En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 20Bannière 9Bannière 2Bannière 35

 TSF4 de la Met

Val Cenis

GMM

T2 ES


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : valcelouis
Section écrite le 20/06/2014 et mise à jour le 25/07/2016
(Mise en cache le 26/07/2016)

TSF4 de la Met - Val Cenis
GMM - 2004


Image


Au sommaire de ce reportage :

1 → Bienvenue à Val Cenis !
2 → Historique : l’accès à la Met de 1975 à nos jours
3 → Le télésiège de la Met : accès au sommet du domaine skiable
4 → Infrastructures et ligne du télésiège de la Met
5 → Met, l’appareil parfait pour son rôle...


1 → Bienvenue à Val Cenis !

Val Cenis est une station de ski alpin située dans la vallée de Haute-Maurienne en Savoie (73). Ce domaine est constitué à la base de deux villages : Lanslebourg qui est le chef-lieu du canton et Lanslevillard. Ils sont distants d’à peu près 2 kilomètres et au milieu se trouve un hameau qui s’agrandit d’années en années et qui s’appelle Val Cenis les Champs. Depuis 2008, un troisième village, toujours dans la vallée de la Haute-Maurienne mais en dessous de Lanslebourg, s’est attaché au domaine de Val Cenis grâce à une chaîne de remontées mécaniques et de pistes : il s’agit de Termignon-la-Vanoise. Le point Culminant du domaine est la Met à 2800 mètres d’altitude et à 2100 mètres se trouve le col du Mont Cenis et son lac, très fréquentés en été grâce à une route, la D1006, qui y monte depuis Lanslebourg.
Côté remontées mécaniques, le domaine dispose de 28 remontées mécaniques desservant 125 kilomètres de pistes.

Image
^^ Découvrez une présentation plus détaillée de la station en cliquant sur le logo ^^

2 → Historique : l’accès à la Met de 1975 à nos jours

Dès 1968, l’accès au domaine skiable d’altitude est garanti grâce à l’installation de nombreux téléskis débrayables et d’un télésiège biplace. Ainsi, dans les années 1970, alors que le développement du ski de piste est en plein essor, la station propose un large panel de piste plus ou moins difficiles et situées tant dans la forêt qu’à découvert. Les installations en service donnent alors accès jusqu’à environ 2500 mètres d’altitude au plus haut, par le biais notamment du téléski du Solert qui termine sur la bosse du Solert (actuelle arrivée du télésiège du Solert) ou du téléski de la Tomba qui termine en pleine pente en direction de l’ouillon de la Tomba.
Encore non relié au domaine skiable de Lanslebourg, la station de Lanslevillard entreprend durant l’été 1975 la construction d’un nouveau télésiège biplace permettant d’atteindre une altitude rare dans l’histoire du ski de piste : 2800 mètres à l’endroit dit de la Met. De là sont créées plusieurs pistes plutôt techniques permettant de rejoindre le reste du domaine. Le départ est implanté entre les deux téléskis d’altitude. Son accès est ainsi aisé de chaque côté par gravité.
Voici un extrait de plan des pistes des années 1990 avec, en noir gras les deux téléskis d’altitude de 1969 et en violet gras le télésiège biplace de la Met de 1975 :

Image

Le télésiège fixe 2 place de la Met est construit durant l’été 1975 par Poma, alors peu connu de la station puisqu’ayant construit une seule remontée mécanique : un télésiège triplace nommé Saint-Génix.
Le français Poma livre alors un appareil équipé d’une gare motrice en aval de type Delta, au catalogue depuis seulement 2 ans. La ligne et les sièges sont également modernes pour l’époque avec des pylônes tubulaires et des têtes présentes pour faciliter les décâblages. Les sièges sont de type Goutte d’Eau avec des coussins aux assises et des barres métalliques aux dossiers. Voici les caractéristiques techniques de cet appareil défunt depuis 2004 :

TSF2 de la MET
Type d'installation : Télésiège fixe 2 places
Constructeur : Poma
Année de construction : 1975
Débit : 900 p/h
Vitesse d'exploitation : 2,5 m/s
Dénivelé : 390 m
Longueur développée : 1100 m

Et voici quelques clichés de l’installation durant ses dernières années d’exploitation :

Image
La gare aval de type Delta.

Image
La ligne avec ses pylônes tubulaires équipés de têtes de décâblage.

Image
La gare amont à 2800 mètres d'altitude.

De par les pistes desservies très intéressantes et la vue à couper le souffle présente à l’arrivée, cet axe est très plébiscité des skieurs venus dévaler les pentes du domaine skiable. Lieu de passage quasi-obligé, le télésiège de la Met de 1975 souffrait au fil des années d’une affluence qu’il n’arrivait pas à engloutir. C’est ainsi qu’à l’été 2004, il est remplacé par un appareil résolvant un bon nombre de problèmes.

3 → Le télésiège de la Met : accès au sommet du domaine skiable

L’année suivant la construction du télésiège débrayable 6 places de la Ramasse, c’est-à-dire en 2004, la SIVOM de Val Cenis se lance dans le remplacement d’un appareil d’altitude : la Met. L’appareil biplace de 1975 faisait défaut sur deux points majeurs qu’étaient le débit ainsi que le confort. A l’été 2004, on fait table rase du passé : l’appareil biplace est démonté et ferraillé après presque 30 ans de service à desservir la Met.
L’étude d’une nouvelle remontée mécanique est ainsi menée : cette étude porte ainsi sur la construction d’un télésiège fixe 4 places, le choix du télésiège débrayable 6 places ayant été rejetées du fait que l’emplacement en amont n’est pas suffisant pour y loger une gare de type débrayable et que le givre aurait pu rendre l’appareil indisponible le matin.
La gare aval du nouvel appareil quadriplace est installée plus bas que l’appareil précédent (environ une centaine de mètres) de manière à laisser un peu plus de ski possible entre l’arrivée du télésiège du Solert et le départ du nouveau télésiège de la Met.
La gare amont est, quant à elle laissée exactement au même endroit permettant de rejoindre facilement toutes les pistes et notamment le panorama offert sur le lac du Mont-Cenis et la passerelle nommée Canopée des Cimes.
Le télésiège de la Met dessert :
- la piste bleue « Nunda » (sortie de droite en haut du télésiège) qui permet de rejoindre la gare aval de l’appareil.
- la piste rouge « Met » (sortie de droite en haut du télésiège) qui de rejoindre la gare aval de l’appareil mais aussi les pistes Vers le Mont-Cenis, Tomba et Bec Rouge.
- la piste noire « Michèle Jacot de la Met » » (sortie de gauche en haut du télésiège) qui permet de rejoindre la gare aval de l’appareil avec une piste très technique.
En outre, via la piste noire nommée Vers le Mont-Cenis, l’accès au secteur du Mont-Cenis est direct pour les personnes d’un niveau de ski permettant de se déplacer à vitesse maîtrisée sur une piste peu large.
Jusque vers 2008, une piste noire dite du Lac permettait de rejoindre le téléski de la Buffa depuis la Met en contournant l’ouillon de la Tomba. A cause des manques de neige et de la difficulté de surveiller cette piste, elle a été purement supprimée.
Et voici la représentation du plan des pistes :

Image

4 → Infrastructures et ligne du télésiège de la Met

En 2004, après les constructions des télésièges du Solert (Poma) et de la Ramasse (Doppelmayr), la construction du télésiège de la Met est adressée au français GMM (Gimar-Montaz-Mautino) qui livre alors un appareil standard de sa gamme des téléportés fixes équipé d’une gare motrice de type 7+, gare au catalogue depuis 1998.
La grande qualité de l’appareil fourni par GMM est sa robustesse d’exploitation, notamment en résistant aux conditions météorologiques difficiles à 2800 mètres d’altitude. Pour cela, tout a été étudié pour que les composant vieillissent bien. Le givre peut être très intense au sommet à cause du vent qui peut souffler très fort (pointes à plus de 40 m/s à Noël 2006 pour exemple, mais naturellement l'installation n'était pas en service). Suite à l’utilisation de sièges 4 places pour ce télésiège et à l’évolution de la réglementation, la vitesse en ligne est passée de 2,5 m/s pour la version de 1975 à 2,3 m/s pour la version de 2004 et, à cause de l’allongement de la longueur de la ligne, la durée de montée s’est allongée pour atteindre environ 8 minutes : ceci est le seul point négatif de cet appareil.
Voici les principales caractéristiques techniques du télésiège de la Met :

Caractéristiques administratives

TSD - Télésiège à pinces débrayable : MET
Maître d’œuvre : DCSA
Maître d’ouvrage : SIVOM de Val Cenis
Génie civil : Vernier Frères
Montage : Vernier Frères
Exploitant : SEM du Mont Cenis (SE2MC)
Installation électrique : SEIREL Automatismes
Constructeur : GMM (Gimar-Montaz-Mautino)
Année de construction : 2004
Mise en service : 15 décembre 2004
Montant de l'investissement : 2 600 000 €

Caractéristiques d’exploitation

Saison d'exploitation : Hiver
Capacité : 4 personnes
Débit à la montée : 2400 personnes/heure
Débit à la descente : 1200 personnes/heure (2400 personnes/heure à terme)
Vitesse d'exploitation : 2,3 m/s
Tapis de positionnement : Non

Caractéristiques géométriques

Altitude gare aval : 2341 m
Altitude gare amont : 2737 m
Dénivelé : 396 m
Longueur développée : 1146 m
Longueur horizontale : 1075 m
Pente moyenne : 36,84 %
Pente maximale : 78 %
Temps de trajet : 8 min 30 sec

Caractéristiques techniques

Type de gare aval : 7+
Emplacement gare de tension : Aval
Type de tension : Hydraulique
Nombre de vérin : 1
Tension nominale : 355 000 daN
Pression nominale : 117,71 bars
Emplacement gare motrice : Aval
Type de motorisation : Électrique
Puissance développée : 362 kW
Diamètre de poulie retour-tension : 4700 mm

Type de gare amont : Retour-fixe
Diamètre de poulie motrice : 4700 mm

Sens de montée : Gauche
Type d'embarquement : Axe de la ligne
Nombre de pylônes : 12 (8 supports - 1 compressions – 3 supports/compressions)
Largeur de la voie : 4,7 m
Type de véhicules : Sièges à arceaux centraux
Dispositifs d'accouplement : Pinces fixes MONO-4
Nombre de véhicules : 126

Caractéristiques du câble

Fabriquant du câble : Trefileurope
Date de pose : 2004
Diamètre du câble : 42 mm
Type de câblage : Lang
Composition : 6×31 fils
Résistance à la rupture : 141 500 daN

La gare aval

La gare aval est située au plein milieu de la zone de pistes entre l’ouillon de la Tomba et le télésiège du Solert. Son accès est ainsi aisé et peut se faire très facilement à la sortie du télésiège du Solert en empruntant la piste bleue de la Familiale.
Avec sa coque de couleur blanche fabriquée par l’entreprise Sigma, la gare aval fait partie de la gamme 7+ (pour les sept avantages avancés par le constructeur de cette gare) et se fond parfaitement bien dans l’environnement hivernal où elle se trouve. Sur le gare, une sérigraphie par adhésifs indique le type et nom de l’appareil, et mentionne également la station.
D’un côté technique, la gare aval s’occupe de la mise en mouvement du câble via un moteur entrant dans un réducteur et de sa tension via un vérin hydraulique.
L’accès à la zone d’embarquement sa fait en étant passé sous la ligne avec la piste puis en passant derrière la cabane de conduite de l’appareil avant de réaliser un demi-tour vers les portillons de cadencements des skieurs. L’embarquement est assez rapide puisque les sièges sont assez rapprochés entre eux.

Image
Le départ du télésiège vu depuis la piste de la Met.

Image
La gare aval dans son ensemble.

Image
La gare aval vue depuis le départ du Boardercross.

Image
La gare aval vue sous la ligne.

Image
La gare aval depuis la file d’accès.

Image
Zoom sur la gare aval.

Image
La gare aval.

Image
La gare aval vue depuis la file d'accès.

Image
Les panneaux d’utilisation.

Image
Les portillons difficiles à franchir quand ils sont fermés.

Image
La partie haute de la gare aval peut se déplacer de 3 mètres avec le vérin de tension hydraulique.

Image
La poulie motrice.

Image
Sur la plateforme d’embarquement.

La ligne

La ligne de l’appareil se situe dans une zone d’altitude complètement hors de la forêt. Aucune particularité notable n’est à soulignée au point de vue des pylônes, qui sont standards pour le constructeur.
Du fait de sa situation en combe et de son altitude, la ligne est très soumise au vent et au givre. Cette contrainte est franchie grâce à des éléments simples et robustes fournis par GMM, mais l’appareil peut s’en trouver fermé lors de conditions climatiques trop défavorables.
Du point de vue de son inclinaison, la ligne commence en pente douce puis, lentement, se raidie pour atteindre une pente de 78 % avant l’arrivée. Pour élever la ligne après l’embarquement, des balanciers compression attachés à la gare aval permettent de s’abstenir d’un pylône (et donc de créer un massif supplémentaire), ceux-ci étant suivis du pylône n°1 compression également.
A noter, que le Catex de la Met est bien visible tout au long de la montée.

GMM a équipé la ligne de 12 pylônes dont 8 supports, 1 compression et 3 supports/compressions comme ceci :
P1 : Compression
P2 : Support/Compression
P3 : Support
P4 : Support
P5 : Support
P6 : Support
P7 : Support/Compression
P8 : Support/Compression
P9 : Support
P10 : Support
P11 : Support
P12 : Support

Image
Le début de la ligne.

Image
Les premiers galets de compressions attachés à la gare (P0).

Image
P1 : Compression.

Image
P2 : Support / Compression.

Image
Vue de la gare aval depuis le début de la ligne.

Image
P3 : Support.

Image
P4 : Support.

Image
Longue portée.

Image
P5 : Support.

Image
Encore plus longue portée.

Image
P6 : Support.

Image
Longue portée avant la deuxième partie de la ligne plus pentue.

Image
P7 : Support / Compression.

Image
P8 : Support / Compression.

Image
On monte fortement.

Image
P9 : Support.

Image
Dernière longue portée.

Image
P10 : Support.

Image
P11 : Support.

Image
P12 : Support (et dernier pylône).

Image
Arrivée en gare amont.

Image
Un siège sur le P12.

La gare amont

La gare amont est située au bord de la zone dite de la Met. Après le débarquement, les skieurs peuvent se diriger soit à gauche (piste noire) soir à droite (panorama et pistes bleue et rouge). Un vaste panorama splendide nous permet d’admirer le lac du Mont-Cenis et, au loin, la frontière italienne, ainsi que la dent Parrachée et tous les sommets aux alentours. Une passerelle construit à l’automne 2015 permet de s’avancer dans le vide de quelques mètres pour donner quelques frissons.
D’un point de vue technique, la gare aval est de type retour-fixe, c’est-à-dire qu’elle ne s’occupe que d’assurer le retour du câble. Jusqu’à la saison 2014/2015, un alternateur monté sur la gare aval et tournant avec la poulie était chargé de créer de l’électricité pour la cabane de conduite. Sûrement à cause du bruit qu’il engendrait, celui-ci a été démonté au profit d’une autre solution.
A noter que la cabane de conduite amont a été récupérée de l’ancien télésiège fixe 2 places de 1975.

Image
Le point le plus haut du domaine, la Met, vu depuis l'arrivée du télésiège du Solert.

Image
La gare amont dans son ensemble.

Image
Zoom sur la gare amont.

Image
La gare amont vue de la sortie vers la piste noire M.J. de la Met.

Image
Un alternateur sur la poulie retour désormais supprimé.

Image
La cabane de la gare amont datant de l'ancien TSF2.

Image
La zone d'arrivée vue depuis le panorama sur le lac du Mont Cenis.

Image
Le lac du Mont Cenis depuis l'arrivée de la Met.

Image
La dent Parrachée vue depuis l'arrivée de la Met.

Les véhicules et pinces

Les sièges sont standards pour GMM : ce sont les modèles fabriqués exactement, à peu de choses près, depuis les années 1988. Ceux-ci ne possèdent pas d’assises rembourrées (coussins), ce qui les rend peu confortables mais plus résistants face aux conditions météorologiques rudes à cette altitude.
A noter que le siège n°2 a été remplacé il y a quelques années (vers 2010) ; de ce fait, celui-ci possède des coussins (au catalogue de GMM depuis 2009/2010).
Les pinces sont des pinces fixes standards de type MONO-4.

Image
Un siège sur le brin descendant.

Image
Une pince fixe de dessous.

Image
Une pince vue de profil.

Image
Le véhicule de service.

Image
Le siège n°2 avec assises rembourrées.

5 → Met, l’appareil parfait pour son rôle...

En conclusion, le télésiège le plus haut du domaine skiable dans sa version de 2004 est une réussite quasi-totale. La fluidité est venue remplacer les longues files d’attente de l’ancien appareil biplace tout en conservant un niveau de confort convenable. Le seul petit bémol restera dans le fait que le temps de montée a été allongé par-rapport à l’ancien biplace, ce qui se fait sentir notamment en cas de conditions difficiles (vent, neige, froid, …).
Avec sa gare aval blanche, ses pylônes de taille raisonnable et sa gare amont rendue discrète, le télésiège de la Met version GMM ne cesse d’acheminer les skieurs en haut du domaine skiable de manière simple et robuste.
Aujourd’hui, le télésiège de la Met a de beaux jours devant lui et n’est pas prêt de changer de mission première : nous emmener vers les sommets !

Image
Vue de la ligne depuis la gare amont du télésiège du Solert.

Je tiens à remercier le personnel d’exploitation du télésiège pour son accueil et sa gentillesse.

Bannière : Jacky Carlingue
Photos : valcelouis
Texte et mise en page : valcelouis
Date des photos : 2007 et 23 février 2014

© valcelouis 2016 – Tous droits réservés



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.09998 secondes. 34 requete(s).
119 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés