En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation optimale et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

Remontées-Mécaniques.net

A l'actualité sur le site


Sélection de reportages

TCD8 du Varet (Arc 2000 - FR)

Poma - 1999
Il y a 25 ans s'achevaient les Jeux Olympiques d'Albertville. Quelles sont les traces de cet événement sur les domaines skiables de Tarentaise aujourd'hui ?

Aux Arcs, la piste de kilomètre lancé, sur laquelle se tenait les épreuves de ski de vitesse, est retombée dans l'oubli. Le long télésiège triplace à pinces fixes du Dou de l'Homme qui la desservait à l'époque a cédé la place à une télécabine Poma, l'une des rares à être équipées de gares Oméga T.

Reportage technique de Geofrider

TSD6B de la Forêt (Courchevel-le Praz - FR)

Poma - 2014
A Courchevel, les tremplins olympiques de 90 et 120 mètres construits pour accueillir les épreuves de saut à skis et de combiné nordique sont toujours en service de nos jours.

A proximité, la longue télécabine de la Forêt et ses célèbres oeufs ont été remplacés en 2014 par un télésiège débrayable équipé de gares Multix à bardage bois. C'est la seule installation de la station équipée de bulles de protection et d'un garage à sièges.

Reportage détaillé de Bouctou

TCD6 de l'Olympe (Brides-les-Bains/Méribel - FR)

Poma - 1991
Brides-les-Bains avait lourdement investi dans la construction du village olympique, et d'une longue télécabine reliant la station thermale à Méribel où se tenaient le ski alpin dames et le hockey.

Cet équipement a permis de créer une véritable saison d'hiver à Brides. La télécabine, la dernière 6 places à gares Performant, affiche des caractéristiques exceptionnelles, avec une longueur de plus de 5 km, 2 tronçons, 3 gares intermédiaires et un virage en ligne.

Reportage détaillé de Remontees
(20/02/2017)



Afficher les archives des actualités

Dernières nouveautés/actualités remontées mécaniques

Une série de contrats pour Poma, LST et la Compagnie des Alpes en Chine
Crédit thaiwoo.com

A l'occasion de la visite en Chine du président de la région Auvergne Rhône Alpes la semaine dernière, une série de contrats conclus entre l'industrie française et diverses stations de ski ont été annoncés.

Poma, qui possède une usine à Pékin, a annoncé un contrat dépassant 200 millions d'euros sur cinq ans, destiné à fournir les remontées de la deuxième phase d'aménagement du domaine skiable de la station de Thaïwoo, futur site olympique. La prestation inclut également la maintenance de ces appareils.

Dans le même secteur, le groupe MND, qui produit des enneigeurs, du matériel pour pistes et les remontées LST, a annoncé un contrat de 110 millions d'euros pour l'aménagement de la future station de Snowland avec notamment 3 télésièges, ainsi que la construction de la première télécabine 8 places LST à Wanlong.

Enfin, la Compagnie des Alpes (CDA), exploitant 11 domaines skiables, a signé un protocole d'accord avec Thaïwoo pour des activités de conseil pour la conception des pistes, la qualité du damage, et les formations ds professionnels.


Pour aller plus loin :
- les actualités de Poma sur notre forum
- les actualités de LST sur notre forum

 
Des cabines néo-rétro pour le téléphérique de Toulon
Nouvelle cabine du TPH du Mont Faron (Atelier 360)

L'emblématique téléphérique de Toulon, livré par Heckel en 1958, vient de bénéficier d'une cure de jouvence avec le remplacement de ses cabines. L'originalité de cette rénovation réside dans le look néo-rétro des nouveaux véhicules.

Dessinées par l'agence varoise Atelier 360, et construites par Sigma pour Poma, les nouvelles cabines réinterprètent habilement le style originel. Si elles conservent leur couleur rouge caractéristique, leur forme globale et leur capacité (17 clients), les vitrages, désormais teintés, descendent bien plus bas et plusieurs montants intermédiaires ont été supprimés pour faire bénéficier à leurs passagers d'une vue panoramique. En outre, un large hublot intégré au plancher offre une vue directe sur le terrain survolé. Ces nouveaux véhicules ont été inaugurés ce 10 février.

Depuis quelques années, des exploitants ont fait le choix de rénover leur installation dans le respect de leur identité historique. C'est le cas à Rio, où les nouvelles cabines CWA du téléphérique du Pain de Sucre reprennent les codes des anciennes Nardo, ou encore au Mont-Dore, où les véhicules du funiculaire séculaire du Capucin ont été reconstruits à l'identique. D'ailleurs, au Mont-Dore toujours, un projet de rénovation du téléphérique historique du Sancy, mis en service en 1936, est sur les rails. Souhaitons qu'il puisse s'inspirer de ces exemples.

Pour aller plus loin :
- le reportage sur le téléphérique du Mont Faron, avec les précédentes cabines
- d'autres visuels des nouvelles cabines sur la page Facebook de l'office de Tourisme de Toulon
- le reportage vidéo de France 3 sur les nouvelles cabines

 
Un patch chauffant pour lutter contre le givrage des balanciers
Test du Flexmat sur le TSD4B des Jasseries à Chalmazel

Dans la Loire, Chalmazel teste sur le télésiège des Jasseries un patch anti-givre pour pylône. Comme d’autres stations, en particulier celles du Massif central, l’exploitation du domaine de Chalmazel se heurte à la problématique du givre. L’épaisse couche qui se forme l’hiver sur les pylônes des remontées mécaniques oblige régulièrement le personnel à intervenir manuellement pour casser la glace. Un travail physique, toujours délicat, et qui hypothèque parfois l’ouverture à l’heure de la remontée. « Les gens ont du mal à s’imaginer ce que ça peut être les jours de mauvais temps ici. On n’est qu’à 1.600 mètres d’altitude, mais ça peut être comme dans les Alpes à 3.500 » souligne Frédéric Gravier, directeur de la station.

Chalmazel et le Siel (Syndicat intercommunal d’énergies de la Loire) ont travaillé avec l’entreprise Flexelec, spécialisée dans la conception et de la réalisation de câbles chauffants, qui a développé pour la station un prototype de patch chauffant pour balancier appelé Flexmat.

Outre le piquage manuel, certaines stations utilisent des capot de protection « Mais c’est moins efficace puisque le froid s’y engouffre », estime Guillaume Klein de Flexelec. D’autres « balancent des produits chimiques (!) ou utilisent le chauffage à distance par infrarouge, mais le rendement est mauvais ».

Ici, il s’agit d’une plaque flexible réalisée sur mesure, directement collée à la partie fixe du balancier qui emprisonne les galets. A l'image d'un plancher chauffant, cette plaque renferme des fils électriques faisant office de résistance d’une puissance adaptée. Le système est asservi à un pilotage horaire et/une centrale météo pour agir préventivement et limiter la puissance à mettre en oeuvre. Pour l’instant, seul le pylône le plus exposé du télésiège, sur le plat des Granges, est équipé.

Les premiers résultats de ce mois de janvier sont plutôt positifs. Chalmazel se donne cependant le temps de la réflexion avant d'envisager un déploiement plus large sur les pylônes sommitaux du télésiège des Jasseries. En parallèle, la station des Rousses, dans le Jura, a emboîté le pas de la station ligérienne pour tester le système.

Pour aller plus loin :
- D'autres détails sur notre forum
- Le reportage sur le TSD4B des Jasseries

 
Le câblier autrichien Teufelberger rachète l\'italien Redaelli
Crédit Teufelberger

Le fabricant de câbles autrichien Teufelberger vient d'annoncer le rachat de son concurrent italien Redaelli. L'entreprise était entrée en négociations en avril 2016 avec le câblier russe JSC Severstal-Metiz, qui détient l'entreprise italienne depuis 2008.

En dehors des remontées, Redealli est présent dans les câbles pour l'exploitation pétrolière et minière ou les grues. Il dispose de 2 usines dans le nord de l'Italie, ainsi qu'au Brésil, aux USA et en Chine. Son volume de production de câbles métalliques dépasse celui de Teufelberger, mais l'autrichien atteint une taille supérieure car il produit des câbles textiles en plus des câbles métalliques, dans ses deux usines autrichiennes et ses filiales en République Tchèque, en Suède, aux USA et en Thaïlande.

Sur le segment des remontées, les deux entreprises se complètent. Teufelberger livrait principalement les installations situées au nord des Alpes, et Redealli au sud. Les deux câbliers n'ont qu'une faible part du marché français dominé par Arcelor Mittal et Fatzer. Cette saison, Redaelli a ainsi livré les câbles des deux nouveaux télésièges du Corbier, tandis que Teufelberger avait équipé l'ascenseur incliné de Chamonix-Planpraz l'an passé.

 

Le Lioran fête les 50 ans de son téléphérique

Le Lioran fête les 50 ans de son téléphérique
Visuel des 50 ans du téléphérique - (c) Le Lioran

Voilà bientôt 50 ans que le téléphérique du Plomb du Cantal effectue des va-et-vient entre le Lioran et le point culminant du plus vaste volcan d'Europe. L'appareil, inauguré en 1967 par Georges Pompidou, a largement contribué à la renommée régionale de la station. Il est à la fois l'épine dorsale du domaine skiable du Lioran et une remontée mécanique de belvédère.

Alors que l'agriculture était en déclin, Hector Peschaud, sénateur du Cantal et président du Conseil général depuis 1951, lança un grand plan de développement de l'économie du tourisme de son département. Avec la collaboration du Docteur Maurice Delort et d'élus locaux, il valida en 1959 l’idée de faire du Lioran une véritable station de tourisme avec la construction d'un grand téléphérique donnant accès au Plomb du Cantal (1.855 mètres d'altitude), réputé pour son panorama et ses champs de neige. Il fut même fait appel à Emile Allais pour la conception d'un plan d'aménagement global du site. La station disposait déjà d'une desserte par train et de quelques hébergements, mais seul un petit téléski rudimentaire permettait alors la pratique du ski alpin.

Le grand téléphériste français Applevage, retenu pour la construction du téléphérique, conduisit le chantier sur deux années. Long de 2,3 kilomètres, l'appareil Applevage mis en service en 1967 laissa place en 1989 à un nouvel équipement Poma qui s'appuie pour partie sur les infrastructures de l'équipement d'origine, notamment le corps des deux pylônes. Par ses dimensionnements, il s'impose comme le plus gros téléphérique à va-et-vient du Massif central.

Pour célébrer les 50 ans du téléphérique, la station a invité plusieurs personnalités et proposé un feu d'artifice et un spectacle gratuit à la patinoire. Une plaque a également été inaugurée lors d'une cérémonie présidée par Laurent Wauquiez.


Pour aller plus loin :
- le reportage historique et technique présentant le téléphérique du Plomb du Cantal,
- les autres remontées du Lioran présentées sur notre base de données.

 

Poma construira le téléphérique urbain d'Orléans

Poma construira le téléphérique urbain d\'Orléans
Crédit Orléans Métropole

La métropole d'Orléans vient d'attribuer le marché de conception-réalisation-maintenance pour le téléphérique urbain du futur quartier "Interives". Cette ligne courte de 360 mètres doit relier la gare de Fleury-les-Aubrais et la future place Danton. L'appareil permettra de connecter les deux parties du quartier en cours d'aménagement, et séparés par l'emprise des voies SNCF.

La solution retenue est un téléphérique à va-et-vient bi-porteur mono-tracteur, avec 2 cabines de 56 places dont 19 assises. Grâce au changement de règlementation appliqué par le STRMTG depuis la construction du téléphérique de Brest, l'appareil fonctionnera sans cabinier car sa capacité n'excède pas 60 places. Il fonctionnera automatiquement avec supervision déportée. Le débit atteindra au maximum 1500 personnes par heure et par sens, avec un trajet de 2 minutes 20 secondes.

La solution du téléphérique à va-et-vient a été préférée à la télécabine monocâble initialement envisagée, grâce aux longues portées et à la hauteur de survol de 35 m permettant le franchissement des voies SNCF à distance suffisante des caténaires. Avec ce type d'appareil, le nombre de pylônes sera limité à 2, et l'installation offrira une résistance aux vents latéraux jusqu'à 70 km/h.

L’appel d’offres comprenait la conception, la réalisation et la maintenance du téléphérique pour 2 ans, et une option de maintenance sur 4 ans supplémentaires. Le marché de 14,75 millions d'euros (plus 1,025 million pour les 4 années de maintenance optionnelle) a été attribué le 13 janvier au "groupement Vinci" qui comprend :
• GTM Normandie Centre et SOGEA Centre, 2 entreprises du groupe Vinci chargées de la construction
• Poma pour le téléphérique proprement dit
• le cabinet d'architectes Duthilleul
• le maître d'oeuvre SYSTRA

Le calendrier comprend une phase de conception et une enquête préalable à la déclaration d'utilité publique en 2017. Les travaux pourraient démarrer fin 2017 pour une mise en service fin 2018.


Pour aller plus loin :
- le sujet consacré au projet sur notre forum ;
- la liste des projets de remontées urbaines en France sur notre forum.

 
Avoriaz fête ses 50 ans mais pleure le décès de son fondateur, Jean Vuarnet
Jean Vuarnet dans le téléphérique des Prodains (DR)

Le 8 janvier 1967, était officiellement inaugurée la station d’Avoriaz. Le cinquantenaire de cet événement est malheureusement terni par le décès il y a quelques jours de Jean Vuarnet, champion olympique et père de la station moderne.

Le skieur français s'illustra aux Jeux Olympiques de Squaw Valley en remportant la descente le 22 février 1960, grâce à une nouvelle position aérodynmique dite "de l'oeuf". Après son triomphe, il devint un technicien renommé auprès des équipes d'Italie et de France, tout en commercialisant sous son nom les lunettes solaires accroissant le contraste par « jour blanc » qu'il portait lors de sa victoire, et qui donnèrent naissance ensuite à une vraie marque de lunettes et de vêtements.

De retour aux pays après sa victoire olympique, le skieur de Morzine se vit confier dès 1960 les rênes d'un projet qui piétinait : créer une station et un domaine skiable sur l'alpage d'Avoriaz. Sous son impulsion, un projet ambitieux vit le jour, comprenant la construction de logements à l'architecture audacieuse dans une station sans voiture, un réseau de remontées et un téléphérique donnant accès au plateau depuis la vallée.

Ce téléphérique, le plus rapide du monde à l'époque, fut commandé chez Applevage. L'équipe constituée autour de Jean Vuarnet rencontra un grand nombre de difficultés techniques et financières qui retardèrent considérablement les travaux. En janvier 1962, seules 2 remontées furent ouvertes au pied des Hauts-Forts : le téléski de Plan Brazy et le télésiège des Foillis. Les travaux du téléphérique d'Avoriaz accumulaient les déboires, avec la rupture d'un câble porteur et des difficultés financières qui ne furent résolues qu'avec l'arrivée en 1962 de nouveaux investisseurs, autour de Jean Gerbault, patron de Vespa France, et de Gérard Brémond, promoteur immobilier qui créa ultérieurement Pierre et Vacances. L’appareil finit par ouvrir le 17 mars 1963. Alors que les remontées fonctionnaient déjà, il fallut attendre la saison 1966/67 pour que la station d'Avoriaz sorte réellement de terre, avec l'ouverture de l'hôtel des Dromonts pour Noël 1966.

Conseillé par Emile Allais, Jean Vuarnet dessina et aménagea le réseau de remontées d'Avoriaz, restant longtemps au poste de directeur technique de la Société d'Aménagement de Morzine-Avoriaz et de maire de la commune. Il fut aussi un des artisans de l'expansion du domaine skiable vers la Suisse. En mai 1964, à l'exposition universelle de Lausanne, la maquette de la « Haute Route des Familles », futur domaine skiable franco-suisse des Portes du Soleil, fut présentée. Le premier forfait commun verra le jour pour Noël 1968 sur Champéry, les Crosets et Avoriaz, tandis que l'ouverture en janvier 1969 du télésiège de Chavanette concrétisa la liaison franco-suisse à skis et la naissance du domaine skiable des Portes du Soleil, pour lequel Jean Vuarnet a tant oeuvré.


Pour aller plus loin :
- l'histoire de Squaw Valley, où Jean Vuarnet a triomphé, et observé le domaine aménagé par Emile Allais ;
- le reportage consacré au téléphérique d'Avoriaz, de l'appareil d'origine au 3S actuel.

 

Remontées Mécaniques - Haute Savoie - Snowhall et Ski - Telecabine - Lamoura Puigmal - Téléphérique - Surf vtt - Alpes Ski - Téléskis - Ropeways - Gondola - Station de Ski - Télésiege - Telecabine Soleil - Montagnes Neige - Ski Snow Surf - Téléphérique funiculaire - Transport public - TSF3 - Ski Montagne - Station de Ski
Remontées Mécaniques - Snowhall et Ski - Montagnes Neige

Contact - Mentions Légales - Cookies
Site déclaré à la CNIL sous le numéro 1173095
Page générée en 0.03852 secondes. 58 requete(s).
65 membres connectés sur les forums
Valid HTML 5.0 
©2003-2017 - www.remontees-mecaniques.net - Tous droits réservés