En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 14Bannière 32Bannière 2Bannière 40

 TSF4 de l'Aiguille Rouge

Tignes (Espace Killy)

Skirail

T2 ES
Description rapide :
Télésiège permettant d'accéder à Tignes-le-Lac depuis le plateau du Marais, plateau situé en amont des télécabines arrivant des Boisses et des Brévières

Mise en service en : 1988



Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : Geofrider
Section écrite le 30/12/2013 et mise à jour le 02/01/2014
(Mise en cache le 14/07/2014)

    Image


Bienvenue sur le plateau du Marais, point de passage obligatoire pour rejoindre Tignes-le-Lac par les pistes depuis le secteur des Boisses et des Brévières. Partez à la découverte de l'actuel télésiège de l'Aiguille Rouge et du téléski que ce dernier a remplacé.

Au sommaire :

  • Bienvenue à Tignes
  • Aiguille Rouge : le premier accès à Tignes-le-Lac depuis le plateau du Marais
  • 1988 : Aiguille Rouge entre dans l'ère moderne
  • Ligne et Infrastructures du télésiège de l'Aiguille Rouge
  • Véhicules et pinces
  • Aiguille Rouge : l'accès le plus direct vers Tignes-le-Lac depuis le plateau du Marais



    Bienvenue à Tignes


La station de Tignes est située dans le département de la Savoie en Haute-Tarentaise à une trentaine de kilomètres de Bourg Saint Maurice. Ce village composé de plusieurs hameaux est l'une des stations française les plus connues des Alpes. Quatre de ces hameaux permettent d'accéder directement au domaine skiable :
- En altitude on trouve Tignes-Le-Lac et Tignes Val Claret situés respectivement à 2100 et 2127 mètres d'altitude. Ce sont eux qui permettent d'accueillir la majeure partie des clients séjournant à Tignes.
- Plus bas on trouve deux autres hameaux plus petits à savoir Tignes Les Brévières et Tignes Les Boisses. En plus de leurs capacités d'accueil, ils font également office de porte d'entrée sur le domaine pour les clients venant à la journée.
Tignes s'est forgée une image sportive en accueillant plusieurs évènements comme les Winter X Games et en proposant diverses activités sportives autre que le ski aussi bien en hiver qu'en été. Une image récompensée en 2009 par l'élection de Tignes comme la ville la plus sportive de France

Mais la plus belle image sportive que possède Tignes, c'est son vaste domaine skiable évoluant dans le cadre remarquable qu'offre la haute-tarentaise et la proximité du Parc de la Vanoise. Le domaine s'étend de 1550 mètres d'altitude à 3456 mètres d'altitude au sommet du téléphérique de la Grande Motte. Les quarante remontées mécaniques qui le composent desservent 150 kilomètres de pistes balisées de différents niveaux. Relié à la station voisine de Val d'Isère, ce dernier compose donc l'Espace Killy, espace regroupant les domaines skiables des deux stations voisines. Le ski à Tignes ce n'est pas que l'hiver. En effet le glacier de la Grande Motte et les différentes remontées installées sur ce dernier permettent d'offrir une vingtaine de kilomètres de pistes en période estivale.

    Le secteur de la Grande Motte depuis la piste Merles
    Image



    Aiguille Rouge : le premier accès à Tignes-le-Lac depuis le plateau du Marais


Le développement de Tignes commencera véritablement dans le début des années 1950 grâce au courage de quelques tignards qui n'ont pas baissé les bras suite à la seconde guerre mondiale et à la destruction du village de Tignes pour réaliser le barrage du Chevril. En 1953, dix-sept ans après la réalisation de la toute première remontée mécanique de Tignes, est créé le téléski du Chardonnet. Cette remontée est une grande source d'espoir pour les tignards restés sur place de voir enfin décoller le projet d'une station de ski à Tignes. La tâche à accomplir est immense et un homme viendra porter l'impulsion nécessaire au réel décollage du projet. Cet homme, c'est Raymond Pantz, un entrepreneur qui va créer en premier la toute première résidence à Tignes-le-Lac permettant de loger les expulsés du village désormais sous les eaux. Une dynamique se crée et la première société des remontées mécaniques de Tignes voit le jour en 1955. Cette dernière crée un télébenne permettant de relier les Brévières aux Boisses. Toutefois aucune installation ne permet pour le moment depuis ce village de rejoindre les pentes de Palafour où se situe le téléski du Chardonnet. Afin d'accompagner la dynamique lancée, Raymond Pantz porte de nouveau son concours en créant l'année suivante la toute première résidence à Tignes-le-Lac destinée à une clientèle touristique. On y est enfin, le projet de station de ski à Tignes est véritablement lancé.

La suite logique va venir par l'expansion du domaine afin de concurrencer la station voisine de Val d'Isère qui elle propose déjà une offre de ski bien fournie. Plusieurs remontées sont construites dans les années qui suivent la réalisation de la première résidence touristique : Tommeuses, Tovière, Almes et Millonex. Au début des années 1960, le village des Brévières est toujours isolé du domaine skiable qui est en train de se créer petit à petit. La société des remontées de Tignes va donc entreprendre le raccordement des Brévières au reste du domaine skiable. Ce raccordement se fera en 1961 grâce à la mise en service de deux nouvelles installations. Depuis le village des Boisses où arrive le télébenne partant des Brévières, est réalisée une télécabine biplace. Cette dernière rejoint le plateau du Marais, vaste plateau situé juste au-dessus des Boisses. De ce plateau, part le téléski de l'Aiguille Rouge construit la même année. Cette installation va permettre de gravir les derniers mètres séparant le plateau du Marais des pentes de Palafour surplombant le village de Tignes-le-Lac. Pour autant, à l'heure de la réalisation de ces appareils aucune installation présente sur les pentes de Palafour ne permet de rejoindre par gravité le plateau du Marais. La liaison entre le secteur de Palafour et celui des Boisses deviendra pleinement opérationnelle deux ans après, avec la réalisation en 1963 du téléski de l'Aiguille Percée.

Aiguille Rouge est donc un point de passage obligatoire pour pouvoir rejoindre Tignes-le-Lac et le reste du domaine skiable. Au cours des années qui suivent de nouvelles remontées voient le jour sur le domaine tandis que d'autres dont modernisées. C'est notamment le cas aux Boisses avec le remplacement de la télécabine biplace en 1976 par un télésiège Pomagalski. Cet appareil lui aussi biplace permet tout de même d'améliorer le débit offert depuis ce village. Quelques années plus tard c'est l'accès au secteur des Boisses et des Brévières qui est amélioré avec la création du télésiège de l'Aiguille Percée en 1980. Rendu plus attractif et ayant une remontée d'accès plus performante, le secteur des Boisses et des Brévières attire de plus en plus de monde. Par conséquent, le téléski de l'Aiguille Rouge doit ramener plus de clients vers Tignes-le-Lac. Afin de fiabiliser le retour vers ce point du domaine skiable et surtout augmenter le débit, la société des remontées mécaniques de Tignes fait construire le télésiège du Marais dès l'année suivante. Un investissement nécessaire puisque deux ans après la mise en service de Marais, la télécabine de la Sache qui offre un accès direct au plateau du Marais depuis les Brévières voit le jour. Le téléski de l'Aiguille Rouge à lui seul aurait été incapable d'absorber tout ce flux. Toutefois bien que pratique, le télésiège du Marais est un appareil extrêmement long alors que le trajet par Aiguille Rouge est nettement plus court. Le téléski est donc largement sollicité pour éviter les seize minutes de montée avec Marais. Il faudra cependant encore attendre quelques années avant de voir le téléski de l'Aiguille Rouge céder sa place à un appareil plus moderne.


    1988 : Aiguille Rouge entre dans l'ère moderne


A la fin des années 1980, l'antique téléski de l'Aiguille Rouge est toujours en place. Les clients skiant sur le secteur des Boisses et des Brévières n'ont pas d'autres solutions pour rejoindre Tignes-le-Lac que d'emprunter l'interminable Marais ou faire une queue assez importante à l'Aiguille Rouge pour bénéficier d'un trajet plus court. Au final ce téléski pénalise plus qu'autre chose le secteur, limitant ainsi l'intérêt de ce dernier. Un comble puisque c'est sur cette partie du domaine skiable que l'on trouve l'une des plus belles descentes du domaine avec la piste de la Sache qui offre un parcours à l'écart de tout dans le vallon éponyme. Le problème va finalement être réglé en 1988. Au cours de la période estivale de cette année, le téléski est enfin démonté. A la place, c'est un télésiège quadriplace qui va prendre le relais et faire enfin entrer Aiguille Rouge dans l'ère du modernisme. Construit par Skirail, ce dernier propose toujours un tracé court permettant de rejoindre Tignes-le-Lac. En effet le télésiège dépose les clients après un trajet d'un peu plus d'un kilomètre sur les pistes permettant directement de rejoindre ce village. Toutefois le point sur lequel le nouveau Aiguille Rouge vient apporter une amélioration significative est le débit. Ayant une capacité théorique de 1700 personnes par heure, le débit est plus que doublé par rapport à l'ancien téléski. Un bien nécessaire aussi pour anticiper les hausses de fréquentation, le télésiège du Marais ayant un débit assez faible. Grâce à ses performances et à son temps de trajet réduit, Aiguille Rouge détrône Marais comme voie principale pour quitter cette partie du domaine skiable.

Avec d'un côté Marais pour les clients désireux d'aller rejoindre directement le vallon de la Sache ou les remontées permettant de rejoindre Val Claret et de l'autre le nouvel Aiguille Rouge pour les clients désireux de rejoindre rapidement Tignes-le-Lac, le plateau du Marais bénéficie désormais d'une configuration optimale. L'attente a quasiment été supprimée au pied d'Aiguille Rouge et une vraie alternative est enfin offerte au télésiège du Marais. De son sommet, les clients vont donc pouvoir rejoindre les principales remontées partant de Tignes-le-Lac comme la télécabine de Tovière ou le télésiège double de Palafour. La venue de ce nouvel appareil va permettre également de développer l'offre de ski sur ce plateau, chose impensable du temps du téléski. En effet les pentes desservies permettent de desservir une piste facile et une piste difficile, de quoi développer un peu de ski propre sur cette ligne qui bénéficie d'une bonne exposition et d'un très beau point de vue sur les hauts sommets de la Haute-Tarentaise. L'attractivité du secteur des Boisses et des Brévières va être renforcée quelques années plus tard. En effet en 1997, un vaste plan de modernisation du domaine est lancé et en 1998 la station fait réaliser entre autre le télésiège des Chaudannes. Avec cet appareil, les clients se retrouvant à Tignes-le-Lac bénéficient d'un accès direct à ce secteur. Fini le détour par l'Aiguille Percée, en moins de quatre minutes, les clients ont accès aux pistes menant à ce secteur. La descente est certes moins longue que par l'Aiguille Percée mais ceci permet à plus de clients d'aller profiter des charmes de ce coin du domaine skiable de Tignes.

Avec l'ouverture de ce nouvel accès la fréquentation augmente mais Aiguille Rouge absorbe plutôt bien le choc grâce à l'aide de Marais. Toutefois lors des périodes les plus chargées, les temps d'attente s'allongent quelque peu à son pied puisqu'il reste la voie principale pour sortir de ce secteur. Après l'ouverture de l'accès par Chaudannes, c'est au tour de l'accès historique d'être modernisé. Ceci est réalisé en 2005 avec la mise en service du télésiège quadriplace de l'Aiguille Percée. En 2010 l'antique télésiège biplace des Boisses est démonté. C'est une télécabine flambant neuve qui prend le relais de cet appareil. L'impact sur Aiguille Rouge ne sera toutefois pas flagrant, la télécabine ayant un débit très limité pour le moment. De nos jours Aiguille Rouge est donc directement accessible des Brévières et des Boisses par les télécabines partant respectivement de chaque village. Il est également directement accessible par les télésièges Chaudannes et Aiguille Percée en provenance de Tignes-le-Lac. Avec les différentes modernisations des accès à cet appareil, ce dernier est désormais bien fréquenté lors des périodes les plus chargées en termes de fréquentation. Marais reste un bon renfort pour Aiguille Rouge même si ce dernier est quelque peu délaissé hors de ces périodes fortes vu son temps de montée conséquent. L'importante panne de ce dernier au cours de la saison 2012/2013 a complètement saturé Aiguille Rouge. En temps normal, Aiguille Rouge reste donc la voie principale pour rejoindre Tignes-le-Lac. Depuis son sommet la télécabine de Tovière est directement accessible ainsi que les télésièges Palafour, Chaudannes, Paquis et Rosset. Cet appareil compose également le large réseau de pistes faciles qui évoluent sur tout le flanc Ouest du domaine skiable. Desservant des pistes bleues et rouges ce télésiège est donc accessible à tous. Il permet un peu de ski en propre même si ce n'est pas spécialement sa vocation première.

Au sommet de cet appareil trois pistes sont accessibles :
- La piste rouge Myosotis qui permet de retourner au bas de cet appareil
- La piste rouge Bleuets, piste qui assure le principal retour vers Tignes-le-Lac
- La piste bleue Rhododendron qui retourne au bas de cet appareil. Elle donne accès à une variante sur sa partie basse nomme Airelle. Elle donne accès également à la piste bleue Petit Col qui assure un retour facile vers Tignes-le-Lac.

    Situation sur le plan des pistes
    Image


Les caractéristiques du télésiège actuel

    Caractéristiques Administratives

    TSF-Télésiège à attache fixe : AIGUILLE ROUGE
    Maître d’ouvrage : STGM
    Maître d’œuvre : CETARM 73
    Exploitant : STGM
    Constructeur : SKIRAIL
    Année de construction : 1988


    Caractéristiques d’Exploitation

    Saison d'exploitation : Hiver
    Capacité : 4 personne(s)
    Débit à la montée : 1700 (2000*) personnes/heure
    Vitesse d'exploitation : 2.3 m/s
    Tapis d'Embarquement : Non


    Caractéristiques Géométriques

    Altitude aval : 2100 m
    Altitude amont : 2415 m
    Dénivelée : 315 m
    Longueur développée : 1026 m
    Pente maxi : 37 %
    Pente moyenne : 21 %
    Temps de trajet : 7min26


    Caractéristiques Techniques

    Type de gare : TRIPODE
    Tension : Aval
    Type de tension : Hydraulique
    Motrice : Aval
    Type de motorisation : Courant Continu
    Puissance développée : 258 kW
    Sens de montée : Droite
    Nb pylônes : 14
    Dispositif d’accouplement : Monopince fixe
    Nombre de véhicules : 104
    Espacement : 19.78 m


    Caractéristiques du Câble

    Fabricant du câble : TREFILEUROPE
    Type de câblage : Lang à droite
    Diamètre du câble : 40 mm
    Ame : Compacte
    Compostion du câble : 6x17 fils



    Ligne et Infrastructures du télésiège de l'Aiguille Rouge


La réalisation de cet appareil a été confiée au constructeur français Skirail. Le télésiège possède une configuration motrice-tension en aval et retour fixe en amont. En aval c'est donc un classique gare tripode qui est présente. Avec ses 104 sièges il offre à l'heure actuelle un débit théorique de 1700 personnes par heure à la vitesse de 2.3 mètres par seconde toutefois cet appareil est dimensionné pour un débit maximal de 2000 personnes par heure


  • La gare aval

La gare aval d'Aiguille Rouge est située sur le plateau du Marais à 2100 mètres d'altitude. A proximité immédiate on trouve le départ du télésiège du Marais alors que les arrivées des télécabines Sache et Boisses se trouvent un peu plus loin. La gare arbore le schéma de couleurs classique des téléportés de Tignes avec du blanc et du bleu. Cette gare étant la gare motrice, c'est donc ici que se trouve le poste de conduite principal de l'installation.

    Gare aval de profil
    Image

    Gare aval de plus près
    Image

    Gare aval
    Image

    Gare aval depuis la file d'accès
    Image

    L'autovérin assurant la tension dynamique du câble
    Image

    La poulie motrice de l'installation
    Image

    L'embarquement
    Image




  • La ligne

Après être sortie de la zone de la gare aval; la ligne évolue un certain temps sur le plateau du Marais. Durant cette phase, la ligne monte très doucement et régulièrement sur un terrain ne présentant pas de difficultés particulières. Au niveau, la ligne change nettement de profil afin de passer une difficulté. L'inclinaison imprimée diminue suite au passage successif sur le P10 et sur le P11. La ligne va ensuite garder un profil constant avant d'arriver au P13 et P14, ouvrages de ligne positionnés juste avant la gare amont.

La ligne est composée de 14 ouvrages de ligne ancrés sur des massifs en béton. Dans l’ordre de la montée, nous trouvons :


    P1 : 12C/12C
    P2 : 4S/4S
    P3 : 4S/4S
    P4 : 4S/4S
    P5 : 4S/4S
    P6 : 4S/4S
    P7 : 4S/4S
    P8 : 8C/12C
    P9 : 4S/4S
    P10 : 8S/6S
    P11 : 8S/6S
    P12 : 8S/4S
    P13 : 6S/6S
    P14 : 6S/4S



    La ligne depuis le bas
    Image

    En avant sur la ligne
    Image

    P2
    Image

    Portée pour atteindre P3
    Image

    Croisement avec la piste Rhododendron
    Image

    On arrive au niveau du P5
    Image

    Le tracé du télésiège survole quelques instants la piste Myosotis
    Image

    En approche du P7
    Image

    Le P8 qui amorce la partie raide du tracé de l'installation
    Image

    Longue portée pour atteindre P10
    Image

    P10
    Image

    P11 avec l'aiguille surplombant la gare d'arrivée du télésiège
    Image

    On retrouve le tracé de la piste Myosotis sur la droite
    Image

    Dernière portée
    Image

    Les deux derniers ouvrages de ligne
    Image

    Arrivée en gare amont
    Image



  • La gare amont

La gare amont est située à 2415 mètres d'altitude au niveau du carrefour entre les pistes Bleuets, Myosotis et Corniche. Il s'agit d'une simple gare retour fixe afin de limiter l'emprise au sol et par conséquent garder le plus de place possible pour les pistes. Seul le renvoi des sièges est donc effectué par cette gare.

    Gare amont en arrivant de la piste Corniche
    Image

    Gare après avoir débarqué
    Image



    Véhicules et Pinces


    Pince Skirail
    Image

    Passage de la pince sur un balancier support
    Image

    Siège quatre places Skirail
    Image



    Aiguille Rouge : le télésiège fixe en sursis


Le téléski de l'Aiguille Rouge a été la toute première liaison entre le Plateau du Marais et Tignes-le-Lac. Longtemps ce vénérable téléski aura fait de la résistance face au téléporté. Après plus d'un quart de siècle de présence sur le plateau du Marais, le télésiège actuel a remplacé avantageusement l'appareil de 1961. Représentant à la fois la voie courte et l'accès principal vers Tignes-le-Lac, ce télésiège a largement contribué à rendre plus attractif cette partie du domaine skiable de Tignes. Toutefois son débit plutôt faible ne convient plus trop lors des périodes de fortes fréquentation surtout quand le télésiège du Marais n'est plus là pour l'épauler. Prévu depuis plusieurs années, le remplacement de cet appareil par un téléporté plus performant semble encore pour le moment bloqué. Quoiqu'il en soit, le télésiège actuel est en sursis et vit probablement ses dernières saisons sur le domaine skiable de Tignes.


    Image





  • Texte & Photos : Geoffroy DELABRE
  • Date des photos : Mai 2007
  • Site internet de la station : http://www.tignes.net





Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.10232 secondes. 36 requete(s).
77 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés