En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus
Bannière 16Bannière 29Bannière 14Bannière 37

Télésièges débrayables

Les marches de secours

Dans cette section je vous parlerais des marches de secours employées sur les remontées mécaniques débrayables.
Sur un télésiège débrayable, en cas de panne sur l'entraînement principal (coupure de courant, casse moteur et même parfois casse réducteur), il est important de pouvoir rapatrier les passagers dans une des deux gares avant d'envisager si cette marche de secours n'est pas possible une évacuration "verticale" de la ligne (donc destente des passages un à un au bout d'une corde).

La marche normale utilise systématiquement le même principe, à savoir un (ou deux) moteur(s) électrique(s) qui entrent dans un réducteur. le réducteur fait tourner la poulie motrice.
La marche de secours peut être différente par contre suivant le constructeur, suivant le type de remontée mécanique, l'importance qu'on accorde à l'évacuation de la ligne et également la legislation en vigueur dans le pays.

On trouvera principalement 4 configurations :

  1. thermique rentrant dans le réducteur
  2. thermique > pompe hydraulique > moteur hydrau entrant dans le réducteur
  3. thermique > pompe hydraulique > moteur hydrau engrenant sur la poulie
  4. groupe électrogène > moteur électrique engrenant sur la poulie

Voyons en détail ces 4 marches de secours principales.

Moteur thermique rentrant dans le réducteur

Cette configuration, de moins en moins utilisée consiste à placer un moteur thermique (moteur diesel) en parallèle du moteur électrique principal.
Il y a deux versions ensuite. Soit le réducteur possède deux entrées. une entrée dite "rapide" pour l'arbre venant du moteur électrique et une entrée lente pour l'arbre venant du moteur thermique.
Voici une photo sur laquelle on distingue le moteur électrique principal en vert au fond, le réducteur gris à droite et l'arbre rouge venant du moteur thermique

L'autre version est que le moteur thermique soit relié par l'intermédiaire de couroies à l'erbre d'entrée principal du réducteur.

Les moteurs thermiques ont une puissance bien plus faible que la puissance du ou des moteurs électriques principaux. On trouve tous types de moteurs, 4 et 6 cylindres en ligne, 4 à 12 cylindres en V. A partir d'une certaine puissance, les moteurs possède un turbocompresseur.


Moteur thermique
  1. Corps du moteur
  2. Arbre de sortie
  3. Coupleur
  4. Turbocompresseur
  5. Filtre à air
  6. Radiateur-ventillateur

Petit zoom sur le coupleur. Le coupleur est destiné comme son nom l'indique à transmettre un couple. Il est placé entre le moteur thermique et le réducteur. C'est un composant permettant de transmettre un couple important même à vitesse de rotation de l'arbre faible alors que le moteur est à son régime de forte puissance. les coupleurs ont un fonctionnement hydrauliques. Son rôle est donc d'assurer und émarage progressif de l'installation en marche de secours.
Il se compose d’une couronne motrice et d’une couronne réceptrice coiffées par un carter, afin de former un ensemble étanche.
La couronne motrice est entraînée par l’arbre du moteur thermique, et la couronne réceptrice par le travail de l’huile contenue dans le coupleur.


Coupleur avec pupitre de commande du thermique à droite

Cette marche de secours suppose que le réducteur est en état de fonctionner. Si le problème qui justifie la marche de secours concerne le réducteur, il est alors impossible de faire fonctionner la marche de secours, une évacuation verticale de la ligne est alors nécessaire.

Moteur thermique > pompe hydraulique

Un autre type de marche de secours utilise la force hydraulique à diverses fins. La puissance hydraulique est plus souple. on a pas besoin de coupleur. Là, une (ou deux) pompe(s) hydraulique(s) sont placées directement en sortie du moteur thermique. Cette solution permet également de pouvoir placer le thermique n'importe ou dans la gare.


Moteur thermique avec pompe hydraulique
  1. Corps du moteur
  2. Réservoir d'huile
  3. Pompe hydraulique
  4. Commande du circuit hydraulique

Cette pression hydraulique pourra être utilisée de deux manières différentes.

Moteur hydraulique qui rentre dans le réducteur

Cette solution consiste à placer le moteur hydraulique en entrée secondaire sur le réducteur, comme cela est fait sur la solution ci-dessus, à la différence que c'est bien plus facile de gérer la vitesse d'un moteur hydraulique et que celui-ci à un bon couple quelque soit sa vitesse de rotation.


Moteur hydraulique

Le moteur hydraulique rentre dans le réducteur par l'intermédiaire de l'arbre rapide. Cette solution facilite également l'utilisation de la marche de secours dans le deux sens, mais oblige cependant d'avoir un réducteur en état de fonctionner pour la marche de secours.
Sur l'entrée du réducteur nous avons une poignée de sélection du mode de marche, poignée accompagnée d'un capteur pour connaître à tout moment la position de la poignée.


Sélection du mode de marche

Moteur hydraulique qui engrenne directement sur la poulie motrice

Ce mode de marche de secours est interessant puisqu'il permet de se passer de réducteur.
Une couronne dentée est placée directement sur la poulie motrice. De l'autre côté, le moteur hydraulique, associé à un petit réducteur est relié d'une part à la pompe hydraulique, et d'autre part à un pignon. Il est possible de déplacer le groupe moteur hydraulique-pignon pour ne pas qu'en marche normale le pignon ne vienne en contact avec la couronne dentée.


Moteur hydraulique

Couronne dentée et pignons

Comme je l'ai précisé juste au dessus, cette solution permet de se passer de réducteur. Pour pouvoir faire fonctionner cette marche de secours, on doit même désacoupler le réducteur. En dessous de la poulie motrice, différents dispositifs permettent de le faire. En voici un exemple :


La partie 2 est lié au réducteur, la partie 1 lié à la poulie

Lorsque le système est accouplé, on rapproche les deux disques pour que l'ensemble ne fasse qu'un.

Moteur électrique qui engrenne directement sur la poulie motrice

Cette solution est récente. elle se base sur le même principe que celle avec un moteur hydraulique. L'avantage est une économie d'énergie lorsqu'on doit utiliser la marche de secours et que le réseau électrique est disponible. S'il ne l'est pas, on passe par l'intermédiaire d'un groupe électrogène.


Motoréducteur de secours

Chez les constructeurs

Sur les installations débrayables, la solution d'un moteur engrennant directement sur la poulie motrice semble désormais avoir fait l'unanimité. Donc, que ce soit chez Poma, Leitner, Doppelmayr, Garaventa (les 4 principaux), on trouvera cette solution sur les installations neuves.
Pour la France, le moteur thermique entrant dans le réducteur est utilisée également par Poma. Le moteur hydraulique entrant dans le réducteur était utilisé par Doppelmayr. le moteur hydraulique engrennant sur la poulie motrice par Leitner et Garaventa.

Voila pour les principaux types de marche de secours sur les installations débrayables. Il existes des petites variantes, mais dont le nombre d'installations concernée est négligeable (par exemple : groupe électrogène > moteur électrique > pompe hydraulique > moteur hydraulique > poulie motrice... cette solution est proche d'une usine à gaz ... le rendement cumulé ne doit pas être très bon...)


<< les TSD, les sécus de gare --- Les TSD, Conclusion >>


Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.00244 secondes. 1 requete(s).
186 membres connectés sur les forums
Valid XHTML 1.0 Transitional 
©2003-2016 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés