En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 1Bannière 14Bannière 24Bannière 12

 TSF4 de Barbossine

Châtel (Portes du Soleil)

Poma

T1 ES
Description rapide :
Partez à la découverte du deuxième maillon de la chaîne Petiit-Châtel/Barbossine et de l'historique de la liaison Super-Châtel/Torgon.

Mise en service en : 1988

Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : Le Châtelan
Section écrite le 22/06/2014 et mise à jour le 01/07/2014
(Mise en cache le 01/07/2014)

Je vous présente un reportage sur le télésiège fixe quadriplace de Barbossine, à Châtel sur le secteur de Super-Châtel.


Image



Châtel, station française des Portes du Soleil
La station de Châtel est située en Haute-Savoie, au fond de la Vallée d’Abondance à la limite de la frontière franco-suisse. On y retrouve tout le charme des villages savoyards avec de nombreux chalets en bois. Elle offre près de 90 km de pistes réparties sur deux secteurs : Super-Châtel/Barbossine et Linga/Pré la Joux.
La station de Châtel est au cœur du plus grand domaine skiable international relié au monde, les Portes du Soleil. Ce vaste espace s’étend de 900 à 2300 mètres et englobe 12 stations situées en France ou en Suisse (Avoriaz, Champéry, Morgins, Morzine, Les Gets…). Le domaine offre 650 kilomètres de pistes et un cadre naturel exceptionnel entre le lac Léman, le Mont Blanc et les Dents du Midi.
Châtel est ainsi une véritable plaque tournante au sein des Portes du Soleil puisqu’elle est reliée à trois autres stations du domaine : liaison avec Avoriaz par le secteur de Linga/Pré-la-Joux, avec Morgins par Chalet-Neuf et avec Torgon par Barbossine. Châtel est une station sportive notamment avec le secteur Linga/Pré-la-Joux qui jouit d’une bonne notoriété grâce à sa liaison avec la très populaire station d’Avoriaz. Le secteur de Super-Châtel, moins moderne (aucun télésiège débrayable alors que dans le secteur opposé, en en compte pas moins de sept !) préserve un cadre calme et naturel. Il est également plus tourné vers les débutants.


Introduction : Super-Châtel et les débuts de la station

Le petit village de Châtel se lance réellement dans le ski en 1947, date de la construction du téléski de Vonnes implanté un peu en amont du village. C’est ensuite autour de Super-Châtel d’être équipé de remontées mécaniques, sous l’impulsion de Jean Pierre Béteille : en 1953, on construit le télésiège de Super Châtel. Les massifs alentours sont rapidement colonisés : en 1954, on installe le télésiège du Morclan et en 1964 la première liaison franco-suisse (par le téléski Chalet Neuf) des Portes du Soleil avec la station voisine de Morgins est inaugurée. Super-Châtel et sa proximité deviennent le point de départ de constructions de commerces, de maisons d’enfants, d’hôtels, de magasins de sports. Une clientèle, essentiellement parisienne, se met alors à fréquenter la station. La modernisation du secteur devient très active notamment avec la construction de la télécabine de Super-Châtel en 1963 et le remplacement de plusieurs autres installations. Plus tard, en 1988, le secteur de Super Châtel s’agrandit encore avec l’ouverture du massif de Barbossine et une deuxième liaison franco-suisse est inaugurée, celle avec la station de Torgon.
Peu après l’aménagement de Super-Châtel, en 1967, c’est au tour du Linga d’être colonisé par les skieurs. Le secteur s’étend peu à peu avec l’ouverture des Combes, de Cornebois puis des Rochassons. Une nouvelle entrée sur le domaine de Châtel est aménagée avec la construction du télésiège fixe biplace de Pré-la-Joux. Avec l’ouverture de la liaison avec Avoriaz, Châtel devient une station de renommée internationale.
Depuis, les principaux travaux effectués ne concernaient que le secteur Linga/Pré-la-Joux avec la construction de nombreux appareils débrayables. Cette vague de modernisation importante du domaine n’a cessé qu’en 2011, date de la construction du télésiège débrayable 6 places des Rochassons. Maintenant, les regards se tournent enfin vers Super-Châtel qui marque une vraie différence avec le Linga au niveau de l’âge du parc des remontées mécaniques. Ainsi, Châtel a comme nouvel objectif de restructurer Super-Châtel et de valoriser cette partie de son domaine grâce à une liaison ski au pied Super-Châtel/Linga par le Lac de Vonnes.


Historique : Torgon, la réalisation d’une deuxième liaison franco-suisse avec Châtel

En 1960, Châtel prend son envol et c’est bientôt tout le secteur de Super-Châtel qui est équipé de remontées mécaniques. Déjà, en 1964, une première liaison franco-suisse est inaugurée avec l’équipement des pentes du plateau de Bellevue par un téléski. Avec l’aménagement de la station valaisanne de Torgon, Châtel voit une réelle opportunité de liaison avec celle-ci. Une première liaison est construite, essentiellement constituée de téléskis : trois remontées mécaniques sont installées, Onnaz, Chaux Longe qui permettent l’accès sur Torgon et la Tour de Don qui permet le retour sur Super-Châtel depuis la station suisse. Torgon quant à elle, s’organise peu à peu et prend de l’ampleur. Afin d’assurer la liaison, Télé-Torgon construit, en 1975, le télésiège fixe biplace du Tronchey qui monte les skieurs au sommet de la Tête du Tronchey depuis le Plan de Croix : la liaison est enfin inaugurée.
La SAEM Sport et Tourisme cherche cependant à renforcer cette liaison cruciale : en effet tout ce secteur commence à prendre de l’importance d’autant plus que la station française de La Chapelle d’Abondance investit lourdement dans l’équipement du secteur de Braitaz, afin de créer un forfait commun avec Torgon. En parallèle, vers la fin des années 1980, le village de Châtel s’agrandit et s’étend de plus en plus le long de l’étroite vallée d’Abondance : au pied du Linga se forme bientôt le village de Villapeyron tandis que la municipalité, en cherchant à mieux répartir les habitants et ainsi soulager le centre-ville, prévoit d’importantes constructions au pied du massif de Barbossine afin de constituer le futur quartier du Petit-Châtel.


Stratégie sur le domaine : le télésiège de Barbossine, deuxième maillon de la chaîne Petit-Châtel/Barbossine

Le quartier du Petit-Châtel est ainsi crée : il rencontre un bon succès avec les habitants souhaitant s’isoler de l’agitation du centre du village. Cependant, l’accès au domaine skiable est peu pratique et la télécabine de Super-Châtel, étant l’unique entrée sur Super-Châtel, a bien besoin d’être soulagé de l’affluence quotidienne des skieurs. Durant l’année 1988, la SAEM décide d’investir largement. Pas moins de quatre télésiège fixe quadriplace, tous de la gamme Alpha du constructeur français Pomagalski sont installés sur le domaine skiable. Les télésièges du Petit-Châtel et de Barbossine sont ainsi construits en même temps que le télésiège de Plaine Dranse qui renforce la liaison avec Avoriaz par les Rochassons, et le télésiège des Combes qui était devenu indispensable pour assurer le retour sur le Linga.
Le télésiège de Barbossine est donc le deuxième maillon la chaîne Petit-Châtel/Barbossine. A son sommet on peut se diriger vers la station de Châtel ou bien passer la frontière et basculer vers la station suisse de Torgon. Cet appareil est accessible par le télésiège du Petit-Châtel et par la piste noire Barbossine. Il dessert deux pistes rouges assez intéressantes au niveau ski : L’Epervier et L’Ecureuil.


Situation sur le plan des pistes


Image


Caractéristiques techniques de l’appareil


Caractéristiques administratives :

  • Station: Châtel
  • Type d'installation: Télésiège fixe 4 places
  • Exploitant : SAEM Sport et tourisme
  • Constructeur: POMAGALSKI
  • Année de mise en service: 1988
  • Saison d’exploitation : Hiver


Caractéristiques géographiques:

  • Altitude aval: 1468 m
  • Altitude amont: 1913 m
  • Dénivelée : 445 m
  • Longueur développée : 1185 m
  • Longueur horizontale : 1093 m
  • Pente moyenne : 40,71 %
  • Pente maximale: 70 %


Caractéristiques techniques:

  • Nombre de pylônes : 14
  • Station motrice : Aval
  • Station tension : Aval
  • Puissance du moteur : 275 kW
  • Type de tension du câble tracteur : Hydraulique
  • Type de siège : Siège à arceaux
  • Personnes par siège : 4
  • Débit maximal: 1800 p/h
  • Temps de trajet: 8 mn 35
  • Vitesse maximale: 2,3 m/s
  • Sens de la montée : Droite



Infrastructure et ligne du télésiège

Le télésiège a été construit par Pomagalski, société avec qui Châtel travaillait déjà depuis longtemps (le constructeur français s’était déjà bien implanté dans tout le domaine de Châtel tant au niveau des téléskis qu’au niveau des télésièges). Cette remontée fait partie de la gamme Alpha. Ce type de gare ne s’applique qu’aux télésièges 2, 3 ou 4 places. Cette gamme a rencontré très vite un succès fou ; la preuve, le fabriquant Poma propose toujours cette gamme de nos jours ! Les télésièges de la gamme Alpha ont la particularité de pouvoir être transformés en débrayable par l’ajout de lanceurs/ralentisseurs, on appelle alors ces installations des Alphas évolutifs (cette transformation n’a pas été effectuée sur le TSF4 de Barbossine).
La vitesse maximale de l’appareil est de l’ordre de 2,3 mètres par seconde et son débit maximal est de l’ordre de 1800 personnes par heure. La ligna possède 14 pylônes tubulaires à raison de 2 pylônes compression, de un pylône support/compression et de 11 pylônes support.


Gare aval

La gare aval abrite le moteur et assure la tension du câble. C’est une gare Pomagalski de la gamme Alpha. Elle se situe au lieu-dit « Barbossine » juste à côté de la gare amont du TSF4 du Petit-Châtel.

Vue d'ensemble : la gare amont du télésiège du Petit-Châtel et la gare aval du TSF4 de Barbossine
Image

La gare aval, en toile de fond, le Mont de Grange
Image

Zoom sur la gare aval
Image


Ligne

La ligne monte régulièrement en suivant le relief sur tout le long du trajet. Elle survole la piste de l’Ecureuil pour s’enfoncer dans un épais bois d’épicéas. De ce fait la ligne de ce télésiège peut-être bien distinguée depuis le village de Châtel : on voit une trouée rectiligne dans la verdure. La ligne continue son ascension régulière jusqu’en gare amont.


Pylône 3
Image

Portée P3-P4
Image

Pylône 4
Image

Portée P4-P5
Image

Pylône 5
Image

Portée P5-P6
Image

Pylône 6
Image

Portée P6-P7
Image

Pylône 7
Image

Portée P7-P8
Image

Pylône 8
Image

Portée P8-P9
Image

Pylône 9
Image

Portée P9-P10
Image

Pylône 10
Image

Pylône 11
Image

Portée P11-P12
Image

Pylône 12
Image

Portée P12-P13
Image

Pylône 13
Image

Portée P13-P14, on approche de l'arrivée
Image

Pylône 14
Image


Gare amont

La gare amont est une simple poulie retour. Elle est implantée sur un talus à 1913 mètres d’altitude. Elle est à proximité de la gare amont du TKD1 des Contrebandiers.

La poulie retour et l'arrivée en gare amont. En second plan, la poulie retour du TKD des Contrebandiers
Image

Plan rapproché de la poulie retour
Image


Véhicules

Les véhicules de ce télésiège sont des sièges à 4 places de manufacture Poma.

Image

La pince
Image


Conclusion

Le télésiège de Barbossine a un débit largement suffisant. Il dessert deux pistes rouges intéressantes même si le massif de Barbossine est malheureusement trop sous-exploité. Il est également utile car il évite aux bons skieurs de rejoindre Torgon par la chaîne de téléskis Onnaz-Chaux Longe-Contrebandiers. Même si la chaîne Petit-Châtel/Barbossine est lente et fastidieuse (environ 15 minutes de trajet), cet axe reste vital pour la station. Aucun projet de remplacement n’est cependant prévu à ce jour.

La fin de la ligne
Image

La ligne depuis la piste de l'Epervier. Toujours en toile de fond, l'alpage des Boudîmes et le Mont de Grange
Image

Image

Image


Photos et textes: Le Châtelan



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.09107 secondes. 32 requete(s).
137 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés