Le 8 janvier 1967, était officiellement inaugurée la station d’Avoriaz. Le cinquantenaire de cet événement est malheureusement terni par le décès il y a quelques jours de Jean Vuarnet, champion olympique et père de la station moderne.

Le skieur français s'illustra aux Jeux Olympiques de Squaw Valley en remportant la descente le 22 février 1960, grâce à une nouvelle position aérodynmique dite "de l'oeuf". Après son triomphe, il devint un technicien renommé auprès des équipes d'Italie et de France, tout en commercialisant sous son nom les lunettes solaires accroissant le contraste par « jour blanc » qu'il portait lors de sa victoire, et qui donnèrent naissance ensuite à une vraie marque de lunettes et de vêtements.

De retour aux pays après sa victoire olympique, le skieur de Morzine se vit confier dès 1960 les rênes d'un projet qui piétinait : créer une station et un domaine skiable sur l'alpage d'Avoriaz. Sous son impulsion, un projet ambitieux vit le jour, comprenant la construction de logements à l'architecture audacieuse dans une station sans voiture, un réseau de remontées et un téléphérique donnant accès au plateau depuis la vallée.

Ce téléphérique, le plus rapide du monde à l'époque, fut commandé chez Applevage. L'équipe constituée autour de Jean Vuarnet rencontra un grand nombre de difficultés techniques et financières qui retardèrent considérablement les travaux. En janvier 1962, seules 2 remontées furent ouvertes au pied des Hauts-Forts : le téléski de Plan Brazy et le télésiège des Foillis. Les travaux du téléphérique d'Avoriaz accumulaient les déboires, avec la rupture d'un câble porteur et des difficultés financières qui ne furent résolues qu'avec l'arrivée en 1962 de nouveaux investisseurs, autour de Jean Gerbault, patron de Vespa France, et de Gérard Brémond, promoteur immobilier qui créa ultérieurement Pierre et Vacances. L’appareil finit par ouvrir le 17 mars 1963. Alors que les remontées fonctionnaient déjà, il fallut attendre la saison 1966/67 pour que la station d'Avoriaz sorte réellement de terre, avec l'ouverture de l'hôtel des Dromonts pour Noël 1966.

Conseillé par Emile Allais, Jean Vuarnet dessina et aménagea le réseau de remontées d'Avoriaz, restant longtemps au poste de directeur technique de la Société d'Aménagement de Morzine-Avoriaz et de maire de la commune. Il fut aussi un des artisans de l'expansion du domaine skiable vers la Suisse. En mai 1964, à l'exposition universelle de Lausanne, la maquette de la « Haute Route des Familles », futur domaine skiable franco-suisse des Portes du Soleil, fut présentée. Le premier forfait commun verra le jour pour Noël 1968 sur Champéry, les Crosets et Avoriaz, tandis que l'ouverture en janvier 1969 du télésiège de Chavanette concrétisa la liaison franco-suisse à skis et la naissance du domaine skiable des Portes du Soleil, pour lequel Jean Vuarnet a tant oeuvré.


Pour aller plus loin :
- l'histoire de Squaw Valley, où Jean Vuarnet a triomphé, et observé le domaine aménagé par Emile Allais ;
- le reportage consacré au téléphérique d'Avoriaz, de l'appareil d'origine au 3S actuel.