En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 36Bannière 29Bannière 7Bannière 35

 TSF4 du Lac

Luchon - Superbagnères

Skirail

T3 ES
Description rapide :
Un remontée maitresse dans le domaine skiable

Mise en service en : 1985
Fin de service en : 2015



Localisation(s)
Photo

Partie 1
Auteur de ce reportage : raoul31
Section écrite le 18/08/2006 et mise à jour le 12/06/2013
(Mise en cache le 22/08/2013)

Image

LA STATION :

Superbagnères est une station de ski (hiver) et VTT (été) de taille moyenne située dans le massif des Pyrénées dans le département de la Haute-Garonne (31), surplombant d'un dénivelé d'environ 1200m la ville de Bagnères-De-Luchon, la "Reine des Pyrénées".

La station se décompose en trois secteurs :
-Secteur Téchous orienté débutants s'étalant environ de 1500 à 1850 mètres d'altitude;
-Secteur du Lac orienté niveau moyen-bon s'étalant environ de 1450 à 1800 mètres d'altitude;
-Secteur du Céciré orienté bon niveau s'étalant environ de 1450 à 2260 mètres d'altitude.

La station compte aujourd'hui 14 remontées mécaniques en service, dont :
-7 téléskis à perches découplables;
-1 téléski à perches fixes;
-1 téléski à enrouleurs;
-4 télésièges fixes;
-1 télécabine débrayable.
Le domaine comprend 26 pistes totalisant 32km, dont :
-4 vertes;
-9 bleues;
-7 rouges;
-6 noires.

Concernant l'histoire : L'idée de développer une station de ski comme attraction supplémentaire à Luchon se manifeste après l'arrivée du chemin de fer dans la commune dans l'esprit d'un grand luchonnais, Ludovic Dardenne, vers la fin du XIXeme siècle.
Un premier pas dans la montagne est franchi par la construction d'un petit Hôtel-Restaurant de luxe surplombant Luchon d'un dénivelé d'environ 150m et relié à la commune par un petit funiculaire hydraulique. Mais le but suprême de Ludovic Dardenne est évidemment le plateau de Superbagnères, alors vierge, surplombant la commune de 1200m. Des études et projets sont alors lancées, tramways mixtes, prolongement du funiculaire de la Chaumière, pour relier mécaniquement le plateau. C'est finalement un projet de chemin de fer électrique à Crémailllère suivant un tracé en Z dans la montagne qui est retenu.
Les travaux, commencés en 1911, se terminent en 1912. Le plateau de Superbagnères comporte alors la "gare" amont de la Crémaillère, qui n'est alors qu'une petite cabane. Mais très vite, la construction d'une vrai gare, d'un petit chalet et surtout du superbe Grand Hôtel débute.
Interrompus par la guerre de 14-18, les travaux ne seront achevés qu'en 1922. Les pionniers du ski peuvent alors chausser leurs skis de bois sur le plateau de Superbagnères, logeant au Grand Hôtel pour les plus fortunés, ou empruntant la Crémaillère depuis Luchon, qui effectue le trajet en 45min. à raison d'une vitesse de 8km/h.
Après la seconde guerre mondiale, le domaine se développe et s'étend en se dotant progressivement de ses premiers téléskis, de deux télébennes dont un reliant le Céciré, puis de nouveaux appareils font leur apparition, dont quelques téléskis supplémentaires et deux télésièges Poma.
En 1966, la Crémaillère disparaît dans la montagne de Superbagnères, laissant la place à la route qui porte le coup de grâce à la rentabilité du chemin de fer.
L'année 1986 marque un tournant dans l'histoire de la station par le fait que le domaine skiable subit de profonds changements : certains télésièges ou télébennes sont remplacés ou supprimés, d'autres sont construits, des téléskis sont remplacés ou modifiés, et l'on trace de nouvelles pistes. C'est à peu de choses près ce nouveau domaine que l'on retrouve aujourd'hui.
En 1993 un progrès important est apporté par la remise en place d'un moyen mécanique de transport entre Luchon et Superbagnères, constitué par une télécabine débrayable 4 places Poma.
Pour le futur, plusieurs projets sont en cours, notemment installation d'un télésiège débrayable pour le Céciré, remplacement de certains télésièges qui commencent à se faire vieux... Mais des négociations sont toujours en cours.


LA REMONTÉE : TSF4 DU LAC

Le secteur du Lac est le secteur le plus prisé de la station. Il ne comporte que deux pistes vertes, tout le reste est bleu, rouge ou noir. En général, on préfère skier sur ce secteur car la neige est meilleure qu'au Téchous, les pistes sont plus techniques (le Téchous est assez plat) et il y a plus de choix dans les remontées qu'au Céciré.

Le TSF4 du Lac est la colonne vertébrale de la station, l'élément vital. En plus d'être le plus long télésiège de la station et de comporter une station intermédiaire, il peut se prendre dans les deux sens.
Dans le sens station intermédiaire-gare amont, il permet de retourner au plateau de Superbagnères, et dans le sens station intermédiaire-gare aval, il permet d'aller prendre le télésiège de Hount-Estrete pour monter au Céciré. Mais on peut tout aussi bien le prendre dans le sens gare aval-gare amont, sans descendre à l'intermédiaire (d'ailleurs c'est interdit), si on revient du Céciré par une autre piste que celle des Marmottes, et que l'on veut rentrer sans se taper un autre Céciré.
La gare amont est motrice fixe de type Skirail monopode et la gare aval retour-tension de type Skirail tripode.
Entre la station intermédiaire, située au niveau du Lac d'Arbesquens, et la gare aval, il y a une dépression dans la montagne que le télésiège suit, et il traverse le point le plus profond à l'horizontale (la première fois ça fait peur) à l'aide d'un double pylône 20C puis d'un 12C.
D'autre part, la ligne comporte de nombreux pylônes support/compression d'un type assez inhabituel aujourd'hui (mais peut-être qu'en 85 ça faisait fureur, je sais pas).
L'anecdote principale de ce télésiège du Lac : vu qu'il est à double sens et qu'il permet de remonter au plateau si on vient des secteurs Lac ou Céciré, chaque fois qu'il y a une civière et pas de motoneige de dispo, le blessé est ramené au plateau par le télésiège. De plus, il est fortement emprunté par tous les cours ESF. Ce qui fait que en moyenne 3 ou 4 fois par demi-journée, soit pour le chargement/déchargement précautionneux d'une civière, soit parce qu'un gosse s'est raté l'arrivée ou le départ, on subi des arrêts plus ou moins longs (assez longs dans le cadre de la civière). Ces arrêts fréquents ont bâti une solide réputation à ce télésiège auprès des habitués de la station ;)/>
Vous remarquez sur la majorité des photos d'été qu'il manque les sièges : en effet lors de ma première excursion là-bas à l'été 2006, l'appareil était en révision, il n'y avait donc pas de sièges sur le câble, et encore pire, la station intermédiaire s'était vue privée de ses balanciers !
Cet appareil a remplacé en 1985 un télésiège Delta Poma sur le même tracé, exception faite que le Poma s'arrêtait au Lac. Cet appareil Poma fut déplacé et devint le télésiège d'Arbesquens (voir le reportage correspondant ici).

Sa situation sur le plan des pistes :
Image

Une photo de l'ensemble du domaine pour une vue globale :
Image

La même balisée (on ne voit ni le téléski école,ni la gare aval du télésiège d'Arbesquens, ni la gare intermédiaire du télésiège du Lac, ni le Téléski d'Arbesquens avec les trois noires qu'il dessert) :
Image

Les caractéristiques d'après le FIRM :
TSF-Télésiège à attache fixe : LAC
Constructeur : ;)/>
Année de construction : 1985
Saison d'exploitation : Hiver
Capacité : 4 personne(s)
Dénivelée : 241 m
Longueur développée : 1801 m
Pente moyenne : 14%
Pente Maxi : 54%
Débit : 1800 personnes/heure
Vitesse d'exploitation : 2,3 m/s

Quelques caractéristiques glanées en plus :
Gare aval : retour-tension type Skirail tripode
Gare intermédiaire : un balancier 8C sur chaque brin
Gare amont : motrice fixe type Skirail monopode
Embarquement : à droite, sans dispositif d'aide
Débit : ligne totalement symétrique, cependant : 100% dans le sens inter-amont, 100% dans le sens inter-aval, 25% dans le sens aval-inter, et 0% dans le sens amont-inter
Puissance, type et fabricant du moteur électrique principal : 308 kW, à courant continu, Brown Boveri
Fabricant des automates électroniques : Pilz
Type de tension : contrepoids intégré dans le pied arrière de la gare et relié par chaînes
Masse du contrepoids de tension : 18 tonnes
Freinage de service : 1 frein hydraulique à contrepoids sur l'arbre rapide du réducteur, système Skirail
Freinage d'urgence : 2 freins hydrauliques de poulie
Nombre de pylônes : 27, dont 4 compressions et 6 support-compressions, à noter que les balanciers intégrés aux gares sont comptés comme pylônes
Nombre de sièges : 174 sièges 4 places Skirail


PHOTOS ESTIVALES

Ces photos ont été prises en Août 2006 et Août 2007.

GARE AVAL

La gare :
Image

Image

Image

Le système de tension par contrepoids :
Image

Les galets de déplacement du lorry :
Image

Petit jeu : cherchez l'intrus ! :
Image

Vous trouvez pas ? Allez je vous aide :
Image

LIGNE AVAL-INTER

L'arrivée en gare aval :
Image

La ligne complète vue de la gare aval :
Image

La dépression entre la gare aval et la station intermédiaire :
Image

Image

P10 :
Image

Image

P12 :
Image

Image

L'arrivée à l'inter :
Image

Image

GARE INTERMÉDIAIRE

La station intermédiaire (en temps normal elle est équipée d'un balancier 8C sur chaque brin, alors faut l'imaginer avec) :
Image

L'inter avec ses balanciers :
Image

Vue vers le Céciré :
Image

Vue vers le plateau (on peut voir accroché aux portillons le capteur optique d'ouverture de ceux-ci) :
Image

LIGNE INTER-AMONT

Un des pylônes support/compression particuliers, en l'occurence le P14 :
Image

La station intermédiaire avec le P14 :
Image

Après l'inter :
Image

Image

En se positionnant environ à la moitié de la montée :
Image

Image

Image

P22 :
Image

La ligne depuis l'amont, en vue large, qui permet d'admirer le télésiège de Hount-Estrete qui mène au Céciré à l'arrière-plan :
Image

L'arrivée en amont :
Image

GARE AMONT

La gare :
Image

Image

Un balancier 4S de la gare amont :
Image

La poulie :
Image

Le capteur de sécurité du contour, relevé :
Image

Dynamo vitesse câble :
Image

DÉTAILS-ANNEXES

Un siège en ligne :
Image

La pince :
Image

Les transfos de l'inter :
Image

Un Bully le 11 Août ? C'est pas la saison pourtant :P/> :(/> :
Image

Les sièges, stockés derrière le Grand Hôtel :
Image

J'ai retrouvé les balanciers de la station intermédiaire et ceux de certains pylônes support/compression qui en ont été momentanément privés près des hangars d'entretien :
Image

Image

L'usine à neige de Superbagnères, qui se trouve derrière le Lac, près de l'inter :
Image

Image

Pour le reportage sur le forum : la suite est ICI.

Partie 2
Auteur de ce reportage : raoul31
Section écrite le 21/08/2008 et mise à jour le 25/08/2008
(Mise en cache le 22/08/2013)

PHOTOS HIVERNALES

Ces photos ont été prises à Pâques 2007 en compagnie de Pierre31, et en Février, Mars et Avril 2008.

GARE AVAL

La gare :
Image

Image

La poulie retour avec, en haut au premier plan, les chaînes qui relient le lorry au contrepoids :
Image

Puit d'accès au contrepoids de tension, avec au fond un capteur permettant de détecter un enfoncement trop important du contrepoids :
Image

COMMANDES EN GARE AVAL

L'armoire principale :
Image

La télécommande :
Image

LIGNE AVAL-INTER

La dépression entre la gare aval et la gare intermédiaire (la photo est prise approximativement de l'inter) :
Image

Les P11 et 12 :
Image

P12 :
Image

LIGNE INTER-AVAL EMBARQUÉE

Je vous présente la version "embarquée" de la ligne aval-inter dans le sens inter-aval, car c'est dans ce sens qu'on l'emprunte la plupart du temps.

Tout de suite après avoir embarqué, on commence à descendre dans la dépression :
Image

Sous le P10 :
Image

Les P9 et P8, totalisant 20C, qui permettent de redresser la ligne et la faire repartir en légère pente positive :
Image

Survol au-dessus du point le plus bas de la dépression, là où passe le ruisseau Rioumaynades qui au fil des siècles a creusé la roche... :
Image

Le P7, 12C qui permet de faire repartir la ligne en montée :
Image

Image

P6 :
Image

P5 :
Image

Après le P5 :
Image

L'arrivée en gare aval avec les P3 et P2 :
Image

Image

GARE INTERMÉDIAIRE

La gare :
Image

Image

Portillons d'embarquement pour remonter en gare amont :
Image

Les balanciers 8C :
Image

COMMANDES EN GARE INTERMÉDIAIRE

Panneau principal :
Image

Le boitier pour les commandes d'arrêt : il a été séparé du panneau principal et placé en face pour une raison originale : placés comme ils étaient sur le panneau principal, il arrivait que les gros poussoirs d'arrêt soient activés accidentellement par l'exploitant qui enlevait son pull dans la cabine, tellement c'est exigu !
Image

Les commandes de vitesse, arrêt et portillons placées à l'extérieur et identiques dans les deux sens d'embarquement :
Image

LIGNE INTER-AMONT

P14 :
Image

Vue globale :
Image

Vue globale avec, en haut au premier plan, le début de la ligne du TSF2 Arbesquens :
Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image

La fin de la ligne vue depuis la gare amont :
Image

Image

LIGNE INTER-AMONT EMBARQUÉE

P16 :
Image

Image

P17 :
Image

Image

Image

Image

P21 :
Image

L'arrivée sur le plateau avec les canons à neige en marche :
Image

Image

Et enfin l'arrivée en gare amont :
Image

Image

Image

GARE AMONT

La gare :
Image

Image

Les fondations de la gare, particulièrement visibles en cet hiver sans neige... :
Image

La machinerie vue de loin :
Image

Image

Un balancier 4S intégré :
Image

L'ancrage de la ligne de sécu :
Image

Image

MACHINERIE EN GARE AMONT

Les commandes déportées en gare pour la marche d'entretien :
Panneau principal :
Image

Panneau check :
Image

Panneau de contrôle du thermique :
Image

Le moteur thermique, un diesel Renault :
Image

Le boîtier coupleur du thermique et sa plaque :
Image

Image

La transmission au réducteur par courroies, dont les courroies sont ôtées en marche normale comme ici :
Image

Les deux freins de poulie :
Image

Le groupe hydraulique pour les freins de poulie :
Image

Détail sur le manomètre et la vanne d'urgence :
Image

Le moteur électrique :
Image

Détail sur la dynamo vitesse arbre moteur et les balais :
Image

La transmission par courroies entre le moteur électrique et le réducteur :
Image

Le réducteur :
Image

Image

Thermomètre de température d'huile sur le réducteur :
Image

Le frein de service, système Skirail : le frein est levé tant qu'il y a de la pression dans le vérin hydraulique. Si cette pression disparaît, soit par commande soit par défaut dans le circuit hydraulique, le vérin devient lâche et le contrepoids fait s'abaisser la barre, qui par un jeu d'engrenages resserre les deux patins sur le volant placé sur l'arbre rapide du réducteur. Bien évidemment, un capteur est présent pour informer l'automate de l'abaissement de ce frein et ainsi couper l'alimentation moteur :
Image

COMMANDES EN GARE AMONT

Il y a trois armoires dans la cabine en gare amont :
Le panneau de contrôle principal sur l'armoire de gauche :
Image

Sur l'armoire centrale on trouve le contacteur du réseau auxiliaire ainsi que les galvanomètres de contrôle des deux batteries :
Image

Et l'armoire de droite contient le gros contacteur d'alimentation générale :
Image

On trouve aussi bien sûr une télécommande :
Image

Regardons maintenant à l'intérieur :
L'armoire de gauche contient toute la partie automatisme de l'installation :
En haut se trouvent les automates Pilz :
Image

Et en descendant les relais :
Image

Détail sur la platine shunts :
Image

Connexions du panneau principal :
Image

Un petit détail :
Image

Dans l'armoire centrale se trouve en haut le gros variateur pour le moteur électrique :
Image

Et en bas une partie de l'alimentation auxiliaire et les batteries :
Image

Enfin dans l'armoire de droite on a droit à l'énorme contacteur principal, le plus petit relais principal, et les plaques de cuivre faisant office de conducteurs :
Image

Image

Et pour finir l'alimentation principale :
Image

DÉTAILS

Tête du P4 :
Image

P14 de près :
Image

Tête du P19 :
Image

Un balancier 4SC :
Image

Un balancier 6S, notez le guide qui permet de maintenir la suspente droite au passage du pylône en cas de fort vent, je n'ai rencontré ce dispositif que chez Skirail :
Image

Détail sur un capteur de déraillement en compression :
Image

Un siège en ligne :
Image

La pince et la suspente en ligne :
Image

Détail sur la pince Yan-Skirail, à serrage mécanique par vis et blocage par loquet, en ligne et hors ligne :
Image

Image

Côté câble :
Image

Côté vis de serrage, ici sans les cliquets de verrouillage :
Image

Et avec ces cliquets, serrée en ligne :
Image

La pince au passage en support :
Image

Au passage en compression :
Image

Image


VIDÉOS

Voici 3 vidéos sur cette installation :
La gare intermédiaire en fonctionnement :
http://www.dailymotion.com/video/x6jmzf_vi...-en-marche_tech

Embarquement en gare intermédiaire, direction plateau :
http://www.dailymotion.com/video/x6jn44_vi...nt-gare-in_tech

Passage des P9 et 8 en direction du Céciré :
http://www.dailymotion.com/video/x6jn94_vi...nce-p8p9-e_tech


ANNEXES

Comme annexes, tout d'abord voici la check-list recto-verso du télésiège du Lac (cliquez pour agrandir) :
Image

Image

Ensuite, je le met avec le reportage du TSF4 Lac car c'est en photographiant la machinerie que je l'ai obtenu, le schéma de la boucle d'alimentation HTA de Superbagnères :
Image

Je peux ensuite vous proposer deux photos, prisent quelques semaines après la fermeture de la station, du travail de fin de saison : le ramassage des protections de pylônes, effectué à Superbagnères à l'aide d'une PistenBully 240D dont la fraise a été enlevée :
Image

Image

Et tant que l'on est dans les dameuses, à Superbagnères, en pleine saison, pendant la journée les dameuses ne sont pas toutes garées dans les hangars : la majorité trônent en effet sur la plate-forme derrière le grand Hôtel, en face de la gare amont du télésiège du Lac : l'occasion de faire la dernière annexe avec un petit tour dans la cavalerie :
Image

Image

Image

Image


Voilà pour cette refonte.

À l'heure actuelle, il n'y a aucun projet de remplacement de ce télésiège.

Nous remercions, Pierre31 et moi-même, les exploitants dans les trois gares pour leur acceuil, les photos et la causette, et moi plus particulièrement, je remercie très vivement le chef électricité de la station, qui m'a fait visiter la motrice et les armoires et donné des photocopies des fiches d'exploitation, à moi et 2 autres condisciples, dans le cadre d'une interview réalisée pour l'IUT.





Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.13363 secondes. 39 requete(s).
128 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés