En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 6Bannière 29Bannière 32Bannière 5

 TSF4 du Pouta

Les Sept Laux

Montaz Mautino

T2 HS
Description rapide :
Un télésiège fixe avec une ligne très impressionante

Mise en service en : 1987
Fin de service en : 2014

Remplacé par l'appareil suivant :


Localisation(s)
Photo

Auteur de ce reportage : fufu
Section écrite le 10/11/2007 et mise à jour le 17/11/2007
(Mise en cache le 22/08/2013)

Image



Alors qu'aujourd'hui la standardisation, la recherche de rationalité et de simplicité dans les appareils domine, ce reportage tente de mettre en lumière le solutions, parfois étonnantes, qui sont parfois adoptées en matière de remontées mécaniques. Le télésiège de Pouta, sous ses airs tranquilles révèle en fait rapidement qu'il mérite qu'on s'y intéresse de plus près. Le défi : Installer sur un secteur très difficile à équiper un appareil pour ouvrir de nouvelles pistes. Il faut composer avec le terrain escarpé mais aussi les avalanches, nombreuses.

Une installation que l'on ne ferait probablement plus ainsi, aujourd'hui...

Histoire de l'appareil

Le TSF4 de Pouta fait partie d'un programme d'investissement sur tout le domaine, comprenant :
- Le TSF4 de l'Oursière
- Le TSF4 de la Linguelle, renommé plus tard "Dome des Oudis" et remplacé en 2004 par le telecombi du Grand Cerf
- Le TSF4 Pouta

C'est alors une période lourde d'investissements pour la station, l'aménagement du domaine s'accompagnant de la création de près de 2700 lits à Prapoutel et Pleynet qui viendront soulager les 1500 existants. Ce télésiège ouvre alors un nouveau secteur aux skieurs. En effet, le domaine manque de pistes techniques et d'altitude élevée permettant de répondre à la demande des clients grenoblois, très exigeants. Des pistes rouges et noires sont taillées dans le rocher. Le terrain rend les terrassements difficiles et la géométrie des pistes s'en ressens. Elles sont effectivement réservées aux skieurs confirmés, a tel point que la totalité des pistes desservies par Pouta passent de la cotation rouge à la cotation noire.

Depuis 2005, Pouta est d'autant plus réservé aux skieurs confirmés que les Vallons du Pra ouvrent leurs filets.


Stratégie de l'appareil sur le domaine

Voici l'emplacement de l'appareil sur le domaine des Sept-Laux :

Image


Il dessert le col du Pouta, point culminant d'un secteur particulièrement technique. La totalités de pistes qu'il dessert est classée noire. Pouta offre un produit "ski" permettant aux bons skieurs de s'exprimer. Il permet d'accéder aux Vallons du Pra (31). Piste sécurisée mais non entretenue, elle offre une descente magnifique dans un secteur sauvage et en toute sécurité. Pouta en est la seule porte d'entrée. Les pistes noires de la Jasse (15) et de Pouta (13) offrent également un ski technique. Très étroites, pentues, régulièrement couvertes de bosses, ce sont des pistes difficiles à négocier qui retournent au départ du télésiège. La piste de Pouta dessert néanmoins la piste rouge Chamois (14) permettant d'atteindre le TSF4 de l'Eterlou et basculer ainsi sur Pleynet et Pipay. C'est une option intéressante pour qui veut atteindre ces domaines en skiant un tant soit peu. Le skieur pressé privilégiera la montée par le TSD6 des Chamois.

Avant l'embarquement, de nombreux avertissements informent les clients de la difficulté des pistes desservies par ce télésiège. Cela dit, la clientèle des Sept Laux a, la plupart du temps, un très bon niveau de ski. De fait, ce télésiège est très utilisé, sans pour autant saturer. Cependant, l'ouverture de cet appareil est conditionné par les conditions de sécurité de la zone. Le secteur de Pouta est en effet particulièrement exposé aux avalanches. Le télésiège doit être sécurisé, mais également toutes les pistes qu'il dessert. Après de fortes chutes de neiges, Pouta ne peut donc être mis en service qu'après le passage de l'hélicoptère affrété depuis Grenoble chargé de sécuriser les pentes. Dans ce cas, c'est vers 10h30~11h que les premiers clients commencent à embarquer.

Les plus intrépides emprunteront Pouta avant de s'engager dans de magnifiques itinéraires hors-piste, ou de poursuivre à pied vers le départ des spots de Freeride.

Caractéristiques principales de l'appareil

  • Type : Télésiège à pince fixe - TSF
  • Année de construction : 1987
  • Constructeur : Montaz Mautino
  • Maître d'oeuvre : DCSA
  • Capacité par véhicules : 4 personnes
  • Débit : 1600 pers./h
  • Capacité en montée : 100%
  • Capacité en descente : 0%

Caractéristiques géométriques

  • Longueur développée : 1390m
  • Longueur au sol : 1215m
  • Altitude de départ : 1865m
  • Altitude d'arrivée : 2380m
  • Dénivelée : 515m
  • Pente moyenne : 42%
  • Pente maximale : 98%

Caractéristiques techniques

  • Position motrice : Aval
  • Type de motorisation : Courant continu
  • Puissance du moteur : 300kW
  • Position tension : Aval
  • Type de tension : Hydraulique
  • Valeur de la tension : 32000daN
  • Diamètre du câble : 42mm
  • Vitesse d'exploitation : 2,3m/s


Ligne

Le télésiège de Pouta est unique en son genre de par sa ligne. Le terrain survolé est effectivement très difficile.

La ligne est complètement dissymétrique sur une grande partie du parcours. En effet, le brin descendant est régulièrement séparé du brin montant. Alors que ce dernier respecte les hauteurs de survol réglementaires, le brin retour frôle par endroit les 100m de survol, ce qui le dispense d'être pris en charge par certains pylônes qui sont uniquement dédiés au brin chargé de passagers.

Mécaniquement, ce n'est pas sans poser certains problèmes. Les équipements sont en effet soumis à un déséquilibre prononcé de la charge ce qui suppose un fléchissement très important des fûts. La géométrie des ouvrages et leurs implantation sur site aura ont donc tout intérêt à avoir été soigneusement préparés, de manière à prendre en compte cette déformation. De plus, les écarts de température rendent ces déformations encore plus prononcées, compliquant l'exploitation de l'appareil et les recherches de pannes.

Voici un tableau récapitulatif de la ligne pour mettre en lumière ce déséquilibre :

Pylône > Équipement montée - Équipement descente (L'absence de sigle signifie que le câble n'est pas pris en charge dans ce sens par le pylône concerné)
P01 > C - C
P02 > S - SC
P03 > C
P04 > C
P05 > C
P06 > C
P07 > C - SC
P08 > S - S
P09 > S - S
P10 > S - SC
P11 > S
P12 > C
P13 > C
P14 > C
P15 > C
P16 > S
P17 > S - C
P18 > S - S
P19 > S - S
P20 > S - S
P21 > S - S
P22 > S - S
P23 > C - SC
P24 > C
P25 > C
P26 > S - SC
P27 > S - S
P28 > S - S
P29 > S - S

En résumé :

Nombre de fûts : 29

Nombre d'équipement support :
- sur le brin montant : 16
- sur le brin descendant : 10

Nombre d'équipements compression :
- sur le brin montant : 13
- sur le brin descendant : 2

Nombre d'équipements support-compression :
- sur le brin montant : 0
- sur le brin descendant : 5

Il est intéressant de relever la différence du nombre d'équipements en compression entre la voie montante et la voie descendante. Cela met effectivement en lumière les énormes survols que fait le brin descendant. On retiendra également le nombre très important d'équipements en compression.


Projets relatifs à cet appareil

L'exploitation et l'entretien du de TSF étant particulièrement délicats, la SEMT7L envisage son remplacement au delà de l'horizon 2011.

Cet investissement clôturera le programme d'investissement qui s'est étalé depuis 1998 et qui a visé à moderniser la totalité des appareils du domaine. Tout les téléportés auront été remplacés par du matériel neuf. A l'heure actuelle, 90% du parc a moins de dix ans, ce qui porte la moyenne d'âge de celui-ci à 7 ans.


Photos de l'appareil

Gare aval

La gare aval a connu deux livrées. La livrée d'origine était constituée de tôles noires, grises et vertes. Elle a récemment cédé sa place à ce bardage bois que l'on retrouve également sur le TSF4 de l'Oursière, dont la gare est similaire.

La chaîne cinématique de cet appareil est tout à fait classique : le moteur à courant continu de 300kW entraîne le réducteur à trains épicycloïdal de manufacture Lohman. La poulie motrice n'est pas d'origine et n'est pas encagée, ce qui laisse supposer que l'arbre de transmission est monté en fourreau.

La tension de 32000daN est obtenue à l'aide d'un vérin hydraulique positionné derrière la gare.

Image

Image

Image

Image

Image


Ligne

Comme précisé ci-dessus, la ligne est réellement impressionnante sur tout le trajet. Voici quelques 30 photos de la montée ou vous découvrirez tout ce dont elle recèle.

Un portique en compression, le P1, réalise la première déviation immédiatement en sortie de gare. La dissymétrie commence tout de suite après avec le P2(8S/SC) qui précède la portée dissymétrique la plus impressionnante. Le brin descendant s'envole à plus de 50m de haut.

Image

Image

Image

Image

Image

Le brin montant, pour respecter les hauteurs de survol réglementaires avec des passagers, est pris en charge par trois demis-pylônes compression : P3, P4 et P5.

Image

Image

Image

Puis le câble passe un demi-pylône en support : P6

Image

Les deux brins se rejoignent enfin au P7, équipé en SC à la descente, et S à la montée

Image

P8 et P9 sont des pylônes classiques, supports des deux côtés :

Image

Et les brins se séparent à nouveau au P10 ! SC à la descente pour rattraper l'envolée fantastique du brin descendant et S à la montée pour respecter le survol.

Image

Lequel brin montant qui s'offre quatre demis-compression d'un coup : P12, P13, P14, P15 après avoir passé P11, demi-support :

Image

Image

Pendant ce temps, le brin descendant se promène à 60-70m du sol :

Image

Image

En regardant derrière...

Image

Vient le P16, demi-pylône en support :

Image

Image

Retour du brin descendant au P17, un pylône très particulier équipé en compression côté descente et en support côté montée !!

Image

Suivi du P18 support des deux côtés :

Image

P19 support-support, avec en prime une magnifique vue sur la vallée du Grésivaudan, la Chartreuse et la dent de Crolles, puis les P20, P21, P22 support-support (Non pris en photo) :

Image

Vient le P23 en compression sur la montée, et SC sur la descente. Ce pylône prépare une nouvelle dissymétrie de la ligne !

Image

Le brin retour s'envole de nouveau tandis que le brin montant passe deux demis-compression P24 et P25 avant l'arrivée :

Image

Image

Image

Image

Image

L'arrivée qui est tout aussi intéressante puisque l'alignement final est composé d'un pylône P26 SC en descente, S en montée suivi de 3 pylônes intégralement supports P27, P28, et P29 :

Image

Image


Gare retour

La gare de retour est constituée de manière très classique d'une poulie fixe :

Image

Image


Conclusion

Pouta est un appareil qui fait partie de l'image de marque des 7 Laux, il correspond bien à l'état d'esprit de la station par son emplacement. Sa ligne difficile le rend effectivement délicat à exploiter, mais il assure de manière pérenne et régulière son office et affiche une disponibilité très bonne, de même que ces capacités en termes de débit.

De quoi envisager sereinement les dernières années qu'il lui reste à fonctionner avant de se voir remplacer.





Appareils en relation :





Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.0998 secondes. 38 requete(s).
87 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés