En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 13Bannière 3Bannière 4Bannière 30

 TSF4 de l'Aiguillette

Chantemerle - Saint-Chaffrey (Serre Chevalier Vallée)

Poma

T2 ES
Description rapide :
Le télésiège de l'Aiguillette est un appareil excentré sur le secteur du Prorel desservant deux fantastiques pistes rouges.

Mise en service en : 1988

Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : Clément05
Section écrite le 07/09/2016 et mise à jour le 14/09/2016
(Mise en cache le 15/09/2016)

Bonjour, je vous présente un reportage sur le…

Image

Au sommaire :


  • Serre Chevalier Vallée
  • Le télésiège de l’Aiguillette : desserte de deux pistes intéressantes et assez excentrées
  • Caractéristiques
  • La gare aval
  • La ligne
  • La gare amont
  • Sièges et pinces
  • Autres vues
  • Conclusion

Serre Chevalier Vallée

La station de Serre Chevalier Vallée est située dans les Hautes-Alpes, à environ 3h30 de route de Marseille et de Lyon.

Implantée dans la vallée de la Guisane, affluent de la Durance prenant sa source au Col du Lautaret, Serre Chevalier Vallée se compose de 3 ensembles de villages, Chantemerle, Villeneuve et Le Monêtier-les-Bains, et d’une ville, Briançon. Le domaine s’étend sur 250 kilomètres de pistes tous niveaux. Celles-ci alternent murs en forêt, chemins avec vue imprenable sur la vallée de la Guisane et de la Durance et champs de bosses pour les skieurs les plus expérimentés.
Ces pistes sont desservies par 61 remontées mécaniques allant du tapis roulant à la nouvelle télécabine de Ratier. Le domaine compte d’ailleurs le premier DMC au monde, celui du Pontillas. Les remontées mécaniques de Serre Chevalier Vallée sont composées de 7 tapis et télécordes, de 26 téléskis, de 11 télésièges à pinces fixes, de 10 télésièges à pinces débrayables, de 5 télécabines, d’un DMC et un téléphérique exploité uniquement en été.

L’histoire de Serre Chevalier Vallée a commencé en 1941 avec l’inauguration du premier téléphérique, reprenant le nom du sommet qu’il atteint : le Serre Chevalier. Ensuite, le développement de la liaison avec Villeneuve et des secteurs de l’Aravet, du Prorel et des combes au-dessus de Serre Ratier s’est accéléré jusqu’à l’incendie du téléphérique en 1983. En cette année, la décision est prise d’ouvrir la liaison avec Le Monêtier-les-Bains avec l’installation de plus de 12 remontées mécaniques ! De plus, un nouveau téléphérique est construit sur le tracé de l’ancien. Celui-ci réutilise beaucoup d’éléments du premier appareil. 1983 restera l’une des dates importantes dans la création de Serre Chevalier.
En 1989, le domaine de Briançon est créé avec l’installation de 9 remontées mécaniques dont le fameux télésiège de Puy Chalvin (qui n’a pas fait une saison et qui a été revendu par la suite). Depuis 2004, la station est gérée par la Compagnie Des Alpes (CDA) qui renouvelle progressivement le parc de remontées mécaniques de Serre Chevalier, la plupart des appareils datant des années 80. Les investissements se poursuivent et la station réaménage tous les secteurs du domaine afin d’optimiser encore les liaisons.

Image
Chantemerle depuis la piste noire Luc Alphand.

Le télésiège de l’Aiguillette : desserte de deux pistes intéressantes et assez excentrées

Le télésiège de l’Aiguillette est situé sur le secteur du Prorel, un peu à l’écart du télésiège du même nom.

Cet appareil dessert deux pistes excentrées mais d’excellente qualité : ce sont deux pistes rouges enneigées naturellement et au profil très intéressant. Les Eduits, première piste tracée dès 1987, descend au Nord du télésiège de l’Aiguillette. Composée d’une section de murs assez pentus, elle serpente agréablement dans les mélèzes. C’est par cette piste que s’effectue l’accès aisé aux pistes de l’Aiguillette, grâce à une communication pendant quelques mètres avec la piste rouge des Saludes (qui vient du télésiège du Prorel et de Briançon). La deuxième piste, Aiguillette, elle, est située au Sud du télésiège : non damée sur sa majeure partie (sauf entre la jonction avec la piste Eduits et la gare aval du télésiège de l’Aiguillette), est excellente que ce soit en bosses ou après une chute de neige.
On trouve aussi dans le secteur la piste Celvan qui croise une fois les pistes rouges légèrement en amont de leur jonction. Ce chemin de couleur verte est en fait une piste empruntée par les 4x4 l’été. Celvan donne aussi accès aussi aux pistes rouges mais elle n’est pas destinée au public de skieurs confirmé que le secteur de l’Aiguillette vise.

Le télésiège de l’Aiguillette a donc pour seule mission de desservir ces deux pistes rouges et de permettre des rotations sur ces pistes. Il constitue par ailleurs l’une des dernières extensions du domaine de Chantemerle avant la création de la piste rouge Cabane du Berger sous le Rocher Blanc (2501 m) en 1991.

Situation sur le plan des pistes :

Image
Vue générale.

Image
Vue rapprochée du secteur.

Caractéristiques

Voici les caractéristiques de l’appareil :

- Caractéristiques Administratives

TSF – Télésiège à pinces fixes : AIGUILLETTE
Exploitant : SCV Domaine Skiable
Constructeur : Pomagalski
Année de construction : 1988

- Caractéristiques d’Exploitation

Saison d'exploitation : Hiver
Capacité : 4 personnes
Débit : 1800 personnes/heure
Vitesse d'exploitation : 2,25 m/s
Equipement d’aide à l’embarquement : Aucun

- Caractéristiques Géométriques

Altitude aval : 1750 m
Altitude amont : 2240 m
Dénivelée : 490 m
Longueur développée : 1494 m
Pente maximale : 66 %
Pente moyenne : 35 %
Temps de trajet : 11 min

- Caractéristiques Techniques

Type de gare : Alpha 7 vitres
Emplacement tension : Aval
Type de tension : Hydraulique
Emplacement motrice : Aval
Type de motorisation : Continu
Puissance développée : 305 kW
Sens de montée : Droit
Nombre de pylônes : 16
Largeur de la voie : 4,9 m
Dispositif d’accouplement : Pinces fixes Mono2100
Nombre de véhicules/suspentes : 167
Espacement : 8 s

La gare aval

La gare aval est une gare Alpha qui assure la tension et la mise en mouvement du câble. La tension est réalisée par deux vérins situés sur les extrémités du bloc moteur. La chaîne cinématique qui fait tourner le câble est classique (moteur – réducteur – poulie motrice). La station de départ est placée en bas des pistes Aiguillette et Eduits, à proximité du hameau éponyme. La gare comporte deux balanciers avec 16 galets de compression afin d’éviter de mettre deux pylônes compression en sortie de gare.

Image
La gare aval depuis la gauche.

Image
La gare Alpha, la cabane de commande et le P1.

Image
Zoom sur la gare et la cabane.

Image
La gare aval depuis la fin de la piste rouge de l’Aiguillette.

Image
La gare de côté avec les balanciers en sortie de gare.

Image
La zone d’embarquement.

Image
Coup d’œil sur la poulie motrice.

Image
Vue arrière sur la gare et le P1.

La ligne

La ligne possède 16 pylônes tubulaires.
Le début est le long de la piste rouge de l’Aiguillette. Après le passage au-dessus de la jonction entre cette piste rouge et celle des Eduits, le P4 accentue l’inclinaison du câble. La pente reste constante jusqu’au P7 qui donne la pente maximale de la ligne. Si l’on se retourne, la vue sur la vallée de Serre Chevalier et sur la crête des Peyrolles est splendide. Les pylônes 10 et 11 mettent un terme à la montée. La fin de la ligne franchit puis longe les premiers mètres de la piste de l’Aiguillette.

Caractéristiques de la ligne :
P1 : 16C/16C
P2 : 6S/6S
P3 : 6S/6S
P4 : 2S-6C-2S/2S-6C-2S
P5 : 6S/6S
P6 : 6S/6S
P7 : 2S-6C-2S/2S-6C-2S
P8 : 6S/4S
P9 : 8S/6S
P10 : 8S/8S
P11 : 6S/6S
P12 : 6S/6S
P13 : 8S/8S
P14 : 6S/6S
P15 : 8S/8S
P16 : 6S/6S

S : balancier support
C : balancier compression
S-C-S : enchaînement de galets support puis compression puis support


Image
La ligne depuis la gare aval.

Image
La première portée.

Image
Le P2.

Image
La piste de l’Aiguillette à gauche.

Image
Le P3.

Image
La piste qui arrive de la droite (sous la ligne) est celle des Eduits.

Image
Le P4, franchissement de la piste verte de Celvan.

Image
La portée de P4 à P5 est plus pentue.

Image
Le P5.

Image
La pente maximale n’est encore pas atteinte.

Image
Le P6, la montée se poursuit dans la forêt de mélèzes.

Image
La portée vers P7.

Image
Le P7 donne l’inclinaison la plus prononcée au câble.

Image
La pente la plus forte.

Image
Le P8.

Image
Au loin le P9…

Image
Vue arrière sur la ligne avec Chantemerle en haut à gauche.

Image
La vallée de Serre Chevalier depuis le télésiège.

Image
Pendant ce temps, nous nous sommes rapprochés du P9.

Image
La pente est moins forte.

Image
Les pylônes 10 et 11 redressent le câble.

Image
Le P11.

Image
La portée de P11 à P12.

Image
Le P12, la piste de l’Aiguillette derrière.

Image
On, passe au-dessus de la piste, dans sa partie non damée.

Image
Le P13.

Image
Une dernière longue portée qui longe la piste permet d’atteindre les trois pylônes finaux.

Image
Le P14, qui a perdu sa plaquette.

Image
Les pylônes 15 et 16.

Image
Ce trio de pylônes depuis le début de la piste de l’Aiguillette.

La gare amont

La gare amont est une simple poulie retour fixe. Elle est située près du départ des catex permettant de sécuriser le secteur contre les avalanches. La gare donne accès aux pistes Aiguillette et Eduits.

Image
La gare depuis la ligne.

Image
La poulie retour.

Image
La zone de débarquement.

Image
La gare et la cabane de conduite.

Image
Zoom sur la poulie.

Image
Les deux derniers pylônes, le bout de la poulie et la cabane de conduite depuis la piste rouge de l’Aiguillette.

Sièges et pinces

Le télésiège de l’Aiguillette est équipé de 167 sièges Arceaux quadriplaces reliés au câble par des pinces fixes Mono2100.

Image
Un siège.

Image
Une pince fixe Mono2100.

Autres vues

Voici deux vues depuis la piste rouge de l’Aiguillette :

Image
Les dernières portées depuis le début de la piste.

Image
L’arrivée sur le départ.

Conclusion

Le télésiège de l’Aiguillette dessert un secteur tranquille à l’écart de l’affluence de Serre Ratier. Destiné à un public de grands skieurs, il donne accès à deux pistes exceptionnelles préservées de terrassements trop importants et de neige de culture. Néanmoins, le télésiège étant tout de même assez long, un tapis d’embarquement serait souhaitable afin de diminuer le temps de trajet qui est actuellement de 11 minutes. Malgré ce petit défaut, l’appareil reste tout à fait adapté à son rôle et il n’est pas prévu de le supprimer ou de le remplacer. Un appareil qui a fait, qui fait et qui fera sans aucun doute le bonheur des skieurs…

Texte & photos : Clément05
Photos : Clément05 (le 8 février 2016)

A bientôt.

© - 2016 – Clément05 – www.remontées-mécaniques.net



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.09444 secondes. 35 requete(s).
142 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés