En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 14Bannière 39Bannière 25Bannière 10

 TSF3 de Plan Roujon

Chamonix-Mont-Blanc - Les Grands Montets (Vallée de Chamonix)

Montaz Mautino

T3 HS
Description rapide :
Appareil aujourd'hui démonté, il était le second tronçon permettant d'accéder au domaine d'altitude depuis Argentière.

Mise en service en : 1985
Fin de service en : 2014

Remplacé par l'appareil suivant : Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : j'ib
Section écrite le 30/05/2012 et mise à jour le 14/06/2015
(Mise en cache le 14/06/2015)

Télésiège Plan Roujon
Chamonix-Mont-Blanc - Les Grands-Montets (74)


Image


Bienvenue à Chamonix-Mont-Blanc

Chamonix-Mont-Blanc est une ville située en Haute-Savoie dans la vallée de l'Arve à la frontière de la Suisse et de l'Italie, au pied du Mont-Blanc. La vallée d Chamonix est composée de plusieurs domaines de ski non-reliés. On en compte au total cinq : Les Houches, Brévent-Flégère, Les Planards, Les Grands-Montets et le Domaine de Balme / Vallorcine. Le ski s'y effectue entre 1000 et 3300 mètres d'altitude, au sommet du téléphérique des Grand-Montets.
De plus, la station dispose sur son territoire de plusieurs sites touristiques très connus au niveau mondial : l'Aiguille du Midi, la Pointe Helbronner et le Montenvers. Le plus réputé étant l'Aiguille du Midi. Culminant à 3842 mètres d'altitude, elle est accessible grâce à deux téléphériques arrivant sur une énorme plate-forme. En haut de cette dernière on a un panorama exceptionnel à 360° sur les Alpes : Le massif du Mont-Blanc et ses glaciers, les Alpes françaises, italiennes et suisses (Mont-Cervin, le massif du Mont-Rose ...), le Jura et beaucoup d'autres montagnes. De plus, la télécabine pulsée Panoramic Mont-Blanc permet de rejoindre la Pointe Helbronner en Italie à 3462 mètres d'altitude. Cette dernière survole le magnifique glacier de la Vallée Blanche. Enfin, l'Aiguille du Midi est le départ du célèbre hors-piste de la Vallée Blanche qui finit sa course au pied de Chamonix.

    L'Aiguille du Midi vue depuis le massif des Grands-Montets
    Image


On peut aussi retrouver le chemin de fer du Montenvers, qui emmène les visiteurs à 1900 mètres d'altitude au pied de la Mer de Glace, d'où l'on a accès à la célèbre Grotte de Glace via la télécabine éponyme. L'endroit est par ailleurs le départ de nombreuses courses de haute-montagne (glaciers de Lechaups, le Grepon, la dent du Requin, du Géant, les Grandes-Jorasses, Les Droites, les Aiguilles de Chamonix ...).

Les Grands-Montets

Le domaine des Grands-Montets est situé sur le village d'Argentière à proximité du Tour. Cet espace est le second plus grand domaine de la commune de Chamonix-Mont-Blanc. Il est implanté à la limite du célèbre glacier d'Argentière. Les Grands-Montets sont très réputés pour leur enneigement et le dénivelé exceptionnel que propose le secteur : plus de 2100 mètres avec un départ à 3300 mètres d'altitude !

Le domaine est composé de 11 remontées mécaniques (2 téléphériques, 1 télécabine, 6 télésièges dont 2 débrayables et 2 téléskis). Ces installations desservent 6 pistes noires, 5 pistes rouges dont deux sont équipées de dispositifs d'enneigement artificiel, 5 pistes bleues dont une est équipée de canons à neige et 2 pistes vertes.

L'accès au domaine d'altitude depuis Argentière (1252 mètres d'altitude) s'effectue grâce au téléphérique de Lognan ou par la télécabine de Plan Joran.

    La glacier d'Argentière
    Image


L'aménagement du domaine des Grands-Montets

Le projet de relier le village d'Argentière à l'Aiguille des Grands-Montets (3295 mètres d'altitude) naquit en 1959. Deux années ont suffit pour que ce rêve devienne une réalité puisque c'est en 1961 que le premier téléphérique est construit, rejoignant la Croix de Lognan à 1965 mètres d'altitude. En 1963 est mis en exploitation pour la première fois le second tronçon, permettant lui d'accéder à un panorama exceptionnel sur les plus hautes montagnes des Alpes, au sommet de l'Aiguille des Grands-Montets. La même année a également été ouvert le téléski des Chavannes, situé à la Croix de Lognan, et desservant un petit espace débutants. L'année suivante, l'exploitant du domaine skiable (la SATAL : Société d'Aménagements Touristiques d'Argentière Lognan) décide de créer sur le glacier de la Pendant un domaine de ski d'été composé de deux téléskis dont le plus connu fut celui de la Petite Verte.

    Le domaine de ski d'été avec les deux téléskis et la gare amont du téléphérique des Grands-Montets sur le glacier de la Pendant et avec en arrière plan les Aiguilles du Chardonnet (3824 mètres d'altitude) et d'Argentière (3901 mètres d'altitude)
    Image

    Le téléski de la Petite Verte dominé par la Petite Verte (3512 mètres d'altitude), l'Aiguille Verte (4122 mètres d'altitude) et les Drus à droite (3754 mètres d'altitude)
    Image


L'aménagement de ce domaine skiable reprend en 1965 avec la construction du téléski de la Herse, parallèle au second tronçon des téléphériques et desservant un espace de ski propre pour des skieurs confirmés. 1968 est marqué par l'installation de la télécabine deux places de Bochard, donnant accès aux contreforts de la pointe éponyme et ouvrant de nouveaux espaces de ski. En 1971, la SATAL fait construire le télésiège des Marmottons sur des pentes plutôt plates dans les environs de la Croix de Lognan. Puis, le téléski de la Herse est remplacé en 1975 par un téléporté fixe biplace. La même année est également construit le téléski du Pré dans les environs du télésiège des Marmottons. La vieille télécabine de Bochard est supprimée en 1982 au profit d'un télésiège débrayable trois places à bulles Montaz-Mautino. Mais en 1983, une avalanche sur le domaine skiable emportant le téléski du Pré, qui ne sera pas reconstruit, et entrainant la suppression du téléski des Chavannes, devenu inutile.

    Le téléski du Pré en bas de la photo, le télésiège des Marmottons, et le téléphérique de Lognan en arrière plan
    Image


Après avoir développé la partie haute du domaine skiable, l'exploitant s'en prend à la partie basse en 1986 en construisant le télésiège de Plan Joran, doublant le téléphérique de Lognan et celui de Plan Roujon, donnant accès à la Croix de Lognan et à la Pendant. Le télésiège du Retour-Pendant est construit en 1986 et ouvre un nouvel espace de ski propre dans la combe éponyme, à proximité de l'arrivée du télésiège du Plan Roujon. Mais ce téléporté n'arrivait pas à effectuer correctement son rôle d'ascenseur depuis le Plan Joran. Pour résoudre ce problème, le télésiège du Tabé est donc mis en service en 1987.
Le téléporté débrayable de Bochard est également remplacé en 1996 par une télécabine débrayable quinze places pouvant être exploitée avec des vents allant jusqu'à 90 kilomètres par heure ! Enfin, la Herse version 1975 est remplacée en 2003 par un télésiège débrayable six places, et les télésièges de Plan Joran et de Plan Roujon sont remplacés par une télécabine dix places haut débit. Afin de garder la possibilité qu'offrait le télésiège de Plan Roujon de basculer vers la combe de la Pendant, le télésiège du Tabé a été légèrement allongé.

Plan Roujon : L'accès au domaine d'altitude depuis le Plan Joran

Le télésiège Plan Roujon était situé à proximité des télésièges de Tabé et du Plan Joran à Chamonix-les-Grands-Montets. Il était un appareil important au sein du secteur car il permettait de transporter les skieurs vers le domaine d'altitude depuis le télésiège Plan Joran. On notera en plus que l'appareil était doublé par le télésiège du Tabé, depuis 1987, afin de proposer un débit suffisant. Cette remontée permettait également la desserte d'un espace de ski tranquille très appréciée par la clientèle.

Cette installation a été construite en 1986 par le constructeur français Montaz-Mautino en même temps que le télésiège débrayable Plan Joran. La construction de ces deux installations en même temps était entièrement logique car ils créaient une seconde porte d'entrée au domaine depuis Argentière. Puis, deux ans plus tard est venu compléter le télésiège du Tabé.

Pour l'anecdote, les sièges étaient auparavant équipés d'un petit toit de protection lors des jours de mauvais temps ou encore pour protéger du soleil, ce qui donnait un aspect original et très inhabituel à l'installation.

    Deux anciennes vues du télésiège avec les toits des sièges entièrement visibles
    Image

    Image


Côté ski, le télésiège de Plan Roujon desservait trois pistes :

  • La piste bleue Arolles : elle permet de rejoindre le télésiège Retour-Pendant situé dans la Combe éponyme.
  • La piste bleue Coqs : elle produit du ski propre et revient sur la gare aval de ce télésiège mais aussi sur celle du télésiège du Tabé.
  • La piste bleue Marmottons : elle rejoint le télésiège des Marmottons, la télécabine de Bochard, le téléphérique des Grands-Montets et le télésiège de la Herse. On notera qu'elle est pourvu de canons à neige.

Voici sa situation sur le plan des pistes :

    Image


Caractéristiques

Caractéristiques Administratives

TSF-Télésiège à attache fixe : PLAN ROUJON
Exploitant : CMB
Constructeur : Montaz-Mautino
Année de construction : 1986
Année de destruction : 2014

Caractéristiques d’Exploitation

Saison d'exploitation : Hiver
Capacité : 3 personnes
Débit : 1800 p/h
Vitesse d'exploitation : 2,5 m/s
Temps de trajet : 4 min 44 sec

Caractéristiques Géométriques

Altitude aval : 1900 mètres
Altitude amont : 2142 mètres
Dénivelée : 242 mètres
Longueur développée : 710 mètres
Pente maximale : 65 %
Pente moyenne : 36 %

Caractéristiques Techniques

Gare motrice : Aval
Gare tension : Aval
Gare retour : Amont
Nombre de pylônes : 9
Nombre de sièges : 93
Sens de montée : Gauche
Type de G1 : Tri-Alp S
Type de G2 : Poulie retour fixe
Type de motorisation : Asynchrone
Puissance électrique du moteur principal : 120 kW
Type de tension : Hydraulique

Ligne et infrastructures du télésiège Plan Roujon

Gare aval :

La gare aval était la station motrice – tension de l'installation. Elle était située à 1900 mètres d'altitude à proximité du télésiège du Tabé et à quelques mètres à côté d'un restaurant. Sa couleur blanche et sa situation en pleine forêt faisait qu'elle s’intégrait très bien dans cet environnement montagnard.
L'infrastructure, de couleur blanche, était une Tri-Alp S provenant de chez Montaz-Mautino.

    La gare aval vue depuis la fin de la piste bleue des Marmottons
    Image

    La gare aval vue de l'autre côté
    Image

    Les portillons de cadencement et la zone d'embarquement
    Image

    La poulie motrice - tension
    Image


La ligne :

La ligne était longue 710 mètres et se composait de 9 pylônes tubulaires dont un qui n'etait pas d'origine et qui fut remplacé il y a quelques années. Dès la sortie de la gare, la pente était peu pentue, elle devenait plus raide au niveau du troisième pylône afin de passer un relief plus abrupte. La pente s'adoucissait ensuite à partir du cinquième pylône et restait constante quasiment jusqu'à la gare amont.

Caractéristiques de la ligne :


  • P1 : 8C/8C
  • P2 : 4S/4S
  • P3 : 1C4S1C/1C4S1C
  • P4 : 4S/4S
  • P5 : 8S/4S
  • P6 : 8S/6S
  • P7 : 8S/8S
  • P8 : 6S/6S
  • P9 : 8S/8S

    P1
    Image

    P2
    Image

    Portée P2 - P3 et passage au dessus de la piste bleue des "Coqs"
    Image

    P3
    Image

    Portée P3 - P4
    Image

    P4
    Image

    P5
    Image

    Portée P5 - P6
    Image

    P6
    Image

    Portée P6 - P7 et passage au dessus de la piste bleue des "Coqs"
    Image

    P7
    Image

    P8
    Image

    P9
    Image


Gare amont :

La gare amont était la station retour de l'installation. Elle était située à 2142 mètres d'altitude, au dessus de la gare amont du télésiège Retour-Pendant et du Tabé.
Il s'agissait d'une classique poulie retour fixe.

    Arrivée en gare
    Image

    La gare amont vue de face
    Image

    La gare amont vue de trois-quarts d'un côté ...
    Image

    ... Comme de l'autre
    Image

    La gare amont vue depuis l'arrivée du télésiège du Retour-Pendant
    Image


Sièges et pinces

Le télésiège Plan Roujon était composé de 93 sièges, du constructeur Montaz-Mautino, pouvant accueillir jusqu'à trois personnes.

    Image


Pour raccorder le siège au câble, ces derniers étaient équipés de pinces fixes.

    Image


Au cœur du télésiège Plan Roujon

Le poste de commandes se trouvait au niveau de l'embarquement avec le tableau de commandes des différents moteurs de l'installation.

    Le tableau de commandes
    Image

    Indication sur les différents défauts de l'installation
    Image


La machinerie était elle située à l'intérieur de la gare, un étage au dessus du poste de commandes. L'accès s'effectuait par une échelle où on apercevait directement l'auto-vérin hydraulique effectuant la tension dynamique du câble. Ce dernier était accouplé avec le complexe de l'infrastructure qui était prévu pour coulisser sur la structure afin de s'adapter aux différents mouvements du câble.

    Le vérin hydraulique
    Image

    Image


A l'intérieur de la gare, se trouvait tous le groupe moteur, c'est-à-dire un moteur électrique à mouvement asynchrone ASEA développant 120 kW. Ce dernier était relié à un réducteur situé juste en dessous via une courroie à vitesse très rapide. Le réducteur diminuait la vitesse à environ 2,3 mètres par seconde, et était lié avec la poulie motrice située encore en dessous. Le moteur était également accolé de l'autre côté de la courroie à un volant d'inertie sur lequel était apposé un frein de services. Un autre frein était en place dans cette machinerie, il s'agissait de celui de la poulie.
En cas de panne de l'installation, cette dernière était équipée d'un moteur thermique diesel de secours associé avec un étage de pré-réduction entrant par la suite dans le réducteur HANSEN principal.

    Vue d'ensemble de la machinerie
    Image

    Le moteur électrique ASEA asynchrone
    Image

    Image

    Le volant d'inertie
    Image

    Le frein de service
    Image

    De l'autre côté du moteur, la courroie reliée au réducteur
    Image

    Le réducteur HANSEN
    Image

    Le frein de poulie
    Image

    Les armoires de puissances
    Image

    Le moteur thermique de secours et son boîtier de commandes
    Image

    Son réducteur
    Image


Un télésiège à bout de souffle

Le télésiège de Plan Roujon permettait donc l'accès au plateau de Lognan depuis le sommet du télésiège de Plan Joran. Doublé par le téléporté du Tabé, il avait aussi pour but de desservir une zone de ski propre tranquille très appréciée par la clientèle.
En 2014, l'exploitant la Compagnie du Mont-Blanc décide de le supprimer dans le cadre du remplacement du télésiège de Plan Joran par une nouvelle télécabine dix places sur un tracé plus long. Il laisse donc au télésiège du Tabé, qui a été allongé de quelques mètres, le rôles d'acheminer les skieurs vers le plateau de Lognan et de desservir cet espace de ski tranquille.

    Le télésiège de Plan Roujon après 29 années d'exploitation en juillet 2014 lors de son démantelement ...
    Image


Avant de terminer ce reportage, je tiens à remercier L'Alexois pour sa proposition de photos de la machinerie de l'installation, merci également au personnel de l'installation pour la visite de l'appareil, et à Monchu pour ses informations/clichés historiques du télésiège.

J'ib, Mai 2015

Photos : L'Alexois & J'ib
Texte, bannière et mise en page : J'ib
Date des photos : 11 et 12 Avril 2012, 6 Avril 2014 & 18 Juillet 2014



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.09418 secondes. 41 requete(s).
122 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés