En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 21Bannière 8Bannière 9Bannière 20

 TSF3 des Crêtes

Courchevel (Les Trois Vallées)

Poma

T2 HS
Description rapide :
Le seul télésiège à gare Delta de Courchevel. Démonté en 2013 suite à la mise en service du télésiège du Bouc Blanc.

Mise en service en : 1976
Fin de service en : 2013

Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : Geofrider
Section écrite le 04/12/2011 et mise à jour le 30/01/2012
(Mise en cache le 11/07/2014)

Image


Courchevel – Le Praz est une station village traditionnelle au carrefour entre la route d’accès à Courchevel 1850 et de la Tania. Située au dessus de Saint Bon, la station offre un cadre typique d’un village savoyard loin de l’exubérance de Courchevel 1850. La station fait donc partie du domaine skiable de Courchevel qui compose le plus grand domaine skiable du monde relié skis aux pieds : les 3 Vallées. En 1992 lors des Jeux Olympiques d’Albertville, c’est dans cette station qu’ont eu lieu les différentes épreuves de saut à ski. Le télésiège des Crêtes est un petit appareil situé en prolongement de la télécabine de la Forêt.


Courchevel au temps des pionniers

Courchevel voit sa première remontée installée en 1945 sur la commune de Moriond sous l’impulsion d’un pionnier local : Jean Blanc. La station se développera ensuite petit à petit plus en altitude sur le plateau des Tovets avec notamment la réalisation du premier téléski de la Loze en 1947, du premier téléphérique de la Saulire en 1952 et du télébenne des Verdons en 1953. Courchevel 1850 est alors partagé entre plusieurs sociétés d’exploitation qui aménagent différentes secteurs des pentes surplombant Courchevel 1850. Parmi ces sociétés on retrouve la SPTV qui est gérée par le Conseil Général de la Savoie. En plus du développement du plateau des Tovets, l’aménagement commence sur les villages en bas de ce plateau et plus particulièrement le village du Praz.

En 1950 est réalisé un télébenne partant du village du Praz pour remonter sur le plateau des Tovets qui deviendra plus tard Courchevel 1850. Sept ans plus tard, il permettra également d’accéder par gravité à la première télécabine des Grangettes. Cette remontée mécanique de Gabriel Julliard va permettre à Courchevel de créer un itinéraire à ski jusqu’à ce village depuis le sommet des Chenus, sommet situé au dessus du plateau des Tovets. Ainsi est entré le village du Praz dans le domaine skiable de Courchevel.


En prolongement de Forêt : le téléski des Crêtes

Au fil du développement de Courchevel, le village du Praz s’agrandit progressivement et le télébenne commence à avoir du mal à absorber le flux partant et arrivant du Praz. La SPTV qui a pris en charge l’exploitation des remontées du Praz et de Courchevel 1850 entame alors le chantier d’une grande télécabine au départ du Praz afin de décharger le télébenne. Cette télécabine va partir du village au pied du lac du Praz et va suivre un tracé à travers la forêt du Praz. Longue de pratiquement deux kilomètres et possédant une dénivellation de 810 mètres, elle va terminer son trajet au pied de la crête de Praz-Juget. Cet appareil prestigieux baptisée Forêt ouvre ses portes lors de l'hiver 1970-1971 et devient la remontée principale au départ du Praz. Cette télécabine bien que pratique possède tout de même un petit défaut. En effet à son ouverture l'accès au secteur de la Loze pourtant distant que de quelques centaines de mètres n'est pas possible. Les clients doivent alors redescendre à Courchevel 1850 pour s'y rendre ou s'hasarder à rejoindre en hors-pistes le téléski du Bouc Blanc.

Cette situation n'étant pas vraiment idéale, peu après la construction de la télécabine est mis en service un téléski baptisé Crêtes. Ouvert en 1972, cet appareil accessible directement depuis le sommet de Forêt permet de rejoindre le sommet des téléskis de la Loze. De ce fait les clients arrivant du Praz ne sont plus obligés de redescendre à Courchevel 1850 facilitant ainsi les liaisons vers les autres secteurs. En effet les clients n'ont plus qu'à remonter grâce aux différents appareils présents en amont du plateau des Tovets comme Biollay ou Rocher de l'Ombre pour continuer vers le secteur de Pralong ou de la Saulire. Ces derniers vont pouvoir également basculer rapidement sur les pistes aux abords des lignes des appareils du Bouc Blanc et profiter des pentes en forêt offertes au dessus du lieu-dit de la Tagna. A noter que ce téléski a permis d'ouvrir une nouvelle chaine d'accès au domaine d'altitude depuis le plateau des Tovets. En effet il est chainé avec le téléski du Plantrey A qui part du quartier du Plantrey permettant dès lors aux clients logeant dans cette partie de la station de ne plus avoir à passer par la Croisette. Il faut croire que la réalisation de cet appareil fut un grand succès car le téléski ne restera en place que quatre saisons. Il est remplacé dès 1976 par un téléporté fixe plus performant.


Le télésiège des Crêtes

Le téléski des Crêtes cède donc sa place en 1976 à un télésiège triplace au tracé légèrement différent. Le départ se trouvant quasiment en face de la gare amont de la télécabine de la Forêt, il est désormais encore plus facile pour les clients d'enchainer vers la Loze depuis cet appareil. Il apporte donc un surplus de débit qui faisait cruellement défaut au téléski. Longeant les crêtes de Praz-Juget ce dernier trouve son sommet dans un premier temps pratiquement au même endroit que l'ancien téléski. Facilitant un peu plus l'accès aux remontées partant en amont du plateau des Tovets, le but de cet appareil est d'éviter qu'un grand nombre de clients passe par les appareils partant de la Croisette pour rejoindre les autres secteurs du domaine. Toutefois ce télésiège va vite devoir faire face à la modernisation du parc de remontées rendue nécessaire par la clientèle fréquentant de plus en plus nombreuse la station. Cette modernisation incite la station à réaliser en 1982 la télécabine du Praz qui vient remplacer l'antique télébenne Julliard. Cette nouvelle télécabine vient décharger la télécabine de la Forêt qui du coup voit un peu moins de monde à ses portillons. Forcément cette baisse de fréquentation se répercute sur le nombre de clients de Crêtes. Toutefois afin d'optimiser cet appareil au mieux, l'exploitant de Courchevel va le rallonger en 1983 pour que ce dernier atteigne le sommet des Chenus qui est distant d'environ 200 mètres. Ce rallongement est fait de sorte que les clients arrivant de Forêt puisse bénéficier d'un accès rapide vers la liaison 3 Vallées. En effet depuis son nouveau sommet le télésiège des Crêtes offre un accès direct au télésiège du Col de la Loze qui depuis 1982 permet la bascule sur le domaine de Méribel.

L'année 1983 est marquée aussi par la mise en service du premier télésiège débrayable de la station : le télésiège de Plantrey. Suppléant presque intégralement le téléski du Plantrey A qui était chainé avec le télésiège des Crêtes, ce dernier retire une autre partie de la clientèle étant amenée à utiliser Crêtes. De plus pour les clients arrivant de Forêt, la remontée rapide et le débit offert par cet appareil leur permet de profiter d'une descente supplémentaire par la piste du Dou du Midi. Dans la même période, l'exploitant ouvre une piste baptisée Arolles facilitant la bascule vers le secteur de la Tania rendant l'utilité de Crêtes encore un peu moindre. Le dernier coup de grâce pour ce télésiège interviendra en 1991 avec la mise en service du télésiège du Dou des Lanches. Directement accessible depuis le sommet de Forêt, ce dernier offre un accès rapide et plus pratique au point de liaison 3 Vallées du Col de la Loze, rendant donc l'accès via le télésiège du même nom secondaire.


Le télésiège des Crêtes de nos jours

De nos jours cet appareil reste ouvert principalement lors des mois où la fréquentation est la plus forte. En effet cet appareil est désormais secondaire et reste relativement peu fréquenté. Ce caractère secondaire ne s'est pas arrangé avec le remplacement en 2011 du télésiège du Plantrey par un appareil plus performant. Ce télésiège non indispensable dans l'organisation du secteur dans lequel il se retrouve reste un outil lors des périodes d'affluence pour délester le télésiège du Dou des Lanches qui est bien fréquenté. En contrepartie de quelques coups de bâtons, il permet aux clients de rejoindre le télésiège du Col de la Loze. Il offre ainsi une voie secondaire pour les clients partant du Praz pour rejoindre le point de liaison 3 Vallées du Col de la Loze. Crêtes permet d'éviter les appareils partant du front de neige de 1850 pour toutes personnes désirant ne pas passer par la Croisette. En effet ce dernier offre un accès direct aux télésièges débrayables Biollay et Coqs ainsi qu'aux téléskis Rocher de l'Ombre et Sources. Les clients vont donc pouvoir revenir sur leurs pas avec Coqs ou continuer vers la Saulire avec le Biollay ou les téléskis du Rocher de l'Ombre et des Sources. Évitant aux clients d'emprunter la piste rouge du Dou du Midi, les débutants vont bénéficier par la même occasion d'un accès vers ces appareils par des pistes plus facile.

Au sommet de cette télécabine trois pistes sont accessibles :

- La piste bleue Crêtes qui rejoint le bas de cet appareil. Elle donne accès aux pistes Loze, Loze Est, Dou du Midi, Bouc Blanc et Jean Blanc
- La piste bleue Anémones qui permet de retourner également au bas de Courchevel 1850. Elle permet également d'accéder aux appareils Biollay, Coqs Rocher de l'Ombre et Sources via le bas de la piste Loze Est. Elle donne accès également à la piste Lac Bleu
- La piste rouge Chenus qui permet de rejoindre Courchevel 1850 au niveau des appareils Coqs et Biollay
- La piste rouge Lanches qui permet de prendre la direction du secteur de la Tania

Situation sur le plan des pistes
Image

Les Caractéristiques de l’installation

Caractéristiques Administratives

TSF-Télésiège à attache fixe : CRETES
Maître d’Ouvrage : SPTV
Maître d’Œuvre : CETARM 73
Exploitant : S3V
Constructeur : POMAGALSKI
Année de construction : 1976


Caractéristiques d’Exploitation

Saison d'exploitation : Hiver
Capacité : 3 personne(s)
Débit à la montée : 850 personnes/heure
Vitesse d'exploitation : 2.3 m/s
Temps de Trajet : 5min52


Caractéristiques Géométriques

Altitude Aval : 2066 m
Altitude Amont : 2224 m
Dénivelée : 158 m
Longueur développée : 810 m
Pente Maxi : 44 %
Pente Moyenne : 20 %


Caractéristiques Techniques

Type de Gare : DELTA
Sens de montée : Droite
Tension : Aval
Type de Tension : Hydraulique
Motrice : Amont
Type de Motorisation : Courant Continu
Puissance Développée : 63 kW
Dispositif d'accouplement : Monopince fixe
Nb Pylônes : 8
Nombre de véhicules : 56
Type de véhicules : Goutte d'Eau
Espacement : 29 m


Caractéristiques du Câble

Fabricant du Câble : Trefileurope
Diamètre du câble : 30 mm
Câblage : Lang à droite
Ame : Compacte


Ligne et Infrastructures du télésiège des Crêtes

Coté technique nous avons un appareil de chez Pomagalski qui a pour gare motrice, une gare de type Delta. C'est le seul télésiège fixe de la station encore en service à posséder ce type de gare motrice. La gare Delta est facilement reconnaissable avec ses deux triangles en métal qui supportent le châssis de la gare. Classiquement pour un télésiège fixe, la chaîne cinématique et le système de tension du câble de l’installation sont regroupés dans la station aval. La marche normale de l’installation est assurée par un moteur à courant continu qui donne mouvement à un arbre rapide. Cet arbre rapide est accouplé à un réducteur par des courroies. La marche de secours est assurée par un moteur thermique qui est accouplé au réducteur en cas de besoin. L’installation offre un débit maximal de 850 personnes par heure à la vitesse de 2.3 m/s. Ce débit est largement suffisant, les temps d’attente même en périodes de forte fréquentation étaient tout à fait supportables.


  • La gare aval

La gare aval est située à tout juste quelques mètres de la gare sommitale de la télécabine de la Forêt au pied de la piste Crêtes. Cette gare assure donc les différentes marches de l'installation ainsi que la tension dynamique du câble. On trouve également au niveau de cette gare le poste de conduite de l'installation. Cette gare intègre un balancier en compression de douze galets en entrée/sortie.

Vues sur la gare aval
Image

Image

Image

Image

Sous le réducteur, la poulie motrice
Image

L'un des deux vérins assurant la tension
Image

L'embarquement
Image



  • La ligne

La ligne prend rapidement de la hauteur afin de survoler les premières pentes situées au pied de la gare aval. L'inclinaison diminue après le passage du second pylône. Le tracé va couper puis longer au plus près pendant un certain temps le tracé de la piste Crêtes. Après le passage du P5, On aborde la partie modifiée afin de rallonger le tracé. Le point le plus haut de la ligne se situe au niveau du P7 avant que cette dernière ne plonge pour rejoindre la gare amont située quelques mètres plus loin.

La ligne comporte 8 ouvrages de ligne. Il y'a deux générations d'ouvrages de ligne suite au rallongement. Dans l'ordre de la montée, nous trouvons :
P0 : 12C/12C
P1 : 4S/4S
P2 : 6S/6S
P3 : 6S/6S
P4 : 4S/4S
P5 : 8S/8S
P6 : 4S/4S
P7 : 12S/12S
P8 : 6C/6C

En avant sur la ligne
Image

On se remet dans le sens de la marche
Image

P2 avec l'ancien télésiège du Plantrey sur la gauche
Image

P3 avec le Rocher de la Loze au fond à droite
Image

Détails sur la tête de P3
Image

Passage au dessus de la piste Crêtes non loin du départ de la variante du Bouc Blanc
Image

On passe au dessus du départ de la piste Bouc Blanc
Image

On continue sur la partie modifiée avec le sommet du téléski du Bouc Blanc sur la droite
Image

On arrive au niveau de P6
Image

On longe toujours la piste Crêtes qui passe kuste en contrebas à gauche
Image

P7 avec la Saulire au fond
Image

Descente pour atteindre le niveau de la gare amont
Image

Arrivée en gare amont
Image



  • La gare amont

La gare amont est située à 2224 mètres d’altitude au niveau du départ de la piste Crêtes. A quelques dizaines de mètres se trouvent les gares amont des appareils Coqs, Chenus et Praz-Juget ainsi que la gare aval du télésiège du Col de la Loze. Cette gare reste simple et peu encombrante car elle assure juste le renvoi du câble.

Vues sur la gare amont
Image

Image

Image


Véhicules et pinces

Siège Goutte d'Eau
Image

Pince fixe
Image

Passage de la pince sur un support
Image


Depuis les pistes

Fin de ligne depuis la piste Crêtes
Image

P7 et P6
Image


Au niveau du sommet du téléski du Bouc Blanc
Image

Vers l'aval avec la Grande Rochette au fond à droite
Image

Bas de la ligne
Image


Crêtes : un avenir incertain

Autrefois utile, le télésiège des Crêtes n'est désormais qu'un appareil secondaire et non indispensable pour ouvrir en intégralité le secteur dans lequel il se trouve. Peu fréquenté, son avenir sera sans doute scellé une fois que la S3V aura décidé du sort réservé à la télécabine de la Forêt. Pour autant il nous permet encore de profiter d'un appareil original avec ses deux générations de pylônes et l'aspect vintage qu'il dégage.

Image

Ainsi se termine ce reportage de cette installation
A Bientôt





Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.09647 secondes. 37 requete(s).
156 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés