d'installation: Télésiège fixe 3 places
  • Exploitant : SAEM Sport et Tourisme
  • Constructeur: POMAGALSKI
  • Année de mise en service: 1981
  • Saison d’exploitation : Hiver


Caractéristiques géographiques :


  • Altitude aval: 1360 m
  • Altitude amont: 1653 m
  • Dénivelée : 293 m
  • Longueur développée : 1110 m
  • Longueur horizontale : 1056 m
  • Pente moyenne : 27,75 %


Caractéristiques techniques :



  • Nombre de pylônes : 12
  • Emplacement motrice : Amont
  • Puissance du moteur :
  • Type de tension du câble tracteur : Hydraulique
  • Type de siège : Siège goutte d’eau / Siège doudouk
  • Personnes par siège : 3
  • Débit maximal: 1350 p/h
  • Temps de trajet: 7 mn 21
  • Vitesse maximale: 2,5 m/s
  • Sens de la montée : Droite


Infrastructure et ligne du télésiège
Le télésiège a été construit par Pomagalski, société avec qui Châtel travaillait déjà (construction du TSF2 du Crêt un deux plus tôt). Cette remontée fait partie de la gamme Delta. Ce type de gare ne s’applique qu’aux télésièges 2 ou 3 places. Il se compose d'une belle architecture métallique, élancée, en forme de A. Les gares (aval et amont) ainsi que les pylônes et les têtes des pylônes sont peint en vert afin de mieux intégrer l’appareil dans son environnement essentiellement constitué d’arbres. La vitesse maximale de l’appareil est de l’ordre de 2,5 mètres par seconde et son débit maximal est de l’ordre de 1350 personnes par heure. La ligne possède 12 pylônes tubulaires : 2 pylônes compression et 10 pylônes supports.

Gare aval
La gare aval est une poulie retour. Elle se situe au lieu-dit de « Sous le Crêt », à proximité de l’ancienne gare amont du TSF2 du Crêt. Cette gare est accessible par la piste rouge de La Combe et par la piste bleue du Boude.

Image
Vue d'ensemble de la poulie retour et du pylône en portique 1.

Image

Image

Image

Image
Poulie retour.

Ligne
La ligne suit la pente qui est assez régulière. Le début du trajet coupe un petit bois d’épicéas : une traversée calme où l’on peut voir à sa gauche la montagne du Morclan et derrière soi l’alpage des Boudîmes et le village de châtel. Au niveau du pylône n°5 la ligne s’engage dans une montée un peu plus forte. Elle passe ensuite près de la gare aval du télésiège triplace du Morclan puis survole, après deux pylônes support la gare amont de la télécabine de Super Châtel. Dans cette partie du trajet, le calme disparaît pour laisser place à l’agitation du plateau de Super Châtel. Dans sa partie finale, la ligne descend un peu pour arriver en gare amont qui se situe sur un talus.

Image
Retour sur le pylône n°1.

Image
Pylône n°2.

Image
Portée P2-P3.

Image
Pylône n°3.

Image
Portée P3-P4.

Image
Portée P3-P4.


Image
Pylône n°4.


Image
Portée P4-P5.

Image
Pylône n°5.

Image
Portée P5-P6.

Image
Portée P5-P6.

Image
Pylône n°6.

Image
Portée P6-P7.

Image
Pylône n°7.

Image
Portée P7-P8.

Image
Pylône n°8.

Image
Portée P8-P9.

Image
Pylône n°9. La ligne sort des sapins ; on voit la télécabine de Super-Châtel sur la droite.

Image
Portée P9-P10.

Image
Pylône n°10.

Image
Pylône n°11.

Image
Portée P11-P12 et survol de la gare amont de la télécabine.

Image
Portée P11-P12 et survol de l'aire d'arrivée de la télécabine.

Image
Pylône n°12.

Image
Approche de la gare amont.

Gare amont

La gare amont abrite le moteur. C’est une gare Pomagalski de la gamme Delta. Elle se situe un peu plus loin que la gare amont de la télécabine de Super Châtel, à la limite de la frontière suisse.

Image
La gare amont depuis la ligne.

Image
Aire d'arrivée.

Image
Gare amont.

Image
Gare amont.

Image
La gare amont et le plateau de Super-Châtel.

Véhicules
Les véhicules de ce télésiège étaient à l’origine les fameux sièges « Goutte d’eau » de manufacture Poma. Cependant, ce type de sièges ayant rencontré des problèmes quant à son vieillissement, ils ont tous été changés (et ce dans toutes les stations de skis françaises) par une nouvelle gamme de sièges Doudouk 3 places (ce type existant également pour les 2 places) qui n’ont cependant pas le même charme…

Image
Siège Doudouk 3 places.

Conclusion : une remontée utile et historique
Ce télésiège est certes un peu lent mais est très agréable. Il dessert la piste rouge de La Combe qui est très intéressante. Son débit est suffisant. Pour l’instant, il n’y a aucun projet de remplacement même si cette installation à maintenant près de 35 ans…

Image
Pylône n°10 et 11.

Image
Le TSF3 de Conches. En toile de fond, le mont de Grange.

Image

Photos d'archives : Merci à Monchu pour ces photos.
Sources diverses.
Photos de la ligne/texte : Le Châtelan



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.09214 secondes. 29 requete(s).
127 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés