En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 30Bannière 2Bannière 26Bannière 4

 TSF4 de Charmettoger

Les Arcs (Paradiski)

Montaz Mautino

T2 ES
Description rapide :
Télésiège parant du village de Charmettoger et doublant le premier tronçon du Transarc. Il s'agit du seul appareil Montaz Mautino en service sur le domaine des Arcs.

Mise en service en : 1987

Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : Geofrider
Section écrite le 21/09/2013 et mise à jour le 04/11/2013
(Mise en cache le 11/07/2014)

Image


La station des Arcs est située en Tarentaise au-dessus de la ville de Bourg Saint Maurice. Elle bénéficie d’un accès routier mais également d’un accès par funiculaire situé à proximité de la gare SNCF de Bourg Saint Maurice. Avec cette liaison pratique, les Arcs bien que situés aux portes de la Haute-Tarentaise reste l’une des stations les plus facilement accessible pour les touristes. La station des Arcs est composée de 4 quatre ensembles séparés et aux vocations bien différentes :
- Arc 1600, village à taille humaine destinée principalement à la clientèle familiale
- Arc 1800 qui est le plus gros de tous les ensembles des Arcs avec de nombreux restaurants et bars. Cet ensemble dispose de la plus grande capacité en termes de lits.
- Arc 1950 est le dernier ensemble à avoir été formé. Il se trouve en contrebas d’Arc 2000. Il est surtout destiné à une clientèle internationale haut de gamme
- Arc 2000 est le plus éloigné de Bourg Saint Maurice. Il est surtout destiné à une clientèle sportive puisque tout est conçu pour la pratique des sports de glisse. Beaucoup de galeries sont en souterrain afin de rendre possible la vie même en cas de tempête.

Le début des Arcs et de l'aménagement d'Arc 1800

Les premiers aménagements des pentes situées au-dessus de Bourg Saint Maurice commencent en 1961. L’ouverture officielle des Arcs se fera en 1968 avec l’ouverture d’Arc 1600. La station possédait déjà huit remontées mécaniques avant son lancement officiel. La construction cette année-là par Pingon du premier téléski de la Vagère laisse entrevoir le développement d’une nouvelle station non loin du lieu des Pierres Blanches où se trouve la station d’Arc 1600. Arc 1800 est une station qui se développe dans le début des années 1970. Les premières remontées au départ d’Arc 1800 vont voir le jour en 1974 avec la mise en service des télésièges triplace Pomagalski du Carreley et du Chantel. Avec le télésiège du Carreley, on rejoint le plateau de l’Arpette et les remontées qui permettent de basculer vers la Vallée de l’Arc. En 1977 c’est un téléski Pingon baptisé Charvet qui voit le jour. Ce téléski va trouver son sommet au pied des départs des téléskis de la Vagère permettant la création d'une autre voie d'accès vers le plateau de l'Arpette depuis Arc 1800.

Toutefois la station d’Arc 1800 grossissant le front de neige va se développer vers le Sud avec le développement du village des Villards. La création du village des Villards qui est une extension de la station d’Arc 1800 a été menée à bien pour l’année 1979. Pour accéder au domaine depuis ce nouveau village est installé la même année un télésiège triplace Pomagalski partant au pied de ce village. La liaison vers Arc 2000 depuis 1800 sera doublée la même année puisque dans la foulée de Villards sera construit le télésiège du Grand Renard qui atteint le Col du même nom et qui permet donc de rejoindre la vallée de l’Arc. Afin d'accueillir une clientèle plus nombreuse, une nouvelle extension d'Arc 1800 est engagée. Le développement se poursuit huit ans plus tard avec la création du village de Charmettoger. Ce village encore plus au Sud que celui des Villards est ouvert en 1987. Ce sera également cette année-là que sera mis en service le télésiège éponyme.


Charmettoger : Un ascenseur utile mais très vite victime du modernisme

Le télésiège de Charmettoger est un appareil partant pratiquement en bordure Sud du village. Toutefois la gare aval a été implantée au plus proche des plus grandes résidences permettant ainsi un accès facile pour la plupart des clients logeant dans ce village. A sa construction, le télésiège emmène suffisamment haut pour pouvoir rejoindre le télésiège du Grand Renard. Couplé à cet appareil, Charmettoger forme donc le premier maillon d'une chaine d'appareils permettant de rejoindre le secteur d'Arc 2000. Depuis son sommet les clients peuvent également rejoindre directement le domaine skiable de la station voisine de Peisey-Vallandry. Bien évidemment, les autres appareils partant du front de neige d'Arc 1800 sont accessibles. Toutefois le principal handicap de cet appareil est son temps de montée. Avec une longueur de 1580 mètres, il faut quasiment douze minutes pour rallier le sommet de l'installation sans arrêt d'exploitation. Un point faible alors que cet appareil avait déjà un sérieux concurrent dans les environs. A environ 5 minutes de marche de la gare de départ, les clients peuvent rejoindre le télésiège débrayable des Villards. Cette installation étant placée entre le village des Villards et de Charmettoger, certaines résidences sont plus proches et proposent un accès plus commode au télésiège des Villards qu'à celui de Charmettoger. Une partie de la clientèle de ce village échappe donc à la remontée d'accès dédiée à cette partie d'Arc 1800 au profit d'un appareil qui offre un temps de trajet plus rapide.

En 1988 est installé le télésiège du Jardin Alpin. Cet appareil permet un accès au domaine depuis les parkings les plus bas du village de Charmettoger. Il trouve son sommet quelques mètres en amont de la gare aval de Charmettoger. Cependant depuis le sommet de cet appareil, on rejoint également le télésiège des Villards. Seuls les clients les moins pressés vont donc se rabattre sur Charmettoger pour gagner de l'altitude sur le domaine skiable. Le coup quasi fatal pour Charmettoger sera porté lors de la saison 1991/1992 lorsque sort de terre la télécabine du Transarc. Partant non loin du télésiège des Villards et offrant un accès rapide et direct vers Arc 2000, cet appareil possède des atouts indéniables pour les personnes logeant au village de Charmettoger. Au prix d'une marche plus ou moins longue, certains n'hésitent pas à bouder Charmettoger pour gagner le domaine via les appareils modernes construits entre le village des Villards et celui de Charmettoger. L'accès au secteur de Peisey-Vallandry peut également se faire sans cet appareil en marchant quelque peu. En effet, en amont de la gare aval se trouve la piste Belvédère qui offre un accès direct à Vallandry et donc aux deux télésièges débrayable partant de ce village. De nos jours Charmettoger est un appareil victime de son temps de montée et de la commodité d'accès des appareils Transarc, Vagère et Villards pour une partie de la clientèle. Même s'il est possible de le rejoindre depuis les pistes de liaison en provenance de Peisey-Vallandry, la plupart des clients préfèrent poursuivre avec les téléportés débrayables présents sur le front de neige d'Arc 1800. De ce fait Charmettoger est un ascenseur peu fréquenté qui double intégralement le premier tronçon du Transarc. Malgré plusieurs inconvénients, c'est un appareil où l'on ne fait pratiquement jamais la queue. Ceci s'avère être par conséquent une bonne alternative pour gagner de l'altitude depuis Arc 1800 lors des périodes de fortes fréquentation, périodes où il y a généralement foule au Transarc et au télésiège de la Vagère. Malgré ses aptitudes à pouvoir absorber le trop plein du Transarc et d'une partie de Vagère et Villards, la faible fréquentation de cet appareil en temps normal a eu pour conséquence la réduction de son débit par retrait de véhicules.

Depuis 2003, il offre un accès direct au téléphérique Vanoise Express qui permet de faire la liaison avec le domaine de La Plagne depuis Peisey. Sur le secteur de Peisey-Vallandry depuis son sommet on peut également rejoindre toutes les principales installations à savoir les télésièges débrayables Derby, Vallandry, Grizzly et Peisey. Sur Arc 1800, il permet de rejoindre en altitude la gare intermédiaire du Transarc qui se trouve à quelques mètres de son sommet. Le télésiège du Grand Renard continue à être accessible depuis le sommet de cet appareil offrant toujours par la même occasion une chaine d'accès moins fréquentée vers Arc 2000. S'arrêtant au niveau du premier tronçon du Transarc il permet d'étoffer un peu l'offre de ski quand le domaine d'altitude est fermé à cause du risque d'avalanche. Charmettoger donne accès à plusieurs pistes et notamment des pistes classées comme étant facile permettant de le rendre accessible à tous. Il est à noter que toutes les pistes qu'il dessert le sont également par les principaux appareils partant d'Arc 1800. Ces derniers et particulièrement Vagère et Villards permettent des rotations bien plus rapides que Charmettoger. Néanmoins il reste un bon moyen une fois ces pistes descendues de prendre son temps et d'apprécier le paysage dégagé qu'offre Arc 1800 sur les hauts sommets qui font office de frontière naturelle avec la vallée de l'Arc.

Au sommet de cet appareil trois pistes sont accessibles :
- La piste bleue Charmettoger qui retourne au bas de cette installation tout en permettant de rejoindre la gare intermédiaire du Transarc au passage.
- La piste bleue Plan Bois qui permet de prendre la direction de Peisey-Vallandry en arrivant au pied du télésiège du Derby. La piste bleue Barmont qui offre un accès direct au village de Vallandry est également accessible via cette piste. Elle donne également accès au bas de la piste bleue Grand Mélèzes qui permet de rejoindre Arc 1800.
- Le bas de la piste rouge des Rèches qui se termine en rejoignant la piste bleue Maïtaz. Cette dernière permet de reprendre la direction d'Arc 1800 ou du village de Charmettoger. Elle donne accès tout comme la piste Plan Bois à la piste bleue Barmont .


    Situation sur le plan des pistes
    Image


Les Caractéristiques techniques de l’installation

Caractéristiques Administratives

TSF-Télésiège à attache fixe : CHARMETTOGER
Constructeur : MONTAZ MAUTINO
Exploitant : ADS
Maître d’Ouvrage : COMMUNE DE BOURG SAINT MAURICE
Maître d’Œuvre : CETARM 73
Année de construction : 1987

Caractéristiques d’Exploitation

Saison d'exploitation : Hiver
Capacité : 4 personne(s)
Débit : 1775 personnes/heure
Temps de Trajet : 11min26
Vitesse d'exploitation : 2.3 m/s
Tapis d'embarquement : Non


Caractéristiques Géométriques

Altitude Aval : 1735 m
Altitude Amont : 2105 m
Dénivelée : 380 m
Longueur développée : 1580 m
Pente Maxi : 44 %
Pente Moyenne : 23 %


Caractéristiques Techniques

Tension : Aval
Type de tension : Hydraulique
Motrice : Amont
Type de motorisation : Courant Continu
Puissance Développée : 503 kW
Sens de montée : Gauche
Nb Pylônes : 18
Nombre de Véhicules : 169
Espacement : 18.7 m
Type de Véhicules : Quadriplace
Dispositif d’accouplement : Monopince fixe

Caractéristiques du Câble

Diamètre du câble : 42 mm
Câblage : Lang à droite


Ligne et Infrastructure du télésiège de Charmettoger

Le télésiège de Charmettoger a été installé par la société Française Montaz Mautino. Charmettoger est le seul appareil Montaz Mautino en service sur le domaine. C'est même le seul et unique appareil qu'a commandé la station dans toute l'histoire des Arcs. Pour éviter les nuisances sonores, la gare motrice de type motrice fixe a été positionnée en amont de l'appareil puisque la gare aval se trouve au plus près des habitations. La tension du câble est donc effectuée en aval de l'installation. C'est le dernier appareil quadriplace de Montaz Mautino à être équipé de ce type de gare motrice puisque l'année suivante une nouvelle gare a été mise en place pour ce type d'appareils. Avec ses 169 sièges, l'appareil de Charmettoger offre un débit théorique de 1775 personnes par heure à la vitesse de 2.3 mètres par seconde. A l'origine ce télésiège avait été équipé avec 192 sièges et offrait un débit théorique de 2000 personnes par heure.


  • La gare aval

La gare aval est située au cœur du village de Charmettoger en contrebas du sommet du télésiège du Jardin Alpin. De ce fait la gare est très discrète voir quasi invisible lorsque l'on évolue sur le domaine. La gare de type bipode est en charge d'assurer la tension dynamique du câble grâce à un auto-vérin hydraulique.

    Vue de la gare en arrivant par les pistes
    Image

    Gare vue par l'arrière
    Image

    Vue de profil
    Image

    Gare aval avec le véhicule de service de l'installation
    Image

    L'auto-vérin hydraulique fixé au massif arrière de la gare
    Image

    L'embarquement
    Image



  • La ligne

La ligne du télésiège monte rapidement pour sortir du trou dans lequel se trouve la gare aval. C'est d'ailleurs à ce moment-là que la ligne va atteindre sa pente la plus forte. Une fois sortie de là, la ligne va aborder une longue phase où la pente va rester quasi constante et où quelques longues portées sont présentes. Elle va prendre plus d'inclinaison après le passage successif sur le P10 et le P9 afin d'aborder les pentes qui vont conduire à la gare amont. Le passage sur le P4 puis sur le P3 va permettre une diminution du plan de montée. Une dernière longue portée permet à la ligne de rejoindre le P2 puis le P1 qui est placé quelques mètres avant la gare aval afin de remettre le câble sur le bon plan. A partir du P2, la largeur de voie commence à se réduire la poulie motrice de la gare amont n'étant pas à la largeur de la voie.

Sur le trajet se trouvent 18 ouvrages de ligne. Comme il elle est fréquemment d'usage sur le domaine des Arcs, la numérotation de ces derniers est inversée.
Dans l’ordre de la montée cela donne :

P19 (Intégré gare aval) : 8C/8C
P18 : 6S/6S
P17 : 6S/6S
P16 : 6S/6S
P15 : 6S/6S
P14 : 6S/6S
P13 : 8S/8S
P12 : 6S/6S
P11 : 4S/4S
P10 : 2C4S/2C4S
P9 : 2C4S/2C4S
P8 : 6S/6S
P7 : 6S/6S
P6 : 6S/6S
P5 : 6S/6S
P4 : 8S/8S
P3 : 8S/8S
P2 : 8S/8S
P1 : 6S/6S

    La ligne depuis le bas
    Image

    En avant sur la ligne
    Image

    On sort rapidement du trou dans lequel se trouve la gare aval
    Image

    Le sommet du télésiège Jardin Alpin sur la gauche
    Image

    Les hauts sommets au loin se dévoilent avec l'Aiguille Grive sur la droite
    Image

    On poursuit sur les pentes douces au-dessus d'Arc 1800
    Image

    Croisement avec la piste Maïtaz en provenance de Peisey-Vallandry
    Image

    Le trace des pistes Charmettoger et Grand Mélèzes sur la gauche. Le bas de la piste Rêches sur la droite
    Image

    On devine sur la gauche, la ligne du premier tronçon du Transarc
    Image

    En approche du P11
    Image

    Croisement avec la piste Charmettoger
    Image

    On aborde la partie la plus fortement montante avant le sommet
    Image

    P9
    Image

    On longe la piste Charmettoger
    Image

    On continue notre ascension
    Image

    Portée pour atteindre le P6
    Image

    Croisement avec le début de la piste Plan Bois
    Image

    Après être passée dans un court layon, la gare intermédiaire du Transarc est visible sur la gauche
    Image

    P4
    Image

    La ligne du second tronçon du Transarc au fond
    Image

    Passage au-dessus de la piste Charmettoger
    Image

    P2 avec la partie haute de la piste des Rêches sur la droite
    Image

    P1 qui continue la réduction de largeur de voie entamée au P2
    Image

    Arrivée en gare amont
    Image




  • La gare amont

La gare amont est située à 2115 mètres d'altitude non loin de la gare intermédiaire du Transarc. Montée sur un fut métallique, la gare à une emprise au sol réduite. La couverture abrite les différentes chaines cinématiques assurant les différentes marches de l'installation. C'est donc ici que l'on va trouver le poste de conduite principal de l'installation. Les panneaux métalliques de la partie inférieure de la couverture sont peints en blanc, mais avec l'âge, les marques du temps sont visibles. La gare tout comme le P1 et le P2 est équipée de guides vue qu'à ce niveau la largeur de voie est réduite.

    La poulie motrice de l'installation
    Image

    Gare amont coté débarquement
    Image

    Gare amont
    Image

    Gare amont
    Image

    De profil coté brin descendant
    Image

    Gare amont en contre-plongée avec la ligne du second tronçon du Transarc en arrière-plan
    Image



Véhicules et pinces

    Pince fixe Montaz Mautino
    Image

    Passage de la pince sur un balancier support
    Image

    Véhicules Montaz Mautino. Tous les sièges ont été changés en 1989
    Image



Depuis les pistes

    Ligne depuis le P2
    Image

    Ligne depuis le haut du mur de la piste Charmettoger
    Image

    Vers l'amont dans le mur de la piste Charmettoger
    Image

    Depuis le bas du mur avec la station d'Arc 1800 et la Pierra Menta au fond
    Image

    Vue avec la station de Montchavin – Les Coches au fond à gauche
    Image

    Ligne au sortir du village de Charmettoger
    Image

    Bas de la ligne
    Image



Charmettoger : l'ascenseur déchu

Charmettoger aurait dû être l'ascenseur pour tous les résidents du village de Charmettoger. Toutefois la proximité de remontées performantes et le temps de montée plutôt long de cet appareil auront eu un impact négatif sur cet appareil qui est aujourd'hui peu fréquenté. Même s'il a été déchu de ses fonctions par les appareils modernes d'Arc 1800, il reste un bon moyen d'éviter la foule lors des périodes de fortes affluences pour rejoindre Peisey-Vallandry ou Arc 2000 via le télésiège du Grand Renard. Les clients qui veulent prendre le temps pourront également profiter du beau panorama offert avec les hauts sommets environnant. Même si pour l'instant rien n'est prévu, l'avenir de ce télésiège qui approche des trente ans sera sans doute évoqué d'ici quelques années et peut être que ce sera alors la fin du seul appareil Montaz Mautino construit sur le domaine des Arcs.

    Image



Ainsi se termine ce reportage.
A Bientôt




Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.10386 secondes. 43 requete(s).
116 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés