En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 9Bannière 3Bannière 2Bannière 1

Les télécabines, présentation générale

Les télécabines ont un principe de fonctionnement similaire aux télésièges débrayables. La différence réside dans le fait que ce ne sont pas des sièges qui sont transportés, mais des cabines … on aurait pu s'en douter ... L'histoire des télécabines remonte aux années cinquante avec des cabines possédant 2 places. Par exemple, la télécabine de l'Aravet en 1958 à Serre-Chevalier. Depuis ce temps, le nombre de places n'a cessé d'augmenter avec 4 places d'abord. En 1973 est construite en France la première télécabine 6 places au monde, en 1984 on atteint 10 places et en 1998 on construit la première télécabine 16 places. La vitesse des installations a également évoluée et atteint maintenant 6 m/s.
Ce sera un chapitre relativement court puisque les principales notions des appareils débrayables ont déjà été vues dans les chapitres sur les télésièges débrayables.


Télécabine 8 places de la Kedeuze aux Carroz d'Arâche (Photo Poma)

Télécabine 10 places de Val Cenis le Haut

Télécabine 8 places de Beauregard à la Clusaz

Les gares "modernes" de télécabines sont généralement les mêmes que celles des télésièges débrayable. Ce sont des appareils qui permettent une certaine modularité. Par exemple, les gares UNI-G de chez Doppelmayr ou Satellit de chez Poma peuvent aussi bien accueillir des télésièges débrayables 4, 6 ou 8 places que des télécabines 4, 6, 8, 10, 12 ou 16 places.

J'ajouterais quelques petites précisions : Certaines télécabines (quasiment toutes les "anciennes" télécabines) ont leur gares intégrées dans un bâtiment. Les gares dans les batiment sont plus fréquentes que sur les TSD. Cela s'explique par la fait qu'il est impératif d'avoir un garage pour les véhicules (ils ne peuvent pas rester en ligne hors exploitation du fait de leur prise au vent). Il en est de même au passage pour les télésièges débrayables à bulle mais ces derniers sont très rares en France (9 exemplaires) (Poma : Mont de la Chambre aux Ménuires (TSD6), Leitner : TSD6 des Granges aux Ménuires, TSD4 de l'Altispace à Valmorel (2 tronçons), Doppelmayr : TSD4 de Solaise à Val d'Isère, TSD4 des Lanches et de Vanoise à Tignes, TSD6 de Bollin et de Fresse à Tignes)

Cependant, de nos jour, et ce, très récemment, on trouvera des exeptions à cette règle.

Comme je l'ai dit précédement, les télécabines possèdent impérativement un garage pour rentrer les véhicules. ce garage peut etre à niveau avec la gare, ou il peut etre souterrain ce qui impose un système de rampe, d'assenseur (exemple : TC8 Poma de la Kedeuze aux Carroz d'Arâche, une rampe inclinée permet d'accéder au garage; idem sur la TC15 Doppelmayr de Bochard aux Grand-Montets; TC10 de Tovièreà Tignes, là, c'est un assenseur verticale qui déscends les cabines en voie de garage). En période de non utilisation, il est inutile de surcharger la ligne du poids des cabines de plus, cela est imposé par la prise au vent des cabines, bien plus importante que pour les télésièges débrayables. Un aiguillage permet aux cabines de suivre ou non le chemin pour aller en voie de garage.


Garage de la TC de la kedeuze (Photo Poma)

<< les TSD, Conclusion --- Les TCD, les pinces >>


Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.00505 secondes. 1 requete(s).
86 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés