En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 25Bannière 39Bannière 44Bannière 27

 TSF3 de la Roche-Mantel

Les Deux Alpes

Montaz Mautino

T3 HS
Description rapide :
Télésiège qui était situé sur la partie basse du glacier de Mont-de-Lans et qui permettait d'accéder au sommet du téléphérique débrayable du Jandri 2 ainsi qu'aux départs des téléskis de Puy-Salié 1 et 2.

Mise en service en : 1976
Fin de service en : 2014

Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : j'ib
Section écrite le 17/09/2016 et mise à jour le 17/09/2016
(Mise en cache le 17/09/2016)

Télésiège de la Roche-Mantel
Les Deux Alpes (38)


Image


Bienvenue aux Deux Alpes

La station de ski des Deux Alpes est située dans le département de l'Isère (38) en région Rhône-Alpes. La station est répartie sur trois villages : Vénosc (960 mètres d'altitude), Mont de Lans (1300 mètres d'altitude) et les Deux Alpes (1650 mètres d'altitude). La station de ski est gérée par l'exploitant, les Deux Alpes Loisirs racheté en 2009 par la Compagnie des Alpes (CDA).
Ce complexe touristique compte une grande capacité d'accueil de 30 000 lits.

C'est en 1938 que le premier appareil des Deux Alpes naquit. Il a été mis en exploitation durant le mois d'avril 1939. Suite à des problèmes techniques, l'appareil fut vite arrêté. Mais pendant l'été 1939, un nouveau téléski est mis en construction : le Pied-Moutet Bas. Dès l'automne, les pylônes sont en place, mais la guerre éclata et stoppa la construction durant six années consécutives. Finalement, il fut fin prêt pour Noël 1946.
En 1947, un second téléski est construit. Le prochain appareil sera construit en 1951.
Le télévoiture du Diable est construit en 1955 et permettra de faire installer une fameuse piste noire de 800 mètres. Entre 1970 et 1980, le réseau de remontées mécaniques de la station va se développer jusqu'au col du Jandri à 3160 mètres d'altitude. Dès la fin de l'année 1972, le glacier est désormais accessible grâce à la télécabine du Jandri 3. Une année plus tard, en 1973, la société italienne Ceretti-Tanfani est chargée de s'occuper des travaux du téléphérique du Jandri 2. En 1975, les premiers appareils du glacier de ski font leurs apparitions avec les télésièges du Signal et de Roche-Mantel ainsi qu'avec les téléskis de Puy-Salié. Durant cette période beaucoup d'autres remontées furent construites. En 1985, 120 millions de francs seront dépensés dans le cadre de la construction des mythiques DMC du Jandri Express 1 et 2. Ces derniers viendront désengorger la chaîne formée par les Jandri 1, 2 et 3.
Juillet 1989 est marqué par l'inauguration du funiculaire du Dôme Express, le plus haut de France. Il viendra doubler les téléskis de Puy-Salié. Durant l'été 2000, un incendie vient détruire le restaurant du Glacier et la gare amont du Jandri 3. Au final, cette télécabine sera démontée et sera remplacée par l'actuel télésiège débrayable 8 places des Glaciers.

Aujourd'hui, la station compte 223 kilomètres de pistes, étendues sur 417 hectares. On accède à ces pistes grâce à 53 remontées mécaniques (1 funiculaire, 1 ascenseur, 2 téléphériques débrayables (DMC), 1 téléphérique, 2 télécabines, 22 télésièges, 23 téléskis et 1 télécorde). Elles desservent 93 pistes de tous niveaux (11 pistes noires, 21 pistes rouges, 42 pistes bleues et 19 pistes vertes) partant de 1300 mètres d'altitude à 3600 mètres d'altitude.
En été, la station propose un grand domaine de VTT de descente partant du bas de la télécabine de Vénosc jusqu'au bas du glacier, à 3200 mètres d'altitude. Elle propose aussi du ski d'été sur le glacier du Mont de Lans qui est ouvert de juin à fin août puis durant les vacances de la Toussaint.

    Le glacier de Mont-de-Lans vu depuis le sommet du télésiège du Signal
    Image


Les débuts de l'équipement du glacier de Mont-de-Lans

Aux Deux-Alpes, le glacier de Mont-de-Lans est atteint en 1972 avec la mise en service de la télécabine du Jandri 3. De là, l'aménagement de ce glacier prendra vite de l'ampleur avec en premier temps la construction en 1975 par Transtélé des téléskis de Puy-Salié 1 et 2, longs d'environs 1400 mètres et permettant d'atteindre le dôme éponyme à 3421 mètres d'altitude. L'année suivante, l'exploitant aménage en collaboration avec Montaz-Mautino, la partie basse du glacier grâce à l'installation de deux télésièges fixes offrant un meilleur choix de pistes sur ce secteur. On retrouvera donc dès 1976 le télésiège fixe trois places de la Roche-Mantel, prenant son départ 900 mètres plus bas du sommet du Jandri 3, et celui du Signal, d'une capacité de deux places, partant lui un kilomètre et demi plus bas. Peu après ces investissements, l'exploitant voyant que l’affluence de cet espace de glisse ne faisait que s'accroître, a installé un nouveau téléski à enrouleurs deux places Transtélé, se nommant « le Petit Glacier », doublant le télésiège de la Roche-Mantel et arrivant entre les gares amont des deux appareils fixes cités dernièrement.

    Le télésiège de la Roche-Mantel avec le téléski du Petit-Glacier juste en dessous durant leurs premières années d'exploitation
    Image

    La gare amont du télésiège de la Roche-Mantel durant ses premières années d'exploitation
    Image


L'aventure du téléski du Petit-Glacier s'est terminée à la fin des années 1990 à cause d'un enneigement trop insuffisant. En effet le glacier du Mont-de-Lans sur sa partie basse a beaucoup perdu de volume ; le télésiège Roche-Mantel a donc gardé depuis ce moment-là jusqu'à sa destruction la lourde tâche d'acheminer les skieurs depuis le milieu de ce secteur.

Roche-Mantel : Un télésiège à affluence décroissante

Le télésiège de la Roche-Mantel est situé sur la partie basse du glacier du Mont-de-Lans, à gauche de l'actuel double mono-câble du Jandri 2. Il a été construit en 1976 par Montaz-Mautino.

Cette installation, ayant vu son affluence baisser de plus en plus les dernières années, était exploitée en été et en hiver, mais l'exploitation hivernale a pris fin en 2012. En effet, en hiver, le télésiège débrayable du Signal, sur un tracé plus ou moins semblable, permettait d'accéder quasiment au même endroit que Roche-Mantel en moins de temps et en plus de ski : il était donc bénéfique d'emprunter ce dernier, ce qui a entraîné une forte baisse de l'affluence de cette installation et poussé l'exploitant à arrêter son exploitation hivernale. Son utilité durant cette saison était de desservir du ski propre sur des pistes de niveau facile tout en accédant au sommet du Jandri 2.

Par contre, en période estivale, ses utilités étaient multiples : il permettait de rejoindre les téléskis de Puy-Salié pour les skieurs s'entraînant sur la piste rouge du Dôme et devant y revenir. Par ailleurs, lorsque l'enneigement de la piste bleue du Signal jusqu'au télésiège débrayable éponyme était insuffisant et donc que ce dernier ne pouvait plus fonctionner, Roche-Mantel prenait sa fonction d'ascenseur pour tous types de skieurs, mais avec des caractéristiques d'exploitation bien moins performantes.
Au sommet du télésiège, on pouvait donc accéder aux téléskis de Puy-Salié 1 et 2 ainsi qu'au funiculaire du Dôme Express, reliant à eux trois le dôme éponyme, mais aussi au restaurant du Glacier ou encore au téléphérique débrayable du Jandri 2, permettant de rejoindre le village des Deux-Alpes en un peu moins d'une demi-heure.

Côté ski, le télésiège Roche-Mantel desservait trois pistes :

  • La piste bleue Puy-Salié 2 : Piste desservie sur sa fin et permettant d'accéder au funiculaire du Dôme Express ainsi qu'à l'ascenseur du Glacier.
  • La piste bleue Signal.
  • La piste verte Roche-Mantel.

Voici sa situation sur le plan des pistes hiver et été :

    Image

    Image


Caractéristiques

Caractéristiques Administratives

TSF-Télésiège à attache fixe : ROCHE-MANTEL
Maître d’Œuvre : DCSA
Exploitant : DAL
Constructeur : Montaz-Mautino
Année de construction : 1976
Année de démontage : 2014

Caractéristiques d’Exploitation

Saison d'exploitation : Hiver (jusqu'en 2012) et été
Capacité : 3 personnes
Débit : 1080 p/h
Vitesse d'exploitation : 2,1 m/s
Temps de trajet : 7 min 35 sec

Caractéristiques Géométriques

Altitude aval : 3008 mètres
Altitude amont : 3158 mètres
Dénivelée : 150 mètres
Longueur développée : 955 mètres
Longueur horizontale : 938 mètres
Pente maximale : 23 %
Pente moyenne : 16 %

Caractéristiques Techniques

Gare motrice : Amont
Gare tension : Aval
Nombre de pylônes : 7
Nombre de sièges : 91
Sens de montée : Gauche
Type de G2 : Tri-Alp
Type de motorisation : Asynchrone
Puissance électrique du moteur principal : 110 kW
Puissance du moteur thermique de secours : 75 kW
Type de tension : Contrepoids
Tension nominale : 14 381 daN

Caractéristiques du Câble

Fabricant du câble : TREFILUNION
Date de pose : 1992
Type de câblage : Lang
Diamètre du câble : 33 mm
Composition du câble : 6*17 Fils
Âme : Compacte

Ligne et infrastructures du télésiège de la Roche-Mantel

Gare aval :

La gare aval est la station tension de l'installation. Elle est située à 3008 mètres d'altitude à la fin de la piste verte de la Roche-Mantel, et en plein milieu d'une zone très rocailleuse.
La tension dynamique du câble est effectuée par un énorme contrepoids situé à l'arrière de l'infrastructure.

    La gare aval vue depuis la piste verte Roche-Mantel
    Image

    Image

    Image

    La gare aval vue depuis le télésiège débrayable du Signal
    Image

    Image

    La gare aval vue de profil depuis la piste d'accès à l'appareil
    Image

    La gare aval vue de trois-quarts
    Image

    Le contrepoids à l'avant de la gare effectuant la tension dynamique du câble
    Image

    L'accès à l'installation
    Image

    La poulie retour-tension
    Image

    Le P1 intégré à la gare
    Image


La ligne :

La ligne est longue de 955 mètres, se compose de 7 pylônes, et a une hauteur de survol au maximum de 20 mètres. La plus longue portée de la ligne avoisine les 220 mètres. Au niveau du relief, cette dernière passait au dessus de la moraine du glacier du Mont-de-Lans, ce qui fait que le relief n'était pas très régulier notamment sur la dernière partie de la ligne, et plutôt raide sur le début.

Caractéristiques de la ligne :

  • P1 : 12C/12C
  • P2 : 12S/12S
  • P3 : 12S/6S
  • P4 : 10SS/4S
  • P5 : 10S/4S
  • P6 : 6S/2S
  • P7 : 12S/8S
  • G2 : 2C/2C

    La ligne vue depuis l'aval
    Image

    Retour en arrière sur la gare aval et son pylône 1 intégré
    Image

    P2
    Image

    Image

    Portée P2 - P3
    Image

    P3
    Image

    P4
    Image

    Portée P4 - P5
    Image

    P5
    Image

    P6
    Image

    P7
    Image

    Portée P7 - G2
    Image


Gare amont :

La gare amont est la station motrice de l'installation. Elle est située à 3158 mètres d'altitude sur une bute crée à l'occasion, et permettant l'accès aux autres installations par gravitation. L'infrastructure se situe à proximité des gares aval des téléskis de Puy-Salié et de la gare amont du double mono-câble du Jandri 2.
On retrouve une gare de type Tri-Alp provenant de chez Montaz-Mautino et équipée d'un moteur électrique asynchrone développant 110 kW.

    Image

    La poulie motrice
    Image

    Le dynamo tachymètre
    Image

    La gare amont vue de face
    Image

    Image

    La gare amont vue depuis le début de la piste verte Roche-Mantel
    Image

    La gare amont vue de profil depuis les téléskis de Puy-Salié 1 et 2
    Image

    Vue arrière de la gare amont
    Image

    Vue opposée de la gare
    Image

    Image


Sièges et pinces

Le télésiège de la Roche-Mantel est équipé de 91 sièges très typiques de chez Montaz-Mautino et dont la forme est ronde. Ces derniers peuvent accueillir jusqu'à trois personnes grâce à une assise en mousse assez inconfortable. La masse d'un siège à vide est de 68 kilogrammes.

    Un siège vu de face
    Image

    Un siège vu de dos
    Image


Les sièges sont reliés au câble par des mono-pinces fixes classiques pour le fabricant.

    Vues diverses de la pince
    Image

    Image

    Image


Au cœur du télésiège de la Roche-Mantel

Station motrice (3158 mètres d'altitude) :

La station motrice du télésiège de la Roche-Mantel était située en gare amont de l'appareil. C'était un moteur électrique asynchrone de 110 kW qui mettait en mouvement l'installation. Ce dernier était relié via un arbre rapide à un axe qui faisait tourner une courroie en contact direct avec le réducteur placé lui en dessous du moteur et au dessus de la poulie motrice. Sur cet arbre rapide était également installé un volant d'inertie sur lequel venait mordre un frein de service. En deçà de cela, on retrouvait un moteur électrique de secours qui permettait de faire fonctionner l'installation en cas de panne de cette dernière. Lui aussi était directement relié au réducteur via un arbre rapide mis en mouvement par une courroie.

    Vue globale de la machinerie
    Image

    Le moteur électrique avec au premier plan le frein de service accolé au volant d'inertie mis en mouvement par l'arbre rapide
    Image

    La courroie reliant l'axe au réducteur
    Image

    La centrale de freins
    Image

    Le moteur électrique de secours, la courroie au fond, et l'arbre rapide à gauche relié au réducteur
    Image


Le télésiège de la Roche-Mantel vu depuis les pistes

    La ligne vue depuis la file d'attendre du Jandri 2
    Image

    Le pylône 4 et une partie de la portée précédente vus depuis la piste bleue du "Signal"
    Image

    Le pylône 3 vu en contre-plongée
    Image

    La portée du pylône 2 au pylône 3 vue depuis la piste verte "Roche-Mantel"
    Image


Un télésiège plus très utile

Le télésiège de la Roche-Mantel permettait donc durant toutes les saisons de remonter les skieurs depuis le bas du glacier du Mont-de-Lans et de desservir une zone facile de ski propre. Par contre, il permettait en été d'allonger de quelques jours l'ouverture de la piste verte Roche-Mantel lorsque la descente sur le Signal était impossible.

C'est donc après 38 années de bons loyaux et services que cette installation a été démontée durant l'automne 2014 par la DAL (Deux-Alpes Loisirs) pour différents facteurs : une affluence qui baissait de plus en plus à cause du télésiège débrayable voisin du Signal ayant des capacités bien plus performantes, mais aussi parce que Roche-Mantel était vétuste, lent, et très inconfortable. Cette destruction présente tout de même un inconvénient. En effet, pour rejoindre les téléskis de Puy-Salié 1 et 2 ou le Jandri 2 depuis le Signal, il faudra désormais emprunter l'ascenseur du Glacier, ce qui rajoute quelques minutes au temps de montée même si la distance de ski offerte est augmentée.
Pour le moment, l'exploitant n'a pas étudié un quelconque remplacement de ce télésiège, mais peut-être qu'avec le recul du glacier de Mont-de-Lans, on pourra trouver d'ici quelques années une nouvelle remontée la remplaçant ou un équipement de la fin de la piste du Signal en canons en neige ?

    Les télésièges de la Roche-Mantel et du Signal : l'ancienne et la nouvelle génération du secteur bas du glacier de Mont-de-Lans …
    Image


J'ib, Novembre 2014

Photos : J'ib
Texte, bannière et mise en page : J'ib
Date des photos : 16 et 17 Juillet 2012, 18 et 21 Juin 2013 & 11, 15, 16 et 17 Juillet 2014



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.11289 secondes. 38 requete(s).
100 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés