En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 26Bannière 4Bannière 19Bannière 33

 TSF4 du Fort

La Rosière (Espace San Bernardo)

Leitner

T1 HS
Mise en service en : 1997
Fin de service en : 2012

Suivre la discussion sur le forum


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : remontees
Section écrite le 06/04/2015 et mise à jour le 25/04/2015
(Mise en cache le 25/04/2015)

Image


Au sommaire du reportage :

  1. La Rosière
  2. L'aménagement du col de la Traversette : de la Rosière à l'espace San Bernardo
  3. Fort : l'axe central de la Rosière, entre ski propre et liaison majeure
  4. Ligne et infrastructures du télésiège du Fort
  5. Fort, un axe majeur de l'Espace San Bernardo remis à niveau



La Rosière


La Rosière est une station de sports d'hiver nichée à 1850 mètres en Haute-Tarentaise sur la commune de Montvalezan. Elle est l'une des deux stations avec la Thuile, versant italien, de l'Espace San Bernardo. On y skie sur 160 kilomètres de pistes entre les Ecudets à près de 1100 mètres et le Belvédère versant italien à près de 2600 mètres.
C'est également le point de passage obligé, été comme hiver, entre l'Italie et la France. En effet, voitures en été, et skieurs en hiver peuvent basculer entre les deux versants par le Col du Petit-Saint-Bernard à 2188 mètres d'altitude.
Le domaine appartient à la société privée Domaine Skiable de la Rosière (DSR) depuis 2002, possédée à hauteur de 20% par la Compagnie des Alpes. Ainsi ont pu être construits les axes structurants du domaine que sont aujourd'hui les télésièges débrayables de Roches Noires Express et Eucherts Express.

Image
^^ Découvrez une introduction plus détaillée de la station en cliquant sur le logo ^^


L'aménagement du col de la Traversette : de la Rosière à l'espace San Bernardo

Même si les premiers projets d'aménagements du massif du Roc Noir remontent à l'après-guerre, le premier téléski de la Rosière est construit en 1960 : il est baptisé Poletta et relie le front de neige de la Rosière 1850 aux pentes sous le sommet du Roc Noir. L'année suivante, le front de neige de la Rosière 1850 fut étoffé par la construction des téléskis Lièvre Blanc et Clarines. Côté Eucherts, il est décidé d'installer le petit téléski débutant du Dahu.
Il a fallu attendre 1965 pour que le sommet du Roc Noir soit desservi par le téléski éponyme, construit par Montaz-Mautino. Ce nouvel appareil a permis d'accéder au sommet de la station et de desservir une très grande variété de pistes, dont la plupart existent encore aujourd'hui. C'est également le premier pas vers une extension sous les pentes du col de la Traversette et du Mont Valaisan dans la combe des Moulins.
En 1967, le téléski du Plan du Repos est venu parachever la desserte des pistes du Roc Noir de remonter en plein cœur du domaine skiable depuis la fin des pistes Marmottes, Chamois et de l'itinéraire de retour aujourd'hui connu sous le nom de la piste bleue des Lauzes. En 1970, le domaine est étendu en aval de l'axe du Plan du Repos jusqu'au lieu-dit du Vaz, où est construit le téléski du Petit Bois (aujourd'hui remplacé par un télésiège fixe 3 places).
Une fois l'aménagement des pentes à proximité directe de la station de la Rosière réalisé, le domaine a été logiquement étendu plus loin, en direction du massif frontalier du Mont Valaisan.
En 1971, le domaine est donc logiquement étendu avec la construction du téléski de la Traversette. Avec ses 1450 mètres de long, il permettait de desservir de très belles pistes rouges et bleues tracées sur des pentes toujours très bien enneigées (microclimat frontalier oblige).

Image
Situation du téléski de la Traversette sur le plan des pistes de la Rosière en 1971 ([i]100 ans là-haut, Gisèle et Roger Gaide, remerciements pour le partage sur Internet).[/i]

Image
Au centre de la carte postale, la fin de la ligne du téléski de la Traversette (DR).

Le téléski de la Traversette est devenu crucial en 1985 avec l'inauguration de la liaison entre la Rosière/la Thuile grâce au téléski de Bellecombe 1 et au télésiège du Chardonnet, tous deux construits en 1984. Néanmoins, afin de délester Traversette, l'exploitant avait déjà décidé de doubler la liaison par le long télésiège des Landelières.
De plus, le télésiège des Landelières avait un temps de montée beaucoup trop conséquent pour pouvoir réaliser seul l'essentiel de la liaison. C'est pourquoi le téléski de la Traversette a été démonté en 1997 et remplacé par le télésiège fixe 4 places du Fort. Pour l'anecdote, le télésiège fixe des Landelières a été démonté en 2013, un an après la transformation du télésiège fixe du Fort en débrayable.


Fort : l'axe central de la Rosière, entre ski propre et liaison majeure

Le télésiège du Fort était l'axe principal de liaison entre le versant principal de la Rosière et celui du Petit Saint Bernard, d'où l'on peut accéder ensuite au domaine italien de la Thuile par les téléskis de Bellecombe. On y accède en effet facilement depuis les Eucherts ou la Rosière 1850 en montant au sommet du Roc Noir puis via la piste bleue Belette. On notera quand même qu'il était secondé par le télésiège des Landelières, plus long, mais accessible directement depuis le sommet du télésiège fixe des Eucherts ou du téléski du Plan du Repos.

Outre ce rôle majeur de liaison, le télésiège du Fort desservait également une large zone de ski propre toujours très bien enneigée car soumise aux flux de retours d'est du col du Petit Saint Bernard. On y trouve ainsi un éventail de quatre pistes rouges qu'il est possible d'emprunter par rotations sur le télésiège, ainsi qu'un boarder-cross pentu et au niveau très relevé. Celui-ci est d'ailleurs régulièrement fermé dès l'après-midi lorsque la neige se transforme, car il peut vite devenir très dangereux.

Enfin, le télésiège du Fort permettait ensuite de retourner directement au front de neige de la Rosière 1850 par la piste des Choucas, ou aux Eucherts par la piste de la Gelinotte, le tout en évitant la longue et plate piste des Lauzes.

Résumons toute l'offre ski offerte qui était offerte par le télésiège du Fort :

Versant col du Petit Saint Bernard :

  • La piste rouge du Bouquetin, piste de liaison permettant ensuite de rejoindre les téléskis de Bellecombe et Bellecombe 1.

Versant principal de la Rosière :

  • La piste bleue des Choucas, longue piste permettant de rentrer à la Rosière 1850. Elle se subdivise d'abord avec la piste bleue de la Belette qui redescend en bas du télésiège du Fort, puis avec la RN91 permettant d'accéder au télésiège des Landelières. S'en suit la piste rouge des Marmottes pour l'accès au Petit Bois, puis la piste bleue de la Gelinotte et des Papillons pour le retour vers les Eucherts.
  • La piste rouge du Mouflon, belle piste très pentue de ski propre desservie se terminant au départ du télésiège des Landelières.
  • La piste rouge du Blanchot, démarrant normalement tout en haut du télésiège des Landelières, et qui termine sa course en bas du télésiège du Fort.
  • La piste rouge de la Traversette, qui rarement damée, peut vite devenir très difficile au niveau du mur de départ.
  • La piste rouge du Blaireau, plus abordable que celle de la Traversette, évolue dans un environnement grandiose sous le Mont Valaisan.
  • Le boarder-cross du Fort, bel espace de ski ludique avec un tracé très à la pente soutenue et aux virages relevés.



Image
Situation du télésiège du Fort sur le plan des pistes de la Rosière.

Le télésiège du Fort était l'un des rares télésièges fixes Leitner à gare "type Alpha" (en comparaison à la gamme analogue développée par Pomagalski) de France. Celle-ci se caractérise par la présence d'un groupe moteur placé au-dessus de la poulie motrice, et mû par un unique vérin hydraulique à l'arrière de la gare.
En raison de la longueur importante de ce télésiège multi-rôles, le télésiège du Fort a pu tourner pendant plusieurs années à 2,5 m/s avec un tapis d'embarquement. Néanmoins, celui-ci a été démonté quelques années avant la fin de l'exploitation.

Voici donc les caractéristiques de ce télésiège :


Caractéristiques administratives

TSF-Télésiège à pinces fixes : LE FORT
Exploitant : DSR (Domaine Skiable de la Rosière)
Constructeur : LEITNER
Année de construction : 1997
Année de démontage : 2012

Caractéristiques d’exploitation

Saison d'exploitation : Hiver
Capacité : 4 personnes
Débit : 1850 personnes/heure (2200 ou 2400 personnes/heure *)
Vitesse d'exploitation maximale : 2,3 m/s (2,5 m/s *)
Sens de la montée : Par la droite
Tapis d'embarquement : Non (Oui *)

Caractéristiques géométriques

Altitude aval : 2011 m
Altitude amont : 2393 m
Dénivelée : 382 m
Longueur développée : 1405 m
Longueur horizontale : 1343 m
Pente maximale : 73 %
Pente moyenne : 28,44 %
Temps de trajet : 10 minutes 11 secondes (9 minutes 22 secondes *)

Caractéristiques techniques

Emplacement tension : Aval
Type de tension : Hydraulique (un vérin)
Emplacement motrice : Aval
Puissance développée : 538 kW
Nombre de pylônes : 16
Nombre de véhicules : 154
Espacement : environ 8 s (environ 6 secondes *)
Dispositif d'accouplement : Pince fixe L3

* Valeurs à terme lorsque le télésiège était équipé d'un tapis d'embarquement.



Ligne et infrastructures du télésiège du Fort


La gare aval

La gare aval du télésiège fixe du Fort était située dans la combe des Moulins à 2011 mètres d'altitude, au point de rencontre de nombreuses pistes du secteur Traversette. Derrière la gare aval, une piste bleue très peu pentue permettait tout de même de pouvoir revenir aux Eucherts, au télésiège des Landelières, au téléski du Plan du Repos ou au secteur du Petit Bois sans avoir à emprunter le télésiège fixe du Fort.
Pour éviter les oscillations des sièges, deux rails de stabilisation étaient présents au-dessus de la zone d'embarquement.

Image
Gare aval avec le tapis d'embarquement en 2003 (DR, image tirée du site http://www.skipass.com).

Image
Vue de trois-quarts depuis la piste rouge du Blanchot.

Image
Vue de profil de la gare aval et du pylône 1.

Image
Zoom sur la gare aval.

Image
Vue de trois-quarts depuis la piste bleue de la Belette.

Image
Vue arrière.

Image
Vue de trois-quarts.



La ligne

La ligne du télésiège fixe du Fort était assez longue avec plus de 1400 mètres développés. Elle présentait une montée très régulière, notamment jusqu'au pylône 12, départ du boarder-cross. S'en suivait un court replat avant la montée finale au col de la Traversette entre les pylônes 13 et 16. Pendant la montée, la vue s'étendait de la Haute-Tarentaise au domaine des Arcs/Villaroger jusqu'au massif frontalier du Mont Valaisan sur notre droite.

Leitner avait donc équipé la ligne de seize pylônes dont deux compressions et quatorze supports comme ceci :

  • P1 : 12C/12C
  • P2 : 6S/6S
  • P3 : 8S/6S
  • P4 : 6S/6S
  • P5 : 6S/6S
  • P6 : 6S/6S
  • P7 : 8S/6S
  • P8 : 6S/6S
  • P9 : 6S/6S
  • P10 : 6S/6S
  • P11 : 6S/6S
  • P12 : 10S/10S
  • P13 : 10C/10C
  • P14 : 6S/6S
  • P15 : 10S/10S
  • P16 : 10S/10S


Image
Vue d'ensemble de la ligne depuis le téléski du Plan du Repos.

Image
Demi-tour sur le pylône 1.

Image
P2.

Image
P3.

Image
P4.

Image
P5.

Image
Portée vers le pylône 6.

Image
P7.

Image
P8.

Image
P9.

Image
P10.

Image
P11.

Image
Portée vers le pylône 12.

Image
P12.

Image
P13.

Image
Portée vers le pylône 14.

Image
P14.

Image
Les deux derniers pylônes avant la gare amont.



La gare amont

La gare amont était située à 2393 mètres d'altitude au col de la Traversette, face à l'arrivée du télésiège du Chardonnet, et à une dizaine de mètres du fort de la Traversette. C'était, et est toujours, un point de passage obligé pour accéder au versant frontalier du domaine skiable de la Rosière, zone tampon entre les domaines français et italien (la Thuile).
La vue depuis le col est donc quasiment à 360° avec d'un côté le massif du Mont Blanc vu côté italien, et de l'autre la vallée de la Tarentaise et de la Haute-Tarentaise.
On retrouvait une gare retour-fixe classique des télésièges fixes Leitner, montée sur deux pieds, et avec une poulie retour déportée à l'arrière. Pour éviter le balancement des sièges, cette poulie présentait une large joue.

Image
Vue de la gare amont depuis la ligne.

Image
Vue opposée.

Image
Vue de trois-quarts depuis la piste rouge du Blaireau.



Véhicules et pinces

Le télésiège fixe du Fort était équipé de sièges 4 places Leitner standards à dossier mousse complets, complétés par une série de sièges à trous ajoutée dans les dernières années. On retrouve d'ailleurs des sièges similaires sur le télésiège du Belvédère à la Thuile. Il est à supposer que ce sont ces sièges sans trous qui ont été en particulier remontés sur les télésièges du Chalet Express et du Chaz Dura Express pendant l'été 2013.
Ces sièges étaient reliés au câble par des pinces fixes L3, système classiquement utilisé sur ces appareils par Leitner.

Image
Un siège 4 places Leitner en ligne.

Image
Pince fixe Leitner L3.



Vues depuis les pistes…

Image
Vue d'ensemble de la ligne depuis l'amont de la piste rouge du Blaireau.

Image
Vue en contre-plongée de la montée finale.

Image
Ligne au niveau du pylône 13 vue depuis l'entrée du boarder-cross du Fort.

Image
Ligne vue depuis la fin de la piste rouge du Blaireau.


Fort, un axe majeur de l'Espace San Bernardo remis à niveau

Le télésiège du Fort était donc un axe majeur de la station de la Rosière. Desservant le secteur majeur de ski propre du domaine skiable, il était au moins aussi fréquenté que les télésièges débrayable des deux fronts de neige principaux de la station. Le matin comme le soir, pour l'accès ou le retour de la Thuile, il était également très fréquenté au point de pouvoir y faire la queue. Il était devenu essentiel de remettre à niveau cet appareil, véritable clé de voûte d'un produit ski de grande qualité.
Ne correspondant plus du tout aux normes de temps de montée et débit pour une liaison aussi importante, le télésiège fixe du Fort a été reconstruit en télésiège débrayable 6 places. Mais dans un objectif d'« éco-responsabilité », les fûts de douze pylônes ont été réutilisés, et l'ensemble du télésiège a été conservé pour être réutilisé horizon 2016/2017 sur le tracé du télésiège du Mont Valaisan.

Félicitations à nrfb et aux membres du forum Haute-Tarentaise.net pour leur travail de recherche sur l'histoire du domaine skiable de la Rosière : Historique du domaine skiable de la Rosière.

Bannière : Bovinant
Photos : remontees (hors mention contraire)
Texte et mise en page : remontees
Date des photos : 22 avril 2009 et 17 avril 2012.



Suivre la discussion sur le forum


Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.08197 secondes. 34 requete(s).
69 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés