En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 14Bannière 11Bannière 1Bannière 42

Le téléski à perches découplables

Le téléski à perches découplables usuellement appelé "TKD" par les connaisseurs ou plus communément "tirre-fesse" est clairement le type de remontée mécanique le plus fréquent en France, il y en a plus de 1800. Le téléski à perche découplable est une invention Jean Pomagalski dans les années 1930. Le lien de la première implantation de son principe de téléski reste encore incertain, on parle de l'Alpe d'Huez en 1936, du Col de Porte en 1935 ... On ne sait pas trop. Un téléski de ces années la : la Boule de Gomme aux Gets est encore en activité à l'heure actuelle (photo ci-dessous) :

Le principe de base des téléskis à perches découplables et de ne lancer sur la ligne (sur le câble) uniquement les perches utiles. Les autres sont stockées en gare aval dans un système de rail. Afin de bien comprendre le fonctionnement de ce genre de téléski, il faut s'intéresser à la manière dont est acouplé la perche au câble.


Téléski du Saint Pierre à Val Cenis

Les perches

Voici juste en dessous à gauche une vue sur une suspente de téléski débrayable qui peut se décomposer en 4 élément que nous décrirons juste en dessous :

  1. L'attache débrayable
  2. Le ressort freiné
  3. la canne téléscopique
  4. La sellette
Et voici un deux zoom sur la partie la plus interessante de la suspente
source photo en haut à droite : Poma, photo en dessous : lycée de la Montagne à Valmeinier section transport par câble et rm.
Voici maintenant la description des différents éléments de l'attache débrayable :
  1. La douille
  2. Goupilles élastiques
  3. Support de douille
  4. Goujon d'attache ou "téton"
  5. Levier
  6. Anneaux de sustente
Les goupilles élastiques (2) permettent de pouvoir insérer le câble à l'interieur de la douille lorsque la douille est seule, le reste de la perche est ensuite attaché à la douille. elles ferment aisi après leur placement la douille.

Que ça soit en ligne ou dans la gare, le câble passe dans l'alésage de la douille (1), laquelle est fixée sur le levier d'attache (3) par les deux goupilles (2). En ligne, sous l'effet de la traction de la perche sur le levier d'attache (5) la douille est bloquée par arc-boutement sur le câble. l'attache est en position embrayée. Nous verrons ce qui se passe une fois arrivé en gare. Les anneaux (6) assurent une souplesse de la liaison entre l'atatche et le "ressort freiné".

Passons justement au reste de la suspente. une perche débrayable possède deux systèmes d'amortissement de choc : le ressort freiné et la canne téléscopique. Regardons d'un peu plus près ces deux choses.

La canne téléscopique à freinage pneumatique, flèche verte sur la photo ci-dessus


Téléski du Mont Cenis à Val Cenis
Elle sert à amortir les chocs au départ du téléski. en effet, les téléskis à perches débrayable sont des remonétes généralement rapide, la vitesse du câble peut aller jusqu'à 4 mètres par seconde, et parfois plus. Sans dispositif d'amortissement, le skieur passe de 0 à 4m/s instantanément .. et ce n'est pas bon du totu pour le skieur (ça peut faire très mal au dos apr exemple). Ce dispositif permet d'adoucir le départ.

Pour faire simple, il s'agit d'un dispositif proche d'un vérin pneumatique.

Le Ressort freiné encaisse les à-coups pouvant se produire lorsque la canne téléscopique est completement étirée. Le ressort freiné assure aussi une souplesse de la perche pour le passage des pylônes.

image image Principe de fonctionnement (issu d'une documentation Poma : suspente téléscopique, téléskis fixes et débrayables)
  • Son embout supéprieur (1) est lié au levier d'attache par une goupille élastique.
  • Son embout inférieur (2) est lié à la canne par un axe arrêté en translation par une goupille fendue.
  • A l'intérieur, le ressort est équipé d'un frein et d'un limiteur de course. Le premeir amortit les réactions du ressort, le deuxiemme autorise l'allongement du ressort dans la limite d'élasticité normale. L'ensemble est constitué des éléments suivants :
    • un frein en caoutchouc (3), situé à mi-hauteur du ressort, et comportant 4 rainures et deux écrous de serrage (4) et (5).
    • Deux tringles (6) et (7), l'une solidaire de l'embout (2) et l'autre de l'embout (5), coulissant dans les rainures du frein.
    l'adhérence tringle-caoutchouc a pour effet de freiner l'allongement et la rétraction du ressort.
    Le ressort peut s'allonger jusqu'a ce que la boucle libre de chaque tringle vienne en butée dans la groge des écrous de serrage du frein (4) et (5).

Enfin, la sellette permet de pouvoir être tracté par la perche.


Téléski du Mont Cenis à Val Cenis


La ligne

Les perches, comme nous l'avons vu juste au dessus ne peuvent pas avoir une très grande longueur. il faut alors que le câble se maintienne à heuteur régulière du sol, à environ 5 mètres de haut. si le câble est trop bas, cela peut être dangereux pour le skieur, s'il est trop haut, c'est preil, le skieur va avoir tendance à décoller .. et dans ce cas, il a une chance sur deux de ne pas arriver en haut ...

Il y a donc nécessité de placer des pylônes sur la ligne : les pylônes permettent soit de maintenir le câble à une hauteur suffisante du sol, soit d'éviter que le câble ne passe trop haut.

Comme nous le verrons encore après dans les autres types de remontées mécaniques, il existe plusieurs types de pylônes :

  • Pylônes support
  • Pylônes compression
  • Pylônes support-compression

Les pylônes support sont généralement les plus nombreux sur une ligne de téléski. ils sont utilisé lorsque la résultante des forces exercées pas le câble sur le pylône est située vers le bas. autrement dit, un pylône support empêche le câble de descendre trop bas.
Les pymônes support sont composés d'un fut en métalique sur lequel est accroché une potence à bonne hauteur, puis une poulie de diamètre variant (entre 40 cm et 1m de diamètre environ), le diamètre de la poulie étant fonction de le tension qui est exercée sur le pylône.


Poulie d'un pylône support. Vous pouvez comparer la taille avec la personne debout sur la passerelle de ce pylône. Ici, le diamètre de la poulie est de l'ordre de 1m

Ces pylônes sont équipés de rails anti-déraillement. en effet, sans rien, l'attache de la perche ne peut pas passer le pylône, elle doit être dévrier vers l'exterieur.

Voici maintenant une vidéo de 2,5 Mo montrant le passage d'une perche sur un pylône support (téléski du Saint Pierre à Val Cenis)

Les pylônes compression sont utilisés systématiquement au pied d'une pente importante, afin d'éviter au câble d'être trop haut ... Ils sont utilisés lorsque la résultante des forces du câble sur le pylône est dirigée vers le haut.
Voici la photo d'un tel pylône :


Pylône compression sur le téléski des Essarts à Val Cenis

Les pylônes support-compression quant à eux assurent les deux rôles .. ils maintiennent le câble à hauteur correcte. ils sont utilisés généralement lorsque la pente est constante. Ces pylônes sont composés de deux poulies, une en support et l'autre en compression. généralement, la poulie support à un diamètre supérieur à celle en compression.

s

Pylône support-compression sur le téléski de l'Arcelle Neuve à Val Cenis

Voici une petite animation pour montrer le rôle des pylônes : (pour la commencer cliquez sur "que faire")

Animation Flash Pylônes

Il y a des sécurité pour détecter un déraillement au niveau d'une poulie de téléski, ces sécuriéts diffèrent suivant le type de pylône. En effet, lors d'un déraillement sur un pylône support, le câble va tomber au sol (ou s'en rapprocher), il faut donc un système qui puisse le détecter. On fait cela avec une petite roue qui est constamment en contact avec le câble en sortie du pylône, si le câble déraille, la petite roue tombera aussi et cela déclenchera les sécurités :

La petite roue est jaune ici à gauche de la photo.
Pour ce qui est des pylônes compression, si le câble déraille, il est dirigé vers le haut, et actionnera un contacteur par l'intermédiaire d'une tige qui sera soulevée :

Photo Poma

Comme vous l'avez sans doute déja remarqué, les pylônes possèdent systématiquement un ou deux poulies sur le brin de montée, mais parfois il n'est pas nécessaire que le câble descendant soit soutenu, car les perches qui descendent peuvent être très hautes.


Tk du Mont Cenis à Val Cenis

Ligne d'un téléski Poma. Photo Poma

Sur les deux photos ci-dessus on remarque que le brin de descente ne passe pas par les pylônes.
Il y a également une autre précision à apporter a propos du placement des pylônes : regardez la photo de gauche, on remarque que sur le prmeier pylône visible, on passe à droite du pylône, alors que sur les suivants on passe à gauche (cela influe sur le placement des poulies sur le pylône) ... S'il est prévu de doubler le téléski, on préfèrera mettre les pylônes seuls à l'extérieur de la ligne, pour pouvoir ainsi faire un pylône commun aux deux téléskis ... ceci est bien entendu valable uniquement si le brin de descente n'est pas concerné par le pylône.

Les virages

Sur une ligne de téléski les virages sont possibles, et ce n'est pas rare. Le téléski doit suivre une pente praticable au sol, il n'est des fois pas possible d'aller tout droit ... Les téléskis peuvent également suivre une crête, et ainsi éviter d'être en dévers à flanc de montagne si la ligne allait tout droit.
Dans la pratique, comment se passe un virage ?
Un virage dévie dans le cas général les deux brins, celui de montée et celui de descente. Les câbles sont déviés par des poulies de large diamètre étant placées quasiment à la verticale. Tout un système de "guides" permet d'éviter les déraillements

Voici un virage de téléski Montagner. les efforts à suporter par le pylône d'angle sont très importants, il est souvent nécessaire de le r'enforcer avec l'ajout d'un second ou d'un troisième pylône.


Pylône d'angle sur le téléski Poma de la Fema à val Cenis.

Voici une vidéo du pylône d'angle du téléski Poma du Mont-Cenis à Val-Cenis.


Cliquez sur l'image ci-dessus

Génaralement, (et ce pour un soucis de confort) on s'arrange, lorsqu'il n'y a qu'un seul virrage, ou lorsque tous les virages sont dans le même sens pour que le sens de montée (droite ou guche) fasse en sorte qu'on prenne le virage à l'exterieur de la ligne.

On distinque tout de même deux types de virages :
- les virages dits "à l'endroit", ce sont les plus courants car on s'arrange pour que les virages soient comme cela pour une question de confort, de durée de vie des éléments.


Virage à l'endroit très marqué (TK de la Combe, Valmeinier)
- Les virages "à l'envers", ils sont plus rares, on tourne dans ce cas à l'opposé des virages "à l'endroit", les guides pour l'antidéraillement du câble sont plus nombreux.

Virage à l'envers (TK de la Combe, Valmeinier)

Il arrive que la ligne de montée ne soit pas paralèle à la ligne de descente. c'est le cas lorsqu'il y a au moins deux virages en ligne, mais ce n'est pas obligatoire. cela dépend du terrain entre autre.

Station retour

En amont du téléski, et dans la très grande majorité des cas (les exeptions se comptent sur les doigts de la main) les perches font uniquement demi tour. c'est l'occasion également de réaliser la tension du câble. Il y a plusieurs systèmes de station retour : celles à poulies flotante (comme sur tous les anciens téléskis) et ceux à poulies montées sur un lorry accompagné d'un "lâcher sous poulie". Voici des photos de ces gares retour :


Station retour du téléski de l'Arcelle Neuve à Val Cenis

(affichez l'image seule pour la voir en taille réelle)

La tension est donc assurée par contrepoids. Un câble est souvent tendu entre la poulie retour et le dernier pylône pour stabiliser les perches après le demi tour.
Sur ces téléskis, la poulie à un diamètre inférieur à la largeur de la voie. le dernier pylône a donc des poulies qui permetent ce rétrécissement de voie avec d'un côté (ou des deux côtés de la voie) une poulie oblique pour dévier le câble.

Il existe un autre type de station retour, plus récentes, la tension est toujours effectuée par un ou plusieurs contrepoids, mais cette fois-ci la poulie n'est plus flottante comme c'était le cas auparavent. la poulie est montée sur un chariot qui coullisse dans un rail. la poulie retour est également au diamètre de la voie, ce qui n'était pas le cas pour des raisons de stabilité sur les gares retour à poulie flottante. Voici une photo de ce style de gare retour :


Téléski Montagner du Savoy à Chamonix

Dans ce cas, on débarque sous la poulie, on dit que c'est un "lâcher sous poulie". Sur les téléskis équipés de poulie flotante, c'est un "lâcher sous pylône", en effet, on lâche la perche juste après le dernier pylône de la ligne.

Station motrice et stockage des perches

On a vu précédamment que les attaches des perches s'accrochaient au câble par arc-boutement. Pour faire en sorte que les pinces se débrayent du câble, il faut mettre l'attache dans une position telle que le câble glisse à l'intérieur de la douille. ette position est réalisée gràce à des rails qui maintiennent l'attache dans une position telle que l'orientation du trou de la douille soit exactement dans l'allignement du câble, ainsi, le câble glisse à l'interieur de l'attache, l'attache est débrayée du câble. Après le demi tour réalisé sous la poulie motrice, les perches viennent s'entasser dans une voie de stockage. Voici un schéma d'une gare aval Poma classique :


Document Poma

Un groupe moteur (1) assure l'entraînement du câble tracteur. Il comprend un moteur électrique (généralement, il se peut que le moteur soit thermique ou hydraulique dans quelques rares cas), une transmission éventuelle et un réducteur, un frein et des cliquets anti-retour.
Une poulie motrice (2) est reliée sur l'arbre lent du réducteur.
Une glissière de stockage des suspentes (3). Cette glissière est située du côté montée entre la poulie motrice et la poulie compression de départ (5).
Une autre poulie compression (6) est situé côté retour pour ammener le câble dans le plan de la poulie motrice.
Un déclencheur (7) provoque (manuellement ou automatiquement) le départ d'une suspente, nous verrons son fonctionnement plus tard.
L'ensemble est soutenu par un ou deux pylônes métaliques.
Un ensemble de tubes et de câbles de guidages (9) interdisent aux suspentes tout écart latéral de leur part dès leur arrivée au droit de la poulie motrice.

La station est équipée de nombreuses passerelles (10).

Voici une photo du stockage des suspentes sur un téléski Poma :

Le rail de stockage est oblique pour permette aux perches de descendre par gravite au fond de la glissière (pente de 20% en général) . La glissière est conçue pour débrayer et stocker les suepentes qui sont ensuite envoyées sur le câble à la demande

On va maintenant voir la partie la plus complexe de la gare amont d'un téléski à perches débrayable, c'est a dire le déclencheur. Sur la majotité des téléskis, ce déclencheur est double.

Le double déclencheur est constitué de deux déclencheurs au fonctionnement identique, l'un pour sélectionner la première suspente à offrir au skieur, l'autre pour libérer celle-ci sur le câble. Ils sont reliés par une tringlerie qui permet leur fonctionnement simultané par l'actiond 'une seule commande manuelle ou electromagnétique. Les suspentes sont bloquées par des couteau. l'action des déclencheurs est de lever ces couteaux. Voici un schéma du double déclencheur Poma :


(Document Poma)

Voici une animation explicant le fonctionnement du double déclencheur

Animation Flash Doucle déclencheur


Cliquez sur le texte encadré pour commencer l'animation

(Photo Poma)
Un téléskis à perches découplables peut contenir jusqu'à plus de 200 suspentes dans la glissière.

Diverses choses sur les téléskis à perches découplables

Je vais vous présenter quelques petites particularités de certains téléskis.

Tout d'abord un téléski avec motrice aval, et stockage des perches du côté descente, c'est à dire à l'opposé de d'habitude. On trouvera en france quelques rares exemples. A vrai dire, je ne vois pas trop à quoi cela peut servir ... On peut citer l'exemple du téléski des Almes à Tignes, c'est un Montagner (et je crois qu'il n'y a que Montagner qui fait de tels téléskis). Voici une photo de la gare aval :

Il existe en France quelques rares téléskis avec une motrice en amont. dans ce cas, en aval, seul le débrayage s'effectue. Dans ce cas, si la motrice n'est pas placée sur un Lorry effectuant la tension, la tension est réalisée en contrebas de la gare aval par le système classique de poulie flottante.

Quelques téléskis en France ont la particularité de posseder un système de débrayage des perches installé en gare amont. Ceci facilite le débarquement puisqu'il se réalise à l'arrêt. une fois l'attache de la perche rentrée dans le dispositif, elle va être débrayée comme en gare aval dans la gare. elle sera ensuite traînée sur un petit mètre de long (la longueur du dispositif) à l'aide d'une chaîne qui prend son mouvement sur la poulie. une fois la merche arrivée à l'autre extrémité du dispositif, elle reprend sa course sur le câble. Ce dispositif s'applique soit sur le dernier pylône de la ligne si la poulie retour est une poulie flottante, soit sur l'armature de la station retour qui possède généralement un pylône support.


téléski montagner du Savoy à Chamonix

Vous connaissez maintenant pratiquement tout sur les téléskis à perches découplables. Ces derniers permettent un débit de 900 skieurs par heure au maximum avec une vitesse pouvant dépasser les 4 m/s.

Je remercie Pierre-André pour ses documents relatifs aux téléskis Poma

Passons désormais au second chapitres concernant les téléskis : les téléskis fixes


<< les TK : présentation générale --- Les téléskis fixes >>


Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.00638 secondes. 1 requete(s).
118 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés